­
 

Partagez | 
 

 [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Sam 16 Juil 2016 - 5:33

Bon ! Que dire ? Mes hommes étaient efficaces, le dispositif prenait place en temps et en ordre de son application mais il en est des plans de longue haleine comme des choses de la vie : l'incertitude et le chaos viennent souvent tout gâcher. Si 95% des civils avaient été évacués, je ne pouvait empêcher les annonciateurs de bonnes nouvelles et le cortège de peur panique qui les suivait !

Et surtout, si j'avais anticipé toutes les catastrophes possibles, y compris celle de la venue d'un dragon, tous les livres d'histoires, les traités de stratégies et les conseils de sécurité intérieure du monde, ne pouvaient pas donner la vraie dimension de la présence d'un dragon véritable. Quand le monstre est arrivé au-dessus du camp, la panique est devenue un autre monstre contre lequel la sécurité devait lutter, heureusement il restait peu de public et c'était plus simple de contrôler les gens effrayés.

Puis la bête à crachée son feu, et là, malgré les toiles ignifugées, je n'ai pu faire un sans fautes : des tentes ont brûlées, des gens en sont morts d'horribles manières. Dire que j'étais horrifié et en colère est un moindre mot, et la colère pour un suli, formé par les Redresseurs et responsable de la sécurité du plus grand évènement du royaume voire du monde depuis 400 ans, ce n'est pas un mot vide de sens !

Un signe, une fusée qui part ! Et un autre dispositif de défense se met en place : sur une colline des mages de la foudre et du temps météorologique, entre en œuvre, leur objectif : créer le plus terrible orage qu'on ai jamais vu ! Bientôt il se forme un nuage sombre au-dessus de la vallée. Pendant ce temps je rejoints les notables, ils ont d'abord un mouvement de refus voire de mépris fort déplacé a mon égard et mes mesures de sécurité, puis arrive le dragon et là je deviens soudain leur meilleur ami, à deux ou trois exceptions près.

Arrive le capitaine Valdrianna, pleine de confiance à mon égard elle sollicite mes directives mais un des notables se manifeste et la voilà qui le remet à sa place, je ris sous ma main cachant mon hilarité et vais pour lui répondre, mais soudain un drôle d'oiseau enlève la rousse fille de la famille Valdrianna : je vais pour ordonner aux archers près de moi d'abattre la chose quand je réalise qu'il s'agit d'un cheval ailé et de Shavok en cavalier des airs. J'ordonnes aux hommes de prendre les notables en charge et de les conduire a travers le tunnel de sortie vers la ville et ses murs épais !

Moi, mon rôle est de rester ici pour coordonner les combats une fois arrivés mes troupes d'élites. Je regarde la troupe qui s'enfonce sous l'estrade et descend le long de l'échelle qui descend dans ce tunnel construit un an plus tôt et qui serait lui-aussi comme les deux autres, définitivement condamnés par un dispositif explosif créé par des artificiers nains. Je me suis installé sur la colline de commandement, bien visible sur mon cheval blanc, vêtu de mon armure de Redresseur, a droite, planté dans le sol, la bannière du royaume, a gauche la bannière des Redresseurs. Je regarde les gens qui se battent contre le sort funeste que fait subir un dragon en colère, je prends note mentalement de ce que je vois, mettant en mémoire les atouts et faiblesses des héros inconnus qui se révèlent à cette occasion.

C'est admirable ! Fouillis et désorganisé, mais admirable ! Je remarque une suli accompagnée de drôles de compagnons dont certains sont loin d'être fréquentables. Voilà qui plaide pour les croyances des sages des Redresseurs, on peut réhabiliter les démons ! Zenji fait montre de son talent à ses risques et périls, Shavok et la capitaine corsaire, font tout un tas d'acrobaties pour éviter les attaques du monstre et surtout attirer sur eux l'attention de ses flammes. C'est pure folie mais ça marche, un temps puis la suli fait une chose que bien des mages commenteront durant des décennies. elle semble entourée de lumière et soudain, le ciel pleure des larmes de feu !

En fait de larmes, il s'agit de morceaux de pierres céleste qui tombent sur le dragon avec force et rapidité ! Visant les membranes fragiles des ailes du saurien magique et démoniaque. A ce moment la foudre éclate et frappe le dragon de plein fouet, la pluie tombe épaisse et drue, éteignant les flammes de l'incendie. Une heure ! Pendant une heure les mages allaient maintenir l'orage, canaliser la foudre et abattre si possible le monstre, pendant que les mages de glace envoyaient des bombes gelantes sur le dos et les ailes de la bête. Tout pour le blesser et le forcer à poser pattes au sol. Mais il se passe quelque chose ! La monture de Shavok s'estompe et bientôt, un des cavaliers tombent  sur le dos du dragon ! Et je ne sais pas ce que deviens l'autre, et moi qui suis coincé ici !

Inquiet pour mes amis, rageant de devoir rester sur place à mon poste de coordinateur, je vois le ciel se déchirer d'un trait de foudre qui frappe l'aile droite du monstre et qui déchire un peu plus la membrane. Une force de la nature se combat avec une force naturelle ! Et sous le tonnerre retentit enfin la trompe des troupes d'élites : La folie de Domix comme l'appelaient les humains jaloux de ma nomination comme Capitaine. Il leur était impossible de comprendre que mes amis m'avaient inspirés cette troupe, qui était un hommage au trio que nous formions dans nos jeunes années.

Pour moi c'était l'escadron Zen-Shav-Do, 300 sulis ! 100 Ursidaes en armure lourdes et armes à 2 mains, montés sur des chevaux lourds ! 100 Canidaes en armure intermédiaire et chevaux rapides, maniant épées et boucliers et combat rapprochés ! Et enfin 100 Félidaes, équipés d'armures légères et pour 50% d'arcs et 50% d'arbalètes à répétition ! Ma troupe de choc était en marche en premier la charge des ursidaes qui devait permettre au canidaes de prendre place sur le terrain et protéger ou combattre ce qui devait être protégé ou combattu, sur la croupe de leur chevaux les felidaes décochait flèches sur flèches sur le dragon puis arrivés assez près ils devaient se cacher dans les frondaisons et tirer jusqu'à vider leur carquois.

Les flèches enduites d'une matière collante et toute en métal devaient servir de petits paratonnerres et favoriser le chemin de la foudre dans les zones plus tendres de la peau et du corps de ce résidus des combats passés. Les ursidaes, armés de masses et de marteaux à deux mains, ou de haches et d'hallebardes devaient se concentrer sur les pattes et les articulations de la bête. De mon poste d'observation je vois que les ordres sont suivis et que les héros du peuple ont l'assistance dont ils peuvent avoir besoin ! Moi je dois maintenant faire passer les ordres de batailles ! Je regardes le soldats chargé des transmissions et ce dernier fait signe aux mages et à mes hommes. Je lèves le poing et l'abaisses, la foudre frappe et le dragon est à terre ! Nous mourrons sûrement ici dans cette vallée qui sera marquée à jamais, mais les livres d'histoires parleront longtemps des valeureux guerriers qui honorèrent leurs ancêtres de la meilleure des façons !




HRP:
 





"Je suis un suli de paix mais gare à mon courroux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Dim 17 Juil 2016 - 19:56


Tout s’est passé trop rapidement. Le feu. Partout. Les gens qui crient de douleur, d’agonie…je n’avais pu que me baisser à l’attaque des premiers jets de feu, qui étaient ma foi, plus que terrifiante.  Livides, je me tournais vers un campement incendié, des corps carbonisés se débattaient contre la mort. Je voyais des mères couchées, mortes, tenant contre elles leurs enfants toutes aussi noires qu’elle. Le nombre de morts était innombrable, c’était même un miracle que j’aie survécu…enfin, pour l’instant. Promptement, je repris mon sang-froid, me disant qu’en ce moment nous vivions une guerre imprévue et que durant une guerre, les morts étaient normales, surtout les innocents. Je me tournais alors vers mon commandant et j’insistais d’une voix chevrotante : « Commandant, quels sont mes ordres?». Diantre, nous n’avons pas de temps à perdre! Plus que nous attendions avant d’agir, plus il y aura des morts, nous y compris. C’était impératif de vaincre ce dragon, peu importe sa puissance. Mon sang bouillait dans mes veines, je fixais intensément le Canidae, attendant son commandement. C’est alors que quelque chose d’inusité se produisit. Une grosse main brune me saisit par la taille et me déposa sur le dos d’un cheval…ailé?  Qui parlait en plus! Me sauver? Ai-je demandé quelque chose?  Je m’apprêtais à débarquer de ce canasson, qui était malgré tout magnifique et lumineux, mais mon sauveur décolla comme une  flèche. Je serais les dents en m’accrochant solidement au dos du cavalier devant moi, qui se trouvait à être nulle autre que Shavok. Une fois que le pégase retrouva une altitude plus stable, j’ouvris les yeux avec pâleur. La vue d’en haut était encore plus horrible qu’en bas. Le dragon avait fait un véritable massacre et ce n’était que le début. En parlant de la bête…elle nous suivait la sadique! Je me mordis les lèvres, sentant aussitôt la rage me submerger. Contre le monstre, mais aussi contre ce stupide ours qui me privait de combattre auprès de mes hommes et de faire mon devoir. Rageuse, je m’écriais à son oreille poilue :

-Bon sang de merde! Tu voulais me sauver, Shavok?! Tu m’as plutôt attiré dans la gueule du loup. Le dragon nous suit, idiot! Descends-moi tout de suite, sinon je te promets que c’est moi qui vais te rôtir sur place! Je veux retourner auprès de mes hommes! Diantre, je ne suis pas une princesse!  Voyant qu’il ne voulait rien entendre, je jetais un coup d’œil accusateur au pégase qui lui obéissait. «Ton maître a pris une mauvaise décision, et présentement, je suis loin d’être en sécurité. Fais demi-tour et repose-moi par terre, s’il te plaît! Sacrebleu, vous n’êtes que des lâches…AH DRAGON!»


Comme je l’avais averti, le dragon nous suivait et il venait de lancer un de ses jais dans notre direction. Avec souplesse, le pégase l’évitait, ce qui me rassurait un peu, mais j’étais loin d’être convaincu qu’il allait s’en sortir, et nous aussi. On était dans la ligne de mire du monstre et en fait, je ne comprenais pas pourquoi il s’attardait à vouloir nous calciner. N’avait-il pas d’autres chats à fouetter? En parlant de chat, je jetais un coup d’œil en bas, et je vis Zenji nous envoyer la main, puis il alla aider des mages à créer un énorme nuage noir en haut de nos têtes.  Tandis que notre monture évita à nouveau une attaque, je repris progressivement mes esprits. Nous étions en danger et je devais impérativement nous sortir de ce merdier. Shavok semblait dans un état catatonique, je pris sur moi pour nous sauver. Jetant un coup d’œil au dragon, je croisais son regard et j’aperçus une étincelle d’amusement dans ses yeux de reptile.  Présentement, je n’avais pas de plan, mais je réfléchissais à toute allure, comme jamais auparavant. Il nous attaqua encore, notre monture l’évita d’une acrobatie à couper le souffle, mais je sentais que ses muscles tremblaient sur l’effort. Il allait bientôt flancher. Mon intuition fut juste, le pégase souffla à son maître qu’il n’allait pas pouvoir tenir longtemps.  Je soupirais, comprenant que maintenant tout reposait sur moi. Sans plus d’hésitation, je me levais sur la monture, escaladait Shavok pour m’assoir en face de lui.

Mi-narquoise mi- exaspérée, je dis : «Allons, gros lourdaud, laisse-moi la place. Je prends le relais!» Disant cela, je saisis la crinière blanche et je soufflais à l’oreille du Célestiel : «Vois-tu, là-bas, ce pic rocheux? Fonce droit vers lui et quand je te le dirais, tu vas le contourner.» La monture hocha frénétiquement de la tête et accéléra son vol. Jetant un coup d’œil au dragon, je vis sa gorge s’illuminer. Il  allait bientôt nous submerger de feu. Je reportais mon attention vers l’horizon, nous approchions. Plus vite…plus vite! Là voilà! Crispant mes doigts, j’ordonnais : «Tourne! Maintenant!» D’un tournant raide, la monture contourna le pique de roche, qui nous servit par le fait même de bouclier naturel contre le jet. Je vis la pierre noircir au contact du feu, j’en ressentis la chaleur brûlante. Faisant fi de la douleur sur ma peau, je tirais sur la crinière, forçant le pégase à piquer en hauteur, tandis qu’un bruit assourdissant attira notre attention. Avec surprise, nous aperçûmes la Felidae de tout à l’heure bombarder d’étoiles destructrices une des ailes du dragon. Cette lapidation fut la bienvenue et ça changeait la donne. Je ne pus m’empêcher d’admirer la puissance qui jaillissait de cette minette frêle.  « Woah! Elle en a dedans! N’est-ce pas Shavok?» M’exclamais-je d’un éclat de rire. Puis d’un œil mystérieux, je pensais que ça allait être bientôt à mon tour de montrer de quoi j’étais capable. J’observais d’un regard analytique la situation. Je n’aurais pas pu choisir de meilleure position stratégique pour observer une telle bataille. Le dragon s’était lassé de nous et avait reporté son attention sur les combattants qui osaient lui résister. Après l’attaque de la dénommée Fleya, les mages lui avaient jeté un jet glacé sur son ail, qui diminua considérablement sa vitesse d’envol. C’était le moment que j’attendais. Je savais à présent quel était mon rôle dans ce combat. Les yeux…je devais atteindre ses yeux! Cela nous ferait gagner du temps et je savais que cette mission était presque suicidaire, mais présentement, j’étais la seule à pouvoir le faire. C’était comme si durant toute ma vie je m’étais préparée pour ce moment. Fébrilement, je dévisageais Shavok, puis je lui souris doucement.  Le regard brillant et déterminé, je vins l’embrasser sur la joue, ou du moins sur sa fourrure, et je dis d’un murmure : «merci d’avoir voulu me sauver, mais j’assume mon destin.  J’espère que tu en feras de même et j’espère aussi qu’on se reverra. Bonne chance, mon ami!» Disant cela, je me levais et sans lui laisser le temps de m’en empêcher, je sautais dans le vide. À cette fin, j’avais fait exprès pour approcher discrètement  le pégase du dragon, suffisamment pour ne pas me blesser. La chute fut néanmoins rude, mais je l’amortis par une culbute avant. Je me relevais aussitôt, sortit mes poignards et courut à toute allure sur le dos écailleux. Il était très chaud, j’en avais les pieds brûlants, mais cela ne m’empêchait pas de continuer ma course folle.

C’est alors que je sentis une flèche collante m’écorcher le bras. Je retins un cri tout en m’écroulant sur le sol écailleux. Le front en sueur, je levais péniblement mon regard, et je vis de nombreux projectiles s’enfoncer dans les zones tendres du monstre. C’est alors que je compris. Le nuage, les flèches qui ressemblaient à des petits paratonnerres...Bon sang, ils allaient nous électrocuter! Ce plan était ingénieux, même vicieux, mais vu que j’étais sur le dragon, il ne me plaisait pas particulièrement.  D’un grognement, j’oubliais aussitôt ma douleur et je partis à la course, je volais presque. J’étais comme une fourmi chatouillant un immense être et heureusement, celui-ci ne m’avait pas encore remarqué. J’en avais long à parcourir. Mon souffle était court, mon bras me faisait souffrir ainsi que mes pieds, mais je devais impérativement atteindre mon objectif.  J’y arrivais! Au sommet du crâne noir, je me propulsais dans les aires d'une culbute arrière pour atteindre l’un des yeux. Le dragon eut à peine le temps de m’apercevoir que mes poignards transpercèrent l’iris reptilien, tandis qu’un liquide acide y sortit et  brûla mon bras. La douleur fut si atroce que je rugis de douleur autant que la bête. Celle-ci secoua la tête brusquement, je lâchais prise et il m'envoya balader à des kilomètres à la ronde.La vitesse du son me serra les entrailles, les branches des arbres déchirèrent mes vêtements et ma peau.  Je savais que j’allais mourir, peu importe où j’allais atterrir. Je revis alors mes parents, mon enfant, mes amis, Flynn...tous ses êtres allaient me manquer. Cette vie allait me manquer. Mon regard turquoise fut inondé de larme, mais je savais que je ne pouvais éviter l’inévitable.  Soupirant, je fermais les yeux, espérant mourir sur le coup. Soudain une grande main en bois m’attrapa  et arrêta mon envol. Surprise d’être encore en vie, je croisais le regard de mon sauveur. C’était un immense…sylve? Celui-ci me sourit et contre toute attente, il me félicita :

-Bien joué, petite! Maintenant, c’est à notre tour! Pâle et épuisée, je marmonnais :
- Votre tour? Qui…qui êtes-vous?
-Barbe-brune pour te servir! Son sourire s’affaissa, il se fit sérieux et sombre. Je voudrais converser davantage, mais nous avons un dragon à vaincre. Repose-toi, tu seras bientôt en sécurité.  Trop abasourdie pour répondre, j’acquiesçais lentement de la tête, tout en regardant faiblement autour de moi.  Par Uria! Une armée de Sylvestres se dirigeaient vers le combat. Des golems, des dryades, d’autres sylves…il y avait même quelques licornes. Je devais rêver…bon sang…je n’arrivais plus à respirer. Ma côte était sûrement cassée, comme plusieurs parties de mon corps d’ailleurs. Le regard fiévreux je fixais douloureusement le dénommé Barbe-brune en soufflant : «j’ai mal…j’ai si mal...» N’en pouvant plus, le noir m’engloba et je  m'évanouis.



***
Le dragon venait de se faire électrocuter. La foudre avait éclairé la Vallée à des kilomètres à la ronde. À moitié aveugle, le corps meurtri et ses écailles émaillés par l’électrocution, le dragon s’était écroulé par terre et avait beuglé comme un dément. Il comprit que l’issu du combat approchait et qu’il avait sous-estimé ses insectes. Ils étaient certes de petites tailles, mais leurs attaques étaient presque aussi puissantes que son feu destructeur. Toutes races confondues, des combattants l’entourèrent, essayant de l’achever avec leurs minuscules lances et épées. Ah, ils voulaient qu’il se pose par terre? Ils pensaient avoir remporté une victoire? Ni leurs sorts ni leurs armes ne pourront le vaincre. Il était Apoloexas! Le dragon des ombres, la destruction incarnée. Ses larves  n’avaient que réussi à  le rendre plus meurtrier encore.  Il montra les crocs et vint en dévorer plusieurs, puis d’un son œil valide, il fixa la troupe de Suli qui osait s’acharner à l’abattre. Il rugit et en enflamma la moitié, puis il donna un violent coup de patte à des mages qui tentèrent de le geler sur place. Les pauvres revolèrent et à leur chute, ils se cassèrent le cou. Le dragon avait repris le dessus, mais même si c’était tentant, les combattants ne déclarèrent pas forfait et ils continuèrent à se battre jusqu’à la mort. Soudain, au-delà des cris assourdissants des guerriers, un cri encore plus rauque se fit entendre. C’était un Sylve qui sortit de la forêt et fonça sur le dragon. L’homme arbre l’empoigna par la tête, tandis qu’une seconde fois, des lianes emprisonnèrent la bête, ainsi que des racines contondantes. Cet emprisonnement provenait de superbes dryades à l’œil meurtrier. Des hommes de pierre entourèrent les guerriers qui gardaient leurs armes en suspend et fixèrent les sylvestres d’un œil abasourdit. Tout comme le dragon, dont son unique iris se dilata de surprise. Parmi les Sylves, l’un d’eux avança, il était le plus grand et le plus vieux. Leurs regards se confrontèrent longuement, puis un son étrange sortit de la gorge du dragon. Il riait. Après un instant, sa voix rauque se fit entendre :

-   Fae  Hur’engar drame’os koth!

Le dragon venait de s’exprimer en langue ancienne, peu de gens la comprenaient. Le Sylve fit une moue farouche et répliqua pour que tous comprennent :
-  Si je dois mourir par le feu, tu vas mourir par la glace, Apoloexas! Il arrive… nous l’aiderons à te vaincre.  De qui parlait-il? Soudain, un rugissement lointain vint glacer le sang des guerriers. Baal’Iag approchait.

hrp:
 
 
 


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 20 Juil 2016 - 16:17

Il sentit malgré l'état catatonique qui le parcourait la belle rousse lui grimper dessus. Il n'eut guère de réaction mais le bisou magique eut un effet sur son moral et il se ressaisit au montent où a capitaine Valdriana sauta sur le dragon.

-Maître, l'énergie que j'ai en réserve s'épuise je vous souhaite bonne chance pour la suite de vos actions.

Nooon, pas maintenant! C'est qu'il aurait voulu crier mais le célestiel avait pour ainsi dire disparut et Shavok tomba lourdement sur le dos  de la créature. Il glissa sur cette peau dont les écailles la rendait lisse. Mais, les petits picots dorsaux qu'il possédait permit à Shavok de s'arrimer afin de ne pas faire tout simplement le grand plongeon.

Le dragon ondulait littéralement dans les airs et Shavok avait bien dût mal à tenir. Sans doute, cet être incommensurable l'aurait tuer sur le moment s'il n'avait pas en ce moment d'autre chat à fouetter. En revanche, ce qu'il n'avait pas prévu c'était ces grandes choses qui se fracassèrent sur le dragon. C'étaient des sortes de flèche mais à quoi donc cela pourrait-il servir? Il ne le savait pas et il ne pouvait que se dire que c'était absolument futile de s'imaginer que ces flèches réussiraient à entailler le dragon.

C'est donc perdue dans ses pensées qu'il se mit voir tout à coup et soudainement la foudre qui frappa le colosse chimèrique. L'électricité ne semblait pas franchir la carapace des écailles et heureusement pour lui car sinon il aurait probablement été un ourson grillé. En réalité, les éclairs se propageaient sur quelques mètres autour du dragon sans pour autant l'atteindre vraiment.

Bon, le pire était passé, non? C'était quoi cet autre rugissement qui venait de sortir d'ailleurs que du dragon? C'est impossible, un autre dragon venait donc de rejoindre la bataille? Shavok ne comprenait plus rien à cette histoire. C'était fou, oui, c'était ça irréaliste. Comment tout ceci avait-il réellement démarrer?

Ses inquiétudes le tourmentèrent et il en lâcha le picot qui le maintenait sur le dragon et tomba lentement et petit à petit vers le sol. Sa raison semblait l'avoir quitté et alors qu'il la tête en bas et que son corps chutait, il songea à son existence et constata que c'était la fin de cette existence. Le héros tomba et finalement qui se souviendra réellement de lui? Shavok songea qu'il rejoignait Zenji dans la tombe. Il partirait vivre de nouvelles aventures dans ce qu'était le monde des morts. Il n'aurait jamais imaginé sa mort en regardant fixement deux dragons en train de se battre. Il aurait aimé en faire plus. Cassiopée était sans doute morte, elle aussi. Quel foutoir, il n'avait rêvé que de gloire et d'argent, de vivre comme un mercenaire, il aurait pût tellement en faire plus. Il aurait fallut qu'il protège plus les citoyens mais pourtant il ne regrettait pas sa vie, cette existence futile.

Il sombra dans l'inconscience tandis qu'un grand chêne le réceptionna et le posa délicatement dans l'herbe reposante à côté d'une certaine personne possédant des cheveux roux. ainsi, les deux étaient unis dans un sommeil récupérateur tandis que le monde se déchaînait dans un chaos impitoyable qui mettrait peut définitivement à l'équilibre de ce monde. Mais, ceci était une autre histoire que Shavok ne vivrait pas mais que Zenji et Khaalâm le lui raconterait certainement à son réveil s'il survivait à cette épreuve titanesque.

Finalement et étrangement, sa broche s'illumina tandis qu'il était par-terre et que l'herbe remuait autour de lui et il se vit dans son rêve en compagnie de la capitaine Valdriana (était-ce vraiment elle?). Pégase qui était là et qui semblait les avoir guidé se mit alors à leur parler.

- Vous êtes dans le monde onirique, un endroit surveillé par les célestiels, un lieu dans lequel nous nous reposons quand nous n'agissons pas sur la Terre Matérielle. Le maître et son amie peuvent prendre un instant de paix ici, ils sont en sécurité tandis que leurs corps se réparent.

C'est donc ainsi que Shavok et Valdriana sautèrent de nuages poudreux en nuages poudreux tandis qu'un splendide arc-en-ciel était présent dans l'air et qu'une douce lumière chaleureuse était présente dans l'atmosphère. Le lieu était réconfortant et dégageait un sentiment de plénitude, un vrai moment de spleen et d'amusement. Ils flottèrent comme s'ils volaient en compagnie de Pégase. C'était un de ces instants magiques que l'on vivait que rarement mais il n'était pas sûr que Shavok ou le capitaine Valdriana se rappellent de quoi que se soit à leur réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 21 Juil 2016 - 17:55

Shotra avait éloigné rapidement Fleya de la scène avant qu'elle ne se prenne un mauvais coup. Elle était assez affaiblie par cette première fois magique assez pêchue, mais surtout elle ne savait pas quoi faire d'autre pour aider. Elorias et Lilym ne manquaient pas d'ouvrages en évacuant les blessés, et avaient sauvé à eux seuls un très grands nombres de personnes, civils comme combattants. Malgré cela, les pertes étaient catastrophiques. De son œil d'ancien Seigneur de guerre, Shotra observait les événements et se faisait un rapport silencieux. Les attaque combinée n'étaient pas mauvaise et la cuirasse s'étaient fendues sur plusieurs endroit, la foudre ayant elle aussi fait de bon dégâts. Mais les explosifs ne faisaient que peu de dégât par rapport à leur potentiel destructeur. Maudite cuirasse écailleuse.... Il lui fallait trouver le moyen de s'en défaire sans quoi ils ne pourrait jamais avoir un seul espoir de survivre..... Il réfléchissait tout en scrutant les trous éparses dans la cuirasse.... Et soudain ce fut la révélation. Si vous mettez un petit pétard dans le creux de votre main, et que vous le faites éclater la main bien ouverte, vous n'aurez que peu voir pas de dégât. Mais si jamais vous resserrez votre main dessus.... Il ne restera plus qu'un moignon à votre poignet.

Les trous dans la cuirasses étaient pareilles à des mains serrées qui n'attendaient que d'être chargées. Shotra balaya rapidement le champs de bataille de ses yeux blanc vaporeux et repéra les explosifs. Il interpella ensuite Fleya.


J'ai un plan.... Demande aux autres de faire diversion.

-Mais....

Trop tard le voilà déjà parti. Fleya aurait bien aimé en savoir plus mais elle lui faisait confiance. Elle interpella Loth et Lilym, leur demandant d'attirer l'attention du dragon sur eux et de se consacrer uniquement à cela. Pas de dégâts ou quoique ce soit. Le simple fait de le divertir serait déjà suffisamment suicidaire comme ça. Lilym n'était pas la plus puissant en terme de force brute, mais elle était extrêmement rapide et véloce. Loth l'était un peu moins mais il était suffisamment rusé pour savoir quand se montrer agile. Ses instructions données, les deux fiélons s'en allèrent à leur mission, tandis que la féline cherchait d'un regard fébrile son compagnon, très inquiète. Elle le vit avec surprise très éloigné d'elle, là où il y avait des explosifs, et se servir sans vergogne dedans. Elle se demandait ce qu'il avait en tête, et les hommes autour de la réserve voyant la montagne d'ombre se servir n'eurent pas vraiment le courage d'aller tester s'il était puissant ou pas. D'ailleurs ils étaient eux aussi assez intrigués sur ce que ce monstre voulait faire avec ça.

Une fois un sac en toile improvisé plein à craqué d'explosifs sur le dos, l'ombre abyssale se servit une fois de plus des ombres environnantes comme d'un portail pour se déplacer instantanément. Ce n'était pas le moment de perdre du temps en trajet ! Il réapparut à la jointure des ailes du dragon, sous ces dernière pour être précis, là où elles produisaient de l'ombre sur le reste du corps de la créature. Loth et Lilym semblaient faire des numéros de voltige, bondissant et courant dans tous les sens en se faufilant parfois entre les pattes du monstre, et en manquant de mourir un nombre ahurissant de fois, ce qui valut à Elorias une teinte blanchâtre supplémentaire à ses cheveux. Le dragon était diverti, mais il remuait sans cesse. Et en plus il fallait éviter les flèches. Shotra se dépêcha. Il plaça des explosifs dans les trous les plus étroits, en y mettant un maximum et le plus serré qu'il soit. Le tout en jouant les équilibristes et en espérant qu'une flèche ne vienne pas amorcer le piège trop tôt. Fleya observait incrédule et ne comprenant pas. Pourquoi tous ces risques ? Pendant ce temps là, la foudre continuait de se déchainer, une armée de Suli enragés manœuvrait et la nature elle même se joignait à la bataille.... Si Fleya avait eu des doutes sur l'existence du peuple sylvestre, sa récente expérience venait de balayer ces derniers. Il lui fallait retenir que ce n'était pas le genre de créature qu'il fallait embêter vu leur hargne. Une journée normale dans la vallée d'Ildir..... Shotra avait fini de placer ses pièges, ayant parcouru l'avant du corps et le cou. Il ne se risqua pas à la tête, et une fois son labeur fini, il n'y avait plus qu'à attendre.

Il rejoint alors sa maîtresse qui l'observait incrédule. Fleya rappela à elle Loth et Lilym, pas mécontents d'arrêter de jouer les trompe la mort. Shotra observait de nouveau le dragon en croisant les bras. Il sentit le regard incompréhensif de la féline et lui répondit simplement.


Observe et apprend....

Et elle vit... Une rouquine téméraire, ou complètement inconsciente au choix, se balader sur le visage du dragon pour mieux lui crever un œil. Si Fleya en avait le souffle coupé, Shotra en aurait presque rit. Un dragon qui venait de se faire crever l’œil par une ildirienne.... Le premier venait de se faire humilier et la seconde était, au yeux du fiélon, aussi couillu que suicidaire. Mais c'était une action tout à fait respectable, même si la contre attaque fut sans appel. Fleya grimaça en voyant le corps voler pour aller s'écraser plus loin. Elle ne vit pas l'atterrissage mais elle le devinait tout sauf agréable. Le dragon fou furieux enragea davantage, comme quoi s'était possible et se mit à massacrer une bonne partie de l'armée tout en vomissant du feu dans tous les sens.... Ce qui fut également une véritable catastrophe pour les combattants sylvains. Mais c'était exactement ce que Shotra attendait. Car si le dragon se moquait éperdument de ses propres flammes, les mèches des explosifs elles, s'en moquaient beaucoup moins. Et rapidement une multitude d'explosions retentirent un peu partout sur l'avant du dragon. Si les flammes n'avaient pas causé de dégâts, le choc des explosions en revanche....

Niveau douleur ce n'était pas non plus insoutenable pour le dragon, comparé à son œil par exemple. Par contre.... Sa fière cuirasse présentait à de multiples endroits des trous aussi larges que béants, qui étaient autant d'ouvertures pour toutes les attaques. Shotra espérait qu'il leur restait assez d'hommes pour pouvoir user de cette aubaine qu'il leur avait offert, mais le dragon avait décidé d'expédier la bataille. Quand soudain..... La foudre sembla se déchainer plus que jamais et le tonnerre en devint assourdissant, tandis qu'à présent les éclairs devenaient presque aveuglants, frappant à répétition, en faisant même trembler le sol qui s'éclatait par endroit. Les mages se regardèrent circonspects, et tous secouaient la tête. Non, ils n'était pas à l'origine de ce déchainement des cieux. Ce dernier était simplement causé par un phénomène naturel, celui de la rencontre brutale de la chaleur accablante et oppressante que dégageait le dragon.... Et d'un froid soudain et violent, implacable et pénétrant qui venait de surgir.

Un son assourdissant déchira le ciel, mais cette fois-ci, ce n'était pas le tonnerre. Partout dans les alentours, ce qui n'était pas calciné se recouvrit d'une fine couche de glace, et les endroit qui brûlaient s’éteignirent, libérant une épaisse brume qui vint rapidement recouvrir le champ de bataille. A la surprise général, une seconde silhouette démesurément gigantesque vint crever cette brume opaque, un monstre au pelage tigré d'ébène et de neige immaculée, et aux ailes écarlates, recouvertes elles aussi d'un pelage épais et dense. Le groupe de compagnons retint son souffle. Affronter un dragon, c'était déjà du suicide. Mais deux, il ne fallait tout de même pas exagérer. Mais à la surprise de la troupe, le dragon félin face à eux annonça la couleur de manière violente et expéditive, en laissant déferler des avalanches de glaces, qui en plus de vous geler jusqu'à l'âme vous lacérait de ses pics acérés et impitoyables. Le dragon de feu reçut cette attaque surprise de plein fouet et poussa un hurlement de douleur, ses chairs se faisant trancher et brûler par le froid. Il se hâta de cracher du feu pour soulager cette douleur infâme, avant de réaliser l'impensable.

Il y en avait un autre.... Un cataragon visiblement dans la pleine force de l'âge, et qui pour il ne savait quelle raison venait s'en prendre à lui. Dans une fureur qui était sans merci, Baal'iag ne lui laissa pas un seul instant de répit, et se jeta sur lui dans des grondements sinistres et assourdissants. Sous sa fureur, la grêle se mit à tomber en une tempête monstrueuse qui ne venait qu'accabler davantage son adversaire et.... Tout ce qui se trouvait trop près d'ailleurs ! Le dragon de feu ne comptait pas laisser cette agression impunie, et se mit à vomir ses torrents de flamme en continue, à la fois pour se protéger de ce froid mortel et de cette tempête de grêle, mais aussi pour essayer de bruler son adversaire. Les orages violents recommencèrent de plus belle, feu et glace s'entre déchiraient dans une lutte surréaliste, dévastant tout sur leur passage. Les incendies colossaux luttaient au sol contre une glaciation soudaine et pugnace qui ne cessaient de gagner du terrain. La brume dégagée par cette confrontation de feu, et d'eau libérée par la glace fondue, rendait le tableaux encore plus apocalyptique qu'il n'était.

Pour les témoins présents, cet affrontement de titans avaient des airs de fin du monde, rien ne résistant sous leurs assauts ravageurs. Partout on fuyait comme on pouvait, Lilym et Elorias se trouvant submergés dans leur tâche d’évacuation des blessées, et le bilan déjà catastrophique des morts et blessés ne cessait de s'alourdir dramatiquement. Finalement, les survivants finirent par observer ce combat de colosses de loin, espérant se mettre à l’abri de leurs attaques. Rapidement, écailles et poils se mirent à voler, à se faire arracher, le sang coula mais la situation était claire. Baal'Iag avait l'avantage. Ses pattes puissantes et imposantes arrachait les chairs d'Apo de par ses griffes démesurées. Il était un égal de son adversaire, et chacun de ses coups était sérieux, aux conséquences douloureuses et dangereuses. Plus vif et surtout en parfait état, il n'eut pas de mal à prendre l'ascendance. Son pelage offrait une armure tout aussi valeureuse que les écailles de son adversaire, qui avaient été en plus fragilisée par l'acharnement des ildiriens. Des lambeaux de peaux et de muscles gisaient à présent au sol, et finalement, Baal'Iag parvint à bondir sur le côté de son assaillant, et lui saisir le cou de sa gueule puissante et imposante.

Tel un piège se refermant sur sa proie, l'une de ses pattes se plaça devant le torse du dragon de feu, entravant les mouvement de ses pattes avant, tandis que l'autre vint plonger profondément ses griffes dans son dos, pour consolider sa prise sur lui. De ses puissantes pattes arrières, il vint labourer le flanc et le ventre de sa victime avec ses puissantes griffes qui lui permettaient de percer roches et glaces sans la moindre gêne. Sang et chairs vinrent se répandre au sol dans les cris de douleur et de rage étouffés d'Apo. Mais Baal'Iag ne pouvait pas le tuer d'étouffement comme une vulgaire proie. Tous deux le savaient, c'était à présent un concourt de vitesse. Le premier qui noierait l'autre de son élément..... Mais là où Apo avait besoin de tourner la tête pour l'atteindre, Baal'Iag était déjà placé. Il déversa avec zèle et fureur son courroux glacé qui vint saisir Apo jusqu'au plus profond de ses chairs, qui se cristallisèrent instantanément sous l'effet du bout portant de l'attaque. Le dragon de feu poussa un cri étouffé par la glace qui obstruait déjà ses voies respiratoires et dans un ultime effort, Baal'Iag força sur sa mâchoire pour briser le cou congelé de son adversaire, qui sous l'effet de la glace qui avait durci et compacté tissus et chairs, se rompit et tomba lourdement au sol. Apo était mort, était-il mort gelé ou décapité, cela serait sujet à débat pendant des siècles.

De leur côté, le groupe n'avait pas perdu une miette du spectacle, pour ceux qui n'étaient pas occupés à s'occuper des blesser tout du moins. Loth et Shotra étaient surexcités, et se considéraient comme chanceux. Un pareil spectacle, ils n'en verraient certainement pas d'autres durant toute leur interminable existence. Mais lorsque Apo vint à mourir tout se passa très vite dans l'esprit de Shotra. Profitant que Fleya et Loth étaient complètement absorbés par le spectacle, il se glissa derrière Loth, et d'un coup brutal et méthodique, il frappa sans vergogne sa nuque pour l'assommer. Il le laissa s'effondrer au sol, disparaissant aussitôt, laissant Fleya s'inquiéter en se demandant qu'est-ce qu'il venait de se passer. Loth hors jeu, il pouvait réaliser ce rêve fou auquel il ne parvenait pas encore à croire. Car tandis que Baal'Iag rugissait sa victoire, triomphal, avant de s'en retourner chez lui soigner ses plaies et récupérer, le démon d'ombre s'empressa de dévorer l'âme d'Apo avant qu'elle ne s'évanouisse. Il s'enivrait de puissance et d'allégresse, subjugué par l'extase qui résonnait alors en lui en cette instant.

Il la sentait revenir..... Cette puissance qui était sienne il y a si longtemps.... Il se sentait renaître tel un phénix, retrouver ses moyens, ses pouvoirs, ses capacités. Il se retrouvait tel qu'il se connaissait.... Non pas Shotra, l'ombre abyssale, mais Eskarioth.... Le Seigneur de Guerre. Une fois l'âme complètement absorbée, il se laissa aller à un rire à la fois nerveux et d'extase. Après des siècles d'errance, après tant d'années de pénitence, à se cacher, à ravaler sa fierté.... Il était de nouveau au sommet de sa puissance. Et cette garce d'Apocryth ne perdait rien pour attendre. Elle serait la prochaine cette traîtresse, cette aberration. Elle paierait pour sa trahison et pour avoir ainsi maudite et piégée SA Felidae. Il ne la laisserait plus la tourmenter et la faire souffrir....


-ARGH !

Le cris déchirant de Fleya fit redescendre brutalement Shotra sur terre. Il la vit s'effondrer au sol, en se recroquevillant sur elle même, son corps tremblant de toute part.

FLEYA !

Il était trop loin pour que quiconque ne l'entende, mais il arriva à ses côtés avant tous via les ombres. Loth revenait à peine à lui, Lilym et Elorias qui avait stoppé leurs activités pour accourir eux aussi, arrivèrent rapidement. Paniqué et désemparé, Shotra essayait de comprendre ce qu'elle avait l'examinant de toute part, mais ne trouvant rien.

Parle moi ! Dis mois quelque chose ! Dis moi ce que tu as !

Mais la tigresse ne parvenait qu'à pousser des faibles plaintes et des gémissements. Les yeux clos, elle semblait ne même plus être présente. Shotra examina la marque qu'Apocryth lui avait infligé en signe de soumission à sa malédiction, mais elle n'avait pas grossie. Désemparé, Shotra confia Fleya aux bras de Lilym, avant de d'attraper Loth par le cou et de lui hurler.

QU'EST-CE QU'ELLE LUI FAIT ? RÉPOND ! QU'EST-CE QUE TA GARCE DE MAITRESSE LUI FAIT ?!

Malgré qu'il le secouait comme un prunier, et que le pauvre Loth se remettait à peine du choc subit, il finit par retrouver son esprit et s'échauffa à son tour.

Lâche moi tout de suite espèce d'abruti, c'est pas elle, et c'est pas moi non plus ! Tu perds ton temps et t'arrange rien !

Loth allait pour coller un coup de poing à Shotra mais ce dernier le balança comme un vulgaire pantin plus loin pour se retourner vers Fleya, qu'il reprit dans ses bras. Elorias et Lilym étaient complètement abasourdis par la scène. Jamais il n'avait vu Shotra perdre son légendaire sang froid. Et jamais ô grand jamais ils avaient vu un fiélon réagir ainsi face à la douleur de son conjurateur. Loth lui même en était choqué, tout en étant furieux contre Shotra. Il lui ferait payer mais plus tard. L'état de Fleya ne semblait pas aller en s'arrangeant. Shotra lançant un regard à Elorias qui secoua la tête. Il ne savait pas non plus pourquoi elle semblait tant souffrir. Lilym commençait elle aussi à paniquer, mais elle prit les devant.

Un médecin ! Un soigneur ! Un prête ! N'importe quoi mais vite ! On a un besoin urgent ici !

Minute là, ce sont des fiélons !

Quoi ?!

Encerclez les !

Mais nous avons combattu à vos côtés bandes de sombres idiots, nous avons risqué nos vies tout autant que les vôtres, et nous avons même sauvés vos camarades ! Nous ne sommes pas vos ennemis ! Nous avons besoin d'aide !

Les hommes encore valides et armés s'étaient attroupés autour d'eux, et la troupe de conjurateurs et fiélons s'était mise en formation pour protéger Fleya, placée au centre de leur position triangulaire. Le discours de Lilym les avait fait hésiter, et tenus en respect. Mais pour combien de temps ? C'était sans compter sur Shotra, qui particulièrement affecté par l'état de sa féline, n'était pas du tout d'humeur.

Ne.... me..... PROVOQUEZ PAS !!!

Imposant et effrayant comme l'était Shotra, l'aura meurtrière qu'il dégagea en cet instant fit faire un mouvement de recul aux hommes, qui ne fuirent pas pour autant, même si leur instinct leur hurlait de le faire. Mais fuir face à un fiélon alors qu'ils venaient d'affronter un dragon, cela aurait-il seulement du sens ? Elorias continuait de prendre le pouls de Fleya et semblait de plus en plus inquiet.

Griffe-Lune ! Griffe-Lune c'est moi Elorias ! Restez avec nous Griffe-Lune ! Nous.... Nous allons trouver une solution !

Mais Fleya ne répondait pas. Il essayait autant de stimuler la féline que de se convaincre lui-même qu'ils allaient sortir de cette impasse. Loth se tenait prêt à attaquer au premier faux pas des troupes, Lilym prêt à l'aider et cherchant du regard un soigneur pour Fleya. Cette dernière avait l'impression qu'on lui arrachait les entrailles et qu'on essayait de dévorer son âme. Si Fleya était puissante et pouvait contrôler plusieurs tourmenteurs.... Jamais un conjurateur n'avait songé un jour pouvoir maîtriser un Seigneur Démon ! Pas même elle. Shotra n'était plus un tourmenteur, il était redevenu le Seigneur Démon qu'il était lorsqu'il avait foulé ces terres pour la première fois. Mais Fleya n'avait pour l'instant pas la puissance nécessaire pour assurer le coût magique et énergétique que cela demandait. Et à présent, elle payait le prix de la folie des grandeurs de son démon. Ce dernier, désemparé et désœuvré, était une véritable bombe à retardement prêt à tout détruire. Une dangereuse poudrière qui n'attendait qu'une petite étincelle pour exploser et s'embraser. La seule chose qu'il voulait, c'était le salut de sa maîtresse. Et ironie de la situation, toute sa puissance fraîchement retrouvée, ne pouvait lui apporter ce qu'il désirait. Le statu quo était établi, et les soldats hésitaient. Devaient-ils attaquer ou les épargner ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Sam 23 Juil 2016 - 19:05

Alors que je voyais par intermittence le Célestiel de Shavok avoir de plus en plus de difficultés à éviter les assauts répétés de la bête gigantesque, j’aidais de mon mieux les mages à envoyer des projectiles de glace sur le dragon. N’ayant aucune maîtrise de la magie, je devais me contenter d’orienter les canons pour viser le mieux possible les parties affaiblies du dragon, qui continuait de se déplacer dans la Vallée, toujours à portée de nos tirs mais un peu plus éloigné de ma position, ce qui n’était je l’avoue pas pour me déplaire.
Je rageais de ne pouvoir rien faire de plus pour aider, mais je visais toujours mieux que les mages qui avaient d’autres chats à fouetter, si j’ose m’exprimer ainsi, donc je m’en contentais. Quand soudain, suite à une manœuvre audacieuse pour passer au-dessus du dragon en évitant ses flammes, je vis l’un des cavaliers du Célestiel se jeter sur ledit dragon, et malgré la distance, je ne pouvais décemment pas inverser la silhouette fine de la capitaine corsaire et celle de mon ami Ursidae.
Mais que pouvait-il lui être passé par la tête pour oser une telle folie ?! J’étais horrifié à l’idée que l’orage magique qui venait de naître ne la frappe de sa foudre, sans parler des centaines de projectiles qui volaient en flots continus vers la Bête. Quant à Shavok, il semblait avoir disparu en même temps que sa monture. Où était-il tombé ?

- Attendez un moment, je viens de voir quelqu'un tomber sur le dos du dragon. Il faut interrompre le sort de foudre !

- Malheureusement, c’est une autre équipe qui s’en charge, et nos moyens de communications sont très limités, les ordres ne peuvent venir que du Commandant. Cette personne va devoir se débrouiller seule, et sortir de la zone au plus vite.

Au moment où l’on parle, un nouvel éclair frappe le monstre, heureusement sur les ailes où il ne risque pas de toucher Sirèna.
Une nouvelle trompe retentit alors. Levant la tête dans la direction du bruit, je vois avec stupeur une armée de plusieurs centaines de Sulis apparaître. Je n’ai jamais vu autant de membres de ma race réunis. Il y a des Ursidae, des Canidae, mais aussi certains des miens. Tandis que les deux premiers groupes se ruent avec leurs chevaux à l’assaut du monstre pour appuyer les troupes principalement humaines déjà présentes, mes compatriotes Felidae tirent sans discontinuer sur le monstre des flèches qui semblent avoir une pointe spéciale, il doit y avoir du plan à la Khaalâm là-dessous. Et je ne tarde pas à comprendre : ce sont des flèches collantes qui font office de conducteur d’électricité pour les éclairs de la tempête déclenchée par les autres équipes de mages. Très intelligent, mais ce serait mieux si la capitaine n’était pas aussi sous le feu de cet assaut.
Au moment où je me dis cela, le dragon émet un rugissement épouvantable. J’ai à peine le temps de distinguer Sirèna qui vient de réussir l’impensable : ni plus ni moins que de crever l’un des yeux du dragon noir, avant de se faire éjecter à toute vitesse vers les bois bordant la vallée.
La mort dans l’âme, je me dis qu’il n’y a quasiment aucune chance qu’elle soit encore en vie, et je me rabats sur ma tache avec d’autant plus d’ardeur. Je ne veux pas penser à l’hypothèse de la mort d’autres de mes amis et compagnons… Shavok ou Khaalâm sont encore en vie, forcément ; je dois m’occuper l’esprit pour ne plus penser à cela.

De son côté, le monstre est encore plus dévastateur qu’avant, si tant est que ce soit possible. De rage, il vient de ravager les rangs des Sulis et des Humains qui formaient le principal groupe de défense.
Voir tant des miens tomber si vite sous cet assaut vengeur me brisa le cœur. Tant de morts, qu’ils soient Sulis ou non… Cependant, ce n’était pas en se morfondant qu’on honorerait la mémoire des braves tombés au combat. Et ce semblait bien être l’avis de tous ici, on combattrait jusqu’à la fin, quelle qu’elle soit. D’ailleurs, par un miracle inconnu, les attaques par explosifs semblaient enfin porter certains fruits. Plein de petites explosions venaient de blesser le dragon, mais comme si les explosifs avaient été placés sur la bête directement, et non envoyés par nos canons.

Quand de nouveau un événement incroyable survint : de l’endroit légèrement excentré des combats d’où nous lancions nous projectiles, nous pouvions voir des arbres à forme humaine qui venaient de se joindre à la bataille, et dans notre camp ! Ce renfort inespéré nous insuffla un sentiment que nous pensions ne plus ressentir malgré notre choix de faire face : l’espoir, et malgré les quelques secondes de stupéfaction qui figèrent la plupart d’entre nous, la possibilité d’une victoire, certes faible, existait néanmoins, grâce à nos nouveaux alliés et au courage de Sirèna, qui avait prouvé que le monstre pouvait être vaincu.

- Des sylves viennent nous prêter main-forte. La forêt est avec nous ! Courage, vous tous, continuez à incanter !

Suivant les conseils du maître-Mage, les magiciens et moi-même avons redoublé d’efforts pour envoyer des rafales de glace sur le dragon. Tandis que le reste des Sulis et des soldats humains attaquaient sans relâche la Bête, sachant qu’à chaque assaut de leur part, ils perdaient de précieuses vies ; les sylves arrivèrent dans la zone de combat.
Un court instant de calme survint quand les sylves et autres créatures magiques firent face au dragon. La Bête prononça alors des mots incompréhensibles, avec une voix semblable au grondement d’une caverne ; ce à quoi l’un des sylves répondit avec défi qu’il mourrait peut être mais le dragon aussi. Puis de nouveau ce fut la mêlée générale. Les sylves étaient d’un précieux secours pour immobiliser le plus possible le dragon et protéger les guerriers des flammes en attirant les attaques sur eux.
De notre côté nous avions décidés de nous rabattre sur des sorts de glace et d’eau moins puissants destinés à protéger et éteindre les flammes qui naissaient sur les corps de nos alliés venus des bois. Leur force physique alliée aux attaques magiques qui surgissaient de toutes parts pour immobiliser le dragon permettait de faire pencher la balance en notre faveur. Pour peu de temps sans doute, mais notre acharnement devait bien finir par porter ses fruits !

Une nouvelle série d’éclairs plus puissants parcourut la vallée, je me retournais vers le maître-Mage Halabus en souriant :

- Ils commencent à prendre le coup vos camarades amateurs de foudre, leurs attaques sont de plus en plus rapides et fortes.

Mais mon interlocuteur me regarda l’air inquiet, répondant qu’une foudre d’une telle intensité ne pouvait être l’œuvre de la magie, du moins pas d’une magie normale. C’est alors que l’air autour de nous parut geler, il faisait presque froid, si l’on excepte la chaleur dégagée par les flammes et le dragon noir que nous affrontions.
Un énorme rugissement qui ne venait pas du dragon se fit soudain entendre ; une nouvelle bête gigantesque venait de surgir… un autre dragon, mais différent, presque félin ! Un autre ! Pétrifiés d’horreur devant cette nouvelle apparition, nous avons été choqués de voir qu’il s’agissait d’un nouvel « allié ». En effet le nouvel arrivé venait de lancer une attaque de givre et de glace sur le dragon de feu, non sans toucher en partie le terrain autour de lui, ce qui valu de sérieux dégâts à nos combattants.

Si nous étions de notre côté un peu abrités par notre éloignement relatif de la zone de combat, ce n’était pas le cas de ce qui restait de la force principale de défense. Il fallait évacuer immédiatement, ils allaient se faire massacrer sous ce feu croisé d’attaques magiques ! Une fusée perça le ciel, heureusement bien visible malgré le chaos ambiant et la brume soulevée par le violent affrontement entre feu et glace.

- C’est le signal de la retraite ! Il serait effectivement peu intelligent de rester ici. J’ai dans l’idée que nos deux invités surprise ne comptent plus se retenir.

Et en effet, les survivants se retiraient de la zone, emportant le plus possible de blessés dans la plus grande vitesse possible. Car les deux dragons ne nous attendraient pas. Déjà leur combat faisait voler la terre et la roche qui retombait en pluie mortelle autour des forces de défense qui se retiraient péniblement, les Ursidae et les Canidae fermant la marche en essayant de n’oublier aucun survivant sur leur chemin, tenant parfois jusqu’à deux personnes sous leurs bras pour les éloigner du danger.
Chez nous aussi malgré la distance, la férocité du combat engagé entre ces deux mastodontes se faisait sentir. Heureusement nous pouvions compter sur l’aide des sylves et de curieux hommes de pierre que j’apprendrais plus tard s’appeler des golems gardiens de la nature, qui formaient rempart de leurs corps pour protéger les nôtres notamment ; sans compter les mages survivants qui essayaient de former des barrières pour stopper la chute des débris sur la majorité de ce qui restait de notre armée protectrice.
Les mages avec qui j’avais lutté avaient abandonnés les dispositifs de lancement de sorts de glace, je les suivis donc pour s’éloigner du nouveau secteur de combat.

Sur le chemin, derrière une petite colline, un sylve apparut devant moi, venant de la zone où s’affrontaient les deux dragons, et tenant dans sa main noueuse ni plus ni moins que Shavok, ce bon vieux Shavok, un peu fumant, le poil hérissé et inconscient, mais vivant ! Je tremblais de joie, soulagé, et je suivis le sylve qui vint déposer le corps de Shavok un peu plus loin, avant de retourner prêter main-forte à ceux restés derrière. J’eus à peine le temps de balbutier un merci qu’il avait déjà disparu. Quelle fut ma surprise quand je découvris à côté de Shavok, allongée sur le sol, Sirèna ! Elle aussi était encore en vie, quel miracle, surtout vu la façon dont elle avait quitté le champ de bataille. Mais elle était sérieusement blessée.
Et si on les avait déposés à l’abri ou plutôt à distance du combat qui nous opposait au dragon noir, c’en était autrement du combat de titans qui se jouait maintenant. Il fallait fuir les lieux au plus vite, et emporter ces deux blessés ainsi que le plus de monde possible au plus loin. Quelque chose brillait sur le corps de Shavok, mais je n’avais pas le temps de m’y intéresser.

J’appelais donc à mon secours des mages, qui eurent la bonne idée de revenir avec un brancard sur lequel nous avons pu disposer les corps meurtris de mes camarades. Nous sommes ensuite partis à vive allure, car nous étions encore en zone dangereuse.
Je n'aurais jamais crû penser cela un jour mais j'étais presque prêt à encourager le dragon de glace. D'un autre côté il pouvait très bien se rabattre sur nous en guise de dessert. En effet, l'issue du combat semblait ne plus faire trop de doutes. Si le dragon de feu nous avait plus terrifiés au départ et semblait imbattable, nos efforts collectifs et la première attaque surprise lancée par le dragon recouvert de fourrure avaient semble-t-il décidé du dénouement. Mais il fallait encore un peu nous éloigner.

Ce n’est qu’arrivé à une distance suffisamment prudente que nous avons fait halte, au moment où un rugissement qui me fit dresser les poils se fit entendre, victorieux et fier ; le temps de me retourner et le dragon de glace s’éloignait déjà, heureusement pour nous, tandis que notre ennemi gisait enfin au sol, à moitié gelé.
Dans un grand soupir de soulagement, je déposais le grand brancard soutenant Cassiopée et Shavok sur le sol, enfin à l’abri ; et priait les mages m’accompagnant de bien vouloir les soigner du mieux possible. C’était enfin terminé… enfin presque. Des éclats de voix nous parvenaient de l’intérieur de la région sinistrée.

J’approchais du lieu des nouveaux problèmes pour découvrir un groupe de créatures de l'Outre-Monde entouré de plusieurs soldats, menaçants. Il s'agissait du groupe qui avait combattu le dragon avec la Felidae et sa pluie de pierres magiques.
J’hésitais pour ma part sur l’attitude à adopter. J’avais un passif assez négatif bien que récent avec les créatures de l'Outre-Monde, d’un autre côté celles-ci venaient de prouver qu’elles n’étaient pas toutes mauvaises, de même que je savais le Célestiel être une créature de ce monde, alors que j'avais déjà eu la preuve qu'il n'était pas un danger pour nous. Elles avaient même joué un rôle assez important dans notre survie de ce que j’en savais.

De plus, nous avions survécu au combat de deux dragons, ce n’était pas pour s’entre-déchirer maintenant. Il y avait déjà tant de morts et de blessés… à quoi bon continuer le massacre. D’ailleurs en parlant de blessés, la Felidae qui se trouvait au centre du groupe semblait assez mal en point, et ce n’était pas un démon elle. Je rangeais donc pour ma part les armes en interrogeant du regard les soldats autour de moi, surtout des Humains et quelques Sulis. Si ces créatures voulaient seulement protéger cette Suli, il fallait peut être les aider et non les combattre. Il fallait sauver le plus de vies possible.

Des sylves qui passaient près des lieux passèrent sans s’arrêter, retournant dans leur forêt pour panser leurs blessures, sans attaquer, preuve de plus que ces inconnus n’étaient pas à craindre, qu’ils étaient à priori de notre côté. Mais avant de pouvoir décider quoi que ce soit, la forme étrange que j’avais déjà aperçu près de la Felidae nous lança à tous d’un ton impérieux et meurtrier :

Ne.... me..... PROVOQUEZ PAS !!!

Il semblait encore plus effrayant que la dernière fois, si c’était toutefois possible, et la pression qu’il infligeait à toute l’assemblée nous fit reculer d’un pas. Me tournant en arrière vers un Mage présent, je lui lançais :

- Il faudrait peut être l’aider, si tant est que sa douleur puisse être soignée ? Je ne vois aucune blessure induisant une telle souffrance, la cause serait donc magique. Ces démons semblent la protéger, sont-ils nos ennemis pour autant, je dirais que non, mais je vous laisse décider.

Me retournant, je sentis la tension palpable qui régnait. Le premier mouvement serait déterminant. Chacun était prêt à tout pour défendre sa vie, quel que soit le côté, surtout après avoir autant lutté pour la sauvegarder contre la bête maléfique qui avait marqué au fer rouge notre pauvre vallée.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 13 Sep 2016 - 21:37

6 mois après les évènements, nouvelle commanderie de l'ordre des chevaliers draconniques, aux abords du site de la commémoration interrompue



Journal du Grand Maître Commandeur de l'ordre des chevaliers draconniques, Commandant de la Garde Royale de Belin : Khaalâm Domix le septième :

Je me retrouves seul en ces heures sombres, à coucher sur le papier mes réflexions et mes conseils pour le futur de cet ordre de chevalerie nouvellement créé. Dehors, les phénomènes météorologiques aberrants se font parfois inquiétants. Des animaux touchés par les relents de magie, effraient parfois les civils. La garde fait la chasse aux brigands de tous poils, certains atteints par d'étranges difformités. Je ne peut que supposer que ce sont des survivants des combats qui ont eu lieu ici.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment n'ai-je pas pu prévoir ce qui arriverait ? L'ordre est encore faible, mais avec le temps il sera une force avec qui il faudra compter. Mais je dois garder à l'esprit ce que j'ai vu pour éviter qu'une telle catastrophe se reproduise !

---------------------------------------


Je suis seul, ma main encore levée pour l'ordre de retraite, et je vois ces deux monstres s'affronter, s'échangeant des coups terribles, je vois aussi les troupes démantelés, certains hommes effrayés, fuir sans ordre ni but. Mes forces d'élites sulis, elles gardent un semblant de calme et pensent à recueillir les blessés et les mettre à l'abri. Une drôle de forme sombre s'approche du dragon mourant, je ne sais pas ce qu'elle lui fait mais la bête en meurt et la forme semble soudain grandir en taille et en puissance.

Je vois aussi les sylvestres qui quittent les lieux sans un mot comme ils sont arrivés, suivis d'ailleurs par le dragon de glace. L'orage gronde encore, l'eau déferle en trombes, le sol de la vallée et les collines avoisinantes ne sont plus qu'amas de boue ou flots de débris que des fleuves naissants emportent vers la mer. J'ai pourtant tout prévu tout anticipé et voilà le désastre que j'ai obtenu !

Puis je me réveilles, si l'on peut dire : Je me dresse sur mes étriers et opère une observation de la zone à 360 degré. Bon, il est temps de soigner nos blessures, honorer nos morts et gérer tout ce chaos. Je distingue un groupe de mages près des frondaisons là où des sylvestres ont déposés je ne sais quoi. Je m'en approches, ce sont les corps de Shavok et du Capitaine Valdriana.

"Des mages guérisseurs ici ! Et des brancardiers, vite ! Qu'on conduisent ces héros dans les quartiers hospitalier du palais ! Je prends sur moi de réquisitionner les meilleurs médecins du palais !"

Les mages et leurs aides, les soigneurs et les brancardiers s'amènent avec célérité. J'aurais aimé les accompagner mais voilà qu'un autre attroupement attire mon attention : des soldats font face au fameux démon, Zenji est de la partie mais pas si diplomate que cela, je les comprends, après ce qu'ils ont vécus ! Mais ce démon est aussi un héros, qui à fait sa part, inutile de s'en faire un ennemi. Je m'approches et remarque que l'objet du litige est le corps de la félidae aux pouvoirs magiques étonnants. Elle semble blessée et inconsciente.

Je m'approche du groupe et un de ces compagnons, un vieil homme me fait signe d'approcher. Il me confie les secrets de son amie à voix basse au creux de l'oreille. Je vois ! Et je comprends tout ! Je descend de cheval et ordonnes aux soldats de reculer et de se tenir au garde à vous jusqu'à nouvel ordre. Je poses la main sur l'épaule de Zenji, histoire qu'il se recule un peu et m'approches du démon et du corps de la fameuse Fleya évanouie. Une fois assez proche de lui je m'adresses à lui sur le ton de la confidence, avec l'orage autour de nous, nul ne devrait entendre notre échange :

"Calmons-nous ! Seigneur démon, je suis le Commandant Domix le septième ! Et ancien Redresseur, vous connaissez ? Mon ordre croit en la bonne volonté des démons, nous pensons qu'on peut les sauver ! Vous êtes un héros ! Au même titre que les autres ! Ce qui arrive à Fleya n'a rien à voir avec nous !

Vous avez saisi votre chance, je ne peut vous en vouloir, mais vous avez oublié une chose insignifiante dont m'a parlé votre ami barbu : votre lien ! Tant que vous étiez comme avant cette bataille, Fleya pouvait gérer la tension, mais depuis vous voilà tel que vous étiez au temps de votre splendeur ! Elle aurait été en pleine forme, cela aurait déjà été difficile pour elle de garder le contrôle et de ne pas en souffrir.

Mais là elle à utilisée toutes ses forces magiques pour affronter la bête qui nous à agressés. Et vous avez soudain tellement de puissance ! C'est vous qui la tuez ! Il faut vous faire une raison : Tant que vous aurez cette puissance, la vie de Fleya est menacée ! Vous devez y renoncer ou trouver un moyen de faire en sorte que Fleya puisse y survivre. Je m'engages à vous y aider, êtes-vous prêts à faire ce qu'il faut pour la sauver où sacrifierz-vous votre protégée pour votre soif de pouvoir ?"


L'arcidémon me toisa de toute sa taille puis il sembla se ramasser sur lui-même et entrer dans l'ombre de la félidae inconsciente. Puis il parla, enfin je crois qu'il le fit :

Je n'ai pas... confiance en vous.... Ildirien.... Mais.... Elle a besoin d'aide. Elle qui sera peut-être.... Le salut des vôtres. Ma puissance.... Doit rester secrète. Pour sa sécurité.... Mais.... Cette puissance.... Sert à détruire. Non à sauver. Même si.... Je le voulais... Je ne pourrais.... M'en séparer.... Aussi facilement. Que les vôtres..... Se tiennent prêts. Tenez-vous prêt.... Vous.... Qui vous engagez.... Dans l'univers.... des Fiélons. Votre bravoure.... A été éprouvé ce jour. Vous avez.... Survécu à.... la Puissance. Mais à présent.... Préparez-vous.... A l'Horreur. J'accepte.... d'être votre.... Guide.... Dans les ténèbres.... Pour elle.

Mais ces mots ne seront pas ceux que j'écriraient sur mon rapport, ils ressembleront plutôt à ça :

"Bien j'acceptes ce marché ! Je vais faire en sorte que Fleya survive, tes mages m'y aideront. De ton côté cherche comment faire pour la sauver mes compagnons et moi t'accompagnerons dans cette quête. Mais je n'accepterais de perdre cette puissance que s'il n'y a pas d'autres moyens ! Topes-là Commandant !"

Et le démon de tendre sa main d'obscurité, que je serrais à mon tour, cela détendit l'atmosphère. Enfin moi je tendis la main, le démon se contenta de s'étendre vaporeusement, de loin on peut croire qu'on s'est serré la main . Il était temps de mettre de l'ordre dans ce chaos !

"Par ordonnance de la garde Royale ! Le site est désormais interdit aux civils et aux personnes non autorisées et/ou habilitées ! La dépouille et tout ce qui en fait partie est désormais sous réquisition de la garde, qui décidera des suites de son démantèlement et de son utilisation !

Pour L'heure que les soldats encore opérationnels conduisent les blessés et les survivants en lieu sûr. Je veux un cordon de surveillance impénétrable autour de la zone et de la dépouille en trois rangs circulaires, Ordre confié au bataillon d'élite suli ! Bien messieurs, mesdames ! Vous êtes priées de vous diriger vers la ville, nous nous reverrons plus tard ! J'ai du pain sur la planche !"


-----------------------------------------------

1 mois plus tard sur la place de la capitale :

La foule est nombreuse pour l'occasion, j'aurais cru que les derniers évènements auraient refroidies les ardeurs, mais les murailles doivent y être pour beaucoup dans cet attroupement de gens courageux. En un mois les choses ont bien évoluées : Les chantiers autour de la zone contaminée ont permit de rouvrir la grande route, les terrasiers ont domptés les nouveaux fleuves et dirigés les rivières, ou recrées des lacs en lieu et place des marres de boues ou des marécages. Ils ont aussi entamés les travaux sur la nouvelle commanderie;

Les mages de l'université de Magie de Belin ont étudiés la dépouille et crées des artefacts avec divers parties de son corps. Comme par exemple 100 plaques argentées mêlées a une écaille de dragon, et frappées des nouvelles armoiries de l'ordre que j'ai crée : deux dragons qui s'affrontent. Renforcées par un sort d'armure draconnique, à utiliser au contact et pour une durée de 10 minutes par heure, le mot de commande étant "Pour ceux de la vallée !".

Et moi ma plaque est en or, et les mages ont tenus à faire une épée tueuse de dragons, taillée dans une canine du dragon et le métal issue des étoiles tombées du ciel ce jour-là. J'ai demandé à ce que les héros du jour reçoivent aussi un gage de leur exploit, en plus de la cérémonie d'intronisation des chevaliers du premier cercle, de l'ordre.

Je montes sur l'estrade au son des trompes et des tambours et commences mon discours :

"Habitants de Belin ! Sujets du royaume ! Nous sommes ici afin d'honorer des hommes, des femmes et des Sulis valeureux ! Un ordre de chevalerie a été crée par moi pour honorer ces personnes héroïques ! Notre ordre aura pour tâche de lutter contre les horreurs restées dans notre monde des siècles après la lutte de nos ancêtres ainsi que de contrer le chaos ayant apparut dans la vallée et ses environs ! Il portera assistance aux faibles et aux opprimés ! Mais leur mot d'ordre sera tolérance ! Pas de chasse aux sorcières ! Pas de racisme ! Tout le monde peut devenir un des cent chevaliers draconniques !

Mais nous en sommes encore loin ! Ce jour je vais nommés les premiers et nouveaux chevaliers du premier cercle de l'ordre ! Capitaine Cassiopée Valdriana ! Veuillez approchez ! Mettez un genoux à terre ! Cette cape blanche et noire est le symbole de votre nouvelle allégeance, cette plaque d'argent votre preuve de courage devant l'indicible ! Et cette dague, formée a partir d'une griffe de dragon le moyen de combattre les futures menaces ! Allez, chevalier ! "Pour ceux de la vallée !"

Shavok Tanuk ! Approchez ! Mettez un genoux à terre ! ..."


Il reçut en plus une masse faite d'un tibia du dragon, puis vint Zenji qui reçut un arc composite fabriqué a partir des articulations de ses ailes, des tendons de ses muscles, avec un carquois taillé dans la membrane interstitielle des ailes et des flèches dont les pointes provenaient des os de l'animal taillés pour cela. Fleya, encore blessée, attendra son rétablissement pour recevoir sa récompense. Surtout que les nouveaux chevaliers vont peut-être avoir leur première quête, je verrais avec ce démon d'ombre, ce qu'il a en tête !

La cérémonie s'éternisa, moi je repartis vers mes obligations.

-------------------------------------------


Et voilà ! Futures recrues ! Disciples de l'ordre, chevaliers du premier cercle, chevalier du  cercle intérieur, Maitres-chevaliers, Grand-Maitres chevaliers et futur Commandeur de l'ordre ! Je comptes sur vous pour défendre le bien, l'ordre et la lumière ! Je vous laisses pour l'heure ! Je reviendrais sans doute vers vous pour de prochains conseils et autres réflexions intérieures. Mais le devoir m'appelle !






HRP:
 





"Je suis un suli de paix mais gare à mon courroux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Commémoration du 8 mai (2015)
» Commémoration du 8 mai (2016)
» Commémoration du 16 août 2016
» Commémoration 2011 des combats de la Libération
» Commémoration de l'assasinat de l'Empereur Jacques 1er, fondateur d'Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Bélin :: Vallée d'Ildir-