­
 

Partagez | 
 

 La mémoire des arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La mémoire des arbres    Sam 25 Jan 2014 - 14:42


La saison froide était bien en place sur la région sylvestre à l'Est de la capitale Bélinoise. Mais il n'y avait pas encore de neige de tombé, même en ce mois de Vur. Seulement un temps glacial et pluvieux ce qui n'aidait en rien à remonter moral de notre Palandrin, qui avait un coup de nostalgie du temps où il avait fait ses classes militaires dans le troisième bataillons de la Lune Boisée. Il en a toujours été fier d'avoir combattu auprès de ses valeureux soldats, des combattants redoutés en Étragore. Irsen était fier d'être ce qu'il est aujourd'hui, mais l'aventure de plusieurs nuits et les voyages exaltant à raconter lui manquait terriblement.

Un matin où la pluie était faiblarde, Cerrunnos qui dormait aux villages en cette saison, partie dans la forêt, là, où il aimait s'asseoir sur les rochers ou par terre s'adossant contre un robuste arbre joyaux éphémère des lieux . Celui-ci parler de long moment à Solarim ou méditait sur les choix à faire pour servir au mieux ses proches.

Il marcha donc à travers la végétation quand il aperçut un oiseau qui d'ordinaire restait paisiblement dans son nid pour la saison froide. Intrigué, le druide pratiquant de la magie sauvage rentra en communication avec le volatile.

- Et toi là haut ! Pourquoi arpentes-tu le ciel avec une telle allure ?
L'oiseau qui entendit la voix du magicien descendit vers lui pour se poser sur son bâton de marche

- Ils à des voyageurs, ils se sont installés au pied de l'arbre où se trouve mon nid, j'ai peur qu'ils m'attrapent et qu'ils me dévorent.


- Mouahaha, tu m'as l'air bien trop frêle pour que l'on veut te faire cuire. Je vais voir ce que veulent ces intrus, tu peux continuer ta route si cela te dis, mais n'est crainte de te faire roussir, mon ami.

Le Sage-Cerf brisa le lien qu'il avait établi avec l'animal et parti vers le coin de la forêt d'où venait le moineau, à quelques dizaines de mètre, se trouvait les tentes de trois voyageurs qui avaient décidé de faire halte ici et de s'établir, ils étaient tous fort occupée et n'avaient pas entendu Irsen approchait et maintenant que la forêt le protéger, il avait maintenant tout le plaisir d'entendre leur conversation sans être vu.


Aucun d'eux ne parla de ce qu'ils faisaient ici, mais une discussion intrigua l'oreille de l'Élandrin. Il avait à en écouter l'un des voyageur une crypte tout à l'Est de la foret et où se trouvait une montagne de trésors d'or et de bijoux. Et quand ils le trouvèrent, il deviendrait plus riches que n'importe qui, mais quand l'endroit était hanté et dangereux, remplit de démons et de créatures horribles. Mais que personne d'autres ne trouverait les lieux sans la carte dans le sac à l'intérieur de la tente de celui qui racontait l'histoire à ses compagnons.

Le Palandrin qui mourait d'impatience de partir à la recherche de cette crypte maudite attendit donc la nuit pour dérober la carte. Il était restait dans la même position pendant quelques heures avant de pouvoir agir et c'était agréable de pouvoir bouger de nouveau. Heureusement la vision nocturne de son espèce lui permis de se mouvoir aisément dans leur camps de fortune et de voler sans trop de mal la carte. Elle avait était acheté d'après le cachet qui se trouvait en bas de la carte, elle à était acheté à un charlatan bien connu par celui-ci. Il ne savait pas quoi penser du coup était-ce vraiment utile d'aller voir du coup. Mais il en avait besoin pour son mental. Il se hâta de retourner au village, pour prévenir son fils qu'il partait à l’aventura, prit un sac de vivre et quitta la maison à la carte à la main en direction de l’Extrême Est.

Celui-ci prit la route pour plusieurs journées, mais il finit par tomber sur l'endroit indiqué sur la carte.

C'était une partie de la foret avec des grands chêne certainement plus vieux que le trous fois centenaires qu'il était et les feuilles qui était tombé après une fois que Bagne prit fin. L'aspect n'avait rien de lugubre, si il n'aurait pas une cette sensation étrange dans l'air, il n'ait pas entendu d'animaux depuis qu'il était arrivé dans les parages. À une heure de marche vers le sud se trouvait un village très pauvre dont Irsen ne connaissait point le nom.

En marchant sur un sentier entouré de ronce sauvage pendant quelque minute, se trouvait une petite clairière avec plusieurs tronc qui pourrissait à terre. Et en son centre ce qui devais être un petit mausolée, ses pierres à l’origine blanches avaient été terni  par le temps. Une fresque sculpté qui orné le dessus de la porte était maintenant craquelé de toute part et seul un toit de tuile rouge délavé donnée de la couleur dans le paysage. Mais il ne s’attarda pas longtemps devant la structure qui devait cacher en ses sous-sols la crypte d'or et de pièges, il poussa la grille de fer noir et y pénétra.


PS :
Lieu de départ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Sam 25 Jan 2014 - 18:48

Ces temps-ci, Beogus se rendait plus fréquemment à Icavour. En cette saison froide, peu de légume poussaient dans son potager, et les bestiaux alentours ne sortaient qu'en de rares occasions, se qui forçait Beogus à se rendre au village afin de se réapprovisionner.
 Il revint de la place marchande en fin de matinée, puis déposa les quelques légumes qu'il pu trouver dans un cageot en bois avant de se rendre dans son laboratoire. Il avait également acheté une demie-douzaine de parchemins, le marchand les lui avait vendu pour 3 Bel'or le tout, en lui avouant qu'il n'avait pas vraiment prit le temps de les lire mais que si il voulait les voir, il fallait les acheter.
  Il les déroula puis commença à les lire. Le premier parlait du Haut-Prêtre Urion et donnait quelques détails sur son académie, rien d'extraordinaire pour quiconque  y aillant déjà mis les pieds et possédant un minimum de culture. Le second parlait d'un navire si solide qu'il pouvait essuyer tempêtes et ouragans sans la moindre égratignure.


- ha, ces marins, toujours a vanter le mérite de leurs rafiots de fortune, ce dit il avant d'entamer la lecture du troisième parchemin.

Il s'agissait là enfaîte des écrits d'un explorateur, durant toute sa vie il avait voyager sur le dos d'une mule et avait fait de nombreuses découvertes. Les dernière lignes parlent d'une vieille crypte renfermant de nombreux secrets. d'après le petit croquis qu'il avait fait, cette crypte se trouverait à Bélin, dans un boisé à quelques jours de marche.  N'ayant rien de prévu ces prochains jours, Beogus tenta la coup, au pire des cas,  il n'y aurait pas de crypte et il en profiterait pour amasser des herbes hivernales.

Il s’attela aux préparatifs puis parti dès le lendemain. Suite à plusieurs journées de marche, bravant le vent glaciale et quelques journées pluvieuses, il atteignit la zone mise en évidence sur le croquis, les arbres étaient bien différents désormais et il comprit enfin ce que représentait les énormes arbres qu'il avait dessiné, il ne devait pas être loin de la crypte. Il continua de marcher durant plusieurs heures, traversant de nombreux sentiers pour finir dans une clairière parsemait de souches pourrissantes. Il y distingua également une bâtisse en piteux état.

 En s'y approchant, il se rendit compte qu'il s'agissait d'un monument funéraire tenant à peine debout, la grille était ouverte et il découvrit le squelette d'un quadrupède de la dimension d'une mule; il se trouvait au bon endroit. Il pénétra alors dans le mausolée puis lorsqu'il toucha sa paroi une vision se déclencha. Il s'agissait d'un homme rampant dans une marre de sang et poussant des cris de douleur. Ne trouvant pas son cadavre, il en déduit que cette vision appartenait à un passé assez lointain ou bien que l'homme avait survécu.

Il continua tout de même son chemin après un long moment d'hésitation.




achat divers sur la place marchande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mer 29 Jan 2014 - 15:31

Cela faisait maintenant quelque temps que Rangdor vivait avec Beogus dans sa tour. Durant son apprentissage, il avait dans un temps apprit à reconnaître certains types de plantes rares pouvant servir d'ingrédients à des potions. Rangdor en connaissait la moitié, mais bien qu'il ait été déçu à premiers abords d'en savoir déjà si tant, il était impressionné par son professeur qui lui avait révélé des attributs leur appartenant non-connues du jeune mage. Il s'attela donc à la tâche de s'exercer en créant des potions basiques avec des plantes qu'il allait cueillir lui-même.

Un soir, Beogus rentra une tonne de parchemins en main. À ce qu'il savait de lui, il était curieux et désireux d'en apprendre davantage à chaque instant. Or, Rangdor ne fut pas surprit de le voir s'asseoir éclairé d'une faible lumière à déchiffrer les longues feuilles rugueuses des parchemins. Sa réaction fut cependant spontanée lorsqu'il décida de quitter sa tour pour partir en voyage. Sans autre explication, Beogus demanda à Rangdor de quitter sa tour pour quelques jours, le temps qu'il revienne. Le devin ne sembla pas vouloir emmener son apprenti dans cet aventure.

Allongé sur le lit de l'auberge de ''la gargote du voyageur'', Rangdor ne pouvait pas dormir. Il était obnubilé par le départ soudain de son professeur. Il faisait ce qu'il voulait, il s'en foutait. Non, c'était plutôt son regard qui l'avait alerté; ce regard ouvert lorsqu'il avait posé les yeux sur ce parchemin. Sans attendre une minute de plus, Rangdor se redirigea vers la tour. Grâce à un sort insignifiant, il déverrouilla la porte qu'il savait dépourvu de pièges magiques. Puis, il monta au laboratoire où il lu les parchemins. Il semblait manquer une carte, mais le parchemins parlait d'un emplacement où plusieurs mystères restaient à démystifier. Rangdor sourit à la mention de la crypte; n'importe quel mage aurait sauté sur l'occasion de découvrir ces secrets et lui n'avait pas besoin d'un apprenti dans ses pattes pour les découvrir. Il en savait très peu sur l'emplacement de cette crypte, mais plus loin on citait dans le texte de l'explorateur des chênes gigantesques. Il sut alors qu'il parlait de la forêt des Anciens près du village de Helatas; une terre pauvre qu'il avait déjà visité. Et s'il parlait d'une crypte en cet endroit, il ne pouvait parler que de la ''cabane rouge'', surnommé par les enfants téméraires visitant cet ancien mausolée gardé par une chaumière au toit rouge.

Un jour plus tard, Rangdor y était. Il avait profité pour dormir dans la charrette qui l'avait emmené. Le voyage avait été cher, mais des plus utile pour lui qui n'aurait pu se rendre n pareil temps. Maintenant assis dans la chaumière devant le mausolée, il entendit des pas s'approcher. Il crut que ce fut son maître, mais il se trompa. Cet étrange individu ressemblait étrangement... à un cerf marchant sur ses pattes arrières. Se cachant, le jeune humain le laissa pénétrer dans le mausolée. Il resta quelques instants de plus et vit bien vite Beogus marcher vers lui. Souriant malicieusement, Rangdor sortit après avoir prit un air curieux en voyant en allant à la rencontre de son maître.

- Maître, est-ce bien vous ? Ça par exemple quelle surprise. Je ne m'attendais pas à vous voir ici. Moi qui venait voir des amis à Helatas je tombe sur vous. J'imagine que nous n'étions pas supposé nous séparer.

Rangdor sourit. Il avait l'air sincère et pour cause, il était un excellent menteur.

- Que faites-vous dans un coin si reculé ? Oh et en passant, j'ai vu un homme étrange sur la route, c'était un Éladrin je crois, mais je n'en suis pas certain. Prudence tout de même.


Dépenses::
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Dim 2 Fév 2014 - 14:09

Beogus fut également étonné de voir Rangdor ici, lui qui n'avait pas cherché à l'impliquer dans cette quête périlleuse. Rangdor avait donc profité de son temps libre pour faire un tour dans le village voisin afin de saluer des amis et sans doute était-il venu réciter quelques prière sur ce vieux mausolée, Beogus avait tout de même quelques doutes, mais ne chercha pas à en savoir plus. Pour tout dire, il était bien heureux de le voir et fini par lui expliquer ce qui l'amené ici.

- Et bien, ça pour une coïncidence, je suis bien content de te voir. Avant que l'on se sépare, je suis tombé sur le journal d'un aventurier qui parlait de cet endroit.

Il fouilla dans son sac avant d'ajouter.

- Hum.... Il semblerait que je l'ai oublié au laboratoire dans la précipitation, cet aventurier parlait d'une crypte regorgeant de mystères et  je ne voulais pas te mêler aux  affaires d'un vieux fou aveuglé par les mystères de ce vaste monde. Mais il semblerait que j'ai quelques peu sous-évalué les risques, je pensais avoir à faire à une vieille crypte abandonné, jusqu'à ce que j'ai cette vision de sang. Cet endroit est sans aucun doute dangereux et un peu d'aide ne serait pas de refus. Si comme tu le dit, il y a bien un Eladrin, alors peut être souhaitera-il se joindre à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Lun 3 Fév 2014 - 11:46

La conversation du duo de magiciens est interrompue par ce qui semble être un cri strident et surnaturel provenant du mausolée. En effet, ce cri ne présage rien de bon; trop aigüe pour provenir d'une créature connue et trop puissante pour être celle d'un Éladrin. Cette alarme leur glace le sang et les paralyser brièvement. Devraient-ils toujours s'aventurer dans cet endroit macabre ?


Pourvue d'une grande initiative, l'Éladrin qui s'était aventuré en terrain inconnu n'eut aucun mal à ouvrir la porte de pierre du mausolée étrangement non-scellée. Elle devait être encore utilisée. Mais dès qu'il posa pied, il se sentit pousser par une force surhumaine qui le fit s’étaler sur le sol enneigé. Le surplombant de ses 1m50, une créature ressemblant à un lézard, mais étrangement pourvus d'armes et de vêtements rudimentaires toise le druide de ses yeux dorés. Lorsqu'elle se met à crier, un filet de bave acide coule sur la neige en la faisant fondre dans un bruit d'huile sur le feu. Levant sa masse faite d'un crâne d'un de ses congénères, il s'apprête à achever le pauvre aventurier ayant pénétrer en son territoire.


MJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Jeu 6 Fév 2014 - 18:01


Il faisait sombre dans le mausolée, mais la vision nyctalope du vieux Cerrunnos lui permis tout de même de distinguer deux grands chandeliers à pied situés de chaque côté d'une grosse pierre rectangulaire où se trouvait un petit autel de fleurs et d'os d'animaux. Irsen ne chercha pas à allumer les bougies, d'une part parce qu'il y voyait assez et puis également parce qu'il n'avait rien pour le faire.

Il ne se demanda pas vraiment pour qui était destiné la sépulture, ce qui l'intéressait l'Éladrin était de trouver l'entrée de la crypte, il la chercha en longeant le mur sans trop savoir ce qu'il cherchait. Jusqu'à ce qu'il se mit à sentir un léger courant d'air provenant de la pierre au centre de la pièce.

Il posa son bâton sur un pan de mur et poussa le support de l'autel en forçant un peu. Il en découvrit une trappe en bois qui était sans aucun doute l'accès à la crypte. C'était sûrement de la pure inconscience mélangée à une folle soif de curiosité, qui le poussa à l'ouvrir, lorsque qu'une ombre grise chargea sur lui. La force de la chose l'envoya dans les airs avant de retomber hors du mausolée dans la neige. Il n'eut pas le temps de le voir venir, juste le temps d'entendre un cri digne d'une créature d'Outre-Monde.


Mais la chose n'en resta pas là, elle fonça sur lui avant qu'il ait le temps de se relever. Le monstre gris ressemblait à un lézard géant bipède, doté de crocs acérés et d'une grande force, mais comme si la nature n'était pas déjà assez bien faite, le saurien doté sans doute d'intelligence était armé d'une massue bricolé avec un crane et de griffes d'os.

Le Sage-Cerf était en bien mauvaise posture, la bête au-dessus de lui l'empêchait de se lever, elle était si près de lui que son haleine fétide de sa respiration sanguinaire entrait directement dans ses narines. La soif de sang et de chair d'Éladrin le faisait baver, une bave qui frôlait le corps de son bon Palandrin. L'acidité de cette dernière faisait fondre instantanément la neige ce qui ne devait pas être bon pour lui si jamais elle le touchait.

Alors, il se dépêcha à lui jeter de la neige à la tête du monstre avant de ramper vers un des chênes morts, il tenta de se relever, mais s'appuya sur sa mauvaise jambe et retomba sur le sol en criant de douleur. Le gardien de la crypte l'avait rattrapé avant qu'il puisse atteindre le tronc pour se cacher et quand une nouvelle fois le corps écailleux se trouva au-dessus de lui. Il tâtonna d'une main pour reprendre de la neige, mais toucha une branche d'arbre qu'il brandit face à son assaillant tel une épée en hurlant "Ah, hors de mon chemin monstre !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mar 11 Fév 2014 - 13:45

Suite à un puissant cri strident, Beogus scruta le sombre mausolée mais n'y distinguait rien, plusieurs minutes de silence s’écoulèrent, puis alors qu'il prit l'initiative de s’approcher, une silhouette se forma puis devint de plus en plus imposante et de moins en moins trouble jusqu'à ce qu'elle sorte du mausolée et ne s'écrase au sol. Il s'agissait là d'un Eladrin, sans doute celui dont Rangdor avait fait allusion peu de temps avant l'événement.  

L'Eladrin eu à peine le temps d'inspirer qu'une créature fit son apparition, également sorti du mausolée, elle bondi puis s’agrippa agilement à l'éladrin, le maintenant à terre et le menaçant de ses crocs. La créature, bipède, ressemblait à un reptile mais semblait également civilisé et voué d'une intelligence assez conséquente pour être capable de s’habiller, de confectionner des armes et de les utiliser pour se battre. À en juger par le crane qui ornait le bout de sa masse, il était probable que d'autres de son espèce aient résidé et réside encore en ces lieux. Il fallait espéré que seul celui-ci ai eu vent de notre présence et que son cri n'ai pas alerté ses congénères si il y en avait bel et bien d'autres.

tandis qu'il analysait rapidement la situation, l'Elandrin se dégagea en balançant de la neige au visage de la bête afin de la déstabilisé, il en avait profité pour s'éloigner mais la bête le rattrapa bien vite.

Il remarqua alors un filé de bave tomber sur le sol enneigé, ayant pour effet de faire fondre la neige. Il pensa à de l'acide, et il n'y avait pas besoin d’être alchimiste pour se rendre compte de la dangerosité de l'acide, certains acides pouvant venir à bout de métaux très résistant. Etant alchimiste il savait qu'il était possible de diluer un acide afin de le rendre moins dangereux voir inefficace. Il suffisait de verser de l'acide dans de l'eau, mais surtout ne pas procédé de la manière inverse, provocant alors un échauffement assez important et projetant des gouttelettes d'acides.

Beogus avait alors une idée en tête et en fit part à ses confrères.


-Mes amis, il s'agit là d'une créature bien étrange et il semblerait que celle-ci possède en elle une réserve d'acide assez importante et semble y résister intérieurement en tout cas. Afin d'en diminuer son efficacité, il va nous falloir nous rouler dans la neige, ainsi les brûlures ne pourrons qu'être atténué. De plus, si nous parvenions à lui faire ingurgiter de la neige ou bien de l'eau en assez grande quantité, cela provoquerait une ébullition en son sein, ce qui pourrait sans doute lui causer de nombreux dommages internes avant de provoquer une baisse générale du niveau d'acidité. De plus, il semble résider dans un lieu très sombre et donc n'est pas habitué à la lumière et peut être même aux sources de chaleur. Rangdor, ta magie pourrait peut être lui venir en aide. si tu parvenais à faire diversion, je tenterais de rejoindre l'Eladrin et de soigner ses plaies si elles ne sont pas trop importantes.

Beogus se souvint alors qu'il possédait de la vipérine, qui une fois épanoui, contient des sucs alcalins, qui en contacte avec l'acide peut provoquer de gros dommages si il parvenait à prendre le reptile par surprise tandis qu'il était occupé avec l'un d'eux et qu'il lui faisait avaler plusieurs exemplaires de cette plante, cela pourrait l’affaiblir grandement.

Il observa la scène, prêt à agir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mar 11 Fév 2014 - 20:17


Tout s'était passé rapidement. Une créature humanoïde qui ressemblait à un lézard s'extirpait du mausolée, l'Éladrin devant lui. Maintenant à ses pieds, le monstre crachait et semblait sur le point d'attaquer. La première pensée du jeune mage fut de le laisser à son sort. Après tout, il ne connaissait pas les intentions de cet individu bizarrement vêtu. Il pouvait être aussi dangereux que le troglodyte -dont il avait déjà entendu parler à l'académie- et les laisser régler leur compte lui serait peut-être bénéfique.

Mais cette pensée, bien qu'égoïste, n'était pas des plus réfléchie. Au contraire, s'il n'aidait pas cet homme au sol, il mettrait la puce à l'oreille de son maître qui lui avait prit l'initiative de lui apporter son aide bien que ce soit par des conseils qu'il croyait inappropriés pour la situation. Et puis, si ce mausolée avait fait extirpée cette abomination, il était fort à parier qu'il en recelait d'autres; de l'aide ne serait pas de refus.

Ramassant une branche assez grosse pour servir de gourdin, il la lança à Beogus pour ensuite en attraper une plus petite.

- Sauf votre respect, je ne crois pas le moment bien choisi pour parler chimie ou encore se rouler dans la neige.

C'est à ce moment qu'il prit son élan et lança la buche improvisée vers le reptile en espérant qu'elle touche sa cible.


Édit par Thaom:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mer 12 Fév 2014 - 15:54



La bête fut surprise par l'aplomb de l'Éladrin mais la branche de chêne ne sembla guère l'impressionner. Il poussa un sombre rugissement et la neige se mit à s'évaporer au contact des gouttelettes de venin acide. Soudain le troglodyte tourna vivement la tête vers de nouveaux arrivants qui étaient resté à une certaine distance.

Pendant que l'un d'entre-eux parlait dans la langue des impurs, les humains, un autre s'était saisit d'une lourde bûche, l'avait lancé à son compagnon puis en avait attrapé une seconde. Le monstre qui se sentait désormais menacé fit un pas dans la direction de ses nouveaux opposants mais l'homme au regard fourbe stoppa net sa course avec un lancé précis. Le bois éclata sur la torse du reptile qui fut davantage choqué que blessé. Cependant l'homme vêtu d'écorce en profita pour le prendre de cours et visa la tête. D'un coup bien placé à la puissance non discutable il envoya la créature dans les pommes.

Les deux hommes vinrent alors à la rencontre de l'Éladrin tout en vérifiant que le troglodyte était bel et bien hors d'état de nuire. Le trio enfin réuni entama de brèves présentations et pénétra finalement dans le mausolée à l'assaut de la fameuse crypte aux milles richesses et mystères.


À qui le tour ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mar 18 Fév 2014 - 8:59


Grâce à l'intervention miraculeuse de ces deux hommes venus de nulle part la créature succomba aux coups porté par l'homme d'Etragore. Irsen tapota le corps du reptilien qui reposait sur la neige fraîche et froide, il semblait bel et bien mort, mais pour plus de sûreté il lui prit sa masse artisanal. Et parti en direction de ceux qui lui avaient sauvé certainement d'une mort lente et douloureuse. Il était assez essoufflé et avait très chaud avec le stress du combat, ce qui l'obligea à retirer son manteau végétal le montrant vêtu de pièces de cuir légère brun et un peu usés parfaite pour le voyage et une peau blanche très pâle tout comme ses cheveux.

Une fois à une bonne distance des inconnus, il prit la parole.

- Merci étranger ! Je suis Irsen, le Sage-Cerf, enchanté ! Je vous dois une fière chandelle.

Il remarqua tout de suite la barbe particulière du plus vieux et l'air étrange de son compère, ce qui fit se méfier le Palandrin de ses sauveteurs.

- Je suis venu découvrir les secret de la crypte que referme ce mausolée. Enfin c'était le plan juste avant que ce monstre vient troubler mon exploration.


Apparemment, l'Éladrin n'était pas le seul à convoiter ce qui se trouvait dans la bâtisse et il se joignit au duo pour l'explorer et passa en premier par la trappe, une main tennant son bâton de marche et l'autre la lourde masse et descendit dans un noir digne des ténèbres.

- Vous devriez peut-être descendre avec vous un des chandeliers ou du moins une source de lumière, je doute que vous voyez quelque chose ici, même pour moi la vue n'est pas de top qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Dim 23 Fév 2014 - 5:52

Une fois la créature terrassé, l'Eladrin vint à la rencontre des deux compagnons, il se présenta, les remercia puis leur expliqua la raison de sa venu. Elle était d'ailleurs semblable à la leur, découvrir ce qui se cachait dans cette crypte.

Les trois comparses reprirent alors leur chemins et c'est l'Eladrin qui s'aventura dans le sous sol en premier.


-Vous devriez peut-être descendre avec vous un des chandeliers ou du moins une source de lumière, je doute que vous voyez quelque chose ici, même pour moi la vue n'est pas de top qualité.

Beogus tourna la tête puis aperçu les chandeliers dont Irsen parlait. Ils auraient put se servir de la magie afin d'éclairer les alentours, mais ça n'aurait eu que pour effet de puiser dans leurs ressources, et en cas d'une seconde attaque, les auraient rendu plus vulnérable. Il s'empara de l'un des chandeliers puis proposa à Rangdor d'y mettre le feu avant de descendre à son tour dans les profondeurs sinistres.
Revenir en haut Aller en bas
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Jeu 27 Fév 2014 - 18:11




L'introduction se termine ici, félicitations. Rangdor est celui qui débutera la seconde partie, le cœur de vos découvertes et de vos combats. Bonne chance.

Récompense acquise : 30 points de réputation chacun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Ven 28 Fév 2014 - 13:31


Le danger passé, Rangdor eut tout le loisir d'analyser l'Éladrin. Il s'exprimait clairement malgré le fait qu'il soit habillé de feuillage et de boue; un exploit. Peut-être était-ce un ermite ou un criminel recherché se cachant dans les forêts ? Mais il n'en était rien. En fait, cet être devait être un Pratiquants tout comme lui et son maître. Mettant de côté l'aura magique qu'il ressentait à son égard, il croyait déceler des artéfacts qui ressemblaient pour la plupart à des grigris insignifiants et sauvages, mais qui se révélaient être des canalisateurs magiques ou peut-être des protections éladrins anciennes. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous trois descendus dans le mausolée, Rangdor fermant la marche une torche à la main. Il l'avait allumé grâce à un bâton-souffre que Beogus gardait à sa tour, utile pour allumer un feu sans utiliser les méthodes contemporaines épuisantes comme le silex.  

Ils débouchèrent dans ce qui semblait la crypte des ancêtres, plus vielle que celle du rez-de-chaussé accueillant les personnages moins âgés. Des douzaines de tombes étaient alignées en rang dans une atmosphère glauque et poussiéreuse. De quoi donner la chaire de poule aux élèves nerveux de l'Académie d'Urion qui pissait sur leur chemiser simplement en rencontrant la directrice apeurés par les représailles. Rangdor n'était pas de ce groupe, mais il devait admettre que les frissons froids de la crainte l'assaillait, mais sa curiosité et son obsession à découvrir des mystères enfouit depuis des dizaines -peut-être des centaines- d'années la battait.

Un craquement surgit pendant que le groupe analysait la pièce les accueillant. C'était un bruit de pierre se frottant contre de la pierre. Un grondement sourd se répercutant contre les murs fait du même matériau. à un moment, le jeune mage crut que les morts se levaient de leur tombe de marbre pour les happer. Mais il reprit son sens froid et tendit l'oreille. C'était des griffes frottant le sol frénétiquement, mais pas à leur encontre.

- Écoutez, laissa-t-il tomber. Nous ne sommes pas seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Mar 18 Mar 2014 - 14:18


Les trois compagnons d'une quête étaient maintenant en pleine exploration de la crypte. L'odeur des cadavres raviva de lointains souvenirs pour Irsen, ceux de la maladie qui frappa son pays natal et extermina presque à elle seule la population Eladrine. Randgor le mage qui fermait la marche prévenue d'un bruit de bête qui ne devait pas être bien loin pensa le Sage-Cerf, espérant que la créature ou la personne, bien qu'il imaginait mal qu'un homme soit dans ses galeries, ne s'avèrent pas hostile envers eux, car le combat dans ses maigres couloirs humides ne serait pas chose aisée.

Le couloir se finit en une salle ronde un peu plus grand que le petit mausolée de l'extérieur. On y retrouvait encore plusieurs squelettes reposant pour l'éternité et des urnes funéraires en étain ou en fer posé près des corps osseux. Il en ramassa une pour voir ce qu'elle pouvait bien contenir, mais il s'arrêta jugeant préférable de ne pas profaner une sépulture et provoquer la colère des morts et de Litrish.

Une grille au gonds rouillés mena à la suite qui s'enterra encore un peu plus dans les entrailles de la terre. "Ecartez-vous" fit-il au sorciers avant de charger comme un sanglier sur la partie fragile de la grille qui sous la puissance de l'Eladrin s'ouvrit violemment et en profita pour déchirer le manteau de ce dernier contraint de le laisser là et de continuer sans.

Ils marchèrent encore un peu de temps, avant de tomber rencontrer un sol couvert de quelque centimètre d'eau croupie à l'odeur encore pire que la décomposition de cadavres, Puis tomba sur une bifurcation à trois chemins.

- Hmm... Et maintenant que fait-on ? Irsen était pas sûr que ce soit une bonne idée de se séparer surtout que la chose qui faisait du bruit ne s'était toujours pas montré, mais dans un sens en se séparant, ils couvriraient plus de surfaces. C'est pour ça qu'il préféra s'en remettre aux choix des deux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Dim 23 Mar 2014 - 12:38

Tandis que les trois aventuriers avançaient dans la crypte, l'un d'eux signala un bruit étrange, Beogus espérait qu'il s'agissait d'un animal inoffensif même si il ne devait plus en rester des masses vu les circonstances.

Ils continuèrent d'avancer tout en restant sur leurs gardes puis débouchèrent sur une salle dédié aux morts. Tandis qu'ils examinaient une grille bloquant le passage, l'Eladrin demanda à Rangdor et Beogus de s'écarter avant de charger, la tête en avant dans la grille, ouvrant le passage en moins de temps qu'il ne faille pour dire "ouf". Beogus fût bluffé, quelle force impressionnante.

Bientôt, l'odeur devint presque insupportable, Beogus porta sa main au visage afin d'en atténuer cette odeur nauséabonde. Tandis que l'eau croupie venait caresser leurs pieds, les trois confrères vinrent à l'encontre d'un problème. Voila que trois chemins leurs firent face.  


-Et maintenant que fait-on? demanda Irsen tout en s'interrogeant sur la situation.

Beogus jeta un rapide coup d’œil dans chacune des directions avant de prendre la parole.

-Et bien, selon moi, ce séparer serait le meilleur moyen de se perdre. ne sachant pas du tout ce qu'il y a au bout de ces chemins, ce serait également assez dangereux. Pour le moment, nous pouvons rebrousser chemin à tout moment, et personnellement, je ne suis pas presser, nous avons encore pas mal de provisions, donc je propose d'explorer tous ensembles chacune de ses galeries, revenant sur nos pas si elles ne mènent nul part. Par contre, il faudra veiller à laisser une trace de notre passage afin d'éviter de se perdre, par exemple, brûler une partie de la paroi à chaque bifurcation.

Beogus se tourna enfin vers ses compagnons.

-Qu'en pensez vous?
Revenir en haut Aller en bas
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 217
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Ven 28 Mar 2014 - 11:05


La petite créature épiait timidement le groupe qui venait de s'introduire sur le territoire de la maîtresse. Elle connaissait son appétit et il y avait déjà bien longtemps qu'elle n'avait pas manger quelque chose d'aussi goûteux que de la chair humaine. Un aura étrange se dégageait de l'individu qui ressemblait à un arbre avec des bois. La bestiole était pourtant hésitante, devait-elle les prévenir? Elle n'avait pas du tout envie d'être témoin une fois de plus de la peur infernale des victimes de sa maîtresse lorsqu'elle s'approchait pour se repaître de leurs entrailles alors qu'ils se débattaient en vain dans son piège...

Prenant son courage à deux mains elle fit dégringoler des pierres en poussant un hurlement de toutes ses forces afin de les effrayer. Cependant son plan ne sembla pas fonctionner et elle du se résoudre à s'approcher. Peut-être seraient-ils en mesure de la croire si elle leur disait la vérité. Encore faudrait-il qu'elle parvienne à se faire comprendre et la tâche n'était pas aisée.

Lentement mais surement elle s'avançait. Elle pouvait presque touché celui qui se tenait dos à elle mais elle hésitait encore une fois se remémorant des souvenirs plutôt tristes de gens qui tentaient de la tuer à vue même si elle ne leur voulait aucun mal. Elle décida d'étirer une de ses pattes dans leur direction afin de ne pas trop les faire sursauter. L'un d'entre eux, le visage plutôt sérieux, haussa un sourcil en levant la tête pour mieux apercevoir ce qui se trouvait derrière son ami. La créature s'extirpa finalement complètement de l'embouchure du tunnel sous le regard effrayé des invités. Rapidement elle tenta de les calmer en parlant le plus clairement possible. Elle s'adressa à eux de sa voix caverneuse qui ressemblait d'avantage à un grognement ou une plainte qu'à un véritable moyen de s'exprimer.

« Pas...peur! Nirvath ammiiie! Partez vous, danger...si maîtressssse trouve vous! »

L'arachnide parlante les toisait de toute son envergure d'un air amical malgré son apparente laideur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Dim 13 Avr 2014 - 14:07

Une impasse, un choix, si tôt... Rangdor ne pouvait pas le croire, ils étaient déjà -en mages qu'ils étaient- tous trois face à un problème ridicule qui s'avérait être de taille lorsque c'était à des érudits qu'il était posé. Le jeune mage s'imaginait déjà les débats vigoureux que ce sujet susciterait. Quelle direction prendre ? Nous pourrions faire un choix au hasard. Et si nous prenions le chemin le plus dangereux durant ce tir aux dés ? Très bien alors votons. Cela n’arrangerait rien ! Nous pourrions voter pour la mauvaise action, vous savez ce que la démocratie cache réellement, n'est-ce confrères. Et bla-bla-bla, bla-bla-bla. Le jeune homme sombrement vêtu fit glisser sa main sur la pierre des murs, songeur pendant que son maître, Beogus, faisait l'un de ses longs monologues habituels qui servaient beaucoup plus à montrer l'étendu de ses facultés intellectuelles que son initiative... Rangdor soupira de découragement.

Quelque chose dans son champ de vision éveilla ses sens, une quatrième silhouette venait de s'ajouter aux leurs et à ce que le mage voyait, elle n'est pas humanoïde, pas complètement comprit-il en détaillant la créature. Bien qu'elle semble pourvu d'un abdomen arachnéen, elle avait un haut du corps à proprement dit semblable aux leurs. deux bras, deux mains, un tête -ignoble- composait la deuxième partie de cet être étrange. L'hybride leva une patte vers eux. Peut-être s'apprêtait-elle à attaquer ? Puis, contre toutes attentes, elle se mit à parler. Grâce à un langage simple, certes, mais toutefois compréhensible.

« Pas... peur! Nirvath ammiiie! Partez vous, danger...si maîtressssse trouve vous! »

Rangdor tourna un bref instant la tête vers les visages longs de ses compères en fronçant les sourcils de façon dégoûté. Amie ? C'était certainement une tentative sournoise de cette créature intelligente de les manger ! Rangdor était prêt à lancer un sort en cas de besoin et il faillit le faire, mais au dernier instant sa raison le rattrapa. Il était certainement possible de se servir de cette créature pour qu'elle lui donne des informations sur ce qu'il recherchait. Alors, il garda le silence, laissant les autres mages interroger cette chose nommée Nirvath.

Un sourire narquois naquit sur son visage, il n'avait pas pu s'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    Jeu 8 Mai 2014 - 11:02


*Par Palvolen, mais qu’est dont cette créature*  se disait Irsen en jugeant du regard la créature qui se disait être leur amie. Il était d’un naturel confiant avec les animaux même les plus imposant, mais là c’était une première et il ne devait pas être le seul à hésiter de donner sa confiance à Nirvath.

Il s’avança un peu plus vers elle pour lui parler, la main serrant fermement la masse indigène qu’il avait ramassé peu avant.

- Dit moi Nirvath, pourquoi devrions nous prendre garde de vôtre maîtresse et fuir ?


Mais est-ce que fuir était vraiment envisageable, quand on pense au trésor qui se cache sans nul doute dans la crypte et toute les épreuves qu’ils ont traversé. Bien sûr s’aventurer tout droit vers une mort certaine n’était peut-être pas une si bonne décision à prendre.

Si la maîtresse était d’une taille raisonnable, à trois ils en auraient sûrement raison en peu de temps. Mais sans raison valable autant rebrousser chemin, alors il posa des questions sur le trésor à la bête.

- Sait tu si un trésor est ici ? Des pièces d’or par exemple ou des pierres précieuses sont elles caché là ou gardé par ta maîtresse ?


Le Sage-Cerf se retourna vers les mages pour attendre leurs choix également pour ne pas être seul pour “l’abatage”.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La mémoire des arbres    

Revenir en haut Aller en bas
 

La mémoire des arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faire des arbres?
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Arbres GW
» [TUTO] Comment faire des arbres
» La Symphonie des Arbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La Goule souriante :: Écrits archivés-