­
 

Partagez | 
 

 Urion et son Académie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Urion et son Académie   Lun 14 Juil 2014 - 17:10



« Leofegar Guilhem Urion, tel est mon nom. Depuis longtemps déjà on a cessé de m’appeler ainsi, Grand-Prêtre Urion est devenu mon titre et ma raison d’être désormais. Mais cela n’a guère d’importance car en ce jour nous sommes tous égaux, la mort ne fera point de distinction. Grand Solarim, toi qui m’as conféré cette puissance qui coule dans mes veines depuis toujours, seras-tu à mes côtés dans cette ultime bataille? Et vous, Phélemée, Revoran, gardiens de l’Humanité, ne vous ai-je pas montré tout au long de ma vie ma dévotion et mon respect? Nous verrons, j’entends le cor de guerre des barbares du sud gelé, ils arrivent. Je ne laisserai pas Hydrasil tomber, pas aux mains de ces conquérants assoiffés, pas aujourd’hui.

Je me fais vieux, je devrais être en première ligne et ainsi laisser une chance aux braves soldats de Bélin rassemblés face à un adversaire encore invaincu. Après tout je ne suis qu’un homme parmi tant d’autres, me démarquant par ce don de magie qui m’a été légué. Je n’ai jamais souhaité m’enrichir ou diriger, mais ce soir je suis à la tête de milliers de guerriers qui comptent sur moi, quelle ironie, je ne me suis jamais senti plus démuni qu’en cet instant. Que pouvons-nous devant un tel désir de vaincre, sans doute ne savent-ils même plus pourquoi ils se battent tant ils ont versé le sang.

Je songe à Varak qui m’a vu grandir, puis partir, c’était le bon temps. Mon père nous a quitté bien trop tôt mais il souhaitait protéger sa famille et sa terre, je n’ai jamais pu lui en vouloir. Ma mère, Nalia, était une humble enseignante doublée d’une historienne passionnée, je lui dois tant. Elle m’a poussé et soutenu, sans elle je ne serais pas l’érudit que je suis aujourd’hui et ma magie n’aurait jamais pu être domptée, ni comprise.
Je la sens qui bout en moi à l’idée de les voir gisant dans la vallée, l’incompréhension et l’agonie sur leur visage. Je me sens seul comme abandonné à mon sort, sans doute les divins se plient-ils au jugement de Litrish. Pour la première fois de ma vie je n’accepte pas de renoncer, de me résigner même si j’ai foi je ne peux plus croire. Le ciel se voile annonciateur de tempête, et les voilà qui passent à l’assaut.

L’ultime silence et puis le fracas des armes et des âmes, personne ne peut résister à la force brute et animale de ces géants, les miens tombent comme des mouches. J’accours, je fonce brandissant mon épée dans une main et dans l’autre la foudre destructrice. Plusieurs Norpaliens succombent à mon courroux mais pour chaque mort dix colosses apparaissent l’instant d’après, tout ceci n’a rien d’un affrontement, ils nous éradiquent. Les Bélinois persistent tout de même, aucun d’eux ne fuit, il s’agit là du plus noble sacrifice qu’il m’eût été donné de voir. Pourtant personne ne saura, personne ne pourra raconter leur détermination et leur courage, personne ne survivra si je ne fais rien. Mes mains brûlent, la rage m’envahit, mon cœur vacille, je perds le contrôle...

Un souffle puissant repousse les guerriers, je suis au centre d’un tourbillon de colère magique, une force supérieure prend le dessus. Je comprends alors ce qui se passe, ce que j’ai fait, mais il est trop tard. Je l’entends qui rit, le prince du chaos, tandis que se déferlent ses créatures meurtrières. Je fais tout pour arrêter mais il s’est emparé de mon corps, je ne suis plus qu’un outil aux mains de Sipriar qui me promet que tout ce que j’ai connu disparaîtra et que la dévastation n’épargnera personne. Moi qui voulais la paix j’ai ouvert les portes qui devaient demeurer scellées, le mal se répand. Je me sens faiblir, faites vite que ce portail ne se referme, laissez-moi mourir que je mette un terme à tout ceci. Je les entends rugir, je les entends mourir et puis vient la noirceur, il était temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: Urion et son Académie   Lun 14 Juil 2014 - 19:03



''Urion était un grand homme et nous n'avons aucune honte à nommer notre académie en son nom. C'est la haine et l'arrogance des Hommes qui ont mené la race mortelle à sa chute. Et c'est ce que nous apprenons ici aux futurs alchimistes, guérisseurs et mages. L'humilité et le contrôle, telles sont nos valeurs fondamentales à l'académie.'' Jaelle Vavrina, directrice.


À la fois refuge et école pour les mages et étudiants de la magie, l'Académie d'Urion a vu le jour bien avant sa construction; dans l'esprit même d'une Mage éladrine. Disciple du grand Urion, Hildanya Vavrina avait vu la possibilité d'entraîner des mages au combat pour qu'ils deviennent la garde personnelle du Haut-Prêtre. Son plan ne fut jamais accompli, la guerre frappant aux portes d'Hydrasil.

Quand Urion mourut et avec lui la quasi totalité de la population bélinoise, Hildanya comprit qu'elle devait impérativement mettre en action ses idées car du chaos devait naître la discipline. Elle inculqua ses souhaits à sa fille Jaelle avant de mourir quelques dizaines d'années plus tard.

La suite des événements fut matière de survie pour les détenteurs du don magique. Jaelle qui avait réussie à regrouper plusieurs mages en une même ''famille'', les protégea et leur enseigna à utiliser de façon sécuritaire et intelligente la Flamme. Quand la haine et la peur des Pratiquants s'estompèrent pour ne laisser que la réticence, Jaelle entreprit de fonder l'Académie proprement dite.

Depuis, l'ère du Grand Cauchemar est derrière et les Pratiquants influent en masse vers l'Académie, mais peu d'entre eux en ressortent avec un diplôme et le droit d'utiliser la magie à des fins pratiques. Maintenant âgée de quatre cent vingt-cinq ans, Jaelle est toujours là pour s'assurer du respect des idéaux de sa mère et de la sécurité des mages et par le fait même des citoyens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Urion et son Académie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Urion et son Académie
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Les Fondements de l'Académie Sith (ébauche)
» l'Académie de la Rose des Vents
» Je quitte l'académie !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: Archives du savoir :: Bibliothèque-