­
 

Partagez | 
 

 The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Juin 2017 - 11:18


S’il y a bien une chose dont Zakaerii était fier, c’était la façon dont il avait réussi à mettre à exécution son petit plan machiavélique en vue d’exercer une petite vengeance sur la Succube, qui avait pris un malin plaisir à se jouer de lui, déjà à plusieurs reprises. C’était simplement un juste retour des choses, même si, bien évidemment, certains semblaient s’inquiéter de cette maladie soudaine, Elorias le premier. Il allait surement falloir que le Suli trouve une excuse auprès du Conjurateur pour avoir ainsi joué avec ses nerfs, mais, pour le moment, il préférait se concentrer sur sa petite victoire, remettant à plus tard le moment où il devrait assumer les conséquences secondaires de ses actes. A croire que Lylim commençait à déteindre sur lui, mais, dans le cas présent, elle se maudissait certainement plus qu’elle ne se félicitait de ce fait. Le plateau-déjeuner et l’onguent posé dans la chambre de la Fiélonne, il ne put s’empêcher de profiter du spectacle de cette dernière essayant d’enlever la teinture dont étaient faits les nombreux boutons qui parsemaient sa peau. Visiblement, elle avait découvert le pot-aux-roses et s’évertuait à se débarrasser de ce qui lui avait valu d’être enfermée, sans possibilité de se défendre face à son maître. Heureusement, elle ne semblait pas prendre trop mal sa petite mésaventure, même si elle ne manqua pas d’essayer d’éclabousser le Suli, qui n’échappa pas à un peu d’eau qui vint principalement s’écraser sur son pelage. Il eut un large sourire, c’était de bonne guerre. Il entra dans la salle de bain alors qu’elle lui demandait de lui apporter la serviette, au lieu de se moquer d’elle, ce qu’il fit, lui tendant le tissu, non sans éviter de la regarder alors qu’elle se redressait, quittant la baignoire pour se sécher. Elle lui fit remarquer d’ailleurs qu’il n’avait pas hésité à la droguer, la déshabiller et abuser d’elle durant son inconscience, allant jusqu’à conclure qu’il n’était plus lui-même.

« J’ai eu un excellent professeur pour m’apprendre que la fin justifiait les moyens. » Il eut un large sourire amusé, parce qu’il faisait bien entendu référence à elle-même, qui n’avait pas manqué de démontrer qu’elle était parfaitement capable de faire le nécessaire pour parvenir à ses fins. Ceci étant dit, il n’avait pas été si simple pour le Félidaë d’aller justement dessiner les derniers « boutons » sur le corps de la Succube, et si elle avait su qu’il l’avait fait en détournant le regard, elle n’aurait probablement pas eu le même point de vue sur son exploit. « Et puis, pour ma défense, cela n’avait rien de condamnable, sans compter que je suis resté particulièrement galant. Même si tu n’es pas obligée de me croire. Mais si cela n’avait pas été toi, et pour une petite vengeance, je n’aurai probablement pas pu le faire. » Il détourna d’ailleurs le regard lorsqu’elle passa quelques sous-vêtements. « En tout cas, merci pour le compliment. » Il n’était pas certain qu’avoir les ressources et les capacités d’un Fiélon était une bonne chose, mais, venant de la part de Lylim, ça ne pouvait pas être un reproche, loin de là. Il la suivit jusque dans la pièce principale, où elle ne manqua pas de lui faire remarquer qu’il aurait pu choisir une autre maladie, non contagieuse, afin qu’elle puisse s’amuser au moins un peu et ne se retrouve pas seule, sans possibilité de voir qui que ce soit. « Je suis bien là, moi. Mais, avoue-le, une autre maladie n’aurait pas eu le même effet. Je devais bien trouver une façon de prendre ma revanche. » Il eut un petit sourire et s’installa sur une chaise, prêt de la table où reposait le ragoût, avant qu’elle ne s’approche, pour commencer à manger. « Je lui ai simplement proposé de te monter le déjeuner et de veiller sur toi. » Le Conjurateur portait visiblement le Suli en assez haute estime, ce qui ne manquerait pas de le décevoir lorsqu’il se rendrait compte que ce dernier s’était joué de lui.

« Sois gentille avec lui, ce n’est pas de sa faute. Il se fait vraiment du souci pour toi. Et puis, je suis sensé m’assurer que tu t’en enduises. Peut-être qu’on pourrait rendre cela agréable ? » Il la regarda avec un léger sourire. Sous-entendait-il quelque chose ? Peut-être. Mais l’idée n’emballerait peut-être pas nécessairement la Succube, qui semblait visiblement un peu amère malgré tout, même si elle ne manqua pas de trouver une petite revanche, faisant remarquer au Suli qu’il allait devoir faire une lessive s’il ne voulait pas se faire démasquer par l’aubergiste. Et qu’il lui faudrait également trouver quelque chose à dire à Elorias le moment venu. « Je trouverais le moment venu, pour l’instant, je vais simplement profiter de ma petite victoire. Après tout, je doute que tu t’inquiètes réellement de te faire gronder quand tu fais tes bêtises, n’est-ce pas ? Autant agir en Fiélon de bout en bout, n’est-ce pas ? » Il jeta un œil aux draps qui trainaient dans un coin. « Pour la lessive, je secouerais bien les draps à l’extérieur. Je pense que l’aubergiste trouverait déjà suspicieux que l’on nettoie le linge pour lui. » Il regarda la Succube terminer son repas, visiblement peu enjouée à l’idée de la suite de sa journée. Rapprochant la chaise de la table, il prit son assiette et se servit sa part de ragoût. « Allons, allons, je suis sûr que l’après-midi passera relativement vite, et d’ici demain tu auras de nouveau la permission de sortir. Et puis, je ne suis pas encore parti. » Il enfourna une cuillère de son repas dans la bouche sans quitter la Succube des yeux, visiblement toujours content d’avoir réussi son petit coup envers la Fiélonne. Après tout, il n’avait aucune raison de ne pas profiter de sa réussite, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 12 Juin 2017 - 14:03

Une répartie qui était tout à l'honneur de Zakaerii, et qui arracha un sourire complice à la succube. Forcément, elle n'allait pas bouder la flatterie. Mais elle n'allait pas manquer cette occasion pour finalement lui rappeler un petit quelque chose.

Eh bien tant mieux, cette attitude te sera on ne peut plus utile lorsque viendra le temps pour toi de passer à l'acte....

Elle faisait référence au moment où il devrait lui payer sa "dette", mais elle ne détailla pas plus que cela. Autant qu'il continue d'user de ses méninges. Néanmoins, elle lui jeta un regard suspicieux, avant de rire doucement et de rétorquer.

Hu hu galant ? Mais qui crois-tu pouvoir tromper ? Que ce soit bien clair mon gros chat, il n'y a rien de galant et de non condamnable dans ce que tu as fait. Je ne connais aucune culture sur ces terres qui accepte ou encourage de droguer qui que ce soit, pour les dévêtir et en plus jouer avec leur corps sans consentement. Surtout qu'ici, il est vraisemblablement très inconvenable de dévêtir une femme sans son invitation. Alors galant, hé hé je ne crois pas non. Et c'est condamnable. Ce qui différencie les fiélons de la plupart des gens, c'est que nous agissons en tout état de cause, et que nous éprouvons que très rarement de remords pour nos actes. Mais vous les ildiriens, vous avez des principes, des lignes de conduites, une morale et des règles. C'est tout à votre honneur, car elles vous permettent de cohabiter relativement sereinement. Mais en contre partie, le fait de ne pas les suivre vous place en marginal, en personne déconsidérée de ses pairs, en "malfrats" et en "parias". Sans compter que l'on s'attire les disgrâces et les foudres des autres. Et en plus, pour de "bonnes raisons" selon vos propres échelles de mesures. Es-tu réellement prêt à cela ? A voir les autres te tourner le dos ? Peut-être même à décevoir certaines personnes qui te faisaient confiance ou pour qui tu avais de l'affection ? Pour moi c'est facile, mais pour toi....

Elle avait mis le doigt sur un sujet sensible, qu'il lui aurait de toute manière fallu aborder tôt ou tard. Car si jamais il devenait son fiélon, il devait être en mesure d'assumer les conséquences de ses choix.... Surtout lorsqu'il allait devoir faire face à Fleya. Après avoir mis, non sans malice, les points sur les i, elle ponctua ses propos.

Mais je suis flattée de savoir que tu te sentais suffisamment proche et en confiance avec moi pour oser me dévêtir et interagir avec mon corps. La prochaine étape, tu oseras peut-être faire plus, et pendant que je suis consciente.

Elle n'avait pas manqué de féliciter l'évolution de ses aptitudes fiélonnes, et le suli l'en remercie. Après lui avoir répondu par un sourire, Zakaerii se mit en tête d'adoucir un peu la situation peu plaisante de la succube, tout en justifiant ses choix. Un sourire en coin, la jolie rousse répondit.

Ho je me doute que cette maladie là était parfaite pour tes projets oui.... Mais combien de temps pourras-tu rester me protéger de mon ennuie, là c'est une tout autre question. J'ai déjà passé ma matinée seule....

Elle redoutait de devoir passer une bonne partie de la journée isolée également. Néanmoins, Zakaerii prit la défense d'Elorias, appuyant le fait que le pauvre homme se faisait réellement du souci pour elle, et que finalement, il n'était une victime dans cette histoire. Si d'ordinaire, la succube aurait pu passer sur le cas d'Elorias, ici elle décida au contraire de ne pas l'épargner. Il fallait que son cher matou adoré se rende compte qu'en impliquant des personnes tierces à ses mauvais coups, ces mêmes personnes encouraient elles aussi des risques. D'un point de vue personnel, cela n'était pas quelque chose qui dérangeait Lylim. Car soit elle s'en moquait royalement, soit elle s'arrangeait pour qu'il n'arrive rien à ses victimes collatérales. Mais Zakaerii débutait dans l'univers des fiélons, et il était tout à fait naturel qu'il commette des erreurs. Il fallait bien qu'il apprenne. Aussi elle répliqua.

Il se fait du souci certes, mais il m'aurait écouté au lieu d'en faire qu'à sa tête,on n'en serait pas là. Il avait un moyen de ne pas se faire piéger, mais il a été trop "faible" pour s'éviter tout cela. Il devra payer pour t'avoir écouté et surtout m'avoir ignoré. Je le gronderai demain, ça fait longtemps que nous n'avons pas eu de dispute tien. On verra comment il réagit, cela sera plus ou moins sévère.

Il lui avait parlé de l'onguent, et de l'obligation qu'il avait de s'assurer à ce qu'elle en soit enduite. Si la proposition qu'il lui faisait était alléchante, la succube déchanta très rapidement. En effet, elle avait ouvert le flacon pour en respirer le parfum, et elle affichait à présent une moue renfrognée.

Pfiouuuuu ! Mais par Sipriar qu'est-ce qu'ils ont fichu là-dedans ?! C'est une véritable infection ce truc ! Tiens, sens, tu vas voir !

Elle lui tendit le flacon qui empestait un curieux mélange de camphre, d'ail et de moisissure. L'odeur était très forte, comme alcoolisée et en même temps poivrée. La succube en avait les larmes aux yeux et avait manqué de peu la crise de toux.

On est bien d'accord qu'il est hors de question que tu me mettes ça hein ? J'ai limite peur que ça agresse ma peau ce machin là ! Sérieusement, comment on peut infliger ça à une personne déjà souffrante ? Autant l'achever ! Ils sont inhumains parfois ces soigneurs....


Elle se leva pour aller farfouiller dans ses effets, et en sortir une autre fiole, plus grosse, qu'elle tendit à son gros félin avec un sourire aux lèvres.

Jetons cette horreur avant qu'elle ne tue quelqu'un, et utilisons plutôt ceci. Hume moi ça, c'est définitivement plus agréable.


Le flacon contenait ni plus ni moins qu'une huile de massage faite à base de rose. L'odeur en flacon était assez puissante mais en dehors elle devenait assez légère et subtile, douce et enivrante.

Alors ? C'est quand même mieux non ? Je suis curieuse de voir comment tu compte rendre ce moment plaisant.... Surprends moi, et dans le bon sens bien sûr.

Alors qu'elle attendait de voir s'il était toujours partant pour user d'huile et de charme sur elle, elle lui afficha un sourire digne d'une sale gosse enjouée, tout en lui répondant.

Ho j'aimerais bien pouvoir être là pour te voir entrain de trouver une excuse pour ce cher Elorias ! Hi hi je suis curieuse de voir comment tu t'y prendrais pour le duper une fois de plus !

Alors qu'il allait s'esquiver à la lessive, la jeune femme secoua la tête un petit sourire aux lèvres avant de lui dire.

Que nenni mon ami ! La cochonnerie que tu as mise dans mes draps est tenace, crois moi ! De base c'est conçu pour s'accrocher à la peau, et à tout en fait. Secouer ne suffira pas, tu peux en être sûr. Et j'ai eu ma dose de démangeaisons. C'est compliqué de toujours penser à tout quand on fait un petit tour à quelqu'un. Tu verras avec l'expérience tu sauras prévoir et improviser. Bon je t'aide pour cette fois-ci mais c'est bien parce que c'est toi. Quand la nuit sera tombée, tu sortiras en catimini nettoyer tout ça. Ensuite tu laisseras le tout sécher dans ta chambre. Tu prendras tes draps pour les mettre dans mon lit, et nous dormirons ensemble. Je te réveillerai avant l'aube pour que tu puisses retourner dans tes pénates discrètement, et faire l'échange de literie au passage. Comme ça tu auras pu agir ni vu ni connu.... Je suis trop gentille de t'aider dans tes vilains coups ! Savoure ça ne sera pas tout le temps.

Face à l'appréhension de son ennuie, le suli se voulait rassurant et réconfortant, affirmant que la journée passerait vite. Mais le visage de la succube était visiblement peu convaincu. Il souligna qu'il était encore là, mais la demoiselle lui demanda.


Tu as une idée en tête pour rester le plus longtemps possible ? J'ai pas envie que tu t'en ailles.....

Quand elle était sincère dans l'expression de ses ressentis, elle avait cette espèce de bouille de chaton triste parfaitement désarmante. Est-ce que Zakaerii allait pouvoir soutenir l'insoutenable ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Jeu 15 Juin 2017 - 11:52


Zakaerii fanfaronnait clairement plus que de raison, à tort, très certainement, surtout face à Lylim, qui, probablement, devait s’amuser de le voir ainsi s’encanailler un peu. Certains diraient probablement qu’elle avait une mauvaise influence sur le Suli, mais, de son point de vue, le Félidaë savait qu’il jouait avec le feu et qu’il risquait probablement de se brûler ; peut-être s’en rendrait-il plus clairement compte lorsque cela arriverait vraiment, lorsque la situation serait allée un peu trop loin et qu’il se ferait réprimander. Ce fut un peu le cas d’ailleurs, quand la Succube lui rappela, non sans gravité, que ce qu’il avait fait n’avait rien de galant, dans aucun royaume de ce monde, et que si sa petite blague passait très facilement auprès d’elle, il y avait probablement peu de personnes qui auraient apprécié l’idée de s’imaginer déshabillée par quelqu’un sans en être conscient. En toute honnêteté, l’Once réalisa qu’elle pointait du doigt un point juste et son raisonnement était parfaitement sensé et logique. Cependant, il y avait un petit point sur lequel il y avait débat, un petit point qu’il réalisa soudainement et qui le fit réfléchir encore davantage, bien plus encore que leur petite balade sous la pluie. S’il avait accepté l’idée de la droguer, de la déshabiller et la couvrir de points rouges pour une petite blague, alors qu’il en aurait été parfaitement incapable avec une autre personne, c’était aussi parce qu’elle avait réussi à s’imposer à lui, en quelque sorte, qu’il se sentait à l’aise avec elle – dans la mesure du possible – mais surtout parce qu’il savait que Lylim ne verrait aucune objection à ses actions, aussi répréhensibles soient-elles pour d’autres femmes. Cassiopée, par exemple, n’aurait jamais accepté cela de la part de Zakaerii, et ce dernier n’aurait jamais osé poser la main sur elle. Mais avec la Fiélonne… C’était différent. Complètement différent, mais, après tout, elle ne pouvait pas forcément le savoir. Et même si elle ne partageait pas le même avis à son égard, il la savait suffisamment ouverte d’esprit – elle l’avait d’ailleurs bien assez démontré jusqu’à maintenant – pour accepter les libertés qu’il s’était octroyés pour la piéger. Néanmoins, plutôt que de rentrer dans les détails du fil de ses pensées, il se contenta de répondre plus généralement, pour éviter de se remettre dans une situation similaire à l’avant-veille. « Mais je n’aurais jamais agi comme ça avec une autre personne, parce que je savais, ou du moins, je comptais sur le fait que tu ne verrais pas d’inconvénients à mes actes pour te jouer ce petit tour. » Il soupira légèrement et poursuivit sa réponse. « Pour le reste… Je ne sais pas si je serai capable de trahir véritablement la confiance de personnes que j’affectionne, à moins que ce soit pour un plus grand bien. Mais, encore une fois, j’imagine que tout est une question de contexte. Néanmoins, si je dois absolument accomplir quelque chose et pour cela endurer l’idée que tous mes proches me tournent le dos… Je le ferai certainement. » Fallait-il que ce soit un dessein divin ou alors l’idée de les sauver sans qu’ils ne le sachent… C’était là un sacrifice qu’il était tout à fait à même de réaliser si nécessaire.

Sur un sujet plus léger, Lylim lui fit remarquer néanmoins qu’elle était flattée de le voir autant en confiance avec elle, désespérant simplement de le voir agir ainsi tandis qu’elle était encore consciente. Préférant tomber les masques, Zakaerii eut un petit sourire amusé. « Si tu avais été consciente, tu aurais vu que je n’en menais clairement pas large… Je ne suis même pas certain de vouloir réitérer l’expérience. » Il baisserait peut-être dans son estime, mais il lui devait au moins la vérité, d’autant que cela rabaisserait peut-être les attentes de la Succube en matière de… contacts futurs. Toutefois, la maladie qu’il avait choisie semblait réellement mettre à mal la bonne humeur de sa Fiélonne préférée. Pourtant, quelque chose de non contagieux n’aurait pas eu l’effet escompté. « La soirée arrivera bien vite et, d’ici demain, tes boutons auront disparu, pour la grande joie d’Elorias qui te libèrera surement de ta prison improvisée. » Il eut un petit sourire. « D’ici là, nous trouverons bien de quoi t’occuper un peu, après tout, je m’en voudrais si tu finissais par mourir d’ennui. » Il lui fit un petit clin d’œil avant que le sujet ne s’étende ensuite sur Elorias. Le vieux conjurateur se faisait effectivement du souci pour sa FIélonne, mais, visiblement, cette dernière le tenait également responsable de son sort actuel. Zakaerii ne sut pas réellement à quelle faiblesse elle fit allusion, mais, visiblement, il ne manquerait pas de passer un mauvais quart d’heure lui aussi. En comparaison, le Suli avait l’impression de s’en sortir mieux, alors qu’il avait été le cerveau de l’opération. « Une Fiélonne qui gronde son Conjurateur, j’imagine que ce n’est pas très commun. » Il eut un petit sourire avant de faire une grimace en sentant le pot d’onguent que le vieil homme lui avait demandé d’apporter à la Succube pour qu’elle s’en enduise la peau. L’odeur était puissante et parfaitement désagréable, au point de provoquer un refus catégorique de la part de Lylim à l’idée de poser cela sur sa peau. L’Once acquiesça en silence sur le fait qu’il fallait mieux renoncer à l’idée d’’appliquer cet onguent, d’autant que rien ne justifiait de le faire, au moins médicalement parlant. En revanche, la Succube ne perdit pas le nord et lui tendit un autre flacon, dont exhalait une odeur bien plus agréable, tout en le mettant subtilement au défi de tenir sa promesse. « Laisse-moi finir de manger mon déjeuner et nous verrons cela. » Il eut un petit sourire, sachant pertinemment à quoi il allait devoir se frotter, mais l’idée ne le choquait pas plus que ça. Surtout si ce n’était qu’un petit massage.

Lorsque fut évoquer la question de la lessive, la Fiélonne lui fit remarquer qu’il faudrait bien plus que ce qu’il pensait pour se débarrasser de sa poudre urticante. Elle lui proposa également, magnanime, un stratagème pour s’occuper de changer les draps par les siens, en toute discrétion, afin que personne ne remarque quoi que ce soit. « Pour un peu, je pourrais penser que tu as déjà fait ce coup à quelqu’un… » Il eut un petit sourire et rajouta. « C’est d’accord, nous ferons cela. Et… Merci. » Il lui fit un petit clin d’œil, amusé de la voir se plier en quatre pour l’aider à nettoyer son méfait sans se faire prendre. Effectivement, elle ne lui offrirait peut-être pas toujours son aide, surtout s’il persistait à lui jouer des tours. Alors qu’il terminait son ragoût, elle lui demanda finalement ce qu’il comptait faire pour avoir l’autorisation de rester dans sa chambre, formellement interdite de visites. Attrapant le plateau, le Suli ne mit pas longtemps pour répondre. « Eh bien, d’abord je vais redescendre dans la grande salle avec ceci. Puis je vais faire semblant de sortir faire un tour. De là, je n’aurais plus qu’à grimper par la fenêtre pour te rejoindre. Si l’on ne fait pas trop de bruits, on sera ainsi tranquille pour l’après-midi, qu’en penses-tu ? » Il esquissa un sourire et une fois le plan convenu, il le mit à exécution. Rejoignant les autres, il rassura Elorias sur l’état de Lylim, précisant qu’elle semblait aller pour le mieux et lui glissa deux mots au sujet de l’onguent afin de s’enquérir de son contenu, compte-tenu de son odeur. Il abandonna ensuite le groupe, prétextant une envie de se dégourdir les pattes. A l’extérieur de l’auberge, il s’assura de ne pas être aperçu et bondit prestement jusqu’à la fenêtre de la chambre de la Succube. « Et voilà ! » Il s’était donné un petit air théâtral avant de sourire. « Bon, où en étions-nous ? Ah ! Oui. » Il se dirigea vers le flacon d’onguent et le pointa de sa patte. « Tu es sûre que tu préfères ton onguent à celui d’Elorias ? Tu serais tellement attirante enduite d’une telle concoction ! » La taquinait-il ? Oui, assurément. Il attendit qu’elle s’insurge et une fois qu’il eut ce qu’il voulait, il prit l’autre flacon et jeta un regard vers le lit. « Si mademoiselle veut bien s’allonger… » Le Suli attendit qu’elle s’exécute, lui indiquant de se coucher sur le ventre, puis il s’installa au-dessus d’elle, s’agenouillant au-dessus de sa chute de reins. Il se frotta les pattes pendant quelques instants, puis prit un peu de lotion qu’il laissa glisser sur le dos de la Succube. Zakaerii commença alors ensuite à la masser, doucement. Il savait qu’il ne risquait pas spécialement de la casser mais il n’avait aucune raison de forcer le mouvement. Il se permit même, d’un geste assez maladroit de défaire l’agrafe de la partie supérieure de ses sous-vêtements pour éviter que cela le gêne dans ses gestes. Après tout, il ne voyait que son dos, il n’y avait pas à paniquer. « Si je te fais mal, dis-le-moi. » L’Once poursuivit ses mouvements, appuyant parfois un peu plus ses gestes pour essayer de détendre un peu plus ses muscles. « Ils ne te vont pas si mal que ça ces petits points rouges, tu sais ? » Il y avait une petite teinte moqueuse dans sa voix, mais ce n’était pas totalement faux non plus. Mais, après tout, son avis était peut-être légèrement biaisé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Ven 16 Juin 2017 - 11:42

La succube afficha un petit sourire malicieux tout en faisant rouler ses yeux en direction de son gros matou. Elle était loin d'être dupe, et elle avait bien remarqué la préférence que le suli avait pour elle. Et elle comptait bien même le doigt dessus.

Je suis certaine que même si une autre succube se proposait à toi juste pour répéter l'opération, tu n'oserais pas lui faire à elle ce que tu m'as fait à moi.... Même si elle serait très certainement tout aussi partante pour te laisser jouer avec elle....

Elle pouffa légèrement à la suite de la réponse de Zakaerii, qui s'en tirait à trop bon compte sur ce coup là pour elle.

Non, non, non, mon petit chat.... Ici tu ne trahiras pas la confiance de tes amis et de tes proches pour une noble cause. Bien au contraire.... Ce sera pour faire les pires bêtises, qui te vaudront une place de choix au panthéon des sales gosses de ton ère. Heureusement pour toi, pour ce qui est de ceux que tu affectionnes, les vilaines traîtrises que tu pourrais leur faire n'auront pas plus de gravité que des bêtises d'enfants. Enfin, pour la majore partie du temps... Cela devrait limiter leur ressenti à une furieuse envie de te tirer les oreilles, te passer un savon de tous les diables, ou à la limite te flanquer une correction.... Qui ne serait peut-être pas volée selon les circonstances hi hi hi !

Même si elle avait envie de lui faire un peu peur, elle ne voulait pas non plus être complètement à côté de la plaque. Ils n'étaient qu'au stade des jeux et bêtises bon enfant, rien de bien méchant. Elle se mit à rire de bon cœur en entendant l'once lui avouer à quel point son acte l'avait perturbé, et aussi qu'il n'était pas prêt de recommencer.

Moui, moui, moui, quand je vois comment tu te pavanes fier de ton coup, je pense que tu n'aurais pas de mal à recommencer.... Mais étrangement, ça ne m'étonnerait pas que tu te montres moins fier et assuré s'il s'agissait d'agir alors que je suis consciente.... Cela dit, je pense que mon air amusé t'aurais sûrement détendu. Je me connais après tout....

Il lui semblait sûr que si elle le voyait agir de la sorte tout penaud et gêné, elle n'aurait pas pu s'empêcher de rire. Elle secoua la tête lorsqu'il lui dit que ce cher Elorias la libérerait avec joie le lendemain une fois ses boutons disparus.

Crois moi une fois que je lui aurais montré la fin de mes boutons, il va se faire tirer les oreilles ce vieux hiboux ! Pour une fois que ce sera moi qui le réprimande, je ne vais pas me gêner tiens !


Elle laissa échapper un léger rire alors que Zakaerii rebondissait justement sur la singularité d'un fiélon grondant son conjurateur.

Oui j'avoue que ça n'est pas commun, les relations sont rarement si proches et intimes entre fiélon et conjurateur. Mais je suppose que le fait de partager tous les jours notre quotidien nous permet d'établir une certaine proximité. Surtout après toutes ces années.... On ressemble un peu à un vieux couple hi hi hi ! Et je ne connais pas un couple qui n'a pas son lot de disputes.... Plus ou moins agitées.

La chipie préparait le terrain car en réalité, les disputes avec Elorias étaient plutôt rares. Généralement, Elorias grondait Lylim quand elle faisait encore des siennes, mais le caractère de Lylim rendait très difficile les situations où elle se fâchait réellement contre son vieux bélinois. Surtout que celui-ci faisait attention à ne pas agir de manière à vraiment fâcher sa succube. Aussi les remontrances et sermons étaient souvent à sens unique. L'onguent médicinal définitivement écarté, Zakaerii avait toutefois accepté de se rabattre sur l'huile de massage de Lylim pour pouvoir maintenir ses plans. Ce qui ravissait la succube qui espérait bien pouvoir profiter du massage. Comme pour un échange de bons procédés, elle lui avait offert son aide pour se dépatouiller de la situation délicate dans laquelle il s'était plongé. Son gros matou supposa alors qu'elle n'était pas étrangère à l'utilisation de la poudre urticante. Réprimant un fou rire, la jeune femme lui avoua.

C'est un incontournable tu sais ? J'en utilise depuis que je suis enfant. C'est le partenaire idéale de bien des fous rire. Mais à manier avec précaution, ça peut vite se retourner contre soi sinon.

Elle répondit par un sourire à ses remerciements, avant d'acquiescer à son plan pour venir la retrouver.

Je pense que ça devrait être suffisant, Elorias ne se risquera pas à venir dans ma chambre après m'avoir enfermé, donc on devrait être tranquille.


Le plan validé, Lylim observa son gros matou partir, et ouvrit la fenêtre pour lui laisser libre accès. De son côté Elorias se retrouva bien penaud à la question de Zakaerii. Il parvint à identifier quelque composant, des champignons des mines, du camphre et des algues, mais pas le reste. Il faisait confiance à l’apothicaire qui lui avait vendu, et ajouta que souvent, les remèdes était peu ragoûtant. Ce qui ne l'avait donc pas choqué. La jeune femme n'eut pas à attendre longtemps, car son félin revint bien vite. Elle l'accueillit avec un franc sourire, contente de ne plus être seule, applaudissant même un peu son retour triomphal. Le Felidae lança une dernière boutade avant de se préparer.

Je pense que tu as tout autant envie que moi de te passer de cette horreur. N'oublie pas que tes pattes empesteraient si tu me massais avec ça.

Sa remarque faite, elle obéit à son matou et s'allongea sur le lit pour le laisser accomplir son office. Elle ne releva même pas le fait qu'il avait dégrafé son soutien-gorge, tant cela était naturel dans le contexte donné. Elle se détendit complètement, accordant une confiance aveugle au suli, qui lui restait soucieux.

Ne t'en fais pas, tant que tu n'uses pas de tes griffes je doute que tu puisses me faire mal tu sais ? J'aime les massages pénétrant....

Bien entendu, le jeu de mot n'était pas du tout innocent, bien qu'elle restait sincère dans ses affirmations. Il vint la complimenter sur ses points rouges, ce à quoi elle rétorqua un sourire en coin.

Je pense que ça ne va qu'à ceux qui portent les points sur des pelages.... Sur une peau de ce genre ça fait désordre.

Elle ne boudait pas son plaisir, ainsi choyer entre les pattes puissantes du suli. La pièce embaumait une douce fragrance de rose, et la succube s'était laissée aller à une semi somnolence alors que ses muscles se délassaient. Elle lâchait par moments des petits soupirs de soulagement ou de bien être.


Mmmh.... N'hésite pas à voir du côté de mes jambes....


Tant qu'à faire autant avoir un massage intégrale. Après tout, s'il avait vraiment dû lui administrer l'onguent nauséabond, il aurait dû aller partout. Mais elle se doutait qu'il n'oserait pas aller passer ses mains sur certaines parties de son anatomie.... Et alors qu'il avait parfumé la presque totalité de son corps à l'huile de rose, elle se retourna soudainement sur le dos, avant de dire.


Tu dois passer partout où tu as mis des points rouges....

Allait-il y arriver ? Allait-il déjà parvenir à palper son torse ? Et le reste ? S'il pouvait encore prendre sur lui pour le torse, pour le reste, elle en doutait très franchement. Mais Zakaerii savait la surprendre lorsqu'il le voulait. Est-ce que ça allait être le cas ici ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Sam 17 Juin 2017 - 9:30


Lylim avait beau parfois feindre l’ignorance ou l’insouciance, elle était parfaitement capable de démêler le vrai du faux et, surtout, ses capacités de déduction auraient pu faire rougir n’importe quel enquêteur. Après tout, elle avait raison : pour n’importe quelle autre succube, il n’aurait probablement pas osé aller jusque-là où il était allé avec la fiélonne pour monter son petit coup. Avec un peu de recul, le Félidaë constatait qu’il avait effectivement franchi une certaine limite – non sans énormément de mal – et que ce qui avait été un jeu cette nuit, faisait peut-être écho à quelque chose de plus profond, de plus puissant, qu’il gardait toujours pour lui. C’était plus qu’une préférence, mais il n’était pas spécialement nécessaire de revenir là-dessus, après tout, il en avait assez dit et la Succube n’en avait probablement pas cure. Après tout, combien d’hommes voyait-elle défiler entre ses bras ? Et combien d’entre eux finissaient dans la même situation que Zakaerii ? Bah, il valait peut-être mieux ne pas se faire d’illusions, mais, malheureusement, il était des choses que l’on ne taisait pas facilement, en tout cas, pas d’une simple pensée. « Hmmm… Tu as peut-être raison. Mais peut-être qu’une autre Succube serait plus… persuasive ? » Il jouait avec le feu, et, surtout, il mentait outrageusement. Lylim ne manquerait pas de le remarquer, mais son sourire sur le museau indiquait qu’il s’en moquait. Il ne faisait que la taquiner, ouvertement, pour le simple plaisir de la voir réagir, et, de ce fait, alléger l’ennui qu’elle pouvait subir à rester enfermer dans cette chambre par sa faute. Essayait-il de réparer les pots cassés ? Pas vraiment. Mais, après tout, il n’avait aucune raison d’accabler encore et encore la fiélonne au point de lui faire passer une mauvaise journée. Leurs buts respectifs impliquaient de s’amuser et le Suli ne s’amuserait définitivement pas si sa petite malade se ruinait le moral à tourner en rond, seule dans sa chambre.

« Tant que tu ne me demandes pas de trahir ouvertement mes principes ou mes amis, je n’aurais probablement pas trop de mal à jouer un tour ou l’autre. Je ne suis pas aussi blanc que mon pelage après tout… » Il lui adressa un sourire taquin. S’il n’était pas blanc, il n’était cependant pas noir pour un sou, Zakaerii ayant toujours vécu dans les clous, mais ayant déjà tué – notamment pour Fleya – lorsqu’il n’en avait pas le choix. Il préférait de loin les issues pacifiques si c’était possible, mais ne rechignait jamais pour un combat. Aussi, la mort de l’adversaire était parfois une conséquence inévitable. Il ne pleurerait clairement pas les brigands que Lylim pourrait lui demander de mettre hors d’état de nuire, mais elle ne manquerait certainement pas de le mettre dans des situations plus complexes, où sa morale et sa conscience seraient indéniablement tiraillées. Cela ne lui faisait pas spécialement peur, conscient qu’il aurait probablement l’occasion de refuser dans le pire des cas. Elle ne manquerait pas de tester ses limites et, pour l’Once, se serait également un excellent moyen pour se connaître d’avantages et en apprendre encore plus sur lui-même. Allait-il se surprendre ou simplement confirmer ce qu’il savait déjà ? La suite le lui dirait. Pourvu que la fiélonne ne remporte un de leurs paris à l’occasion. « Peut-être… Mais si tu avais été consciente, alors ma surprise tombait à l’eau. Ça aurait été dommage, quand même. Car, mine de rien, ton expression au réveil était… unique. » Il se souvenait encore de la façon dont Elorias l’avait tirée du lit et de l’état dans lequel la pauvre fiélonne avait dû se soumettre à une inspection en bonne et due forme. A mi-chemin entre le sommeil et l’incompréhension, il ne manquerait pas de s’en souvenir pendant un petit moment en souriant…

« Tu es depuis longtemps au… service d’Elorias ? » La Succube en parlait effectivement comme s’ils étaient liés depuis de nombreuses années et c’était peut-être le cas. Le Conjurateur était assez âgé et peut-être que ce dernier avait invoqué Lylim dans sa jeunesse. Cette dernière ne subissant probablement pas de la même manière les affres du temps, il était difficile de lui donner un âge, car elle pouvait très bien en avoir plus d’une centaine comme une simple vingtaine. Ceci étant dit, compte-tenu de son expérience, elle devait avoir bien plus qu’elle n’en paraissait. Il se rappela d’ailleurs qu’elle lui avait fait remarquer qu’il n’était pas bien vu de demander à une femme une information qui pouvait trahir son âge, mais il avait espéré qu’elle ferait une petite entorse, après tout, il avait bien le droit d’en apprendre un peu plus sur elle. Et puis ce n’était pas comme si son âge allait faire une différence de toute façon. « Ca sent effectivement le vécu ! Nul doute que j’imagine qu’il s’est déjà retourné contre toi ? Une petite anecdote à partager, peut-être ? » Zakaerii avait eu quelques démangeaisons – jusqu’à ce qu’il se lave soigneusement les mains – après avoir mis du poil à gratter dans le lit de la Succube. Particulièrement volatile, le composé méritait effectivement d’être manipulé avec précaution et l’Once pouvait clairement comprendre qu’il pouvait aisément se retourner contre celui qui essayait de l’utiliser. Un simple coup de vent pouvait transformer la meilleure tentative de blague en un calvaire urticant difficile à maîtriser. Heureusement, un bon bain et l’essentiel était neutralisé. Lylim en était d’ailleurs la preuve vivante.

Une fois le plan validé et appliqué, le Suli revint donc, par la fenêtre, dans la chambre de la fiélonne qui l’attendait déjà, non sans lui faire remarquer que, s’il tenait à utiliser l’onguent d’Elorias, il en aurait les pattes pleines aussi. « Je pense que je pourrais m’y habituer. Toi par contre… » Il ne termina pas sa phrase, mais, encore une fois, il la taquinait simplement, optant pour l’onguent de la jeune femme, aux senteurs plus agréables. Allongée sur le lit, Lylim sembla s’abandonner littéralement aux pattes de son masseur, le laissant la délasser de haut de son maigre savoir-faire. Conforme à ses instructions, il appuya légèrement plus fort, afin d’essayer de détendre davantage ses muscles. « Tu ne serais probablement pas désagréable avec un pelage… » Il avait dit cela d’un petit ton amusé, poursuivant son massage avec conscience. Il s’attardait principalement sur ses épaules et son dos, se laissant guider par les soupirs de soulagement que la fiélonne laissait glisser entre ses lèvres, pour guider ses propres gestes. Alors qu’il terminait doucement le dos, elle lui suggéra de ne pas oublier ses jambes. Dans un sourire, il s’exécuta, se tournant afin de pouvoir réaliser sa demande. Il poursuivit, veillant cependant à ne pas remonter trop haut au niveau des cuisses, à cause d’une pudeur qu’elle lui connaissait bien désormais. Il ne mit pas trop longtemps à parvenir à ses fins, mais soudainement, elle se tourna sous ses jambes, pour se mettre sur le dos. Il ne voyait toujours que ses jambes, mais il avait une petite idée de ce qu’il allait voir s’il tournait la tête. Alors, à l’injonction de la Succube, le Suli eut un long moment d’hésitation. « Essayerais-tu de prendre ta revanche ? » Il hésita encore quelques secondes avant de se tourner à nouveau vers Lylim, croisant son regard. Sans la quitter des yeux – pour ne pas avoir à regarder ailleurs – il attrapa le flacon d’onguent et en remit sur ses pattes. Il posa celles-ci sur ses épaules, et redescendit lentement sur son corps. Zakaerii ne quittait toujours pas le regard de la Succube et tâcha de se vider l’esprit pour ne pas trop réfléchir. Il prit une profonde inspiration et ferma les yeux un court instant avant de regarder à nouveau la jeune femme tandis que ses pattes glissaient sur sa poitrine. Etonnamment, bien qu’il était clairement plus fébrile que lorsqu’il lui massait le dos, il se laissa aller à la masser, non sans s’attarder énormément non plus, préférant de loin ses hanches et son ventre. Il poursuivit ses gestes, avec plus de douceur que précédemment, un peu plus de lenteur aussi, tandis qu’il ne quittait pas des yeux la jeune femme. Il y avait littéralement un torrent de sentiments qui rugissait en lui, mais il essayait de le faire taire. Même si ses gestes se firent un peu plus assurés, ils s’attardèrent plus sur les zones moins sensibles, qui posaient moins de problèmes malgré tout. Lorsqu’il eut finit, après avoir faiblement flirté avec les zones les plus intimes, pour jouer un minimum le jeu et éviter que Lylim ne le lui reproche trop ouvertement, il esquissa un léger sourire, en se frottant les pattes. « Mademoiselle est-elle satisfaite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Dim 18 Juin 2017 - 6:18

Pourtant il la connaissait. Il savait qu'elle ne perdait pas la moindre occasion de pouvoir utiliser ses propos à son avantage. Mais il persistait quand même dans ses provocations. Une chose qui ne resterait pas impuni, car tôt ou tard la succube saurait lui rappeler ses paroles, et le mettre devant ses responsabilités. D'ailleurs, le sourire carnassier qu'elle lui offrit en disait déà long sur son ressenti.

Ho ? C'était donc cela ? Je n'étais pas assez "persuasive" à ton goût ? Mais qu'à cela ne tienne mon gros félin, je saurai me corriger dorénavant....

Il avait agiter une invitation sous son nez par jeu, mais elle l'avait saisi au vol et comptait bien y répondre dès que l'occasion se présenterait. Il était cuit à ses yeux. L'Once commença à établir quelques limites à leur petits jeux, semblant enfin réaliser toute l'ampleur que cela pouvait prendre. S'il s'était montré plus que confiant jusqu'ici, il fit enfin preuve d'un peu plus de retenu quant à ses capacités. Ce qui sembla plus concret et plus réaliste pour la succube. On ne changeait pas du tout au tout en un claquement de doigt. Et d'ailleurs, elle ne voulait pas le changer du tout au tout. Juste s'amuser et le dévergonder un peu. Elle ne souhaitait pas qu'il se perde en chemin. Aussi, elle accueillit plutôt bien ces affirmations, répondant toutefois.

Il est possible que je te demande de trahir certains de tes principes, car je doute tous les connaître. Mais même si j'aurais certainement envie de repousser tes limites, je doute de te faire franchir certains caps.... Ou alors ça serait très rare, ou dans des situations particulières.... Mais nous ne sommes pas encore là. Et d'ici là, j'aurais tout loisir de voir à quel point ce pelage blanc cache des poils noirs !

Zakaerii, même s'il était très loin d'être fourbe, avait néanmoins une certaine malice, qui ne demandait qu'à être encouragée pour pouvoir s'exprimer et grandir. La petite expérience de la journée en était une preuve flagrante, et le suli ne manqua pas, justement d'y revenir en justifiant ses choix méthodologiques. Ce qui arracha un petit rire à Lylim, qui lui répondit.

Oui j'imagine que le rendu n'aurait pas du tout été le même, d'autant plus que je ne me serais pas laissée faire plus longtemps, une fois les points rouges appliqués.

Il fallait bien lui admettre que sans drogue, son plan aurait indubitablement capoté. Mais le Felidae vint à s'intéresser au lien entre Elorias et Lylim, venant à demander depuis combien de temps elle le suivait. La succube se concentra en essayant de calculer les années passées.

Pfiou.... Elorias et moi nous sommes connus alors qu'il était encore un homme en pleine force de l'âge. Il n'avait ni ride, ni cheveux blanc, il était même fringant. Je ne saurais plus dire exactement, mais ça fait plusieurs décennies. C'est compliqué parfois la notion du temps. Trois décennies ? Peut-être quatre... Je ne sais plus. Mais je peux dire que je l'ai vu vieillir ce vieux hiboux !

Et en parlant de temps qui passait, Zakaerii s'interrogeait sur le vécu de sa succube et notamment de certaines de ses expériences passées. Lorsqu'il la questionna pour une anecdote, Lylim rit légèrement avant de se confier.


Cette poudre urticante est issue d'une plante. Lorsque j'étais petite je ne connaissais rien de cette poudre ni de la plante dont elle vient. Et une fois, je suis tombée et j'ai roulé jusqu'à un grand par terre de cette cochonnerie.... J'en étais entièrement recouverte, surtout qu'à l'état de plante, il y a comme de minuscules épines qui font que ça s'accroche bien ! Malheureusement pour moi, à ce stade les démangeaisons donnent aussi des espèces de brûlures tant qu'on ne retire pas les épines. J'ai cru devenir folle, plus j'essayais de m'en débarrasser et pire c'était. J'ai eu droit à plusieurs bains et trois linges de toilettes ont été sacrifié pour me libérer de cette horreur. Heureusement, la poudre qu'on vend est beaucoup moins violente, même si niveau démangeaison, il n'y a aucun doute à faire sur le lien de parenté. L'avantage c'est que je sais ce que ça fait, donc je sais comment doser pour obtenir l'effet que je souhaite.

L'apprentissage empirique était une méthode qui avait fait ses preuves. Même si l'expérience avait été hautement désagréable, Lylim préférait en garder le côté pratique. De toute manière elle ne pouvait pas changer le passé. Alors que leur conversation continuait, Zakaerii vint affirmer qu'il aurait pu s'accommoder de l'odeur, ce qui laissa la succube perplexe et dubitative, avant qu'elle ne répondre.

Cela aurait été une manœuvre pour que je te lave de nouveau "contre ton gré" ?

Elle ne pouvait pas concevoir qu'on puisse sciemment s'infliger une odeur pareil. Autant surgir dans un troupeau de moufettes et les provoquer toutes en même temps. Mais l'ambiance s'était davantage feutrée à présent que le massage commençait. Détendu et dans une atmosphère intimiste, le duo partageait un petit moment privilégié. Zakaerii vint à confier qu'il trouvait que Lylim serait surement très agréable avec un pelage. Ce qui dessina un sourire sur le visage de la jeune femme qui lui répondit comme à moitié endormi.

Mmmh oui..... je pense aussi....

S'il savait.... Mais il n'était pas question de s'endormir pour de bon ! Même si le massage s'y prêtait.... Elle s'était retournée, et le félin croyait y voir là l'objet de sa vengeance. Mais ce n'était pas de ses points rouges dont elle se "vengeait". Elle répondait plutôt à ses provocations faites plus tôt. Néanmoins, elle ne répondit pas, préférant sourire. S'il pouvait croire qu'elle s'était déjà venger la surprise n'en serait que plus complète lorsqu'elle le ferait réellement. Zakaerii se décida alors à aller jusqu'au bout, pour le plus grand plaisir de la succube. Toutefois, ile ne s'attardait pas trop sur les zones sensibles, préférant travailler le reste, et surtout.... Il prenait un soin vital à ne pas quitter des yeux le visage de la jolie rousse. Ce qui finit par faire rire cette dernière, qui lui dit doucement.

Tu ne deviendras pas aveugle si tu regardes tu sais....

Elle lui adressait un sourire bienveillant, et le calme et la sérénité qu'elle dégageait contrastait avec les émotions que son pauvre matou devait ressentir. Il prit malgré tout l'audace d'aller flirter avec certaines zones, sans pour autant s'y attarder. Mais alors qu'il croyait en avoir fini, et s'en être bien sorti, la succube vint prendre doucement sa tête entre ses mains et lui répondre doucement.

Un peu timide, mais très plaisant en effet.... ce serait dommage de s'en arrêter là....

Elle se doutait bien que le massage ne l'avait pas laissé indifférent. Encore il n'aurait massé que le dos et les jambes, il n'aurait eu aucun mal à ne rien ressentir. Mais elle lui avait imposé un "bonus" qui lui ne pouvait pas laisser le félin de marbre. Et elle comptait bien battre le fer tant qu'il était encore chaud. L'une de ses mains vint se glisser le long du dos de l'Once, et effectuer une légère pression pour l'inciter à s'allonger presque sur elle. Réduire la distance qu'il y avait entre eux deux. Tout en l'encourageant par des caresses, lorsqu'il fut suffisamment près, elle glisser son visage dans le cou de Zakaerii, et y déposer un baiser avant de dire à mi-mot.

Voyons si je saurais me montrer plus persuasive....

Sa main vint glisser dangereusement dans le bas de son dos, plus bas que ses reins encore, venant flirter avec la naissance de ses fesses.... Il lui suffisait de s'allonger complètement, de s'abandonner à elle, pour qu'elle puisse avoir accès à plus.... Et lui offrir plus.... A vrai dire il n'avait plus que deux choix possibles. Soit il devait fuir, et très très vite.... Soit il devait aller jusqu'au bout....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Lun 26 Juin 2017 - 12:21

A trop vouloir jouer avec le feu, on finissait toujours par se brûler, et Zakaerii apprendrait bien assez tôt, à son insu, que l’adage était particulièrement vrai, encore plus avec Lylim. Porutant, le Suli avait eu le loisir d’en avoir un aperçu plusieurs fois, mais il ne pouvait faire autrement que de continuer à s’y frotter, par attrait, par plaisir, par jeu. Alors oui, puisqu’il ne parvenait pas à tenir sa langue, nul doute que la Succube veillerait, à l’avenir, à se faire plus persuasive s’il ne fallait que ça pour le pousser hors des sentiers battus. S’il avait su ce qui allait l’attendre à la suite de cette petite pique, le Félidaë se serait peut-être abstenu de commentaire, d’autant que, en toute vérité, ce n’était pas tant une question de persuasion que d’affinité avec la personne. Toutefois, mieux valait éviter d’essayer de corriger la situation, car, tel qu’il se connaissait, il avait plus de chances de s’empêtrer davantage dans ses explications, s’exposant encore davantage à la malice de la Fiélonne. Mieux valait espérer qu’elle ne pourrait pas se venger immédiatement et finirait par oublier, avec le temps, ou trouver une autre occupation, comme celle de faire de lui son Fiélon, une activité qui ne manquerait pas d’être à haut risque, elle aussi… Peut-être avait-il fait une folie en se rapprochant de Lylim finalement, mais à défaut de regretter cela, il devait admettre que cela pimentait agréablement son existence, même si cela lui attirerait probablement les pires ennuis, à ne pas en douter. « Mon pelage ne cache rien, tous les poils noirs sont déjà visibles. » Il lui fit un petit sourire amusé. Le Suli était bel et bien conscient qu’elle faisait usage d’une métaphore, mais il n’y avait aucun mal à la prendre au mot littéralement pour lui damner le pion. Ceci étant dit, son pelage était probablement une très bonne illustration de sa moralité relativement pure mais parsemée de zones sombres, enclines à outrepasser certaines règles, sous certaines conditions.

La discussion dévia finalement sur quelque chose de plus léger et de moins dangereux pour le Félidaë, même si cela ne signifiait pas nécessairement qu’il était sorti de l’auberge – loin de là – et, qui plus est, même s’il était fier d’avoir réussi son petit coup à l’encontre de la Fiélonne, elle semblait pâtir relativement fortement de sa solitude et il aurait semblé malvenu à l’Once de la laisser s’embêter toute seule pour le reste de la journée. Ce fut également l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Elorias et elle, et même s’il se doutait que ces deux-là se connaissaient depuis longtemps, Zakaerii fut tout de même légèrement surpris d’apprendre que cela faisait plusieurs décennies qu’ils parcouraient ce monde côte à côte. Lylim était donc ainsi arrivée sur ses terres bien avant lui, et pourtant, d’une certaine manière, elle lui semblait presque plus jeune. A croire que les Fiélon – et en particulier les Succubes – bénéficiaient d’un traitement de faveur vis-à-vis de l’âge. « Vous avez beau vous chamailler, il est évident que vous vous appréciez énormément tous les deux. J’imagine qu’après toutes ces années, il est difficile de ne pas s’attacher. » Le Suli réalisa alors rapidement que l’immortalité n’était peut-être pas une si bonne chose finalement, mais, surtout, il en fut à se demander ce qui allait se passer à la mort d’Elorias. Si le Conjurateur n’était plus, son Fiélon retournait probablement d’où il venait, sauf s’il avait acquis suffisamment de pouvoir pour rester sur ces terres. Cependant, rien n’indiquait que Lylim en soit arrivée à ce stade, sans quoi elle se serait probablement déjà affranchie du vieil homme, quelle que soit l’affection qu’elle pouvait avoir pour lui. Après tout, elle restait une Fiélonne, et, de ce que le Félidaë avait pu en voir, elle semblait également chérir sa liberté. Peut-être pourraient-ils évoquer cette éventualité plus tard, mais, pour le moment, mieux valait probablement éviter des sujets plus mélancoliques et surement ni l’un, ni l’autre, ne souhaitait véritablement évoquer la disparition du Conjurateur.

La discussion s’orienta alors sur une anecdote de l’enfance de Lylim, autour du poil à gratter, et, plus précisément, de la plante dont il est extrait et dans un buisson de laquelle la Succube était tombée dans son enfance. Une expérience particulièrement désagréable s’il devait en être une. « Au moins, c’est rassurant de savoir que l’enfance d’un Fiélon n’est pas nécessairement différente de celle d’un enfant de chez nous. » Après tout, quel enfant ne faisait pas une bêtise en se frottant à quelque chose qu’il n’aurait pas dû approcher ? Qu’il s’agisse d’une menace animale ou végétale d’ailleurs… « Tu sauterais sur n’importe quelle occasion pour me laver contre mon gré ! Malheureusement pour toi, j’aurai probablement été à même de me laver mes pattes moi-même. » Même si l’idée de se faire mousser par la belle Succube n’était pas ce qui le gênait réellement, mais plutôt tout ce qui en découlait presque inévitablement. Et peut-être aurait-il dû se douter que d’un simple massage pourrait découler des choses tout aussi gênantes, mais il avait eu la bêtise, ou plutôt l’insouciance enfantine de croire, que Lylim ne profiterait pas nécessairement de la situation. A tort, bien entendu, car même si elle profita sagement, pour un temps, du massage que lui offrait le Félidaë, elle ne manqua pas de s’offrir un petit luxe en se retournant sur le dos. Et tandis qu’il fixait son regard dans le sien, elle ne perdit non plus pas l’occasion de le taquiner un peu, même si, dans sa voix, elle donnait davantage l’impression d’essayer de le rassurer et de le mettre en confiance. « Je crains que, depuis notre rencontre, je serais déjà aveugle dans le cas contraire… » Une petite pointe d’humour pour essayer de masquer sa gêne, qui restait pourtant bel et bien visible, malgré ses efforts pour essayer de surmonter cette petite épreuve. Ce n’était pas tant qu’il avait peur de voir, mais simplement que cela lui semblait… déplacé. Même si la Succube s’offrait volontiers à lui.

Malheureusement, cette dernière avait décidé de pousser son petit jeu jusqu’au bout, et, alors qu’elle s’estimait relativement satisfaite de la prestation de Zakaerii, elle profita de sa position et de la situation pour glisser ses mains le long de son dos et le forcer à se rapprocher d’elle. Surpris par le geste – et pas nécessairement en position pour lutter – l’Once se retrouva alors au-dessus de la Fiélonne, ses pattes posées de part et d’autre de son visage, laissant ainsi une certaine distance de sécurité entre eux, maigre distance que la Succube rompit rapidement en venant glisser ses lèvres dans le cou du Suli, lui murmurant à l’envie qu’elle se sentait d’humeur persuasive, faisant ainsi écho à sa remarque précédente, au grand désarroi du Dévot qui ne savait plus vraiment où se mettre, conscient de ce qui se passait, et peut-être encore davantage lorsqu’il sentit une main de la jeune femme glisser toujours plus bas dans son dos. Tendu, le souffle légèrement court et son regard rivé dans celui de Lylim, le Félidaë ne savait pas quoi faire et, surtout, savait que ses options étaient limitées, trop limitées. « Lylim… Je… » En réalité, il n’arrivait déjà plus vraiment à penser de manière raisonnée et sensée. La main qui glissait sur son dos, arrachait à son corps tendu des frissons qui le brûlaient presque. Au fond de lui, il savait qu’il le voulait, mais, en vérité, il avait simplement peur, peur de ce qui allait se passer, peur de cet inconnu. Il aurait pu affronter des dizaines d’ennemis sans faiblir, mais là, entre les bras de Lylim, s’abandonner à elle, lui faisait peur d’être ridicule. Avec une autre, il n’aurait peut-être pas autant hésité, mais ce n’était pas n’importe quelle femme après tout. Il ferma les yeux, sembla résister quelques instants, sentant que son corps n’obéissait déjà plus à sa raison. Après quelques instants, il se laissa glisser contre elle, cessant de lutter, son pelage entrant en contact avec sa peau douce et chaude. Il rouvrit les yeux, croisa en silence le regard de la Succube. Il ne dit pas un mot mais ses iris témoignaient bien assez pour lui, à la fois de la crainte de la suite, mais également de l’envie en lui d’y succomber et peut—être aussi, un soupçon de ce qu’elle représentait pour lui. Et, non sans l’habituelle maladresse des premières fois, il l’embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   Mar 27 Juin 2017 - 11:24

On ne voit jamais tous les poils noirs....

Elle esquissa un sourire pour ponctuer ses propos lourds de sens. Son expérience lui avait appris qu'on ne savait jamais de quoi quelqu'un était vraiment capable jusqu'à ce qu'il agisse au-delà de ses limites supposées. Parfois on ignorait soi-même ses propres capacités. Mais les circonstances pouvaient engendrer bien des bouleversements, plus ou moins importants. Elle afficha un sourire plus doux lorsqu'il parla de la complicité qu'elle pouvait avoir avec Elorias. Il y avait du vrai dans ce qu'il disait, et pourtant, ce n'était pas une vérité générale.

Ne t'y fies pas mon minou, j'ai déjà vu des fiélons ronger leur frein pendant plus d'un demi-siècle avant de chercher à se retourner contre son ancien conjurateur, un fois la puissance nécessaire obtenue. C'est quelque chose propre à chaque fiélon. Nous sommes capables du pire comme.... bon le plus souvent du pire. Même quand on apprécie son conjurateur ça peut être risqué pour lui. On a déjà vu des fiélons tuer leur conjurateur une fois leur contrat terminé, juste parce qu'ils refusaient que qui que ce soit d'autres les servent. L'affection peut vite virer à la jalousie pour certains. Ce qui n'aident pas toujours les conjurateurs à essayer de se lier à leur fiélon. Bon, il faut bien avouer qu'à ce sujet, Elorias est relativement tranquille et serein. Il serait même plus apte à vouloir se débarrasser de moi que l'inverse, hé hé hé ! Je pense que de nous deux c'est lui qui me supporte le moins.

En réalité, elle pensait au contraire qu'ils se toléraient plutôt très bien l'un et l'autre. Mais elle avait besoin d'insinuer une relation inégale dans l'esprit de Zak, juste pour pouvoir servir ses desseins futurs. Il n'aurait pas été crédible d'affirmer la veille que Elorias et elle s'adoraient, et prétendre le lendemain qu'il l'avait battu à sang ! Zakaerii aurait tout loisir de comprendre à quel point tout ceci serait faux une fois qu'il se serait fait avoir. Elle continua de nuancer les propos de son gros matou, lorsqu'ils abordaient le sujet de l'enfance.

Oula, attention, en fonction des races, et parfois même des familles, les enfances peuvent changer du tout au tout. Certains se retrouvent livrés à eux-mêmes à peine sortis de l’œuf. D'autres passent leur enfance à fuir à peine sortis du ventre de leur mère, car les mâles cherchent à tuer les progénitures extérieures pour pouvoir semer leur propre descendance à la place. Et certains arrivent directement adultes. C'est vraiment très vaste comme domaine.

Elle avait poussé un petit rire à sa boutade affichant un air faussement innocent. Mais elle n'infirma, ni ne confirma ses dires, laissant planer le doute. Si tenté était qu'il puisse y en avoir un. Et si le félin avait de gros doutes quand a la suite, la succube, elle, n'en avait aucun. Elle lui adressa un sourire doux et complice à sa remarque. La suite des événements mit fin absolument à toute idée de doute. Zakaerii était piégé, il le savait. Il avait à peine bredouiller un frêle début de protestation.... Mais en vain. Cette fois-ci, il ne pouvait fuir.

Lylim l’enlaçait, un sourire bienveillant aux lèvres, le regardant avec affection. Elle lui caressait le visage et la tête, avant de lui dire.


Je suis très fière de toi mon gros félin.... Tu t'en es bien sorti. Dis moi, qu'en as-tu pensé ?

Elle espérait que cela lui avait suffisamment plu pour qu'il y ait pris goût. Et qu'il ne soit pas trop fatigué pour lui répondre. Même si elle ne lui refuserait pas une bonne sieste réparatrice. Le repos du guerrier était mérité à son sens.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The Sea, the Succubus and the Suli   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Sea, the Succubus and the Suli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Jour 3 - Y'a-t-il un médecin sur la planète ?
» Succubus Samba
» Décrire toute sa magie dans la présentation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La mer des Larmes­­-