­
 

Partagez | 
 

 La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Ven 6 Juin 2014 - 1:13

Draenok Shaar
Mourir sur le champ de bataille entouré des cadavres encore chaud de ses adversaires et recouvert de leur sang, c'est ça être un Orc



.:: identité ::.


   

 Genre : Masculin

    Race : Orc

    Âge : 25 ans

    Surnom : L'Invaincu

    Terre d'origine : La jungle noire.

    Philosophie : Dictature.

    Profession : Chef de clan.

    Faction : Clan des Ours-Hurlants.

    Aptitude surnaturelle : Hurlement sauvage
Spoiler:
 

   

 
.:: apparence ::.

 

Spoiler:
 

La plupart des gens résume les Orcs à très peu de choses, des brutes sans cervelle avide de sang et capable de briser en deux n'importe quelle créature dans le seul but de s'amuser. Cette description bien que grossière ne s'éloigne pas vraiment de la réalité, Draenok en est le parfait exemple. Cette véritable force de la nature Mesurant 2 mètres 15 pour 160 Kilos inspire la peur, et ressemble davantage à un monstre de cauchemar qu'un Humanoïde. Il est fier de sa stature et cultive ce côté bestial.

Le crâne rasé, le chef des ours hurlants possède deux orbites d'ambre percé en leur centre par des yeux noirs virant à l'écarlate lors de ses combats, à la fois captivant et effrayant. Son visage carré est rempli de signes distinctifs. Son nez comme ses oreilles sont percés de nombreux anneaux, sa mâchoire quant à elle est entièrement tatouée en noir lui donnant une allure macabre. De longues canines déborde de sa bouche haute de 8 centimètres et sont capables de déchiquetés la chair si besoin est.

Le reste du corps de l'Orc n'est pas à oublier, la peau rougeâtre épouse parfaitement sa musculature. Des mains capables de briser le crâne d'un homme d'une simple pression sont soutenus par des jambes solides hérité de sa courte et pourtant déjà impressionnante vie de guerrier. Le tout saupoudré de tatouage rituel et autres scarifications, symbole de domination au sein de sa race.

Sa tenue quant à elle respecte le même schéma. Ses lourdes épaules sont équipées de deux immenses défenses dont on ignore l'origine, mais au vu du crâne massif qui pend sur son épaule gauche, il semblerait qu'une créature de l'outre-monde se soit un peu trop égaré.. Draenok bien que torse nu possède un ensemble en cuir allant des gants jusqu'aux bottes en passant par les jambières, parsemé de longues chaînes et plaques en fer pendant tout le long de son corps. Une ceinture en acier portant en son centre l'effigie d'un crâne maintient la taille de l'Orc. À son cou pend un collier de dents souvenir de ses chasses les plus mémorables.

Pour ce qui est de son arme, il manie une hache qui figure être le seul héritage de son père. Extrêmement grande, l'alliage utiliser reste cependant inconnue, fruit des véritables maîtres forgerons de l'ancien temps elle a traversé sa famille durant de longue génération, arrachant de nombreuses vies, goûtant au sang de chaque race qu'abrite le monde. On lui attribue des propriétés magiques, mais l'Orc n'en parle jamais. Se contentant d'exploiter sa puissance destructrice quand cela est nécessaire.

 
.:: personnalité ::.

 

Spoiler:
 

Draenok Shaar, le chef du clan Ours-Hurlants est l'archétype vivant de la brutalité et la détermination réunies. Un véritable Parangon de la violence et de la stratégie Orc, ce qui lui voue l'adulation de son peuple.

Mais il n'en a pas toujours été ainsi, c'est sa vie qui a forgé l'état d'esprit du jeune Draenok, sa tristesse et sa rage ont crée l'être amer et dominateur qu'il est aujourd'hui. Que ce soit physique ou mentalement, Draenok a toujours été tester. Dès ses 3 ans il a commencé à apprendre l'histoire de son peuple et de son origine guerrière de la bouche de son père, ses paroles l'ont guidé dans son apprentissage, perfectionnant son art du combat. Cette éducation à la rude est l'une des causes de la rigidité de l'Orc. Ainsi l'honneur est presque tout pour lui, tout au long de sa vie son mentor a essayé de lui enseigner cette valeur si particulière, mais il semblerait que le fils prodigue en ai une conception différente, il la défend cependant avec la même véhémence. La loyauté lui ai aussi très chère, quiconque trahi son clan ou son chef, ne mérite pas l'appellation d'Orc. Les luttes pour le pouvoir sont cependant tolérées en de rares occasions.

l'Orc connait sa valeur et ses victoires, il en est fier et peut-être même un peu trop. Sûr de lui dans la bataille comme dans les décisions à prendre, ce chef de clan à tendance a n'écouté que sa personne. Cependant, cela fait quelques années que cette mauvaise habitude semble s'estomper.
Depuis qu'il a vu les différents vices de l'humanité, Draenok n'a jamais réussi à apaiser sa haine contre ce peuple qu'il considère comme couard et avare. Il n'hésitera donc pas à punir de sa propre main le premier humain qui se dressera devant lui, il voue un mépris similaire envers les nains, mais pour une raison plus personnelle.

Pratiquant en de rares et sanglantes occasions le cannibalisme dans un simple acte de domination envers ses adversaires, l'Orc dérange parfois ses congénères de par sa cruauté. Cette habitude héritée lors de son voyage à Marashpour ne l'a jamais quitté totalement. Son tempérament hautement agressif l'éloigne parfois de ses semblables, bien qu'on ait souvent tendance à voir en lui une simple bête féroce, ce serait réducteur de retenir cette seule facette de sa personnalité. C'est un chef avisé gardien de son peuple et de ses traditions, même si cela signifie anéantir les autres pour en assurer la pérennité. Bien qu'incontrôlable lorsqu'il est en colère, l'Orc est tout à fait capable de ne rien montrer de ses sentiments qu'il soit bon ou mauvais, gardant un masque d'impartialité dû à son rang et à ses obligations, il réussit à maitriser sa colère. Capable de pitié pour les membres de son peuple qu'ils appartiennent ou non à son clan, préférant souvent l'entente à une lutte armé. Il reste sanguinaire avec les autres nations et n'hésitera pas à tuer tout Orc qui se dressera contre lui et sa vision du monde.

Enfin l'ours-hurlant est connu pour son célèbre hurlement,  capable de pétrifier n'importe quel adversaire ou de galvaniser ses alliés, il est le symbole de sa férocité.

 
.:: histoire ::.

 



Aujourd'hui.

Cela faisait des Années que je n'avais pas foulé ce sol sinistre situé au plus profond de la jungle noire, entouré de mes frères j'avance au travers du campement de mon enfance. J'entrevois furtivement tous ces moments perdus, mais pas en vain. Aujourd'hui je sais que j'agis pour le bien des miens et pour l'avenir de mon clan, je n'ai ni remord ni crainte. Il est là, tranquillement allonger dans sa tente entouré de ses compagnes, ignorant la raison de ma venue, bientôt il réalisera que mon retour implique sa fin, bientôt il comprendra que son attitude couarde ne saurait être toléré plus longtemps. Les peaux qui gardent sa tente commence alors à bouger, ainsi émerge mon adversaire qui semble s'être un peu plus laisser aller depuis mon départ, ses yeux laisse entrevoir une fausse joie en ma présence. Puis après quelques regards il comprend, sans vouloir réellement y croire se persuadant qu'il reste le maître le de la situation. Mon visage est dur mes yeux le fixe rouge d'excitation, mais ce n'est pas l'idée du combat qui m'anime en cet instant, mais la perspective d'avenir que cette lutte va nous offrir à tous.

- Draenok ! Il semblerait que tu sois de retour parmi nous, ton long voyage semble enfin achevé, nous avions fini par croire que tu ne reviendrais jamais..

Je continue de le fixer, hochant la tête de gauche à droit doucement, mes yeux débordent d'une volonté sans faille. Un rictus de défi s'affiche sur mon visage au fur et à mesure que je m'approche de lui pointant mon doigt à son encontre.

- Ne gaspille pas ton souffle ancien, te souviens-tu de mes paroles à mon départ, y a tu réfléchis.

Toute semblant de joie a disparu de sa face hideuse et verdâtre, les années ont travaillé son corps et son statut de chef la ramollie. Il semble cependant outré à mon annonce serrant ses poings contre sa taille, laissant apparaitre ses crocs. Ainsi ma proie bombe le torse.

- Je n'obéirais pas aveuglement à tes ordres gamin, le fait que tu sois parti ne change rien. Le seul chef ici c'est moi et tu ferais mieux de ne pas l'avoir oublié.

Parfait. Un hurlement digne d'une bête féroce déchire le calme apparent du village, tandis que ma hache défonce le sol sur lequel je me tiens dans un geste qui se veut clair. Ma voix est forte et puissante lorsque je reprends la parole afin que tout le monde m'entendent.

- Je défis le chef du clan Ours-Hurlant dans un duel à mort.


22 Ans plus tôt.

Draenok Shaar, fils de Draekkar. L'Orc qui allait devenir par la suite un symbole de combativité est né dans un milieu hostile et sauvage, la jungle noire. Dans une époque de guerre sanglante entre les différentes tribus Orc. L'enfant n'eut jamais l'occasion de connaitre vraiment sa mère qui mourut peu de temps après sa naissance dans une bataille contre les rebelles. Très tôt il comprit alors que sa destinée était de mourir sur un champ de bataille, tel était son peuple, tel était sa route. Mais avant de cela le jeune mâle dû se résoudre à suivre les conseils avisés de son père. Draekkar était déjà depuis de longues années le maitre de guerre du clan, il avait mené d'innombrables batailles et avait remporté de très nombreuses victoires pour son chef. L'Honneur et la loyauté étaient ses maîtres-mots et bien que très doué pour diriger des troupes, l'Orc n'avait jamais eu le talent naturel d'un père. Ce n'était pas le genre d'Orc très loquace à vrai dire, il n'exprimait jamais ses sentiments si ce n'est son mécontentement.

Ainsi vécu Draenok, sans mère et presque sans père, celui-ci agissant plutôt comme une sorte de mentor. Les entraînements étaient très durs et les blessures s'accumulaient sans que jamais il ne rechigne, c'était devenu quelque chose de normal. Que ce soit au maniement des armes ou à la tactique, le futur Béhémot se devait d'être le meilleur et c'est ce qu'il s'efforçait d'être, écrasant à l'âge de 8 ans tous ses jeunes comparses. Son corps et son esprit se développer très vite, ce qui lui permit à l'âge de 10 ans de suivre son père sur le champ-de-bataille, sa taille et son poids largement supérieur à la moyenne le lui permettait.

11 Ans plus tôt.

La guerre, c'était tout ce qu'il avait connu durant 2 longues années. Alors que la plupart des clans avaient été unifiés, le conflit avec les Nains de paria qui c'était récemment déclaré ne semblait faire qu'empirer, les batailles s'enchaînaient sans que qui que ce soit n'y trouve un quelconque intérêt, de véritables pertes inutiles et pourtant inévitables pour les deux camps.

C'est lorsqu'il eut atteint ses 14 ans que le jeune soldat reçu une nouvelle leçon de vie. C'était une journée sanglante, une de plus. Draenok et son père avait été chargé d'escorter le convoi de blesser vers le temple afin qu'il puisse recevoir les soins nécessaires. Les Pariens avaient lancé une série d'attaques sur des villages isolés et sans défense, pillant et tuant tout sur leur passage, leur but était de sapés l'autorité du chef des Ours-Hurlant, mais ces Orcs avaient été sauvés du carnage, en route pour un lieu sûr.

Cela faisait déjà plusieurs jours que la troupe progresser sur l'une des rares routes de la jungle noire, tout semblait calme. C'est alors que vint la tempête, des ombres provenant des arbres se détachèrent fonçant droit sur eux. Des hurlements retentissaient un peu partout, plusieurs coups d'œil permit au duo de comprendre qu'une escouade d'Humain avait été chargé de terminer le travail des Nains. Les lames fusaient un peu partout dans le convoi, les blessés étaient exécutés sans plus de sommation par les mercenaires, tel du bétail. Épuisé par le conflit, les deux Orcs eurent beaucoup de mal à résister à la 20 aine d'Hommes qui venaient d'apparaitre sous leur yeux.

Le jeune Draenok se taillait un chemin sanglant à travers la masse d'adversaires. Occuper à combattre, il ne vit pas directement l'état dans lequel se trouver son père, plusieurs flèches sembler loger dans le thorax de Draekkar lui bloquant la respiration. Arme en main, le maitre de guerre continuait de protéger ses frères de l'infamie des Hommes. Alors qu'il essayait de sauver un autre blessé d'une frappe mortelle, il fut transpercé d'une lance dans le bas du dos. Seul le râle d'agonie du vieil Orc permit à son fils de se rendre compte de la mauvaise tournure de la situation. La vision de son père mourant provoqua chez Draenok un tourbillon de haine qui se répercuta sur ses ennemis, déchaînant sa fureur sur eux il finit par tuer les derniers brigands avant de se ruer vers son père. Pour la première fois depuis sa naissance on pouvait lire un mélange de peine et de peur sur son visage cramoisie.

Son père était la allongé sur le sol le regard vitreux, le visage couvert de sueur. Beaucoup de sang s'écouler de ses blessures la vie fuyait son corps, mais son esprit refusait de quitter ce monde. Pourtant, malgré la situation désastreuse dans laquelle il se trouvait, l'Orc affichait un sourire empreint de fierté. Crachant un peu de sang avant de jeter un ultime regard à son fils, nul mots ne sortit de sa bouche, il n'avait jamais su lui parler. l'Orc qui n'était déjà plus un enfant serra fermement la main de son père avant que celui-ci ne s'effondre totalement dans les ténèbres. L'accompagnant d'un cri déchirant, signe de sa tristesse inavouée.
Ce soir-là il n'y eu ni chants de victoires ni festin pour le fils de Draekkar. Seul dans la jungle lugubre, ses pensées étaient troublées et une profonde haine le consumer. Il en voulait à son chef d'avoir sous-estimer la sécurité des villageois, ils en voulaient aux Nains et aux Hommes pour leur manque d'honneur et pire que tout, il s'en voulait lui-même de n'avoir pas réussi a sauvé la vie de son père. Jusqu'au petit matin, ses hurlements résonnaient à travers l'écorce des arbres et les créatures sauvages semblaient elles-mêmes en redouter la fureur.

Peu de temps après cela, le clan dû se résoudre a nommé un nouveau maître de guerre. L'opposition entre les Nains et les Orcs n'était pas terminé, les combats s'intensifiaient de jour en jour. Draenok se présenta alors naturellement à ce poste, mais fut évincé par une de ses ainés. Blessé dans son orgueil il rejoignit tout de même les Durcuir et continua le cours de sa vie. Remplissant son devoir de guerrier pendant encore 6 ans en tant que soldat d'exception sur le terrain.

5 Ans plus tôt.

Finalement au bout de 10 ans de conflit, la lutte entre les deux camps semblait enfin s'estomper. Ce qui était loin de réjouir celui qu'on avait surnommé Draenok L'invaincu pour ses prouesses militaires. L'Orc se dirigeait vers la hutte de son chef pour parler du conflit. Bien que n'étant pas le maitre de guerre du clan, il ne s'était jamais gêné à donner son avis, provoquant le plus souvent des tensions avec ses supérieurs. La nuit venait tout juste de tomber et l'Orc pénétra dans la hutte du chef après lui avoir demandé audience. Saluant machinalement celui qu'on nommé Gazroll l'ancien dû à son âge avancé, il attendit sa permission avant de s'asseoir face à lui. L'Ancien posa alors des yeux intrigués à son attention, sachant déjà la raison qui l'avait mené ici.

- Draenok avant de te laisser la parole, j'aimerais que tu me dises depuis combien de temps sommes-nous en guerre contre ces semi-Hommes.

Sa voix était calme et le ton employé se voulait neutre.

- 10 ans.

- En effet.. Et qu'est-ce que ceci nous à apporter ? Ces 10 années de guerre ont elles étaient profitables à notre clan ?

- Seul un fou pourrait croire une chose pareille, les pertes ont été lourdes dans les deux camps, sans que jamais la fureur ne s'apaise.

Le chef souffla alors dans un geste d'approbation.

- De quoi souhaites-tu me parler ce soir.

- Comme je l'ai dit, les pertes ont été lourdes dans notre camp. Sans que l'un ou l'autre ne retire quoi que ce soit de cette guerre, la fin de ce conflit n'a aucun sens..

Il inspira alors profondément tentant vainement de tempérer ses propos au fur et à mesure qu'il s'adressait à son supérieur. La colère l'envahissait peu à peu.

- C'est pourquoi je suis venu suggérer l'idée d'apporter le conflit non pas sur nos terres, mais directement chez eux, les nains se querelle nos espions nous le confirme depuis déjà un moment, leurs grandes pertes militaires les ont affaiblis, c'est le moment idéal de frapper au cœur de leur système. Alors et seulement alors, ceux qui nous ont donné leurs vies seront vengé.

L'Orc qui n'était plus tout jeune le contempla le visage durcit, il n'appréciait visiblement pas l'attitude du plus jeune, en particulier ses idées d'expansions.

- Je connais déjà ton avis sur la politique à mener contre les nains, mais nous ne pouvons pas risquer de tout perdre ainsi, nous devons avant tout défendre nos terres.

Draenok sembla alors incrédule, ne comprenant pas la raison du refus de son chef, le ton commençait à monter.

- Ces immondes bâtards n'ont de cesse d'empiéter sur notre territoire, ils tuent femmes et enfants sans aucun remords, ils semblent même appréciés cela et toi tu refuses de laisser reposer les nôtres en paix ? Les années t’ont t’elles ôté toute raison ancien ?

Le chef frappa alors ses poings contre le sol et laissa sa voix s'emporter.

- Je suis ton chef et ce jusqu'à ce qu'un autre prenne ma place, tu me devras obéissance. Je t'ai déjà donné ma réponse, nous allons accepter ce cessez le feu et nous pourrons nous concentrer sur autre chose.

- Je les ai vu tuer des Orcs blessés comme s'il s'agissait de bétail, je les ai vu éventré des nourrissons, dans le seul but de s'amuser. Ils ont assassiné mon père, deux de tes fils et tant d'autres, les privant d'une mort honorable.

Le jeune Orc se leva alors et se dressa de toute sa stature contre son chef.

- Je ne resterais pas ici à attendre la chute inexorable de notre race, dès demain je partirais vers les terres du sud et j'irais à la rencontre de nos frères éloignés, peut-être que la honte ne les a pas encore envahi. Si tu refuses tant de prendre ce qui nous est dû, je découvrirais moi-même ce que ce monde possède en dehors de cette jungle. J'espère qu'à mon retour, la peur qui t'habite aura disparu.

Il se retourna alors et quitta la hutte du chef sans plus de considération pour celui-ci. Le visage résolu il alla tout naturellement s'équiper pour son voyage imminent.

Son cheval était prêt et le départ fut bref, saluant ses plus fidèles camarades il fut acclamé par la plupart de ses frères jusqu'à la sortie du village, Draenok avait toujours eu une grande popularité auprès de son peuple. Traversant la jungle dense l'Orc se dirigeait vers le sud avec une destination bien précise en tête. Ce voyage n'était pas seulement pour échapper aux filets de son chef, c'était avant tout pour découvrir l'intégralité de sa race, pas seulement son propre clan.

Les steppes ardentes repaire des Griffe-Rouges serait donc son premier arrêt. Il ne lui fallut pas moins de 19 jours avant d'atteindre la Crique-au-sable, fief de ses frères du sud. Son entré dans la ville lui fut facilité par son origine et son grade, venu officiellement comme ambassadeur des siens il n'eut aucun mal à entrer en contact avec le maire de la ville et ses principaux dignitaires.

Draenok passa près de 9 mois au sein du village, passant le plus clair de son temps dans la bibliothèque ou simplement dans la rue. S'imprégnant du mode de vie des habitants, il était arrivé à la conclusion que les Orcs du clan Griffes-rouge étaient beaucoup plus paisibles que ceux de sa jungle natale. Privilégiant le dialogue entre les êtres plutôt que la violence, les Orcs du désert avait su habilement récolter de très nombreuses informations sur chaque peuple, avec qui ils entretenaient des relations cordiales. Leur attitude pacifique était très éloigné de la sienne, c'est pourquoi il eut beaucoup de mal à se sentir à l'aise. Son voyage parmi eux lui enseigna cependant une leçon qui allait le suivre toute sa vie.

* L'opinion des autres ne peut pas être omis, elle ne doit pas être écarté. Il faut savoir agir en meneur sans oublier pour qui on se bat*.

Après avoir épluché les nombreux manuscrits de la bibliothèque, Draenok fini par quitter la cité. Son court séjour lui donna l'occasion de mieux comprendre la pensée humaine et les concepts comme l'avarice ou la luxure, ce qui renforça sa haine envers l'homme.

L'Ours-Hurlant se dirigea donc un peu plus au sud en direction des marais où se cacher ses frères les plus éloignés. Les pieds-visqueux de Marashpour avait très mauvaise réputation et cela lui plaisait étrangement. Son avancée fut de plus en plus difficile au fur et à mesure qu'il se rapprochait de la zone marécageuse, c'était une terre très hostile, qui lui rappela presque instantanément son lieu de naissance. Si le désert n'avait pas été une partie de plaisir ce n'était rien comparé à cette fange immonde.

Draenok avançait depuis près de 5 jours dans ce marais inhospitalier sans qu'il ne rencontre quiconque si ce n'est quelques bêtes sauvages qu'il s'empressa de tuer. L'Orc compris rapidement qu'il s'était perdu dans le paysage lugubre. Ses réserves de nourriture et d'eau commencer à être à un seuil critique, il avait même du tué sa propre monture pour s'en nourrir, les ressources ici étaient presque impossible à trouver pour un étranger sans y risquer sa propre vie ce n'était pas le moment de se ramollir.

Les pieds embourber et le corps remplis de courbature Draenok se demanda alors si les habitants de ces lieux exister vraiment. Déshydraté et en proie à la faim, l'Orc entendit des grognements familiers. Une meute de peau-vertes l'avait entouré en une fraction de seconde, leurs armes pointées vers lui. Ils devaient être une bonne douzaine, leur corps couverts de boue et de feuilles, se confondaient avec la flore, les pieds-visqueux l'avait finalement trouvé. Celui qui semblait être leur chef, un grand Orc au physique disgracieux à qui la moitié du visage avait été arraché s'avança finalement vers lui.

- Cela fait des jours que nous t'observons étranger, mais tu ne sembles pas vouloir mourir comme les autres, que cherches-tu sur nos terres.

Draenok n'avait pas quitté l'Orc des yeux, tenait fermement sa hache entre ses mains, prêt à en découdre si la situation tourner mal.

- Je suis ici en tant qu'ambassadeur du clan Ours-Hurlants. Je viens à la rencontre de mes frères du sud avec respect et demande audience à votre chef. Je ne suis pas votre ennemi.

L'Orc défiguré le fixa de ses petits yeux jaunes, grognant un mot à ses hommes ceux-ci baissèrent leurs armes presque à contrecœur.

- ça sera à l'ancien d'en décider, pas à toi.

Une fléchette vint alors se loger sous la nuque du jeune Draenok et les ténèbres l'emportèrent en un instant.

À son réveil il était ligoté à même le sol dans ce qui semblait être une hutte rudimentaire, ses liens lui empêcher tout mouvement alors qu'une étrange vision lui apparut. Un Orc âgé se tenait assis devant lui, ses cheveux étaient grisonnants et sa peau légèrement ridée, les cicatrices visibles sur son visage laissaient présumer une longue vie de guerrier. Il lui faisait légèrement penser à son père, ce même charisme naturel. L'inconnu pris alors la parole d'une voix forte.
- Tu es loin de chez toi gamin et tu ne dois ta vie sauve qu'à la clémence des esprits des marais sache le. Orc ou non, quiconque s'aventure sur nos terres sacrées fini dans nos assiettes.

Draenok savait qu'il n'avait pas affaire à n'importe qui, ses yeux rouges trahissaient cependant sa rage d'être retenu prisonnier ainsi, il essaya tant bien que mal de modérer ses propos.
- Je me nomme Draenok Shaar, je viens des jungles du nord. Comme je l'ai dit tout à l'heure à vos guerriers, je ne suis pas ici pour profaner vos terres, mais pour renouer le contact entre nos deux clans, les Pieds-Visqueux ont toujours été des guerriers de valeur bien qu'on leur prête aujourd'hui des ascendances démoniaques.

L'ancien sourit, ses canines aiguisés et jaune furent alors visible pour la première fois, bien que plus tout jeune, l'Orc pouvait surement briser la volonté de n'importe qui.

- Je suis Albar, porte-parole et représentant des Pieds-Visqueux depuis près de 15 ans. Comme je te l'ai dit plus tôt, notre chaman savait que tu viendrais et à accepter ta demande. Je ne sais cependant pas si tu survivras à notre rencontre.. Tu devras te plier à nos règles si tu ne souhaites pas rejoindre tes ancêtres plus tôt que prévu.

Le ton qu'il avait employé était neutre et L'Ours-Hurlant compris rapidement qu'il n'était pas du genre à plaisanter. Sa menace était bien réelle.

- Qu'il en soit ainsi.

Draenok fut alors libéré.

Il apprit peu de temps après de la bouche de l'émissaire qu'il ne se situait non pas dans le village principal des Pieds-Visqueux, mais dans un avant-poste. Malgré un premier contact des plus compliqués, Draenok fini par être toléré parmi les sentinelles, mais rester un parasite à leur yeux. Comme il l'avait promis au représentant du clan, l'Orc suivait à la lettre les rites et coutume local, se prêtant même au cannibalisme de ses cousins, une expérience qui fut finalement loin d'être dégoutante.. Bien qu'il n'ait jamais pu voir de ses propres yeux le village de Vert-Vase, l'Orc avait reçu l'autorisation de s'aventurer en dehors de l'avant-poste, sous escorte.

Finalement, après avoir attendu que leur relation s'améliore jusqu'à atteindre un respect mutuel, Draenok décida de discuter avec Albar d'un sujet qui le préoccuper particulièrement, l'avenir de leur peuple. C'était une nuit noire, aucun son ne trahissait le calme apparent du village. Albar était comme à son habitude assis près du feu, le visage plongé le reflet des flammes.

- Tu sais déjà pourquoi mon chef t'as autorisé à rester sur ces terres à mes côtés, mais tu ignores toujours les raisons de son refus de te voir..

Mon chef a protégé les nôtres durant 26 ans, écrasant un à un ceux qui souhaitaient notre fin, mais qu'il le veuille ou non nos frères reste bloquer ici, cacher de tous. Il est devenu méfiant et aigri au fil des années, il craint pour nous et pour notre avenir car, au fond de lui il sait qu'il ne pourra pas toujours être là. C'est la raison pour laquelle il refuse que toi ou n'importe qui d'autre ne le côtoie.


Draenok se contenter d'écouter, refusant de l'interrompre.

- Malgré mon respect pour lui je ne suis pas dupe gamin. Bientôt le vieux n'arrivera même plus à se retenir de pisser. Il ne nous mènera pas dans un futur glorieux, mais d'autres le peuvent encore. Les autres races se moque de nous et nous vois comme des brutes sans cervelle incapable d'agir autrement que par pulsion, c'est un fait qui ne date pas d'hier, mais tout le monde s'en fout visiblement.

Il pesta alors comme à son habitude, refusant de se laisser abattre.

- Nous avons dû payé pour l'idiotie des hommes, combattre des créatures d'un autre monde à cause de leur orgueil.. Un jour viendra où nous devrons nous libérer de nos chaînes. Un jour viendra ou toutes les nations devront nous rendre des comptes.

Conscient de ce que voulait insinuer son homologue, Draenok hocha la tête le visage sévère. Il avait finalement eu la réponse qu'il cherchait tant depuis son départ. Il existait bel et bien des êtres comme lui, doté de grande fiertés et d'envies de conquêtes, si des Orcs devaient se dresser contre le monde entier, l'Ours-hurlant en ferait parti.

Plusieurs semaines se succédèrent après leurs discussions. Bien qu'à présent beaucoup plus à l'aise parmi les pieds-visqueux il dû se rendre à l'évidence que sa place n'était pas ici, il avait appris à aimer cet endroit austère et mortel, mais son voyage n'était pas terminé. Remerciant Albar pour ses enseignements, Draenok fini par quitter l'avant-poste en se dirigeant vers la côte. Sa prochaine étape était l'Est, l'autre continent. Nul ne sait ce qui lui arriva durant cette période, mais une chose est sûre lors de son retour parmi les siens, il n'était plus le même.

Aujourd’hui.    

- Je ne te laisserais pas entrainer notre peuple dans ta chute, tu as choisi ton destin, mais cela ne regarde plus que toi à présent. Tu n'es plus digne de porter le titre de chef.

Gazroll avait directement équipé son armure, sa bouche grande ouverte libéra un immense hurlement de rage alors qu'il se saisissait de sa longue faux-de-guerre bandant ses muscles et serrant de toutes ses forces le manche de son arme au point d'en avoir les articulations blanchi. De mon côté je me contentais d'ôter ma hache incruster dans le sol et me préparer à l'assaut imminent.

Son premier coup est rapide, mais grossier. J'esquive la lame sans trop de difficultés, Gazroll enchaîne alors une série de frappes circulaires, moulinant littéralement dans le vent. Bien qu'étant plus petit que moi l'Orc me dépasse en largeur. Il compense sa lenteur en misant tout sur sa force brute. Je continue d'esquiver ses attaques, attendant le moment idéal pour contre -attaquer, lorsque dans un élan de zèle mon adversaire ouvre un peu trop sa garde, profitant de ce point faible j'avance vers lui et le surprend. Lui expédiant un coup de poing directement dans la mâchoire et lui brise net son élan. Prenant appui sur son bras je le fais basculer et l'envoie s'écraser au sol, désarmer. Je laisse alors à mon tour ma hache tomber au sol avant de soulever mes poings.

- Relève-toi l'ancêtre. Je ne tuerais pas un Orc affalé sur le sol.

Toucher dans son orgueil mon adversaire se relève rapidement et se jette sur moi de tout son poids. Un violent pugilat s'ensuit entre lui et moi, les coups pleuvent des deux côtés, le sang s'accumule sur nos poings, nos hurlements résonne dans la jungle. Je réussis alors à bloquer sa tête entre mon bras droit, l'étouffant petit à petit. Je peux sentir son coeur battre alors que la peur d'une mort imminente irradie son être. Hurlant une nouvelle fois Gazroll s'empare d'une dague dissimuler dans sa botte et me poignarde le ventre sans retenue, ce geste de traitrise suffit à me faire lâcher ma prise, le "chef" en profite alors pour me plaquer au sol me crachant au visage il finit par lever son arme au-dessus de sa tête afin de me porter le coup de grâce, c'est à cet instant que dans un élan de détermination je me saisis de son bras et lui plante moi-même l’arme en plein dans la gorge, son cri se transforme alors rapidement en un gargouillis grotesque. J'attrape alors sa tête entre mes deux mains et lui romps le cou en un instant. Le bruit des os brisés retenti partout à travers le village, alors que mon rival s'effondre sur le sol, couvert de son propre sang.

Le combat terminer et bien que légèrement blesser, je me relève et fixe la foule autour de moi, mes yeux écarlates les toises avec fierté alors que je récupère mon arme. Personne n'ose parler, un silence mortel s'installe que je brise au bout de plusieurs secondes d'une voix forte et déterminée.

- Le règne de Gazroll s'achève ici et ses projets s'effondrent avec lui. Pendant de nombreuses années, nous avons été la cible de moqueries et d'attaques incessantes de la part des autres nations et qu'avons-nous fait ? Nous sommes restés dans cette jungle à nous défendre guider par un couard, cela ne peut rester ainsi. Nous sommes des Orcs, des guerriers à l'esprit vif et au passé glorieux, il est temps pour nous de prendre ce qui nous ai dû. Il est temps pour nous de partir en guerre.

Les regards de ses frères et sœurs semblaient s'illuminer à chacune de ses syllabes.

- Ce monde brûlera, ses royaumes tomberont, la terre elle-même tremblera sous notre marche vengeresse. L'Heure est venue, que tous le constate.. La domination des Orcs approche !

Je ponctue mon discours d'un hurlement bestial. Levant ma hache de guerre en signe de victoire. C'est alors que le cri de mes guerriers résonne, devant moi se dresse un avenir nouveau, ce jour voit naître une nouvelle ère.




 
.:: Arme::.

   
Histoire

 Cette arme appartient à notre famille depuis de nombreuses générations, ton grand-père me la léguer et son père en fit de même pour lui. C'est un véritable chef-d’œuvre, Tant de vie ont été arracher par sa lame vengeresse.. C’est l'essence même de notre combattivité. Un jour mon fils, ce sera à toi de la manier.

La famille Shaar manie Condamnation depuis des centaines d'années, cette arme ancienne à traverser les âges sans que jamais elle ne perde de sa puissance. Véritable héritage familial elle s'est forgé une réputation d'artéfact légendaire. On lui attribue des propriétés magiques mais qu'en est-il vraiment ?

 

   
Condamnation

 

Capacités


La hache de guerre à la particularité de pouvoir trancher n'importe quel métal ou matériel (non-raffiné) comme s'il s'agissait d'une motte de beurre. En outre, l'alliage de l'arme semble être indestructible et l'érosion du temps ne l'affecte pas.

 
.:: hors jeu ::.

 
Le code :  

    →  Tout est bon Mister ! (Zeph).

    De quelle façon as-tu trouvé le forum ?

   → Top fofo !

    As-tu des suggestions ou des commentaires ?

   → Les relations entre les races et les nations sont parfois floue, on ne sait pas précisément qui est allié avec qui etc. (Je suis peut-être aveugle aussi Very Happy). En dehors de ça je n'ai pas grand -chose à redire sur le fofo, les admins sont présent et l'histoire est plaisante, bravo !
 

 


@ mise en page et codage par Elanille Therce




[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Zéphira Delsola
Dame de Bélin
Dame de Bélin
avatar
Philosophie : Compassion (Loyal, Bon)
Divinité(s) : Litrish, Phélemée et Revoran.
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2790/5000  (2790/5000)
Adage: « Mon peuple est à part, mais jamais séparé. Libre, mais jamais seul. »
MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Ven 6 Juin 2014 - 7:17

Bienvenue Garrosh Draenok ! /o/

Alors alors, je laisse à Thaom le soin de valider ou pas cette position de chef des Ours-Hurlants. Il me semble que vous avez pas mal discuté de toute façon. (edit' : j'ai rien dit, c'est bon ! ♥)
Je vois bien que tu n'as pas terminé mais au moins ça permettra de faire un petit tour avant d'attaquer la suite alors... Hop hop :

Pour ce qui est de la hache aux prétendues vertus magiques, pas de soucis.
D'ailleurs ce serait vraiment génial que tu mettes son/ses attribut(s) dans la partie Magie (tu changes le nom des champs, tout simplement et roule ma poule). C'est avant tout pour pas se retrouver avec une soulthirster ou une hache qui invoque un Balrog.

Sinon tout ce que j'ai lu était parfaitement fluide et logique. J'aime bien ce côté stéréotype assumé et tu tournes ça de telle façon que ça en devient presque attendrissant (surtout cette histoire de cannibalisme... haha). Petit +1 pour le hurlement qui galvanise les alliés, j'ai bien imaginé l'espèce de râle mâle la hache dans une main, une tête d'humain dans l'autre.

Hâte de lire la suite ! ;D


The Kindness and Beauty

I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will always remember how you made them feel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vulyn Bagial
La lame noire
La lame noire
avatar
Âge : 20
Philosophie : Egoïsme
Faction ou Clan : La Guilde

Attributs
Races: Tiefflin
Réputation:
450/5000  (450/5000)
Adage: La mort rattrape ceux qui la fuient.
MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Ven 6 Juin 2014 - 17:37

Chic, une personne de plus à voler Wink
Bienvenue à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphira Delsola
Dame de Bélin
Dame de Bélin
avatar
Philosophie : Compassion (Loyal, Bon)
Divinité(s) : Litrish, Phélemée et Revoran.
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2790/5000  (2790/5000)
Adage: « Mon peuple est à part, mais jamais séparé. Libre, mais jamais seul. »
MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Dim 15 Juin 2014 - 12:12

Alors alors, attaquons-nous à cette fiche M'sieur Nok'nok' ! cheers


L'histoire est rondement bien menée, comme je te l'ai dit j'aime bien ce côté stéréotype assumé et tout au long de l'histoire on voit bien que, même s'il tend à prouver le contraire, Draenok reste un Orc doué d'une cervelle. Certes il se bat, mais il le fait pour une cause, pour un but, et pas seulement parce que c'est un Orc.
A mon sens la relation qu'il a avec les autres Orcs est vraiment fidèle à ce que l'on souhaitait voir chez les Ours-Hurlants. Le fait que ce soit un "colosse" dès son plus jeune âge fait également de lui un Orc taillé pour gouverner et j'adore cette espèce d'autosuffisance quand il parle de ses capacités et de sa vision du monde, surtout qu'après ces voyages il est beaucoup plus cultivé que la majorité de ses comparses.
Tu décris également bien les différents peuples et la géopolitique, on voit que tu t'es vraiment intéressé au contexte et ça fait super plaisir. (les humains 'sont gentils pourquoi tu veux nous tuer ? >.>")

J'étais un peu septique vis-à-vis de ce conflit avec les Pariens qui me semblait un peu "récent" mais au final on ne peut pas exclure le fait qu'ils aient continué à persécuter les Orcs de temps à autre (hors Griffe-Rouge avec qui ils ont une alliance commerciale). Par contre c'est plus un groupe de Pariens qu'une guerre contre Paria, ce serait long à expliquer mais les Nains de Paria ont d'autres chats à fouetter que de botter le cul des Orcs 24/7, haha.  Au final c'est parfaitement justifié mais il s'agit d'un groupe de Nain, pas d'une guerre ou de batailles contre Paria.
J'émets cela dit aussi quelques réserves concernant les Pieds-Visqueux, qu'un des leurs ait des envies de "conquête/libération", OK, mais ce n'est pas une généralité. Les Pieds-Visqueux sont majoritairement reclus et sont relativement à l'aise seuls dans leur marais. Je voulais que ce soit clair pour toi. En dehors de ça j'ai beaucoup aimé le passage de Nok'nok' dans le marais et la façon dont ils l'abordent, c'est parfaitement ça !


Comme tu peux le voir, tout est logique et j'ai bien aimé la tournure des évènements. Mais comparé à ce que tu avais fait au tout début je trouve ça beaucoup moins fluide et surtout il y a un aspect plus pragmatique de l'écriture : l'orthographe. Le fond est super, la forme est ce qui nous pose soucis.


Sur cette belle toile que tu nous a faite il y a beaucoup de petites tâches : les fautes.
C'est dommage d'ailleurs car je ne suis pas du genre à en faire la chasse, un 's' par-ci, une faute de frappe par-là, ça arrive à tout le monde et je ne m'amuse pas à relever ce genre de choses. Toutefois je suis obligé de le dire : dans l'état actuel des choses la validation est impossible.

Vue la taille de ton histoire je comprends évidemment qu'il y ait des fautes, le problème est qu'il y en a trop et toujours les mêmes. Outre les "s" les quelques fautes de grammaire et des majuscules au milieu des phrases (ce qui en soi est vraiment dérisoire), il y a ce problème de conjugaison et de verbes à l'infinitif qui s'interposent de manière sauvage toutes les deux lignes et ça gêne énormément la lecture (je cite seulement pour illustrer mes propos, histoire que tu vois de quoi je parle) :


Spoiler:
 


Ensuite pour ton arme. Non, c'est juste pas possible.
Dès mon premier message j'ai mis que je ne voulais pas voir de soulthirster ou d'invocation de Balrog (exemples volontairement "abusés"). Or, ton épée EST une soulthirster. J'aurais aimé que tu prêtes un peu plus attention à ce commentaire, surtout que mon message a été posté il y a plus d'une semaine, ce n'est pas comme si je n'avais pas prévenu. Donc désolé mais pour l'arme il faudra trouver d'autres propriétés.


Voilà,  sur d'autres forums certains t'auraient demandé de corriger avant de prendre la peine de lire ta fiche, sache que je l'ai lue en entière avant de rédiger ce commentaire car je trouvais que c'était la moindre des choses. Nous voulions voir le résultat final et... here it is.

Je me joins donc aux Admins pour te dire que nous te laissons une chance de corriger toutes tes fautes, voir si c'est vraiment de l'inattention ou si c'est juste ta façon d'écrire. A l'heure actuelle elles restent en trop grands nombres et affectent les bases essentielles de la langue française. A mon sens des erreurs comme celles-ci sont rédhibitoires pour un rôle tel que celui auquel tu aspires. Ecrire beaucoup c'est une chose, que la lecture soit agréable en est une autre.
Je te conseille de relire à tête reposée, tranquillement, et de up ce sujet dès que tu penses avoir terminé. Tu peux aussi me mp, il n'y a aucun soucis.

Après quoi on décidera ensemble de l'issue de cette fiche mais sache que pour le moment elle est irrecevable, et on trouve ça vraiment dommage car on a bien vu que tu y mettais du cœur.

Bon courage Nok'nok'.


The Kindness and Beauty

I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will always remember how you made them feel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphira Delsola
Dame de Bélin
Dame de Bélin
avatar
Philosophie : Compassion (Loyal, Bon)
Divinité(s) : Litrish, Phélemée et Revoran.
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2790/5000  (2790/5000)
Adage: « Mon peuple est à part, mais jamais séparé. Libre, mais jamais seul. »
MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Ven 27 Juin 2014 - 18:28

Fiche refusée.

Tout a été vu par mp avec Draenok et, encore une fois, nous te remercions de ta compréhension et de ta bonne humeur ♥

Nous laissons cette fiche ouverte ici afin que tu puisses récupérer tes écrits, ton compte sera supprimé lors du prochain recensement.


The Kindness and Beauty

I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will always remember how you made them feel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phelim Albérick
Fondateur / La colère de Revoran
Fondateur / La colère de Revoran
avatar
Âge : 44
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : La Main rouge

Attributs
Races: Sang-mêlé
Réputation:
2770/5000  (2770/5000)
Adage: Un homme se mesure à ses actions.
MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   Lun 30 Juin 2014 - 10:35

Bye Drea' n'hésite pas À revenir nous voir si le cœur t'en dit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La fin d'un règne, le début d'une nouvelle ère
» Le règne du feu [Dazh & Lou]
» Le règne du feu
» La fin d'un règne, le début d'un renouveau... [PV]
» Le Quatrième Age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir :: ­­­­ :: Les fiches de présentation :: Refusées-