­
 

Partagez | 
 

 Un accouchement difficile [ Eliaë ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Dim 10 Aoû 2014 - 14:32

    Les mois avaient passés à Quiétude avec la même léthargie que depuis toujours. Il se passait rarement quelque chose dans le village. Protégé de tout il n'y avait guère plus intéressants que des marchands humains qui passaient et qui animaient la cité. Les Impassibles grandissaient et vieillissaient sans que rien ne se passe, comme si ils vivaient dans une bulle intemporelle. Il y avait bien des querelles et un retour à l'état naturel de Tiefflin et d'Aasimar mais elles étaient rapidement réglés.

    Il y a déjà quelques mois une nouvelle avait pourtant ébranlé la taverne de la ville : la gérante attendait un enfant. Ce n'était pas une chose rare, mais tous savaient que Filyë et Anzet avaient attendus longtemps avant de se réjouir de la bonne nouvelle. Les deux tiefflins avaient essayés durant un long moment à concevoir, si longtemps qu'ils avaient abandonnés l'idée d'enfanter. Adenora Pianec avait offert une solution, un mélange de sa concoction permit de fertiliser la femme et ils annoncèrent plus tard la grossesse. Cela avait été une bonne nouvelle pour Evynne qui proposa de jouer les sage-femmes, ce que Filyë accepta.On en était donc arrivé à ce jour d'Autron.

    Le ciel était clair, bien que la température était un peu froide pour l'époque. Evynne était inoccupé ce jour là, sa mère était parti il y avait une semaine à Fort-froid, récupérer des ustensiles nécessaires pour la naissance. Sa fille ne devait pas hériter de matériels rouillés, il lui fallait un bel équipement et la femme avaient décidé d'aller lui en chercher. Adenora serait de retour une semaine avant la naissance. Evynne avait rendu visite au couple la veille et avait vérifié l'avancée de la grossesse. La naissance de l'enfant était prévu pour dans deux semaines et sa mère lui avait dit qu'à la forme du ventre, elle s'attendait à un petit garçon et cela réjouissait l'Aasimar : il y avait besoin de muscle dans cette famille.

    C'est pourquoi, quand un homme courut jusqu'à la maison des Pianecs, Evynne fut prise de court. L'urgence était là et c'est essoufflé que l'Aasimar annonça :

"Filyë vient de perdre les eaux ! Viens vite !"

    L'Adolescente regarda l'homme avec stupeur. Maintenant ? Non ! Il ne le fallait pas ! Elle avait déjà assisté sa mère pour des accouchements mais ne s'était jamais retrouvée seule. La panique monta en elle. Il fallait qu'elle retrouve le nécessaire pour les naissances. Mais elle n'avait pas le temps d'attendre, elle devait y aller. Un enfant prématuré était un danger, autant pour la mère que pour le nouveau-né.C'est pourquoi Evynne courut à l'auberge. Elle traversa la ville plus vite qu'elle ne l'avait jamais fait, ressemblant à une lumière blanche sur son passage. Elle trouva Anzet, inquiet, devant la porte de son établissement. Il était blanc comme un linge. L'Aasimar ne prit pas le temps de le rassurer et enfonça la porte de la taverne et grimpa à l'étage à toute allure, où se trouvait l'habitation du couple. Son cœur lui battait aux oreilles, mais derrière le tambour à ses tympans l'Aasimar entendait des cris. Ceux de la femme qui a des contractions douloureuses.Rentrant précipitamment dans la chambre, suivit du gérant de l'auberge elle y découvrit une Filyë tout aussi blanche qu'elle et qui criait de douleur.Aujourd'hui, la ville s'agitait.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 11 Aoû 2014 - 3:56

La liberté, s'était une notion à laquelle j'étais familière depuis un certains temps en vérité. Contrairement à certains enchaîné dans leur rancœurs ou dans leur mode de vie. À Quiétude, j'avais pu remarquer cet enchaînement, même si beaucoup d'entre eux ne semblait pas le comprendre, j'avais eu la très nette impression qu'ils étaient enchaîné. Pour éviter de se faire décimer, pour vivre en paix, ils devaient vivre ici. Je ne comprendrais jamais cet état de fait. Ils étaient comme nous tous, pourquoi les rendre responsable des soucis du monde ? Après tout, j'avais pu remarqué autant de corruption venant des humains ou même des nains, ou d'autre peuples. Je ne comprenais pas pourquoi on leur en voulait et je crois que je ne le comprendrais jamais en fait. J'aurais dû d'ailleurs partir de ce village alors que mon enquête venait de se terminer. J'aurais dû les laisser en paix mais je n'avais pas réellement envie de partir. Voir un peu plus ce village, comprendre ses habitants peut-être les aider. J'avais eu envie de le faire, alors j'étais resté là. Et puis Autron ne faisait que commencer, pourquoi partir maintenant alors que j'avais encore quelque chose à faire par ici. Je savais pertinemment que ma seconde enquête n'était pas prête de se terminer sachant que l'homme que je devais trouver n'était pas encore rentrer. Donc autant attendre un jour ou deux serait une bonne idée.

Je divaguais donc dans mes pensées, cherchant à apprendre d'eux. Peut-être cherchant aussi à fuir un peu le monde. Ce monde si étrange. Ici c'était une bonne idée pour fuir finalement. Personne ne venait pour vous chercher ou personne n'osait en fait. Je haussais les épaules de toute façon qu'est ce qui pouvait bien m'empêcher de rester ici. Je regardais à droite et à gauche alors que je ressentis une agitation différente de d'habitude. D'ordinaire le calme et la tranquillité régnait, mais là quelque chose se passait. Je portais mon regard un peu partout pour voir ce qu'il se passait. Je ne vis rien au départ jusqu'à ce qu'on me bouscule et mon regard se pose sur une jeune femme qui semblait réellement pressé. Que se passait-il par ici. Il y avait de la peur, mais pas seulement en vérité. Quelque chose d'autre interpellait mon empathie. Étrange sensation que celle-là. Encore plus étrange que ce que je pouvais ressentir d'origine. Je laissais donc mon cœur décidé de l'endroit où je devais aller et alors que je touchais au but, je ressentis une certaine urgence. Je me précipitais vers l'endroit où des cris ponctuaient les battements frénétique de mon cœur. La jeune femme que j'avais vu courir tout à l'heure se tenait près de la femme qui hurlait, mais étrangement ce n'était pas elle qui m'interpellait. Tel un appel je m'approchais doucement de la femme, posant finalement ma main sur le ventre de celle-ci et le verdict fut sans appel.


« Nous devons nous dépêcher, rapidement. »

L'urgence dans ma voix avait galvaniser certains. Je ne savais pas ce que cela ferait sur la jeune femme, mais elle devait faire vite. Gardant la main sur le ventre pour ne pas perdre le lien avec le bébé, je la regardais tranquillement. La mère était fatigué, les contractions se faisaient de plus en plus forte et la douleur plus intense. Je chuchotais pour qu'elle seule entende.

« Le bébé, il a du mal à respirer, nous devons faire vite sinon les deux mourront. Il faut se dépêcher, il n'y a pas le temps d'attendre. »

J'étais un peu paniquer. Le combat je connaissais, mais d'habitude il n'y avait que ma vie qui était en danger ce qui avait pour effet de me galvaniser, mais là, ce n'était pas ma vie qui était en danger. C'était celle de la mère et de ce bébé. Je regardais donc la jeune femme avec une certaine insistance. Il fallait qu'elle fasse vite sinon... le pire pourrait survenir.<:blockquote>


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 11 Aoû 2014 - 19:00

Evynne se précipita au côté de la femme qui criait comme jamais. Filyë était à bout de souffle et avait du mal à reprendre sa respiration. L'Aasimar était paniquée, elle ne pouvait réaliser ça seule. La tâche lui semblait énorme. Seule, elle n'arriverait à rien, surtout pour une naissance prématuré.
Il fallait qu'elle ordonne les choses, qu'elle gère la crise dans l'ordre. Il fallait parer au plus pressé.  D'abord, il fallait calmer la future mère. Ensuite... ça allait le faire tout seul, non ? Elle l’espérait. Il ne fallait pas qu'elle rate cet accouchement. Evynne avait deux vies à gérer. L'une après l'autre.

Mais tout d'abord il fallait qu'elle se prépare matériellement. Pas le temps de penser. Il fallait agir.  Elle cria à Fanzet de chercher une bassine d'eau, de quoi éponger la sueur et de voir si du monde avec de l'expérience voulait aider. Elle ne se sentait pas vraiment de le faire seule. Si une femme ayant déjà accouché pouvait venir, ça serait déjà ça. Par pitié, que quelqu'un vienne l'assister.
Toutes ces pensées allaient à Adenora. Pourquoi l'avoir abandonner maintenant ? Si la fille aurait été du genre à jurer où  même ç connaître un juron, elle l'aurait fait. Elle ne maudit rien ni personne  pour ce moment. Elle devait se concentrer. Gérer la mère.

Déjà sur le dos, les jambes écartés et relevés Filyë tentait tant bien que mal de retrouver son souffle. L'adolescente lui saisit les deux mains pour obtenir son attention. La regardant dans les yeux elles  commencèrent des exercices de respiration. Prenant leurs temps pour inspirer par le nez sur un long temps et expirer par la bouche sur un temps encore plus long, les deux femmes réussirent à retrouver un peu de leur calme. Les cris s'étaient espacés. Les comptant, l'Aasimar estima aux contractions qu'elle avait encore un peu de temps. Pas assez pour aller chercher du matériel dans tout les cas. Le bébé était vraiment pressé de venir au monde. Peut-être trop. Elle ignorait quels soins donnés à un prématuré. Il fallait voir en temps voulu. Les choses les unes après les autres.
.
Sensiblement calmée Evynne lâcha les mains en demandant à la Tieflline de continuer ses exercices respiratoires.
Le gérant de l'Auberge était revenue à ce moment là et la sage-femme attitré pour cette naissance particulière lui demanda :

« Tu es prêt à m'assister ou tu veux qu'une autre personne le fasse ? Continue de veiller à ce qu'elle respire correctement, doucement. On inspire et on expiiiire... voilà... Comme ça... »


L'homme ne savait pas quoi dire, il était sous le choc, il ne s'attendait pas à ce que le bébé naisse si tôt. Il n'avait pas l'air préparé de base. Mais il fit ce qu'on lui demanda. Tenant la main de sa femme qui lui plantait les ongles dans la peau, il ne tentait même pas de lui faire une remarque. Il le subissait en même temps qu'elle.

Regardant la scène avec tendresse, Evynne se reprit et alla au bout du lit pour remonter la robe sur les genoux de la femme. Si elle avait eu le temps de se préparer, elle aurait pu prendre son matériel et prendre une toile pour voiler les parties intimes de la dame, mais la guérisseuse n'avait même pas le temps d'y penser. Dans son dos elle sentait des regards mais n'osait se retourner. Evynne ne voulait pas confirmer la présence de curieux qui assistait à la scène. Cela l’embarrasserait encore d'avantage. Elle n'avait pas besoin de ça.
Mais alors qu'elle vérifiait les cols utérins de la maman, une main apparut sur son ventre arrondi. Surprise, l'Aasimar leva la tête pour découvrir une femme. Son regard la galvanisa. Tout comme le ton qu'elle employa. Elle ne fit que hôcher la tête en la regardant.

Mise en garde par l'inconnue, Evynne secoua la tête. Faire vite. Elle était marrante, ce n'était pas si facile. On ne décidait pas vraiment du temps que ça prenait, surtout quand on avait aucune expérience. Mais elle devait le faire.
Prenant la parole à voix haute la sage-femme annonça :

« Fylië je veux que vous inspiriez et que vous poussiez très fort. Dès maintenant. Vous pouvez le faire ? »

La femme en nage s’exécuta. Les yeux sur le sexe de la femme, Evynne tentait de réfléchir à un moyen pour accélérer le processus. Sa magie était inutile. Adenora lui avait dit qu'elle pouvait calmer la douleur mais que cela rendait la tâche plus difficile pour la mère. Sa fille n'osait pas l'utiliser maintenant.

Derrière elle une voix d'homme se fit entendre. Celle du père d'Evynne, Elziniel. Il demanda à ce que les gens cessent d'observer et qu'il fallait laisser les femmes s'occuper de la naissance. Des soupirs se firent entendre mais le bruit ambiant disparu. Evynne lança alors à son père :

« Va chercher le matériel de Maman, le plus vite possible »


La femme elle, continuait toujours à pousser. L'Aasimar l'encouragea. Il lui semblait apercevoir une chose apparaître. C'était bon signe.
« Allez-y, donnez-tout maintenant ! »

Mais alors qu'Evynne avait bon espoir, les choses semblèrent s'accélérer dans le seul but de se passer mal. Le bébé ne semblait plus avancé et était bloqué au niveau du col et elle ignorait ce qui se passait exactement...


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Mar 12 Aoû 2014 - 8:02

Je ressentais avec intensité les émotions du nouveau né. Comment ? Ça je n'en savais strictement rien, mais je savais que je ne pouvais pas m'éloigner de lui, comme si chaque fois que je tentais de m'en allait il me rappelait à lui. Visiblement, nous étions lié d'une quelconque manière même si je ne comprenais pas réellement comment et pourquoi. Je laissais donc mon instinct d'empathique faire ce qu'il devait faire. Rassurer la femme qui accouchais et rassurer le bébé en quelque sorte. Il était assez peu comment que deux demi-être puisse mettre au monde un enfant, c'était donc un événement hors du commun qui allait avoir son importance dans de nombreuses années. Je me prenais donc au jeu, rassurant la mère autant que l'enfant. Si le petit était en souffrance, il semblait que c'était aussi le cas de la jeune dame qui tentait de le mettre au monde. Pourquoi tout ne se passait pas aussi simplement que nécessaire ? La vie était quand même quelque chose d'étrange. Puissante et en même temps si fragile. Je laissais tomber mes réflexions pour me concentrer sur l'enfant en soit, sur la naissance.

Je ne savais pas trop ce que possédait l'Aasimar comme don, car c'était cela qu'elle était, celle que j'avais vu courir et qui finalement se tenait là pour faire accoucher la jeune femme. Au fur et à mesure, l'enfant semblait arriver. Je ne voyais pas réellement ce qu'il se passait dans la pièce, trop concentrer sur l'enfant, sur l'état dans lequel ils étaient tous les deux. Cependant, si l'enfant commençait à faire surface, quelque chose intriguait fortement mon empathie. Quelque chose qui me fit comprendre que tout n'irait pas très bien, que tout n'avancerait plus. Et j'avais bien raison. Alors que tout semblait aller pour le mieux, que nous commencions à voir la tête du bébé, plus rien ne se passa. Comme si quelque chose le bloquait et c'était bien cela qu'il y avait. Le bébé ne pouvait pas passer, il était bien trop grand. Je ressentis l'affolement de la mère qui sentait elle aussi que quelque chose n'allait pas comme il le fallait. Je le regardais tranquillement, un sourire rassurant.


« Respirez-bien, surtout. Détendez-vous, voilà, prenez bien vos inspirations et n'hésitez pas à vous détendre le plus possible. »

Je me tournais vers la jeune femme et me rendit compte que le col s'ouvrait un petit peu plus. La faire se détendre. Il fallait que je le fasse sinon il faudrait sortir le bébé d'une autre manière. Je me tournais alors vers la jeune femme lui murmurant doucement ce que je pensais.

« La tête du bébé est trop grosse pour passer. Je vais tenter de la faire se détendre encore plus, je pense que la douleur n'aide pas mais sans cette douleur, elle ne pourra pas mettre l'enfant au monde. Je vais tenter autre chose pour espérer que ça passe. Sinon vous allez devoir sortir l'enfant par un moyen et rapidement parce que plus le temps passe et plus il est en souffrance. »

Je n'avais pas envie d'affoler la jeune femme, mais il fallait tout de même faire assez vite. Je me tournais de nouveau vers la mère, ma main n'avait pas quitté son ventre pour ne pas perdre le contact avec le petit. Je me détendis à mon tour, me concentrant sur les sentiments de la jeune mère et finalement je repris la parole.

« Bien, vous vous souvenez lorsque vous prenez un bain. La chaleur qui se diffuse dans votre corps. »

Elle aquiesca et finalement avec un sourire je repris la parole.

« Bien alors pensez que vous êtes dans votre bain. L'eau chaude réchauffe peut à petit votre corps. Vos muscles absorbent l'énergie de l'eau et la diffuse doucement. Vous sentez alors votre corps se détendre, plus légère. La douleur se fait moindre et le calme reprends place. »

Mon aptitude du sang, calmer les gens. Ça avait l'air de marcher assez bien avec la dame et d'ailleurs son mari avait reprit quelques couleur. Je continuais donc de parler, cherchant son regard. Ses contractions était toujours aussi douloureuse, mais elle semblait bien mieux les supporter. J'espérais que le col se dilaterait assez pour que la tête du bébé puisse passer. Une fois que la tête serait passer, le reste passerait bien plus facilement. Je n'osais regarder la sage-femme de peur que la mère recommence à s'inquiéter, mais j'espérais sincèrement que cela marcherait et que nous n'aurions pas à aller chercher l'enfant d'une tout autre manière.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Mar 12 Aoû 2014 - 12:09

    Il s'était bloqué. Trop large peut-être. Le col ne devait pas être élastique ? Ne devait-il pas s'élargir de lui même ? Normalement c'est ce qu'il se passait. Evynne se mordit la lèvre. Elle devait retrouver son calme, respirer lentement.

    L'inconnue venue en rescousse était d'une grande aide. Elle aidait la mère à se détendre et à se sentir bien. Elle se concentrait sur les mots de la femme et non pas sur ce qui lui arrivait. Bien que la douleur la saisissait, elle ne se préoccupait plus des contractions. La voix de la femme calmait Filyë, c'était une bonne chose.

    Evynne observa le col se détendre. Pourtant, le bébé n'avançait pas plus. Quelque chose semblait bloqué. Dans tout ces états l'adolescente se dit qu'il fallait qu'elle aide l'élargissement. Qu'elle y mette les mains. Elle n'avait rien de propre ou aucun instrument pour ça. Ce n'était pas très sain mais il le fallait. L'Aasimar trempa ses mains dans la bassine d'eau à son côté avant de prévenir les femmes présentes :

"Je vais devoir faire passer mes mains pour le tirer de là. Les pinces auraient été bien mieux mais je n'ai pas eu le temps de les prendre. Il faudrait peut-être que j'attende mon père, ça ne devrait pas être long."

    Mais Filyë répondit, dans un cri de souffrance :

"Faites-le ! Sortez-le, je n'en peux plus"

    Hésitante, Evynne regarda par la porte pour voir si son père arrivait. Ce n'était pas le cas. Elle ne savait pas vraiment si elle oserait sortir l'enfant à la main. Dans tous les cas, ça ne serait jamais propre et l'urgence se faisait ressentir. Mais la magie titillait l'Aasimar. Pourquoi pas utiliser la lumière pour calmer la douleur et apaiser les blessures ? Pourquoi pas ? En une seconde des boules lumineuses étincelaient dans les mains de la sage-femme. Elle allait glisser ces doigts quand un cri derrière elle retentit :

"Attends !"

    Elziniel entra en courant et donna un sac à sa fille. Elle récupéra prestement un forceps. Voila qui serait bien plus utile. C'était comme deux grandes cuillères en métal séparables, rassemblées sous forme de pince. Elle le coinça à l'intérieur du vagin, le glissa entre le col de l'utérus et la tête du bébé. Voulant le passer sur le côté, elle sentit que cela buttait contre quelque chose. C'était étrange. Le cordon ombilical n'était pourtant pas visible et ne gênait pas.

    Ne comprenant pas Evynne se mordit la lèvre avant de jeter un coup d’œil à la mère pour voir si elle pouvait résister encore un peu. Complètement rouge, bien qu'elle l'était de base, ces cornes semblaient vibrer. Cela fascina un peu l'Aasimar avant qu'elle ne réessaie de faire passer les pinces. Elles passèrent sur le devant et le derrière de la tête.

    Puis, Evynne comprit enfin. Les cornes. Le bébé devait avoir des cornes... Ça empêchait le passage. Rigolant nerveusement l'adolescente comprit qu'elle devait faire passer les pinces sur les cornes pour ne pas blesser la mère. Jouant des pinces avec difficulté, elle réussit à les positionner sur une corne. Ça devrait aller.

"Poussez fort maintenant. Une dernière fois."

    Evynne assista à l'effort de la femme, cela débloqua la partie de la tête de l'enfant où la pince se trouvait. En quinconce, l'autre partie du crâne passa. En tirant à l'aide des pinces le crâne complet fut visible. Avec les deux petites cornes. Et puis les yeux furent visible, et le nez, la bouche, les épaules, le ventre. A ce moment là, Evynne lâcha la pince pour saisir l'enfant et le tirer. Il sortit tout à fait.
    Un bébé rouge glissa dans ses mains. S'assurant que sa voie respiratoire n'était pas bouché par le liquide visqueux sur tout le corps, Evynne coupa le cordon ombilical. Plus qu'à le laver, l'envelopper dans le tissu propre et le donner à sa mère. Ce qu'elle fit assez rapidement en annonçant, avec un sourire :

"C'est un joli petit diable"


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Jeu 14 Aoû 2014 - 4:50

Quelque chose n'allait pas, je pouvais le sentir assez facilement. Le bébé envoyait des ondes de panique en quelques sortes. Ma voix semblait avoir calmer la mère comme je l'espérais, mais visiblement ce n'était pas suffisant. Je sentais la jeune femme prête a sortir le bébé sans rien demandé d'autre lorsqu'un autre cœur rejoignit notre cercle. Je compris qu'il y avait quelque chose entre lui et la jeune femme, mais je ne m'étendis pas sur le sujet, chercher à calmer encore et toujours la mère. C'était une épreuve assez compliqué de mettre au monde un enfant, je me demandais bien si cela m'arriverait un jour, mais pour cela j'allais surtout devoir trouver celui qui partagerait ma vie et ça ce ne serait pas une mince affaire. Qui oserait partager la vie d'une détective empathique ? Je laissais tomber mes pensées, ce n'était pas le moment pour ça, je n'étais pas celle qui était en état de faiblesse. Je tentais donc de me concentrer de nouveau et finalement reprit le fil de mes pensées lorsque l'Aasimar demanda à la jeune femme de pousser fort.

Il ne fallut pas très longtemps à la jeune femme pour pouvoir sortir la tête du bébé. Heureusement que l'homme qui lui avait dit d'attendre était arrivé à temps car visiblement elle n'aurait rien pu faire avec les pinces. Une fois la tête passé, je sentis mon emprise sur les sentiments du bébé diminuer. Je me sentais un peu vide pour être honnête, comme si on m'avait enlevé quelque chose, comme si au delà de cet empathie, il n'y avait plus rien. Je pouvais ressentir l'épuisement de la mère, la joie des deux parents, celle de la jeune femme qui l'avait accouché, celle de l'homme qui était venu. Je souriais tranquillement et finalement mon regard se porta sur l'enfant. Un beau petit Tiefflin. Une naissance c'était réellement génial à voir mais plus encore quand on y participait.


« Il est réellement superbe. Bravo ! »

Je m'adressais à la jeune femme, laissant ma main quitter son ventre. Je me levais avec peine. J'avais oublié quelque chose cependant. Ouvrir ainsi mes perceptions pour mon empathie me pompait énormément d'énergie et j'avais aussi utiliser le pouvoir du sang des Bélinois pour calmer la femme. Je venais de faire un peu trop d'effort et mon corps avait épuisé sa réserve d'énergie vitale. Je n'eus pas réellement le temps de me rasseoir, la tête me tourna, le décors de la chambre s'efface et je m'effondrais. J'aurais probablement des bleus en revenant à moi, mais pour l'instant c'était le noir qui me cueillait pour m'emmener dans l'inconscience.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Jeu 14 Aoû 2014 - 17:29

    Après avoir donné l'enfant à la mère, Evynne sourit. C'était terminé. Toutes les inquiétudes s'étaient dispersés. Un apaisement régnait dans la pièce. Le père n'osait pas toucher son enfant mais il le vénérait du regard. Elziniel, voyant la scène alla jusqu'à lui pour lui taper dans le dos en riant. Il connaissait ce sentiment.

    Sa fille saisit son regard, pleins d'émotions et de fierté. Elle était sur un petit nuage, les larmes aux yeux. Mais elle était aussi rompue par la fatigue. Si elle restait debout, ce n'était que parce que l'adrénaline lui avait fourni un peu de force.

    Se tournant vers l'inconnu qui avait assisté la naissance qui venait de prendre la parole, l'Aasimar la vit tituber, vaciller et s'écrouler. Sans avoir le temps de la rattraper, l'esprit encore vague, Evynne tomba sur les genoux à côté d'elle.
    Son premier réflexe fut de prendre sa respiration. L'inconnu était juste évanouie. Il fallait la déplacer dans un lit, mais l'emmener chez elle était trop épuisant pour que la femme le fasse seule. Puis la mère et le bébé pourrait avoir besoin d'elle pour à tout instant.

    Levant la tête vers les deux pères qui s'étaient approchés, soucieux, elle leur demanda d'une voix faible :

"Il faudrait l'allonger dans un lit d'une chambre, si possible."

    Le gérant de l'auberge hocha la tête et allait pour la porter quand Evynne secoua la tête en posant ses mains sur les siennes :

"Reste avec ton enfant, mon père va s'en occuper"

    Et c'est ce qu'Eziniel fit, il le porta dans la chambre la plus proche. Il la déposa sur le bord du double lit, celui le plus proche de la fenêtre ouverte. S'assurant qu'elles ne manquaient de rien, Evynne l'envoya dans la salle d'accouchement pour y rester. Au cas où il se passerait des choses, il pourrait venir la chercher. En attendant il fallait qu'elle s'occupe de la femme.

    Elle s'était cogné la tête en tombant. Fatiguée, l'Aasimar s'en occupa. La fenêtre était ouverte et la lumière passait. Utilisant sa magie, la jeune femme passa ses mains sur le crâne de l'inconnu. Rien de grave, pas de lésions. Rassurée, Evynne s'assit à côté de la femme. Puis, elle ferma les yeux. Et le sommeil la gagna, sans même qu'elle ne se rende compte qu'elle tombait dans le monde des songes.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Ven 15 Aoû 2014 - 14:44

Le noir, le vide, j'étais totalement perdu dans cet état d'inconscience ou son esprit se rend compte qu'il y a eu des excès dans le corps. Je comprenais en quelques sorte pourquoi je m'étais écroulé. Pas assez de muselage, trop de laisser aller, mais j'avais fait cela pour le bébé, ce magnifique petit bonhomme qui était né. Un sourire se peignit sur mon visage inconscient. Je regardais devant moi et retrouvais avec bonheur cette forêt qui m'était cher. Hydrasil et ses magnifiques arbres. Peu importe ce qu'il avait pu m'arriver durant ma jeunesse, je ne pouvais cesser d'aimer cet endroit. Tout était tellement beau. Tout était tellement vert. J'aimais être là bas. Je m'avançais donc pour y retrouver le calme. Le temps que mon corps récupère un peu d'énergie, je n'avais pas d'autre choix que d'y aller. Je regardais autour de moi, cherchant à voir quelqu'un. Lorsque j'étais dans cet état, généralement ma tante arrivait à grand pas pour me faire ressasser ce passé traumatisant qui m'avait fait choisir cette voie. Mais finalement, il ne se passa rien. Les oiseaux qui chantait, la verdure qui s'étalait au fur et à mesure et finalement une forme. Un petit animal que je ne connaissais pas et qui me regardait droit dans les yeux.

« Il est temps de revenir dans la réalité. »

Revenir, dans la réalité. Oui, il allait falloir que j'y revienne rapidement. Je ne savais pas réellement depuis combien de temps j'étais dans cet état, mais il était temps que cela cesse. Je m'éloignais donc tranquillement de la forêt, envoyant un signe à cet animal et finalement après quelques instant, ma conscience revint. J'ouvris petit à petit les yeux pour me rendre compte que j'étais allongé dans un lit. Je tentais de remuer et je me rendis compte que mes muscles étaient réellement très douloureux, mais pas seulement. Ma tête me faisait mal aussi. Je portais donc ma main à ma tête et finalement tenta tant bien que mal de me relever. Je réussis à me mettre assise et mon regard plongea dans la pièce ou je vis la jeune femme. Une voix rauque sorti de ma gorge.

« Désolé. »

Je toussais un peu pour m'éclaircir la voix. Ce que j'avais mal au crâne. J'avais du mal à mettre mes idées dans le bon ordres et finalement après un certains temps j'arrivais à me concentrer un peu.

« Est-ce que je bébé va bien ? Je suis réellement navré, j'ai un peu trop tiré sur la corde, je ne pensais pas que je m'évanouirais ainsi. »

Je souriais tranquillement et finalement reprit plus sûrement.

« Dites-moi, vous n'auriez pas un peu d'eau et quelque chose contre le mal de tête s'il vous plaît. Je crois que ma chute n'est pas passé inaperçu pour mon crâne et j'ai un peu la bouche sèche. »

Heureusement, il m'en fallait plus que je sois totalement démonté. Finalement mon enfance me servait à quelque chose. Prendre des coups m'avaient permit d'encaisser la douleur plus facilement et j'avais moins tendance à m'en faire lorsque je me blessais. J'attendais donc les réponses de la jeune femme qui ne venait pas. Mon regard qui se faisait moins voilé remarqua alors qu'en fait elle était endormis. Évidemment, il fallait bien se douter qu'elle n'allait pas resté éveillé. Faire ce genre de travail devait être épuisant. J'attendais donc finalement qu'elle se réveille pour lui reposer une fois de plus mes questions. En attendant, je fermais doucement les yeux pour tenter de faire refluer la douleur de ma tête.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Ven 15 Aoû 2014 - 15:56

    La jeune femme endormie se réveilla doucement. Encore un peu sonnée, elle émergea en douceur. Evynne n'aurait pas cru qu'elle était fatiguée au point de s'endormir sans même s'en rendre compte. Heureusement, elle était en pleine forme maintenant et pu s'occuper de l'inconnue. Elle se préoccupait de l'enfant et s'excusait de s'être évanouie. L'Aasimar lui répondit d'une voix calme :

"Il doit bien aller, personne n'est revenue me chercher depuis. Pas de soucis, je suis habituée à ce que les gens s'évanouissent en ma présence. J'espère quand même que ce n'est pas de ma faute à chaque fois."

    Evynne rigola un peu en pensant à toutes les personnes qui s'était écroulée face à elle. Bien plus d'une. Heureusement que c'était la fatigue ou les blessures qui le causaient, pas elle même. Mais le doute s'installait quand même. Et si c'était le cas ? Non.. elle était bête de penser cela, ça ne se pouvait pas.

    Se reprenant, elle se préoccupa de la femme. Apparemment elle souffrait de déshydratation et de mal de tête. Hochant la tête Evynne se rapprocha de la fenêtre. Le soleil était en train de se coucher. Secouant la tête, elle assit la femme sur le bord du lit et concentra la lumière restante dans ces mains. Puis elle les passa sur la tête de la femme en expliquant :

"Normalement, vous devrez vous sentir mieux. La lumière n'est pas très forte mais elle devrait être suffisante pour ne plus avoir mal. Sinon... hum... comment vous appelez ? Je suis Evynne Pianec"

    Une fois les présentations fini elle reprit :

"Je vais aller vous chercher un verre d'eau. Venez avec moi, je passe voir le nouveau né et ces parents avant ça"

    Emmenant la jeune femme jusqu'à la chambre de l'accouchement elle salua les personnes présentes et fit les présentations. Filyë gardait son enfant auprès d'elle, toujours allongée, tandis qu'Anzet, assis sur le lit près de sa femme avait le doigt pris dans la main de l'enfant. La scène la réjouit. L'après naissance était un moment formidable. Son propre père lui, se faisait discret dans un coin. Souriante, Evynne prit la parole :

- Je vais aller chercher de l'eau pour la demoiselle. Vous avez trouvé un nom pour votre petit né ?


    Les parents la regardèrent, puis regardèrent l'enfant. Ils secouèrent la tête avant qu'Anzet ne dise :

"J'aimerai l’appeler Baal ou Gabriel, mais ma tendre femme souhaite le nommer Bohem ou Galaad, nous hésitons encore"


    Riant, Evynne partit chercher de l'eau.en leur souhaitant bonne chance et laissant la jeune femme avec eux. Elziniel l'accompagna, il pouvait reprendre son travail. Il descendit avec elle et lui laissa un baiser sur le front avant de lui dire :

"Je suis fier de toi mon enfant. J'aurai aimé que ta mère sois présente, mais tu t'en es sortie comme une vrai sage-femme. Je t'aime Evynne."


    L'Aasimar le prit dans ces bras. Les naissances avait fait se rendre compte à quel point Elziniel tenait à sa fille. Il s’éclipsa discrètement peu tandis que sa fille remplissait un verre d'eau et remonta le donner à Eliaë.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Dim 17 Aoû 2014 - 4:05

Ma tête me faisait bien moins mal les yeux fermés. Je me demandais quand est-ce que la jeune femme se réveillerait, j'espérais sincèrement ne pas l'avoir réveillé avec mes paroles. Si je n'avais pas parlé fort, je n'étais pas certaine qu'elle ne me ressemble pas sur ce point et donc qu'elle devait se réveiller au moindre bruit. J'en eus la confirmation alors que je la sentais s'éveiller. Ne voulant pas aggraver mon mal de tête, je restais les yeux fermé et l'écoutait parler. Bon si bébé allait bien, s'était le principal. La suite de l'histoire, je ne la compris pas trop. Pourquoi parlait-elle de lumière. S'était justement cette luminosité qui accentuait mon mal de tête. J'avais toujours eu des souci avec la lumière et ses yeux bleus, à croire que cela ne m'allait pas du tout. Je laissais cependant la jeune femme faire et répondit à sa question entre temps.

« Eliaë Asiniël. Ravie de vous rencontrer. »

Étrangement, la douleur refluait et petit à petit ma tête se sentit plus légère. Je pu alors ouvrir les yeux et voir à peu près le monde autour de moi sans me sentir agressée. Je suivais donc Evynne qui allait voir le bébé. Cela m'arrangeais en vérité, je sentais encore ce lien avec le petit, plus ténu, mais bien présent. Il fallait que j'aille le voir, il est possible qu'une fois que je remarquerais qu'il allait bien et qu'il n'y avait pas de souci, le lien s'amenuiserait et je me sentirais plus libre. Cet empathie était étrange et en même temps cela m'avait permit d'assister à un accouchement et aussi de sauver la vie d'un bébé et de sa mère. Car quoi qu'on en dise, tous deux avait été en danger durant un moment. Nous arrivions donc dans la chambre des parents ou la sensation de bonheur était quelque peu étouffante. Ce n'était pas que je leur en voulais. Je pouvais comprendre cela, c'était surtout que j'avais déjà fait une overdose de sentiment, si je continuais ainsi, j'allais probablement finir par en faire une autre. Il fallait que je me régule, fermer les boutons, sauf que je ne pouvais pas définitivement ne rien ressentir.

Evynne entra dans le vif du sujet lorsque nous arrivions dans la chambre. Un nom pour le bébé. C'était vrai que je n'y avais pas réellement pensé. À croire que mon cerveau avait cesser de fonctionner. Lorsque les parents commencèrent à parler des noms. Je en pus m'empêcher de me demander si mes parents avaient éprouvé la même chose lorsqu'il avait cherché mon prénom. Un sourire se fit sur mes lèvres alors que je me rendais compte qu'être d'accord n'était probablement pas une bonne idée.


« Et pourquoi pas mixer vos prénoms. On obtiendrait Baalhem ou Galabriel. Même si je dois avouer avoir un petit faible pour Galaad. »

Je souriais tranquillement et finalement me rendit compte de ce que je venais de faire.

« Désolé, je ne voulais pas m'immiscer dans votre bonheur récent. Je parle sans réfléchir. »

Je souriais de nouveau et mon regard croisa celui du bébé qui semblait sourire lui aussi. Je sentis alors l'emprise de notre lien diminuer. Mon cœur se sentait plus léger. Le petit allait bien et allait vivre. Tant mieux, je ne pouvais rien demander de plus que cela. J'attendais donc tranquillement que la jeune Aasimar revienne. J'avais un peu l'impression d'être une intruse tout de même et l'envie de m'en aller me démangeait de plus en plus pour être honnête. Je vis revenir alors Evynne qui me tendit un verre. La remerciant silencieusement, j'attendais. Inutile de rompre le silence de ce lieu pour l'instant. Et puis je n'étais pas réellement dans mon bon droit pour cela. Il allait falloir que je sorte et rapidement, il me fallait de l'air frais.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Ven 22 Aoû 2014 - 17:49

    Evynne fit son possible pour revenir le plus vite possible. Le verre d'eau dans la main, elle grimpa les marches en faisant attention de ne rien renverser et arriva dans la chambre. Eliaë prit le verre en hochant la tête en silence. La paix régnait ici. Cela apaisait l'Aasimar. Elle jeta un coup d’œil aux parents et leur annonça :

"Tout à l'air de bien aller, nous allons vous libérer. Si vous avez besoin d'aide, n'hésitez pas à m'avertir !"

    Les nouveaux parents hochèrent la tête en souriant avant que la femme ne fasse demi-tour. Mais un cri la retint derrière elle.

"Baalhem. Il s'appellera Baalhem."

    C'était la mère qui venait de s'exprimer, le père était penchée sur elle et venait de lui susurrer à l'oreille. La sage-femme leur sourit et s'inclina légèrement. Avant de s'éclipser elle s'adressa une nouvelle fois à la famille :

"Bienvenue dans la vie Baalhem, qu'elle te soit heureuse !"

    Evynne ferma la porte derrière elles et se retourna vers la femme qui les avait aidé à l'accouchement :

"Cela vous dirai de sortir prendre l'air ? Cela ne vous fera pas de mal. Et on pourra s'assoir là où vous le souhaitez pour parler un peu."

    L'Aasimar gardait un large sourire et guida Eliaë jusqu'à la place centrale où elle trouva un banc libre. S'asseyant dans le soleil couchant, Evynne épargnait les yeux de l'humaine. En effet sa peau blanche réfléchissait la lumière au point de faire mal, mais elle ne s'en rendait pas compte. Elle était habitué à illuminé les alentours, comme tout Aasimar.
    Admirant un instant le ciel rosé qui s'étirait au delà des maisons, l'adolescente pencha légèrement la tête avant de lui demander :

"Vous vous y connaissez en accouchement ?"

    La question lui tournait dans la tête depuis un moment. Bien que la femme était timide et réservée, Evynne lui prêtait de l'attention. Personne ne lui demandait de l'aide en cet instant, elle avait le temps de se soucier d'autrui. Puis, elle était curieuse aussi, c'est pourquoi elle enchaina ses questions :

"Vous êtes humaine, que faites-vous à Quiétude ? Et pourquoi êtes vous montez jusqu'à la chambre d'accouchement pour aider ? C'est un geste très altruiste. Vous ne seriez pas un peu une ange vous aussi ?"

    Sur cette dernière question Evynne se retourna vers la femme, avec un large sourire. La femme voyait toujours le monde très positivement et naïvement.




#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Sam 23 Aoû 2014 - 15:57

L'eau me libéra du sentiment de nausée qui persistait. Ce don était réellement un fardeau lorsqu'il s'y mettait sérieusement. Je ne savais pas trop comment faire pour arranger, cela, probablement que je trouverais à un moment comment le gérer, mais pour le moment j'étais en quelque sorte son esclave. Lorsqu'Evynne reprit la parole, je me sentit tout de même assez soulagé. Je venais d'épuiser mon quota d'énergie et tous les sentiments affluaient vers moi tel des enfants en mal de câlin. Si je me sentais mieux je n'en étais pas moins très fatigué et en plus de cela, je venais de m’immiscer dans un accouchement pour sauver un bébé et sa mère, chose qui était réellement nouveau pour moi. Lorsque nous allions sortir, j'entendis alors la mère dire l'un des noms que j'avais mixer en quelque sorte. Je me retournais vers elle pour lui sourire et quand l'Aasimar souhaita la bienvenue à l'enfant, je ne pu m'empêcher de faire pareil.

« Puisse-t-il avoir une vie heureuse et bien rempli. »

Je leur souriais tranquillement. Ces gens méritaient réellement le bonheur et j'espérais qu'avec le nouveau venu, ils en auraient encore plus qu'il n'en avait eu auparavant. Je souriais donc encore lorsqu'elle me proposa de sortir un moment. Je devais bien avouer que l'air frais me ferait le plus grand bien, non seulement parce que j'avais besoin d'évacuer tout ces sentiments, mais aussi parce que j'avais besoin de me débarrasser de cette nausée. L'air frais serait un excellent moyen. Il ne nous fallut pas longtemps pour sortir de la maisonnée et nous installer sur un banc à l'abri du soleil. Je lui était reconnaissante, je n'aimais pas forcément le soleil et sa chaleur, ça me fatiguait plus que de mesure. J'avais grandis dans le froid, sur le carrelage glacé de la maison de ma tante, le chaud ne m'allait réellement pas. Je me souvenais encore du moment ou j'étais arrivée chez Eilor. J'avais mis un temps fou à m'adapter à la température désertique de Varakir. Mais finalement, on se fait à tout non ? Je regardais de nouveau la jeune femme lorsqu'elle me demanda si je m'y connaissais en accouchement et en fait la réponse était toute trouvé.

« Pas le moins du monde. Je n'ai jamais assisté à un accouchement de ma vie s'était le premier pour vous avouer. C'est assez stressant comme travail tout de même. »

Je repensais au choix qu'il fallait faire, pour sauver la mère et l'enfant lorsque la naissance était difficile. Je repensais aux différentes sentiments émis, à la douleur de la jeune mère, à l'incompréhension de la jeune femme, à l'attente et la faiblesse du bébé, tout ça, un tout qu faisait quelque chose de différent de ce que je faisais d'habitude. Un tout presque complet finalement si on y regardait bien. Ce genre d'événement, s'il ne me dérangeais pas, je préférais ne pas trop souvent y assister. Mon empathie n'était pas réellement le pouvoir le plus utile dans ce genre de domaine surtout qu'il m'avait coûté pas mal d'énergie. J'entendis alors ses questions successive. Sa façon ce les prononcer si rapidement me fit sourire, on aurait dit une enfant qui avait peu de ne pas avoir de réponse.

« Je suis humaine oui et si je suis ici c'est parce qu'on m'a demandé de venir enquêter sur une disparition. L'une des vôtres, une Tiefflin avait disparu. Je suis une enquêtrice en quelque sorte. Je résous les problème que personne d'autre ne tente de résoudre. »

Nouveau sourire et finalement je me demandais si je devais lui parler de mon don. Bah de toute façon je pouvais bien le faire, qu'est ce que cela allait m'apporter de mentir, surtout maintenant.

« Si je me suis précipité dans la chambre parce que le bébé m'appelait. »

Je savais parfaitement que ce n'était pas réellement une explication valable, alors regardant le ciel, je me lançais dans une explication succincte.

« Pour faire simple, je suis une empathe. Je ressens les sentiments de tout le monde. Comme cet homme qui ne nous regarde pas mais ressent de la curiosité à mon égard. Ou celui derrière nous qui est énervé pour quelque chose dont je ne sais rien. Je ressens tous les sentiments, et avec ce bébé, je ne sais pas ce qu'il s'est passé. C'est comme si un lien s'était formé avec mon empathie. Je ressentais sa souffrance, son envie de sortir et de vivre. Alors je suis venue, je ne pouvais pas ne pas répondre à ce genre d'appel. »

Je laissais couler quelques minutes et finalement repris.

« C'est de l'altruisme probablement, mais vous savez il n'y a pas que les anges qui possède cette caractéristique. »

Je souriais une nouvelle fois et ce fut à mon tour de poser une question.

« Sage femme c'est votre métier ? »

Une question dont j'avais probablement la réponse, mais je préférais l'entendre de sa bouche plutôt que de faire des spéculations.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Dim 24 Aoû 2014 - 12:56

    Evynne écouta les réponses en hochant la tête vaguement. Assise sur le banc elle se releva brièvement pour mettre ses jambes en tailleur et continuer d'écouter. Cette position l'apaisait.

    L'Aasimar rigolait un peu à ce que Eliaë lui disait. Pas que ça soit foncièrement marrant mais que l'innocence et la naïveté à propos de l'accouchement était touchant. Soit, un accouchement était éprouvant. Mais donner la vie était bien moins éreintant que d'en perdre une alors que les soins lui étaient confiés. Cela lui était déjà arrivé quelques fois et elle en avait souffert plusieurs jours. Parfois rien que d'y penser la plongeait dans un désarroi profond. Mais un évènement tel qu'une naissance lui redonnait espoir et lui faisait aimer la vie et son métier. Evynne donnait un sens à la vie et accompagnait des gens jusqu'à leur dernier souffle. C'était ça être guérisseuse.

    Ayant un peu sombré dans ces souvenirs, la femme se ressaisit pour écouter l'humaine et sourcilla quand elle évoqua la disparition d'une tieffline. Elle n'était pas au courant de cette histoire. La plupart des démons quittaient la ville. Mais enlevé ? C'était étrange et pas vraiment de bonne augure. l'Ange n'avait jamais entendu parler de cette histoire. Quand et qui ça avait touché ?
    Cela la perturbait et elle ne put s'empêcher de dire :

"Cette histoire de disparition m'intrigue. Je n'en ai jamais entendu parler. Vous pourriez m'en dire plus ? J'ai des contacts ici, je pourrai aller voir ceux que je connais et vous apporter des informations complémentaires !

    Légèrement perturbée elle se reprit et écouta ensuite la femme décrire son empathie. C'était étrange comme certains dons étaient distribués selon les gens. Un léger sourire passa sur les lèvres de l'Aasimar. Elle se demanda si en cet instant, la femme à ses côtés pouvait ressentir les émotions qu'elle vivait. Si sa joie était contagieuse. Ou bien sa tristesse ou sa douleur. Elle prit le temps de réfléchir durant le silence qui suivit mais n'osa rien dire de plus. Cela avait eu l'air d'émouvoir Eliaë et Evynne respecta son silence.
    Si elle n'était pas attentive aux états des autres tout le temps, l'Aasimar faisait en sorte de mettre à l'aise les personnes avec qui elle se trouvait.

    Mais, un peu de temps après, elle ne put s'empêcher de répondre :

"Vous savez, pour s'en servir à bon escient quand il y aurait beaucoup de moyens de l'utiliser dans un mauvais but, vous êtes altruiste. Je suis contente de le voir chez des humains, c'est vraiment rare, même au sein de mon peuple."

    Et puis, Eliaë posa une question, simple et banale qui fit comme un choc à Evynne. Elle s'empourpra et répondit, d'une voix amusée :

"Non, pas du tout. Je suis guérisseuse. Je m'occupe de soigner tout les Impassibles. Et je suis aussi là lors des naissances ! Normalement c'est ma mère qui s'en occupe, mais elle est partie chercher des instruments pour aider l'accouchement. Mais celui là nous a pris de court."

    Evynne se tourna vers Eliaë et sourit :

"Je suis là pour aider le village, pour entretenir une bonne entente et un climat de détente. Que ce soit pour ces habitants que pour les passants. Je peux même vous loger et vous offrir à manger si vous le souhaitez !"

    L'invitation n'avait pas été lancée au hasard. Il commençait à se faire tard et Evynne commençait à avoir faim.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 25 Aoû 2014 - 5:36

La discussion n'était pas mon fort, je le savais parfaitement. Je savais aussi que ce serait compliqué dés le départ. Je n'étais pas comme eux et les comprendre était compliqué, pourtant j'avais l'impression de pouvoir les comprendre un peu plus que si je ne possédais pas cette empathie. Pour le coup, je devais avouer que ce don m'était parfaitement utile et j'en étais contente. La discussion tourna autour de la disparition de la Tiefflin. Lorsqu'Evynne me dit que cette disparition l'intriguais, je ne pu que la croire tant sa sincérité était vrai. Seulement lorsqu'elle voulu en savoir plus je ne pu que sourire. J'avais oublié de dire quelque chose en lui expliquant.

« Ne vous en faites pas, tout a été résolus. J'ai trouvé les fauteur de trouble, mais je ne pense pas qu'en parler soit une bonne idée. J'ai le devoir de garder secret ce qu'il s'est passé. Close de confidentialité avec le client. Je suis navré. »

Et je l'étais réellement. Si son aide aurait pu être précieuse, je ne voulais pas impliqué qui que ce soit dans ces problèmes surtout que lors de ces enlèvements ils sacrifiaient de jeune Aasimars. Elle avait le profil type de celle qu'on sacrifie pour invoquer un démon. Quelle folie tout de même était passé dans la tête de ce tiefflin. Je ne dis rien de plus, la laissant continuer la discussion lorsque je lui parlais de mon don, elle ne s'enfuit pas comme la plupart des gens le faisait. Sa réponse me fit sourire. L'utiliser à bon escient. Et si je lui avouais que ce don me permettait aussi de m'arranger plus facilement avec la loi quand le besoin s'en faisait sentir ? Si je lui avouais que je n'aidais pas toujours des gens très honnête ou des gens foncièrement bon ? Si ma clientèle était composé de personne respectable pour la plupart, ce n'était pas le cas de tous. J'avais eu quelque cas moins respectable. Et je n'hésitais jamais à tuer si cela était réellement nécessaire, mais je ne pouvais décemment pas lui dire ce genre de chose.

Je me tus alors un instant. Cherchant à amener mes pensées sur un autre terrain. Je n'acceptais pas toujours toutes les demandes qu'on me faisait. J'essayais au maximum d'aider ceux qui en avait réellement besoin, seulement parfois cela exigeait que je ne sois pas toujours en accord avec la loi et ça peut-être que l'Aasimar n'aurait pas apprécier. Aider les autres était peut-être de l'altruisme, mais j'étais aussi payé pour ce que je faisais, à ce niveau, on ne pouvait pas réellement parler d'altruisme. Je soupirais intérieurement. Et finalement elle répondit à ma dernière question. Sa gêne m'amuser quelque peu et je ne pus que sourire alors qu'elle me disait qu'elle était guérisseuse. Je ne voyais pas réellement la différence entre les deux, mais après je n'étais pas réellement versé dans l'art du soin. La suite de sa phrase me laissa sans voix un instant. Et après s'était moi l'altruiste ? Un autre sourire se forma sur les lèvres et je me tournais vers la jeune femme.


« Je ne voudrais pas abuser de votre hospitalité, mais je dois avouer que cela m'arrangerais de rester encore le reste de la journée et de ne repartir que le lendemain. Je suis un peu à plat et partir maintenant serait quelque peu suicidaire. Donc j'accepte votre offre avec joie. »

Nouveau sourire, je n'en distribuais pas souvent, mais dans cet endroit j'avais l'impression de pouvoir être moi pour une fois. Sans autre faux semblant, sans visage de convenance.ça faisait un bien fou tout de même.

« Par contre, dite-moi, votre pouvoir à un rapport avec la lumière ? Vous pouvez l'utiliser pour faire baisser la douleur c'est ça ? Ou c'est tout autre chose ? »

Je venais de me rappeler la façon dont elle avait calmer mon mal de tête et ça m'intriguait fortement. Car outre mon empathie j'étais aussi capable de gérer la foudre, de l'utiliser pour paralyser mes ennemis, alors je me posais des questions sur les possibles dont des autres.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Dim 31 Aoû 2014 - 19:28

Hors-Rp:
 

    Evynne fut rassurée de savoir que toute l'histoire avait été résolue et sourit franchement. Bien qu'elle n'en savait pas plus, l'Aasimar n'éprouvait pas plus de curiosité. Pleins de choses se passait sans qu'elle n'en sache rien et sa vie n'en était pas pour autant bouleversé. Il était nécessaire que certaines choses demeurent secrètes. Dans son métier c'était aussi le cas. Certains patients devaient garder leurs petits jardins secret.

    Evynne regarda Eliaë sourire encore. Elle aimait voir les sourires s'illuminer sur les visages de ceux qui l'entourait. C'était une grande satisfaction que de voir ça. L'admirant quelques instants, l'Aasimar ne pouvait s'empêcher de partager le bonheur de la femme en souriant tout le temps.

    Quand l'Humaine accepta son offre, Evynne hocha la tête. Elle comprenait tout à fait cette envie de se reposer avant de reprendre la route. Et puis Eliaë avait l'air si enthousiaste, c'en était vraiment réjouissant.

    Puis, dans toujours la même bonne humeur l'Humaine demanda des informations sur son pouvoir et les réponses ne se firent pas attendre :

- Pour mon pouvoir... eh bien... les Aasimars peuvent utiliser l'énergie du soleil. Certains plus ou moins bien que d'autres. Ma lumière est blanche et forte, quasiment pure, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Elle peux être rosée et très faible, ou bien jaunâtre. Mais c'est le cas pour tout les miens.

    Evynne marqua une pause. Elle aurait voulu montrer à la femme que c'était le cas mais le soleil s'était camouflé. La guérisseuse ne pouvait plus en tirer quoi que ce soit. Ce n'était pas grave, l'Humaine avait déjà vu en quoi ça consistait, les variations n'étaient pas importantes. Et puis, il fallait continuer à expliquer :

"J'utilise la lumière du soleil pour soigner. Il suffit de concentrer la puissance dans ses mains. Je peux soigner les maux de têtes, les coupures légères, les maux de gorges, ce genre de petites choses. Si ce sont des maladies, j'ai plus de mal à les guérir. Mais les coupures et autres plaies à vifs, je sais bien les soigner. Tant qu'elles ne sont pas trop importantes."

    l'Aasimar sourit et puis son visage se ferma un peu avant qu'elle ne dise, sur un ton plus bas, ce sujet la touchant plus profondément :

"Je ne l'ai jamais fait mais on peux aussi imprégner des armes pour renvoyer les âmes des goules et des démons mineurs vers l'Astrale."

    Le fait de tuer la dérangeait toujours autant. C'est pourquoi elle n'avait pas participé à l'élaboration des armes magiques. C'était peut-être une nécessité, mais elle s'arrangeait pour être occupée ailleurs. Il était temps de passer à autre chose de plus réjouissant et Evynne proposa alors :

"Ça vous dirait de rentrer chez moi ? Il va commencer à faire froid. Je dois faire à manger pour mon père aussi. Et pour nous ! Suivez moi."

    Se relevant l'Aasimar guida alors la femme jusqu'à sa maison.



#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Mar 2 Sep 2014 - 17:04

J'écoutais tranquillement ce qu'elle voulait bien me révéler sur son pouvoir. Étrangement je me rendais compte que je ne connaissais pas réellement les Aasimars et encore moins les Tiefflins. Je venais pourtant de leur rendre service par deux fois. Je manquais quand même pas mal de connaissances sur les peuples d'Ildir, il allait falloir que je remédie à tout cela surtout concernant les Sulis. Ne pas commettre d'impair dans mes enquêtes était une bonne chose et connaître les gens était la meilleures choses à faire non ? Se renseigner sur les peuples était donc une des choses que je devrais faire en rentrant à la maison. Je perdis un peu le fils de l'explication jusqu'à ce que je comprenne un peu ce qu'elle voulait me faire comprendre. Tout était assez complexe en vérité, même mes pouvoirs étaient compliqué en soit. Eux qui paraissait si simple au premier abord. Je cherchais alors le souvenir du moment ou elle avait en quelque sorte atténuer mon mal de tête. Oui effectivement j'avais vu de la lumière.

Je me repris doucement au moment où elle parlait de l'imprégnation de la lumière dans les armes. Visiblement ce sujet la mettait mal à l'aise. Pourtant je portais dans mon dos deux cimeterres, plutôt visible quand même, pourquoi n'était-elle pas mal à l'aise avec moi dans ce cas là ? Je pouvais comprendre ses réticences, elle était censé guérir et non pas tuer. Elle donner la vie et ne la prenait jamais. Mon contraire en somme, j'étais parfaitement incapable de donner la vie, de soigner qui que ce soit, par contre j'étais bien plus à même de mettre un terme à une vie. Nous étions tel les deux faces d'une même pièces. Elle blonde, moi avec les cheveux.elle guérissant, moi blessant. Il était étrange de ce dire que nous avions pu nous entraider pour sauver la vie d'un Tiefflin. Un sourire fugace passa sur mon visage et finalement elle reprit une fois de plus la parole. Sa proposition était tentante même si je devais avouer que contrairement à elle, je n'avais pas réellement froid.


« Dans ce cas là, je vous suis. »

Je la suivait tranquillement jusque chez elle, portant mon regard partout comme je le faisais d'habitude. Saluant ceux qui me faisait signe, souriant aux autres. Je n'étais pas habitués à ce genre de démonstration et je ne voulais pas être populaire. Mon métier tenait dans le fait qu'on ne me connaissait pas réellement, qu'il fallait que je me fasse discrète. Une sorte d'ombre et en même temps pour avoir des affaires il fallait un minimum être connu. C'était un peu contradictoire, mais pas assez pour me faire peur ou alors me faire changer d'avis sur mon métier. J'aimais ce que je faisais. Aussi je fus contente d'arriver rapidement chez la jeune femme. Regardant leur habitaton je la vis se diriger vers la cuisine. J'avais toujours aimé cuisiné et d'ailleurs je cuisinais tous les jours. Bon pour moi seule, ce n'était pas très drôle mais tant pis. Ce serait bien plus drôle lorsque mon père viendrait me rendre visite.

« Je peux vous aider pour quoi que ce soit ? Je sais cuisiner, je pourrais vous donner un coup de main. J'aurais moins l'impression de profiter de vous honteusement. »

Souriante, j'attendais qu'elle accepte ma demande. Je ne voulais pas être grossière et la laisser tout faire alors que je m'invitais carrément pour une soirée et une nuit. De plus j'aimais réellement cuisiner. Je la regardais tranquillement, attendant sa réponse.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Jeu 4 Sep 2014 - 16:55

    Guidant la femme jusqu'à sa maison, Evynne prenait soin de sourire à tout le monde. Dans le village, elle avait une petite réputation. l'Aasimar avait au moins parlé une fois à chaque personne présent. Pour certains, elle connaissait même des petits secrets honteux qu'on s'efforçait de cacher. Mais la guérisseuse ne dévoilait jamais les choses qu'il fallait dissimuler. Discrète sur ce qu'elle savait, c'était une raison de pourquoi tout les Impassibles l'appréciaient. C'était vraiment agréable que chacun la salue et lui sourie au moins.
    L’adolescente se réjouissait de cet état de célébrité et de la gentillesse qui se dégageait sur son passage.

    Puis, elles arrivèrent chez elle, assez rapidement et Evynne rentra directement dans la cuisine, en s'assurant que la femme la suive. C'est ce qu'elle fit en lui proposant de l'aide. L'ange regarda la femme avec un sourire puis autour d'elle en faisant la moue. Il fallait qu'elle prenne une décision, et demanda :

"Vous sauriez cuisiner quelque chose à partir des ingrédients ici présent ? Je ne suis pas vraiment bonne cuisinière, je me débrouille juste pour faire quelque chose de potable."

    Evynne sourit encore et rassembla les ingrédients présent. Principalement des légumes et quelques féculents basique, ainsi que de la farine. Rien de particulier. Regardant Eliaë avec un sourire, elle capta un mouvement derrière elle, en direction de la porte d'entrée et s'y dirigea.

    Par principe, la demeure n'était jamais close, les habitants pouvaient avoir des urgences à n'importe quel moment et il était important de les servir dès qu'ils en avaient le besoin. Et là, c'était une petite Tieffline qui s'était présentée à l'entrée. Elle se rua vers Evynne et leva son visage rougit vers elle :

"Ze veux pas rester à l'orphelinat"

    l'Aasimar sourit à l'enfant et s'accroupit à sa hauteur :

"Voyons ma petite Ambre, tu sais bien que tu dois y retourner !"

    Sa seule réponse fut que l'enfant secoua vivement la tête dans tout les sens sauf de haut en bas. Hors de question pour la petite de rentrer dans l'établissement. Evynne connaissait cette fillette, elle avait perdu ses parents très jeune et avait été recueilli par l'orphelinat. Mais elle ne s'y plaisait pas et fuguait tout le temps. Mais comme elle ne connaissait que la guérisseuse du village Ambre se rendait systématiquement chez les Pianec. Elle y passait la la nuit tranquillement, se ressourçait et retournait dans l'établissement.
    Lui saisissant la main et se relevant avec un sourire, l'Aasimar déclara pour sa convive :

"Je crois que nous avons une invitée de plus pour la nuit. Elle va nous donner un coup de main pour préparer à manger, pas vrai Ambre ?"

    La gamine hocha prestement la tête, ce qui fit éclater de rire l'hôte. C'est ainsi que trois demoiselles se retrouvèrent dans la cuisine pour faire à manger.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Dim 7 Sep 2014 - 11:51

La maison était réellement calme et tranquille. Je pouvais enfin reposer ce cœur qui avait un peu trop travailler ces dernières heures. Cela faisait du bien de pouvoir se reposer tranquillement, de se sentir un peu mieux. Je respirais doucement mais sûrement alors que la jeune femme me faisait visiter en quelques sortes. Je prenais mes marques et regardais autour de moi, analysant la pièce comme à mon habitude, cherchant les différentes sorties. Je me reprenais à temps, les habitudes avaient la vie dure tout de même. Lorsque l'Aasimar prit la parole, je ne pus m'empêcher de sourire. Ne pas être vraiment bonne cuisinière, oui, elle connaissait cela. Des bribes de son enfance avec son oncle lui revinrent en mémoire. Je me revoyais dans la cuisine, mangeant encore la nourriture infect qu'il avait préparer. Ces plats trop cuits ou alors pas assez, avec des mélanges étranges qui rendait le tout immangeable. Et l'aide de la voisine, elle m'avait tellement aider, m'apprenant les rudiments au départ et les recettes plus compliqué par la suite. Je n'étais pas une excellente cuisinière comme certains qui ne faisaient que cela, mais je me débrouillait largement assez pour faire quelque chose de mangeable.

« Je peux, je ne suis pas une experte mais je cuisine depuis très longtemps en fait. Mon oncle n'a jamais réellement été doué dans la cuisine, j'ai pris sa place quand j'avais sept-huit ans. »

Un autre sourire passa sur mon visage et je regardais tranquille les légumes qu'elle était entrain d'étaler devant moi. Humm cela manquait un peu de viande quand même, même s'il ne m'en fallait pas beaucoup je préférais tout de même en avoir un minimum, il fallait de l'énergie et les légumes n'était pas toujours suffisant, même si j'avais aperçus quelques féculents ci et là. J'allais prendre la parole, lorsque je ressentis de la tristesse et mon regard se dirigea alors vers la porte d'où une petite tête semblait nous regarder. Evynne s'avança vers elle et finalement je pus entendre la voix d'une petite fille qui reniflait encore. Je ressentais sa tristesse et je ne pus que lui sourire alors que la jeune femme tentait de la raisonner. Lorsque la gamine secoua vivement la tête, j'étais prête à faire une proposition à l'Aasimar, mais finalement je fus prise de court alors qu'elle revenait vers moi, la petite avec elle. La phrase de la jeune femme me fit sourire et finalement je me mis à la hauteur de la gamine qui me regarda avec des yeux ronds.

« Alors, Ambre c'est ça ? »

Elle hocha la tête, je la pris doucement dans mes bras pour l'asseoir sur le bord de l'évier.

« J'aurais besoin que tu me laves ces légumes. Il faut qu'ils soient tout propres sans plus aucune trace de saleté d'accord ? »

Elle hocha la tête et alors que je commençais à couper les légumes en lamelles, je me retournais vers Evynne.

« Il n'y aurait pas la possibilité d'avoir un peu de viande ? Cela permettrait d'agrémenté le tout, parce que les légumes c'est délicieux, mais pas très consistant pour tenir jusqu'au lendemain matin. »

Nouveau sourire et continuant de couper les légumes que la petite me donnait au fur et à mesure, j'attendais la réponse de la demi-être.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 8 Sep 2014 - 6:20

    Evynne observa les deux petites femmes s'entendre à merveille et commencer à cuisiner ensemble. C'était adorable et l'Aasimar avait de plus en plus de respect et d'admiration pour Eliaë. Elle avait un cœur énorme, une bonté qui paraissait sans limite.
    Si seulement l'adolescente savait ce qui se cachait derrière ça, si seulement elle avait pu remarquer les signes de méfiance et de surveillance constante que son invitée laissait paraitre de temps en temps. Mais elle ne se méfiait pas et personne en cet instant aurait pu croire que l'Humaine n’œuvrait pas que pour le bien.

    Evynne était sous le charme, réellement. C'est pourquoi lorsque la femme demanda de la viande, l'Aasimar répondit :

"Nous en consommons uniquement le midi et n'en gardons jamais pour le soir, mais je peux trouver quelqu'un qui pourrait nous en donner."

    L'ange blanc ramassa ses affaires et allait se mettre en route jusqu'à ce qu'elle émette une réflexion :

"Je risque d'être absente un moment, je ne sais pas encore si ceux que je vais voir en ont et sont prêt à partager. Cela ne vous dérange pas de m'attendre ? J'essaierai de faire vite !"


    Evynne partit sans attendre et alla taper à la porte de son voisin, Jatel Nalemiel. C'était un Aasimar de bonne réputation, qui vivait seul. D'un âge assez avancé, près de 80 ans, l'homme avait toujours été seul, du moins c'est ce qu'il semblait à la jeune femme. Il ne mit pas longtemps à lui ouvrir et la femme lui expliqua la raison de sa venue. Elle avait horreur de déranger les gens et de leur demander quoi que ce soit. Mais elle prit sur elle, parce que Eliaë l'avait demandé et qu'elle ne pouvait pas aller à l'encontre d'une volonté. C'est pourquoi, avec un peu de rose sur les joues,, la femme parla, les yeux rivés au sol :

"Bonjour monsieur Nalemiel. Excusez moi de vous déranger. J'ai une invitée chez moi et elle m'a demandé de la viande. Mais hum.. je n'en ai plus... Est-ce que hum..."

    L'homme éclata de rire avant qu'elle finisse sa phrase et interrompit Evynne par la même occasion :

"Ne sois pas si gênée mon enfant ! Il me reste un peu de viande, je vais te la chercher."

    Écarlate, Evynne hocha la tête et alors qu'il venait de lui tourner le dos elle cria à son attention :

"Vous voulez mangez avec nous ?"

    C'était la seule solution viable qu'elle avait trouvé. Elle ne pouvait pas prendre la viande de Jatel sans qu'il en profite. C'était comme du vol pour elle. Son voisin dut sentir la gêne de la femme et le mal qu'elle aurait à profiter de la viande si il n'en mangeait pas lui non plus. Ce dernier lança donc une réponse positive de loin et revint avec un morceau de mouton emballé.

    Ensemble ils retournèrent chez l'Aasimar et, en rentrant chez elle, Evynne rougit en allant jusqu'à Eliaë pour lui annoncer :

"On a de la viande. Et un convive en plus."

    Tentant un sourire, malgré la honte d'imposer plus de travail à la femme, l'ange fit un drôle de sourire en coin et se retourna vers son voisin pour faire les présentations :

"Monsieur Nalemiel, voici Eliaë, elle est de passage ici, je l'héberge. Je vous présente aussi Ambre, petite orpheline qui ne passera pas la nuit dans son établissement, je l'hébergerai aussi. Voici donc Monsieur Nalemiel, mon voisin."

    Relevant la tête vers tout ces hôtes elle lâcha un sourire et baissa vite les yeux, gênée. Que dirait son père en rentrant ? D'ailleurs, ce dernier ne devrait pas tarder. Il devait même déjà être arrivé.


Hors-Rp:
 


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 8 Sep 2014 - 13:36

Je discutais tranquillement avec la petite alors qu'Evynne était partis chercher visiblement de la viande. Elle était réellement adorable cette gamine, bien plus joyeuse qu'à son arrivée en tout cas. Sa façon de faire m'impressionnait énormément, j'avais l'impression de me revoir petite alors que j'espérais faire comprendre à mon Oncle que ce qu'on mangeait ce n'était pas possible. Il m'avait fallut un certains temps avant de pouvoir monter sur cet évier pour laver les légumes et enfin arriver à les couper. La petite était ainsi, prenant le temps qu'il lui fallait pour laver le légume parfaitement et l'essuyer doucement pour qu'il n'ait plus réellement d'eau lorsqu'elle me le tendait. J'aimais beaucoup cette enfant et je me demandais si un jour moi aussi je deviendrais mère. Pour cela il faudrait probablement que je dépasse ma peur des liens, mes cauchemars récurent et surtout que je trouve quelqu'un qui m'accepterait telle que j'étais. Ça n'allait pas être de tout repos. Je revenais doucement dans la conversation lorsque la petite me posa une question.

« Dit moi qu'est que tu fais à manger. »

Je luis souriais doucement.

« Alors une fois les légumes coupés, on va faire des petits cubes avec la viande et on va mettre une couche de légumes, une couche de viande, une couche de légume et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on ait plus rien. Ensuite on fera une sauce avec la farine et un peu d'eau et on mettra le tout à cuir au four d'accord ? »

« D'accord. »

Et nous reprenions tranquillement note travail toute les deux jusqu'à ce que qu'Evynne revienne avec visiblement un nouveau client. Le voisin cette fois-ci. Je souriais doucement à l'Aasimar plus âgé.

« Pas de souci, merci à vous pour la viande, ça rehaussera le plat et ça n'en sera que meilleur. »

Je pris tranquillement la viande et je montrais à Ambre comment faire pour bien couper la viande. Je la laissais essayer sous ma surveillance et finalement après quelques minutes, j'eus un peu peur qu'elle se coupe et j'entrepris de le faire moi-même. Il ne nous fallut que quelques minutes supplémentaire pour finalement terminer le plat, faire la sauce et le mettre au four. Se tournant vers Evynne et le vieil homme, je m'exprimais tranquillement.

« Bien, il ne reste plus qu'à attendre que ça finisse de cuir. »

C'est à ce moment là que finalement rentra le père de la jeune femme. Il nous regarda tous les uns après les autres. Son visage restait incrédule, mais ses sentiments montraient que nous avions à faire à un homme bon. La petite toujours près de moi, je me courbais vers le maître de maison en signe de reconnaissance et prenait la parole.

« Merci de nous permettre de rester. Le repas est presque près, il ne nous reste plus qu'à mettre la table et nous pourrons alors aller manger. »

J'espérais sincèrement ne pas avoir dit d'idiotie sachant que je sentais son incrédulité. Il n'était visiblement pas au courant du fait que nous allions resté ici. J'espérais une fois de plus que ça ne le dérangerait pas.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Sam 13 Sep 2014 - 7:56

    Pendant que la préparation du repas avançait sous la vigilance de l'Humaine, Evynne parlait avec son voisin. Elle lui racontait pourquoi l'Humaine était là et quel rôle elle avait eu pour l'accouchement de l'enfant.
    Jatel la félicita et ils continuèrent leur discussion à propos de pleins de choses, de la vie à quiétude, de l'absence d'Adenora, de ce qu'une naissance signifiait pour le village. C'était décousue mais c'était agréable jusqu'à ce qu'Elziniel rentre chez lui. Il découvrit le groupe de personne hétéroclite sans sourciller. Impassible il finit par sourire s'avança pour serrer la main de son voisin en le saluant.

    Puis, il fit face à sa fille et s'adressa elle avec humour :

"Que font tous ces gens ici ? Tu fêtes la réussite de l'accouchement sans même la nouvelle petite famille ?"

    Secouant la tête en réalisant que sa phrase pouvait créer un malaise il se reprit aussitôt en annonçant :

"Vous êtes les bienvenus chez moi. Que ce soit pour le diner que pour la nuit, n'est ce pas Ambre ?"

    Lui lançant un clin d'oeil il passa sa main dans les cheveux de l'enfant qu'il avait pris habitude à voir chez lui, une fois par mois environ. Ce n'était pas une mauvaise chose qu'elle fugue et viennent se réfugier chez eux. Au moins, de temps en temps, elle était avec sa famille.
    Puis, son regard se tourna vers la femme qu'il avait déjà croisé. Lui souriant, il se présenta vraiment devant elle, pour dissiper le mal-être qui pouvait la saisir :

"Bonjour mademoiselle. Je suis Elziniel, le père d'Evynne. Merci pour le coup de main donné à ma fille. Vous restez dormir cette nuit ?"

    Evynne prit alors la parole, enchantée de voir que son père ne le prenait pas mal, même si il était inconcevable pour la femme qu'il réagisse égoïstement. Après tout, c'était lui qui avait inculqué les valeurs d'altruisme à sa fille.

"Oui Eliaë reste ! Mais dis, j'ai une idée ! Vu que hum... j'ai oublié les Kalec, que diriez-vous d'aller à leur auberge ? Elle est fermée ce soir j'imagine mais fêter la naissance avec tout le monde serait une belle chose ! Qu'en pensez-vous ?
On amène notre repas à l'auberge, on festoie avec eux et si il y a d'autres personnes, ils sont les bienvenues ! Alors ?"


    Fière de son idée Evynne souriait largement et ces yeux brillaient. L'idée d'une fête improvisée lui plaisait énormément. Ambre cria d'enthousiaste, déclenchant un clin d'oeil de la part du père de famille.
    Ce dernier acquiesça doucement à la proposition. Le voisin hocha les épaules, peut lui importait, il sortait rarement et cela lui changerait les idées. Et puis, c'était une attention adorable que l'Aasimar avait eu.
    On attendait juste l'avis de l'Humaine, bien que la majorité était partant.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Sam 13 Sep 2014 - 16:20

L'étrangeté de la situation atteint alors son paroxysme. Je me demandais bien ce qu'il allait en penser et alors qu'il prenait la parole, je ressentis une vague de soulagement. Loin de l'idée de l'homme qui se prenait la tête, il était réellement quelqu'un de bien et si quelqu'un d'autre que moi, quelqu'un qui n'était pas empathe aurait pu mal interpréter ses paroles, je ne le pus pas. Car si on avait l'impression que ses paroles étaient durs, ses sentiments étaient foncièrement doux comme l'homme bon qu'il était. Leur sourire, leur bonne humeur semblait réellement contagieuse, je me sentais plutôt bien même si je me sentais tout de même étrangère et hors du temps. En regardant cette famille, j'avais l'impression de pouvoir probablement voir ma famille, celle que j'aurais dû avoir. Avant les coups, avant la douleur. Cette famille qui m'avait tant fait défaut. Bon sang, je détestais repartir comme cela dans le passé et pourtant je ne pouvais réellement empêcher mon esprit d'y revenir. Je ressentais alors la douceur de ma mère. J'étais trop jeune pour me souvenir de leur visage, mais largement assez vieille pour connaître leur sentiment. Cet amour, je l'avais toujours gardé dans un coin de mon cœur. Un coin que personne n'avait pu brisé, pas même ma tante.

Un soupir faillit m'échapper, mais je me retenais bien avant. J'étais quelque peu ingrate, car si je n'avais jamais connu un foyer chaleureux jusqu'à un certains âge, Eilor avait rattrapé ce temps perdu. Avec sa gentillesse persistante, ses attention douce et ses gestes tranquille et posé. Il avait su faire de la petite fille brisé que j'étais une jeune femme correcte et bien élevé. Je savais parfaitement que je lui devais celle que j'étais au jour d'aujourd'hui. Il m'avait tant donné et moi si peu en retour finalement. Mon cœur se serra à cette pensée. Il allait sérieusement falloir que j'arrange ce genre de chose et surtout que je laisse filtrer un peu des sentiments que je ressentais pour cet oncle, ce père qu'il avait toujours été. Je l'avais aimé plus que de raison, je l'avais aimé comment un enfant aime un père ou un oncle. Oh que oui, je l'aimais, plus que tout. Il avait toujours été ma seule et unique famille depuis la mort de mes parents, je ne jurais que par lui et je ne pouvais pas faire autrement que de l'aimer. Le tout était maintenant de lui dire.

Je revins finalement dans la conversation alors que le père d'Evynne se présentait à moi. Je n'eus pas réellement le temps de lui répondre que ce fut l'Aasimar qui prit la parole et répondit à ma place. Sa bonne humeur faisait chaud à voir, seulement sa phrase suivante la laissa quelque peu sur les fesses pour être poli. Elle espérait sincèrement nourrir autant de monde avec le pauvre petit plat ? Déjà que pour cinq personnes ça aurait été tout juste alors là pour un peu plus de monde, ce serait quasiment impossible. Je la laissais cependant terminé sa phrase et puis alors qu'elle semblait avoir finis, qu'elle semblait être fière de sa proposition, je lui fis remarquer que quelque chose n'irait probablement pas.


« Euh, je ne suis pas contre l'idée, seulement avec ce plat nous ne pourrons pas nourrir énormément de monde. Par contre s'ils ont de quoi faire à manger je peux toujours préparer en plus. Ça ne me dérange pas de cuisiner de toute façon. »

Je souriais doucement. L'idée n'était pas déplaisante, seulement contrairement à elle, je n'aimais pas réellement quand il y avait beaucoup de monde, je ne me sentais pas franchement à l'aise et j'avais tendance à m'en aller. Fuir semblait toujours une meilleure solution que de devoir affronter les sentiments de tout le monde. Je savais que ce n'était pas l'avis de tout le monde, mais personne ne vivait avec ce don, personne ne pouvait réellement comprendre ce que j'endurais alors que je tentais en vain de remettre toujours de l'ordre dans mon cœur. En tout cas, j'étais tout de même contente de les avoir rencontré. Ça faisait du bien de voir autre chose que du sang et des combats de temps en temps.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Jeu 18 Sep 2014 - 7:10

Hors RP:
 

    Evynne regardait Eliaë avec espoir et enthousiasme. Et l'Humaine répondit par la positive. D'accord il y avait quelques différences avec un simple "oui" mais un "pourquoi pas" était tellement mieux qu'un non !

    Puis ce n'était pas un refus, c'était uniquement des inquiétudes, ça se réglait facilement, ce n'était pas un souci. Evynne avait envie d'embrasser la femme quand elle proposa son aide pour cuisiner là bas mais elle n'osa pas. Ce n'était pas vraiment dans ces habitudes d'agresser une personne physiquement, même pour un câlin ou un bisou. Il fallait respecter l'espace vitale de chacun, c'était quelque chose qu'elle savait.

    Mais à aucun moment elle pensa qu'organiser un énorme buffet en l'honneur du nouveau né créerait un souci. C'était jour de fête dans son esprit et il fallait célébrer ça !
    C'est pourquoi elle donna des consignes à tout le monde pour qu'ils apportent le nécessaire. Il ne restait quasiment plus rien à manger chez les Pianec quand ils quittèrent la maison et se rendirent chargés de denrées et de couverts à l'auberge.

    Elle était bel et bien fermée, pas étonnant, les parents devaient se reposer et profiter du nouveau-né. Mais cela n'allait pas empêcher Evynne de fêter ça chez eux !
    Tapant à l'entrée ce fut le père qui lui ouvrit et regarda avec étonnement le petit groupe de gens. Ce fut Elziniel qui prit la parole avant que sa fille ne s'emporte trop vite.

"Il semblerait que nous aillons une naissance à fêter. Votre sage-femme avait pensé à faire un repas convivial au sein de l'auberge, pour ceux qui souhaitent se réjouir de l'arrivée d'un nouveau Tiefflin. Avec votre permission bien sur !"

    Anzet semblait sonné mais hocha la tête, sans trop savoir quoi répondre. Il ouvrit la porte et libéra le passage. Puis, hésitant il demanda :

"Vous aurez besoin des cuisines ? Le bébé dort avec sa mère, tâchez de ne pas le réveiller s'il vous plait.. "

    Le teint d'Evynne tourna au rouge écarlate quand elle comprit l'erreur qu'elle venait de commettre. Organiser un buffet là où un enfant dormait, c'était réellement stupide en réalité. Elle avait omis ce détail et allait reprendre la parole pour annuler son plan quand son père rattrapa la bourde :

"On en aura besoin, il va falloir nourrir une dizaine de personnes ! Et on sera calme. "


    Souriant largement l'aubergiste les firent rentrer puis monta annoncer la nouvelle à sa femme. Pendant ce temps là le groupe investi la cuisine. Tout équipé, c'était vraiment l'idéal. Et puis il y avait de quoi boire aussi.
    l'Aasimar ne pouvait s'empêcher de sourire et de regarder partout et lançait des idées en vrac, sans forcément être écoutée où les exécuter. Ainsi on la voyait s'animer et aller d'un bout à l'autre de la salle en lançant des "on doit aménager les tables. Laisser la porte ouverte. Faire une banderole avec "Bienvenue Baalhem" surement et puis préparer à manger, avertir les gens, les proches hum... "
    S'agitant dans tout les sens et commençant à faire toutes ces activités, Evynne ne finissait jamais ce qu'elle entreprenait car dès qu'une nouvelle idée germait, elle devait la débuter... Et une autre idée venait..

    Elle n'arrêtait plus !



#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Sam 20 Sep 2014 - 5:17

Je suivais donc tranquillement la jeune femme jusqu'à l'auberge où nous allions en quelque sorte fêter l'arrivée du bébé. Je n'étais pas certaine que ce soit une bonne idée pour être foncièrement honnête, mais maintenant qu'on en était devant la porte, il serait malvenu de ma part de faire part de mes émotions aux autres. J'avais toujours eu la fâcheuse tendance à ne pas dire non et surtout à ne pas vouloir blesser les autres avec des refus. Cependant je devais bien avouer que dans certaines situation, cela s'avérait probablement nécessaire. J'attendais donc tranquillement avec dans les mains le plat que j'avais préparer et qui avait finit de cuir ainsi que d'autre ingrédient que tout le monde avait pu dénicher dans la cuisine. Finalement après quelques minutes, le père vint nous ouvrir la porte et je pus ressentir sa confusion. Il ne savait pas trop la raison de notre présence ici et je n'étais pas certaine qu'il ait réellement envie de nous voir pour l'instant. D'un autre côté, il avait une femme et un bébé à s'occuper et même si nous venions par gentillesse, parfois le simple fait d'être gentil ne suffisait pas.

Je me rendis alors compte que le père de l'Aasimar était quelqu'un qui avait la tête sur les épaules. Lorsqu'il prit la parole, je pus sentir son assurance, même s'il subsistait un petit malaise en lui. Probablement parce lui aussi se rendait compte que ce n'était pas forcément une idée qui pouvait emballer tout le monde. Cependant, cela se passa assez bien et lorsque le père prit la parole en nous disant qu'il ne fallait pas faire de bruit, je sentis alors qu'Evynne venait de remarquer à quel point son plan avait des trous. Un léger sourire s'afficha sur mon visage et se fut de nouveau Elziniel qui prit la parole en promettant pour nous tous que nous serions sage. Je souriais tranquillement à l'aubergiste en lui assurant sans parole que je saurais me tenir, il me sourit en retour et finalement je finis par prendre place dans la cuisine. Mon regard se posa alors sur tous les ustensiles qui se trouvaient ça et là, bon sang, ils étaient réellement bien équipé. Un sourire se forma sur mes lèvres alors que je dénichais de quoi faire des plats plus conséquents.

Ce fut à ce moment là que la petite revint vers moi alors qu'Evynne était visiblement occupé à faire les cents pas, cherchant ce qu'elle allait mettre sur les tables, comment elle allait agencé le tout. J’espérais sincèrement que sa bonne humeur n'entacherait en rien le silence parce qu'elle était tellement énergique que j'avais peur qu'elle finisse par se mette à parler trop fort. Le père finit par descendre et me regarda faire. Je ne pus m'empêcher de le regarder à mon tour et de lui poser une question.


« Je peux utiliser ce que je veux dans la cuisine ? »

« Pas de souci, vous pouvez aussi utiliser de la nourriture. »

Je le remerciais, ne lui disant pas que je le paierais parce que je n'avais pas envie d'utiliser de la nourriture qui n'était pas la mienne sans une rétribution. La gamine se tourna vers moi et je lus en elle un espoir de tous les instants. Un autre sourire fleurit sur mes lèvres. Je la prit dans mes bras pour l'asseoir à la table sur une grande chaise et lui donnait quelques légumes.

« Tu me les coupes en petit dés, mais fais bien attention à tes doigts d'accord ? »

Elle acquiesça et nous nous mirent alors à faire le repas. Il ne nous fallut pas trop longtemps pour sortir encore trois quatre plats et finalement faire un buffet digne de ce nom. Je récupérais la petite qui trônait dans mes bras alors que nous nous dirigions vers la salle à manger. Tranquillement, je pris la parole.

« La cuisine est prête donc si vous avez besoin d'aide par ici. »

Je n'étais pas certaine de rester longtemps, car je ne supportais pas réellement quand il y avait beaucoup de monde. J'étais tout de même d'un genre un peu asocial. D'un autre côté, mon empathie ne me permettait pas réellement de supporter le monde pendant longtemps. J'espérais juste que d'autre personne ne viendrait pas se greffer sinon je devrais fausser rapidement compagnie à tout ce petit monde au risque de passer pour une sauvage.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    Lun 29 Sep 2014 - 2:46

    Il fallut un petit moment pour que les choses s'agencent tranquillement dans la salle. Evynne réussit à disposer les tables le plus silencieusement possible en forme de U. Dans l'idée, elle avait prévu de faire une ronde mais n'avait pas trouvé la place. Puis elle comptait mettre le nouveau-né au centre. Et fermer le cercle aurait été stupide. C'était comme isoler l'enfant alors qu'il lui fallait sa mère le plus possible. Puis elle n'était même pas sure que la nouvelle maman descende. Elle devait être exténuée. L'enfant devait dormir contre son sein.

    L'image s'insinua dans l'esprit de l'aasimar et l'émut. Comme sa propre mère Adenora lui manquait. Si seulement elle avait été là. Elle reviendrait bientôt mais la fille aurait aimé qu'elle soit là dès maintenant. Reprenant ces esprits, un peu engourdie par l'idée de ne pas la voir pendant une semaine encore, Evynne regarda autour d'elle. Il manquait la banderole, mais son père revint avec un large tissu blanc et de quoi écrire dessus. Ils se mirent donc à écrire "Bienvenue Baalhem" avec des petits dessins et en l'enrichissant de pleins de couleurs. C'est dans la bonne humeur que les affaires continuèrent.

    Puis à un moment, Eliaë et la petite apparurent pour annoncer que les plats étaient prêt. Evynne leur lança un sourire et s'avança vers elles :
    "Nous avons quasiment fini ici. Les tables sont mises, on conclut avec la banderole, et après on pourra s'installer manger."

    Tanzet qui était dans la pièce disparut rapidement à ce moment là, sans qu'Evynne le remarque. La porte était ouverte mais personne ne semblait vouloir rentrer. Cela intimidait peut-être. C'était normal après tout, qu'est-ce qu'une porte ouverte d'auberge avait d'étrange et de plus attirant que d'ordinaire ?

    Ce n'est qu'au bout d'un moment alors que les plats étaient en route vers les tables et que la banderole venait d'être accrochée que la nouvelle maman fit son apparition, son nouveau-né dans les bras. La fatigue se lisait sur son visage, mais son mari l'épaulait. Souriant en la voyant, Evynne commença par applaudir puis vit que l'enfant dormait. Elle reprit donc ses applaudissements sans que ces mains ne se touchent. Elziniel vint à côté d'elle et répéta son mouvement.

    Le petit public approchèrent une chaise de la femme et vinrent lui chuchoter des félicitations avant de lui permettre de respirer un peu en s'écartant.
    Mais avant qu'elle ne put s'éclipser, la mère retint l'aasimar et lui dit, un large sourire aux lèvres :

"Je ne pensais pas que tu ferais tout ça pour moi. Je t'en suis très reconnaissante ma petite Evynne. Je te remercie. C'est très beau et très bon que tu aies fait ça. Je vais rester un peu à l'écart avec Baalhem, mais profite de ton repas !"

    L'ange rougit et ne sut pas quoi répondre. C'est pourquoi elle partit au centre des tables et annonça :

"Maintenant que nous sommes tous là, que le repas de bienvenue à Baalhem commence ! Bon appétit tout le monde !"


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un accouchement difficile [ Eliaë ]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un accouchement difficile [ Eliaë ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Accouchement difficile. [PV Etoile d'Argent & Étoile de Foudre]
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» Accouchement de Mara Elyzabeth Lorentz
» Accouchement number two (PV Petite Ecorce, Pelage de Fleur, et tout ceux qui veulent x)) )
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­Norpalie :: Quiétude-