­
 

Partagez | 
 

 The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 16 Mai 2017 - 17:53


Le Suli se demandait si la jeune femme ne commençait pas à mettre un peu de sa propre inventivité dans les châtiments auxquels il s’exposait s’il se mettait à voler à la tire. D’ailleurs, il fut même assez difficile de se rappeler comment ils avaient fait pour en arriver là. « J’ai comme l’impression que vous auriez une meilleure idée de quoi faire avec ce si joli corps, je me trompe ? » Il savait que les différents royaumes ne plaisantaient pas avec les voleurs, même si certains étaient plus coulants que d’autres en matière de châtiments et qu’ils n’iraient surement pas tous jusqu’à couper une main pour une simple pomme. Malheureusement, Zakaerii n’avait jamais expérimenté la chose, aussi ne pouvait-il jurer de rien. Mais lorsque Lylim lui exposa la façon dont poussaient les fleurs de mandragore, le Félidaë comprit davantage pourquoi elle semblait aussi bien au fait de ces pratiques. Il était effectivement assez surprenant de voir comment la nature avait décidé de laisser ces plantes pousser, néanmoins elle avait surement ses propres raisons plutôt qu’un curieux sens de l’humour. « J’imagine que les herboristes ont essayé de récolter d’une façon… moins définitive, le produit de la jouissance d’un homme pour l’appliquer sur des graines de mandragore, et ce, sans succès. » Le Félidaë avait déjà entendu parler du fait que la mort par pendaison entrainait une dernière expression de masculinité chez les hommes, mais ne s’était pas imaginé que cela puisse avoir une importance dans un domaine quel qu’il fut. « Mais, on peut aussi y voir la volonté de la nature de ne pas faire en sorte que la mort d’un être humain soit complètement vaine. Vous ne pensez pas ? » Dans tous les cas, le Suli préférait éviter de devoir mourir exécuté sur une place publique, que l’on tire de lui des fleurs de mandragore, ou non. Il ne s’imaginait pas réellement mourir pour avoir commis un crime. Mais, après avoir fait connaissance avec Lylim, tout semblait désormais possible.

Zakaerii s’imaginait bien que la Succube se douterait bien qu’en acceptant aussi simplement sa proposition, il y aurait peut-être anguille sous roche et il y avait effectivement une condition à laquelle le Suli allait tenter de se rattacher autant que possible. Non pas qu’il ne souhaitait pas passer une nuit en sa compagnie, mais simplement parce qu’il savait qu’elle tenterait d’en profiter par tous les moyens possibles et inimaginables pour mettre en œuvre toute son expérience dans son domaine de prédilection, et il ne se sentait pas encore… Prêt, pour ça. « On m’a appris qu’il faut savoir se laisser désirer, par moment. Que cela ne fait qu’augmenter le plaisir, à la fin. » C’était un fait, même si, dans le cas présent, il se laissait surtout le temps de trouver une solution pour pouvoir faire un petit pied-de-nez à Lylim et avoir l’occasion de la surprendre suffisamment pour qu’il lui glisse entre les doigts et que, cette fois-ci, ce soit lui qui puisse faire le malin. Il restait à savoir si son petit plan marcherait, ou non. Dans le second cas, la nuit promettait d’être… intéressante. Pour le reste, il avait conscience que sa fourrure était un avantage pour ce genre de situations et que cela lui permettait de dormir un peu partout, même s’il devait ne pas avoir la possibilité d’avoir un lit. Malheureusement, il y avait aussi un inconvénient lorsqu’il s’aventurait dans des climats plus chauds où il était beaucoup moins agréable de porter de la fourrure. Toutefois, le Suli fut particulièrement surpris de voir Fleya mentionnée dans la discussion. Quel était donc le cas dont elle souhaitait s’occuper pour elle ? Quelque chose lui fit penser que ce n’était peut-être pas la meilleure chose à lui demander et, surtout qu’elle ne lui répondrait peut-être pas. Question de solidarité entre femmes, peut-être, ou simplement parce que c’était un de ses petits plans secrets qu’elle ne comptait dévoiler à personne.

« Si mon avis peut peser dans votre décision, je préfèrerais que vous dormiez sur moi plutôt que vous ne pensiez à m’écorcher vif. » La perspective de se faire enlever sa peau ne lui était vraiment pas agréable. Et même si certains Sulis avaient probablement été chassés justement pour cette raison, ils étaient de plus en plus considérés comme des êtres humains à part entière désormais et les braconniers se faisaient vraiment rares. « Entre votre monde où vous devez vous méfier des vôtres et ce monde où vous devez servir des maîtres, vous n’avez réellement pas la vie simple. Je vous admire pour avoir gardé un état d’esprit aussi… optimiste. » Face à une telle adversité, d’autres auraient probablement eu un caractère bien plus sombre et renfermé, centré sur eux-mêmes, sans une once de curiosité ou d’ouverture d’esprit, à moins que cela ne puisse leur bénéficier, d’une façon ou d’une autre. Lylim semblait ne pas être ainsi, même s’il devait admettre qu’il ne connaissait pas grand-chose d’elle. C’était peut-être aussi pour cela qu’il lui avait posé cette question sortie de nulle part. Pour apprendre à la connaître encore un peu plus. Sa réponse fut d’ailleurs intéressante et le fait de savoir qu’elle n’aimait pas l’idée de vivre une vie avec des regrets était surprenant. Après tout, on aurait pu imaginer que les Fiélons auraient privilégié la survie avant tout, mais, encore une fois, comme Zakaerii, elle était peut-être aussi un cas à part. Elle conclut ses propos en lui faisant remarquer qu’elle lui interdisait de mourir, allant jusqu’à lui confier que la personne à laquelle ils allaient rendre visite était également un puissant nécromant auquel elle pourrait demander quelques faveurs pour le garder en vie, si tant est que l’on pouvait appeler ça ainsi. « Je ne sais pas si je serai d’aussi bonne compagnie une fois transformé en goule. » Il haussa les épaules, après tout, il n’en avait jamais rencontré. « Non, je ne compte pas particulièrement mourir et j’essayerais de survivre autant que possible, mais je ne peux pas vous garantir de le faire coûte que coûte, car il y a certains coûts que je n’accepterai pas de payer. » Sacrifier l’un de ses compagnons, par exemple, ou ne pas s’interposer pour sauver l’un d’eux. Il n’aurait pas pu lui dire de but en blanc qu’il se serait volontiers sacrifié pour elle, mais elle n’avait pas forcément besoin de le savoir, pas tout de suite. Il sembla pensif quelques instants avant de rajouter. « Vous feriez réellement de moi votre goule ? Je vais commencer à croire que vous me trouvez réellement spécial pour vouloir à ce point me garder près de vous. » Il avait dit cela sur un ton légèrement amusé. La perspective d’être transformé en une créature issue d’un rituel nécromant ne le motivait pas réellement, mais une fois mort, il ne pourrait pas vraiment empêcher Lylim de faire ce qu’elle voulait. Enfin, peut-être était-il mieux de ne pas trop envisager cette perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 16 Mai 2017 - 19:04

Une meilleure idée ? Comment ça "une" ? J'en ai pléthore à revendre oui ! Toutes plus alléchantes les unes que les autres....

Elle n'insista pas vraiment sur ce point là, puisqu'elle savait qu'elle n'avait pas besoin de prouver ses dires en la matière. Elle se contenta de rester rêveuses quelques instant, à s'imaginer la mise en scène de quelques unes desdites idées. Mais elle se tira de ses rêveries, n'en gardant que son petit sourire en coin avant de poursuivre leur conversation. Lorsqu'il demanda s'il n'avait jamais été tenté de simplement prélever un peu de ses bons hommes pour arranger l'affaire, Lylim haussa les épaules.

Ho je suppose qu'ils ont déjà dû essayé oui, mais à mon avis ça n'a pas dû marcher puisqu'ils en sont restés à la méthode traditionnelle. Je présume que cela aurait été trop facile de pouvoir faire ça ainsi. Après je ne connais pas les desseins de la nature, mais ça ne m'étonnerait pas. Quand on regarde comment sont faites les choses, le principe du rien ne se perd tout se transforme occupe une place prédominante de manière générale.

Lorsque Zakaerii lui parler de se faire désirer pour faire durer le plaisir, Lylim croisa les bras en riant légèrement, visiblement très amusée, avant de le taquiner.

Mais dites-moi, je ne savais pas que j'avais affaire à un expert ! Vous êtes conscient que face à autant d'assurance je n'en attendrais que plus de votre part ? Cela me convient d'ailleurs, j'ai d'autant plus hâte ! Mais parti comme c'est, je pense qu'il va me falloir prévoir plus qu'un simple hamac pour pouvoir nous contenter....

Heureusement pour Zakaerii, elle n'avait pas l'air de songer sérieusement à cette éventualité sans quoi le pauvre félin aurait été piégé ! Lylim savait déjà où se rendre sur le navire pour disposer des meilleures vue ou du meilleur confort. En fonction de comment évoluerait leurs ébats, elle n'aurait qu'à le guider là où bon lui semblera. Mais alors que l'idée de cette nuit à deux la rendait de plus en plus impatiente, Zakaerii vint présenter sa préférence concernant ce qu'il aurait pu advenir de sa peau. Elle afficha un sourire carnassier, avant de lui répondre faussement désolée.


Ho.... Je vais devoir renoncer à mon manteau de fourrure polaire alors ? Dommage.... Mais j'ai vraisemblablement gagné un lit d'appoint pour les nuits à l'extérieur, c'est plutôt pas mal ! En plus j'aurais tout loisir de pouvoir tester si je dormirais bien sur vous cette nuit, une fois que vous serez sous le coup de votre "petite mort".

Alors qu'il admirait sa manière d'être malgré les conditions de vie qu'elle devait endurer, Lylim lui répondit tout sourire.

Ho vous savez je n'ai pas grand mérite. Ceux de mon espèce sont parmi les fiélons les mieux intégrés dans vos sociétés. Nous sommes donc les plus sociables même si nous ne sommes pas les plus présents. Et vu tous les plaisirs qu'il y a à découvrir sur ces terres, tous ces hommes et toutes ces femmes qui n'attendent que nous, c'est quelque chose d'assez motivant. Sans compter que nos activités sont souvent source de bonne humeur. Il nous est plus facile de garder le sourire ici, malgré notre servitude, que là d'où nous venons. Tout ceux de ma race ne sont pas ainsi, et il y aura toujours des bougons et des acariâtres. Et je ne parle même pas des autres types de fiélon. Il suffit de regarder Loth et Shotra. Je suis certaine de trouver des pierres tombales plus chaleureuses que ces deux là réunis ! Mais personnellement tant que je peux m'amuser et apprendre je suis contente. Il ne faut pas croire mais nous avons nos hauts et nos bas comme tout a chacun. Mais nous avons l'habitude de cacher nos "faiblesses", du coup le monde extérieur nous voit rarement sous notre mauvais jour. Et ce n'est peut-être pas plus mal ainsi....

Elle affichait de nouveau son sourire malicieux avant de demander à son gros matou.

Imaginez un instant que je sois levée du mauvais pied, et que je me retrouve dans un très mauvais jour.... Qu'il me vienne l'envie de m'acharner sur vous, à être insupportable et à vous rendre la vie impossible, le tout dans une mauvaise humeur explicite. Ce serait préoccupant non ? Que pourriez-vous faire en plus ? Surtout coincé sur un bateau vous ne pourriez même pas me fuir !

Elle se mit à rire doucement en se disant que le pauvre bougre serait tellement harassé par elle, qu'il en viendrait à se jeter par dessus bord pour finir le reste du voyage à la nage ! Elle savait pertinemment ce qu'elle pouvait donner lorsqu'elle décider de se mettre sur le dos de quelqu'un. Et aussi à quel point c'était très vite insupportable. Mais comment son gros matou aurait réagi selon lui ? En tout cas, il se demandait si elle aurait vraiment fait de lui sa goule, précisant qu'il n'était pas prêt à payer tous les prix.

Ha ? Quel genre de prix serait inacceptable pour vous ? Et rassurez-vous je ne ferai pas de vous une goule. Ces créatures sont dangereuses à cause de leur contagion, mais sont surtout navrantes. Tout juste bonnes à être asservies, dénuer d'intellect autre que celui de la chasse, elles n'ont plus rien à voir avec les personnes qu'elles ont pu être autrefois. Des enveloppes pourrissantes qui peinent à obéir aux ordres.... Je préfère encore vous laisser partir avec votre dignité. C'est un concept qui nous tient souvent à cœur à nous autres.... Ranimer un corps de la sorte c'est un peu un manque de respect pour la personne qu'elle a été. Donc je ne ferait pas ça avec quelqu'un que j'apprécie. Car oui, vous avez quelques unes de mes faveurs ! Après tout, ce n'est pas pour rien que je vous ai choisi comme potentiel fiélon ! J'aurais du mal à être fier de vous si vous êtes une goule....

Elle l'observa un instant, et elle finit par lui demander.


Si vous deviez être un fiélon, quel genre de pouvoir aimeriez-vous avoir ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 17 Mai 2017 - 7:58

La répartie de Lylim arracha un franc sourire au Félidaë. Car oui, il imaginait assez facilement qu’elle avait une pléthore de solutions à disposition pour son corps. Et mieux valait peut-être de ne pas imaginer en quoi elle pouvait être alléchantes, sans quoi, il aurait probablement trop de mal à garder les idées claires. Zakaerii n’était nécessairement quelqu’un que l’on pouvait qualifier de prude, toutefois, ce n’était pas un sujet sur lequel il avait l’habitude de parler ou de s’imaginer. Peut-être était-ce à cause de son manque d’expérience en la matière, néanmoins Lylim réussissait suffisamment à le déstabiliser sur ce sujet-là sans qu’il n’ait besoin de l’aider de quelque façon que ce soit. Néanmoins, il semblait évident que les propres paroles de la jeune femme l’avaient poussé à se laisser bercer quelques instants par des perspectives enchanteresses. Ils en revinrent ensuite à des sujets un peu plus sérieux, si l’on pouvait le tourner ainsi. La Succube lui confirma rapidement que l’expérience qu’il avait mentionnée avait déjà été tentée, sans succès. Le contraire aurait été très surprenant, le Suli devait l’admettre et, effectivement, cela aurait été probablement trop simple. La nature avait ses propres règles et il était plutôt difficile de les contourner, il fallait simplement apprendre à jouer avec. En tout cas, c’était la façon dont le Félidaë vivait. Loin de chercher à contourner les règles et certaines contraintes, il avait plus l’habitude de jouer le jeu, ce qui le différenciait probablement beaucoup de Lylim, qui semblait davantage à jouer avec les règles, à les exploiter au plus possible pour en tirer tous les avantages. C’était une façon de voir les choses avec laquelle il n’avait pas l’habitude, mais qu’il pouvait parfaitement comprendre. A être contraint à servir un maître depuis de nombreuses années, il aurait probablement lui aussi commencé à tenter de desserrer l’étreinte de la laisse autant que possible.

Zakaerii restait particulièrement amusé à l’idée de susciter autant d’attentes du côté de la Succube, néanmoins, il craignait qu’elle puisse être déçue à l’arrivée. Surtout s’il devait lui glisser entre les pattes et que cette fameuse nuit qu’elle attendait apparemment avec impatience, ne lui échappe finalement au dernier moment. Toutefois, le Suli avait également un peu peur qu’elle ne finisse par être déçue, après tout, ce n’étaient pas les hommes qui manquaient dans son expérience à elle et elle avait probablement connu des amants dont les mérites feraient surement pâlir des courtisans expérimentés, alors, pour un Félidaë avec aucune pratique… « Peut-être devriez-vous revoir vos attentes à la baisse, je serais dévasté de vous décevoir. » Il se dévaluait surement un peu, car, mine de rien, ces affaires-là étaient aussi question d’écoute et de ressentis, choses dans lesquelles il n’était clairement pas mauvais. Malheureusement, sans expériences, il ne pouvait pas le savoir. Et, mine de rien, il ne comptait pas nécessairement passer entre les mains expertes de Lylim dès ce soir. Il restait à espérer qu’elle serait bonne joueuse si son plan fonctionnait. Mais il n’en doutait pas, même si elle essayerait probablement de rebondir face à l’adversité. « Je vous autorise éventuellement à récupérer ma fourrure après ma mort. Après tout, je doute qu’elle me soit encore utile après. » Il doutait sincèrement que Lylim serait allée jusqu’à se servir sur son cadavre, mais il pensait avec honnêteté, qu’elle ne lui servirait plus une fois mort, et si elle pouvait avoir une utilité pour la Succube, alors ça lui allait, d’une certaine façon. Il ne réagit cependant pas sur le fait qu’elle puisse préférer dormir sur lui, principalement parce qu’il ne voulait pas trop éveiller ces soupçons quant à sa stratégie, plus que branlante, il le savait bien. Malheureusement, il s’était fourré lui-même dans ce guêpier et il allait être délicat pour lui de s’en sortir, aussi, mieux valait mettre toutes les chances de son côté, pour le peu qu’il en avait.

Le Suli comprit assez aisément que que les Fiélons de la trempe de Lylim avaient effectivement plus de faciliter à s’intégrer parmi eux, surtout, et il était d’accord avec sa façon de voir les choses, ce n’était pas la demande qui manquait sur le plan des plaisirs. Il était également vrai que la différence de comportement entre Shotra et elle était particulièrement surprenante. « C’est vrai que je m’imagine beaucoup moins passer une soirée en compagnie de Shotra, même si je suis convaincu qu’il pourrait être d’agréable compagnie s’il le voulait. » Mais c’était là le point important, il y avait de fortes chances pour qu’il se fiche complètement de socialiser d’une façon ou d’une autre. « En tout cas, je ne préfère pas vous imaginer dans un mauvais jour, mais si vous deviez vous acharner sur moi, je pense que je prendrais mon mal en patience, simplement. » Peut-être essayerait-il de l’esquiver autant que possible le temps qu’elle soit de meilleure humeur, mais peut-être ne lui laisserait-elle aucun répit, ou du moins pas assez. Après, il n’était pas exclu non plus qu’il finisse par « mordre », car après avoir été un peu trop asticoté, il pouvait également finir par perdre sa patience, même face à une personne qu’il apprécie grandement. « Après, croyez-moi, vous ne souhaitez peut-être pas trop me rendre la vie insupportable. Les gros félins ont des crocs dont ils pourraient bien se servir si on les embête un peu trop. » Il esquissa un léger sourire, un peu taquin, conscient qu’il n’aurait probablement pas besoin d’en arriver jusque-là.

Quand la jeune femme lui confia qu’elle ne planifiait pas vraiment de le faire revenir sous forme de goule, le Suli fut quand même un peu soulagé à l’idée de ne pas avoir à se soucier de devenir une créature mort-vivante après sa potentielle mort. « Vous avez été assez secrète sur vos motivations, peut-être que ce n’est juste que la curiosité ou pour jouer avec moi. » Il avait dit cela avec un brin d’amusement. Oui, il se doutait qu’elle avait surement des raisons un peu plus profondes, même s’il ne les connaissait pas, mais elle pouvait également être uniquement motivée par sa propre curiosité. Elle n’avait pas nécessairement besoin d’avoir davantage de motif. « Ainsi donc vous voulez être fier de moi en tant que Fiélon ? J’espère que je saurais répondre à vos attentes si l’opportunité se présente. » Même si, justement, il ne savait pas non plus quelles étaient ses fameuses attentes. Décidément, il s’était vraiment fourré dans un pétrin des plus intéressant avec Lylim. Il ne pensait toujours pas que c’était une erreur, car, cela avait le mérite de mettre un peu de piment dans la suite des évènements. Mais quand la jeune femme lui demanda quel pouvoir, en tant que Fiélon, il aimerait avoir, le Suli fut véritablement pris de court. « Je n’en ai absolument aucune idée. A vrai dire, je ne sais même pas quels sont les pouvoirs dont peuvent disposer les Fiélons. » Il se tourna vers sa petite curieuse et lui retourna la question. « Quel pouvoir auriez-vous aimé que j’aie ? Après tout, c’est vous qui me voulez à votre service. » Il n’était pas certain qu’elle ait une réponse à lui apporter, mais au pire, elle pourrait probablement lui faire l’une ou l’autre suggestion de possibilités, sur lesquelles il pourrait éventuellement pousser davantage sa réflexion.

Ils discutèrent ainsi encore une partie de la matinée, avant de s’abandonner, à contrecœur, assurément, pour vaquer à leurs occupations respectives. Zakaerii passa un peu de temps avec les matelots, pour les aider dans les manœuvres, et prit du temps pour méditer et s’entrainer. La journée passa relativement rapidement, mais le Suli veilla à toujours avoir un œil sur la succube afin de pouvoir mettre son plan à exécution. Aussi, lorsqu’il fut convaincu qu’elle serait occupée et loin de sa chambre pendant un moment suffisamment long, il se dirigea vers la cale et sa cabine. Il entra dans celle-ci discrètement et observa le hamac avec un léger sourire. Il s’approcha alors des liens qui maintenaient ce dernier en place et veilla à faire de très légères entailles dans celles-ci, s’assurant que cela n’allait pas se voir, mais que, tout de même, celui-ci ne parvienne plus à supporter leurs poids conjugués. Ils finiraient par terre, mais la chute ne serait pas trop rude, normalement. Une fois son méfait accompli, il jeta un œil dans le couloir avant de s’éclipser, s’assurant que personne ne l’avait vu. De là, il attendit tranquillement que la fin de l’après-midi se passe, laissant la soirée venir s’installer doucement sur le navire, présageant le meilleur ou le pire, pour les prochaines heures à venir. Zakaerii s’était installé sur le gaillard avant, comme à son habitude, et il méditait patiemment. Après avoir partagé le diner en compagnie de quelques matelots, il s’était retiré pour se vider l’esprit. Ce dont il aurait probablement besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 17 Mai 2017 - 9:47

Lylim se faisait toute une joie de sa prochaine nuit avec Zakaerii. Elle s'imaginait déjà dans des situations et positions toutes plus enivrantes les unes que les autres, allant jusqu'à spéculer sur le type de râle de plaisir qu'aurait pu pousser son gros matou. Pour elle, il était évident que cela allait être fantastique. Mais ce n'était pas forcément le cas de tout le monde.... En effet, l'Once ne semblait pas très confiant sur ses performances, et son aveux surpris beaucoup Lylim. Revoir ses aspirations à la baisse ? Mais quelle idée saugrenue ! Rapidement, elle en vint à comprendre que son statut d'experte jouait encore des tours. Le pauvre Felidae n'avait pas été le premier à être impressionné face à sa réputation. Connaissant le mal qui rongeait son mâle, elle essaya de le rassurer.

Voyons ne vous faites pas de bile je suis certaine que vous serez parfait. Vous savez, à avoir connu beaucoup d'expérience, je ne suis pas tombée que sur des étalons. Certains se croyaient parfois très bons et étaient en réalité très médiocres.... Mais même s'ils n'étaient pas franchement bien partis, cela s'est toujours bien terminé. Car si certains hommes ont des lacunes ou un bête manque d'expérience, je n'hésite jamais à leur dire comment les pallier. Certains m'ont même déjà remercié de mes précieux conseils, car après mes petits cours de rattrapage, je peux vous assurer qu'ils n'avaient plus aucun problème à déplorer. Déjà je connais parfaitement mon corps, donc je sais comment orienter mes partenaires pour qu'ils me fassent plaisir. Ensuite je connais très bien les corps en général, donc je sais ce qu'il faut faire, où le faire, comment le faire. Le reste n'est qu'une question de rythme, d'endurance et de fougue à savoir gérer. D'ailleurs, si jamais vous avez la moindre question ou le moindre doute sur quoique ce soit en la matière, n'hésitez pas à me demander, je me ferais une joie de vous répondre, voire même de vous le démontrer si vous voulez.

Lylim était une source de connaissance intarissable en son domaine. Elle avait formé beaucoup de ses amants pour le rendre toujours plus irrésistible. Mais jamais un homme ne se vanterait d'avoir été instruit par une femme en la matière. La succube n'en tirait jamais de gloire, mais cela lui était égale. Seul le plaisir comptait. Elle était sincère dans sa proposition  d'apprentissage envers Zakaerii, mais au fond d'elle-même, elle pensait dur comme fer qu'il n'en avait certainement pas besoin. Un homme attentionné comme lui manquait rarement de satisfaire ses partenaires, et elle était persuadée que si elle interrogeait la petite dame qui devait l'attendre quelque part, elle ne tarirait pas d'éloges à son sujet ! Lylim se mit à plisser les yeux alors qu'il lui donnait le droit de prendre sa fourrure s'il venait à mourir. Elle projetait la scène dans son esprit, avant de finalement conclure.

Même si l'idée de vous avoir pour toujours à mes côtés a un petit quelque chose de séduisant, ce serait trop triste de ne plus avoir de vous que votre fourrure. Je préfère vous avoir entier et vivant, et sentir la chaleur sous mes doigts lorsqu'ils glissent dans ce pelage.

Elle ne voulait pas l'avouer, mais cela lui ferait mal au cœur d'avoir le souvenir récurrent de la disparition de quelqu'un qu'elle affectionnait. Et qui avait en plus le sens de l'humour, car lorsqu'il évoqua l'idée de passer une soirée en compagnie de Shotra, la succube se mit à pouffer de rire avant de répliquer.

Bonjour l'ambiance ! Avoir cette montagne d'ombres face à soit, qui vous scrute sans lâcher le moindre mot droit dans les yeux, en vous donnant l'impression qu'il est entrain de siphonner votre âme, on a connu mieux ! Il est si froid, il dégage une aura si pesante, brrrr ! Vraiment je ne sais pas ce que Griffe-Lune lui trouve. Vous la verriez avec lui, c'est tellement étrange. Souvent ils ne se parlent même pas, ils se contentent de se regarder.... Et au bout d'un moment, Griffe-Lune va se mettre à sourire, poser sa patoune sur le bras vaporeux de son colosse, avant de s'en aller comme s'ils venaient d'avoir eu une conversation ! Elle m'assuré que ni Shotra ni elle étaient télépathes mais je dois dire que j'ai du mal à démêler le vrai du faux. Ils me rendent parfois folle ces deux-là.... Shotra parle quelque fois à Griffe-Lune. Et il est surprotecteur avec elle. Mais c'est tout. Le mieux qu'il peut offrir se voit avec sa conjuratrice, car il y tient. Mais cela reste si... froid.... A moins qu'il soit frappé par une pudeur démentielle, voire même maladive, je ne parviens pas à comprendre comment elle a pu s'attacher à ce point à ce bloc de glace vaporeux..... Bref tout ça pour dire que, quand on voit ce que cela donne lorsqu'il fait son maximum pour être sociable, je doute que Shotra puisse être réellement de bonne compagnie, même s'il le voulait.

En parlant d'effort, lorsque Lylim parla de sa mauvaise humeur, Zakaerii lui répondit qu'il prendrait certainement son mal en patience. Chose qui fit doucement rire la jeune femme qui lui dit.

Mais mon pauvre ami, fuyez au contraire ! De mauvaise humeur, si je ne m'isole pas, il ne vaut mieux pas se trouver sur ma route. Elorias a manqué de devenir fou par moment. Heureusement que c'est rare et que ça ne dure jamais, je ne suis pas sûr qu'il y aurait survécu....

Zakaerii nuança toutefois en précisant qu'à trop le pousser, il pourrait bien mordre. Chose que Lylim comprenait et acceptait parfaitement, elle-même en ferait de même à sa place. Néanmoins l'idée de son gros matou entrain de jouer des crocs l'amusa, et elle le titilla.

Mais c'est que ça mord ces bêtes là ?! Ho le vilain chat hi hi hi ! Mais vous avez raison, ne vous laissez pas faire.

Elle afficha un sourire complice lorsqu'il parla de sa curiosité et de ses jeux. C'était là des dominantes récurrentes chez elle et il l'avait bien compris. Elle acquiesça sur sa volonté d'être fier de lui lorsqu'il serait son fiélon et ajouta.

Ça viendra, c'est long mais ça viendra ! Beaucoup diraient que ce que je veux faire avec vous est une grosse bêtise.... Mais j'ai pour principe de toujours être fière de mes "bêtises". Sinon ça ne sert à rien de les faire ! Il faut les assumer. Et je compte bien être fier de vos actes pour mon compte.

Lorsqu'elle lui posa la question des pouvoirs, elle lui avait visiblement imposé une colle.... Prit au dépourvu, il finit par lui retourner la question.... Ce qui n'était pas vraiment ce qu'elle espérait, mais elle s'en accommoda.

Mmmh il m'aurait été plus intéressant d'apprendre à tirer profit de vos préférence mais à choisir.... Figer le temps ! Parfois les nuits sont si courtes... Et outre cela il y a des moments qu'on aimerait ne jamais se voir terminer, ou juste durer un peu plus longtemps.... Donc suspendre le temps pour pouvoir savourer un peu plus les plaisirs de la vie. Enfin c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit, ça vaut ce que ça vaut.

Outre les plaisirs de la chair, parfois le simple plaisir d'être dans les bras de quelqu'un lui donnait cette envie. Mais à chaque fois, le temps qui passait arrêtait ces instant de quiétude et de plaisir. Le flouer un peu lui paraissait bien utile et agréable. Après quelques conversations, Lylim était partie faire le tour des marins, qui se virent tous "récompensés" pour leur délicate attention de la veille. Elle entreprit de s'offrir une longue et savoureuse toilette alors que le soir se rapprochait. de quoi se ravigoter avant son rendez-vous de ce soir. Connaissant le goût de Zakaerii pour la discrétion et la tranquillité, elle s'était arranger pour que sa cabine et les alentours soient déserts. Une nuisette très légère cachait des dessous particulièrement affriolants. Elle voulait faire les choses bien. De quoi boire.... Les lanternes offraient naturellement un éclairage tamisé. Tout lui semblait parfait. Et lorsque Zakaerii arriva, elle terminait d'ordonner sa coiffure. L'air ravie elle l'interpella enjôleuse.

Bonsoir vous.... Je vous en prie, mettez-vous à l'aise et installez-vous. Vous avez de quoi déposer vos affaires sur ce tonneau. J'arrive tout de suite.

Le temps que le félin s'installe, elle rangea son peigne, et s'approcha comme un chat de lui. Lorsqu'il s'allongea sur le hamac, elle l'y rejoint sans effort, dans un mouvement fluide, venant alors se lover contre lui, poussant un soupir de plaisir.

Je crois que je ne me lasserais pas de ce pelage doux...

Elle prit le temps de passer doucement sa main sur son torse, posant sa tête contre l'épaule du félin, observant avec quiétude la fourrure suivre le mouvement de ses doigts. Ils étaient à deux dans le hamac, et pourtant.... Il ne cédait pas ! Loin de se douter de quoique ce soit Lylim continuait son exploration, et sa main remonta sur le cou de son gros matou, dont elle vint caresser le visage avec douceur. Elle vint poser le bout de son nez, sur le bout de son museau, et lui souffla gentiment.

Tout se passera pour le mieux....

Elle lui déposa un petit bisous sur le bout de son museau, tout en souriant, alors que l'une de ses jambe vint glisser par dessus de l'une de Zakaerii, comme pour l'étreindre. Et ce hamac qui ne se décidait pas à tomber ! Lylim se remit à caresser le torse de Zakaerii, tout sourire, parcourant cette fois plus de surface.... Sauf qu'à présent elle descendait dangereusement, très dangereusement vers le début de son pantalon ! Et vu la pression légèrement qu'elle effectuait, elle comptait bien glisser sa main dessous ! Était-ce pour le déshabiller ou pour prendre les choses en main, Zakaerii ne le saurait jamais ! Car au dernier moment, le hamac craqua enfin, et le duo se retrouva par terre, Lylim poussant un petit cri de surprise. Elle se retrouva assise sur Zakaerii, qui était lui même par terre, face à elle. La succube regarda le hamac, circonspecte. Puis elle se souvint des propos du félin.... Et elle lâcha d'une voix calme mais un peu étrange....

Zakaerii.....

Elle lui attrapa les poignets comme si elle voulait le clouer au sol de ses mains et son sourire carnassier aux lèvres elle s'approcha de son museau pour lui dire.

.... Pourquoi ai-je l'impression que vous vous êtes joué de moi ?

Elle avait osé faire le parallèle, sans honte ni vergogne ! Tout en le questionnant, elle rapprocha les deux poignets du fauve jusqu'à ce qu'ils se touchent, tout en se mettant à rire de bon coeur.

C'était bien joué. Très bien joué même je l'avoue. Ça m'amuse beaucoup !

Le pire était qu'elle était sincère et que sa frimousse de sale gosse amusée ne laissait pas le moindre doute à ce sujet. Elle avait relâché les poignets du félin, qu'elle avait maintenu avec une poigne très conséquente jusqu'ici. Visiblement contente elle lui dit.

Vous prenez un plis intéressant à mon goût vous savez...

Mais quelque chose n'allait pas. Elle l'avait relâché, mais elle restait assise sur lui et surtout.... Zakaerii ne pouvait plus séparer ses poignets ! Des brassard de cuir étaient apparus de nul part, surement au moment où elle lui avait fait joindre ses poignets, et à présent il était entravé ! La fripouille en nuisette lui afficha un sourire machiavélique en commentant.

Malheureusement pour vous je ne vous ai jamais assuré que j'étais bonne perdante, et encore moins que je ne trichais jamais.... Vous pensiez pouvoir flouer une fiélonne impunément ? Vous allez connaître la fessée du siècle mon ami.... Pour commencer !

Elle s'empara subitement d'un côté de son pantalon de chacune de ses mains, fermement, bien décidé à lui administré le châtiment promis ! Mais elle se mit à éclater de rire en point d'en pleurer légèrement, et de relâcher sa pauvre victime. Tout en essayant de se calmer et de reprendre son souffle, elle lâcha.

Ha ha ha je ne peux plus tenir ! Ha ha ha ! J'aurais bien voulu vous mener en bateau encore un peu mais, hi hi hi, vous auriez vu votre tête ha ha ha ! Ça valait tout ! Ha ha ha par Sipriar, j'ai mal au ventre à force de rire !

Les liens de cuir disparurent comme s'ils n'avaient jamais existé, rendant à Zakaerii toute sa liberté. Lylim entreprit d'ailleurs de se relever pour aller servir de quoi boire, histoire de calmer un peu son fou rire, et permettre à Zakaerii de se remettre un peu de ses émotions. Elle était déçue et frustrée de ne pas avoir pu faire démonstration de tout son talent à l'Once, mais elle avait trouvé le moyen de faire contre mauvaise fortune bon cœur. A voir comment son gros matou allait prendre le dénouement de cette histoire.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 17 Mai 2017 - 15:31

De manière assez étonnante, les paroles de Lylim furent particulièrement rassurantes. Là où le Suli aurait pu facilement s’imaginer que la jeune femme se fendrait de quelques taquineries bon enfant, au contraire, elle se révéla conciliante et attentionnée. Elle vanta sa propre expérience, ses multiples amants, bons ou mauvais, qu’elle ne manquait pas d’aider, lorsque c’était nécessaire, accordant apparemment beaucoup d’importance à l’éducation de ses partenaires afin de rendre l’expérience des plus agréables. Le Félidaë se laissa donc convaincre par la Succube et ses arguments, mentionnant ses propres connaissances, vis-à-vis d’elle-même et des autres, qui l’aidaient tout particulièrement à guider ceux qui en auraient le besoin. Malgré tout, il ne sut pas vraiment s’il devait vraiment se considérer comme soulagé, mais au moins, s’il devait passer à la casserole malgré son plan de secours, il fallait croire que tout se passerait plutôt bien. C’était une consolation, d’un côté, et il ne put s’empêcher d’avoir un léger sourire sur les lèvres. « Je ne vous aurais pas imaginée aussi attentionnée avec vos partenaires. Je suis agréablement surpris de savoir que vous accordez votre patience et votre expérience à ces derniers afin de rendre les choses plus… faciles. » Ceci dit, ce genre de comportement faisait sens avec ce qu’elle lui avait dit un peu plus tôt, cette dimension sociale de leur nature de Fiélon. Vu que leurs talents passaient quasiment exclusivement par la luxure, ils ne pouvaient probablement pas se contenter de profiter des autres, car le Félidaë imaginait bien que, dans ce genre de domaine, si l’une des parties apprenait quelque chose, les deux partenaires en profitaient simultanément. Néanmoins, malgré ces paroles rassurantes, cela ne signifiait pas pour autant qu’il abandonnerait son idée de plan B. Ne serait-ce que parce qu’il voulait savoir comment réagirait Lylim une fois qu’elle goûterait à ses propres manigances, pour une fois. Il se doutait bien que ce n’était pas la première fois que quelqu’un essayerait de lui jouer un tour, mais il n’allait pas s’en priver pour autant, n’est-ce pas ?

« Je vais finir par croire que vous vous êtes vraiment attachée à moi avec un discours pareil. » Il eut un petit sourire. Le contraire était bien entendu évident, mais il se garda bien de le souligner, notamment parce qu’il avait conscience que c’était déjà trop visible pour avoir besoin d’être précisé. Lorsque la discussion dévia à nouveau sur Shotra, la Succube ne put s’empêcher de partager avec le Suli sa vision d’une soirée en compagnie de la créature d’ombre. Et, tout ce qu’il put dire, c’était qu’effectivement, cela n’avait rien de particulièrement engageant. Elle mentionna même qu’il arrivait des moments où Fleya et son Fiélon passait simplement du temps à se regarder en silence, sans un bruit, sans un geste, avant que la conjuratrice ne pose sa patte sur l’épaule de sa créature, comme s’ils avaient convenus de quelque chose alors qu’ils ne s’étaient rien dit. Zakaerii songea immédiatement à la télépathie, mais Lylim expliqua immédiatement que la Suli s’était défendue d’un tel talent. Effectivement… Toute cette histoire devenait réellement intrigante. « Certaines personnes n’ont pas besoin de se parler pour se comprendre, elles possèdent une telle complicité qu’un simple regard suffit. Néanmoins, généralement il ne s’agit que d’un regard, un instant durant lequel l’autre devine vos pensées sans parler, pas un moment qui dure dans le temps comme entre Fleya et Shotra. C’est réellement intrigant, je comprends mieux pourquoi votre curiosité s’affole au sujet de ces deux-là. » Sa propre curiosité commençait à être titillée, et il était déjà peut-être trop tard pour ne pas trop y penser - il ne manquerait surement pas d’y penser la prochaine fois qu’il croiserait Shotra – mais, avec un peu de chance, il pourrait maîtriser suffisamment ses pensées pour ne pas qu’elles tournent sans cesse autour de fameux mystère. Sa charmante interlocutrice veilla ensuite à le mettre en garde et lui conseiller la fuite si elle devait un jour se trouver de mauvaise humeur, lui mentionnant le cas d’Elorias, pas loin de devenir fou dans certaines situations. « Soit, je tâcherai de fuir, si vous m’en laissez l’occasion. » Après tout, peut-être ne lui laisserait-elle-même pas l’opportunité, si elle désirait passer ses nerfs sur quelqu’un, il se doutait que la pauvre victime ait beaucoup son mot à dire. Quand elle lui confia que ce qu’elle voulait faire avec lui, à savoir faire de lui son Fiélon, ou du moins c’est ce qu’il pensait, il ne fut pas trop surpris. Car Elorias aurait probablement été effaré de savoir qu’une telle proposition était sur la table entre eux. Il imaginait déjà le vieil homme lui conseiller de ne jamais accepter, qu’il ne savait pas à quoi il s’engageait. Ceci dit, cela aurait été probablement la meilleure chose à faire, assurément, mais il fallait savoir vivre dangereusement, un peu. « Il faut savoir affirmer ses convictions, ou ses bêtises, oui. Mais dites-moi, pourquoi ils diraient que c’est une grosse bêtise ? » Parce que cela, mine de rien, ça l’intéressait de savoir, du moins si elle consentait à le lui expliquer, et cela, rien n’était moins sûr. Il était également curieux de connaître ses préférences en termes de pouvoir et, pour le coup, elle lui confia qu’elle aurait bien vu un pouvoir de contrôle du temps, pour faire durer, évidemment, certaines nuits ou simplement certains moments. « Je pense imaginer pourquoi vous pensez à ce genre de pouvoir. Mais il est vrai que ce serait potentiellement un pouvoir plutôt utile. Peut-être un peu trop puissant non ? Existe-t-il seulement des Fiélons qui pourraient avoir des pouvoirs aussi… incroyables ? Je n’ose pas imaginer ce que pourrait faire une personne qui maitriserait le temps. Elle aurait les moyens d’être quasiment imbattable. » Et c’était bel et bien une réalité, du moins dans l’esprit de Zakaerii qui imaginait mal se battre contre un tel adversaire, car, quelle que soit sa propre rapidité, l’autre pourrait probablement toujours le maitriser.

Leur discussion continua encore un peu et ils purent s’occuper tous les deux, Zakaerii veillant à préparer son plan de sortie pour cette nuit, avant de rejoindre Lylim lorsque le moment fut venu. Alors qu’il se présentait devant la porte de la cabine de la succube, elle l’invita à entrer et à se mettre à l’aise. Sa voix était très enjôleuse et il pouvait sentir qu’elle jouait vraisemblablement ses cartes pour dérouler son jeu habituel. Le Suli essaya de se mettre à l’aise, si c’était possible, retirant son manteau pour le déposer sur le fameux tonneau et se défaire de ses bottes, mais sans aller jusqu’à retirer son pantalon qu’il gardait de toute manière pour dormir, en temps normal. Il ne doutait pas que la jeune femme ne tarderait pas à essayer de le lui enlever, mais pour le moment, il ne voyait aucune raison de le faire. Il profita qu’elle regardait cependant ailleurs pour s’installer dans le hamac, en prenant grand soin de ne pas trop solliciter les liens de ce dernier. Lylim le rejoignit ensuite, se lovant contre lui, passant une main dans sa fourrure en flattant sa douceur. Alors que le rythme de son cœur accélérait petit à petit en constatant que les liens tenaient toujours, Zakaerii se demanda si son plan ne venait pas de tomber à l’eau. Silencieux, essayant de ne pas trop se laisser submerger par l’effet que pouvait produire la jeune femme, il essayait de maîtriser sa respiration. Tandis qu’elle profitait de ce contact dont elle pouvait désormais jouir par promesse, elle vint poser son nez contre le museau du Suli, qui ne manqua pas d’apprécier ce petit geste d’affection et les quelques mots qu’elle lui murmura pour essayer de le rassurer. Elle prit ensuite davantage les devants, se glissant sur le Félidaë, avant de placer à nouveau ses mains sur son torse, à des fins dont il pouvait facilement imaginer, mais, dont les liens, cédant finalement sous leur poids, le libérèrent. Il chutèrent au sol, le Suli amortissant la chute de la succube qui garda la même position au-dessus de celui qui, s’il était surpris de comprendre que les liens avaient finalement cédé, n’eut même pas le temps de réaliser qu’il venait de réussir son petit stratagème, que Lylim avait déjà une petite idée sur la raison pour laquelle elle se trouvait à terre. Elle le lui fit d’ailleurs comprendre, d’une façon qui lui rappela d’une étrange manière une certaine scène ayant eu lieu quelques heures plus tôt. « Je ne vois absolument pas pourquoi… » Bon, le petit sourire qu’il affichait limitait probablement sa crédibilité, néanmoins, cela ne l’empêchait pas d’être assez content de son petit effet, sans malheureusement faire attention à la petite manœuvre de la jeune femme, ou du moins pas assez tôt pour l’empêcher de faire ce qu’elle voulait faire, à savoir ligoter ses poignets et l’entraver. Visiblement si elle avait apprécié son petit jeu, elle n’allait pas se contenter de jouer franc-jeu, bien décidée à tricher, lui promettant la fessée du siècle. Joignant d’ailleurs le geste à la parole, elle attrapa son pantalon de ses mains. Le Suli, bien entendu, n’en menait pas large, incapable de faire quoi que ce soit pour l’en empêcher, simple spectateur de la « vengeance » de la Fiélonne qui, heureusement, s’arrêta, visiblement trop amusée par le pauvre air de sa victime. Elle le détacha de ses liens magiques avant de se lever pour essayer d’arrêter de rire. Soulagé d’échapper au supplice, suffisamment en tout cas pour ne pas se formaliser d’avoir à nouveau été mis en boîte, Zakaerii se releva et jeta un œil au hamac qui trainait au sol. « Vous savez que j’ai bien cru qu’il ne céderait jamais ? » Il poussa un léger soupir et se tourna vers Lylim. « Par contre, j’ai bel et bien cru que vous alliez mettre à exécution votre vengeance. J’espère que vous ne m’en voulez pas trop pour avoir essayé de m’offrir une porte de sortie ? Mais j’avais l’impression que cela aurait été trop facile si je n’avais pas essayé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 17 Mai 2017 - 17:20

Lylim acquiesçait aux propos de son gros matou.

Ce n'est pas systématique chez mes congénères, mais certains d'entre nous mettent beaucoup de cœur à cet ouvrage. C'est un peu comme un art qu'on répandrait à travers ce monde. Plus les ildiriens se sentiront à l'aise avec leur corps, et plus ils s'adonneront au partage du plaisir. Je trouve cette idée tellement merveilleuse. Croyez-moi, si les hommes passaient un peu plus de temps au lit à faire d'agréables bêtises, ils en feraient des moins délétères à l'extérieur ! Il est bien plus agréable de glisser sa peau sous les draps que de la risquer sous les drapeaux !

Sans le savoir, Lylim défendait, sous certains aspects tout du moins, le principe de faites l'amour pas la guerre.... Elle s'abstint de répondre à son commentaire sur le fait qu'elle s'attachait à lui. C'était surement vrai, mais déjà elle ne voulait pas lui avouer aussi facilement et en plus elle avait du mal avec cette vérité. Elle devait faire attention, car elle savait qu'elle jouait là avec un feu qui pouvait très bien la consumer si elle ne le contenait pas. Elle préféra acquiescer vivement à la conversation qui portait sur la relation entre Shotra et Fleya.

Tout à fait d'accord ! Bon, ils ne restet pas non plus bloqués pendant des heures à se regarder, mais pour les quelques minutes que ça dure, voire moins, ça reste troublant comme expé.... Une seconde.... Comment avez-vous appelé Griffe-Lune ? "Fleya" ? D'où sortez-vous ce nom ?


Fleya avait donné son vrai nom à Zakaerii, mais pas à Lylim et Elorias. Ni à personne d'autres que lui et Chasimyr en fait.... Depuis qu'elle s'était mise à dos toute une communauté de conjurateur esclavagiste, en plus de ses détracteurs habituels, elle s'était paradoxalement refermée sur elle-même au moment où elle s'était faite des alliés, pourtant fidèles. Zakaerii l'avait connu avant cela, et profitait ainsi d'une sorte de petit privilège.... Dont il ignorait complètement l'existence. Mais qui n'avait pas échappé à Lylim, qui attendait à présent un complément d'information. Ce qui ne l'empêcha pas de conseiller le Felidae sur la conduite à tenir si elle devenait infernale.

Exactement, cachez-vous de moi, ou maîtrisez moi, si vous pouvez y parvenir.

Un affrontement contre lui promettait d'être intéressant, mais la succube ne doutait pas qu'il serait capable de lui tenir tête. Surtout que même de mauvais poils, elle ne se battrait pas comme si elle aurait voulu lui prendre la vie. Le suli s'intéressa au pourquoi du statut de mauvaise idée qu'elle avait rapporté.

Parce que je vais vous confronter à une existence très différente de la vôtre, où vos convictions seront peut-être mises à mal.... Un exemple qui pourra peut-être vous éclairer. Si on me le demande ou si la situation l'exige, je n'ai pas de problème avec le fait de devoir tuer quelqu'un que je ne connais pas, qui ne m'a rien demandé, et qui en plus n'est pas nécessairement un danger. Je n'ai pas le même rapport à la vie que les ildiriens peuvent avoir. Je trouve dommage de devoir tuer des innocents, c'est un fait, c'est pour moi du gâchis. Mais je sais que je pourrais le faire sans broncher. Et que je n'aurais aucun mal à dormir avec ça. Mais vous, pourriez-vous en dire autant ? Je sais qu'Elorias n'y arriverait surement pas par exemple. Je sais que mener cette petite expérience va vous mettre en difficulté à un moment ou à un autre. J'encours même le risque que vous me détestiez, ou que vous me trouviez finalement trop "inhumaine". Je risque beaucoup, et je vous ferais prendre également de gros risques. Donc certes, c'est une bêtise, peut-être même une folie. Mais elle promet d'être ô combien savoureuse et riche en émotions et en découvertes.

Il était curieux de voir à la fois à quel point Lylim pouvait être indéniablement pragmatique et terre à terre, et en même temps plongée dans une espèce d'inconscience et de folie perpétuelle qui rendait le mélange aussi improbable que détonant. Un peu comme le principe du génie fou.... En parlant de folie, Zakaerii aborda la folie que serait d'avoir un pouvoir de contrôle temporel. La jolie rousse prit un instant pour sonder sa mémoire avant de répondre.

De tête je n'ai jamais entendu parler d'un fiélon possédant ce pouvoir. Je ne connais pas tous les pouvoirs de tous les fiélons qui existent, mais je doute qu'il y en ai un seul qui possède ce don là. Comme vous le dites, il serait d'une puissance dévastatrice, et je pense qu'on en aurait déjà entendu parler....

La succube laissa la puissance à ceux qui en avaient besoin. Elle n'en avait pas besoin pour s'amuser, et elle l'avait prouvé ce soir encore. Si au début Zakaerii avait fait le malin face à sa question, d'une manière que Lylim avait trouvé particulièrement amusante, il avait vite déchanté face à la suite des événements. Ne lui avait-elle pas dit la veille, qu'elle avait toujours des liens et autres accessoires sur elle ? En toutes circonstances ? Ce soir, elle lui avait rappelé ! Il avait manqué de le payer... plus ou moins chèrement de sa personne, mais heureusement pour lui, cette coquine de rouquine n'était pas sérieuse dans son entreprise. Elle avait fini par lui rendre sa liberté, lui donnant même de quoi boire, avant de prendre elle aussi un verre, et de lui répondre encore très amusée.

Pour moi, il s'est rompu bien trop tôt... Saboter mon hamac tout de même ! Hi hi hi ! Vous n'avez pas honte ?! C'est scandaleux hé hé hé !

Avoir la moindre crédibilité en riant comme une enfant de la sorte était tout bonnement impossible. Elle profita néanmoins de la situation pour lui faire remarquer l'air de rien.

Et comment vais-je dormir moi maintenant ? N'espérez pas pouvoir réparer ce hamac sans des cordages de rechange et le matériel qui va avec. Il ne sera jamais tendu de manière équilibré. Pour la peine je garde votre manteau pour cette nuit ! Cela rendra le sol moins dur.

Tous les moyens étaient bon pour l'enquiquiner. Lorsqu'il lui avoua qu'il avait vraiment cru qu'elle allait lui flanquer une trempe de tous les diables, la chipie se remit à pouffer un peu avant de lui avouer.

En fait je comptais initialement pousser le vice jusqu'à vous mettre sur mes genoux avant de m'arrêter au dernier moment. Mais quand j'ai vu votre tête ! Hi hi hi ! Si vous aviez pu vous voir ! Avec votre bouille de chaton effaré ! On pouvait lire sur votre visage "Damned ! je suis fait comme un rat !".

Lorsqu'il lui demanda si elle ne lui en voulait pas trop, elle allait pour lui dire qu'il n'en était rien, mais elle se ravisa au dernier moment.

Vous savez, vous ne l'auriez pas volé cette punition en fin de compte. M'avoir fait espérer toute la journée une nuit de plaisir, me faire languir jusqu'au dernier moment, alors que je m'étais préparée avec soin pour rendre ce moment parfait.... Pour finalement vous dérober et me laisser sur ma faim et ma frustration.... Quel vilain chat vous êtes ! Mais si vous n'en aviez pas envie, je n'allais pas vous forcer non plus. Je préfère que vous soyez consentant, sinon vous ne pourriez pas l'apprécier pleinement. Vous pouviez me le dire vous savez ? Bon je sais que ce n'est pas toujours simple de refuser, mais si c'est ce qui a de mieux pour vous, il ne faut se forcer. Cela vous évitera de vous mettre dans de beaux draps comme ce soir hi hi hi, même si j'ai beaucoup ri grâce à cela. Mais si vous n'avez fait cela que par jeu.... C'était bien joué ! Risqué mais bien joué hé hé hé !

C'était vrai qu'au pire... Il aurait connu une nuit d'extase. Il y avait pire comme contre partie à un jeu qui tournait mal. Elle vida son verre avant de s'en resservir un autre, et de s'installer sur un tonneau.

Du coup je ne pourrais pas savoir si la lingerie que je porte vous plaît... En plus je fais moi-même mes modèles ! Ce n'est pas toujours simple de se fournir, donc j'ai appris à les faire toutes seules et le résultat est très satisfaisant. Vous aimez la dentelle ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 17 Mai 2017 - 20:36


Le Félidaë eut l’occasion de penser que, pour des Fiélons, les individus décris par Lylim semblaient réellement très intéressés dans le bonheur des habitants de ce monde. C’était assez surprenant, mais pas désagréable à constater. La philosophie avancée semblait parfaitement raisonnable pour le Suli, qui pensait également que, si les Hommes s’occupaient davantage à se rendre heureux, ils se taperaient probablement beaucoup moins sur la figure le reste du temps. « Je vous crois. » Il esquissa un petit sourire. « Je vous souhaite de réussir dans votre entreprise, mais je ne suis pas certain que même une éternité soit suffisante pour cela. Vous avez du pain sur la planche. » C’était une évidence, il allait falloir visiter de nombreuses couches pour parvenir à convertir suffisamment d’individus à cette vision des choses. Cependant, s’ils étaient tous aussi séducteurs et passionnés que Lylim, peut-être que, suffisamment nombreux, ils parviendraient à avoir un impact suffisant. Dans tous les cas, peut-être pourrait-il voir les choses changer dans les dizaines d’années à venir. Peut-être. Tandis que leur discussion basculait sur Shotra et sur Fleya, la Succube nuança ses propos à leur sujet, avant de s’arrêter subitement, tiquant sur la façon dont il avait nommé la conjuratrice. Elle semblait relativement surprise et, Zakaerii fut surpris qu’elle le fut. Un peu perplexe, ce dernier se gratta la tête, n’ayant pas réellement d’explications à lui fournir. « Eh bien… Je ne sais pas quoi vous dire… C’est simplement ainsi qu’elle s’est présentée à moi lorsque nous nous sommes connus. » Il observa la jeune femme pendant quelques secondes. « Pourquoi ? Vous ne saviez pas qu’elle s’appelait ainsi ? » Pendant l’espace d’un instant, il se demandait s’il n’avait pas fait une gaffe. Si c’était le cas, Shotra lui aurait probablement indiqué de le taire lorsqu’ils s’étaient retrouvés à Bélin. Malgré tout, le Suli savait que son interlocutrice du moment pourrait garder le secret si c’était nécessaire. Pourtant une question le taraudait désormais. « Pourquoi chercherait-elle à cacher son identité ? » Il savait qu’elle était passée – et passait encore – par des épreuves qu’il ne pouvait probablement même pas imaginer, mais il ne voyait pas dans quelle mesure un pseudonyme lui servait.

« J’ai la permission de tenter de vous maitriser ? Voilà qui me semble plus intéressant que d’essayer de vous fuir. Je serai curieux de voir ce que cela pourrait donner. D’ailleurs… Peut-être pourrions-nous nous entraîner ensemble un jour. Je sais que ça n’a pas l’attrait de vos propositions, mais peut-être que cela pourrait vous intéresser ? » Il avait déjà eu un petit aperçu de la force relative de Lylim et avait conscience qu’elle savait se battre avec brio – de ce qu’il en avait vu lors de leur escarmouche contre les pirates – aussi, cela semblait une bonne opportunité de pouvoir avoir une meilleure idée de son potentiel et de la combattante avec laquelle il ferait front commun dans les jours à venir. Si les membres de leur épopée avaient probablement tous des talents exceptionnels, apprendre à connaître les forces et les faiblesses de chacun permettait également de renforcer l’équipe qu’ils formaient. Il espérait qu’elle accepterait, quelques passes d’armes seraient vraiment un exercice des plus intéressant, il n’en doutait point. Même s’il supposait qu’elle en profiterait peut-être pour s’arranger d’une manière ou d’une autre pour rendre le tout plus attrayant à ses yeux. D’ailleurs, elle semblait trouver réellement attrayant de pouvoir le prendre à son service comme Fiélon, voyant cette expérience comme quelque chose de particulièrement savoureux en termes de découverte de soi, surtout pour lui, qui serait confronté à des situations nouvelles pour lui, à l’en croire. Effectivement, il comprenait mieux pourquoi des personnes pouvaient considérer l’expérience comme étant pure folie et davantage jugeraient probablement juste un peu idiot d’accepter de se mettre au service d’une créature à la moralité questionnable. Zakaerii ne pouvait pas leur donner tort, mais, comme Lylim, il partageait cette opinion que l’expérience méritait d’être tentée, juste par curiosité. Il y avait forcément des choses à apprendre d’une telle situation et elle lui avait promis de pouvoir arrêter quand il le souhaitait, cela lui suffisait.

Une qui dut arrêter avant qu’elle ne le souhaitait, ce fut d’ailleurs Lylim, coupée en plein élan par la petite ruse de Zakaerii prenant effet, rompant les liens du hamac et lui fournissant ainsi l’excuse nécessaire pour couper à cette nuit de plaisir qu’elle lui avait promis. Et même si elle avait tenté de lui jouer un mauvais tour, pour se venger, il eut apparemment une tête suffisamment drôle devant la possibilité de se faire effectivement fesser, pour empêcher la Succube d’aller jusqu’au terme de son nouveau plan. Prenant volontiers le verre qu’elle lui tendit, il l’écouta se lamenter sur l’état de son hamac et le fait qu’il ne pourrait pas le réparer avant le lendemain, concluant qu’elle aurait besoin une nouvelle fois de son manteau. C’était de bonne guerre. Quand elle lui confia qu’elle trouvait qu’il n’aurait pas volé sa punition, pour l’avoir fait espérer toute la journée, à tout préparer pour faire de ce moment quelque chose de parfait… Elle eut presque les mots pour le rendre quelque peu penaud. Elle le complimenta néanmoins pour son petit manège avant de conclure, non sans amusement, que cela la priverait de savoir s’il aurait apprécié la lingerie qu’elle portait, visiblement faite par elle-même. S’asseyant à même le sol, Zakaerii but une gorgée du verre d’hydromel. « Je n’ai pas beaucoup d’expériences en matière de sous-vêtements féminins. Il m’est arrivé de voir des pièces de dentelles et je ne peux qu’imaginer que ce genre de pièces vous sied à ravir. » Il lui adressa un sourire franc et sincère avant de rajouter. « Vous savez Lylim… Ce n’est pas tant que je n’en ai pas envie, j’ai juste l’impression que… » Il hésita un court instant. « C’est un peu tôt… » Il se gratta la tête de sa main valide, avant de rajouter. « Cela me désolerait que de franchir ce pas change cette relation que nous avons actuellement. » Son sourire se fit un peu gêné. « Je sais que c’est probablement idiot. Mais je m’en voudrais de perdre nos bons moments pour juste une nuit de plaisir, aussi incroyable soit-elle. » Il lui fit un petit clin d’œil, conscient qu’elle pourrait probablement lui promettre la nuit la plus incroyable, mais cela ne changeait pas nécessairement son point de vue sur la question concernant le lien qu’il pensait avoir avec Lylim actuellement. « Pour ce qui est de votre hamac et de ma méchanceté, je voulais peut-être me racheter auprès de vous en vous proposant de dormir sur moi pour cette nuit, à condition que nous restions sages cette fois-ci. » Il termina son verre et le déposa par terre, devant lui. « Mais je pourrais comprendre si vous préfériez la compagnie de mon manteau. » La perspective de passer une nuit sage avec elle ne le gênait pas vraiment, et puis c’était le genre de choses qui pourraient arriver ne serait-ce que dans les jours à venir s’ils devaient crapahuter dans la nature. Car il ne doutait pas que Lylim aurait profité de la situation et de leur discussion de la journée pour lui rappeler sa proposition. Mais cette perspective-là semblait un bon compromis pour l’instant et cela aurait peut-être le mérite de réconforter un peu cette petite bouille presque triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 18 Mai 2017 - 6:17

La succube acquiesça, bien consciente que cela éait la quête de toute une vie..... Et lucide quant au fait que la luxure n'arrivera jamais à surclasser la guerre et les combats. Surtout que souvent, les hommes se battaient pour des histoires de tromperie et de frustration. Mais si elle pouvait augmenter la part de marché du plaisir, ce serait toujours ça de prit. Elle affirma un large sourire aux lèvres.

Faites moi confiance, je m'y emploie corps et âme....

La succube fixait son gros matou avec de grands yeux ronds à l'annonce de sa réponse. Il paraissait aussi surpris qu'elle. Lylim n'en revenait pas de s'être faite bernée de la sorte, enfin surtout par Fleya. Ce tigre en peluche désespérément trop gentille qui lui avait joué un tour pareil ? Elle ne savait pas si elle devait trouver cela énorme et bien joué ou si elle devait s'en vexer. Indécise sur ses propres ressentis, elle répondit grave à son compagnon.

Zakaerii.... Personne mis à part vous, et surement Shotra j'imagine, ne sait qu'elle s'appelle Fleya. Pour nous tous, elle s'appelle Griffe-Lune.... Pour le monde des conjurateurs aussi. Je ne comprends pas.... Pourquoi ce mensonge ? Surtout venant d'elle c'est très inhabituel. Je sais qu'elle nous fait confiance. Et elle nous apprécie au point d'avoir initialement refusé que Elorias et moi nous l'accompagnons dans son périple, parce que c'était trop dangereux. Alors pourquoi cette tromperie.... Pourquoi à vous elle s'est présentée sous son vrai nom et pas à nous.... Mmmh.... Qu'est-ce qui a pu changer entre temps.... Vous souvenez-vous de sa situation au moment où vous vous êtes rencontrés ? Et à quand cela remonte ? Peut-être que l'on pourrait découvrir quelque chose d'intéressant.

En parlant d'intérêt, le suli lui fit une proposition du même ordre. Faire un entrainement à l'occasion pouvait être très amusant et très instructif. Néanmoins, elle ne manqua pas de souligner sa préférence sur la manière de gérer ses hypothétiques mauvaises humeurs.


Ho ? Moi qui aurait pensé que me maîtriser aurait été une solution de dernier recours, je vois qu'elle vous séduit davantage ? Mais par curiosité, c'est l'attrait du combat qui vous motive ou la simple satisfaction de pouvoir me rosser en toute quiétude si je vous agace ?

Elle esquissa son large sourire à la fois carnassier et amusé.


En toute franchise.... Dites-moi.... Il n'y aurait pas une pointe de plaisir dans l'idée de me recadrer ?

Elle savait pertinemment ce que c'était, puisqu'elle même prenait un plaisir conséquent à châtier ceux qui l'indisposaient. De manière plus ou moins brutale selon le désagrément, mais même une simple pichenette sur le nez d'un petit drôle trop bavard, ou ennuyeux, suffisait à lui donner le sourire. Mais quand était-il de Zakaerii ? Est-ce que cela pouvait lui arriver ? Et surtout est-ce qu'il lui avouera ? Quoiqu'il en était, elle ne manqua pas d'accepter son invitation.

Ma foi ça me semble une expérience à tester. Pourquoi pas demain ? Enfin si vous serez assez en forme pour, bien entendu.

Si elle affichait un sourire malicieux à l'idée de l'épuiser, le soir venu, il n'y avait plus aucun doute quant au fait qu'il serait frais et disposé pour l'entrainement le lendemain. Même si sa filouterie lui avait provoqué une sacrée frustration, elle ne manquerait pas de l'évacuer demain à l'entrainement. Cette idée lui dessina ce sourire carnassier sur les lèvres. Ce genre de sourire qui ne présage généralement pas grand chose de bon, ou du moins la préparation d'une bêtise en marche. Mais pour l'heure, elle faisait encore dans la dentelle, et la lingerie même. Comme elle s'y attendait, son pauvre matou n'était ps forcément versé en la matière. Et il n'avait pas encore assez d'audace pour vouloir vérifier les dessous de la succube. Il en vint même à lui une confidence des plus troublantes pour elle. Si au début elle s'interroger sur pourquoi il pouvait trouver qu'il était trop tôt pour se faire du bien la suite la laissa perplexe. Elle s'approcha de lui en secouant légèrement la tête et en venant poser sa main sur sa joue, et en lui parlant doucement.

Mais enfin mon gros chat, je ne compte pas changer quoique ce soit à nos habitude, même après une nuit passionnée. Je sais que pour les femmes de ce monde, il y a une parfois des attentes d'un engagement plus profond et officiel, et dans la durée même. Je ne les condamne pas, c'est tout à leur honneur de souhaiter la sécurité d'un partenaire régulier et constant. Mais pour ma part, je ne vous astreindrais à rien. Vous demeurez libre comme vous l'avez toujours été, et vous pourrez retrouver votre petite compagne comme si de rien n'était lorsque vous rentrerez à bon port chez vous. En entre temps, je continuerai avec plaisir de jouer et discuter avec vous, tant que les tisanes à la menthe resteront loin de notre équation ! En revanche, si cela est par rapport à vous, dans le sens où après une nuit de plaisir, vous pensez me voir différemment.... Là j'avoue ne pas pouvoir y faire grand chose hélas. Ce appartiendrait à votre propre manière d'être et je ne compte pas vous changer. Hi hi, vous êtes mignon quand même à vous soucier de cela.

Lylim pratiquait une luxure sans complexe ni engagement, mais elle était bien consciente que sa pratique était très exotique comparé à ce qu'il se faisait ici. Certains la voyaient comme une véritable dépravée, sans aucun respect d'elle-même. D'autres, bien plus silencieux et cachés, l'admiraient et l'enviaient dans cette liberté et cette insouciance qu'elle vivait. Toujours était-il que si cela n'en dérangeait pas certain de s'ébattre gaiement sans se soucier du lendemain, d'autres étaient plus sensibles sur l'importance de ce genre de partage. Lylim finit par retirer sa main du visage de Zakaerii. Elle n'espérait pas vraiment de le faire changer d'avis, mais surtout de le rassurer en fait. Que ce soit pour maintenant ou pour plus tard, cela n'avait pas vraiment d'importance. Ils avaient toute la vie devant eux. Et pour l'instant, le Felidae lui fit une proposition très attrayante au goût de Lylim, qui lui répondit sans tarder.

Ha, intéressant comme proposition ! J'accepte, j'aurais au moins le réconfort de ne pas passer ma nuit trop seule sur un sol dur. Quand au manteau, ma fois, je sais à quoi il servira.

Elle finit de détacher le hamac pour le poser au sol, en guise de protection de fortune, pour leur éviter de dormir à même le sol. Elle déposa l'hydromel au sol, à porter de main, avant de s'emparer du manteau de Zakaerii et de le plier de manière à en faire un oreiller de fortune. Elle invita ensuite son gros matou à s'installer avant de elle-même venir prendre place sur lui, s'allongeant de tout son long et confortablement, avant de rabattre la couverture sur eux. Laissant reposer sa tête sur sa fourrure, elle poursuivit leur discussion avec un naturel et un détachement remarquable.

Cela fait combien de temps que vous n'avez pas partagé la chaleur d'une personne ? Simplement pour dormir j'entends.

Pour une fois que ce n'était que pour cela, il lui valait mieux préciser le contexte. Tout en discutant, elle faisait glisser distraitement ses doigts dans le pelage de l'Once. Elle appréciait réellement le contact doux et soyeux qu'il lui offrait, et elle finit par lâcher.

J'ai l'impression de dormir avec une peluche géante.... Hi hi c'est aussi agréable qu'amusant.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 18 Mai 2017 - 8:27


Zakaerii ne doutait pas un seul instant que la Succube se dévouait corps et âme au but qu’elle s’était fixé, mais il ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire, bien conscient que l’expression était à prendre autant au sens propre qu’au sens figuré. Néanmoins, s’il y avait bien une chose à laquelle il ne s’était pas attendue, c’était de réaliser qu’il était visiblement au courant de ce qui semblait être un véritable secret d’état. Lylim semblait elle aussi tout particulièrement surprise qu’il puisse être au courant alors qu’à part Shotra et lui, tous les autres ne la connaissait que sous le nom de Griffe-Lune. Il réalisa qu’il avait peut-être fait une bêtise en révélant ainsi son nom, mais il n’avait pas fait suffisamment attention pour remarquer ce détail. Il se maudit un peu intérieurement, espérant que cela n’aurait pas trop de répercussions. Toutefois, il pensait pouvoir compter sur la discrétion de la jeune femme pour ne pas révéler à d’autres ce que Fleya semblait visiblement vouloir garder secret. Alors que Lylim lui demandait s’il se souvenait des circonstances de leur rencontre, le Suli prit un peu le temps de la réflexion, se remémorant facilement les évènements. Après tout, comment aurait-il pu oublier ? « Hmmm… C’était aux abords de Bélin, dans la forêt des grands feuillus. J’ai rencontré Fle… Griffe-Lune alors qu’elle venait d’être prise à partie par ce qui me semblait être des brigands dont elle s’était débarrassée non sans mal. Je lui suis venu en aide, soignant ses blessures. Mais cela remonte à plus d’une année je pense maintenant. » Bien entendu, il ne parlait pas encore de la façon dont Revoran était intervenu la première fois pour la calmer de la manière dont Fleya l’avait recruté – en quelque sorte – pour obtenir des informations, ni leur petite excursion plutôt musclée. Ils s’étaient ensuite quittés, chacun sur son propre chemin, mais il n’avait pas oublié cette aventure plutôt… exceptionnelle. Il ne savait pas si cela aiderait Lylim, mais cela remontait à relativement longtemps désormais, c’était là peut-être la seule justification. Même si le Suli était curieux de savoir ce qui avait pu se passer entre temps pour justifier cet excès de prudence de la part de son homologue à fourrure.

Le Félidaë fut cependant content d’apprendre que sa proposition d’un entrainement commun trouvait un écho intéressé du côté de la jeune femme. « J’aurais pensé que l’idée de forcer le contact en vous serais pas désagréable, aussi… brutal puisse-t-il être. » Il lui fit un petit clin d’œil avant de répondre véritablement à ses interrogations. « Je ne pense pas éprouver de  satisfaction à l’idée de vous rosser, mais au moins je pourrais m’assurer que vous ne reporteriez pas votre mauvaise humeur sur quelqu’un d’autre. » Il eut un bref silence, comme s’il semblait surpris de quelque chose et haussa les épaules. « J’ai l’impression d’avoir l’air jaloux en disant cela… » Bien entendu, c’était moins de la jalousie que simplement le fait d’accepter de prendre les choses en mains lorsqu’on était capable de le faire, et de ne pas simplement se dérober, en laissant les problèmes aux autres. Si la Succube devait être maîtriser pour éviter que quiconque n’ait à subir son mauvais caractère, le Félidaë était prêt à se dévouer, même si cela devait impliquer de se battre avec elle et, potentiellement, de prendre quelques mauvais coups. « Demain me convient très bien. Je pense que j’aurais suffisamment d’énergie pour être un adversaire convenable. Et peut-être que, dans ce domaine-là, c’est moi qui pourrait vous apprendre une ou deux petites choses. » Il lui fit un clin d’œil, faisant référence au fait qu’elle lui avait annoncé être prête à lui apprendre tout ce qu’il fallait durant leur rendez-vous de cette nuit. Cela n’aurait été qu’un échange de bons procédés, n’est-ce pas ? Mais, pour ce soir, il avait d’autres projets.

Et, une fois n’était-il pas coutume, il eut un petit avantage sur Lylim, un avantage de courte durée qui aurait probablement pu tourner court, mais elle lui concéda une certaine victoire, non sans lui avoir montré de quel bois elle pouvait se chauffer. Bien entendu, elle déplorait de devoir faire une croix sur ses plans, elle qui avait tout soigneusement organisé. Mais Zakaerii devait admettre ne pas se sentir encore prêt à sauter le pas. Lui qui n’avait jamais eu l’expérience de ces choses-là était un peu réticent, conscient que, de s’abandonner ainsi dans les bras l’un de l’autre, ils franchiraient un point de non-retour, sans la garantie que, ce qu’il y aurait après lui plairait davantage que ce dont il pouvait profiter actuellement. Et même si Lylim tenta de le rassurer à ce point de vue, mentionnant que, pour elle, contrairement à certaines femmes, cela ne changeait rien, elle mit probablement le doigt sur la réelle cause de réticence du Suli : lui-même. Il lui avait avoué qu’il l’appréciait beaucoup, mais il avait peur de commencer à trop l’apprécier. L’attachement n’était pas nécessairement un problème, mais il était conscient que la Succube ne le verrait peut-être pas d’un bon œil, d’autant qu’elle devait avoir son lot de personnes qui devaient lui courir après dans ce même but. Il savait que c’était idiot, qu’elle faisait tout cela car c’était dans sa nature et même si elle l’appréciait bien, il doutait que cela aille plus loin. Ce qu’il ne lui reprocherait jamais, c’était simplement des émotions qu’il n’avait jamais ressenties et qu’il avait dû mal à maîtriser. Cela dit, il apprécia le geste de la jeune femme, lui retournant un regard sincèrement redevable. « Merci, Lylim. » Et c’était peut-être pour cela aussi, pour la remercier d’avoir autant de patience avec lui, et également pour se faire pardonner d’avoir fomenté un tel plan, qu’il lui proposa de lui servir de matelas pour la nuit, au moins le temps que son hamac soit réparé. Une proposition que Lylim s’empressa de saisir et, joignant le geste à la parole, elle organisa les choses pour leur préparer un petit coin douillet. A son invitation, le Suli prit place au sol, sur le tissu du hamac, la tête reposant sur son manteau plié en oreiller, avant qu’elle ne vienne le rejoindre, s’allongeant contre lui avant de tirer la couverture sur eux. Tandis qu’elle passait négligemment sa main dans la fourrure de son nouveau matelas, Zakaerii avait passé un bras autour de sa taille, un geste purement protecteur, pour s’assurer qu’elle ne glisse pas trop au sol. Après un petit moment de silence, elle lui demanda depuis combien de temps il n’avait pas partagé la chaleur d’une personne pour dormir. Le Félidaë sembla réfléchir pendant quelques instants, esquissant un sourire alors qu’elle le considérait comme une peluche géante. « Je suis content de vous satisfaire, en termes de literie. » Il sembla hésiter quelques secondes avant de rajouter. « La dernière fois remonte à plusieurs mois. Je voyageais en compagnie d’une jeune femme en direction de Varak. Tandis que je montais la garde, elle sembla prise de violents cauchemars. J’ai jugé bon de la prendre dans mes bras pour tenter de l’apaiser et nous avons fini la nuit ainsi. Même si, du coup, je ne suis pas certain que cela compte puisque je n’ai pas vraiment dormi. » Conscient que la réponse ne satisferait probablement pas la curiosité de Lylim, il rajouta. « Sinon, ma dernière vraie nuit de sommeil où j’ai partagé ma couche avec une autre personne remonte à mon enfance, lorsque je dormais avec mes parents. » D’aussi loin qu’il s’en souvenait, il n’avait pas particulièrement partagé de couche avec qui que ce soit d’autres depuis ce temps-là, ce temps où il faisait partie d’une meute, bien avant d’être recueilli par son père adoptif et bien avant de devenir le gros chat qu’il était désormais. Il se laissa quelque peu porter par la nostalgie de ses paroles et se reprit quelque peu avant d’afficher un léger sourire à l’attention de la jeune femme. « Et vous Lylim, qu’elle est la dernière fois où un homme vous a proposé de passer une nuit sage en sa compagnie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 18 Mai 2017 - 14:14

Lylim essayait d'établir la chronologie des événements et fronça les sourcils.

Plus d'une année ? Autrement dit avant que Griffe-Lune ne se fasse connaître du monde des conjurateurs.... Je suis sûr qu'il doit y avoir un lien mais je n'arrive pas à établir lequel ! Grrrr c'est frustrant !

Lylim n'était pourtant pas loin, mais elle ne savait pas qu'avant de se mettre une partie des conjurateurs à dos, Fleya avait déjà une autre organisation qui avait juré sa perte, et ce depuis son enfance. La tigresse redoutant une alliance entre ladite organisation et les esclavagistes, elle avait préféré tenter de dissocier ses deux aspects de sa vie en faisant croire à deux personnes différente. Mais cela, seule elle et Shotra le savaient. La succube pouffa légèrement de rire lorsque le suli lui parla de contacts brutaux, et elle lui répondit goguenarde.

Mon bon ami, croyez-vous sincèrement que je brise des sommiers en allant toujours dans la douceur ? Il faut bien que ma fougue et mon énergie puisse me servir à autre chose que me faire plaisir.

L'avantage d'avoir décuplé son endurance physique était qu'elle lui était utile dans tous les types d'exercices physiques.... Si elle fut surprise d'apprendre qu'il ne prendrait pas le moindre plaisir à pouvoir lui intimer le calme et le respect, et en plus d'agir dans l'idée de protéger les autres, la suite lui arracha un petit rire.

Vous jaloux ? Jaloux de ne pas être le seul à essuyer mes colères ? Alors là celle-là, on ne me l'avez jamais faite ! Ha ha ! La jalousie a quelque chose de mignon quand elle n'est pas trop sévère. C'est souvent l'occasion de bien s'amuser. J'aimerai bien vous voir en pleine crise de jalousie.... Hi hi en fait je ne sais pas pourquoi j'ai du mal à vous imaginer jaloux !

Elle ne doutait pas que le suli pouvait avoir son petit caractère, mais elle ne parvenait pas à se le figurer entrain de s'emporter sous le coup de la passion. D'où le fait qu'elle désirait encore plus voir ce que cela aurait pu donner. Elle acquiesça assez enjouée à la proposition de Zakaerii de lui apprendre quelques passes. Lylim se battait essentiellement avec des lames courtes et moyennes, le combat rapproché à main nues n'étant pas son domaine de prédilection. Elle avait certainement à apprendre, et ça ne pouvait que lui être bénéfique. Elle afficha un sourire bienveillant aux remerciements. Lorsqu'il lui annonça être heureux de faire un bon lit elle lui répondit taquine.

Prenez garde je pourrais y prendre goût.

Elle écouta ensuite les propos de son gros matou, avant de sourire à l'anecdote du cauchemar.

Étrangement je vous reconnais bien là.... Disons que ça compte. Après tout vous avez passé le reste de la nuit avec cette pauvresse. Très attentionné de votre part.

Puis lorsqu'il remonta encore plus arrière la réponse surprit la jeune femme qui avoua.

Ha oui quand même....

Cela datait pour la succube, qui se mit à rire lorsque le félin lui retourna la question.

Moi ? Jamais un homme ne m'a proposé une nuit sage. Les hommes qui me côtoient ne restent jamais sages. Sauf pour Elorias bien entendu, mais ce n'est pas pareil, et après tout nous ne dormons pas ensemble. Soit je dors seule, soit je partage plus qu'une nuit. Il faut dire qu'on attend pas vraiment de moi que je reste sagement dans mon coin en même temps. Vous êtes peut-être le seul à ne pas voir que la luxure en moi.

Le constat avait quelque chose de triste, pourtant la jolie rousse ne s'en formalisait pas. Elle était une succube, une créature de luxure, il n'était pas étonnant qu'on la résume à ce qu'elle représentait. Elle n'attendait pas des gens qu'ils apprennent à la connaître. Cela dit, elle n'était pas non plus réfractaire à ce que l'on essaie. Et Zakaerii rendait cette tentative très agréable de par sa personnalité bienveillante et compréhensive. Tout en papotant, Lylim attrapa la queue la plus longue et néanmoins la moins tendancieuse du félin. Elle la fit doucement glisser entre ses doigts et commença à jouer distraitement avec, s'amusant même à s'en faire une moustache. Elle fut bien obligée de remarquer que trouver le sommeil alors qu'elle avait été en ébullition toute la journée n'était pas forcément simple. Mais il était hors de question qu'elle se laisse aller. Elle dominerait ses pulsions coûte que coûte. Le bras du félin autour de sa taille était sécurisant bien que tentant. Mais elle se contenta de câliner sa tête contre ce pelage bien trop doux pour ne pas en profiter.... Qu'elle finit par commenter.

C'est drôle, celui de Griffe-Lune est différent.... Comme si ses poils étaient plus fins et plus denses. En même temps ils sont plus longs.... Je me rappelle que lorsque je l'ai aidé à se brosser lors de sa mue, on aurait eu de quoi faire un manteau tant il y en avait. Vous muez aussi ?

Elle s'imaginait Zakaerii entrain de perdre ses poils un peu partout et l'idée avait franchement quelque chose d'amusant. Après bien des échanges, le sommeil trouva son dû, jusqu'au lendemain matin où le programme était déjà fixé. La succube se réveilla doucement alors que l'aurore pointait à peine, et s'étira en savourant le confort de son matelas vivant. Les yeux à peine entrouvert, elle leva la tête vers le félin qui s'était réveillé peu de temps avant elle. Elle lui adressa un sourire, et posant son nez sur son museau elle lui souffla dans un murmure.

Bonjour vous.... La nuit a été bonne ?

Elle prit le partie de rester encore un peu dans ses bras, étrangement peu motivée à quitter ce cocon de chaleur et de douceur. D'ailleurs elle en profita pour caresser encore une fois ce pelage décidément bien agréable. Mais alors que l'aube s'était à présent bien levé, elle soupira. Ils n'allaient pas pouvoir rester au lit toute la journée, même si pour le coup, cela ne lui aurait pas déplu. Elle se redressa en observant la lumière filtrer sous la porte, et se tourna vers son gros matou.

Je nous ramène de quoi grignoter ? Une préférence ?

Elle allait pour sortir dehors mais au moment où elle posa sa main sur la porte elle s'arrêta.

Ha oui, la nuisette.... C'est vrai que ça ne se fait pas ici.

Elle revint donc sur ses pas, et commença.... A se déshabiller, oubliant complètement qu'il y avait un félin sensible à ce genre de spectacle dans la pièce. La nuisette tomba au sol rapidement, alors qu'elle s'emparait de ses effets, tout en parlant comme si de rien n'était.

On peut commencer l'entrainer après avoir mangé un bout si vous voulez ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 18 Mai 2017 - 20:52

Oui, il lui semblait bien que cela faisait un peu plus d’un an qu’il avait rencontré Fleya. Mais, dans ses souvenirs, les assaillants ressemblaient davantage à des brigands et, surtout, n’avaient pas de créatures à leur service. Se pourrait-il qu’il s’agisse d’une coïncidence ? Réfléchissant à haute voix, le Suli laissa la jeune femme profiter de ses réflexions. « Si je ne me trompe pas, j’aurais tendance à dire que les personnes qui avaient tenté de lui tendre un piège lors de notre rencontre n’étaient pas des Conjurateurs. Rien ne m’avait spécialement marqué et, pour être honnête, j’avais d’abord cru à de simples bandits. C’était justement Fleya et Shotra qui sortaient du lot, au contraire. » Aucun de leur adversaire n’avait eu réellement la moindre chance face à ce duo mortel, et même lui aurait pu y passer s’il n’avait pas réussi à montrer patte blanche, sans mauvais jeu de mots. Cependant, cette réflexion ne le menait pas beaucoup plus loin, mais ce n’était pas particulièrement étonnant puisque, après tout, il n’avait pas revu Griffe-Lune depuis de nombreux mois et n’avait pas entendu parler d’elle avant les évènements retentissants qui avaient eu lieu dans la Vallée. Néanmoins, Lylim semblait particulièrement frustrée de ne pas arriver à mettre le doigt sur les motivations de la Suli à cacher son véritable nom à ses récents amis alors qu’elle ne s’était pas privée de le donner à un parfait inconnu quelques mois plus tôt. Malheureusement, Zakaerii ne savait pas vraiment quoi faire pour l’aider à trouver une conclusion satisfaisante. Tout ce qu’il pouvait faire, somme toute, c’était de dévier le sujet de la discussion et l’orienter sur quelque chose de moins frustrant. « Et bien ce sera l’occasion de voir si votre fougue et votre énergie peuvent être domptées. » Il lui rendit son sourire, conscient qu’il passerait probablement un moment particulièrement éreintant, mais qui ne serait pas des plus inintéressants, au contraire, quelque chose lui disait qu’il s’agirait là d’une expérience… particulière. « Il ne vous reste plus qu’à trouver une façon de me rendre jaloux pour satisfaire votre curiosité. » Elle avait bien réussi à se faire passer pour malade, alors elle finirait bien par trouver une ruse, plus ou moins grosse, pour essayer de déclencher une petite crise de jalousie de la part du Suli. Ce dernier, cependant, savait que Lylim avait raison en pensant qu’il n’était pas du genre à l’être. Il était probablement bien trop patient et introverti pour cela.

« Et peut-être que je pourrais y prendre goût également, vous avez songé à cette possibilité ? » Après tout, rien de tout cela n’était désagréable, loin s’en faut. Le corps de la jeune femme contre le sien le réchauffait de façon très agréable et loin de toute tension sexuelle – car, étonnamment, la Succube se comportait telle une sainte – il était plus facile pour Zakaerii de garder son calme, sans être gêné. D’ailleurs sa respiration était lente, posée et profonde, signe de sa tranquillité d’esprit. Il ne fut pas surpris quand elle lui répondit qu’aucun homme ne s’était jamais arrêté à ne demander qu’une nuit sage en sa compagnie. C’était compréhensible. Quand elle avait autant de choses à offrir, pourquoi se contenter de si peu ? Le Félidaë lui-même aurait eu du mal à répondre à cette simple question. Peut-être ne voulait-il pas la réduire à cette image de luxure, conscient, qu’au contraire, il pouvait y avoir davantage, ne serait-ce qu’en passant une simple nuit dans les bras l’un de l’autre, sans rien de plus qu’un contact chaleureux et quelques paroles échangées jusqu’à sombrer dans un sommeil profond. « Il serait idiot de vous définir uniquement par cela, et puis vous m’avez déjà montré qu’il ne s’agissait pas là de la seule corde à votre arc. Non, je suis définitivement convaincu que vous êtes captivante, et je ne parle pas seulement de votre charme et de vos dons de séduction. » Encore une fois, il disait ce qu’il pensait. Ce n’était peut-être pas une vérité absolue, mais, pour lui, c’était le cas. Et alors qu’il laissait le sommeil s’emparer doucement de lui, il sentit que quelque chose s’amusait avec sa queue de félin. Un regard en direction de la seule personne capable d’une telle chose ne manqua pas de le faire rire. Non, cette moustache en poils blancs ne lui allait pas vraiment. « Auriez-vous quelques soucis pour trouver le sommeil Lylim ? Vous voudriez peut-être que nous parlions encore un peu ? » S’il avait su pour quelles raisons elle n’arrivait pas à trouver facilement le sommeil, le Félidaê s’en serait probablement voulu un peu, conscient que l’excitation qu’elle avait pu ressentir au cours de la journée n’était probablement pas retombée aussi rapidement que le hamac. A la question sur son pelage, Zakaerii acquiesça. « Chaque félin possède un pelage avec ses différences et les Sulis ne font pas exceptions. Pour ma part, j’ai effectivement un pelage d’hiver, un peu plus dense, qui tombe à la fin de l’hiver. » Cette période était légèrement délicate d’un point de vue de la toilette, mais, heureusement, elle ne durait pas très longtemps.

Après un petit moment, et un petit baiser du bout du museau sur le front de la Succube, le Suli souhaita la bonne nuit à cette dernière avant de sombrer complètement dans le sommeil. Son souffle régulier et profond abaissait et soulevait son invitée confortablement installée contre lui, dans un mouvement qui la berça peut-être suffisamment pour qu’elle trouve finalement le sommeil. Aux premières lueurs de l’aube, le Félidaë rouvrit les yeux, réalisant que Lylim dormait toujours contre lui. Il veilla alors à ne pas bouger outre-mesure, afin de préserver son sommeil. IL ne s’autorisa à bouger à nouveau que lorsqu’il sentit du mouvement de sa part, et qu’il remarqua qu’elle commençait à ouvrir les yeux, lui souhaitant le bonjour dans un murmure encore fatigué. « Comme un bébé chaton. Et vous ? » Il esquissa un sourire, laissant à sa petite princesse aux bois-dormants de se réveiller, la laissant décider du moment où ils se lèveraient tous les deux, car, mine de rien, il appréciait cette opportunité de lézarder quelque peu. Lorsqu’elle lui proposa de ramener de quoi grignoter, Zakaerii réfléchit quelques instants. « Non… Peut-être quelques biscuits ou des fruits. Mais ce n’est pas une obligation. » Elle quitta alors son lit de fortune, se dirigeant en nuisette vers la porte de sa cabine. Avant même d’ailleurs qu’il ne lui fasse remarquer sa tenue légère, elle le réalisa d’elle-même. Elle fit donc quelques pas en arrière et, sans aucune autre forme de procès, laissa choir ladite nuisette au sol, dévoilant sa fameuse lingerie en dentelle. Surpris face à ce spectacle inattendu – bien qu’agréable -, le Suli détourna le regard non sans gêne. Et tandis que Lylim récupérait ses affaires pour s’habiller, elle évoqua leur futur entrainement. « Haem… Euh… Oui. Il vaudrait mieux avoir un petit quelque chose dans le ventre avant de nous lancer dans cette entreprise. » Le regard fixé sur le mur, il espérait que la Succube ne resterait pas trop longtemps en tenue très – trop – légère. En tout cas, il y avait clairement des matins plus désagréables que ceux-là, assurément. Une fois qu’il pensa qu’elle était relativement décente, il cessa de détourner le regard. « Je vous propose de me rejoindre sur le pont, nous profiterons des premiers rayons de soleil pour finir de nous réveiller en grignotant ce que vous nous aurez déniché. » Le temps de sa petite excursion vers les cuisines, il pourrait faire un léger brin de toilette et se rendre un peu plus présentable qu’au sortir du lit. « N’oubliez pas vos armes pour l’entrainement, d’ailleurs. » Car oui, il ne comptait pas faire combattre Lylim avec ses poings. Chacun avait son propre style et ses propres armes, il n’était que juste que chacun puisse utiliser ce dont il avait l’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 19 Mai 2017 - 4:11

Lylim acquiesça au propos du Félin tout en commentant.

Quand des brigands s'en prennent à un conjurateur et son fiélon, ils ont plutôt intérêt à être au minimum une dizaine, armés jusqu'aux dents et sur-entraînés. Et encore.... Je suis sûre qu'actuellement Loth et Shotra n'en feraient qu'une bouchée.

La simple présence de fiélons dans un combat inspirait une certaine crainte tout à fait justifiée, même chez des malfrats. Il était impossible de savoir les capacités du fiélon invoqué, impossible de savoir sa force, ni sa résistance. La puissance de la magie n'était pas la panache de tout le monde, elle était même plutôt rare, mais chez les conjurateurs et ses serviteurs, elle était systématique, en plus de leurs armes. Ce qui aboutissait au fait que, lorsqu'ils le pouvaient, les bandits eux-mêmes évitaient de croiser le chemin de ces manipulateur d'engeances maléfiques. Pour Lylim, ceux-là n'avaient pas eux de chance. Et d'ailleurs Zakaerii allait bientôt pourvoir tâter de la force de la succube. Ce qui au vue du sourire ravie qu'elle affichait, lui plaisait.

Je pense pouvoir d'ores et déjà dire que si je peux être maîtrisée, je ne serais jamais réellement domptée....

Elle ponctua sa phrase par un sourire carnassier qui en disait son long sur sa pensée. Elle se mit à pouffer en entendant la suite improbable de ses propos.

Vous m'invitez sérieusement à vous tendre un piège pour vous voir jaloux ? Auriez-vous perdu l'esprit ou est-ce que ma présence réveille en vous des élans masochistes ? Quoique.... Si j'ai bien compris vos propos, pour vous rendre jaloux, il faudrait que je m'en prenne assez violemment à quelqu'un d'autre que vous.... Hmmm de masochiste vous passeriez-donc à un sadique ? Hi hi hi ça me va ! Je choisirais une victime en votre honneur et la torturerait devant vous, rien que votre bel œil.

Elle ne doutait pas un seul instant que l'idée qu'un personne innocente se fasse maltraiter plus ou moins à cause de ce qu'il avait dit, ne manquerait pas de le faire réagir.... Surtout qu'elle était parfaitement capable de mettre ses propos à exécution. Le pauvre félin n'avait pas fini d'en baver avec elle.... Mais heureusement, il trouvait aussi son lot de moment doux et agréable, au point qu'il avoua lui même pouvoir prendre goût au concept de dormir gentiment à deux, l'un sur l'autre. Elle esquissa un sourire avant de souffler.

Vous oseriez prendre le risque de dormir à mes côtés tous les soirs, sans craindre de céder à ma tentation ? Cela pourrait être intéressant de voir si vous tenez la durée.... Qu'en pensez-vous ?

Elle ne faisait rien de spécial pour l'aguicher, mais est-ce que sa simple présence, et son contact en tenue légère ne serait pas suffisant ? C'était une expérience à tenter à ses yeux, enfin pour peu que le félin s'aventure à cela. Par ailleurs, son gros matou lui trouvais d'autres qualité et intérêt autres que celui de la luxure et ne manqua pas de le lui témoigner. Ce qui dessina un sourire doux sur le visage de la succube qui lui répondit.

C'est gentil de votre part de me considérer comme un tout. Généralement le reste de ma personne n'intéresse pas les autres. Ça change.

Elle savait qu'il était attentionné, mais elle ne se lassait pas des marques de ces attentions. Ainsi, cela la toucha qu'il remarquait ses difficultés à trouver le sommeil. Tout sourire, elle frotta un peu sa tête contre lui en lui expliquant.

Ce n'est rien, c'est le temps d'étouffer le brasier ardent qui sommeil en moi. Je suis d'ordinaire taillée pour avoir une excellente endurance et l'appétit qui va avec, c'est normal qu'il faille un peu de temps pour faire redescendre une pression pareil. Mais si vous n'êtes pas trop fatigué, je ne suis pas contre un peu de conversation.

Lylim avait ce don de parler de ses pulsions et de sa nature luxurieuse avec un détachement et un naturel déconcertant. Il était bluffant et rare de voir une personne, encore plus du genre féminin, parler avec autant de naturel et de manière si affranchie de complexités de sa sexualité. Peut-être parce que justement, la succube abordait cela comme un point naturel et tout à fait commun, comme d'autres pourraient le faire en parlant de dormir ou de manger. Un peu comme Zakaerii pouvait parler de son pelage, qui ne manqua pas d'inspirer une petite boutade à la demoiselle.

Je vous imagine bien avec une brosse à vous refaire une beauté hi hi hi !

Quelques échanges plus tard, et après un chaste baiser sur le front de la succube, qu'elle sembla avoir particulièrement aimé, le duo s'endormit. Le réveil fut tout aussi doux, et la belle lui répondit avec un sourire encore rêveur.

Comme une princesse dans un lit de nuages chauds.

Alors qu'elle lui proposait de quoi grignoter, le suli lui indiqua quelques bricoles sans grandes convictions, et même s'il ajouta que c'était mieux pour eux de se sustenter, la succube insista également de son côté se montrant même intraitable..

Plutôt oui. Il est hors de question que vous partiez à un entrainement avec moi sans rien avoir dans le ventre. Une activité physique comme celle qui s'annonce demande de l'énergie, sinon vous allez être mal.

Elle avait appris cela à ses dépends, ayant déjà provoqué quelques malaises hypoglycémiques à certains de ses amants, qu'elle avait cueilli d'un peu trop bon matin. Les pauvres bougres ne manquaient pas par la suite de prévoir de quoi tenir le choc, ou plutôt les chocs.... Elle acquiesça à sa proposition de le rejoindre sur le pont, mais tiqua sur sa dernière recommandation.

Mes dagues ? Vous avez une armure pour vous protéger, sans quoi je ne pense pas les prendre, c'est trop dangereux. Sauf si je retiens mes coups, mais avec mon mode de combat, c'est assez délicat..... A moins que je ne les laisse dans leur fourreau. Faisons cela, je ne les dégainerai pas, comme ça si je vous touche, vous ne finirez pas en brochettes.

Son choix arrêté, elle laissa le suli s'en aller faire un brin de toilette, pour mieux aller piller les cuisines et revenir sur le pont avec.... Des biscuits, des fruits, de la viande séchée et du fromage à pâte dure... sans oublier de quoi boire. Elle déposa le mini pique nique aux pieds du Felidae avant de souffler.

Ils sont bizarres ces cuisiniers. Au début quand j'ai pris les biscuits et les fruits ils ne m'ont même pas remarqué, mais quand j'ai pris la viande et le fromage ils me fixaient comme si je leur annonçais qu'en réalité j'étais un homme ! Je ne comprends pas trop...

Tout en s'installant, il s'avéra que Lylim n'avait aucun problème à becter du fromage et de la viande dès le matin au réveil. Elle avait pris des rations pour deux. Et tout en picorant quelques fruits en prime, elle interrogea son gros matou.

Vous vous êtes échauffé et étiré ? J'ai eu l'occasion de le faire en me rendant au cuisine personnellement, donc nous pourrons nous y mettre quand on aura fini et que vous serez prêt.

La petite dame avait un réel appétit d'ogre, à s'en demander où elle parvenait à stocker tout cela ! Une fois fini, elle se releva pour mieux s'étirer, et délier une dernière fois tous ses muscles. Elle laissa Zakaerii terminer ce qu'il avait à faire, et empoigna ses dagues toujours soigneusement rangées dans leur fourreaux.... Et elle se mit sur la pointe des pieds, sautillant légèrement sur l'un puis l'autre, restant continuellement en mouvement comme aurait pu le faire un boxeur. Un sourire malicieux en coin, elle lança le début des hostilités.

Les chatons d'abord !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 19 Mai 2017 - 10:47

Les pauvres brigands – ou quoi qu’ils aient pu être – n’avaient surement pas eu la moindre idée de ce qui leur était tombé dessus. Même Zakaerii, à l’époque, avait été surpris de voir une créature d’ombre sortir de nulle part pour se jeter sur ceux qui pensaient avoir l’ascendant dans la situation. La suite avait été particulièrement brutale et s’il se souvenait d’avoir enterré quelques cadavres suite à cette rencontre, le reste lui échappait néanmoins depuis le temps. « Oui, je n’ose pas imaginer la véritable puissance destructrice de ces deux-là face à des personnes [i]normales{/i]. Et, en réalité, je ne suis même pas certain de vouloir me retrouver à devoir réellement les affronter un jour. » Le Suli ne connaissait pas Loth, en tout cas, pas assez pour avoir une petite estimation de l’étendue de ses pouvoirs. En revanche, il avait déjà pu combattre aux côtés de Shotra et il savait que, son habilité à maitriser les ombres en faisait un adversaire particulièrement redoutable, capable d’user de surprise pour prendre de court ses ennemis. Même avec son agilité et sa rapidité, le Félidaë ne savait pas s’il pourrait tenir le rythme. Il songea un moment à l’idée de proposer un duel amical avec Shotra, mais quelque chose lui disait que c’était peut-être peine perdue, et peut-être même que, de toute façon, le Fiélon ne serait même pas intéressé, contrairement à Lylim qui, elle, semblait particulièrement intriguée par cette proposition d’échanger quelques passes avec le Suli. Il lui adressa d’ailleurs un sourire franchement amusé à sa petite remarque. « Je n’en espérais pas moins de votre part. » Car nul doute que, sans cette fougue qui la caractérisait, elle ne serait probablement pas la même. Non décidemment, elle ne devait pas perdre de sa superbe. Cependant, lorsqu’elle mentionna l’idée de prendre quelqu’un à parti pour le torturer devant lui, il ne fut pas convaincu que c’était une si bonne idée de la pousser dans cette direction. « J’espère que vous veillerez à lui offrir une douce compensation avant de le faire souffrir devant mes yeux. Il mériterait au moins ça. » Il ne savait pas si Lylim irait jusqu’à mettre sa proposition à exécution, mais il était de toute façon trop tard pour la faire changer d’avis si elle avait décidé de s’exécuter. Tout au mieux s’arrangerait-il, si cela devait arriver, pour libérer le malheureux, ou du moins essayer.

Heureusement, la soirée fut plus propice à des sujets moins… douloureux. Et à la façon dont elle lui proposait de de prendre le risque de dormir avec elle tous les soirs sans finir par céder à un moment donné. Mais, malgré tout, la proposition avait un côté alléchant. « Vous prendriez le risque de passer vos nuits à rester sage en ma compagnie ? Voilà qui me paraît plutôt osé, vous ne croyez pas ? Je n’ose imaginer ce que vous allez manquer si je relevais votre défi. » Il resta pensif quelques minutes, réfléchissant effectivement s’il devait accepter ou non. « Mais, vous savez quoi, je pense que je vais accepter. » Il lui adressa un léger sourire. Oui, le Suli relevait le défi qu’elle venait de lui lancer. D’abord parce qu’il était conscient que, ce qu’ils étaient en train de faire, il était parfaitement capable de le reproduire, même sur la durée, à supposer, bien entendu, que Lylim ne chercherait pas à lui sauter dessus ouvertement. Il veilla d’ailleurs à rajouter cette petite condition. « Une petite condition cependant, il faudra rester sage vous aussi. Cela vous convient ? » Oh, il ne doutait pas qu’elle trouverait surement mille et une façon pour essayer de le tenter, mais si elle devait lui refaire le même numéro qu’en début de nuit, il n’aurait probablement aucune volonté, assurément. Mais peut-être que, finalement, cela serait également pour elle l’occasion d’apprendre à se reposer. Pour Zakaerii, ce serait une nouvelle expérience, sans aucun doute, mais la compagnie ne lui était pas désagréable, surtout lorsqu’il s’agissait de discuter un peu dans l’intimité qui était la leur désormais. « Ils ne savent pas ce qu’ils perdent. » Le Félidaë essaya ensuite de se laisser sombrer dans le sommeil, ce qui n’allait pas être trop difficile sous le rythme des légères caresses de la Succube qui se perdaient visiblement en contemplation dans son pelage. La sentant toujours éveillée, il s’interrogea sur sa fatigue, avant qu’elle ne lui confie qu’elle devait simplement attendre de réprimer complètement le feu de la passion qui l’étreignait encore. Visiblement, elle s’était faite toute une montagne de cette nuit et il était vrai qu’il l’avait forcément laissée sur sa faim. »[/color] Un peu penaud, Zakaerii passa une main dans son dos, essayant de la réconforter quelque peu. « C’est le moins que je puisse faire pour vous, surtout si je suis la cause même de votre insomnie. » Il eut un petit sourire, partageant avec elle les spécificités de son propre pelage qui, malgré tout, n’était pas des plus gênant. Et loin de ce qu’elle pouvait penser, il ne se brossait pas vraiment. « Navré de vous décevoir, mais je crois que ce n’est jamais arrivé. L’avantage d’un pelage aux poils assez courts, j’imagine. » Et puis, généralement, son pelage tombait de lui-même, sans avoir besoin de s’en occuper plus que de nécessaire.

Le lendemain matin fut particulièrement doux et la présence de la jeune femme à ses côtés, lui fut plutôt agréable. S’ils devaient refaire cela tous les soirs, l’expérience serait probablement assez grisante, à force. « Comparé à un lit de nuages chauds… Eh bien, voilà qui est plutôt flatteur, je trouve. » Il esquissa un sourire et eut l’occasion de profiter des charmes de la demoiselle, juste assez pour être gêné et détourner la tête le temps qu’elle ne mette quelque chose pour s’habiller et se rendre un peu plus décente. « Je suis flatté que vous preniez autant soin de moi. Je vais finir par faire des envieux. » Il lui fit un clin d’œil avant qu’elle ne soit surpris de l’entendre lui demander de ramener ses armes. Elle ne semblait pas particulièrement enjouée à l’idée de devoir se servir de ses dagues, allant même jusqu’à conclure qu’elle pouvait les utiliser en conservant leurs fourreaux. Le Félidaë n’eut pas l’occasion de rétorquer qu’elle le poussa presque vers la sortie, l’affaire étant entendue. Sans chercher à rétorquer, il quitta la cabine, repassant par la sienne pour se passer un peu d’eau et il remonta sur le pont, profitant de l’attente qui le séparait du retour de Lylim pour s’étirer un peu et méditer. Elle revint chargée de biscuits, de fruits, de viande et de fromage, qu’elle engloutit presque littéralement. Sacré appétit que voilà, qui arracha d’ailleurs un commentaire au Suli.  « Sacré appétit, et dire que je ne vous ai même pas fait dépenser d’énergie cette nuit. Je suis admiratif. » Et pour dire, elle mangeait probablement plus que lui ! Quant au fait que le cuisinier de bord puisse être surpris, Zakaerii le comprenait parfaitement. « J’imagine que les hommes n’ont pas l’habitude de voir une femme aussi fine que vous engloutir de la viande de si bon matin. » Même lui-même était surpris, même s’il en mangea également bien volontiers, puisqu’il lui arrivait souvent de manger de la viande séchée lors de ses voyages. « Quelques minutes devraient suffire pour que je sois prêt. » Il l’avait rassurée tandis qu’ils finirent de grignoter – en tout cas pour le Suli, qui ne mangea pas énormément, mais qui mangea tout de même – et purent se mettre en place pour la suite des évènements. Zakerii prit quelques instants pour s’échauffer, jouant des épaules et faisant quelques flexions avant de finalement faire face à la Succube qui avait sorti ses dagues, toujours cachées dans leurs fourreaux. « Mettez vos lames au clair, Lylim, leurs fourreaux vont vous déséquilibrer. Ne vous inquiétez pas, il n’arrivera rien de grave. » Il esquissa un sourire confiant, attendant qu’elle s’exécute finalement, puis, tandis qu’elle lui laissait le premier coup, il inspira un grand coup, avant de poser son regard sur son adversaire qui avait adopté une posture agile et mouvante, un peu comme la sienne. Il s’élança finalement vers elle, uniquement avec ses poings, les yeux braqués sur les lames, ses principales ennemies, même s’il se doutait que la Succube ne comptait pas que sur elles pour se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 19 Mai 2017 - 12:21

Lylim poussa un soupir à la remarque de Zakaerii, quelque chose l'agaçant visiblement dans cette constatation.

Hélas c'est bien vrai. Comme si Shotra n'était pas suffisamment oppressant comme ça, Loth n'est pas le dernier non plus. Ce Tourmenteur est un concentré de force pure. Il n'est pas très rapide, ni futé, mais si l'on a pas une excellente résistance physique, le moindre coup porté est une catastrophe. Je suis sûre que lui et Shotra font un concours secret à celui qui arrachera le plus de têtes à mains nues.... Je n'ai d'ordinaire pas de problème à côtoyer d'autres fiélons, mais ces deux là me mettent mal à l'aise. En plus ils ne se supportent visiblement pas entre eux. Shotra à l'air de détester et d'en vouloir cordialement à Loth, mais comme d'habitude concernant Shotra, pas moyen de savoir pourquoi. Je dirais bien que c'est de la jalousie pour s'attirer les faveurs de Fleya, mais Loth ne donne pas l'impression de s'intéresser plus que ça à elle.

Elle poussa un petit soupir songeuse avant de lâcher.

Griffe-Lune a eu la puissance nécessaire pour invoquer deux puissants fiélons et en permanence en plus. Elle est pourtant jeune comme conjuratrice. Et personne ne sait qui a été son maître ou son mentor. C'est réellement une histoire de fous ! Tout est improbable dans ce groupe. Parfois quand je la regarde, je me demande si elle n'est pas la malheureuse marionnette d'un plus gros poisson. Elle n'a tellement pas la carrure d'une conjuratrice....  Avec sa bouille de chaton innocent, sa nature naïve, et son empathie pour la cause fiélonne. J'espère pour elle qu'elle n'est pas le jouet d'un groupe de fiélons ou autre....

Elle avait fini par avoir de l'affection pour cette énorme boule de poils foisonnante. La bienveillance et la gentillesse de la tigresse de même que son côté naïf mais déterminé, lui donnait un charme aux yeux de la succube. Sans compter la quantité incroyable de secret qui tournait autour d'elle ! De quoi tenir en haleine son intérêt. Même si pour l'instant ce dernier était focalisé sur la promesse d'un entrainement sportif, où Zakaerii attendait qu'elle se montre égale à elle-même. Mais là où le suli la surprit, c'est lorsqu'il n'essaya pas de la dissuader de s'en prendre à une pauvre victime. Il négocia tout juste de lui promettre un lot de consolation pour amoindrir un peu la peine de la pauvre brebis sacrifiée. Un sourire carnassier légèrement teinté de sadisme s'afficha sur son visage alors qu'elle répondait.

Ho ? Moi qui croyais que vous vous seriez opposé à ce que je sacrifie un pauvre ère dans nos jeux, je vois que je vous ai sous-estimé ! Mais puisque vous m'en donnez la bénédiction, je ne manquerai pas de mettre notre accord à profit.... Cela dit, je tiens à préciser que je ne serais sans doute pas en mesure de pouvoir lui offrir quelque chose de suffisamment précieux pour le consoler de ce qu'il va endurer.... Hu hu.... Je n'aimerai pas être à sa place. Combien de temps pourriez-vous endurez ce spectacle ? J'ai hâte !

Sans le vouloir, Zakaerii venait de sceller le destin d'une malheureuse victime qui n'avait rien demandé à personne. Le félin n'aurait pas d'autres choix que de ne pas quitter cette succube des yeux pour espérer pouvoir intervenir au plus vite ! Au moins il éviterait à la personne ciblée de subir trop longtemps les horreur que Lylim lui promettait. Elle avait déjà des idées bien précises en tête. L'avantage de connaître un peu mieux Zakaerii était qu'elle savait où frapper pour faire mal. La difficulté allait être de le rendre à la fois jaloux et également de le pousser au plus vite à intervenir. Mais elle aurait tout le temps de machiner tous ces obscures projets.... Mais avant cela il était question de projet plus doux et bienveillants, comme dormir ensemble en tout bien tout honneur. Zakaerii lui rappela qu'à dormir sagement elle se priverait de.... Bien des choses ! Mais loin de se laisser abattre la jolie rousse se mit à pouffer.

Ce n'est pas parce que je serais sage la nuit que je le serais aussi le jour....

Alors qu'il acceptait, la jeune femme afficha un air ravi au plus haut point frottant une fois de plus son visage contre ce pelage soyeux, et répliqua.

A la bonne heure ! Soit, je resterai sage lors de nos nuits, sauf si vous me faites comprendre le contraire bien entendu.

Elle doutait très franchement qu'il cède mais autant mettre toutes les chances de son côté. Qui sait à l'usure... Elle souriait apaisée alors qu'il sous-entendait que ce qui la voyaient de manière superficielle ne savait pas ce qu'il ratait. La constatation était touchante, et elle lâcha dans un souffle.

Vous avez l'exclusivité de l'aperçu....

Elle trouvait mignon cette volonté persistante de vouloir se faire pardonner et de l'aider dans son entreprise de vouloir s'endormir. Lorsqu'il lui indiqua ne pas avoir besoin de se brosser, elle rit doucement avant de lui confier.

Ne le dites pas à Griffe-Lune, elle vous jalouserait.... Vous la verriez se débattre avec son pelage quand elle perd ses poils, c'est à se tenir les côtes.

C'était bien parce qu'elle l'avait surprise entrain de miséré avec un pelage dissident que Lylim avait fini par venir l'aider se brosser. Non sans en avoir profiter un maximum avant pour se moquer d'elle. Elle avait la taquinerie facile, et d'ailleurs dès le matin elle n'épargna pas son pauvre gros matou. Lorsqu'il se targua d'être un privilégié de ses bonnes attentions, ce qui était vrai, elle lui rétorqua badine.

Qui veut aller loin ménage son futur fiélon !

D'ailleurs elle prenait également soin de se ménager elle-même, le petit-déjeuner d'ogre qu'elle avait expédié en était la preuve. Elle afficha un sourire amusé aux réponse de son compagnon à qui elle expliqua.

Ne vous fiez pas aux apparences. Je pourrais vous dévorer au petit déjeuner que cela ne me ferait pas peur. Mais avec votre gabarit, j'avoue que ça serait quand même de la gourmandise. Cela dit, mon régime alimentaire n'est pas si imposant que ça. C'est juste qu'il est difficile pour les autres de s'imaginer toute l'activité physique que je peux faire dans une seule et même journée.... Et à quelle intensité également. Par ailleurs, quand cela est possible, j'en profite pour faire des réserves pour les épisodes où l'on voyage. Comme ça en cas de besoin je peux tenir sereinement.


Chez les fiélons aussi la notion de survie était présente, et Lylim n'échappait pas à la règle. Lylim avait laissé à Zakaerii le temps de finir et s'était parée à l'affronter. Mais le félin lui demanda de dégainer ses armes. Lylim afficha une moue boudeuse.


Mais je n'ai pas envie de vous abimer....

Sauf que le suli n'en avait pas décidé ainsi, et au final la succube dégaina ses armes, à contrecœur. Sautillant sur place, elle scrutait la musculature du félin qui entra en action. Elle le laissa approcher jusqu'au dernier moment pour esquiver son attaque frontale d'un bond sur le côté.... Très curieux pour une humanoïde. Elle donnait l'impression d'avoir bondit comme une gazelle, avec une détente, une hauteur et une vitesse assez déconcertantes. La vitesse et la souplesse étaient les éléments clefs de son mode de combat sous forme humaine. Elle bondissait dans tout les sens comme aurait pu le faire un chamois, tout en se contorsionnant de manière poussée et assurée pour éviter les attaques surprises ou les contre attaque. Et se en demeurant inexorablement sur la pointe des pieds. Mais jusqu'ici, elle rechignait clairement à employer ses dagues. Elle avait fait preuve d'une excellente esquive pour l'instant, mais niveau attaques, elles brillaient par leur absence. Consciente qu'il allait finir par lui faire remarquer, elle se décida à agir. Elle attendit une énième attaque pour l'esquiver, et faire ce qu'elle aurait fait d'habitude, placer un contre-coup violent voire mortel. Sauf que là, il n'était ni l'un, ni l'autre, et si le flanc droit du félin avait plus que des poils coupés ou une éraflure, ce serait surement son maximum. Néanmoins, elle essaya de masquer l'aspect moindre de son attaque en précisant.

Vous avez de la chance, je n'ai pas empoisonné mes lames aujourd'hui !

Elle n'avait plus qu'à espérer que cela suffise pour faire passer la pilule à son gros matou.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Sam 20 Mai 2017 - 11:23


Lylim semblait déplorer les côtés brutaux des deux Fiélons de Griffe-Lune, ce qui pouvait sembler assez étonnant pour le Suli, qui pensait que ce genre de détail n’était pas du genre à la déranger. Mais peut-être que leur comportement, aux antipodes de celui de la Succube, ennuyait simplement cette dernière parce qu’ils n’étaient pas prêts à jouer dans ses petits jeux. Toutefois, le Félidaë comprit qu’il y avait effectivement matière à mystère quand la jeune femme lui précisa les subtilités derrière les talents de Conjurateurs que devait posséder Fleya pour maintenir la présence de ses deux Fiélons. Il en déduisit qu’il était possible de les invoquer quand souhaité, mais que les maintenir demandait également des ressources. « Si j’ai bien compris, pour vous maintenir en ce monde, le Conjurateur fait appel à sa propre puissance. Mais, est-ce seulement possible de le faire de façon inconsciente ? Fl… Griffe-Lune ne donne pas l’impression d’être en état de contrôler quoi que ce soit… » Peut-être que la Conjurateur n’avait pas besoin d’être conscient pour maintenir son Fiélon dans ce monde, mais cela, il n’en savait rien et Lylim lui ferait probablement un plaisir de lui expliciter quelques spécificités dans ce domaine qu’il ne maîtrisait pas. Toutefois, Zakaerii comprenait les doutes de la Succube et il espérait sincèrement que les craintes mentionnées par cette dernière n’étaient pas plus fondées qu’une simple spéculation. Si la pauvre Suli était effectivement la marionnette d’une quelconque entité, le Félidaë ne voulait même pas savoir qui avait le pouvoir suffisant de réaliser ce genre de plans. Conscient que, si c’était le cas, ils finiraient peut-être par devoir lui faire face pour sauver Fleya, et que cela ne serait pas nécessairement facile, voire quasiment impossible. Peut-être que Revoran pourrait leur venir en aide si une telle occasion devait se concrétiser, mais il doutait que le Dieu n’intervienne réellement, à moins d’avoir une bonne raison. Et sauver un de ses disciples n’en était probablement pas une.

Le Félidaë ne fut pas surpris de voir que Lylim fut elle, étonnée, de ne pas le voir s’opposer à sa proposition de torture. Il se doutait bien qu’elle ne bluffait pas nécessairement, mais il serait bien assez temps de l’empêcher de commettre trop de bêtises, lorsque le moment serait venu. Il était de toute façon impossible de la faire changer d’avis désormais, alors autant essayer de jouer une sorte de psychologie inversée. Bien entendu, il se doutait qu’avec la Succube, ce n’était pas le genre de chose qui allait fonctionnait facilement. « Je pense que je tiendrais plus longtemps que si vous ne décidiez de me torturer à la place. Alors, nous verrons bien. Vous pourriez être surprise. » Bien entendu, il ne faisait pas forcément référence à sa propre résistance face à un pauvre hère se faisant torturer sous ses yeux, mais plutôt à sa capacité à jouer le jeu de Lylim et lui montrer qu’elle n’était pas la seule à pouvoir préparer de délicieux petits coups tordus pour faire tourner la situation à son avantage. Après tout, il ne manquait pas de malice pour cela. « Par contre, eu égard pour notre Capitaine, je vous demande d’attendre que nous ayons débarqué pour mettre votre petite machination à exécution. Il ne serait pas très courtois de lui enlever un matelot pour nos petits jeux. » Cela aurait été particulièrement mal pris, d’autant qu’il aurait été difficile de rester discret si Lylim avait réellement l’intention de torturer un pauvre homme pour voir la réaction du Suli. Cela lui laisserait le temps d’imaginer quelques stratagèmes pour contrer ses manœuvres, même si, probablement, il y avait fort à parier qu’il doive réagir dans l’instant, puisque la jeune femme le mettrait surement devant le fait accompli, sans chercher à l’impliquer davantage avant que ladite victime ne soit capturée et, probablement, séquestrée. L’avenir leur révèlerait en temps et en heure la façon dont tout cela se déroulerait, il était inutile de s’inquiéter davantage pour le moment.

Au plus calme de la nuit, alors qu’une bonne partie du navire était endormie, Zakaerii se rendait compte qu’il allait peut-être finir, à ce rythme, par parier son âme avec Lylim. Il ne savait pas si elle le faisait exprès ou si les opportunités ne faisaient que se succéder les unes après les autres, mais après tout, elle semblait sortir son épingle du jeu à chacune de leurs entrevues. Cela ne lui déplaisait pas, car, finalement, il ne risquait pas grand-chose à partager sa couche avec elle, surtout si ce n’était que pour bavarder un peu et dormir. Ceci dit, dans les prochains jours, certains verraient peut-être le Suli d’un œil bizarre. Bah, ce n’était pas très grave, même si Elorias ne manquerait probablement pas de venir lui toucher deux mots s’il venait à apprendre les folies auxquelles le Félidaë semblait concéder à la Succube. La façon qu’eut Lylim de lui rappeler que sa promesse ne l’obligeait pas à rester sage le reste de la journée fit sourire l’intéressé qui concéda effectivement cette subtilité. « En effet, et je présume même que vous en profiterez pour être encore moins sage de  jour. » Il ne pouvait pas la blâmer, c’était un peu comme savoir que vous alliez être privé de nourriture pour le dîner. Si l’occasion vous était donnée de manger au déjeuner, vous vous bâfreriez en prévision. Elle convint de rester sage durant leurs nuits à venir, veillant à lui faire remarquer que, s’il le désirait, elle ne le resterait pas. Zakaerii était convaincu qu’elle essayerait surement de contourner cette obligation d’une façon ou d’une autre, aussi devrait-il rester quelque peu vigilant. « L’exclusivité ? C’est flatteur. » Il dégagea une mèche de cheveux de la Succube qui venait l’embêter tandis qu’elle se lovait davantage contre lui – si c’était possible. Et lorsqu’elle mentionna que Griffe-Lune ne manquerait pas de le jalouser s’il lui mentionnait ses facilités concernant son pelage, Zakaerii ne manqua pas de sourire. « C’est le problème d’avoir de longs poils… Je partage sa peur. Mais bon, avoir un pelage ne pourrait pas n’avoir que des avantages, ce ne serait pas très juste. »

Le lendemain matin cueillit les deux endormis et les tira de leur sommeil partagé. Si Lylim ne sembla pas réaliser la gêne qu’elle imposait à son matelas de la veille, elle s’habilla cependant suffisamment rapidement pour ne pas le faire virer au cramoisi. Cependant, Zakaerii dût admettre qu’effectivement, sa remarque de la veille était justifiée et sa lingerie était très agréable à regarder et qu’elle lui convenait parfaitement. Et lorsqu’elle lui fit remarquer qu’elle ne faisait que ménager son futur Fiélon, il eut un petit sourire. « Vous n’avez pas encore gagné cette opportunité, mais j’apprécie votre optimisme et votre attention. » Lorsqu’ils se retrouvèrent pour le petit-déjeuner, le Suli eut l’occasion de voir une nouvelle fois en quoi la jeune femme était véritablement hors-norme. Son appétit était pratiquement insatiable, et pas uniquement en matière d’hommes, visiblement. Elle alla même jusqu’à lui faire remarquer qu’elle aurait pu le dévorer tout entier. Il ne doutait pas de son affirmation mais préférait clairement qu’elle se satisfasse de la viande séchée et du fromage. « Eh bien, il va nous falloir faire de grosses réserves pour notre voyage lorsque nous arriverons à Ragepierre. Je compte bien faire en sorte d’éviter que vous ne lorgniez un peu trop sur moi en vous léchant les babines. » Le léger sous-entendu possible n’était pas voulu, mais le Suli ne s’en rendit même pas compte. Ils finirent leur petite collation assez rapidement et ils purent se mettre en place. Lylim ne fut pas réellement enchantée à l’idée de devoir retirer ses fourreaux, mais Zakaerii se voulut rassurant. « Ne vous en faites pas Lylim, je sais me défendre plus que vous ne l’imaginez. » Il lui adressa un léger sourire et attendit qu’elle s’exécute. Une fois prêts, leur petit combat commença. La Succube affichait une agilité hors norme, enchainant les esquives précises et efficaces. Le Félidaë, lui, donnait également dans l’agilité et la rapidité, ses mouvements étaient fluides et s’enchainaient presque sans effort. Il ne retenait pas spécialement ses coups, mais il n’était clairement pas au maximum de son potentiel. Surpris de ne pas voir son adversaire répliquer, il ne lui laissait cependant pas spécialement de répit, jusqu’à ce que, finalement, elle ne se décide à contre-attaquer, donnant un coup de dague qui frôla le pelage du Félidaë, lui coupant quelques poils au passage. Elle lui lança d’ailleurs une petite pique au passage, mais le Suli avait conscience que, normalement, elle aurait probablement au moins pu lui lacérer légèrement la peau. Se retenait-elle encore ? « Ne vous retenez pas alors. » Lui, en tout cas, était bien décidé à pousser la Succube dans ses derniers retranchements pour l’obliger à jouer franc-jeu. Augmentant légèrement la cadence, pour ne pas la laisser se reposer, il appuya davantage sur la vitesse d’exécution, sans aller jusqu’à puiser dans ses ressources divines pour autant. Pour cela, il attendrait que son adversaire ne commence à réellement jouer vraiment avec lui. Il restait cependant vigilant pour essayer de bloquer ou esquiver ses éventuelles attaques. Dans tous les cas, il appréciait réellement de pouvoir l’affronter, car c’était aussi l’occasion de laisser parler ses pulsions et de se libérer des émotions qu’elle avait pu lui faire ressentir jusque-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Sam 20 Mai 2017 - 14:36

Lylim secoua doucement la tête à la remarque de son gros matou, avant d'entreprendre de lui expliquer un peu plus en détails les subtilités du monde des conjurateurs.

Cela dépend des contrats. Lorsque le conjurateur et le fiélons passent le contrat, ils déterminent ensemble si le fiélon sera là constamment ou s'il devra répondre à l'appel du conjurateur. Si le conjurateur choisit une présence à la demande, et que plus tard il s'avère qu'il a besoin de la présence constante de son fiélon, ils peut voir avec ce dernier s'il accepte de faire évoluer le contrat vers une assistance constante. Par contre l'inverse n'est pas possible. Une fois qu'on a conclu avec un fiélon qu'il devait être là de manière constante, on ne peut pas le remettre dans un style d'interventions ponctuelles. Il est donc impossible que cela soit faite de manière inconsciente, puisque ça rentre dans les clauses du contrat. Mais en effet, c'est la puissance du conjurateur qui nous permet d'être là. Plus il est fort et plus son fiélon pourra l'être. Le fiélon ne peut pas avoir une trop grande différence de pouvoir avec son conjurateur, car s'il était trop puissant il risquerait juste de tuer son invocateur, plus ou moins rapidement. Ce qui n'arrangerait aucune des parties. Cela évite que le premier péon conjurateur du coin n'invoque n'importe quoi et sème le chaos parce qu'il est à la fois faible et inconscient. L'énergie et la puissance employée par Fl.... Griffe-Lune pour faire venir ses fiélons ici est comme automatiquement prélevée lors du contrat. Elle ne disparait pas vraiment, mais elle est "bloquée" dans l'unique tâche de maintient du fiélon. Ainsi ça évite que le serviteur ne soit renvoyé si le conjurateur venait à épuiser toute son énergie. Sans quoi Shotra et Loth auraient déjà disparu. Parvenez vous à imaginer à présent la puissance que cette boule de poils recèle ? Bon ce n'est pas la plus forte qui existe à mon avis, loin de là mais elle se défend déjà bien je trouve. Mais je suis d'accord avec vous. Elle a une manière d'employer ses pouvoirs très naïve, et je ne sais jamais qui de Shotra ou elle commande....

Curieuse et fouineuse comme elle l'était, la succube avait déjà surpris ces deux là dans des scènes incongrues. Shotra qui recadrait Fleya en lui interdisant plus ou moins des choix ou des comportements. Certes, à chaque fois qu'il faisait preuve de cette forme d'autorité, c'est dans l'intérêt de Fleya pour lui éviter des ennuis. Mais est-ce que cela faisait vraiment parti de son contrat de veiller à ce point sur elle ? Et surtout comment se faisait-il que Fleya se plie de la sorte à ses exigences ?! A force de cogiter de la sorte elle finit par demander.

Vous croyez qu'il serait possible que Griffe-Lune ait peur de décevoir Shotra ou de se faire réprimander par lui ?

L'idée la fit sourire, tellement cela lui paraissait saugrenu. Mais en même temps, vu la boule de poils en question, est-ce que c'était vraiment impossible.... ? Avec ces sulos, à l'impossible nul n'était tenu ! Car voilà que son gros matou affichait une certaine assurance à l'idée de pouvoir résister à un spectacle horrible plutôt que de le subir. Ce qui était un défi supplémentaire pour la succube qui se dit qu'elle allait devoir faire monter l'horreur et l'insupportable d'un cran pour le confronter face à ses affirmations. Esquissant un sourire mauvais, elle répondit à Zakaerii.

Soit... Nous verrons si vos prétentions sont fondées ou si ce n'est que de l’esbroufe. Et c'est entendu, j'attendrai que nous arrivions à quai pour choisir une victime qui ne froissera pas la Capitaine. J'ai vraiment hâte....

Elle avait déjà le type de victime et les supplices en tête, il ne lui manquerait que l'outillage.... Mais pour l'heure, elle se contenta d'acquiescer au fait qu'elle serait encore moins sage la journée que d'ordinaire. Il y avait des marins qui allaient être à la fois heureux et épuisés.... Et un Zakaerii qui allait être encore plus enquiquiné que d'habitude, si c'était possible. Elle pouffa légèrement quand il lui dit qu'avoir un pelage ne pouvait pas comporter que des avantages. Rien que ses cheveux lui demandaient de l'entretien alors elle n'osait imaginer un pelage entier. Qu'importe que le temps passait, Lylim persistait dans son idée de félin fiélon.

Cela viendra mon mignon.... Il y a bien un de nos paris que vous allez perdre, il me faut juste être patiente....

Elle semblait presque lui faire un promesse, impatiente de lui concocter quelques surprises. Et pourtant elle l'avait déjà surpris avec son régime alimentaire, qui n'avait pas manqué d'inspirer au félin une boutade.... Trop tendancieuse pour que Lylim s'empêche de rebondir dessus.

C'est déjà fait....

Elle lui afficha un sourire à la fois complice et débordant de sous-entendus sur la manière dont elle le trouvait appétissant. En tout cas ce n'était pas pour le combat ! A ce stade, c'était presque de la mauvaise volonté. Zakaerii y mettait du sien et ne ménageait pas ses coups, sans se donner à fond. Mais sa succube se contentait essentiellement d'esquiver. Avec brio, se changeant en un véritable chamois roux, mais pas très offensive. Même sa petite provocation n'avait pas suffit à faire passer la fadeur de ses attaques. La vilaine n'en faisant qu'à sa tête, il décida d'augmenter la difficulté d'un cran. Plus rapide et implacable dans ses attaques, il n'avait réussi qu'à la faire aller plus vite également. Néanmoins.... Lylim ne semblait absolument pas se fatiguer. Elle enchainait sans broncher les esquives. La curiosité la poussa à laisser quelques ouvertures à Zakaerii pour qu'il puisse la toucher et lui permettre ainsi de jauger sa force de base. Quelques coups lui suffirent pour qu'elle se représente sa force moyenne.... Qui était déjà bien élevée alors qu'il ne se donnait pas à fond ! Elle ne doutait pas qu'à fond, il pourrait certainement rivaliser avec Loth ! Zakaerii ne s'avouait pas vaincu et enchaina les stratégie pour la faire se bouger un peu plus.

L'entrainement attira quelques marins curieux, et un conjurateur qui passait par là.... Et assista avec stupeur à la scène. Jamais il n'avait vu sa succube se battre avec aussi peu de conviction. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Le vieil homme fronça les sourcil. N'était-elle pas entrain de porter un peu trop d'intérêt à ce suli ? Se laisserait-elle de nouveau avoir par ce qui lui avait déjà coûté si cher ? Elorias se dit qu'il parait peut-être un peu vite en besogne, mais tout de même. Il finit par interpeller la succube l'air de rien.

Allons Lylim, lorsque l'on se propose pour un entrainement on le fait correctement ! Donne tout ce que tu as.... Considère que c'est un ordre.

Lylim se figea net, estomaquée et se tourna vers son conjurateur, mais celui-ci repartait déjà vers ses occupations. Elle avait ouvert la bouche pour l'interpeller mais trop tard. Elle en resta troublée. Elorias ne lui donnait quasiment jamais d'ordre. Alors pourquoi insistait-il pour un simple entrainement ? Elle devrait avoir une petite conversation avec lui. Mais pour l'instant, elle n'avait plus le choix. Elle déglutit, affichant une moue franchement contrariée et soupira.

Comme dirait Shotra.... S'il le faut....

Sa position changea brusquement, et elle sembla mettre davantage d'appuis sur ses pieds. Elle inclina ses dagues comme elle avait l'habitude de le faire en combat, et se mit à fixer Zakaerii d'un air qui n'avait rien de rassurant. Et cette fois-ci ce fut elle qui le chargea ! Une attaque d'une célérité digne de la succube qu'elle était mais pas seulement. Tout en se précipitant sur lui, elle bondissait à gauche, à droite, revenait au centre, le tout dans un ordre qui n'avait aucune logique. Elle rendait sa trajectoire et ses mouvements imprévisibles.... Elle termina sa course folle et compliquée à suivre d'un bond dans les airs, comme si elle allait attaquer par dessus. Mais au dernier moment elle interrompit son bond pour atterrir juste devant Zakaerii, baissée, et de là elle lui porta un coup de dague croisées. L'attaque vint érafler tout le torse du félin d'un X qui aurait pu être violent et douloureux en combat réel. Le passage passif à l'offensif était flagrant. Elle était encore plus rapide, et dans sa manière de se contorsionner pour esquiver et porter des coups cette fois, elle donnait l'impression de danser en même temps qu'elle combattait.

Il n'y avait plus de quartier visiblement, et Lylim montait au contact. Elle parait les coup de Zakaerii avec ses avant bras et ses poignets, sans jamais lâcher ses dagues qui semblaient maintenant être une prolongation de ses mains. Comme deux grosses griffes acérées à elle.... Ses attaques rapides étaient dangereuse du fait qu'elle les portait avec des dagues, et qu'en temps ordinaire cela produisait des dégâts graves ou mortels. Mais elles n'étaient pas fortes physiquement parlant. Jusqu'ici le félin avait pu jauger de sa force essentiellement sur sa capacité à le bloquer et encaisser ses coups. Mais il y avait une partie de son corps que la demoiselle n'avait pas encore mise en action. Si elle était rapide de ses main mains et de ses bras, lorsqu'il s'agissait d'attaquer avec ses jambes, étrangement sa vitesse était bien moins fulgurante. Tout juste un peu plus supérieure à la moyenne ildirienne. Mais à un moment, elle parvint à placer un coup de pied dans le ventre de Zakaerii.... Qui fut décollé du sol et projeté plusieurs mètres plus loin ! Dans ses jambes, la succube cachait une force monstrueuse ! Heureusement pour le félin, il avait un niveau de maîtrise et une agilité suffisante pour pouvoir éviter et contrer ses coups de pieds dévastateurs, au moins les trois quart du temps voir plus. Et vu la violence, il valait mieux pour lui ! Toutefois, même si Elorias lui avait ordonné de s'entrainer sérieusement, Lylim lui laissa le temps de récupérer son souffle après ce coup là, et de rejoindre la zone de combat. Les touffes de poils au sol étaient les témoins du nombre de fois où la jeune femme avait pu toucher ou frôler Zakaerii. Le pauvre matou avait plusieurs lézardes à déplorer sur divers endroits de son corps. Mais le combat n'était pas fini. Lylim commençait à s'y mettre sérieusement, son gros félin allait peut-être enfin pouvoir en faire de même ! A vrai dire, vu la tournure des choses, il n'avait pas le choix....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 21 Mai 2017 - 9:45


Les explications de la Succube furent particulièrement détaillées et compréhensibles. Ainsi donc, l’énergie nécessaire à l’invocation ou au maintien de Fiélon était directement prélevée au Conjurateur de façon automatique. Mais, effectivement, cela ne changeait pas le résultat qui était que Fleya avait visiblement une quantité d’énergie assez incroyable – pour son âge, à en croire Lylim – pour maintenir deux Fiélons à son service. Mais avait-elle simplement passé un contrat avec eux ? La Succube ne pensait pas qu’il en soit possible autrement et Zakaerii avait parfaitement confiance en son jugement, mais il fallait peut-être envisager toutes les possibilités. « Effectivement, je commence à imaginer un peu le pouvoir que possède Griffe-Lune et je ne peux que concéder que cette petite Suli cache bien son jeu. » Il n’avait jamais douté de sa puissance, n’était-ce que parce qu’il avait pu constater qu’elle était également redoutable lorsqu’elle laissait sa furie s’exprimer – il avait d’ailleurs failli en faire les frais à leur première rencontre. Ceci dit, qu’elle puisse posséder également, en elle, un si grand pouvoir expliquait peut-être pourquoi Revoran était intervenu pour la calmer ou pourquoi il avait mis Zakaerii sur sa route. Tout cela ne pouvait pas être uniquement des coïncidences à répétition. De toute façon, le Suli avait fini par oublier qu’il puisse exister des choses entièrement liées au hasard. Quant à la question que lui posa la Succube, le Félidaë sembla y réfléchir quelques instants. Il ne connaissait pas beaucoup Fleya, mais c’était effectivement un comportement qui aurait pu lui coller. « Je ne la connais pas assez pour pouvoir réellement en juger, mais dans mes souvenirs, c’est une jeune femme très prévenante, concernée par le sort des autres. Je ne serais pas surpris de savoir qu’elle accorde beaucoup d’attention à son Fiélon, faisant fi de cette relation de domination qu’il devrait y avoir, le considérant plus comme un ami. De là à ce qu’elle ne veuille pas le décevoir ou se faire réprimander… J’imagine que ce serait une conséquence logique. » Mais, encore une fois, ce n’était que pire spéculation.

Quoiqu’il en fut concernant leurs compagnons de voyage, Lylim semblait davantage intéressée par ce qu’elle pourrait infliger à son compagnon à poils, consciente de pouvoir voir à travers ses fanfaronnades. Il était vrai, qu’en grande partie, les paroles de Zakaerii concernant la torture d’une pauvre victime étaient quelque chose qui s’apparentait à de l’esbroufe, mais, malheureusement, il ne lui restait que cela pour le moment. Lorsque le temps serait venu, il passerait à l’action, éventuellement. Mais il aurait été trop facile de s’avouer simplement vaincu en concédant la vérité directement à la jeune femme. Un peu de fierté mal placée ? Non, pas nécessairement, mais s’il savait à quoi il pouvait s’attendre de la part de sa compagne de voyage, il n’en restait pas moins capable de se sortir de mauvais pas lui aussi. Il préférait parier sur ses capacités d’adaptation, plutôt que de simplement s’avouer vaincu. « Je suis convaincu que la Capitaine vous en sera gré. Par contre, j’imagine que cela devra rester entre nous. J’ai peur que nos petits camarades, et surtout Elorias, ne soient… décontenancés, par notre petit jeu… » Elorias s’étranglerait certainement de savoir que l’un d’eux jouait le jeu de la Succube, sans chercher à la limiter dans ses actions. Zakaerii était conscient de cela, conscient qu’il poussait Lylim à continuer davantage dans ses exactions, mais c’était aussi une manière pour le Suli d’en apprendre plus sur elle, de savoir ce qu’elle était capable de faire pour le jeu. Un innocent souffrirait probablement un peu pour cela, mais le Félidaë était confiant de pouvoir lui éviter le pire. Quant à ce que pouvaient penser les autres… Le fidèle de Revoran n’avait pas spécialement de comptes à rendre à qui que ce soit, sans oublier que, selon les préceptes de son Dieu, celui qui se laisserait capturer par la Succube ne ferait finalement que mériter ce qui lui arrive, car on ne pouvait pas vraiment dire que la divinité prenait en pitié les faibles, quels qu’ils soient.

Dans l’intimité de la cabine de Lylim, les deux compagnons profitaient du silence pour échanger quelques paroles plutôt légères. L’Once n’aurait eu aucun mal à trouver le sommeil, surtout grâce à la chaleur qui lui apportait le corps de la jeune femme lovée contre lui. Le côté agréable de cette scène – dénuée soudainement de caractère passionnel et sexuel – avait apaisé le Félidaë dont la respiration profonde et lente, menaçait de l’emporter rapidement dans l’inconscience. Ce qui ne manqua pas d’arriver à un moment donné, non sans qu’il ne se soit assuré que Lylim se soit endormie elle aussi. La matinée fut plus propice au retour des petits jeux de mots et aux remarques tendancieuses. La Succube n’avait pas renoncé de gagner un pari contre lui et argua qu’elle n’avait qu’à faire preuve de patience pour y parvenir. « Je suis curieux si vous saurez faire preuve d’autant de patience. » Il n’était effectivement pas tout à fait convaincu qu’elle parviendrait à se maitriser complètement si les choses devaient s’éterniser quelque peu.  Zakaerii ne comptait pas faire une quelconque résistance concernant les paris qu’il devrait honorer – car il aurait pu rechigner à passer des paris – ceci étant dit, les occasions d’en passer ne se présenteraient pas nécessairement rapidement. En tout cas, il la laissa sur ces paroles, ne la retrouvant que pour leur petit-déjeuner improvisé, où elle ne manqua pas de lui faire comprendre qu’elle avait déjà lorgné sur lui, qu’il était trop tard pour l’empêcher de se lécher les babines. Son sourire en disait long sur ce qu’elle pensait réellement derrière ses mots et le Suli se contenta, pour toute réponse, de sourire à son tour, bien que légèrement gêné. Ils finirent tranquillement de manger et se mirent en place pour l’entrainement. Le Félidaë fut surpris de voir que la Succube ne semblait pas partager son enthousiasme pour cette confrontation amicale. Si elle avait pu y avoir un attrait, l’idée de devoir utiliser ses dagues ne l’enchantait guère. Il pouvait la comprendre, mais son partenaire était relativement confiant et, surtout il désirait la voir au maximum de ses capacités, pour que sa curiosité soit satisfaite. Aussi ne se contenta-t-il pas de la voir esquiver et riposter mollement. Afin d’essayer de la motiver à y mettre davantage de bonne volonté, il la poussa de plus en plus dans ses retranchements, alternant coups de poings et de pieds, rivalisant d’agilité pour essayer de la réveiller. Elle ne manqua pas de riposter, mais tout ceci semblait bien mou par rapport à ce qu’il avait pu voir durant l’attaque des pirates. Pourquoi ne jouait-elle pas le jeu ? Craignait-elle vraiment de le blesser ? Ne lui démontrait-il pas qu’il était capable de rivaliser un minimum avec elle ? Il se mit à douter. Le ménageait-elle parce qu’elle pensait réellement qu’il n’avait aucune chance ? Il espérait qu’elle lui ferait au moins l’honneur de le lui prouver directement… Accélérant encore, il continua ses assauts, ses esquives, essayant de pousser Lylim à autre chose que des parades et des blocages. En vain.

Ce fut finalement Elorias qui intervint, interrompant, sans le vouloir, le combat en déplorant l’attitude de sa Fiélonne et en lui ordonnant de se battre avec tout ce qu’elle avait. L’air surpris de de Lylim laissa Zakaerii perplexe, mais, surtout, la réaction du vieil homme avait déçu les espoirs du Suli. S’il y avait bien une chose qu’il n’avait pas voulu, c’était qu’on force la Succube à se battre à son potentiel maximum. Il avait espéré pouvoir l’amener de lui-même à lui faire confiance et à donner tout ce qu’elle avait, consciente que son partenaire d’entrainement encaisserait le choc. Le changement d’attitude frappa le Félidaë, tout autant que la jeune femme elle-même. Il était désormais exaucé, mais il suffisait de croiser le regard de la jeune femme pour comprendre qu’elle ne le faisait pas de gaîté de cœur… Surpris par cette différence de potentiel, le fidèle de Revoran ne put immédiatement ajuster ses propres coups et esquives. La rapidité et l’agilité de Lylim était spectaculaire et elle prit facilement l’avantage. Ses dagues mordaient son pelage et parfois même sa peau, qui commençait à se couvrir de légères entailles. Rien de bien dramatique, mais il devait commencer à faire attention. Pourtant son adversaire se montra encore une fois de plus imprévisible, allant jusqu’à lui administrer un violent coup de pied au ventre, l’envoyant bouler sur quelques mètres, de l’autre côté du pont. Se réceptionnant sans trop de mal, Zakaerii eut conscience qu’il allait devoir monter le niveau une nouvelle fois s’il ne voulait pas finir la peau entièrement constellée d’égratignures diverses. Profitant du léger répit que la Succube lui accorda, il ferma les yeux quelques secondes et, lorsqu’il les rouvrit, son pelage, d’ordinaire si blanc – mais qui laissait entrevoir quelques tâches rouge sang – se couvrit d’une aura d’un rouge sombre. Lorsqu’il posa son regard sur la Succube, ses yeux, d’ordinaire d’un bleu glacier très clair, avaient viré au rouge flamme. Une seconde plus tard, il s’élançait vers son adversaire avec une rapidité rivalisant avec celle de cette dernière. Lylim put rapidement constater que son gros matou possédait désormais une vitesse, une agilité et une force décuplée. Il multipliait les coups, apparemment sans trop de logique, se contentant de les enchainer, mais lorsqu’elle se retrouva acculée, elle comprit que rien n’avait été laissé au hasard jusque-là et elle dut se contenter d’enchainer un violent coup de pied de son adversaire, qui lui rendait la monnaie vis-à-vis de son coup précédent. Alors qu’il la laissa se relever, le Suli lui adressa un très léger sourire. « Ayez confiance en moi, Lylim. Et ayez confiance en vous. » Il savait qu’elle pouvait se lâcher complètement contre lui, et il était convaincu que si elle devait lui porter un coup fatal, elle arriverait à se retenir au moment adéquat. Elle ne le blesserait pas, mais elle devait jouer le jeu, non pas parce que c’était un ordre, mais parce qu’ils se le devaient, parce que c’était la promesse qu’ils s’étaient faites en acceptant cet entrainement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 21 Mai 2017 - 11:49

Lylim acquiesçait en croisant les bras. Elle resta un instant pensive à l'avis de Zakaerii, qui sans pouvoir affirmer les choses, trouvait qu'il était néanmoins possible que Fleya adopte ce genre de comportement. La succube se gratta la tête visiblement très perturbée par le profil de la tigresse.

Je ne comprends pas comment elle parvient à avoir autant de puissance et d'influence avec son comportement. Normalement, elle aurait dû se faire dévorer toute crue par le premier fiélon qui aurait senti la bonne affaire. Et là, elle a déjà deux monstres à sa solde, toute une troupe d'aventuriers émérite prêts à se sacrifier pour elle, et elle parvient même à semer la zizanie dans l'univers des conjurateurs esclavagistes. Franchement ça me sidère, ça ne suit absolument aucune logique toute cette histoire. C'est comme si on vous annonçait que vote Dieu venait de confier ses plus puissants pouvoirs à une fillette de huit ans.

Ce monde lui donnait parfois l'impression de marcher sur la tête. Mais au fond, c'était parce qu'il était aussi imprévisible et surprenant que Lylim ne pouvait pas s'en passer. Un peu comme si dans ce monde là tout était possible. Le meilleur comme le pire.... Et elle était tout à fait disposée à œuvrer dans le pire. D'ailleurs son futur petit jeu avec Zakaerii en serait un témoignage poignant. Elle afficha un air assuré et déterminé à la recommandation de son gros matou.

Ne vous en faites pas, la discrétion va de soi ! Je nous trouverais un petit coin tranquille et je sais déjà comment exploiter les failles de mon contrat.

Si ce pauvre Elorias assistait à cela nul doute qu'il en ferait une syncope. Elle savait bien qu'il serait fou de rage, mais elle savait aussi faire ses bêtises dans son dos. Elle était une fiélonne, et elle n'allait pas changer sa nature pour ses beaux yeux. Elle se demandait s'il trouverait qu'elle irait trop loin en tuant la pauvre victime de ses petits jeux. Connaissant le félin, il y avait fort à parier que oui. Se doutait-il seulement de jusqu'où elle était capable d'aller ? En tout cas il n'était pas sûr qu'elle avait la patience nécessaire pour attendre que s'accomplisse leur petit pari. Elle lui répondit avec aplomb.

C'est très facile pour moi, je n'ai pas le choix.

Dans un sens elle pouvait très bien triché mais elle était gourmande, et si elle ne laissait pas les choses se faire comme convenue, elle savait qu'elle ne trouverait pas ce petit goût si particulier et jouissif qu'elle attendait. Il fallait laisser le tout mijoter comme un bon petit plat. Mais ici, Zakaerii tâchait de lui offrir plutôt un plat de résistance. En effet le combat commençait à faire rage, et la demoiselle avait cessé de le ménager, ce qui se sentit immédiatement. Le pauvre matou n'avait pas eu le temps de pouvoir correctement ajuster sa puissance, et ce retrouva au tapis. Très temporairement toutefois, juste le temps de se relever et.... De briller d'une aura rouge qui n'indiquait rien qui n'aille à la succube. Elle savait qu'il était sous la protection d'un dieux, et le regard carmin qu'il arborait à présent était très explicite, ça allait chier ! Mais loin de se laisser intimider, la succube afficha un petit rictus en coin.

Intéressant....

Elle savait que ça allait faire mal, mais sa sacro-sainte curiosité venait de se réveiller avec violence, et lui commandait de le pousser à bout pour en savoir plus. Le moins qu'on puisse dire c'était qu'elle ne fut pas déçue. Même vitesse mais avec une puissance digne de Loth ! A présent elle en était sûre, ce gros lourdaud se ferait retourner comme une crêpe si Zakaerii se donnait à fond. Mais pour l'heure elle devait elle même se mettre à niveau. Elle n'avait pas de répit et ses marges de manœuvre étaient millimétrées. Si elle était parvenue à maintenir ses positions, le coup de pied qu'il lui rendit l'envoya à terre. Habituée à ce genre de situation, et bien qu'elle était sur le dos, le corps de Lylim se contracta sous une impulsion musculaire généralisée, et en un bond elle se retrouva de nouveau.... Sur la pointe des pieds. Elle pencha sa tête d'un côté et de l'autre pour faire craquer ses cervicales. Zakaerii l'incita une fois encore à se laisser aller.... Et le petit sourire carnassier qu'elle afficha commençait à en dire long sur son état d'esprit.


C'est qu'il pourrait presque abîmer mon enveloppe ce vilain minou tout rouge....

Sa peau était déjà bien rougie à plusieurs endroits, et il était clair qu'avec les coups qu'elle avait déjà reçu elle allait avoir des bleues un peu partout.... Mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter. Elle le chargea de nouveau, toujours dans une trajectoire imprévisible, avant de finir par bondir juste devant lui. Mais au lieu de faire une attaque de face comme sa position lui imposait de le faire, elle contorsionna une fois encore son corps, dans un mouvement de côté, comme si elle tombait. Sauf qu'elle se mit en appuie sur la jambe du côté de la fausse chute, et qu'elle releva violemment l'autre jambe pour enfoncer avec brutalité son genou dans le plexus du félin. Elle n'avait pas modéré son coup, persuadée que l'influence du dieu avait surement multiplié la résistance physique de son disciple. De toute manière, si l'Once s'effondrait en se tenant le torse et en ne parvenant plus à respirer, elle saurait tout de suite qu'elle s'était fourvoyée. Ce qui ne fut heureusement pas le cas. L'attaque avait eu son petit effet, tout juste celui nécessaire pour entamer un combo qui promettait d'être à couper le souffle.... Le court laps de temps offert par l'attaque lui permis de reprendre une position plus stable, et surtout de lui asséner un violent coup de dague au niveau du foie.

N'étant que dans une session d'entrainement, elle y était avec le pommeau de son arme, mais c'était suffisant pour provoquer une douleur très conséquente, qui avait déjà mis à genoux plus d'un dur à cuir. En théorie, elle aurait du l'achever avec un ultime coup au niveau de son entre-jambe. Mais même si elle ne doutait pas qu'il s'en serait mis tôt ou tard, il ne fallait pas exagérer non plus. Ainsi, plutôt que d'essayer de le castrer à coup de pied, elle feignit de lui donner un coup à cet endroit là, mais au lieu d'y mettre une quelconque puissance ou de veiller à atteindre sa cible, et porta sa réelle attaque à un tout autre endroit. En effet, elle avait profité de la diversion pour jeter de toutes ses forces sa tête contre la tempe gauche de son gros félin, achevant ainsi son combo. Quelques petits bonds en arrière pour observer le résultat, elle semblait particulièrement ravie de son coup de boule. Cela faisait des lustres qu'elle n'en avait pas donné, et même s'il lui était plus appréciable de les infliger sous sa vraie forme, même ainsi cela restait jouissif.


Je sens que vous pouvez faire mieux...

Elle remonta à l'assaut, s'évertuant cette fois-ci à faire parler ses dagues, qui fendait les airs, mais aussi les poils et le tissu. Sous le couvert de ses attaques, la chipie découpait minutieusement les vêtements de son gros matou à des endroits clefs. Ainsi, lors d'un de ses prochains coups violents, le pauvre félin ne se douterait pas que ses habits ne pourraient en supporter davantage, et qu'ils s'effondrerait en lambeaux sur ses chevilles. Heureusement pour lui, les marins étaient déjà repartis à leurs affaire, Cassiopée ayant beaucoup d'autres tâches plus importantes à leur faire faire que de les laisser regarder des entrainements. Le piège était en place pour Lylim, il lui suffisait à présent de tenir bon !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 21 Mai 2017 - 19:59


Lylim était visiblement perplexe devant le cas « Fleya ». Et elle aurait pu l’être autant qu’elle le souhaitait, le Suli avait beau comprendre ce qu’elle essayait de pointer du doigt, la seule chose qu’il pouvait penser c’est que Griffe-Lune était peut-être l’exception qui confirmait la règle, le petit grain de sable dans toutes les grandes théories, le seul exemple sur lequel on ne pouvait pas se baser pour spéculer. Si elle était effectivement aussi naïve, peut-être que Shotra et Loth en avaient profité, d’une certaine manière, mais qu’ils trouvaient plus intéressant de garder leur Conjuratrice en vie pour le moment. Shotra, visiblement le premier arrivé – puisque Zakaerii n’avait pas connu l’autre Fiélon, à l’époque – avait peut-être été simplement surpris du comportement de la Conjuratrice qui venait de l’invoquer. Cependant, il y avait une chose qu’il pouvait peut-être expliquer. « Pour tout ce qui touche de près ou de loin aux Conjurateurs, je ne saurai dire. Par contre, c’est bel et bien son comportement qui explique pourquoi nous sommes tous là, à essayer de la sauver. A traiter les gens avec bienveillance, il arrive parfois, que ces mêmes personnes vous le rendent quand vous en avez besoin. » Bien entendu, ce n’était pas toujours vrai. Certaines personnes se contentaient de profiter de votre bienveillance à leur égard, sans jamais vous rendre un seul service. Mais, entre sa façon d’être et sa jolie bouille comme pouvait le faire remarquer la Succube, il n’était pas étonnant que certaines personnes acceptent de mettre leur vie en jeu pour lui donner un coup de main. Ce mystère résolu, du moins pour le Félidaë, il restait bien entendu tout le reste, mais, à tout cela, il ne pouvait malheureusement pas répondre. Les principaux intéressés étaient les seuls à pouvoir aider la jeune femme à satisfaire sa curiosité, et, malheureusement, il serait difficile de les faire parler. « Je vois que vous avez déjà pensé à tout, il me tarde de vous voir mettre votre plan en action. » Il n’était pas certain que ce soit une bonne nouvelle, mais, encore une fois, il ne pourrait rien y changer. Ceci dit, il fut surpris qu’elle lui annonce aussi facilement qu’elle connaissait comment exploiter les failles de son contrat. Cela ne l’étonnait guère, car il commençait à connaître la demoiselle, mais elle n’avait aucune crainte à le lui annoncer de but en blanc. Mais, d’une certaine façon, il ne pouvait pas y faire grand-chose. « C’est Elorias qui serait probablement le premier intéressé par ces révélations. » Il lui adressa un petit sourire, mais elle pouvait être sûre qu’il ne serait pas homme à courir vers le Conjurateur pour le prévenir, loin de là. Après tout, ce n’était pas ses affaires.

A l’heure de leur petit duel, l’intervention d’Elorias fut peu appréciée par le Suli, mais elle eut le mérite de pousser Lylim à jouer finalement le jeu tel qu’il le voulait. Il avait conscience qu’elle pouvait se révéler dangereuse, mais, encore une fois, il connaissait ses propres talents et si elle venait à le battre, il lui faisait confiance pour ne pas trop l’abimer et retenir le dernier coup, au besoin. Elle lui montra cependant l’étendue de ses talents, le poussant à dévoiler les siens. Faisant appel à ses ressources divines, il laissa la puissance de Revoran s’emparer de lui, se reflétant physiquement par cette aura rougeâtre et le changement de couleur de ses yeux. Durant un certain temps, il le Suli voyait ainsi sa force, son endurance, sa vitesse et son agilité se décupler, ce qui, couplé à ses talents martiaux naturels lui permettait de devenir un combattant particulièrement dangereux et coriace. La Succube eut d’ailleurs l’occasion de pouvoir s’y frotter. Cependant, Zakaerii ne manqua pas de remarquer qu’elle semblait enfin prendre du plaisir à cet exercice, comme si, soudainement, il avait pu relever l’intérêt qu’elle possédait pour ce qu’elle avait d’abord boudé. Bien entendu, peut-être que le fait de lui montrer l’étendue de ses talents était une motivation supplémentaire pour elle. Toutefois, le Félidaë ne fit pas dans la dentelle et ne manqua pas de déstabiliser son adversaire, jusqu’à l’envoyer au sol, une première fois. Elle se releva sans mal, d’un très athlétique bond. Il n’entendit pas ce qu’elle dit à propos de son vilain minou tout rouge, mais, s’il l’avait entendue, il aurait probablement eut un petit rictus amusé. Peut-être lui aurait-il répondu, non sans malice, qu’elle n’avait pas encore tout vu. Dans tous les cas, il attendait la suite des évènements, laissant l’opportunité à la jeune femme de frapper à nouveau la première. Une erreur, probablement, mais ce n’était qu’un entrainement. Ce fut d’ailleurs ce qui le sauva quelque peu dans la suite. L’enchainement produit par Lylim fut magistralement exécuté. Sa frappe du pied dans son plexus ne l’immobilisa pas, mais il fut conscient que sans les pouvoirs conférés par Revoran, il se serait retrouvé au sol, malgré son endurance naturelle. Mais elle ne lui laissa pas le temps de respirer, enchainant avec un violent coup du pommeau d’une de ses dagues dans le foie, avant d’achever son enchainement vers un coup porté vers… son entrejambe. Il tenta d’ailleurs de parer ce dernier mais elle retint son coup au dernier moment, laissant le Suli perplexe, juste avant qu’elle ne lui assène un violent coup de tête au niveau de la tempe. Sonné, Zakaerii chancela en arrière, se rattrapant d’une main au bastingage pour éviter de chuter au sol.

Décidément, cet affrontement commençait à prendre une dimension particulièrement intéressante. Lylim était véritablement une combattante hors pair, et cela faisait plaisir à voir, même si, physiquement parlant, ce n’était pas aussi agréable pour lui. Il se redressa finalement, fixant la jeune femme qui s’était légèrement écartée de lui. Elle ne lui laissa, cette fois-ci, pas le temps d’un répit, mais cela ne le dérangea pas. Il répondit avec puissance et rapidité à chacun de ses coups, virevoltant entre les dagues, qui ne fendaient que l’air, ou alors ne faisaient que le frôler de très près. Cependant, il commençait à sentir son pantalon montrer des signes de faiblesse et il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre compte de ce qu’essayait de faire Lylim. Il ne put s’empêcher d’en sourire, se disant qu’elle ne perdait jamais le Nord. Soit. Si elle essayait de faire mumuse avec ses dagues, il allait devoir remettre les choses sur un niveau d’égalité. Conscient que son pauvre vêtement ne ferait plus long feu, il profita d’un coup porté à la Succube, pour déchirer les restes de son pantalon. Oui, le Suli était littéralement nu dessous, mais, heureusement il lui restait un pelage. Cependant, il ne laissa pas le loisir à la jeune femme de profiter de la vue et, sans crier gare, lui lança les lanières de tissu à la figure, pour la gêner. Il profita de ce court laps de temps pour s’approcher et lui offrir une petite démonstration de son cru. Alternant les coups, le Félidaë, agrippa d’abord un poignet, puis glissa derrière son adversaire avant d’exercer une légère force – tout était relatif – afin de la faire se tourner violemment sur ses propres appuis. La main tenue rencontra violemment le poing de l’Once, forçant la jeune femme à lâcher sa première arme. Mais, bien entendu, Zakaerii ne s’arrêta pas en si bon chemin et, profitant de son inertie, relâchant le poignet désarmé, il donna un coup de poing dans le ventre de Lylim, la repoussant de quelques pas en arrière, puis cibla d’un coup de pied son autre main, qui tenait encore une arme. Si la Succube avait rechigné à utiliser ses armes au début, elle était désormais servie. Mais le fidèle de Revoran n’allait pas la sous-estimer pour autant, conscient qu’elle s’était déjà montrée particulièrement redoutable au corps à corps et qu’elle n’avait probablement pas besoin de ses armes pour cela. Non, la suite promettait d’être véritablement intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 22 Mai 2017 - 12:43

La succube restait pensives aux propos du félin. Il n'y avait bien que chez les ildiriens qu'elle avait pu voir autant de gratitude se manifester. Et surtout au point que certains viennent à mettre leur vie en jeu. Elle ne savait toujours si elle devait trouver ça admirable ou complètement insensé. Ce qui était très certainement fou par contre, c'était la proportion qu'avait Zakaerii à la pousser vers le vice. Même si elle n'avait pas vraiment besoin qu'on l'y pousse.... Il affirmait être impatient de la voir se mettre à l’œuvre, chose à laquelle elle répliqua un sourire carnassier en coin.

Pas autant que moi....

Là dessus elle avait en effet hâte certainement plus que n'importe qui. Même l'allusion à Elorias ne sembla pas l'inquiéter outre mesure, et pour cause.

Elroias n'est pas né de la dernière pluie, je suis certaine qu'il se doute bien de ma position sur la question. Depuis le temps il sait pertinemment que j'ai déjà toutes les clefs en tête. Peut-être pas lesquelles mais tout de même. Je n'irais pas à dire qu'il ferme les yeux, mais plutôt qu'il ne peut pas toujours être sur mon dos. Il n'a pas le choix il doit prendre le risque, et faire des sacrifices aussi de son côté.

Ce qui n'empêchait pas le vieux sage de lui faire quelques coups inattendus de son côté aussi. Ainsi il força Lylim à se battre plus sérieusement. Et si Zakaerii n'approuvait pas du tout la méthode employée, il n'allait pas être déçu du voyage pour autant. D'autant plus que la jolie rousse se mit à prendre un plaisir non feint à le rosser, en toute amitié bien entendu. Elle lui avait offert un sympathique petit combo de son cru, qui aurait eu le mérite de mettre K.O ou plus n'importe qui d'autre. De quoi faire honneur à la puissance prêtée par Revoran ! Le pauvre félin en fut étourdi, obligé de se tenir pour ne pas chuter. Mais il lui fallait plus que ça pour se décourager.

La petite embuscade de la succube ne lui était pas non plus passée inaperçue, mais plutôt que de se contenter de subir cette mise à nu, il décida d'en jouer. D'un geste magistrale, il avait déchiré les restes de son pantalon, et dans un mouvement digne des meilleurs strip-teaser , il jeta ses frusques sur Lylim, lui cachant le belle vue qu'elle avait travaillé à avoir. Le temps de repousser ce tissu indécent, il l'avait déjà attrapé. Tout alla très vite, Lylim perdit une première dague, essuya un coup bien senti au niveau du ventre, avant qu'un autre ne vienne la priver de sa seconde dague. Quelques petits bonds en arrière pour lui permettre de jauger de nouveau la situation, et bien entendu de reluquer sans honte ni vergogne son pauvre gros matou, et la voilà qui partait de nouveau à l'attaque, non sans le gratifier d'un petit compliment.

Très bien tout ça....

Parlait-elle de sa manière de combattre ? De sa plastique ? Des deux ? Le félin aurait tout le loisir d'y réfléchir plus tard car elle arrivait de nouveau. Mais ses mains à présent libres, elle adopta encore un autre style de combat. Elle augmentait ses bonds et les ondulations de son corps, jusqu'à bondir d'une manière particulière juste devant Zakaerii. En effet, elle atterrit les mains sur le sol, et ses jambes dans les airs, qu'elle déploya immédiatement avant de tourner sur elle même avec vitesse. Ses jambes prirent alors le rôle d'une hélice qui tournoyaient dangereusement en distribuant des coups de pieds ravageurs et violents, leur puissance étant décuplé par une forcer d'inertie croissante au fur et à mesure qu'elles tournaient. La suite de ses attaques enchaînaient dans ce style étrange, très acrobatique, mais aussi à la fois très aérien et près du sol. L'impression d'une danse martiale était très poignante en cet instant. Il n'y avait plus à douter qu'elle était avant tout une latteuse confirmée. Ses mains lui servaient essentiellement d’appui ou d'aide pour maintenir son équilibre. Pour le reste, ses jambes se chargeaient des coups, amplifiés par des bonds ou des tournoiement qui rendaient très difficiles et douloureuses les parades. La jolie rousse ne ménageait pas ses efforts ! Au détour d'une pirouette d'esquive elle se retrouva derrière le félin, et profita de la proximité pour lui infliger une claque retentissante sur son pauvre postérieur, qui n'avait pourtant rien demandé. Le tout en riant aux éclats de sa bêtise. A ce petit jeu elle semblait infatigable....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 22 Mai 2017 - 19:50


Ainsi donc Lylim état convaincue qu’Elorias fermait les yeux sur certaines de ses actions ? Le Suli dut admettre que c’était probablement la meilleure chose à faire pour le Conjurateur qui ne pouvait décemment être tout le temps derrière sa Fiélonne. La preuve en était avec cette discussion. Si le vieil homme n’avait eu ne serait-ce que la moindre idée de ce qui se tramait depuis quelques jours, il se serait probablement insurgé de savoir que le Félidaë commençait à tremper dans les affaires de la Succube, jouant volontiers ses petits jeux, parfois particulièrement dangereux, comme celui qu’ils venaient de lancer et qui coûterait surement quelques mauvais moments à passer pour une victime innocente. Mais comme elle le faisait si justement remarquer, Elorias aussi devait apprendre à fermer les yeux, sans quoi il serait probablement devenu fou, ou du moins c’était ainsi qu’il l’imaginait compte-tenu de la vitesse à laquelle sa Fiélonne semblait capable d’échafauder les plans les plus élaborés pour parvenir à ses fins. Mieux valait probablement lui offrir satisfaction de temps en temps plutôt que de se faire des cheveux blancs prématurément à tenter -  vainement – de stopper toutes ses tentatives. Zakaerii en avait déjà d’ailleurs déjà fait les frais, même s’il avait réussi à désamorcer chaque situation jusqu’à présent, il avait conscience que sa chance ne durerait pas et qu’il devrait faire attention, ou simplement laisser passer certaines choses, afin de pouvoir tenir la distance, en quelque sorte. Et puis, il y avait aussi cette idée selon laquelle accéder à certaines de ses lubies n’était pas forcément un mal en soi. Lui servir de Fiélon n’était clairement pas quelque chose d’orthodoxe, assurément, et certains pourraient le voir d’un mauvais œil ou considérer le Félidaë comme fou d’avoir accepté une telle position, mais étant donné la liberté qu’elle lui avait offerte dans la proposition, cela ne pouvait pas tellement tourner à son désavantage. Il restait à savoir quels allaient être les véritables termes de leur contrat, mais, pour cela, elle devait encore gagner un pari.

Et, pour l’instant, l’un des deux devait gagner ce petit affrontement d’entrainement, qui commençait à prendre des allures… bizarres. Lylim semblait finalement prendre goût au combat, malgré l’injonction imprévue d’Elorias la poussant à ne pas se limiter. Reconnaissait-elle un minimum le talent de son compagnon pour ainsi commencer à oublier les conséquences possibles et se laisser ainsi aller ? Peut-être. En tout cas, ce n’était pas Zakaerii qui allait s’en plaindre, même s’il aurait probablement préféré qu’elle ne cherche pas ouvertement à le dénuder en public. Mais la Succube restait ce qu’elle était, fidèle à elle-même. Et plutôt que de s’en formaliser ouvertement, il avait plutôt cherché à en prendre parti. Si la jeune femme avait pensé le handicaper, il retourna rapidement cette petite situation à son avantage, prenant les devants et se dénudant quasi-complètement – il ne lui restait plus que sa paire de bottes sur-mesure – conscient que, malgré tout, il lui restait son pelage. Et même si Lylim ne manquerait pas de profiter de la vue qui s’offrirait à elle, cela lui donnerait une diversion bienvenue, dont il se servit d’ailleurs pour désarmer son adversaire. Elle n’avait que trop sévie avec ses dagues. La laissant reculer après l’avoir délestée de ses dagues, le Félidaë était conscient qu’elle ne manquerait pas de répondant pour une si petite perte. Capable d’une telle agilité au combat, il y avait fort à parier qu’elle n’avait pas besoin de ses tranchants métalliques pour opposer une farouche résistance au Suli. Tout ce qu’il pouvait espérer, c’était qu’elle n’avait pas nécessairement l’habitude de se battre à mains nues. Mais il déchanta pourtant assez rapidement alors qu’elle repartait à l’assaut, non sans un compliment à double sens, tellement typique de sa part. Elle développa ensuite un style totalement différent de ce qu’elle avait pu montrer jusque-là, se servant de ses pieds comme armes, reposant sur ses mains pour ses mouvements. Ses coups ne manquaient pas de puissance et les bloquer se révélait particulièrement difficile pour l’Once, même sous l’effet de l’aura de Revoran. Il se concentra donc davantage à esquiver les coups, guettant les ouvertures dans la garde de la Succube.

Et c’est ainsi que leur entrainement prit une réelle dimension de danse. Les quelques regards extérieurs qui se portaient sûr eux semblaient perplexes. Oui, ces deux-là étaient en train de combattre, mais au lieu d’échanger des coups, ils ne faisaient qu’éviter, avancer, reculer, dans une sorte de chorégraphie millimétrée. Mais, finalement, ce n’était pas si loin de la vérité. Ils continuèrent ainsi de longues minutes, parcourant le pont presque dans son ensemble, se servant des éléments qui les entouraient pour tenter de prendre l’avantage ou pour accentuer leur défense. Zakaerii se basait principalement sur sa vitesse pour esquiver les frappes de Lylim, guettant chaque ouverture, essayant de s’y glisser mais sans parvenir à la surprendre. Elle était coriace et s’était tout à son honneur. C’était agréable d’avoir un réel challenge de temps en temps. Ils continuèrent encore et encore, chacun n’arrivant finalement pas à trouver la faille, pas tout de suite. Ce fut finalement le Suli qui commit une erreur, probablement poussé à la faute par la Succube qui ne manqua pas de mettre sa ruse à contribution. Alors qu’il tentait d’esquiver une nouvelle attaque, l’une de ses jambes se prit dans un cordage auquel il n’avait pas fait attention. Ralenti et déséquilibré, la jeune femme ne manqua pas l’occasion pour le frapper de plein fouet. L’impact fit voler le Félidaë en arrière jusqu’à ce que son vol plané ne fut violemment stoppé par un mât. Il tomba ensuite lourdement au sol. Il resta immobile quelques très courtes secondes avant de se redresser sur ses bras, non sans une certaine lenteur. L’aura rouge qui nimbait son pelage blanc se dissipa et son regard retrouva sa couleur glacier habituelle. Il leva une patte en direction de son adversaire, l’invitant à arrêter là leur entrainement. « Je crois que vous avez gagné cette manche Lylim. » Il resta au sol, esquissant tout de même un sourire en direction de son adversaire, mais se laissant néanmoins le temps de reprendre son souffle et à son corps de se remettre du dernier choc qui, malgré sa résistance accrue, n’en n’avait pas été indolore. Il s’installa finalement en tailleur à même le sol, tournant sa tête sur le côté pour soulager sa nuque. Il laissa à la Succube le temps de profiter des applaudissements des restes du public et, lorsqu’elle le rejoingnit enfin, il lui adressa un large sourire. « Alors ? Que pensez-vous des capacités martiales de votre futur Fiélon ? » Zakaerii s’était bien entendu assuré que les oreilles d’Elorias – ni même de trop de monde – ne trainent dans le coin avant de lui poser cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 23 Mai 2017 - 6:25

Lylim comptait bien combattre jusqu'à ce que ses muscles refusent de bouger, et le moins qu'on puisse dire c'était jusqu'ici, elle était servie. Cela lui faisait bizarre, de ne pas combattre de manière létale. D'ordinaire ses combats tournaient au court car elle frappait pour tuer, et rien d'autre. Surtout qu'elle savait où frapper pour parvenir à ses fins. C'était un exercice rafraîchissant qui avait le don de faire travailler son endurance et sa technique. Elle n'avait pas souvent l'occasion de faire appel à son environnement pour s'aider dans sa tâche. Mais la mésaventure de Zakaerii lui rappela que ce même environnement pouvait lui causer sa perte. Ce fut le cas du félin qui se prit les pattes dans du cordages, permettant à Lylim de lui donner le coup de grâce. Le pauvre félin vola si violemment contre le mat que sur le coup, la succube se demanda si elle ne s'était pas un peu laissée emporter. Y était-elle allée un peu trop fort ? Elle s'approcha un peu inquiète surtout en voyant l'aura de Zakaerii disparaître. Mais plus de peur que de mal ! Son gros matou en avait vu d'autres, et si ce coup là avait été un peu plus costaud que les autres, il lui en fallait plus pour se faire blesser.

Néanmoins, il mit fin à l'entrainement, ce qui n'était pas plus mal, Lylim affichant déjà des bleus un peu partout sur son corps et surtout sur les zones qu'elle avait utilisé pour parer les coups de Zakaerii. Elle s'approcha de lui tout sourire et un peu haletante.


Vous pouvez vous vanter de m'avoir donné un sacré fil à retordre !

La jeune femme adressa un sourire et fit un petit signe de la main à ses spectateurs qui applaudissaient les deux combattants émérite. Elle tendit ensuite la main à son gros matou qui était assis en tailleur pour l'aider à se relever, tout en lui répondant visiblement ravie.

Je trouve qu'il s'est battu comme un lion ! Un comble pour un Once mais qu'importe. Vous devriez vous entraîner contre Loth, et lui donner une bonne leçon ! Déjà parce que ça m'amuserait de le voir piquer dans sa fierté et aussi parce que ça vous donnerait matière à vous améliorer. Car vous pourrez lui taper dessus de toutes vos forces et de tout votre saoul qu'on ne verra pas la différence ! Il sera toujours aussi stupide qu'avant hi hi hi ! Et vous pouvez y aller, le temps que la douleur lui monte au cerveau à celui-là.... Il est très endurant.

Même si elle avait d'excellentes aptitudes au combat, Lylim savait qu'elle n'avait pas la résistance et la force brute de Loth. Elle avait en revanche beaucoup plus de stratégie et de vitesse ce qui permettait aisément de compenser. Zakaerii étant à ses yeux pareil, quoique sa force était plus conséquente du fait qu'il utilisait également ses bras, il avait toutes ses chances pour pouvoir prendre le dessus. Lylim examina brièvement Zakaerii tout en se massant les épaules et en faisant craquer quelques unes de ses articulations.

Ça va aller ? Pas trop de bobos ? Ce n'était peut-être pas très raisonnable de m'avoir fait combattre avec mes dagues, regardez-vous ! Vous êtes tout éraflé de partout ! Venez avec moi, on va nettoyer tout ça.... Et vous trouver un autre pantalon avant que vous ne fichiez des complexes à la plupart des hommes à bord, hé hé hé ! Mon petit chat botté !

Le pauvre félin n'avait plus que cela sur lui.... Lylim conduisit Zakaerii dans une cabine. Elle lui avait demandé de retirer ses bottes, et lui dit de l'attendre, le temps qu'elle ailler chercher le nécessaire pour la suite. Mais elle revint en portant une énorme bassine d'eau fumante.... Elle avait tout de même vu gros à ce niveau là. Elle posa la bassine à terre et se releva avec son sourire carnassier en coin, celui qui ne présageait rien de bon... Et surtout pas quand elle disait en plus.

Vous permettez ?

Sans crier gare, elle poussa son gros matou dans l'espèce de gros tonneau de bois ouvert, qui servait de petite baignoire d'appoint à bord. A peine le matou atterrit dedans qu'elle s'empara de la bassine et lui versa pas loin d'un tiers de son contenu dessus. Le pauvre Zakaerii était trempé, et ce fut à ce moment là qu'elle sortie de sa poche.... Une briquette de savon.

Je disais donc, nettoyons tout ça !

Et sans la moindre gêne elle se mis à frotter la savonnette contre le pelage du matou histoire de le faire mousser, avant d'entreprendre un shampoing ! Pas décontenancée le moins du monde, la succube se mit à faire la conversation, comme si de rien n'était, visiblement pas dérangée par la situation.

Vous savez que d'ordinaire je ne me bas quasiment jamais aussi longtemps ? Cela me rappelait mes premiers combats loin de ce monde hé hé ! Je suis contente, moi qui pensais être rouillée sur les affrontements longs, visiblement ça ne s'oublie pas.

Tout en débarrassant le suli de la poussière du combat et des taches de sang, elle en profita pour lui masser doucement le crâne, ayant pu voir à quel point cela pouvait détendre les gens. Après s'être bien occupé de sa tête, puis de sa nuque, elle s'attaqua à son dos, où son massage se fit plus intensif et plus pénétrant, afin de pouvoir atteindre les muscles les plus profonds. Elle continuait de lui parler, mais d'une voix plus douce, plus calme, comme s'il était endormi et qu'elle ne voulait pas le réveiller.

Vous devriez donner des leçons à Fleya. Elle sait très bien se battre avec son arme, ça c'est certain. mais à mains nues j'ai toujours l'impression qu'elle chasse plus qu'elle ne combat. On dirait vraiment un fauve. Elle se jette sur ses adversaires, s'accroche à eux pour les labourer à coup de griffes, et surtout elle les mord à la gorge. Je vous assure que je l'ai déjà vu dévorer partiellement un ennemis. Bon j'avoue que mastiquer un cou jusqu'à la jugulaire reste une valeur sûre pour tuer quelqu'un, mais ça n'est pas toujours possible. Si elle fait face à une goule ou une créature empoisonnée...

La succube faisait rouler doucement les muscles sous ses doigts, délassant ces derniers et les prévenant de toutes courbatures possibles au passage. Elle en profita pour examiner les éventuelles plaies qu'elle avait pu causer et qui aurait nécessité des soins. Mais il n'y avait que des éraflures superficielles. Rien qui ne méritait d'attention particulière. Elle se montra plus délicate au niveau des membres, car ne sachant pas s'il avait des bleus, il n'aurait pas été judicieux de trop appuyer dessus, et de lui faire mal. Après avoir longuement travaillé le corps du félin, savonnant tout ce qui pouvait l'être, et ne lui laissant d'égare que pour ses parties intimes, elle s'empara de nouveau de la bassine pour le rincer cette fois. Elle verser avec abondance l'eau pour éliminer tout le savon du pelage de Zakaerii, et contempler son oeuvre pas peu fière.

Alors comment vous sentez-vous ?

Elle s'essuya les mains, et tout en remettant de l'ordre dans sa coiffure, elle dit à son gros matou.

Je vous laisse vous sécher seul, j'ai une petite conversation à avoir avec Elorias....

Ayant remis un peu de contenance dans ses affaires, elle se dirigea vers la sortie, direction son conjurateur. Elle le trouva dans sa cabine, et profitant du fait qu'elle soit seul, elle l'interpella.

Elorias ?

Ha Lylim ! Content de voir que vous avez su vous entraîner tous les deux sans tout casser. Tu ne l'as pas trop embêté j'espère ?

Tout de suite ! Comment tu es !

Je te connais....

Justement moi je ne te reconnais plus.... un ordre ?!

C'est si impensable que cela qu'un conjurateur donne des ordres ?

Non mais, bien sûr que non, mais tu sais ce que je veux dire.... Tu ne m'en donnes quasiment pas... Tu n'en as généralement pas besoin. Alors pourquoi maintenant ? Et surtout pour un entrainement ?! Je ne te comprends pas sur ce coup là....

Lylim....

Le vieil soupira et regarda un peu tristement sa succube.

Tu devrais pourtant savoir l'effet que tu fais aux hommes.

Je le sais bien, mais quel rapport ?

Zakaerii reste un homme tu sais. Et je vois bien comment il te regarde et te traite.... Ce n'est peut-être pas flagrant ou même certain mais.....

Je t'arrête tout de suite, aussi surréaliste que cela puisse paraître nous n'avons rien fait. Il est encore plus sage que la plupart des hommes. Alors où est le problème ?

Justement Lylim.... Je crains qu'il ne s'attache à toi.

Zakaerii ?! Ha ha, il aime mon côté joueur et un peu mutin, mais je ne pense pas qu'il aime. Il m'aurait embrassé, il m'aurait déclaré sa flamme. Je n'ai pas la réputation d'une femme frileuse, pourquoi il se retiendrait ?

Parce que s'il t'aime vraiment, il te respectera. Un homme qui aime une femme la respecte. Si on respecte une femme, on essaie pas de coucher avec elle dès que possible, au contraire. On prend le temps de la connaître, de la comprendre, de découvrir ses qualités autant que ses défauts... Je ne t'apprends rien....

Lylim afficha une petite moue troublée avant d'ajouter.

Mais il est peut-être juste un peu plus timide non ?

C'est possible aussi mais.... Tu commences toi aussi à lui faire des traitements de faveurs. Ta réticence à l'attaquer parce que tu avais peur de le blesser....

Mais c'est normal que j'agisse ainsi avec ceux que je préfère non ?

Oui bien sûr mais.... C'est aussi le chemin vers plus que de la préférence. Lui aussi peut l’interpréter comme des attentions particulières et croire qu'il a une opportunité.

Si j'agis différemment ce serait encore plus bizarre non ?

Oui c'est sûr. C'est pour ça qu'il te faudra être prudente. Et que je t'ai ordonné d'attaquer franchement. Pour éviter que le doute ne s'installe trop et que tu reprennes tes habitudes.

Je vois....

Lylim resta songeuse un instant, et Elorias vint poser sa main sur son épaule.

Cela ne m'enchante pas plus de faire ça et d'imposer autant de précautions. Mais tu sais pourquoi je le fais... Je respecte ma parole.

Oui oui, je sais Elorias ne t'inquiète pas. C'est juste un peu troublant de me dire qu'il est possible qu'il..... Noooon j'arrive pas à le croire, je suis une succube ! Comment un homme saint d'esprit peut-il aimer une femme sur qui il n'aurait aucun contrôle ha ha ! Une femme qui passe son temps à aller taquiner du mâle ? Cela n'a pas de sens !

.... Fais attention quand même.

Soit, soit, mon vieux grisou ! Bon je file j'ai besoin de me détendre après l'exercice.

Évite d'en faire mourir un d'épuisement....

Je ne parlais pas forcément de ça ! Quoique maintenant que tu le dis....

Elorias secoua la tête en voyant Lylim s'éloigner, et se remit à ses occupations. Si elle avait de quoi occuper sa journée, la succube n'en avait pas moins hâte de se retrouver le soir, pressée à l'idée de pouvoir dormir contre sa peluche géante.



A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 24 Mai 2017 - 9:12


La Succube s’était battue comme une lionne et Zakaerii devait admettre qu’elle cachait bien son jeu. Il avait eu l’opportunité de la voir combattre pendant l’abordage des pirates, mais pouvoir être aux premières loges n’était pas pareil. Elle lui avait démontré qu’elle n’était clairement pas à sous-estimer et qu’elle serait un atout particulièrement important dans les confrontations à venir. Leurs styles de combat étaient relativement proches, même si Lylim était probablement plus portée dans l’esquive que le Félidaë, qui utilisait également sa force brute, ce qui était tout simplement logique. Il avait été surpris de voir qu’elle n’utilisait pas énormément ses mains une fois désarmée, mais cela n’affaiblissait pas vraiment sa technique, au contraire. Dans tous les cas, il serait probablement intéressant de l’affronter une nouvelle fois, n’était-ce que parce que ce combat avait été particulièrement serré et que le Suli avait la conviction qu’il pouvait également gagner contre elle, et qu’avec des niveaux relativement similaires, cela ne pourrait que leur bénéficier à tous les deux. En tout cas, son adversaire ne semblait pas déçue, consciente qu’il n’avait pas été une mince affaire à régler. Il lui esquissa un sourire de remerciements avant d’attraper la main qu’elle lui tendit pour l’aider à se relever. La magie de Revoran disparue, ses muscles et son corps tout entier commençaient à lui crier avec insistance leurs douleurs respectives. Il allait probablement devoir se reposer un peu pendant une bonne partie de la journée, ne serait-ce que pour s’éviter des courbatures inévitables après un tel effort. Lylim ne manqua pas de le gratifier de nouveau compliment, allant jusqu’à lui recommander de se battre contre Loth, lui arguant qu’il pourrait même arriver à battre le Fiélon. Zakaerii n’était pas autant convaincu qu’elle sur l’issue d’un tel combat, mais, en revanche, l’idée ne lui déplaisait pas. Le style d’affrontement serait assurément complètement différent, à en juger par ce que lui en avait dit la jeune femme, mais affronter des brutes puissantes et endurantes, cela ne l’effrayait pas particulièrement. « Nous verrons s’il est intéressé par l’idée. »

Le Fiélon ne verrait probablement pas trop d’intérêt à la chose, mais au moins celui-ci ne retiendrait certainement pas ses coups au début d’un tel combat. Mais, encore une fois, cela ne lui faisait pas peur. Il n’était pas certain de le frapper au point d’affecter son intellect, mais l’idée fit définitivement sourire l’Once. Lylim ne portait définitivement pas son confrère dans son cœur, mais cela, ce n’était pas nouveau. Cette dernière le regarda de pied en cape – le Suli réalisa d’ailleurs qu’il ne portait plus qu’une paire de bottes, ce qui, maintenant que l’adrénaline du combat était retombée, commençait un peu à le gêner – et lui demanda s’il n’avait pas trop de dommages à déclarer.  « Ce ne sont que des éraflures… Mais peut-être que la prochaine fois, nous nous contenterons d’un pugilat. » Ce n’était pas les quelques poils qu’il avait perdu lors de ce petit duel amical qui changerait quoi que ce soit à sa fourrure, et les éraflures avaient pour la plupart déjà cicatrisées, même si quelques traces de sang maculaient son pelage blanc. Lorsqu’elle lui proposa de l’accompagner pour le nettoyer et le rhabiller, Zakaerii tenta de protester, mais, malheureusement, il n’eut pas d’autres choix que de la suivre jusque dans une cabine. Avant de s’éclipser, elle lui demanda de retirer ses bottes et de l’attendre… Légèrement soucieux de la suite, l’Once s’était exécuté, se retrouvant ainsi… à poils. Il était resté ainsi pendant quelques minutes, observant la pièce dans laquelle il se trouvait et qui ressemblait apparemment à une salle de bain. Il fut interrompu dans ses réflexions par le retour de la Succube qui déposa une bassine d’eau avant de s’approcher de lui son sempiternel sourire sur les lèvres. Sa question, purement rhétorique, ne fut qu’un prétexte pour le prendre par surprise et le pousser en arrière dans le fameux tonneau qui devait servir de baignoire. « Lylim, vous savez, je peux me… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle versa une partie de l’eau qu’elle venait de ramener directement sur lui. Trempé, le Félidaë se secoua instinctivement la tête avant de voir la jeune femme prendre du savon. « J’aurai pu me nettoyer tout seul, vous savez ? » Gëné le Suli ? Parfaitement. Il espérait qu’elle n’utiliserait probablement ce prétexte à mauvais escient, même si elle ne lui avait promis que des nuits sages, après tout.

Cependant, quand elle eut fini de le savonner et qu’elle entreprit de le masser doucement, l’Once se détendit presque instinctivement, car même s’il avait peur des possibles débordements d’une telle… attention, son corps, lui, appréciait de pouvoir se délasser sous des mains expertes qui apportaient du soulagement à ses muscles. « Je peux vous assurer que vous êtes loin d’être rouillée. En tout cas, nos ennemis ont des soucis à se faire, assurément. » Des adversaires moins forts ne résisteraient pas aussi longtemps contre la jeune femme, et, surtout, elle ne manquerait pas de se comporter différemment, car, de ce qu’il avait pu en avoir, elle avait essayé de ne pas trop l’abimer. Chose qu’elle ne manquerait pas de ne pas faire dans un véritable combat. Il s’abandonna quasiment complètement aux mains expertes de Lylim, conscient qu’il n’aurait de toute façon pas pu argumenter contre, plus maintenant qu’il était trempé de la tête aux pieds, son pelage couvert de mousse de savon… Non, il n’aurait clairement pas eu l’air sérieux. La jeune femme continua à lui faire la discussion tout en travaillant ses muscles et en s’assurant que ses plaies n’étaient que des égratignures sans trop grandes insistances. « Il est vrai que, de ce que j’en avais vu, elle avait une façon de se battre particulièrement sauvage. Lorsque nous l’aurons sauvée, peut-être pourrais-je lui apprendre l’une ou l’autre chose, mais je suis convaincu que vous pourriez faire de même. Vos talents n’ont rien à m’envier. » Les yeux clos, la tête en arrière, Zakaerii essayait de ne pas trop penser à la situation, particulièrement propice à un dérapage qu’il préférait éviter, principalement en évitant de montrer des signes d’excitation particulière. Cependant, son corps était probablement trop endolori pour cela de toute façon. « Ce sera peut-être l’occasion de passer du temps avec elle, pour lui tirer les vers du nez. » Il n’avait pas oublié qu’elle essayait de comprendre davantage la relation que pouvait avoir Fleya avec ses Fiélons et toutes les questions qu’elle se posait à son sujet. Un entrainement était propice aux confessions, et peut-être que Shotra ne trainerait pas trop dans les parages, même s’il y avait peut-être plus de chances que le Fiélon ne laisse sa conjuratrice sans surveillance avec Zakaerii qu’avec Lylim. Lorsqu’elle eut terminé, cette dernière rinça le Suli pour le débarrasser du savon avant de lui laisser, pour son plus grand soulagement, le soin du séchage, lui confiant qu’elle devait avoir une discussion avec Elorias, probablement au sujet de son intervention un peu plus tôt. « Merci pour… le nettoyage. » Il était toujours un peu gêné par ce qu’il venait de se passer, mais il la laissa partir avant de s’extirper de la baignoire et se sécher. Il vida ensuite son bain par l’ouverture prévue à cet effet, avant de regagner sa cabine et récupérer un pantalon de rechange. Il se rhabilla et passa le reste de la journée à méditer et/ou paresser au soleil, profitant de la légère brise et du calme pour reposer son corps. Il était curieux de savoir ce qu’il avait pu se dire entre Elorias et Lylim, mais ni l’un ni l’autre – de ce qu’il avait pu en voir au courant de la journée – n’avait semblé particulièrement affecté. De son côté, le Suli avait abandonné l’idée d’aller toucher deux mots au vieil homme, principalement parce qu’avec sa Fiélonne, il avait probablement déjà eu fort à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mer 24 Mai 2017 - 11:07

La chipie de rouquine était parvenue à mettre Zakaerii dans le bain. Le pauvre félin n'en menait pas vraiment large, et signala qu'il aurait très bien pu faire ça tout seul. Mais ce n'était pas au goût de la demoiselle qui lui informa.

Je sais que vous êtes un grand garçon, ne vous inquiétez pas. Mais se faire laver et dorloter après un exercice intense, c'est tellement délicieux ! J'imagine que vous n'avez pas eu l'occasion de vous faire bichonner depuis des lustres alors laissez-vous faire, ne vous souciez plus de rien, et savourez juste les sensations. Vous allez découvrir à quel point s'est agréable lorsqu'on s'occupe de vous....

Bien qu'avec elle le double sens était facile, ici il était trompeur. Car la succube ne tenta rien d'osé. Elle se contenta de lui faire des massages, qui au vu de la manière du félin à se détendre, avait porté ses fruits. Le voir ainsi calme était suffisant pour que Lylim soit ravie. Et tout en lui apportant de délicates attentions de ses mains, ils continuèrent leur conversation. Elle n'était pas peu fière de s'entendre dire qu'elle allait causer bien des soucis à leurs ennemis, son égo de fiélonne s'en sentait flatté. Mais lorsqu'il lui suggéra de s’entraîner avec Fleya, la succube parut plus frileuse.

C'est très délicat.... Voyez-vous, j'ai peur d'y aller trop fort pour elle. Fleya n'a pas votre endurance ou la mienne, surtout qu'elle inexpérimentée. Donc forcément elle prendra des coups, mais c'est là que Shotra intervient. Il n'a pas du tout confiance en moi. Du coup dès que je propose il affirme que c'est lui faire prendre des coups pour rien, et que de toute manière elle sait se défendre. Il réagit comme si j'allais lui abîmer ou la blesser grièvement, au point que j'en viens à douter sur ma capacité à doser mes coups.... Il est trop zélé....

Lorsqu'il lui indiqua que c'était également une bonne occasion de lui soutirer quelques infos, elle soupira avant de réfléchir à la question, et finalement elle lui proposa.

Je sais ce qu'on pourrait faire... Shotra ne semble pas se méfier trop de vous. Donc pourquoi ne pas vous entraîner avec Fleya, et moi pendant ce temps, je vais tenter de distraire Shotra pour que vous ayez le champ libre. Je pense qu'il ne refusera pas un petit combat amical. Ce serait une expérience à tenter.

Si le félin commençait à lui donner des idées douteuses en plus de celle qu'elle avait naturellement, cela allait devenir grave. Mais ils n'en étaient pas encore là. Lylim afficha un franc sourire à Zakaerii alors qu'il la remerciait de ce nettoyage, et lui demanda.

Alors, convaincu ? N'hésitez pas à me demander une autre prestation si cela vous a plu.

Sur ces bonnes paroles, elle s'en était allée voir Elorias, puis vaquer à ses occupations.... L'esprit un peu perturbé néanmoins. Ce vieux singe l'avait un peu perturbé avec ces histoires d'amour impossible. Et le soir venu, alors qu'elle partageait son hamac avec Zakaerii, elle réfléchit davantage à la question de son conjurateur. Elle parcourait ainsi le pelage de sa peluche géante plus distraitement que d'habitude. Elle n'aurait qu'a invoquer un peu de fatigue si jamais Zakaerii s'en apercevait. Elle réprima un soupir. Qu'est-ce qu'il attendait pour lui sauter dessus et lui donner raison ? Tout en donnant tord à Elorias ? La tentation lui vint.... Pourquoi ne pas laisser sa main glisser un peu plus langoureusement le long de son flanc.... Remonter sa jambe un peu plus entre les siennes... Elle afficha un moue contrariée avant d'enfouir son visage dans le pelage de son gros matou, chassant ses plans pervers. Tout ceci était stupide point barre. Elle devait arrêter de se faire des histoires.

Les autres nuits furent heureusement plus calme, et plus tendres. Lylim avait eu vite fait de prendre ses habitude sur Zakaerii, et affectionnait de pouvoir enrouler sa queue autour de son poignet et de sa main pour mouvoir caresser son visage avec. Mais ils arrivèrent à bon port.... Et les projets de Lylim la rattrapèrent. Alors qu'il était convenu de faire une halte dans ce port pour mieux préparer la suite, la succube en profita pour faire le tour des alentours. Il lui fallait un lieu.... Via quelques charmes, elle avait réussi à convaincre un maréchal-ferrant de lui laisser l'arrière salle de son atelier pour une journée. Le temps nécessaire au pauvre homme pour se remettre.... Le choix n'était pas anodins. Elle avait tout les ustensiles nécessaires à porté de main ! En plus d'un coin tranquille.

Sa proie, elle l'avait repéré un peu plus tôt. Et elle n'avait pas eu de grande difficulté à l'avoir. Il ne restait plus que la mise en scène, qui lui prit le plus de temps.... Mais tout était prêt. Il faisait sombre, le maréchal-ferrant ne viendrait plus à cette heure-ci. Elle s'en était assurée, en lui rendant une petite visite surprise.... Et s'était ensuite dépêchée d'aller chercher Zakaerii, pour le guider dans son repère temporaire. Au milieu de la salle, une espèce de voile recyclée en chiffon cachait quelque chose en son centre. Lylim, impatiente, indiqua un petit tabouret pour prendre place.


Vous vous souvenez de notre petite conversation je suppose ? Vous m'aviez soutenu être capable d'endurer mes pires atrocités d'une manière qui me surprendrait.... Ce soir nous allons vous mette à rude épreuve. Vous serez assis là et vous ne devrez pas bouger. Si vous intervenez, je vous considérerez comme jaloux. Vous devrez alors trouver une torture de votre choix que je vous infligerais, mais attention, cela doit tout de même équivaloir un minimum. Et dans tous les cas, je m'autorise de rejeter votre proposition pour en choisir une moi-même. Mais commençons sans plus attendre ! Et pour ce faire, nous accueillons..... Billy !

D'un geste théâtrale, elle ôta le voile et laissa apparaître un garçonnet, saucissonné à une sorte de gros pieu de fer, où l'on attachait normalement les chevaux pour les ferrer. Le pauvre gosse, qui devait avoir entre dix et douze ans, ne pouvait même pas crier sa peur, sa bouche étant remplie de chiffon. Il ne pouvait que pousser des cris étouffés. Fière de sa trouvaille, la petite peste poursuivit, se plaçant derrière l'enfant, caressant sa tête d'une main, et son torse de l'autre.

Billy est un enfant des rues, abandonné et oublié de tous, personne ne remarquera sa disparition, sauf sa petite soeur qui doit le chercher partout, mais qu'importe ! L'important est que ce soir, il sera notre hôte ! Solidement attaché, moi seule ai la clef ! Et pour bien commencer, mettons nous dans l'ambiance ! Il faut "marquer" le coup....

Et sans crier gare, elle s'empara d'une sorte de tisonnier, se terminant par un "L" en ferraille, qui avait été porté à rouge dans les braise de l'âtre. Sans laisser le temps de dire ouf à Zakaerii, elle apposa le fer sur la cuisse de l'enfant, directement à travers le tissu de son pantalon, dans un bruit et une odeur de cuir brûlé. L'enfant poussait des hurlements, mais encore une fois étouffés par son bâillon. Elle se tourna tout sourire en commentant.

J'ai eu pitié de vos oreilles, ça peut hurler très fort. Surtout que ce n'est que le début....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 29 Mai 2017 - 10:07


Une chose était effectivement certaine : Lylim n’avait pas menti et Zakaerii découvrait qu’il était particulièrement agréable de se faire bichonner. Il n’était pas particulièrement à l’aise, du moins, pas complètement, mais les gestes précis, et probablement très entrainés de la Succube, eurent rapidement raison d’une éventuelle résistance de sa part. D’autant qu’elle ne lui donna aucune raison de se méfier de son stratagème, restant, à sa grande surprise, étonnamment sage, sans chercher à profiter de la situation. Pour un peu, il aurait presque cru qu’il n’avait pas à faire avec la même Fiélonne. Heureusement, lorsque le sujet de leur discussion revint à Fleya, le Suli retrouva davantage la petite curieuse qu’il connaissait, ou du moins, qu’il apprenait à connaître depuis quelques jours. Le Félidaë comprenait les réticences de sa shampouineuse improvisée concernant l’idée d’entrainer elle-même Griffe-Lune, mais surtout, il n’était pas surpris que Shotra s’oppose particulièrement à l’idée de pousser sa protégée à un entrainement potentiellement difficile et douloureux. Les arguments de la créature d’ombre n’étaient pas infondés, mais même s’il était son protecteur attitré, il était pourtant dans leur intérêt à tous les deux de s’assurer que la conjuratrice puisse se défendre si l’occasion devait se présenter. Aussi puissant et omniprésent qu’il pouvait être, le Fiélon n’était pas infaillible et face à de nombreux adversaires, il ne pourrait nécessairement toujours veiller sur elle et lui éviter tout danger. Si Fleya devait apprendre à se défendre efficacement, leur duo gagnerait forcément en efficacité. Encore fallait-il le faire comprendre à Shotra, et, cela, Zakaerii n’était pas certain de vouloir essayer. Toutefois, cela n’était pas du genre à arrêter Lylim qui démontrait sa capacité à trouver des plans pour parvenir à ses fins. Effectivement, si elle parvenait à occuper le démon d’ombre, le Suli ne manquerait pas d’avoir suffisamment de latitude pour enseigner une ou deux choses à sa congénère. « Ca doit valoir le coup d’essayer, mais j’imagine mal ce stratagème fonctionner plusieurs fois de suite. Et il faudra probablement plusieurs séances d’entrainement… » Et Shotra ne serait surement pas dupe deux fois de suite. Même si, après coup, si sa conjuratrice trouvait l’entrainement intéressant, il ne pourrait pas tellement s’opposer à ses propres choix si elle en redemandait d’elle-même.

Alors que la séquence massage et toilettage touchait à sa fin, presque au regret du Suli, Lylim s’éclipsa sans néanmoins lui proposer de réitérer l’expérience s’il avait trouvé celle-ci particulièrement agréable. « Je n’y manquerais pas. » Il était pourtant assez peu probable qu’il le lui demande de but en blanc pour le moment. Car aussi agréable cela avait pu l’être, le Félidaë restait encore relativement gêné de son initiative qui l’avait mis dans une position assez… inattendue. Heureusement, sans attentions particulièrement poussives de la part de la Succube, il n’avait pas eu besoin de refouler des images encore plus embarrassantes. Prenant le temps de se sécher convenablement – l’un des inconvénients de porter en permanence un pelage – il passa ensuite une bonne partie de l’après-midi à se reposer. Il ne sut pas de quoi Elorias et sa Fiélonne avait pu parler, mais il lui sembla que cette dernière était plus… préoccupée lors de leur seconde nuit ensemble – car après tout, c’était un marché acté entre eux. Elle se contenta de lui confier qu’elle se sentait passablement fatiguée, la faute, probablement, à leur entrainement de la matinée. Zakaerii n’était pas particulièrement convaincu de la vérité de ses propos, mais si elle tenait tant que cela à lui mentir, il n’y avait aucune raison de lui demander à nouveau. Il se contenta de ne rien dire et de laisser passer la soirée. Les jours suivants furent relativement routiniers. Lylim s’amusait toujours autant à bord et devait probablement bien remplir ses journées pour pouvoir rester aussi sage lorsqu’elle devait passer ses nuits avec le Suli. Non pas que cela semblait lui déplaire, au contraire. La Succube semblait apprécier son nouveau matelas tout en poils et elle fut d’ailleurs moins préoccupée qu’après sa discussion avec son conjurateur. A croire que cela n’était finalement pas aussi grave. Quoiqu’il en fut, le Félidaë ne regrettait pas nécessairement son engagement à passer ses nuits en compagnie de la Fiélonne, qui se révélait une agréable présence, autant sur le plan physique – même en la forçant à rester sage – que sur le plan intellectuel car il leur arrivait de se lancer dans des discussions relativement stimulantes. Après tout, c’était également l’opportunité pour l’Once d’en apprendre un peu plus sur l’Outre-Monde, sur les Fiélons en règle générale, et, d’une certaine façon, d’en apprendre plus sur Lylim elle-même, même si, généralement, elle restait plus discrète sur ce qui la concernait plus directement. Elle lui révéla cependant, à sa demande, qu’elle était une Succube – car après tout, il ne l’avait toujours pas entendu de sa part depuis l’interruption d’Elorias – et alla même jusqu’à répondre à sa curiosité sur le sujet.

Ils débarquèrent quelques jours plus tard à Ragepierre, le groupe profitant de quelques jours pour prendre un peu de repos et préparer leurs futures aventures. Zakaerii avait mis ce temps à profit pour racheter un pantalon pour ses affaires – étant donné que Lylim avait littéralement réduit l’un des siens en charpie – puis il s’était surpris à prendre le temps de flâner un peu dans cette ville du Royaume Nain. En début de soirée, la Succube vint quérir le Suli, l’enjoignant à le suivre à travers la ville vers les quartiers marchands, l’entrainant dans ce qui semblait être une forge ou un atelier. Une légère odeur de transpiration attira son attention, mais la Fiélonne le poussa vers un petit tabouret avant qu’il ne puisse s’y intéresser davantage. Tandis qu’il prenait place, son hôte lui rappela les propos qu’il avait eu à bord concernant sa faculté à être capable de supporter les pires atrocités qu’elle pouvait imaginer… A cette idée, le Félidaë eut un frisson glacé lui parcourir l’échine, ayant peur de deviner ce qui se cachait sous le voile situé au milieu de la pièce. Ses craintes furent d’ailleurs rapidement confirmées lorsqu’elle dévoila sa surprise : un enfant. Zakaerii s’immobilisa. Allait-elle réellement exécuter son petit jeu sur ce pauvre garçon ? Il savait qu’il n’aurait pas apprécié l’idée de la voir torturer un homme, mais face à un gamin, il n’y avait aucune chance qu’il ne la laisse même commencer. D’ailleurs, il devait l’arrêter. Qu’importe qu’il ne soit qu’un gamin des rues, que personne ne s’intéresse à lui, s’il y avait bien quelque chose qu’on ne pouvait pas toucher, c’était à l’enfance. Lylim semblait pourtant trouver un malin plaisir à jouer ce petit jeu avec le Suli, probablement consciente qu’elle gagnerait haut la main son petit pari et que sa peluche serait bonne pour subir la torture de son choix. Mais avant qu’il ne puisse l’enjoindre de s’arrêter, elle ne lui laissa pas le temps de réagir, plaquant un fer chauffé au rouge sur la cuisse du malheureux Billy dont les cris étouffés firent frémir le Félidaë. Ne tenant pas une seule seconde, ce dernier bondit de son tabouret, rejoignant le centre de la pièce en quelques pas, repoussant le tisonnier d’un geste vif.  « Vous avez gagné Lylim. Je suis peut-être plus jaloux que je ne l’imaginais. J’accepte donc n’importe quelle torture de votre choix, si tant est que vous me promettez de ne plus faire de mal à ce gamin et que vous le laissez partir. » Il y avait une détermination évidente dans le regard de l’Once. Il savait qu’elle s’était jouée de lui et concédait volontiers sa défaite, mais il y avait également une volonté infaillible sur le fait qu’il ne négocierait pas la seconde partie de son marché. Toutefois, Zakaerii semblait convaincu qu’elle n’irait pas plus loin, elle avait eu ce qu’elle voulait et n’avait plus intérêt à maltraiter ce pauvre gamin. Pourtant, peut-être ne la connaissait-il pas à ce point ? En tout cas, elle venait de lui démontrer qu’elle était prête à tout pour gagner, tout en lui rappelant qu’elle restait une Fiélonne, mine de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jour 3 - Y'a-t-il un médecin sur la planète ?
» Succubus Samba
» Décrire toute sa magie dans la présentation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La mer des Larmes­­-