­
 

Partagez | 
 

 La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 10 Avr 2014 - 4:43

Une tenue de voyage de jais sous une cape grise. Les couleurs des nécromanciens ayant suivit la voie de la magie grise. Le froid de la Norpalie était aussi saisissante que la non-vie. Bien que différentes, ces deux températures étaient saisissantes. Sa cape à capuche foulait le sol, alors que sa tenue était d'une justesse frivole, laissait paraître ses félicités, ne couvrant que ses intimités.
La chatte grelottante observait l'imposante muraille, la franchissant pour entrer dans la ville et s'engagea dans les ruelles de la cité. Le silence de ses pas la faisait passer pour un spectre venu d'un autre temps. Ses yeux observaient la cité d'un air inquisiteur, ainsi que leurs habitants, qu'ils soient vivant, ou mort. La nuit était un lieu propice à la manifestation de spectres, agressif ou non. Mais aucun ne semblait avoir assez de puissance pour entrer en contacte avec le monde physique.
A ses cotés, une sphère lumineuse éclairait son chemin, Coryn, le spectre qui l'accompagnait où qu'elle se déplace. Projetant une lueur turquoise sur le sol, il éclairait faiblement le chemin et ne laissait entrevoir que faiblement le bas du visage de la mage grise.

Le quartier des habitations, les chaumières humaient un parfum de nourriture et de chaleur. Mais la silhouette continuait son chemin inexorable sans s'arrêter. Le froid et la faim la guidèrent jusqu'à l'auberge local. Elle y entrant sans bruit, même la porte ne provoqua que le bruit de ses gonds.
Finalement la chaleur revint sur le pelage de la suli, elle se plaça dans un coin de l'auberge en silence. Une serveuse s'approche d'un pas sécuritaire inquiéter par la venu soudaine de ce personnage qui devait sans doute être un mage au vue de la sphère de lumière lévitant à ses cotés.
-Que désirez-vous?
-De la viande avec de l'eau.
-Autre chose?
-Ce sera tout, merci.

La serveuse s'en alla, laissant seule la silhouette dont l'arme était une faux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Lun 14 Avr 2014 - 16:40



J’étais en Norpalie, à fort-froid… Une rumeur et quelques caravanes et marchands. Enfin me voila dans cette ville. Mon arrivée fut compliqué le froid est saisissant, je ne suis pas habitué. Mon équilibre est mis a rude épreuve sur ces chemins glissants. Je me suis trouvé une petite auberge sympathique. Les gens ont l’air agréable, l’air est chaud et la nourriture est bonne.
Je suis assis près de la cheminé de l’auberge, le feu est derrière moi, ainsi même en pleine lumière je suis à l’abri de ma propre ombre.
Le marchand m’ayant déposé ici à pris le soin pour me remercier de me commander un peu plus tôt un ragoût de cerf au vin rouge. La serveuse m’avait apporté ceci dans une grande assiette en bois, de jolis morceaux de viande avec des carottes et des oignons. Le tout dans un bouillon particulièrement goûtu.

La porte s’ouvre, comme souvent dans une auberge, mais cette fois le bruit était différent, cette porte habituellement poussée avec force, ne faisait pas de bruits. Je tends l’oreille et ne discerne que le grincement des gonds de la porte et le bruit du vent s’engouffrant dans l’ouverture. Aucun bruit de pas. Je lève les yeux et soudain. Une sulis entre, élancé, féminine, c’est la première que je voie, je la détaille de la tête aux pieds. Sa fourrure aux reflets bleus est magnifique. Ses yeux si … troublants.

Elle prends place dans un coin de cette pièce, une étrange sphère lumineuse la suit partout. Une mage ? Intéressant ! Je pourrais certainement en apprendre un peu plus sur la magie. La serveuse s’approche de la nouvelle arrivante avec prudence, elle échangent quelques mots et la serveuse repart. Je devrais aller discuter avec elle. Non, je vais la laisser manger et je vais finir mon excellent plat par la même occasion. Froid je ne pense pas qu’il soit aussi bon. Le marchand ne blaguait pas ! Le cuisinier est bon, je dois penser a lui faire mes compliments.

La sulis est servi et mange, je continue de l’observer, elle et cette étrange sphère, elle éclaire doucement de façon constante. C’est étrange mais assez joli !A quoi cela peut bien lui servir ? Je lui poserai la question. Je suis tel un enfant devant de nouvelles choses, c’est merveilleux. D’où vient elle ? Qui est elle ? Je dois attendre, la laisser tranquille un temps. Une fois mon repas fini, je l’observe manger le sien, patiemment, enveloppé de la chaleur de cette cheminée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Mer 16 Avr 2014 - 4:36

La nourriture arriva et Natsil lança un faible merci. La serveuse s'en alla donc et la jeune suli commença donc à se nourrir, observant silencieusement la salle autour d'elle, remarquant un Eladrin qui l'observait depuis un moment. Sans se troubler, du moins en apparence, elle continua de manger tout en buvant un peu d'eau fraîche.

Elle se saisit de son grimoire pour en lire le contenue. Lorsqu'elle l'ouvrit, les pages vierges luisirent d'une couleur astral, formant les écritures enchanteresses. Ces grimoires furent enchanté par le grand maître des mage gris pour empêcher quiconque ne possédait pas la magie grise de lire ces lignes.

-Tu ne devrais pas l'utiliser ici. L'avertis Coryn, la sphère lumineuse.

-Je suis précisément ici pour que nous sortions des ombres. Murmura la nécromancienne. Nous sommes resté caché trop longtemps. Il est temps que cela cesse.

Elle fini son repas et le déplaça sur un lieu éloigné de la table, pour finalement adosser le grimoire contre le rebord. La serveuse s'approcha pour observer le grimoire, mais même pour une personne doué en langue des anciens, ceci n'avait aucun sens, les lettres se meuvent et se mêlent dans un acharné torrent lumineuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 17 Avr 2014 - 13:11



Elle vient de finir son repas, je la regarde avec attention. Elle repousse son assiette et ouvre un ancien livre. Elle le pose sur le rebord de la table et se met à lire. Il ressemble à un grimoire, le genre de livre qui renferme bien des secrets à qui sait le lire et les déchiffrer. une faible lueur semble émaner des pages de l’ouvrage. Fait surprenant, elle semble parler à la sphère lumineuse !  Je me décide à en savoir plus.

Je me lève en douceur, replace ma chaise sans un bruit et me glisse avec attention vers la table de la suli. Je prends mon temps afin que ma présence soit remarquée. J’en profite pour choisir mes mots avec le plus grand soin et prends une longue inspiration avant de commencer mon introduction

“Bonjour très chère,
Je vous prie de bien vouloir pardonner mon interruption mais je ne sais par quel moyen introduire la conversation de manière correcte.
Je me nomme Aodrène Hedan, je me trouvais un peu plus loin lors de vôtre entré dans l’auberge. Depuis cet évènement vous éveillez ma curiosité. J’aimerais avec votre permission pouvoir échanger un peu avec vous. Poser quelques questions, sur vous, la magie et bien-sûr répondre aux vôtres si vous en avez.


En racontant tout ça, je croise ses yeux, un fond noir profond, peu commun mais prenant. Sur ce fond d’un noir pur, se détachent deux iris cyan. L’iris typique des chats mais d’une couleur remarquablement éclatante. Je souri. Encore une fois, elle était vraiment jolie et sa fourrure si unique. J’avais bien croisé quelques sulis auparavant mais elle se distingue des autres. Elle dégage une certaine force, un caractère certain.

Je me laisse ensuite aller sur l’arrière de ma chaise, attendant une réponse de sa part. Je n’oserais en rien déranger plus longtemps quelqu’un qui ne le veut pas, résolu à m’en aller de moi même si elle ne me donne pas de réponse. Mon attention est de nouveau porté sur la sphère dont la lumière semble vivante. Je m’égare attendant sa réponse…

Tout ce temps j’étais observé. Cette sentation étrange, tout mes faits et gestes étaient épiés et je ne savait d’où provenait ces regards. Etaient-ils bien intentionné au moins ? J’étais tendu mais m’étais efforcé de ne pas le faire transparaître à la suli. Il y avait une troisième force en présence ici. J’attendrais qu’elle se dévoile avant d’agir.

Revenir en haut Aller en bas
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Ven 18 Avr 2014 - 5:24

Longue était la route qui menait à notre chemin, je ne pouvais que le constater alors que je venais tout juste d'arriver à Fort-froid ou le froid m'avait rapidement envahi. Ce n'était pas que j'étais particulièrement frileuse, loin de là mais j'étais heureuse d'avoir prévu des vêtements bien plus chaud que ceux que je portais habituellement. Un tunique près du corps avec de longue manche, un pantalon prêt du corps aussi et plutôt chaud, des bottes de neiges ainsi qu'une veste courte mais bien épaisse. Arkaël quand à lui possédait un pelage qui aurait pu faire pâlir n'importe quel cheval. Je souriais tranquillement à mes propres pensées. Cela faisait des jours que voyageais, tout cela pour retrouver les affaires personnels d'une personne. Des affaires auxquels il tenait visiblement comme à la prunelle de ses yeux vu le chemin qu'il me faisait faire et le prix qu'il m'avait payé. Je ne comprenais bien de quoi il parlait, j'avais aussi des affaires personnelles que je ne voulais aucunement perdre mais ce que je ne comprenais pas c'était ce besoin à les retrouver coûte que coûte et le plus rapidement possible. Ce qui me dérangeait en vérité c'était surtout la façon dont il les avait perdu et qui était on ne peu plus étrange.

Des affaires si précieuse devaient être gardé de côté alors comment avait-il fait pour les perdre de cette façon ? Bah après tout peu m'importait comment il avait fait, le but c'était de les retrouver et donc de satisfaire la demande de ce monsieur. Après tout, c'était tout autant mont travail que de chercher des personnes disparu. Il n'empêchait que ces derniers temps, les vols étaient devenus monnaie commune au vu de toutes les affaires que l'on m'avait confié, mais celle-ci était la plus étrange. Je soupirais tranquillement, désormais j'étais dans le froid, en Norpalie, inutile de me demander pourquoi j'avais choisis de dire oui à cet homme. Je l'avais fait et c'était tout aussi bien ainsi. Je finis finalement par regarder la ville alentour. Jamais je n'aurais cru que le froid et la neige pouvait être si beau. La glace par endroit avait geler l'eau créant ainsi des œuvres d'art de glace. Chaque fois que mon regard se posait quelque part j'avais l'impression de découvrir quelque chose de nouveau. Une forme nouvelle, une nouvelle façon de m'extasier. Il était tout de même étrange de se dire qu'on pouvait trouver des merveilles alors qu'on gelait sur place.

En vérité cela me faisait bien plus rire qu'autre chose et c'est tout en promenant mon regard que je me dirigeais tranquillement vers l'auberge. Les indices s'arrêtaient ici ce qui voulait dire que mon voleur était ici et donc que j'allais devoir entreprendre des travaux d'inspection et de questionnement pour arriver à ce que je voulais : récupérer les objets de mon client. Revenant dans le présent, je remarquais alors qu'Arkaël s'était arrêter devant l'auberge, j'étais tellement perdue dans mes pensées et ma contemplation de la ville que j'en avais oublié de regarder devant moi. Souriant tranquillement, je descendis de cheval et confia ce dernier à l'écurie juste à côté. Je rentrais ensuite dans l'auberge que je trouvais assez chaleureuse bien que peu de personne y était présente. Mon attention se tourna vers un coin de la taverne où je pourrais tout espionner en quelques sortes, ce n'était pas comme si j'étais un réel espion mais, il était évident que mon métier me demandait de faire ce genre de chose assez souvent. De plus il était bien connu que dans les auberges on trouvait les meilleures informations qu'il soit. Souriant à cette pensée je demandais un plat de volaille et attendit qu'on me le serve.

Cela ne prit pas longtemps en vérité, le service était rudement rapide c'est à ce moment là que je remarquais l'entrée d'un jeune homme, puis par la suite celle d'une Suli. Intriguée, je regardais la couleur de sa fourrure, j'avais l'impression que plus j'essayais d'en apprendre sur les différentes races et plus elles me réservaient des surprises. Et puis finalement je reportais tranquillement mon attention sur mon assiette. Nul doute qu'il allait se passait quelque chose au vu des sentiments qui m'entourait. Je ne savais pas réellement d'où ils venaient mais, ce qui était certain c'est que ça n'allait pas tarder à arriver. Et finalement après avoir finit mon repas, après que l'homme finisse le sien et que la jeune femme en fasse autant, la conversation entre eux commença. Il était vrai que j'étais intrigué par ce qui allait se passer, seulement même si je savais que l'homme avait ressentit mon regard, je ne voulais pas encore me déplacer et puis pour dire quoi ? Je n'avais rien à dire si ce n'était qu'ils était un peu étrange tous les deux. Au moins je connaissais désormais le nom du gars. J'attendais donc la suite tranquillement. Heureusement que la patiente ne me faisait pas défaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 24 Avr 2014 - 5:11

“Bonjour très chère,
Je vous prie de bien vouloir pardonner mon interruption mais je ne sais par quel moyen introduire la conversation de manière correcte.
Je me nomme Aodrène Hedan, je me trouvais un peu plus loin lors de vôtre entré dans l’auberge. Depuis cet évènement vous éveillez ma curiosité. J’aimerais avec votre permission pouvoir échanger un peu avec vous. Poser quelques questions, sur vous, la magie et bien-sûr répondre aux vôtres si vous en avez."


La suli observa le personnage qui l'abordait. Elle n'afficha pas d'air neutre, mais se voulut plutôt amicale.

-Bien-sur asseyez-vous. Je suis Natsil.
Si vous voulez discuter j'y suis toute disposé. En vérité je viens surtout parler de l'ordre de magicien auquel j'appartiens.


La petite sphère lumineuse vint de déposer dans ses mains et elle semblait caresser l'ectoplasme.

-En vérité je ne peux pas dire grand chose sur moi je suis amnésique. Je ne connais rien d'autre que le fait que des morts m'ait sauvé de voleurs d’âmes. Puis je fut recueillit par des nécromancien que l'on nomme les mages gris. Et je vous présente mon compagnon de voyage, Coryn, un spectre.
Mon ordre est resté caché depuis des siècles voir des millénaires, je ne sais plus. A cause des nécromanciens qui se font appeler "invocateur" et dont le but est de manipuler la mort à des fins malsaines. Mais j'ai réussit à convaincre notre chef qu'il était temps de sortir de l'ombre, pour montrer au gens un autre visage de la nécromancie.


Elle sourit.

-Nous ne dominons pas les défunts, nous sommes des guides qui leur apporte la paix, exauce leurs dernières volontés ou bien les aidons à protéger un lieu en donnant à leur forme spectrale des propriété tangible.
Si vous souhaitez apprendre la magie, nous sommes disposé à l'enseigner. Mais il y a un serment à respecter.
Ainsi voila ma question. Êtes-vous prêt à consacrer votre vie à ceux qui n'ont pas eut la chance de partir en paix, et à protéger les portes du royaume Astral?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 24 Avr 2014 - 16:50



La Suli accueille mes paroles avec un air amical, c’est très rassurant, la conversation s’ammorce très sereinement.

"-Bien-sur asseyez-vous. Je suis Natsil.
Si vous voulez discuter j'y suis toute disposé. En vérité je viens surtout parler de l'ordre de magicien auquel j'appartiens."


Natsil donc, joli nom. Pendant ces paroles la sphère lumineuse se place dans le creux de la main de Natsil, il me reste à déterminer si la sphère dispose d’une conscience propre où si Natsil la contrôle entièrement.
Elle me déclare être amnésique, c’est étrange et peu rassurant mais son attitude est toujours détendu, aucune raison de se montrer plus méfiant que nécessaire. Elle me présente la sphère, Coryn, un spectre. Je n’ai aucune idée de ce que cela peut-être mais cela n’a pas l’air très dangeureux. Je jette de furtifs regards en des directions aléatoires afin de tâcher de découvrir qui m’observe… mais hélas sans y parvenir. je décide pour le moment d’être le plus courtois possible envers mon interlocutrice.

Un discours bien plus sombre en suit, des nécromanciens, un ordre des “invocateurs”, des morts manipulés. Cela me fait froid dans le dos. Natsil me sourit comme pour me rassurer. Cela peine à effacer mes doutes mais néanmoins contribue à me laisser penser que je ne dois rien craindre d’elle. Ses paroles sont ensuite plus rassurante, elle aide les âmes errantes. Une bonne chose en soi.

“Je suis heureux que nous puissions converser. Votre discours soulève pleins de questions. Je vais essayer de faire simple... J’ai moi aussi un certain don mais clairement plus orienté vers les vivants. Je n’ai jamais vraiment poussé ce don et j’aimerais aujourd’hui le faire. Je ne souhaite pas le faire de manière conventionnelle à l’académie d’Urion mais en échangeant avec d’autres mages.
...
J’aimerais vous accompagner lors de vos tâches, j’ai un certain talent pour ne pas me faire remarquer et quelques autre cachés. Avez-vous un but dans lequel je puis vous assister ? Nous en profiterons pour échanger en même temps.
...
Une rumeur m’a fait venir jusqu’ici, des choses étranges se passent dans une mine plus au nord, les mineurs refusent d’y entrer. il s’agirait d’esprits ou d’un quelconque plaisantin. Peut-être pourrions-nous aller voir, les esprit sont de votre ressort tandis que je sais bien mieux y faire avec les plaisantins”


Je rend son sourire à Natsil, je l’aime bien. Elle est calme et sa présence est rassurante. Cependant je n’ai toujours pas réussi à trouver d’où vient cette sensation étrange. Est-ce la sphère qui provoque cette anxiété chez moi ? Aucune menace en attendant. Je savoure donc la conversation en cette étonnante compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Ven 25 Avr 2014 - 4:16

J'écoutais patiemment la conversation des deux jeunes personnes non loin de moi. Finalement j'avais bien choisis ma place, je n'étais pas trop loin pour les entendre, mais assez loin pour ne pas être à portée de regard. Finalement cette journée s'annonçait tout de même assez bonne. Je n'avais pas eu besoin de me bouger pour avoir des renseignements et en plus de connaître les noms de ces deux personnes j'entends une conversation assez intéressante. Après mon contrat, j'étais plutôt contente de rester un peu tranquille dans une taverne, cependant mes temps de repos n'était jamais très long, tout comme un hyperactif j'avais constamment besoin d'aventure. J'écoutais donc avec attention ce que disait la jeune femme. Une magie grise, tiens donc, je n'en avait encore jamais vu, il fallait dire que je n'étais pas certaine qu'ils soient très bien vu dans la communauté. Effectivement, la nécromancie était une magie assez particulière et si je n'en connaissais que le nom, je ne savais pas réellement comment elle pouvait être utilisé. Comme tout type de magie j'étais persuadé que cela ne dépendait que de son utilisateur. Après tout, je maîtrisais la foudre et j'étais empathique, cela pouvait largement me servir dans le larcin ou même dans la vente d'information confidentielle. Je pouvais faire chanter nombre de personne venu me voir par jalousie ou alors par pêché.

Mais je n'étais pas ainsi et ne le serait jamais. Je me demandais bien en quoi consistait sa maîtrise de la nécromancie. Je l'écoutais donc avec plus d'attention que précédemment et finalement j'eus quelques réponses à mes questions. Ce que je ne comprenais pas par contre c'était le fait qu'elle se dévoile aussi rapidement. Je n'étais pas du genre à dire de quoi j'étais capable après seulement quelques minutes et j'étais encore moins capable de parler de moi à une personne que je ne connaissais pas du tout. D'un autre côté j'étais incapable de parler de moi tout court. Trop solitaire, trop renfermé. Elle était bien différente de moi et il était vrai que si elle était amnésique, on ne pouvait pas réellement tirer quelque chose d'elle niveau information. Des tas de choses passèrent dans ma tête et finalement je dû me reprendre un peu pour finalement écouter la réponse de l'homme qui était je devais l'avouer assez étrange en vérité. Heureux de converser. Rare était les personne qui parlaient ainsi de nos jours. Je haussais les épaules pour moi et continuais tranquillement d'écouter. Heureusement pour moi que j'étais calme et patiente sinon je ne sais pas réellement comment j'aurais fait pour tenir. D'un autre côté si ne possédais pas cette patience et ce calme j'aurais probablement chercher un autre métier.

Avec un sourire, je reportais mon attention sur la conversation. Lorsqu'il lui demanda si elle avait un but, mon attention lui fut tout acquise. Je ne savais pas réellement de quoi ils allaient avoir besoin si chacun d'eux avait un but, mais j'étais prête à mettre les dons à leur services. En vérité ce contrat m'avait mis l'eau à la bouche et l'aventure coulait dans mes veines me demandant d'aller chercher de nouveaux recoins à explorer. J'avais d'ailleurs envie de repartir à l'aventure malgré que la mienne venait tout juste de terminé. Je soupirais tranquillement et finalement attendit la suite avec attention. Lorsqu'il parla d'une rumeur, je me dis que cela pourrait être intéressant d'aller voir, mais avant tout, je devais attendre de savoir ce qu'en pensait la Suli, Natsil si mes souvenirs étaient bon. C'est donc avec une patiente toute particulière pour ce genre de situation que j'attendais tranquillement la sutie de la conversation.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Lun 12 Mai 2014 - 18:58

( Je tiens à m'excuser du temps de réponse et cette réponse très courte, je suis très prit par le boulot)

“Je suis heureux que nous puissions converser. Votre discours soulève pleins de questions. Je vais essayer de faire simple... J’ai moi aussi un certain don mais clairement plus orienté vers les vivants. Je n’ai jamais vraiment poussé ce don et j’aimerais aujourd’hui le faire. Je ne souhaite pas le faire de manière conventionnelle à l’académie d’Urion mais en échangeant avec d’autres mages.
...
J’aimerais vous accompagner lors de vos tâches, j’ai un certain talent pour ne pas me faire remarquer et quelques autre cachés. Avez-vous un but dans lequel je puis vous assister ? Nous en profiterons pour échanger en même temps.
...
Une rumeur m’a fait venir jusqu’ici, des choses étranges se passent dans une mine plus au nord, les mineurs refusent d’y entrer. il s’agirait d’esprits ou d’un quelconque plaisantin. Peut-être pourrions-nous aller voir, les esprit sont de votre ressort tandis que je sais bien mieux y faire avec les plaisantins”


Observant l'homme, elle ne pouvait pas douter de sa bonne foi, elle ne connaissait pas assez le monde pour en connaitre la cruauté et que certaines personnes ne vivaient que pour elles-même.

-D'accord, faisons cela ensemble. Je vous remercie. Je m'occupe des esprits et vous vous occuperez des troubles fêtes. Mais sans toutefois seul faire de mal. Je suis ici pour venir en aide aux gens et non pour faire du mal à des plaisantins.

Elle insistait bien sur ce fait. Elle ne voulait aucun bain de sang. Cela ne pourrait que ternir la réputation des mages gris et c'était bien la dernière chose qu'elle voulait.

-Qu'en penses-tu Coryn?

-Notre mission est de nous faire connaître des populations, le maître t'as donné toute autorité sur cela. Donc a toi de jouer.

-Tu ne m'aide pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Mer 14 Mai 2014 - 20:40


Natsil après avoir écouté avec attention ma proposition l’accepte en insistant sur le fait que cela ne doit pas tourner en bain de sang. Ce n’est pas comme si tuer était dans mes habitudes. Bien que je sois une vive lame je préfère largement éviter le combat. Après approbation de Coryn elle est toujours partante mais pas completement sûre de sa décision. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre non plus. Une suli nécromantienne amnésique et un spectre pour compagnon. Toute cette histoire est louche, vraiment. Mais étant moi même étranger en ces terres j’ai envie de lui accorder le bénéfice du doute.

Ses yeux toujours auss captivants me parlent, j’y voie l’innocence et la pûreté, des yeux d’enfants découvrant le monde. Si tel est le cas je me fais un devoir de lui montrer le meilleur de ce monde et des Eladrins. Nous avons tous deux des choses à prouver. Et cela me donnera l'occasion de me faire je l'espère de nouveaux alliés et pourquoi pas en apprendre plus sur la magie. En ces temps troublés cela ne serais pas du luxe, mon don pouvant être décisif en certaines situations.

Alors c’est entendu ! Je vous propose que nous partions demain matin. C’est à une journée au Nord, la mine de SombreRoc. Je vous parlerais des rumeurs en chemin si cela vous convient.

Je laisse passer un moment de silence, songeur, hésitant à plusieurs reprises à prendre la parole, de telle façon que personne n’ose m’interrompre. Cette sensation d‘être observé est toujours là, pesante. Est ce Coryn ? Je ne sais pas, et je ne sais pas comment tourner la chose pour que ma demande parraisse légitime. Une telle annonce devant un spectre et un mage gris cherchant à prouver sa bonne foie, pourrait laisser penser que je ne leur accord pas le crédit qu'ils méritent. Après avoir retourner la phrase et changer les mots à de nombreuses reprise je déclare enfin.

Je ne souhaite pas vous offenser mais je suis mal à l’aise. Voyez vous c’est la première fois que je voie un spectre. J’aimerais grandement en apprendre d’avantage sur vous Coryn mais un étrange sentiment m’empli depuis que je suis assis à cette table. La sensation d’être observé. Je n’ai pas réussi à déterminé qui dans cette pièce est la source de cette tension. Je ne sais pas si vous avez la même sensation mais c’est assez étrange que cela dur aussi longtemps. Etes vous suivi ?

Scrutant la salle je ne remarque personne de suspect ni de menaçant. C’est vraiment déstabilisant. Malgré la foule de nordique de la taverne un autre personne est étrangère. Une femme assez petite, un corps mince mais athlétique. Elle n’est certainement pas originaire de la région. Je la regarde avec insistance, de la tête aux pieds. Des vêtements permettant de se mouvoir sans gêne, un collier serti d’une pierre magnifique et deux cimeterres. Personnage atypique, je croise un instant son regard, d’un bleu intense et profond. Je me retourne à nouveau vers la Suli au pelage décidément aussi unique que magnifique et sa sphère.

“Puis-je vous aider d’une quelconque façon d’ici demain ?”

A l'attention de Natsil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 15 Mai 2014 - 7:23

J'écoutais de nouveau avec attention la conversation. Qu'avaient-ils l'intention de faire ? Je ne le savais pas trop mais ce n'était pas en restant dans mon coin que j'allais l'apprendre, seulement voilà. S'approcher d'eux voulait dire devoir se présenter, devoir les connaître et donc créer un minimum de lien. Rien que cela me fit hérisser le peu de poil que j'avais sur le corps. Ma seule peur, la seule qui me paralysait et m'empêchait de vivre comme on vivait d'ordinaire, à aller chercher les autres, à apprendre d'eux, à tenter de les comprendre. Je n'y arrivais pas, trop de chose me retenait encore. La perte de mes parents, la puissance de la haine de ma tante, la perde de mon amie d'enfance, tellement de chose qui rendent mes relations avec les autres chaotiques. Enfant j'en avait déduit que tout était de ma faute, que c'était moi qui portait la poisse. Adulte je n'avais pas encore oublier cette hypothèse et si j'aimais aider les gens, je ne voulais pas qu'ils soient blessé à cause de moi. Les gens qui s'approchait trop souvent de moi finissait par en payer le prix j'en étais quasiment certaine et je ne voulais pas ce genre de chose. Pourtant, j'aimerais les aider, j'avais des talents qui me permettaient d'être utile aux autres. Il fallait à un moment ou un autre que j'arrive à dépasser ce blocage sauf que cela ne se ferait pas en une journée et je n'avais jamais réellement essayé de le faire.

Perdu dans mes pensées, je finis par me recentrer pour écouter la suite. Si je voulais intervenir à un moment, je ne devais pas perdre une miette de la conversation. Je me repliais donc dans le silence le plus tranquille, écoutant profondément la conversation. Ainsi donc ils avaient conclut une sorte d'alliance, mais pour aller où ? Au même moment le jeune homme donna la réponse, une journée au Nord, la mine de SombreRoc. Ce nom tiqua à mes oreilles et je finis par me demandé si je n'avais pas déjà entendu quelque chose dans ce goût là. Je cherchais désespérément dans ma mémoire, me demandant ou j'avais bien pu entendre ce nom lorsque j'entendis de nouveau la voix du dénommé Aodrène. Sa remarque à l'esprit me fit sourire intérieurement. Effectivement, quelqu'un l'observait bien et je devais avouer que visiblement ce n'était pas agréable. Bah peut importait de toute façon, en vérité je n'avais pas le courage de m'avancer vers eux et de leur proposer mon aide. Si jamais il devait leur arriver quelque chose, je m'en voudrais toute ma vie. Finalement alors qu'il demandait s'il pouvait l'aider d'une quelconque façon d'ici le lendemain, je me levais et sortit de la taverne. Mes pas m'avaient mener jusqu'ici, mais mes pas n'avaient pas toujours raison.

Le froid cingla mon visage aussi sûrement que le vent l'aida. Mes cheveux volèrent lentement au grès des courants ascendant ou descendant et finalement je finis par m'appuyer sur le mur près de l'ouverture du box ou mon cheval logeait. Il passa la tête et me renifla pensant que je lui avait apporter quelque chose. Il fut bien dèçu pour le coup, mais décida que ce n'était pas si grave et vint poser sa tête sur mon épaule. Je n'avais pas envie d'aller me coucher, je n'avais pas envie de bouger en fait. Mon regard se tourna vers le ciel, les étoiles brillait de mille feu et la lune éclairait de sa douce lumière ceux qui s'aventurait dans les rues à pareilles heures. Je soupirais tranquillement, grattant la tête de mon cheval et puis finalement après un temps infime, je reportais mon attention sur l'homme qui était sortit de la taverne après moi, je le connaissais et d'ailleurs je savais très bien pourquoi il m'avait suivit. Il vint à ma rencontrer et finalement prit la parole en premier.


« Ainsi il vous a envoyé jusqu'ici. »

« Ainsi c'est de votre faute si je suis là. »

Réplique cinglante et sans grand intérêt vu que de toute façon j'aimais voyager, le truc qui me chiffonnait depuis mon départ venait au moins d'être élucidé.

« Bien si on essayait de ne pas perdre notre temps. »

« Oh ne vous en faites pas, je ne perds jamais mon temps. Rendez-moi ce que vous avez volé à votre frère et l'affaire sera réglé. »

« Vous croyez réellement que je vais lui rendre notre héritage de famille ? »

« Il me semble que votre héritage à été partagé équitablement non ? Votre père avait tout fait exprès alors pourquoi voler la part de votre frère ? »

« Tout simplement parce lui m'a voler ma vie. Toujours mieux que moi, toujours en avance, toujours à accaparer l'attention de tout le monde. C'est dans un souci d'équité que j'ai décidé de lui prendre ce que notre père nous a donner. »

« Écoutez moi bien, il n'y a pas d'équité en ce qui concerne les sentiments. Si votre frère est meilleur que vous, vous ne pouvez pas lui en vouloir sous peine de vous détruire. C'est totalement idiot cette manière de pensée. Soyez raisonnable, ne m'obliger pas à m'énerver. Je suis quelqu'un de très calme, mais je pourrais rapidement changer. »

« Je refuse de lui donner quoi que ce soit et d'ailleurs je ne suis pas certains que pourrez dire quoi que ce soit. Voyez vous, je me suis entraîné depuis longtemps, depuis très longtemps, le combat et le vol sont mes qualités. »

Et il se jeta littéralement sur moi. D'une manière assez déloyal, j'esquivais sa venue et posais ma main électrisé dans son dos. La foudre le paralysa, ses yeux me regardèrent empli de haine.

« Ne vous en faites pas cela ne durera pas longtemps, juste le temps de reprendre les affaires de mon client. »

Je fouillais dans sa sacoche et finalement trouvait ce que j'étais venu cherché. Le frère sentit la paralyser le quitter et finalement avec un regard de dément il me jeta un coup d’œil.

« Ce n'est pas finis, dite lui bien que rien n'est finis ! »

Et il s'en alla me planta là. D'un autre côté cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Je n'avais pas envie de passer mon temps à me quereller avec lui et puis de toute façon pourquoi faire ? Leur histoire ne m'importait peu. Il ne me restait plus que le voyage du retour à faire pour rendre ses affaires à mon client. Pourtant, je me reposais près du box de mon cheval, le regard tourné une nouvelle fois vers les étoiles. Je n'avais pas encore envie d'y aller, persuadé que cette ville pouvait me permettre d'élargir mes connaissances. Je restais là, contemplant la nuit qui se dévoilait devant moi, viendrait un temps ou je devrais rentrer mais pour le moment j'allais profiter de ma ''visite''.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Ven 6 Juin 2014 - 14:36

(Sincèrement désolé du retard. En se moment je n'avais guère l'esprit à faire du rp ayant perdu mon travail etc. Bref, je réponds)

-Une femme nous observe depuis le début de la conversation. Fit sa sphère brillante.

La nécromancienne observa la jeune femme que lui désignait son compagnon spectral. Mais ne fit rien d'autre, peut-être que celle-ci observait par simple curiosité.

-Nous allions partir après avoir dormit quelques heures. Si cette histoire de fantôme dans les mines est vrai, il faut la résoudre au plus vite avant qu'ils ne forment des goules. Les spectres habité par la rancœur peuvent commettre des accidents et s'ils se lient au corps d'un défunt, ils deviennent des goules, des créatures mort-vivant guidé par leurs émotions de haine et d'envie.
Après il se peut aussi que se soit un esprit protecteur, dans ce cas, il faut savoir ce qu'il souhaite protéger ou ce qu'il garde qui puisse être dangereux.


Elle marqua une pause et se remémora ses leçons.

-Il existe plusieurs sortes d'esprits. Les esprits vengeurs bien souvent des personnes torturées, trompées ou assassinées qui veulent vengeance. Ils sont dangereux car leur haine devient une source de pouvoir qui leur permet d'agir sur le monde tangible.
Il existe les esprits protecteurs, ce sont des gens qui lors de leur mort ont fait le serment de protéger une chose, qui voulaient que dans la mort comme dans la vie ils puissent accomplir leur devoir.
Il existe les esprits errants, des gens ne voulant pas mourir, par peur ou simplement par refus. Mais sans véritable objectif, donc ils sont là à chercher quelque chose sans savoir quoi.
Il y a aussi les esprits déments, des criminels, des sorcier, des barbares qui ont commis des actes de sang et qui dans la mort veulent tout simplement continuer leur macabre spectacle.
Enfin les esprits de rédemption, ceux qui dans leur vie furent des monstres et des criminels et qui finalement souhaitent se racheter dans la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Jeu 12 Juin 2014 - 5:31

Ne te prends pas la tête et va à ton rythme ;)Je suis vraiment navré pour toi. J’espère que tu as quelques pistes pour rebondir.



La sphère lumineuse partage une information importante, elle a remarqué la femme nous observant. Certainement l’origine de mon mal être. Natsil observe une jeune femme derrière moi, ses iris changent en fonction de la luminosité de la zone qu’elle observe, c’est assez drôle et je suppose que cela lui confère une vue plus précise que celle des humains. Je suis curieux de la comparer à la mienne. Je jette un oeil discret mais visible. Je laisse moi même aller. Elle expose ensuite une partie de ses connaissances. Je suis assurément avec la bonne personne. Elle semble bien maîtriser le sujet. La Suli me propose ensuite de dormir quelques heures avant de partir. C’est une honnête proposition. Je prends donc congé de cette nouvelle partenaire. “A demain, à l’aube”.

Je sors à mon tour de l’auberge et essaie de retrouver la femme qui nous observait. Je cherche les traces dans la neige mais n’étant encore pas familier de ces environnements froids je me perds dans les traces. Et finalement déambule autour de la taverne jusqu’à entendre un petit cri étouffé. Je m’approche doucement et me plante dans l’ombre, non loin.

La demoiselle est là, elle échange quelques mots avec un homme qui visiblement n’est plus en pleine possession de ses moyens. La jeune dame prend quelque chose dans la sacoche de l’homme et le laisse repartir. Il le fait en vociférant quelques promptes menaces. Elle se met ensuite à regarder les étoiles et semble partir dans ses pensées. La jeune femme est fine et musclée le teint pâle et les yeux d’un bleu intense. La regarder est vraiment plaisant.

Je prends le parti de m’avancer vers elle, je fais quelques pas et seul le bruit de mes pas dans la neige résonne. Je m’arrètte à son niveau, tourne doucement la tête vers elle et prends la parole d’une voie douce et presque charmeuse
“J’ai cru comprendre que ma conversation de tout à l’heure t’a beaucoup intéressé. Nous partons demain à l’aube. Si l’aventure te tente soit à l’heure et prête au départ, nous n’attendrons pas.” M’éloignant ensuite en maintenant quelques secondes mon sourire et mes yeux dans les siens j’ajoute enfin “Belle esquive en passant”. Après un petit clin d’oeil je redresse la tête et prends la direction de l’auberge. Une fois atteinte je demande à l’aubergiste une chambre et m’y rends sans traîner. Il est temps de me préparer pour demain et de réfléchir à ma partenaire et à cette nouvelle jeune femme.


Arrivé devant la porte, je pénetre dans la pièce. Petite, un lit, une table, une simple fenêtre. Une chambre tout à fait classique et qui suffira bien pour passer la nuit. Je défait mon armure et m’installe sur la couche. La nuit va être courte alors autant bien dormir. Je laisse les rideaux ouverts pour avoir les premiers rayons du soleil au petit matin. Allongé ce sont pour le moment les doux rayons de la lune qui entrent par la fenêtre pour me bercer. Je fait le point pour demain. Histoire d’anticiper un peu les évènements. Natsil me semble toute désignée pour ce genre de travail, sûrement peu habitué à évoluer en société je vais devoir faire attention aux interactions avec les autres. Quand à notre  mystérieuse amie, pleins de questions se posent à son sujet. Qui est-elle et que veut-elle ? Quelle était la raison de son altercation avec cet homme ? Si elle s’intéresse à nos plan il vaut mieux l’avoir près de nous, il sera ainsi plus facile de la surveiller.

SombreRoc à une bien triste histoire, d’où son nom. Je pense qu’il est plus prudent d’en informer Natsil, nous aurons le temps du trajet pour cela et puis ça nous donnera un sujet de conversation. Il est temps de dormir, je sens le sommeil m’entraîner à lui. Le royaume des songes m’attends et l’heure est venu pour moi de m’y rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Ven 13 Juin 2014 - 17:13

[HRP]Arf désolé et courage, je peux comprendre que tu ne te sente pas motivé et ne t'en fais pas pour nous prends ton temps, on est pas au pièces.[/HRP]

Mon regard invariablement tourné vers le ciel ne trouve pas de réponse. Y-en a t-il réellement une ? Si tel était le cas je doutais fortement que les étoiles puissent me la fournir. Seulement je ne pouvais m'empêcher de les regarder, attirer par leur éclat que la lune semblait refléter doucement. On m'avait dit une fois que les étoiles recelaient des mystères, des histoires dont on ne connaissait jamais la provenance et qui ne cherchait de réponse que celle que chacun voulait bien lui accorder. On disait des étoiles que leur magnificence n'était qu'une peccadille face à ce qu'elle pouvait offrir comme connaissance. Je ne m'étais toujours demandé ce que les gens entendaient par là ? Comment une étoile pouvait receler de connaissance ? Et j'attendais là comme une idiote alors que le froid s'insinuait entre mes os. Je devais avouer que j'avais été habitué au température chaude du désert de Varak, j'étais désormais habitué aux températures douce par moment et dur parfois du climat de Bélin. Mais le froid pur je ne connaissais pas réellement. Cela ne faisait quelques secondes que mon altercation avait eu lieu. Étrangement je ressentais encore la foudre, comme si chaque partie de mon être vibrait avec l'élément, c'était quelque peu étrange par moment mais je devais avouer que ce n'était pas désagréable. Ce qui l'était beaucoup plus c'était de sentir la présence des gens et d'ailleurs je sentis l'âme de quelqu'un que j'avais déjà touché. Enfin si on pouvait toucher l'âme des gens, je sondais plutôt leur cœur mais il était compliqué en vérité de comprendre mon propre pouvoir et surtout de savoir comment le définir.

Je laissais tomber cela de côté lorsque l'homme s'approcha de moi. Si je connaissais quelques trucs d'eux, lui ne me connaissait pas et devait probablement se demander ce que je leur avais voulu. Ses sentiments, clairement de curiosité me léchèrent la peau, parfois je haïssais ce pouvoir tentateur, j'avais l'impression de constamment violer l'intimité de ces personnes qui n'en savait strictement rien. Cependant mon esprit réprobateur fut rapidement ramener à l'ordre lorsqu'il prononça sa phrase. Je haussais un sourcil devant sa familiarité. C'était bien la première fois que quelqu'un que je ne connaissais pas se permettait de me tutoyer alors même que nous n'avions pas réellement discuter. Cependant cela ne me gênait pas outre mesure, tout simplement parce que je n'étais pas quelqu'un de conventionnel. Il fallait dire qu'en moi rien n'était réellement conventionnel. Mon enfance m'avait appris la souffrance et l'absence d'amour, mon métier m'apprenait tous les jours les mauvais côtés de l'humanité et les risques encourus par des gens tel que moi, et mon empathie m'apprenait tout le reste, ce reste que je n'avais pas envie de connaître mais que je connaissais quand même. Pourquoi avais-je de prime abord été attirée par eux ? Tout simplement parce que j'aimais aider et que je me disais que mes talents pourraient les aider.

Visiblement cet Aodrène avait décidé de laisser sa curiosité choisir pour lui de ce qu'il semblait convenir de faire. Je n'aurais moi-même pas sauter le pas, préférant regarder de loin plutôt que de m’immiscer dans une affaire qui n'était pas la mienne au départ. Sa phrase suivante fit naître un sourire dans mon esprit, mon regard et mon visage restant de glace comme à leur habitude. Je souris un peu plus mentalement au ton de la fin de la phrase. Nous n'attendrons pas ! S'il savait que je serais là bien avant eux, peut-être n'aurait-il pas dit ce genre de chose, mais il ne me connaissait pas et je devais avouer que je n'avais pas réellement aider à la compréhension. Je pense que je comprenais un peu plus ce que voulais dire mon père lorsqu'il parlait de ma façon d'être avec les autres. Je n'étais moi-même pas très adroite pour la discussion. Si cela ne me dérangeait pas lorsqu'il s'agissait de client, cela me dérangeait un peu plus lorsqu'il s'agissait de personne avec lesquels je n'avais rien de particulier à voir. Il était toujours plus simple d'aborder quelqu'un qui venait vous voir pour quelque chose de précis, lorsque ça ne l'était pas, je me tenais constamment en retrait.

Je revins dans le présent alors que j'entendais sa dernière réplique. Belle esquive, j'aurais pu lui dire que je m'étais entraîné une partie de ma vie pour arriver à ce résultat, mais je doutais qu'il ne le sache pas. Quelque chose en lui me faisait dire qu'il était plus vieux que moi, bien plus vieux et que si cela ne se voyait pas c'était probablement parce qu'il faisait partie de cette races qui venait tout juste d’atterrir non loin de chez nous. Je ne voulais pas m'avancer, je n'avais pas chercher à les détailler physiquement, peut-être le ferais-je le lendemain après tout. J'étais du genre à chercher constamment des détails donc je doutais de rester de marbre devant deux personnes que je ne connaissais pas réellement. Enfin je ne parlerais probablement pas beaucoup, mais mon analyser n'avait pas besoin de parole n'est-ce pas ? Alors qu'il s'éloignait, Akaï me poussa doucement. Le cheval avait raison, je devais absolument aller me coucher. Même si j'avais l'habitude de ne dormir que quelques heures, il fallait tout de même que je dorme, on ne savait jamais ce qu'on pouvait trouver sur sa route.

Je laissais donc le sommeil venir me prendre petit à petit alors que des rêves étranges peuplaient mon inconscient j'avais parfois l'impression que mon empathie jouait avec mon sommeil pour me faire analyser tout ce que j'avais ressentis aujourd'hui. Je me réveillais donc quatre heures plus tard, en sueur, un cauchemar venait de se matérialiser une fois de plus devant moi. Étrange comme l'inconscient aimait jouer avec les gens. Je partis prendre une douche pour me laver de tout, la sueur tout comme la nausée et la peur qu'avait fait ressurgir ces images. Quand cela cessera t-il de me tourmenter ? Je n'avais même pas cette réponse là, mais elle avait bien joué son coup pour que toute ma vie je m'en souvienne. M'habillant rapidement, je partis sceller mon cheval qui était frais et disponible et attendait au point de rendez-vous. Ne restait plus qu'à passer le reste des heures à attendre tranquillement, inutile de s'entraîner aujourd'hui, je n'avais pas l'intention de repasser une nouvelle fois sous la douche. C'est donc les cheveux en queue de cheval, les cimeterre accrochés dans mon dos et mon fidèle ami à mes côtés que j'attendais la petite équipé pour une découverte qui promettait d'être amusante.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Mar 15 Juil 2014 - 9:03

La nécromancienne se dirigea vers l'aubergiste et se paya une chambre. Elle ne prit pas la suite de luxe, une simple chambre individuel avec un lit et un bureau était amplement suffisant pour elle. Elle monta les escalier en adressant un sourire à son nouvel ami.

-Nous partirons demains à l'aube pour permettre d'arriver au plus tard au crépuscule. Sur-ce je vous souhaite la bonne nuit.

Elle monta les escalier et entra dans sa chambre. Elle ferma derrière elle et se dévêtis pour s'allonger sur le lit confortable après plusieurs jours à dormir sur le sol dur et froid. Fermant les yeux, elle plongea rapidement dans le sommeil. Finalement elle avait trouvé des gens sympathique et cela l'encourageait dans sa vision du fait que la vrai nécromancie, celle des mage gris, soit reconnu comme un art à part entière.

Le rêve était plutôt tranquille. Elle y voyait tout ce qui la rassurait, et l'utopie du maître du cercle. Un royaume où morts et vivants se côtoient sans peur ni rejet. On y vêtait la fête de "Revenant". Les morts jouaient des tours aux vivants pour s'amuser car lors de cette soirée, ils étaient semblable aux leurs. Et les vivants se déguisaient en morts. On y échangeait boisson et friandises, spectacles et contes, rencontres et retrouvailles.
Un royaume où les gens ne craignaient plus la mort, où leurs proches ne pleuraient plus leurs morts, car en fin de compte elle n'était qu'un second voyage. Litrish veillant sur cet équilibre et guidant les nécromanciens comme ses portes parole.

Il faut accepter les choses et se soustraire à toute guerre. La seul préoccupation d'un nécromancien doit être l'équilibre du monde, le don de soit et par dessus tout, l'accomplissement de l'ordre naturel des choses.
Les choses vivent, puis meurt, mais la mort n'est qu'un passage...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Sam 26 Juil 2014 - 8:09



Les premières lueurs de l’aube font leur apparition, cela fait de longues minutes que je les attends. De long moment à essayer d’anticiper les problèmes que nous allons rencontrer aujourd’hui. L’entreprise est risqué, une aventure dans un lieu méconnu avec des compagnons fraîchement rencontrés. Ce n’est pas tant sur eux que ma réflexion c’est portée mais sur les choses que nous allons devoir raisonner, combattre. Assez de pensée, place aux actes. Je me lève et m’aprète, ajustant soigneusement chaque pièce de mon armure.

Je met un peu d’ordre, prends toutes mes affaires et je sors en fermant la porte derrière moi. je me dirige ensuite vers le maître des lieux.

“Je voudrais des rations l’ami, pour trois jours”

Trois jours, voilà qui devrait être suffisant, je ne dois pas trop m’encombrer. J’espère que les autres feront de même. Je récupère mon du en laissant quelques pièces sur le comptoir et scrute la salle pour aperçevoir mes compagnons de route. Personne, sans doute sont-elles à leur préparatifs réspectifs. Je patiente quelques minutes à peine et me voila de nouveau assaillit par toute sorte de pensées. Je décide de sortir prendre l’air. D’un pas déterminé je passe la porte de l’auberge, l’air frais me saisit le visage, clarifiant mes idées. Je reste immobile quelques instants les yeux clos. Je les ouvre enfin, c’est un vrai réveil, les idées claires je scrute a nouveau autour de moi.
Elle est là, nous attendant je suppose, sage et contente d’être ici. Mais depuis combien de temps ? Peu importe, elle viens donc avec nous, c’est une bonne nouvelle. Que sait-elle donc faire ? Quel est son talent ? Elle ne semble pas menaçante, mais son altercation d’hier me prouve qu’elle a des ressources. Les deux armes en sont deux également. De facture inconnus les armes sont travaillés et semble vraiment de bonne qualité. Comme tout son équipement de manière générale.
Je ne m’étais pas attardé sur un examen approfondi de la personne mais j’aurais peut-être du. Je vais avoir tout le temps pour ça aujourd’hui.

“Bonjour, heureux de te voir de si bon matin ! Tu peux m’appeler Ao”

Cherchant encore un peu pour voir si j’aperçois Natsil, je ne trouve personne. Elle devrait arriver d’ici peu. Elle avait l’air enthousiaste hier, j’espère que la nuit ne l’a pas fait changer d’avis. Je fait quelques pas et me positionne à coté de le demoiselle et partage son activité, attendre. Je ne suis pas contre une conversation, la journée va être bien longue sans ça mais j’attends de savoir au moins son nom, si elle est d’humeur à me le réveler.
Nous converserons de toute façon en chemin, au moins pour que je révèle ce que je sais sur SombreRoc, un bien triste endroit comme son nom le laisse présagé. Mais pour l'heure je préfère penser à d'autres choses plus joyeuses.

Revenir en haut Aller en bas
Eliaë Asiniël
L'Empathique
L'Empathique
avatar
Âge : 31
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2720/5000  (2720/5000)
Adage: Mes actes peuvent vous paraître obscur, mais ils sont ce qui me détermine.
MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   Mar 29 Juil 2014 - 3:05

L'attente, il s'agissait d'un de mes points fort. Pourquoi ? Tout simplement parce que mon métier me demandait parfois d'attendre durant des heures. Des heures où je devais trouver une occupation, non en réalité j'avais déjà l'occupation, peut importe ce qu'il se passait dans ce genre de situation je devais absolument rester concentrée sur ce que je faisais. La moindre parcelle d'information était importante dans ces cas là. La plus petite rumeurs pouvait alors prendre un sens très particulier. Il fallait réellement tout considérer, chercher le moindre indice. Finalement à bien y regarder, j'étais un traqueur d'information ni plus, ni moins. Quelqu'un qui cherchait les informations, qui les accumulait et les retranscrivait de telle manière à ce que cela puisse servir. Normal que la patience soit l'une de mes qualités. Moins normal que je doive attendre dû à mes cauchemars. Je me demandais encore pendant combien de temps tout cela allait durer. J'avais même parfois peur de m'endormir car je savais que je revivrais ces journées. Toutes ces journées où je me faisais toute petite, mais où rien ne semblait fonctionner. Toutes ces journées ou j'avais finis frappé alors que je n'avais rien fait. Tout ces journées qui avaient laissées des traces sur mon corps et qui me faisait vivre un enfer. Je m'étais dit qu'avec le temps tout s'arrêterait, je m'étais dit que cela cesserait. Après tout, mon père était très gentil, il ne cherchait qu'à me rendre heureuse, mais en réalité, la violence gratuite dont j'avais été la victime restait ancré dans mon cerveau comme si les coups l'avait écrit et que les mots ne pouvaient plus s'effacer.

Un frisson me parcourut et descendit le long de ma colonne. Même éveillé le rêve restait tellement réel que j'avais du mal à m'en défaire. J'espérais sincèrement que tout changerait avec le temps. J'espérais réellement que tout serait différent avec le temps, que ma conscience s'éveillerait et qu'elle trouverait un moyen d'apaiser ces souffrances. Mais rien n'y faisait pour le moment. Peut-être que si je changeais un peu mon attitude envers les autres. Et si cela m'obligeait à souffrir de nouveau ? Je ne pouvais me le permettre. Prendre des coups pour le travail ne me dérangeais pas, d'ailleurs certaines cicatrices étaient dû à cela, mais prendre des coups parce qu'on avait confiance et que finalement s'était avérer être une mauvaise idée, je n'étais pas certaine de m'en remettre une seconde fois. Sous cet air fier et fort se cachait en réalité ma plus grande faiblesse, celle que j'évitais de montrer, cette vulnérabilité que je tentais de cacher au mieux pour évité que qui que ce soit ne puisse la remarquer. Jusqu'ici j'y étais visiblement arrivée, mais que ce passerait-il si je finissais par laisser transparaître mes sentiments et ceux que je ressentais autour de moi ? Que ce passerait-il si je brisais une nouvelle fois ce cœur que je tentais de remettre d'aplomb depuis tant d'année ? Je n'en savais encore rien mais j'étais persuadé que je ne m'en remettrais pas et que je n'aurais plus qu'un seul choix. Tout laisser tombé.

L'exil était peut-être une bonne idée, loin de tout, loin des autres, loin de ce que je connaissais et de ce qui m'était familier, peut-être arriverais-je à me reconstruire. Non s'était une mauvaise idée, tout simplement parce que ce n'était pas en m'éloignant de tout que j'allais arriver à quelque chose. Je l'avais compris lorsqu'Eilor était venu me chercher. J'avais compris que certaine personne valait le coup, mais qu'il me faudrait du temps pour accepter une nouvelle tête dans ma vie. Peu importe ce que cela me coûterait, il fallait que je tente de changer, ne serait-ce que pour cet oncle qui finalement m'avait servit de père. Je lui devais au moins d'essayé. Je finis par revenir dans la présent en sentant une présence s'approcher. Tellement perdu dans mes pensées que j'en avais oublié cet empathie qui me rongeait un peu de l'intérieur et qui me faisait me poser tellement de question. Là aussi j'allais probablement devoir arrêter de repousser le moment de le dire, de demander de l'aide pour gérer et surtout apprendre à accepter ce don. Ce n'était pas parce que je ne m'en servais que j'acceptais la sensation d'intrusion dans l'intimité sentimental des personnes m'entourant. J'avais l'impression de violer leur secret, certes je devais parfois chercher ces secret, mais lorsque ce n'était pas voulu je me sentais réellement mal. Une fois de plus je me rendis compte que je m'étais perdu dans mes pensées et ce fut la voix du jeune homme qui me sortit de ma rêverie.

Lui répondre serait probablement une bonne idée sachant que de toute façon j'avais prévu de passer du temps avec eux. Et pourtant j'avais encore un peu de mal à me faire au fait qu'il pouvait y avoir une création de lien entre nous. Et si je le mettais en danger par mes actions ? Voilà que cela me reprenait, toujours des excuses pour ne pas affronter mes peurs en face. Il était temps que cela change. Il était temps que j'arrête de reculer au lieu d'avancer. C'est donc tranquillement que je pris la parole à mon tour.


« Bonjour, je me suis dit que ce ne serait pas plus mal de profiter de ma ''visite'' pour voir du paysage. »

Je m'arrêtais cependant un instant. Je ne pouvais pas décemment lui dire que j'avais déjà entendu son nom hier, le fait qu'il me le donne m'arrangeait en vérité.

« Ao est-ce votre nom en entier ? Pour ma part je me nomme Eliaë, mais tout le monde me surnomme Eli. »

Un sourire rapidement et peut-être un peu furtif. En fait ce n'était pas le surnom des gens qui me connaissait bien. Les autres m'appelaient autrement que par mon prénom d'ailleurs je préférais nettement qu'ils m’appellent par mon mon prénom. Je laissais tomber mes réflexion le voyant s'installer à côté de moi. J'étais navré s'il attendait autre chose, mais en vérité la conversation et moi cela faisait deux, sauf quand il s'agissait d'une mission où d'un rôle à jouer. Mais pour le coup, je ne savais pas trop quoi dire. Ne restait plus qu'à attendre la jeune Suli que j'avais vu hier.


De tous les chemins que j'ai suivis, celui que j'ai pris est sans doute le plus long. Mais je m'y conformerais, parce qu'il me mènera là où je dois me rendre !

Eliaë écrit en #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La faucheuse aux yeux de topaze. [Libre]
» Troubles en Mer Nordique (libre. info sur le rp dans la foire au rp)
» Je suis nue bordel! - LIBRE
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La Goule souriante :: Écrits archivés-