­
 

Partagez | 
 

 Débarquement à Blanche-Pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Débarquement à Blanche-Pierre   Ven 2 Mai 2014 - 14:30

Blanche-Pierre. Un nom atypique pour un port et pourtant, alors que le vaisseau marchand qui nous transportait moi et les 6 Chasses-Sable qui me servaient d'escorte, je remarquai qu'il était tout particulièrement bien choisit. Une vaste falaise de calcaire blanc se détachait au-delà des brumes matinales, révélant les positions fortifiées qui protégeait le port, qui se trouvait lui même au-dessus d'une plage de galets blancs. Je resserrai autour de mes épaules l'épais manteau de peaux que j'avais revêtu aussitôt sortit de ma couche. Le temps Norpalien ne me plaisait guère. Tout ce froid, toute cette humidité. Il était agréable de changer de décor et de ne pas souffrir de l'air poussiéreux qui m'avait tant fait souffrir durant mon adolescence mais passer d'un extrême à un autre était perturbant. En voyant la jetée de bois qui se apparaissait dans la brume je me retournais vers mes hommes en rangs derrière moi.

- Récupérez-vos affaires.

C'est avec un soulagement certains que les Chasses-Sables posèrent pied à terre. Même la jetée de bois n'avait pas été entièrement rassurante pour ces fiers guerriers du désert. J'avais depuis longtemps prit soin d'écrire sur le ridiculement petit rouleau de parchemin, une note en pattes de mouches à l'attention du Roi Jerodian. Les Pigeons voyageurs ne connaissaient généralement qu'une seule destination, l'emplacement où ils étaient nés. Ce qui rendait vital pour toute ville civilisées d'avoir son propre élevage de pigeons afin de pouvoir communiquer en toute sérénité en échangeant ses oiseaux contres d'autres spécimens nés dans les contrées les plus lointaines. Bien sûr d'autres oiseaux étaient utilisés comme les faucons pour nous les Griffes-Rouges ou les corbeaux pour d'autres. Une fois pied à terre, j'ouvris donc les cages de deux pigeons, l'un né à Fort-Froid et l'autre à Garde-Fort. Je ne serai pas où serai le Roi, sa missive indiquait Garde-Fort mais entre le jour où il avait envoyé ses messages aux peuples de tout l'Ildir et le temps qu'il nous avait fallut pour arriver à Blanche-Pierre, il pouvait aussi bien être mort, gisant au fond d'un ravin que nous n'en saurions rien.

Alors que j'observais les oiseaux voler, d'abords proche puis en s'éloignant progressivement alors qu'ils ne devenaient que des points noirs à l'horizon, je fus bousculer par une personne derrière moi et me retournait avec un grognement antipathique
Revenir en haut Aller en bas
Thaom Melcrudak
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
avatar
Âge : 35
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : Clan Ours-hurlant

Attributs
Races: Orc
Réputation:
3020/5000  (3020/5000)
Adage: Mérite mon respect par la bravoure
MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   Ven 2 Mai 2014 - 16:26

Une pause, j’avais besoin d’une pause. Je ne fuyais pas, ça non, la Jungle noire c’était chez moi, mais je ne me reconnaissais plus en mes frères. Ils n’avaient pas changé, grand bien leur fasse, mais ce n’était pas mon cas. Bien que violentes, les terres des Humains évoluaient sans cesse et là-bas chacun avait sa chance. Au cœur de notre temple pourtant règne une ambiance de guerre et de domination, de bestialité et de stupidité. Si seulement les miens avaient vu ce que j’ai vu par-delà ces arbres et au-delà de la mer, sans doute les choses auraient-elles été différentes. Il n’en tenait qu’à moi désormais de rejoindre ces contrées qui m’avaient vu renaître.

Je profitais d’une dernière chevauchée céleste sur le dos de Torpeur, cette créature de rêve qui m’avait choisie. Je pouvais voir les terribles montagnes de Térovia au nord tout en contemplant la jungle le cœur serré. Je n’étais pas encore habituée à de tels élans émotifs, je devais apprendre à gérer tout cela. Soudain les cloches retentirent en provenance du port où était amarrée ma promesse de liberté, il était temps.

- Allez mon beau, ce rafiot puant n’attend plus que nous!

Il n’en fallu pas plus pour que ses ailes osseuses nous entraînent dans une descente expéditive que me procura, je dois l’avouer, quelques frissons. Un atterrissage en douceur plus tard nous nous dirigions vers le Fracasseur, un simple deux mats pas très beau à voir mais d’une rare résistance. Sans parler de l’équipage qui me plaisait beaucoup, des Hommes et des Orcs sans clan qui avaient su démontrer leur talent lors de notre dernière traversée en provenance de l’est. Je n’allais jamais pouvoir oublier cette nuit de tempête, un peu plus et je vomissais mes boyaux…Non, décidément j’allais prier ce bon Revoran et cette vilaine Uria avant de monter à bord.

[…]

Enfin! Le bateau n’était même pas arrivé que nous étions déjà sur les berges à embrasser les galets blancs. Dès que Torpeur avait aperçu la terre ferme il s’était empressé de me le faire savoir. Après un bref au revoir j’avais décampé par le ciel en direction de Blanche-Pierre, ce port que je visitais pour la troisième fois. Aujourd’hui pourtant il me paraissait moins menaçant et plus prometteur.

Alors que je m’apprêtais à quitter les quais, une odeur nouvelle mais pourtant bien connue vint surprendre mes sens. Le sable. Pas n’importe lequel, le genre de sable qui coule dans les veines des Orcs des Steppes ardente…Tandis que ma tête allait en tous sens à la recherche des individus des plaines de feu je percutai maladroitement quelque chose qui grogna son mécontentement. Me retournant je rencontrai son regard bicolore ainsi que six autres paires d’yeux qui me criblaient désormais de méfiance.

Pas mal ce petit détachement, mais que venaient-ils donc faire ici? Certes les Griffes-rouges sont réputés pour leur côté ‘’humain’’, peut-être s’agissait-il là d’un voyage diplomatique? Je ne ressentais aucune colère de leur part, simplement une curiosité que je partageais visiblement avec eux. Après un court moment je décidai de prendre la parole.

- Nous sommes ici en territoire norpalien, frères de peau, nul besoin de vous méfier de moi.

Leur meneur était de la même taille quoi moi mais en une version vachement plus masculine. Sa peau semblait être poussiéreuse, comme si le gris se mêlait au vert habituel. Sa fierté et sa détermination étaient presque palpables, je me voyais dans l’obligation de ne pas l’offenser outre mesure. Seulement tout cela m’intriguait alors je tentai un petit quelque chose. Dans le pire des cas je n’avais qu’à les balancer à la mer, nul besoin de les blesser, après tout ils étaient d’impressionnants gaillards!

- Je devine que vous êtes l’Orc de tête alors c’est à vous que je m’adresserai. Je me nomme Thaom Melcrudak, maîtresse de guerre. Mais je ne souhaite pas comparer nos statuts, ni vous défier. Je connais ces contrées et à en juger par la tête de vos hommes ce n’est pas votre cas. Je peux vous guider jusqu’à la capitale si c’est là que vous vous rendez. Je ne demande rien en échange, seulement la promesse que nos querelles de clans restent là où elles sont. Qu’en dites-vous ?

Il me regarde et scrute méticuleusement ce qu’il voit. Je porte mon armure de cuir, de larges bottes ainsi que ma fameuse cape de fourrure noire. Je sens mes oreilles rougirent à cause du vent, il ferait mieux de se dépêcher.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   Sam 3 Mai 2014 - 3:42

En me retournant je fus pour le moins étonné de la personne que je découvris. Une orc de ma taille, habillée de cuir et d'une épaisse cape de fourrure noire et qui n'avait absolument rien à envier à moi ou mes orcs en terme de carrure. Nul besoin de ce méfier d'elle disait-elle, donc elle semblait enclinte à la discussions, ce qui n'était pas le trait le plus courant des orcs, même parmi les Griffes-Rouges et à voir la confection de son armure, je supposais qu'il s'agissait d'une Ours-Hurlant. Les femmes de leurs clans étaient-elles plus douces ? Je ne pouvais que deviner, n'ayant jamais eût pour autres informations que les rumeurs d'un peuple primitif et sanguinaires qui se repaissait volontiers de viande humaine et naine. Mais ce n'était jusqu'à présent que des rumeurs et je n'étais sûr de l'origine de cette orc que lorsqu'elle donna son statut. Maîtresse de guerre, nul doute. Maintenant il faudrait faire le tri du vrai et du faux dans ces rumeurs.

J'inclinais légèrement la tête en forme de salutations respectueuses. J'aurais pût tendre mon bras pour enserrer le sien à la manière des guerriers me sût été d'une certaines familiarité et comme elle l'avait deviné, ma venue ici était diplomatique et le fait que ce soit un pays humain ne voulait pas dire que je devais me comporter de manière moins diplomatique envers les autres races. J'étais l'émissaire de mon clan pour cette mission.


"Je suis Garzek Fer-Serment, fils de Kharz Grave-Encre, Commandant de la Légion de Chasse-Sable et représentant du Conseil des Elus Griffes-Rouges en Norpalie. Je ne puis qu'approuver votre requête de conserver les querelles orcs chez les orcs, je ne sais cependant si mes Chasseurs et moi nous rendons à la capitale. Peut-être le savez-vous et peut-être même êtes-vous là pour la même raison, le Roi Jerodian de Norpalie à envoyer des messages de part le monde afin d'informer les autres peuples de la destruction de Garde-fort par des goules. Je suis ici pour vérifier la véracité de ces informations.

Nul besoin de parler de l'évaluation de la menace ou même d'en apprendre un peu plus sur les forces militaires de notre voisin d'outre-mer, cela ne regardait pas cette orc, même si elle était la maîtresse de guerre des Ours-Hurlant. La question demeurait cependant, elle avait probablement accéder à sa position par la force mais avait-elle l'intelligence et le sens stratégique de deviner les autres motifs éventuels de ma présence ? Auquel cas sa présence pourrait effectivement ne pas être le fruit du hasard et elle partagerait ses motifs. Il serait donc utile ou à défaut, intéressant de la garder à proximité. Je me tournais vers mes hommes et en désignait deux du regard.


"Varth, Fadok, allez vous renseignez en ville, apprenez-en d'avantage sur les dernières rumeurs concernant la position du Roi et de ses troupes. Thaom Melcrudak je propose qu'en attendant de connaître de manière certaines la route que j’emprunterais, que vous soyez notre guide pour la taverne la plus proche afin de s'y réchauffer autour d'une chope de la cervoise locale. Qu'en dites-vous ?" Déclarais-je d'un ton presque amical.

Je n'avais pu que remarquer les oreilles rougissante de la Maîtresse de Guerre et je sentais moi-même mon nez et le bout de mes orteils s'engourdir alors que le vent faisait se balancer mes trois nattes noires.
Revenir en haut Aller en bas
Thaom Melcrudak
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
avatar
Âge : 35
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : Clan Ours-hurlant

Attributs
Races: Orc
Réputation:
3020/5000  (3020/5000)
Adage: Mérite mon respect par la bravoure
MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   Mer 7 Mai 2014 - 21:05

Le personnage en soi me plaisait et je comprenais sa méfiance, il aurait été idiot de me dévoiler les détails de sa mission à notre premier change sur les quais gelés. Quant à moi je me méfiais davantage des Humains  puisque les Peaux vertes n’excellaient pas de l’art d’être subtils ou encore simplement malins. Évidemment je ne m’incluais pas de ce lot, me découvrant sans cesse de nouvelles aptitudes plus ou moins nobles mais fort utiles. L’une d’elles consistait à ne jamais refuser une invitation à boire une pinte. Bien que l'hydromel de Blanche-Pierre ne fût pas ma favorite, je me devais d’accepter de mener ce fier Garzek et ses quatre protecteurs restant jusqu’à l’Antre du goéland. Ce nom ridicule me donnait froid dans le dos.

« L’établissement le plus proche n’est pas le plus propre ni le mieux fréquenté mais il fera l’affaire.  Dans le pire des cas on nous ignorera et dans le meilleur la taverne fera place nette! Assez bavassé, suivez-moi braves Griffes-Rouges! »

Décidément ma cervelle devait être gelée, un tel enthousiasme ne me ressemblait pas. Après tout peut-être étais-je simplement heureuse de rencontrer des représentants de ma race qui aient un peu de bon sens et de savoir vivre.

C’est donc d’un pas décidé que je les guidai au travers des marchandises et travailleurs en direction de ladite taverne. Je pouvais les entendre discuter tandis que nous progressions sans être en mesure de connaître le contenu de leurs échanges, cela ne m’importait guère.  J’eu une pensée pour ce bon Rikard qui avait décidé de demeurer dans le temple en ruines, au final il aura su trouver sa place même si celle-ci fût bien loin de Varakir, sa terre natale. J’espérais simplement que le chef tienne parole et qu’aucun mal ne lui soit fait, mais je me rassurais en songeant à mon imposante cousine qui ‘’veillait’’ sur ou sous lui…Enfin bref.

J’entrai la première créant ce silence qui ne m’étonnait plus depuis longtemps tout comme ces regards inquisiteurs. Un cri strident me fit tourner la tête, je découvris bien vite le tenancier et son goéland le célèbre capitaine Guy. Le vieux Norpalien sympathique vint me saluer non sans remarquer la présence de cinq de mes congénères. Je rêvais du jour ou cet oiseau posé sur son épaule gauche s’étoufferait avec une arête, non mais quel être inutile et énervant! Je me contentai cependant de sourire lorsqu’il m’aborda.

« Je ne croyais pas te revoir de sitôt chère guerrière, ça fait plaisir! Et ce drôle de Varakirois qui te suivait partout n’est pas avec toi? Je vois par contre que tu nous as référé plusieurs clients, c’est bien ça, entrez messieurs je suis à vous dans un moment! »

« Je suis contente de voir que vous êtes toujours en vie vieille branche, cet endroit perdrait de son charme sans vous! Pour ce qui est de Rikard il est resté avec mon clan, le besoin de sensations fortes j’imagine. Et ces Orcs sont de braves types, ils ne causeront pas d’ennuis. »

« S’il fallait que je m’inquiètes de la moindre créature qui passe la porte mon pauvre cœur ne tiendrait pas longtemps! J’arrive avec six pintes de ma meilleure gnôle! »

« Criiiiih craaah!! »

Je tournai le dos et me dirigeai vers mes camarades avant de ne plus être en mesure de me retenir de lui casser son fichu petit cou de piaf des mers. Attablé d’ores et déjà le petit groupe semblait  à l’aise et le commandant m’invita à m’asseoir à sa droite. Ce que je fis en poussant un profond soupir de soulagement, la chaleur et l’odeur de boisson et de nourriture m’apaisaient après ces nombreux jours passés sur l’eau. Gregori, le propriétaire, arrivait déjà les mains chargées de son eau-de-vie maison. Je guettai la réaction des Chasses-sables vis-à-vis du goût, mais apparemment ils avaient connu pire puisque ils parurent apprécier. Le goût laissait à désirer mais ce feu dans le gosier pouvait réveiller les morts. Je démarrai donc la conversation avant de passer pour une impolie.

« Ma foi je crois que je ne pourrai jamais m’habituer à ce climat sudiste, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je vous conseille de trouver des chapeaux, des bottes ainsi qu’une cape de fourrure sans quoi vous et vos hommes perdrez des morceaux en chemin, le satané blizzard ne laisse aucune chance. Bref, parlez-moi donc de vos intentions maintenant que nous avons tout notre temps. Votre clan a-t-il l’intention d’épauler les Humains si ces histoires de goules s’avèrent réelles?   Dites m’en plus et il me fera grand plaisir de vous aider dans votre quête, mais mon offre tient jusqu’à demain à l’aube car ensuite je quitte vers Fort-froid. »

Qu’avais-je à perdre, un groupe d’Orcs impliquait inévitablement des combats et il me tardait d’évacuer l’énergie accumulée sur le bateau. Les bandits et bêtes en tous genres ne manquaient pas sur les terres norpaliennes, mais inutile de le mentionner au cas où mes comparses préfèreraient les garder pour eux. Ces gaillards me plaisaient déjà. Si leur professionnalisme et leur droiture découlaient de cette chose qu'ils appelaient démocratie, peu m'importait ce que c'était, j'en prendrais bien une part!



Thaom Melcrudak
« La force naît par violence et meurt par liberté »
Léonard de Vinci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   Ven 9 Mai 2014 - 10:39

Nos intentions. De la curiosité dans cette jeune orc et décidément un caractère qui ne ressemblait pas à l'idée qu'une personne pouvait se faire des Ours-Hurlant. Ne serait-ce que par son vocabulaire, sa manière de formuler ses phrases, même parmi les Griffes-Rouges, la plupart des guerriers, des orcs du peuples, ne s'exprimaient pas de cette manière. A voir sa connaissance de la ville et même sa connaissance personnelle du Tavernier, je supposais que ses voyages l'avait éduquée bien d'avantage que la vie brutale des Ours Hurlants. Mais à quel prix ? Maîtresse de Guerre de la peuplade la plus guerroyante perdue dans une natione froide et humaine, aurais-tu perdu ta voie ? Mais elle n'en perdait pas la parole pour autant, elle semblait sincèrement prête à nous aider sans même savoir de quoi il s'agissait réellement. Naïve, généreuse ou les deux, nous verrions bien.

Je répond d'un sourire à sa remarque sur le climat avant de prendre une gorgée de cette eau-de-vie humaine, ma foi pas déplaisante de part la chaleur qu'elle procurait mais au goût, aucun alcool ne valait pour un griffe-rouge, le goût d'une cervoise à la Bouillasse.

- Nous avons l'intention de Savoir, Thaom Melcrudak. L'ignorance est une chose terrible, tout particulièrement en période de trouble et en tant que maîtresse de guerre de tout un clan, vous le savez sans doute mieux que personne. Si Goules il y avait je ne saurai dire quelle réaction adopterai notre clan, la démocratie donnant parfois des résultats surprenant et sûrement encore plus, des résultats tardifs de part les débats qui lui sont intimement liés. Je pense cependant pouvoir dire que quoi qu'il advienne, nous passerons quelques temps auprès du Roi et de son entourage. Apprendre à connaître notre voisin d'outre mer ne peut faire de mal, vous ne pensez pas ? Terminai-je avant de prendre une seconde gorgée.

Je me tournais vers le vieil humain qui tenait l'établissement et m'écriais :

"Aubergiste, 8 Bols de ce qui chauffe dans ta marmite et autant de portions de pains et de fromage" Nous allions être ici un moment tant que Varth et Fadok n'étaient pas revenus et le froid leur aura creusé l'appétit comme à nous.

Une humaine aux formes amples et aux cheveux grisonnants apporta notre commande sur un plateau qui paraissait invraisemblablement chargé et disposa devant chacun d'entre nous la nourriture. De la chaire simple mais nourrissante, bien que j’eus du mal à identifier tout les légumes qui baignaient avec la viande bouillie dans ses bols.

"Mais dites moi Maîtresse de Guerre, qu'est-ce qui vous amène en Norpalie ? Êtes vous également ici à cause de la missive du Roi Jerodian ?"

J'observais avec un intérêt non-dissimulée nôtre compagne de table et sa réaction. Elle avait peut-être suffisamment confiance pour proposer de nous suivre dans un objectif flou, je demeurai sceptique.
Revenir en haut Aller en bas
Thaom Melcrudak
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
avatar
Âge : 35
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : Clan Ours-hurlant

Attributs
Races: Orc
Réputation:
3020/5000  (3020/5000)
Adage: Mérite mon respect par la bravoure
MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   Sam 17 Mai 2014 - 17:28

C’était plutôt étonnant de rencontrer des Orcs qui savaient réfléchir à long terme, ça me plaisait évidemment. Alors que nous dévorions nos plats je lui répondis le plus sincèrement possible sans lui raconter ma vie.

« Il va sans dire, je connais ces rumeurs mais je ne suis pas ici pour cela, enfin pas tout à fait. Les façons de faire de mon clan me laissent désormais perplexe et j’ai eu mon lot de violence gratuite dans ma vie, je suis donc revenue ici afin de me rendre utile tout en parcourant le vaste monde. Je n’en demeure pas moins une Ours-hurlant, cependant ici je peux redorer l’image de mon clan en démontrant que nous sommes aussi rusés que puissants et que nous connaissons les mots ‘’compassion’’ et ‘’ loyauté’’. »

J’avais clamé le tout avec une ardeur non feinte, je ne souhaitais pas que l’on me prenne pour une réfractaire ou une cinglée.  Je terminai mon bol en prenant soin de manger convenablement tout en écoutant la réponse de mon homologue. Il était vrai que de rencontrer des goules me rendait toute fébrile, enfin des têtes à couper qui méritaient leur sort! Soudain des gens s’affolèrent à l’extérieur, je reconnu les hennissements caractéristiques de mon cher Torpeur. Je laissai quelques pièces sur la table avant de m’adresser à Garzek en arborant un sourire en coin.

« Si comme moi vous en avez marre de rester assis et bien j’ai un truc à vous montrer. »

Sur ce j’adressai mes salutations au tavernier avant de sortir à la hâte, il ne fallait pas que mon compagnon aille semer une pagaille de tous les diables sur les quais! Une fois dehors je le vis qui battait furieusement des ailes faisant s’entrechoquer les os la composant. Un homme se tenait juste devant lui, il se cachait la tête en la couvrant de ses bras tout en suppliant Torpeur de ne pas le tuer.

« Hey tout doux mon grand, qu’est-ce qui te prend de jouer les durs à cuire?? Pose-toi Torpeur, laisse ce pauvre homme. »

Ce dernier se rua vers moi sans attendre.

« Elle est à vous cette bête? Je ne voulais pas, c’est arrivé par accident,  votre créature n’est même pas blessée! »

« Mais de quoi parlez-vous donc? »

« Je lançais des galets à la mer et je l’ai atteint sans faire exprès. Je vous jure, il est apparu comme ça, sans prévenir!» s’enquit le marin affolé.

« Un galet, t’as pas honte mon vieux, tu agresses un pauvre type pour un vulgaire galet? Je te croyais moins susceptible et plus coriace. T’as vu ta taille, Torpeur? Bon allez, viens par ici, vous aller faire la paix et je pourrai retourner discuter avec ces gaillards du désert. »

Ma monture secoua sa grosse tête sombre pour souligner son désaccord mais il s’exécuta tout de même.  L’homme tendit lentement la main jusqu’à toucher sa longue crinière puis son cou, ma bête était vraiment magnifique. Garzek et ses compagnons se tenaient désormais tout près, hésitants. Je les invitai à nous rejoindre d’un signe de la tête vigoureux et ils ne tardèrent point à s’exécuter. Je voyais bien que l’Orc était étonné de l’aspect peu commun de mon cheval, il fit le tour de l’animal puis me parla des histoires qu’il avait entendu au sujet des Volamorts, ce qui me fit sourire. Je m’approchai de Garzek arborant une mine des plus sérieuses cette fois.

« Mon offre tient jusqu’à l’aube, je serai à la sur la route qui quitte vers l’est, à 7 heures je pars avec ou sans vous. Je serais honorée de voyager à vos côtés, nous avons tant à apprendre de l’autre. Moi aussi je suis avide de Savoir, guerrier, mais ces terres de glaces sont dangereuses lorsqu'on ne les connait pas. »

Sur ce je sifflai et quittai la place en direction des écuries avec mon fidèle destrier sur les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Débarquement à Blanche-Pierre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Débarquement à Blanche-Pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les 95 ans du débarquement américain en Haïti
» Morkava Mk1
» Débarquement à Seikan
» Débarquement et Wysiwyg...
» Débarquement [Cade + libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­Norpalie :: Port de Blanche-Pierre-