­
 

Partagez | 
 

 Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë   Mar 15 Avr 2014 - 9:32

Eliaë Asiniël

Il n'existe qu'une seule façon d'avancer: suivre le chemin qu'on a décidé de tracer!


Genre: Féminin
Surnom: L'Empathique

Âge: 28 ans
Race: Humaine

Terre d'origine: Bélin (Née à Hydrasil)
Philosophie: Diplomatie

Faction: Aucune
Profession: Détective privée

Magie  
Je suis une Pratiquante civile et je pratique la magie profane mais plus précisément l'Élémentalisme. Voici les sorts que je maîtrise :
Sorts Novices
-Ankylose
-Étincelle
-Poussée

Sorts Intermédiaires
-Éclair
-Vent arrière



Aptitude(s) particulière(s): Esprit Empathique. Je pourrais ressembler à un anima, seulement mon pouvoir ne me permet pas de ressentir les sentiments des animaux où de les contrôler en réalité, je ressens les sentiments des gens m'entourant. Avec la pratique j'ai pu arriver à maîtriser mon don de deux façons différentes. L'une me permet de me focaliser sur les gens m'entourant et de ressentir les sentiments de tous, l'autre me permet de me focaliser sur une seule personne et de ne ressentir que ses sentiments à elle, même ceux qu'elle désire cacher. Je ne peux pas influer sur ces sentiments, mais rien que les ressentir me permet d'aviser grandement.


Apparence


Je ne sais s'il est coutume de se décrire soit même. Peut être est-ce simple pour ceux imbu de leur personne de se décrire, moi je ne sais pas le faire. Je suis quelqu'un de normale en quelque sorte. Je n'ai jamais été très grande, je n'ai jamais dépassé les un mètre cinquante-trois. Certains diront que je suis réellement petite et il est vrai que par rapport à eux ça pourrait paraître véridique. Seulement pour mon peuple, c'est tout à fait normale. Je suis même assez grande finalement. En plus de cette taille, je possède une silhouette dans la norme. Pas trop maigre, ni trop grosse. Je dirais plutôt musclé par ces années d'entraînements que je me suis imposée. J'ai forcé mon corps à travailler mes points faibles comme mes points forts. Je jouis d'ailleurs d'une assez bonne agilité sans qu'elle soit celle d'un animal. En dehors de cela je possède de long cheveux noirs et fins que j'attache constamment en queue de cheval. Si jamais vous me regardez dans les yeux, vous tomberez alors sur leur bleu intense qui fait visiblement partie de ma famille vu que mon oncle possède le même regard. Que dire de plus si ce n'est un visage plutôt harmonieux. Je ne suis pas du genre à me regarder constamment dans la glace, je n'ai pas réellement le temps pour des facéties de ce genre. Oh bien entendu comme tous ceux de chez moi, j'ai le teint clair et d'ailleurs je n'aime pas trop le soleil. Ce n'est pas que j'y suis allergique, mais je préférerais largement ne pas m'y frotter. Une autre petite particularité de mon physique ce sont  ces nombreuses cicatrices que l'on peut trouver sur mon corps, surtout dans le dos et le ventre, je vous expliquerais plus loin pourquoi elles sont ici.
Niveau vestimentaire je porte des vêtements assez près du corps. Pas tout à fait moulant, mais pas large non plus. Les vêtements larges ralentiraient mes mouvements et m'encombreraient plus qu'autre chose. Je porte en souvenir de mes parents deux bijoux. Le premier est un collier contenant une pierre qui appartenait à ma mère. Le second est un bracelet que mon oncle m'a donné récemment et que mon père avait créé pour moi. Je pense en avoir assez dit pour que vous vous fassiez une idée de comment je suis. Passons donc à qui je suis intérieurement.


Personnalité


Tout comme pour le physique je ne pense pas qu'il soit simple de rester totalement objectif, mais je vais faire de mon mieux. Ce que je peux vous dire de mon caractère ? Eh bien je suis quelqu'un ayant du mal à se lier aux autres. Mon passé ne m'aide pas réellement dans ce genre de domaine sachant que je n'ai pas réellement été aimé durant un temps de mon enfance qui était cruciale pour le développement de l'enfant que j'étais. Cependant, je ne pense pas que ce soit seulement dû à cela. En vérité, j'ai toujours été quelqu'un d'assez solitaire, ne cherchant que peu le contact avec les autres, se complaisant dans le maniement des armes et la maîtrise de mon pouvoir que je tente d'améliorer. Il est vrai aussi que mon don naturel n'aide pas forcément à se faire des amis. Une gamine hanté par les sentiments des autres, qui ne maîtrise en rien ce don et qui se voit constamment submergé par des sentiments qu'elle ne comprend même pas. Il y aurait eu de quoi devenir dingue, seulement voilà, la cruauté à mon égard m'a aidé pour cela, au lieu de sombrer j'ai choisis d'évoluer et d'apprendre. Je crois que ce trait de caractère fait aussi de moi celle que je suis aujourd'hui. Cette soif d'apprentissage, de tout apprendre, de tout comprendre. Je sais parfaitement que tout ne se fait pas qu'en un seul jour, je sais qu'il faut énormément de temps pour apprendre et comprendre et ma patience me permet d'ailleurs de tenir le coup lorsque j'ai du mal à apprendre. Vous allez me dire, c'est cool  cette petite est parfaite, calme, patiente, qui possède une grande soif de connaissance, mais détrompez-vous car, en vérité je ne suis pas parfaite. Comme tout le monde, j'ai des défauts et les miens sont de tailles. D'une en tant que détective privée, j'ai légèrement tendance à détourner la loi et a l'utiliser à ma façon. Personne ne peut arriver là où il le désire seulement en suivant la loi au pied de la lettre. Je m'arrange donc avec la loi en quelque sorte. Peut m'importe le chemin que je dois emprunter tant que j'arrive à ce que je veux. Vous allez peut-être me demander si j'irai jusqu'à torturer ou même tuer ? Eh bien je dois vous avouer que si jamais je dois le faire, alors je le ferais. Ni bon, ni mauvais, un juste milieu qui me permet de prôner un statu quo entre les deux et donc de m'arranger comme je le ressens. Autrement, j'ai développé avec le temps ce que l'on nomme avec mon oncle une hyperaccuité visuelle. En gros, je suis capable de mémoriser pas mal de choses en quelques secondes. Cela peut me servir pour mon métier en cas de besoin mais cela m'a demandé énormément d'entraînement. Après tout, on ne sait jamais réellement ce dont on va avoir besoin donc autant s'entraîner à développer ses sens. Alors, voilà qui je suis. Patiente, calme, solitaire, ayant du mal a nouer des liens, s'arrangeant avec la loi. Un beau petit mixe qui fait de moi quelqu'un d'imprévisible.


Histoire


Il existe des histoires simples et sans histoire qui amène à une vie tranquille et paisible. Il existe des histoires un peu plus complexe qui font de la personne une tout autre que celle qu'elle aurait dû être. Il existe des histoires si dure qu'on se demande même comment la personne a fait pour s'en sortir. Mon histoire se situe entre la complexe et la dure. Pour être honnête avec vous, je ne me souviens pas réellement des deux premières années de ma vie. D'après ce que m'a dit mon oncle, je suis née d'une mère fleuriste et d'un père forgeron. Tout deux s'étaient trouvés dans leur enfance et ne s'étaient plus jamais quittés. Leur amour avait éclaté au grand jour alors qu'ils n'étaient encore que des adolescents. Rapidement ils ont décidés de se marier et finalement je suis venue au monde. Leur petit trésor, c'est ainsi qu'il m'appelait. Je ne sais pas si j'étais réellement un trésor, mais j'ai aujourd'hui l'impression que c'est ma naissance qui est la cause de ces problèmes de cette enfance chaotique. Comment vous dire que ma vie a pris un tournant très différent lors de mes deux ans. À peine sur mes deux jambes que mes parents me laissaient mourant d'une manière parfaitement étrange. Personne jamais n'a réussi à savoir ce qui leur étaient arrivé. Au jour d'aujourd'hui je suis certaine qu'ils ont été empoisonnés, mais peut importe pour le moment.
J'étais encore trop jeune...
Je ne savais pas ce que me réservait l'avenir...
Mais le destin avait décidé de ne pas m'épargner...

Je n'avais donc que deux ans lorsque j'ai été confiée à la sœur de ma mère. Elle était aimée des gens d'Hydrasil, fille aîné des Rahlt, elle avait épousé un bel homme qui possédait une très grande richesse. On aurait alors pu penser qu'elle serait heureuse, seulement voilà, l'homme à laquelle on l'avait promise n'était pas celui qu'elle aimait et lorsque sa sœur revint une fois mariée a celui qu'elle aimait et qu'elle découvrit que l'homme que sa sœur avait épousé était celui qu'elle aimait secrètement, toute la complicité entre les deux sœurs se dissipa comme neige au soleil. La colère et la rancœur qu'éprouvait Dalia envers Ime grandissait au fur et à mesure de l'idylle des deux amoureux et se mua en haine profonde lorsque ma naissance fut annoncée. Mon oncle par alliance était une personne magnifique et pleine de gentillesse. Il n'aimait pas réellement ma tante et pour cela n'avait pas conçu d'enfant avec elle. Seulement il m'aimait comme sa propre fille, sauf que ses affaires l'amenaient souvent ailleurs, loin, très loin de la maison et c'est dans ces moments là que les sévices commençaient. Des coups de fouet, des coups de chaussures, des coups de pieds, des coups de poing. J'en recevais des tonnes si bien que je finis rapidement avec des cicatrices, des bleus, des os cassés.
J'avais peur...
Je vivais dans l'angoisse des journées suivantes...
Et j'ai finis par souhaité mourir...

La peur investissait rapidement mon être si bien que je finis par prier qu'un jour le dernier coup puisse venir rapidement. J'ai vécu quatre années ainsi, sous le joug de ma tante qui me détestait au fur et à mesure que je grandissais, ressemblant de plus en plus à ma mère, si bien qu'un jour, un coup fut trop fort et m'envoya voler si loin que je me brisais un bras ainsi que de quelques côtés. Mon oncle me trouva alors allongé sur le sol, ma tante attachée par les servants fulminait de rage. Mon oncle a fini par la répudier et a pris soin de moi. Sauf que tout cela était venu aux oreilles du frère de mon père : Eilor. Lui avait toujours voulu des enfants, il avait toujours voulu en avoir sauf qu'il n'avait jamais trouvé la femme qui aurait pu combler ses attentes. Mon ancien oncle n'ayant pas de lien de parenté avec moi ne put me garder et de toute façon il doutait fortement que je puisse me reconstruire dans une maison où j'avais tant subis  et il avait parfaitement raison. Seulement il n'y avait pas que mon corps qui avait souffert, mon âme d'enfant avait elle aussi pris des dégâts, beaucoup de dégâts. Eilor m'a donc pris avec lui et m'a emmené jusqu'à Varak la grande ville commerciale où il exerçait son métier de forgeron.
Je me suis demandée ce qui allait encore m'arriver...
J'ai prié jour et nuit pour de la clémence...
Mais ce qui suivit fut totalement inattendu...

Nous venions d'arriver, après pas loin d'un mois passé sur les routes a amasser des rencontres toutes plus diverses les unes que les autres. Eilor semblait s'amuser, mais moi, encore meurtrie je restais dans mon coin. Je n''arrivais pas à me montrer heureuse alors que je ne savais pas ce qui allait m'arriver. Je n'avais toujours connu que la violence, je n'avais que six ans et j'étais déjà brisée. Pourtant alors que j'arrivais dans la maison, sans valise sans rien pour me changer après ce long voyage, Eilor me présenta une chambre magnifique, tellement bleu qu'on avait l'impression que le ciel était entré dans cette chambre. Je l'ai regardé hébété, moi qui n'avais eu le droit à rien, j'avais le droit à ce genre de choses. Peut être n'allait-il pas me frapper, peut être pourrais-je vivre comme une petite fille normale. Cet espoir, je lui devais et pourtant en même temps que je m'y raccrochais, je n'avais pas envie de trop y croire pour ne pas être déçu. Seulement les jours passèrent et il n'y eut pas de sévisses, seulement de l'amour et du bonheur. Je compris alors rapidement qu'il ne chercherait jamais à me taper dessus, qu'il ne chercherait pas à me faire mal.
Et j'ai commencé à vouloir y croire...
J'ai commencé petit à petit a changer...
Mon cœur s'ouvrait, il venait littéralement de me sauver...

Je commençais donc à grandir doucement, à apprendre ce que vivre voulait dire. Ma souffrance ne s'effaçait pas, mais je pouvais la remplacer petit à petit par de la joie. Je me promenais dans les rues de Varak et un jour, je rencontrais une jeune fille. Elle était plus jeune que moi, elle semblait aussi bien plus fragile. Elle pleurait lorsque je l'ai rencontré, je m'en souviens encore comme s'il c'était hier que tout s'était passé. Les enfants la fuyaient aussi bien qu'ils semblaient la railler. J'ai demandé à Eilor pourquoi ils étaient si méchant et il m'a répondu que c'était parce qu'elle était pauvre et qu'elle traînait dans la rue. Je lui ai demandé alors s'il se fâcherait parce que j'irais parler avec elle que je lui donnerais du pain à manger. Il m'a souri et m'a carrément donné le pain. Je n'avais encore que huit ans. Deux ans s'étaient passés depuis qu'il m'avait sauvé et chaque jour il m'étonnait un peu plus. C'est en m'approchant et lui donnant le pain que nous avons sympathisé. J'étais encore fragile psychologiquement, mais elle semblait encore plus fragile que moi, alors je voulus m'occuper d'elle comme mon oncle le faisait pour moi. Rapidement nous avons noué un lien qui est devenu très fraternel comme si nous nous étions toujours connu. Entre temps Eilor m'apprenait son métier de forgeron, il m'apprenait à tenir des armes en bois parce qu'il fallait que je sache me défendre, il m'apprenait à me battre pour que je ne sois jamais embêtée.
J'ai pensé que tout resterais alors ainsi...
Que nous grandirions toutes les deux comme des sœurs...
Mais le destin m'avait une fois de plus réservé une surprise....

Je l'attendais ce jour-là, comme tous les autres jours où nous avions convenu de nous rencontrer. Je l'attendais avec ma patience d'enfant, seulement les heures passaient et elle n'arrivait pas. Que s'était-il passé où était-elle ? Cela faisait quatre ans que nous ne manquions aucun rendez-vous pourquoi justement aujourd'hui ? Tant de questions qui restaient sans réponse. Je parcourus la ville à sa recherche. Je passais ma journée à la chercher et les jours qui suivirent aussi jusqu'à ce que je me rende compte d'une chose. Elle avait disparu. Totalement et entièrement disparu. Mon empathie que j'avais commencé à maîtriser en arrivant chez Eilor explosa et je reçus des tas de sentiments de partout. Je me sentais perdue, abandonnée une seconde fois, j'étais de nouveau seule. Il me fallut plusieurs heures pour me reprendre, j'avais alors douze ans et je savais une chose, elle n'était pas partie de son plein gré, elle m'aurait prévenu si jamais elle avait dû partir. Je courus rapidement vers la maison et y trouvait celui que j'appelais désormais mon père. Il vit mes yeux rouges, mes joues sur lesquels les sillons de larme s'étaient déposés. C'est à ce moment qu'il décida de m'entraîner sérieusement, c'est a ce moment-là que j'ai décidé de mon orientation actuelle.
Je venais de prendre une décision...
J'étais encore jeune, mais je savais ce que je devais faire...
Je pris très rapidement mon destin en main...

Et vers l'âge de quinze, je suis reparti dans ma patrie d'origine pour rentrer à l'école élémentaire. Je m'étais montrée sensible à la foudre et il était important pour moi de savoir contrôler ce pouvoir il pouvait m'être utile par la suite. Avec le consentement de mon père, nous repartions pour l'académie d'Urion ou j'allais resté jusqu'à ce que je maîtrise enfin la foudre. Cela me prit pas mal d'année en vérité. Des années durant lesquels j'apprenais à maîtriser ce pouvoir et en même temps je m'entraînais avec mon arme favorite, deux cimeterres magnifique qu'Eilor avait créé pour moi. Je devenais rapidement assez doué dans le domaine des armes alors que le domaine de la magie me demandait plus de temps. Finalement, ce ne fut qu'en m'appuyant sur la maîtrise de mon don d'empathie que je réussis à maîtriser ma foudre. Il me fallut encore deux ans pour arriver à correctement savoir l'utiliser sans m'épuiser, sans jamais me demander trop de concentration.
J'avais vingt-deux ans...
Des projets pleins la tête...
Et enfin un père à qui je pouvais tout raconter...

J'ai donc décidé de lui faire part de mon souhait de devenir détective privée. J'avais envie d'aider les gens tout en gagnant de l'argent. Et puis j'avais envie de la retrouver, je voulais retrouver Eyris. Je voulais savoir ce qu'elle était devenue depuis tout ce temps. Si j'avais fait tout ce chemin c'était pour devenir plus forte, pour pouvoir la retrouver et lui demander ce qu'il s'était passé ce jour-là. Je savais parfaitement qu'il me restait encore du chemin, si j'avais développé pas mal de compétences, je n'étais pas infaillible surtout que mon empathie pouvait être un atout comme un désavantage. De plus il y avait des tas de choses que je ne comprenais pas encore, je n'avais jamais connu l'amour, je me renfermais assez facilement sur moi même et puis j'avais cette fâcheuse tendance à tourner la loi à mon avantage. Eilor m'a dit finalement que cela pourrait me servir pour le travail que j'avais envie de faire. J'ai donc décidé de continuer dans ce sens. D'aider ceux qui voulait de mon aide mais de toujours rester celle que j'étais. Il me fallut deux années pour être apte à faire cela. Ce n'est qu'à vingt quatre ans que je pu alors me lancer dans la vie active. J'ouvrais alors mon cabinet à Hydrasil, ville ou tout avait commencé. Les années passaient et ma réputation avançait doucement. J'avais désormais vingt huit ans.
J'avais choisi de changer...
J'avais choisi de prendre mon destin en main...
Et je vivais désormais la vie que j'avais sciemment choisis...

Voilà mon histoire et vous quel est la vôtre ?


Hors-jeu


De quelle façon as-tu trouvé le forum ?

→ Google est mon ami et il m'a sortit le forum ^^

As-tu des suggestions ou des commentaires ?

→ Aucun ^^

Quel est le code de validation caché dans les règlements? En l'inscrivant vous acceptez de vous soumettre aux règles établies.  

→ ...


La vallée d'Ildir soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif et adaptée par Thaom Melcrudak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaom Melcrudak
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
avatar
Âge : 35
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : Clan Ours-hurlant

Attributs
Races: Orc
Réputation:
3020/5000  (3020/5000)
Adage: Mérite mon respect par la bravoure
MessageSujet: Re: Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë   Mar 15 Avr 2014 - 14:13

Tout d'abord je tiens à te féliciter pour cette fiche impeccable et ta grande compréhension et intégration de l'univers du forum dans ton histoire, et quelle histoire ! ^^


Ta magie est bien expliquée, c'est super! Sur ce je ne te fais plus attendre, tu es validée, bon jeu l'Empathique Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë   Mar 15 Avr 2014 - 14:25

Oh merci beaucoup ^^ c'est un plaisir d'être parmi vous.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suivrais le chemin que j'ai décidé de tracer !... Eliaë
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» Chemin détourné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir :: ­­­­ :: Les fiches de présentation :: Validées-