­
 

Partagez | 
 

 La fuite (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: La fuite (Terminé)   Ven 30 Juin 2017 - 10:09

Cela faisait maintenant deux mois que Flynn était parti retourner vers la mer et vers Sirèna. Au début, Nora avait ressenti beaucoup de peine, autant de le savoir à nouveau absent que de l'imaginer dans les bras de son amie, mais progressivement, le coeur de l'Aasimar s'était apaisée et l'amour de son mari la comblait de joie. Depuis le départ de l'Éladrin, Lysandre avait changé, il était devenu plus attentionné qu'avant envers elle. Il fallait dire qu'elle était enceinte et cet enfant fut issu de leur amour. Malgré son appréhension, la jeune femme espérait que l'accouchement se déroule bien et que cette fois, elle accoucherait d'un seul petit.

Quant aux aînés, Kallypso et Kalaad grandissaient bien, ils étaient capables de marcher. Leurs petits pas menu se faisaient allés et leurs parents ne se lassaient pas de leurs frimousses adorables et de leurs éclats de rires. Bien sûr, la petite fille était plus aventureuse que son frère, elle aimait non seulement aller plus loin que la limite permise, mais elle commençait déjà à grimper un peu partout: petite barrière, divan, coffre, chaise...bref, elle voulait atteindre les hauteurs et réclamait sans cesse un vol avant de se coucher. En cela, elle tenait bien de son père. Eleonor et Aimée n'avaient de cesse de la surveiller, un accident était vite arrivé. Heureusement, son petit frère ne prenait pas exemple sur elle, son tempérament était plus calme et moins téméraire, mais l'amour de Nora pour ses enfants étaient inconditionnel, et souvent, elle se sentait coupable de n'être pas suffisamment là pour eux. Entre sa grossesse qui exigeait qu'elle se repose, et son école de guérison, dont le nombre d'élèves ne cessait de croître, l'Aasimar était très occupée. Malgré tout, sa vie était paisible, et bien qu'elle s'ennuyait de ses aventures, Nora se sentait comblée et heureuse. Malheureusement, le bonheur était éphémère et un grand malheur allait s'abattre sur Quiétude, et sur elle...

Le mois qui suivit fut porteur de tristesse. À peine remis de la perte de leurs proches tués lors de la Célébration de la vallée d'Ildir, une épidémie de fièvre contamina plusieurs Tiefflins et Aasimars. Épuisée, Eleonor n'avait eu de cesse soigner les malades, certains survécurent, mais la plupart moururent en quelques jours. La maladie était féroce et la faucheuse impitoyable. Plusieurs des élèves de la guérisseuse périrent, une désespérance plongea Quiétude dans un nuage sombre, fait de tristesse et de deuil. Un jour qu'elle s'en allait chez elle pour se reposer, Nora ressentit des crampes terribles  et ce fut avec peine que la jeune femme arriva chez elle, les larmes aux yeux, les jupons en sang. Lysandre la transporta paniqué dans leur chambre et quelques heures après, Nora fut vide, son enfant mort né. Hors de lui, Lysandre l'avait blâmé de négligence et ce, le soir de ce drame.

-C'est de ta faute, je t'avais prévenu de ton imprudence! Allez soigner ces malades quand tu étais enceinte? Tu ne t'es pas soucier de lui! Tu n'as pensé qu'à toi, qu'à tes bâtards et qu'à tes patients!
-Comment ose-tu me dire cela?! C'est monstrueux! S'écria Nora en éclatant en sanglot, faible et fiévreuse. Je l'ai porté, je le voulais plus que tout!  

Ce fut à son tour d'être hors d'elle-même, et avec ses dernières forces, elle prit un vase et le lança vers Lysandre, qui l'évita de justesse.

-VA T'EN! JE NE VEUX PLUS TE REVOIR!

Il y eu lourd silence, Lysandre sortit en claquant la porte, laissant seule sa femme qui éclata en sanglot. Pendant des jours, ronger par la culpabilité et la tristesse, elle resta clouée au lit, bouillante de fièvre. Aimée resta à son chevet jusqu'à sa guérison, mais aucun trace de Lysandre. Or, comme si sa fausse couche ne suffisait pas, Constance arriva un matin et elle entra chez Nora en panique:

- Dame Nora! Dame Nora!
-Qu'il y a-t-il? Demanda Eleonor en sortant de la cuisine, Kalaad dans ses bras. Depuis la perte de son troisième enfant, la jeune femme avait décidé de se consacré uniquement à son rôle de mère, laissant la responsabilité de son école à une autre guérisseuse du village. Pâle, les larmes aux yeux, Constance bafouilla:

-Lysandre...un éclaireur la retrouvé et...et...
-Quoi? Qu'est-ce qui lui est arrivé? Où est-il?   Demanda précipitamment Nora avec une profonde inquiétude.
- Il...il...
-Pardi, parle!
-Il est mort...Constance plaqua sa main sur sa bouche pour étouffer un sanglot. On la retrouvé mort de fièvre.

Eleonor devint blanche comme un lincueil, ses jambes se dérobèrent et elle perdit conscience. Toujours dans les bras de sa mère,  Kalaad éclata en sanglot, tandis qu'Aimée arriva en courant et voyant l'état de Nora et le regard profondément désolé de Constance, elle comprit que quelque chose de grave s'était passé. De très grave.


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Ven 30 Juin 2017 - 11:16

Lysandre Flaryel et Lysandra Flaryel. Nous vous aimerons toujours, jamais vous serez oubliés.
Vendelia 30 de Fan 17ième année de l'ère du Second Souffle


Fixant leurs tombes, Eleonor avait les yeux  vides et le cœur sec à avoir trop pleurer. Silencieuse, elle entendait à peine les pleurs d'Aimée qui sanglotait contre son épaule, tandis que les jumeaux dormaient paisiblement dans leur poussette,inconscients du drame qui s'était abattu sur leur famille. Le regard émeraude se ferma, un sanglot serra sa gorge, une brise vint caressée sa peau. Pourquoi? Pourquoi les Dieux la privait-elle toujours des hommes qu'elle aimait? Samael, Flynn et maintenant, Lysandre...Qu'avait-elle fait? Le plus triste dans tout cela c'est qu'elle n'a pas eu le temps de lui qu'elle l'aimait, ils s'étaient quittés en colère et désormais, son cœur serait empreinte d'une profonde culpabilité qui allait la gruger jusqu'à la fin de sa vie. Si elle n'avait pas eu les jumeaux et Aimée, l'Aasimar se serait probablement laissée mourir, car elle avait perdu l'espoir en l'amour et en la vie. Elle se contenterait de survivre...mais pas à Quiétude. Ce lieu, où elle avait voulu trouvé paix et sérénité, était devenu tout le contraire pour elle. Peu importe ce qu'elle avait bâti, peu importe les amis qui l'appréciaient, Eleonor avait pris la décision de partir et de ne jamais y revenir. Elle avait besoin de retrouvé ses racines, de retrouver  Bélin et le Château des Redresseurs, où  elle avait grandit.


D'un profond soupir, la guérisseuse détourna ses yeux de son défunt mari et sa petite fille qu'elle n'allait jamais connaître. Intérieurement, Nora se sentait brisé et elle n'avait même plus envie de contacter Flynn. Même s'il était le père de ses enfants, elle voulait tout oublier. Oublier son amour, sa tendresse...Oublié. L'amour, c'était réellement terminé pour elle. Les Dieux ne voulaient pas qu'elle ait droit au bonheur d'avoir un homme qui la chéri et qu'elle chérirait en retour? Soit, il en sera ainsi. Le regard vert se fit froid, voir dur, elle se promit  de se consacré uniquement à ses enfants et aux Redresseurs. C'est avec une rage folle qu'elle allait chassé démons, servir la justice et ne rien attendre des hommes, et des Dieux. Ce drame l'avait profondément changé et pas pour le mieux. Aimée pleurait encore, Nora riva son attention vers elle et d'une voix cassé, elle souffla:


-Viens, rentrons. Nous ne pouvons plus rien faire pour eux à présent.

Hoquetant, sa belle-sœur aurait voulu rester encore, mais au ton catégorique de la guérisseuse, Aimée se résigna à la suivre. Ce fut en silence qu'elles rentrèrent dans cette maison que Lysandre avait batti de ses mains, une maison que Nora n'arrivait plus à supporter. Sa souffrance était telle qu'elle désirait partir le soir même. Après le souper, Eleonor trouva le courage de le dire à Aimée. Celle-ci fit silence et soudain, elle éclata de colère.

-Quoi??? Non, tu ne peux pas me faire ça! Me laissez seule, après que j'ai perdu mon frère! Seule dans cette grande maison ou...ou...NON!

-Je...Les yeux vert se brouillèrent de larme, Nora baissa les yeux ne voulant pas soutenir le regard désemparé d'Aimée. Elle s'était attendu à une telle réaction, et au fond d'elle, la guérisseuse aurait voulu être plus forte, rester, et continuer à vivre à Quiétude, mais elle en était à présent incapable.


-Je suis incapable de rester ici, Aimée. Confia d'un murmure Nora. Quiétude, cette maison, mon école...tout, absolument tout, me rappel Lysandre...je suis brisée, Aimée...brisée...et...

N'arrivant à en dire plus, Eleonor éclata en sanglot et Aimée fit de même. Sa colère disparut, laissant place à une profonde tristesse et elle alla aussitôt étreindre sa belle-sœur contre elle. Les deux femmes restèrent un long moment dans les bras l'une de l'autre, pleurant en silence. Aimée ne supportait pas que Nora parte, elle et les jumeaux étaient tous ce qui lui restait comme famille. Or, au fond d'elle-même, l'adolescente aussi ne supportait plus cette maison, ce village. Sans Lysandre, tout perdait son sens, sa valeur. Elle aussi avait besoin de partir. D'un profond soupir, la jeune aasimar se recula un peu et dit avec gravité:

-D'accord, Nora, pars, mais je viens  avec toi.
-Aimée, c'est trop...
-Non! Ne me dis surtout pas que c'est trop dangereux. Tu vas partir avec des bébés, seule, sans être accompagnée, alors fait pas l'hypocrite et ne me surprotège pas. Lysandre la déjà trop fait de son vivant.


Entendant ce prénom, le coeur des deux femmes se serrèrent. Prenant une profonde respiration, Aimée dit fermement:


-Toi et les jumeaux vous êtes désormais ma seule famille. Je viens avec toi, un point c'est tout.

Devant la détermination de sa belle-soeur, Nora sentit son coeur se réchauffé un peu et ému, la guérisseuse vient l'étreindre contre elle. D'un soupir, elle murmura doucement:

-Alors,viens avec moi. Ensembles, nous allons survivre et surmonter ces malheurs. Je t'aime, petite soeur...
-Je t'aime aussi. Bafouilla l'adolescent qui malgré la peur de l'aventure, sentit un d'espoir renaître. Il avait fallu que Lysandre et sa nièce meurt pour que les choses changent, pour qu'elle vive enfin. Submerger par l'envie de fuir, elles mangèrent rapidement, firent bagages et à l'aube, elles scellèrent leurs montures. N'ayant pas le courage de dire adieu à ses amis et ses élèves, Nora avait laissé un mot à sa porte:


Aimée et moi avons décidé de partir pour Bélin. Merci d'avoir été là pour moi dans les moments difficiles et joyeux. Je ne vous oublierais jamais. Que les Dieux soient avec vous, ils ont cessés d'être avec moi.

Sur ces tristes mots, Nora n'avait pas eu un regard en arrière pour ce village qui l'avait accueilli à bras ouverts. Eleonor leur en avait assez donné. À présent, elle retournait chez elle, sans regret, juste ravagée par la peine et le vide.  Quant à la fièvre qui avait tué tant des siens, elle s'était apaisée après la mort de Lysandre, pour disparaître complètement. La vie allait continuée, mais les morts jamais oubliés.


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Ven 30 Juin 2017 - 12:57

Elles avaient descendu de leur monture, en raz de montagne c'était préférable de marcher.Chacune portait les bébés sur le dos. Les jumeaux dormaient comme des loirs depuis l'aube, ce voyage les fatiguait, mais quand ils se réveillaient, leurs grands yeux ne pouvaient s'empêcher d'admirer ce nouveau paysage. En hauteur, la forêt entourant la colline était magnifique, les feuilles verdoyantes,mais contrairement à Aimée, qui s'émerveillait de tout, elle qui n'était jamais sorti de Quiétude, Nora resta sombre et méfiante. Sous ses grands arbres pouvaient se cacher maintes ennemis, démons,monstres, les disciples du Gantelet.

-Nous y sommes, mesdames. Dit Barn, un éclaireur et ami de Nora, qui avait croisé leur chemin. Apprenant qu'elles quittaient pour de bon le village, il en fut peiné, mais malgré tout, il leur proposa de les conduire sur une route sûr. Le gantelet rôdait au Sud et à l'Ouest de la montagne, toujours aussi déterminer à trouver Quiétude et à anéantir tous êtres y vivants. S'ils savaient par quoi avait passé les habitants, ses brutes se sauraient sûrement dit que la nature s'occuperait de les exterminer,mais n'étant pas au courant de la maladie, le Gantelet continuait sans relâcher leur recherche. Grand bien leur phase, Quiétude demeurait introuvable et c'était aussi bien.  D'un soupir, le vieux Tiefflin s'arrêta et pointa un chemin escarpé, il dit:

-Voilà le chemin qui mène en bas. Je ne peux allez plus loin, mais je vous souhaite bonne chance, mes amies. J'espère que nous nous reverrons.
-Non, nous ne nous reverrons pas. Dit platement Nora, ses doigts se serrèrent autour les raines de son cheval. Aimé baissa la tête tristement, tandis que Barn la dévisagea d'un air désolé. Il avait entendu parlé du double deuil de la jeune femme, il comprenait sa peine, ayant lui-même perdu tous les êtres à qui il tenait. Ce n'était pas pour rien qu'il s'était fait éclaireur, il fuyait son passé et trouvait un certain réconfort dans la quiétude de la Montagne. D'un soupir, Barn prit doucement sa main et la porta à ses lèvres en disant d'un sourire triste:


-Alors, Dame Nora, je vous dis adieu. Je ne vous oublierais pas.
-Moi aussi. Merci encore. Répondit l'Aasimar d'un même sourire.Elle s'apprêta alors à lui demander de dire à Flynn, s'il le croisait, qu'elle était parti, mais n'en fit rien pour Bélin. Gardant le silence,ses doigts se serrèrent un peu, puis elle se dégagea et commença sa descente.  Avant de la suivre,Aimée la suivit du regard, le regard profondément triste. Sa belle-sœur avait perdu sa lumière et l'adolescente n'était pas certaine qu'elle la retrouve de si tôt, peut-être jamais.


-Le temps guéri tous les maux, Aimée. Dit soudain le vieux tiefflin qui l'avait observé. Elle aussi avait perdu un frère et une nièce, mais elle semblait plus facilement s'en remettre que Nora. D'un pâle sourire, Aimée acquiesça, l'embrassa sur les deux joues et après un adieu, elle entreprit de suivre la guérisseuse. Celle-ci descendait lentement, veillant à ne pas s'enfarger dans les pierres, Aimée fit pareille et au bout d'une quarantaine de minutes, elles arrivèrent enfin en bas de la Colline Divine. D'un soupir, Nora trouva refuge sous un arbre, son œil vert observait les alentour avec prudence. Elle ne ressentait aucune énergie maléfique, l'aasimar soupira de soulagement et se permis de sortir un peu de nourritures pour se redonner des forces. Aimée enleva Kalaad de son dos, et l'assit prêt de Kallypso qui s'était réveillée. Mécontente de se réveille, la petite fille à vagir,mais Nora la prit de ses bras et d'un balancement  expert, elle la calma aussitôt. Loin était le temps où la jeune mère ne savait pas comment calmer ses enfants. Maintenant, elle les connaissait par cœur, ce qui était un avantage, surtout durant le périple qu'elles allaient vivre. Malgré la tristesse et le vide, Eleonor ressentait une étincelle qu'elle croyait oublié: celle de l'aventure et du danger. Cela lui ferait du bien de voir du pays. Enfin, elle l'espérait...


D'un soupir,  le regard d'émeraude se riva vers Aimée, qui d'un doux sourire, s'occupait donner le biberon à son neveu. À cet instant, elle trouvait sa petite sœur admirable. Avec courage, elle avait quitté son village natal sans se plaindre, elle avait à peine verser des larmes. Nora se doutait que la mort de Lysandre affectait l'adolescente plus qu'elle ne laissais paraître, ils avaient été très proche, et ce depuis toujours, mais Aimée avait cette dignité naturellement qui l'empêchait de s'abattre sur son sort. Au contraire, elle avançait, sans geindre, sans s'apitoyer, saisissant la vie à pleine dent comme seule était capable de vivre la jeunesse. Eleonor se sentit soudainement vieille et mûre, comme si elle avait cent ans. Cette douloureuse sensation lui fit baissé les yeux; rien n'allait être comme avant. Après avoir nourrit Kallypso, elle mangea un peu de noix et des fruits séchés, puis elle se leva.

-Une longue route nous attend, sœurette. Nous ne sommes pas sortit du bout de nos peines, je le crains. Je comptais nous rendre à Varakir par la mer, mais le Port de Blanche-Pierre est peuplé de Norpaliens et beaucoup sont disciples du Gantelet. Ça serait trop dangereux de s'y aventurer.
-Alors, quel chemin prendre? Demanda Aimée qui ressentit une pointe de déception en apprenant qu'elles n'allaient pas embarquer sur un navire. Elle qui rêvait de suivre les traces de son héroïne, Sirèna, et de voguer sur les mers. À sa question, Nora soupira et remettant sa fille sur ses ailes, elle répondit en regardant l'horizon de conifères:

-Nous irons par le désert.
- Le désert? N'est-ce pas aussi dangereux que la mer? Demanda Aimée en écarquillant les yeux de peur.

Nora tourna un regard indéfinissable vers sa petite soeur, puis elle eut un sourire rassurant:

-Sur la mer, on peut se noyer, mais pas dans le désert. Il suffit de ne pas se perdre et surtout, de ne pas s'aventurer dans les falaise de la dernière chance. Restons vigilantes et tout devrait  bien aller. Je te le promets.  

Au dire rassurant de la guérisseuse, Aimée respira de soulagement et acquiesça. Elle avait une foi aveugle en Nora, qui était aussi l'une de ses héroïnes. Eleonor avait une longue expérience au niveau aventures et dangers, l'adolescente se sentait rassurée de l'avoir à ses côtés. Le regard lilas admira la magnifique blonde qui avait abandonné ses atours d'épouse pour des vêtements plus masculins, fait de fourrure et de peau. Ses anciennes parures provenant de son voyage chez les Orcs. Elle avait remis Jir, son arc, sur son dos, et  Zymura , son épée, et ses dagues étoilées, à sa ceinture. Prenant son exemple,un coutelas à son dos, l'adolescente portait aussi pantalon et chemise, qui avait appartenu à son frère, son odeur en était imprégnée. C'était une façon de le sentir à ses côtés, Ressentant encore la tristesse l'envahir, elle essaya de le vivre en silence, sans se plaindre. Ce soir, proche du feu, quand Nora et les jumeaux seront endormis, elle pourra pleurer encore une fois, mais pour l'instant, elles devaient avancés.


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Mar 4 Juil 2017 - 16:13

-Apporte l'hydromel, Norsa!
-Surtout, pisse pas dedans!

Des rires gras se firent entendre de la patrouille norpalienne, ils se reposaient autour d'un feu, mangeant et buvant. Bien entendu, ces soldats étaient des disciples du Gantelet,ce qui pour Nora, n'était pas étonnant. Les deux Aasimars avaient faillit tomber nez à nez sur eux, mais part chance, Azur, qui les avait rejoint en suivant leurs odeurs, avait grogné, les avertissant d'un danger. Cachées derrière un large et touffu buisson, les jeunes femmes fixèrent l'ennemi avec appréhension. Les bougres s'étaient installés proche du chemin principal menant vers Varakir, elles devaient les contourner, mais comment sans se faire remarquer? Elles avaient deux chevaux, deux bébés et un guetteur des glaces! Ce n'était pas chose aisé de faire preuve de discrétion, surtout quand une dizaine d'hommes étaient réunis et elle soupçonnait qu'il y avait même un ou deux qui faisaient le guet.


Morose et méfiante, elle levait les yeux vers les arbres et fut soulager de pas en voir poster en hauteur, ils les auraient remarqué à coup sûr. Aimée chuchota quelque chose à son oreille, mais Nora fit non de la tête. Rebrousser chemin ne servait à rien et leur ferait perdre un temps précieux. Non, le mieux, c'était d'attendre qu'ils partent et continuer leur route. Sur cette décision, elles restèrent un long, très long moment immobile jusqu'à temps que la nuit tombe. C'était heureux que les poupons furent aussi calme, mais les deux jeunes femmes les tenaient bien serrer contre elles, les berçant presque frénétiquement pour pas qu'ils ne  vagissent.

Or, ce fut quand les étoiles peuplèrent le ciel et que la forêt devint silencieuse qu'enfin les disciples partirent, sans oublier de lancer  des plaisanteries très méchantes et cruelles sur les Tiefflins et les Aasimars. Ils étaient loin de se douter que deux d'entre eux se trouvaient à proximité de leur campement, cacher dans les fourrages. Si Aimée était indignée et horrifiée de leurs propos, Eleonor ne les écoutait d'une oreille, froide à leurs dires racistes. Disons qu'elle en avait vu d'autres, et depuis la mort de Lysandre, plus rien ne l'affectait. D'un soupir las, elle les vit disparaître dans la pénombre et courbaturée, la guérisseuse se leva en silence, ce qui fit redressé la tête d'Azur.


Nora lui jeta un coup d'oeil, le loup blanc soupira, signe que le danger était passé. D'un petit sourire reconnaissant, elle gratta l'oreille de son compagnon à présent adulte, et prit son fils dans ses bras qui dormait paisiblement. Le voyage s'annonçait rude pour ses petits, alors mieux valait qu'ils dorment que l'inverse. Aimée bailla et suggéra de camper, mais Eleonor refusa. Plus vite qu'elle sortiraient de la Norpalie, plus vite qu'elles seraient en sécurité. Le Gantelet était une vraie plaie et elle n'était plus à l'âge de prendre des risques inutiles. Sentant sa soeur trop fatiguée, Nora lui suggéra de s'attacher à son cheval et de dormir un peu, tout comme les jumeaux. Attachant les raines de la jument d'Aimée à sa selle, Eleonor monta sur sa propre monture et à petit trot, elles s’enfoncèrent silencieusement dans la nuit. Le regard vert fixait un peu plus haut dans le ciel, la lune éclairait légèrement leur  avancé.


Nora dirigea sa petite famille dans un sentier plus sauvage, se situant en parallère au chemin principale, question de rester discrète et durant toute la nuit, jusqu'à l'aube, l'aasimar le guida vers le Nord, vers le désert. Il restait encore plusieurs milles à parcourir, voir une vingtaine de jours, mais au moins, leur voyage se ferait le plus sécuritaire possible. Ce n'est qu'après avoir mis son monde en sécurité, au Château des Redresseurs, que la jeune femme se ferait une joie d'aller massacrer les démons. Soudain, elle sentit un coup de fatigue terrible, alors Nora fit une halte proche d'un grand arbre entourer de fougères et de plantes. C'était difficile d'accès, donc à l'abris des menaces environnantes. Débarquant de son cheval, elle prit le temps de le nourrir ainsi que celui d'Aimée, celle-ci dormait profondément, et ce, depuis le lever de la lune.


-Réveille-toi, Aimée. Dit calmement Nora en prenant Kallypso dans ses bras, Kalaad dormait contre ses ailes douces et moelleuses. Sa soeur ouvrit à peine les yeux, marmonna quelque chose d'incompréhensible et se laissa descendre de sa selle. Fatiguées, la petite famille s'endormit sur le sol en mousse, entouré de leurs montures et d'Azur. Ce fut en après-midi qu'elles se réveillèrent, et après avoir manger, elles se remirent en route. Kalaad gazouilla des mots qu'il venait d'apprendre, comme papillon ou oiseau, tandis que Kallypso tenta plusieurs fois de débarquer des bras de sa mère, qui patiente, la retint sans cesse contre elle. Ses enfants occupaient le temps quand le silence devenait pesant, Aimée et Nora parlait peu, alerte au moindre bruit. Plusieurs jours passèrent, elles franchirent sentiers, pentes escarpés, toujours à l'abris sous les arbres. Une nuit, proche d'un feu, Kallypso s'écria d'émerveillement ce qui fit battre le coeur de sa mère. Celle-ci suivit les menottes de sa fille et aperçut des feux follets. Leurs petites lumières colorés s'amusaient à entourer sa fille et son fils, qui riaient aux éclats.

-Nora, qu'est-ce c'est? Demanda Aimé à la fois fasciné et un peu apeurée par ces êtres lumineux
- Des feux follets. Répondit Eleonor d'un doux sourire. Ce sont les premiers Sylvestres que j'ai croisé, ainsi qu'un golem. Je les ai rencontré il y a plusieurs années. À l'époque, j'étais aussi émerveillée que toi.
-Tu ne l'es plus? Demanda l'adolescente en tournant son regard lilas vers son aînée. Celle-ci fit silence et baissant les yeux vers le feu, elle souffla:
-Si, mais moins.

Sentant soudain sa profonde tristesse et solitude, les feux follets entourèrent Nora et de leur lumière, ils vinrent lui procurer un peu de chaleur. Eleonor eut un rictus et d'un soupir, elle dit  doucement :

-Merci de veiller sur nous. Dites aux êtres de la forêt que nous allons vers Bélin, retrouver notre chez nous. J'ai mes enfants avec moi, et j'aimerais que vous les protéger de tous dangers. Pourriez-vous faire ça pour moi?

Aimé fixa cette hallucinante conversation entre sa belle-soeur et les feux follets. Ceux-ci restèrent un moment en suspend et soudain, ils disparurent pour accomplir cette requête.

-Où sont-ils allés? Demanda la jeune fille peinée de se retrouver à nouveau dans la noirceur, Kallypso gazouilla: feu! feu!  Eleonor caressa les joues de sa fille et répondit brièvement:

-Prévenir les autres. Nous sommes maintenant en sécurité.



Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Mer 5 Juil 2017 - 9:21

Au moins, Nora était rassurée de pas rencontrer de géants, même si leurs espèces tenaient plus de la légende, mais la guérisseuse en avait tant vu qu'elle était certaine qu'ils existaient toujours.Elle avait entendu dire que la majorité survivait dans les chaînes de montagne de Terrovia, et d'autres dans les monts glaciales de la Norpalie. Heureusement, là n'était pas leur destination. D'un soupir,Eleonor leva son regard vers le ciel, le soleil éclairait la forêt de conifères qui semblait ne plus se terminer, mais heureusement, elles pouvaient apercevoir le désert, vaste et chaud.

-zozo! Zozo!
S'exclama Kallypso en levant les yeux vers le ciel bleu. Fronçant les sourcils, Eleonor suivit son petit doigt et pâlit en voyant le zozo en question. Un aigle fureur dans toute sa splendeur! La dernière fois qu'elle en avait rencontré un...rencontré, c'était un piètre mot, elle avait bien faillit se faire dévorer par ses petits. Brusquement, elle vira sa monture sous les arbres et s'exclama à Aimée:

-Bifurquons vers l'Ouest!
-Enfin,pourquoi? Nous...

Aimée se fit interrompre par un cri strident, l'Aigle, de ses yeux accérés, les avait aperçut et fonça sur elles.  Ce ne fut pas long qu'il piqua en flèche et de ses serres, il prit l'adolescent ainsi que Kalaad accrocher sur son dos. La jeune fille poussa un hurlement déchirant tandis que le bébé se mit à rire,il adorait volé en hauteur comme sa sœur.


-NON! S'écria Nora pâle comme la mort. Son cœur manqua un battement, elle avait l'impression de revenir quatre ans en arrière, proche des falaises de la dernière chance. Sentant son frère en danger, Kallypso éclata en sanglot, mais sa mère ne l'entendit pas. Prompte, elle mit pied à terre, déposa le bébé dans les fougères proche d'Azur,qui comprenant, se coucha à ses côtés pour la protéger de tous dangers.


-Je reviens!
Dit Eleonor en sortant son arc, le loup grogna doucement en guise d'approbation  tandis que sa maîtresse, la rage cœur, décolla à toute vitesse. Ses grandes ailes battirent l'air, jamais elle n'avait volé aussi vite. Or, l'aigle gigantesque s'amusait à lancer l'adolescente et le bébé dans les aires, comme pour jouer, il risquait assurément de les tuer et ça, Nora ne pourrait le supporter. D'un cri rageur, elle accélérait son vole  et à la hauteur du rapace, Eleonor banda  son arc et tira, mais la flèche égratigna à peine sa cible. Cela eut pour effet de faire tourner le regard doré du prédateur vers elle, une lueur menaçante couvait ses yeux. Ses serres se refermèrent fortement sur le poupon en pleurs et la jeune Aasimar qui s'était évanouie d'épouvante, et sans crier garde, il fonça vers Eleonor bec ouvert.


Celle-ci prit une profonde respiration et restant immobile dans les aires, tel un ange de lumière, la jeune femme visa l'animal entre les yeux. Tendant sa corde à l'extrême, elle attendit...encore...jusqu'à temps que l'oiseau soit à distance suffisante, voir menaçante, et Nora tira de toutes ses forces, l’œil vengeur et féroce. Le rapace reçu la flèche en pleine tête, et chutant dans la mort, il lâcha Kalaad et Aimée qui se virent chuter avec lui. Remettant son arc, Nora piqua en flèche, elle réussit à les rattraper, mais lourd, ils faillirent bien se tuer en tombant dans les dunes. Priorisant son fils, un de ses bras l'attrapa et  in extrémiste , elle empoigna la main d'Aimée, toujours inconsciente. Molle, elle pendait lourdement dans le vide, Eleonor eut du mal à la retenir, mais ses grandes ailes aidaient à la porter. D'un soupir, la guérisseuse descendit lentement au sol pour venir déposer sa belle-sœur sur le sable chaud. Très inquiète, Nora s'assura de l'état de son fils, qui tremblait de tout son petit corps, mais il n'avait rien de casser.

-Maman...maman...larmoyait-il terrifié par l'expérience. Le serrant contre elle, l'Aasimar éclata en sanglot, son propre corps était secoué de tremblement. Dieu qu'elle avait eu peur pour lui, et pour Aimée. Sur la terre ferme, celle-ci ouvrit doucement les yeux, Nora se pencha pour l'inspecter et voyant qu'elle n'avait pas de blessures, l'ange d'or l'étreignit très fort contre elle.

-Nora...souffla d'une voix faible la jeune fille en pleurant. J'ai eu si peur...tout c'est passé si vite...
- C'est fini, ma chérie! C'est fini...il est mort..c'est fini

C'était presque désolant d'avoir tuer une aussi belle bête, mais elle n'avait pas eu le choix,sa famille avant tout. Le corps de l'aigle gisait non loin, sur le sommet d'une dune, le soleil déjà asséchait ses plumes lustrés. D'un profond soupir, Eleonor tenta de reprendre son sang-froid et tenant ses deux amours contre elle, la guérisseuse se leva pour aller rejoindre Kallypso et Azur. Soudain, celui-ci poussa un hurlement plaintif. Le sang d'Aimé et de Nora fit un tour, et oubliant leur propre terreur, elles partirent à courir à toute vitesse vers où se trouvait le géant des glaces et la petite éladrine. Quel ne fut pas leur effroi en voyant que Kallypso n'était plus là, et que le grand loup était blessé sévèrement aux pattes. Qu'est-ce qui c'était passé?  Blême, Eleonor s'approcha de son compagnon qui grogna sauvagement, ne voulant pas se faire toucher. Reculant, Nora examina ses plaies de loin et remarqua les étranges grafignes.

-On dirait...des fourches...dit Aimée en serrant nerveusement ses mains l'une contre l'autre.    En silence, Eleonor acquiesça et fermant les yeux, elle se concentra profondément. Soudain,elle ressentit une énergie terriblement sombre, un frisson d'angoisse lui parcourut l'échine.

-Des fiélons...ils sont proches, et plusieurs...
-Par Phélemée...

Si elle fut épuisé par l'attaque de l'Aigle, Eleonor retrouva d'un coup toute sa vivacité Des démons avaient kidnappé sa petite fille? Soit! Ils allaient avoir à faire à une mère vengeresse. Sur cette pensé,elle sortit son épée tandis qu'Aimée avait réussi à s'approcher du grand loup blanc qui gémissait de douleur. Sa mufle vint caresser le ventre de l'adolescente qui rapidement désinfecta doucement ses plaies et les banda habilement.


D'un soupir, Azur la dévisageait d'un air mélancolique, il s'ennuyait de Quiétude, tout comme la jeune demoiselle qui avait eu son lot de dangers pour la journée. Malheureusement, ce n'était pas encore fini, Kallypso avait besoin d'être secouru, et encore une fois, Aimée aurait tant voulu que Lysandre soit présent, ainsi que Flynn. Tous deux auraient été d'un grand secours, mais Eleonor semblait vouloir en découdre et ce, immédiatement. C'est alors que des vagissements de bébé se firent entendre au loin, preuve que l'éladrine était toujours vivante,mais en mauvaise posture. Elles partirent à la course, tandis qu'Aimée remarqué  trois cadavres de petites créatures hideuses sur le chemin, sûrement Azur les avait fait revoler durant son combat. Or, c'était des irritants...  


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Jeu 6 Juil 2017 - 11:09

À petits pas, accroupis, les deux jeunes femmes se dirigèrent silencieusement là où se trouvait Kally. Le bébé pleurait à chaude de larmes, donnant des petits coups de pieds et coups de menottes quand un des minuscules démons osaient s'approcher d'elle. Son regard émeraude jetait des éclaires de peur et de colère. À deux ans à peine, la petite éladrine était déjà une farouche combattante, les irritants en furent déstabilisés.


-Manger bébé! Manger bébé! Râlant l'un en essayant d'empoigner la jambe gracile. Kallypso poussa un cri strident qui le fit sursauter et il alla de se cacher derrière l'un de ses acolytes. En tout, ils étaient six.
-Bébé veut pas! Répondit un second en croisant les bras d'un air contrarié.
-Hum...assommer bébé! S'exclama un troisième, les autres fiélons approuvèrent et aussitôt ils partirent à la recherche d'un branche pour mettre leur plan à exécution. Ce fut à se moment là que Nora se précipita vers sa fille pour la prendre dans ses bras, ce qui fit  tourner la tête des petits monstres. Ceux-ci lâchèrent leurs échantillons d’assommoir et montrèrent les crocs en voyant les deux Aasimars armées et prêtes à combattre.

-Bébé à nous! Donne-nous bébé! S'écria rageur l'un des fiélons en menaçant Eleonor d'un coutelas fourchu. Les autres firent de même et insidieusement, ils entourèrent les deux femmes. Nora attacha sa fille sur son dos, celle-ci s'était calmée immédiatement l'arrivée de sa mère.  La guérisseuse leur jeta un regard mauvais et d'une moue farouche, elle s'écria en pointant son arme vers eux:

-Moi,Eleonor Delorne, Chevalière des Redresseurs, au nom de la justice je vous châtie! Fuyez ou retournez dans l'Outre-Monde!


Indifférent à son dire, les fiélons éclatèrent de rire et se mirent à s'approcher d'elle, Aimée, au début impressionnée par le ton de son aînée, leva son coutelas en essayant de ne pas trembler. C'était la première fois qu'elle allait se battre et malgré les leçons de Nora, elle ne se sentait pas encore à l'aise. Les bébés se mirent à gigoter, et sentant la nervosité des deux femmes, ils se mirent à pleurer. Pauvres petits...ils étaient loin d'être au bout de leur peine, mais ils allaient devoir s'adapter rapidement aux dangers, car le voyage n'était pas encore terminer. Sur cette pensée, Eleonor se mit en garde, tandis qu'un grognement se fit entendre et malgré ses blessures, Azur arriva à la course pour se joindre à elles. Les irritants reculèrent d'un bond, mais d'un commun d'accord, ils se dispersèrent pour mieux charger. Bien que petits, ils étaient nombreux, agiles,  et ils ne manquaient pas d'attaques viles et rusés. Ce ne fut pas long que Eleonor fut blessée aux bras, et Aimée aux jambes, mais elles tinrent bon...oui, elles tinrent bon jusqu'à temps que des renforts inattendus surviennent.  


À l'instant où  l'un de ces petits monstres se lancèrent sur le visage de Nora, une racine d'arbre vint le prendre à la gorge pour l'envoyer bouler contre un tronc. À la stupéfaction des deux combattantes et même des bébés qui restèrent cois, d'autres racines s'en mêlèrent, les irritants furent soient ligotés, soient étranglés. Il y eu alors un silence, les oiseaux cessèrent de chanter, puis à l'ombre miroitante des arbres, de fines silhouettes apparurent. Mi femme, mi arbre, des créatures extraordinairement belles s'approchèrent de la petite compagnie. C'était des Dryades...


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Delorne
L'ange d'or
L'ange d'or
avatar
Âge : 27
Philosophie : Égalitarisme (neutre bon à tendance loyal)
Divinité(s) : Eleonor croit en la déesse Phélemée.
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
2690/5000  (2690/5000)
Adage: Perception énergitique des êtres l'entourant.
MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   Ven 7 Juil 2017 - 8:16

Tout comme Aimée et les petits, Nora resta à la fois stupéfaite et émerveillée par ses sylvestres féminines. C'était la première fois qu'elle en rencontrait, mais la guérisseuse n'allait pas sans plaindre, car sans elles, les fiélons auraient sûrement eu raison d'eux. Azur soupira et faible, il se coucha sur le sol, ses blessures s'étaient aggravées, tandis que celles des deux jeunes femmes saignaient abondamment. Prenant exemple sur le géant des glaces, Eleonor et Aimée s'assirent dans l'herbe,tandis que  d'un mouvement vif, les dryades  lancèrent à des kilomètres à la rond le reste des irritants qui n'allaient sûrement pas survivre à cette chute. Il y eu un profond silence, puis les oiseaux se mirent à chanter.  Le regard émeraude de Nora se riva sur les femmes arbres et  elle ne put s'empêcher de les admirer. Leurs peaux étaient fait en écorce, mais cela ne cachait en rien leurs formes voluptueuses qui avaient dû séduire maintes voyageurs. L'une d'elle sourit doucement à Nora et se pencha pour observer Kallypso et Kalaad.


-Ils sont très mignons...Comment s'appellent-ils?demanda-t-elle d'un large sourire, c'était la première fois qu'elle voyait des petits éladrins.
-Elle s'est Kallypso, et lui Kalaad. Moi, c'est Eleonor et voici ma belle-soeur, Aimée. Répondit Eleonor en sortant sa trousse médicale pour soigner ses blessures et celles d'Aimée. Quant aux jumeaux, ils fixaient les yeux agrandis les sylvestres tout en gigotant leurs petits bras. Kallypso vint caresser le visage de la dryade qui avait parlé, et sans crier garde, elle se saisit d'une de ses branches pour la tirer.

-Aye! Mais ça fait mal! grogna la sylvestre qui trouvait le bébé moins mignon. Eleonor se dépêcha pour libérer la créature de la poigne de sa fille et d'un sourire contrit, elle souffla désolé:

-Pardon! À leur âge, ils aiment touchés tout ce qui les entourent, c'est plus fort qu'eux.

-Arbre...beau! gazouilla  Kalaad en caressant la joue d'une autre dryade et il eut à son adresse un sourire charmeur, rappelant son père. Son regard gris brilla, tandis qu'une douce brise caressa ses boucles blondes. Devant cette belle frimousse, la sylvestre sentit son coeur fondre, et sans demandé l'avis d'Aimée, elle prit l'enfant dans ses bras pour le cajoler.

-Toi, attend que tu sois un homme, je te promets de te charmer comme il se doit!

Son dire fit rire ses compagnes, tandis qu'Aimée et Nora s'échangèrent un regard à la fois amusé et perplexe. Que faisaient les dryades quand elles charmaient les hommes? Elles n'osaient pas se l'imaginer. Eleonor se racla la gorge et les dévisageant, elle remercia:


-Je voudrais vous dire merci de  nous avoir sauver. Est-ce les feux follets qui vous ont averti de notre présence?

À cette question, l'une des dryades, dont l'écorce était plus sombre et rugueuse, signe qu'elle était plus âgée, s'avança timidement. Ces sylvestres étaient habituellement silencieuses et réservées, rare étaient les voyageurs qui les remarquaient, et même, daignaient leurs parler. Elles veillaient sur la forêt, l'oreille attentive et si un aventurier leur  plaisait, les dryades osaient le charmer par leur pollen, qui avait aussi des propriétés de guérison. D'une voix douce, la doyenne expliqua:

-Oui, les feux follets nous ont livré votre message et étant gardiennes de cette forêt, nous nous sommes fait un devoir de veiller sur vous. Sachez que vous avez été entouré de maintes dangers que nous avons su déjoué à votre insu.

Apprenant cela, Eleonor ne put s'empêcher de pâlir un peu, et elle serra contre son sein Kallypso qui mit son poing dans sa bouche. Le regard vert de la petite dévisageait avec fascination les créatures, ses boucles noires tombaient sur son front argenté, lui donnant une allure de petit ange sombre. Or, la plus âgé des dryades l'observa un instant, puis s'assombrit en confiant:

- Ces irritants nous ont prit de court. Je n'en ai jamais vu dans cette forêt, les fiélons se font de plus en plus nombreux. C'est inquiétant.
-Très inquiétant. Répondirent ses soeurs en acquiesçant l'air soucieux. C'est alors qu'une petite voix timide se fit entendre, celle d'Aimée, qui depuis le début de leur apparition avait gardé le silence.

-Croyez-vous que cela à un rapport avec ce qui c'est passé dans la vallée d'Ildir?

Sa question provoqua le silence. Ces dryades norpaliennes, dont les feuilles étaient plus épineuse que celles de leurs congénères du Nord, opinèrent avec gravité. Elles avaient entendu parler de l'attaque du dragon, et du combat qui avait suivi. Beaucoup de leurs soeurs avaient péri par le feu et la glace. La doyenne s'avança d'un pas et d'un ton rauque, chargé de peine, elle répondit à l'adolescente:

-Sachez qu'un mal ancien est entrain de se réveiller, amenant avec lui chaos et destruction. Bientôt, notre monde ne sera plus comme avant. Nous sentons que la guerre approche.
-Oui, nous la sentons tous. J'espère que nous allons être prêts à l'affronter. Répondit Nora qui s'était assombris à son tour. Oui, Ildirith se couvrait d'une ombre menaçante, les fiélons se faisaient plus nombreux, les attaques de créatures hostiles avaient aussi augmenter. Les goules, les dragons, les démons... Son séjour chez les orcs avaient prouvé que quelque chose approchait, les armées se réunissaient et s'alliaient et les héros, comme Sirèna, se révélaient. Sur cette pensée, Eleonor ressentit un frisson à la fois d'effroi et d'excitation.Ce n'était qu'une question de temps avant que tout se déclenche, elles allaient devoir être prêtes.

-Nul ne pourrait être suffisamment prêt à affronter ce qui va arriver. Nous ne pouvons que nous adaptés et survivent. Répondit gravement la douanière, les autres baissèrent la tête en silence.

Pour l'instant, elles continueraient à veiller sur cette grande forêt, car tel était leur ultime devoir.  Sur cette pensée, l'une d'entre elles remarqua les blessures des aasimar et du loup. Se penchant, la dryade observa leurs plaies ouvertes puis levant la tête vers ses sœurs. Un  échange silencieux s'ensuivit, elles acquiescèrent. C'est alors qu'elles émis un profond soupir ce qui émana de leurs fleurs d'hivers du pollen doré. Celui-ci envahit l'air, tels des petites poussières duveteuses.  Allergique, les yeux d'Aimée se remplirent d'eau et elle  éternua violemment, ce qui fit rire Kalaad, se trouvant toujours dans les bras de la dryade. Celle-ci lui sourit doucement puis porta son attention sur les plaies qui lentement se refermèrent. Azur battit la queue, content de ravoir ses pattes d'avant. Quant à Nora, elle soupira de soulagement et remercia une nouvelle fois l'aide fortuite des sylvestres. Celles-ci sourirent et la plus âgée dit:


-Nous continuerons à veiller sur vous jusqu'à l'orée de la forêt.

-Nous vous en seront à jamais reconnaissante. Répondit Nora d'un sourire ému. Les dryades la dévisagèrent d'un air attendrit puis celle qui tenait Kalaad le remit à Aimée.
-Nous vous souhaitons un bon voyage. Que les Dieux soient avec vous Dit d'une même voix les sylvestres, ce qui fit serrer le cœur de Nora.


Les Dieux...étaient-ils encore avec elle? Certes, cela tenait de la providence qu'elles soient encore vivantes malgré leurs périples, mais la guérisseuse se dit amèrement que c'était le fruit du hasard, bien qu'Aimée était convaincue du contraire. Pour elle, son frère, avec l'aide des Dieux, veillaient précieusement sur leur famille. Soudain, Aimée sentit une pointe de déception l'envahir quand elle s’aperçut que les Dryades s'étaient éclipsées. Elle aurait voulu encore converser avec elles, mais il était temps de reprendre leur route. Le désert les attendait, ce qui rendit la jeune fille anxieuse. Ces dunes seraient telles empreinte de dangers ou à l'inverse, clémentes? Seul le destin le savait...  


Eleonor, l'Ange d'Or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La fuite (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fuite (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» La fuite du tyran
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­Norpalie :: Quiétude-