­
 

Partagez | 
 

 [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Sam 19 Mar 2016 - 16:18

La veille de l'évènement sur la route menant à la vallée


Sur la route allant des portes de la ville au site commémoratif des combats d'autrefois, une longue file de soldats aux couleurs de la Garde Royale, en grand équipage, montures caparaçonnés de longues couvertures colorées, Portes étendards en avant et arrière-garde. Défilant au trot, la troupe étalée sur quatre rangs, avance sans hésitation, à la tête du groupe deux chevaux de guerre un noir et un blanc, emportent deux cavaliers en tenue d'apparat. L'un est un humain aux cheveux bruns, portant un casque à cimier et arborant la plaque d'acier du capitaine des Gardes. L'autre sur un cheval blanc, porte aussi une tenue d'apparat, bien que plus modeste et moins ostentatoire, c'est un suli de l'espèce Canidae a poils noirs; lui porte une plaque d'argent.

Ils avancent en silence, tout le long de leur avancée vers la vallée. Puis le suli ouvre la bouche et dit :

" Le dispositif est en place ?"

" Une garnison mobile de 30 hommes par zone concernée, tente de commandement, alerte maximale, ronde de patrouilles de 10 gardes toutes les heures en chevauchements et dispositif en étoile. Il n'y a jamais un bout de terrain sans au moins une patrouille qui le parcourt. Interpellation et arrestation immédiate de tout individu suspect.

On collabore de plus avec les forces de sécurité des corps expéditionnaires des nations et peuples présents. On a une capitainerie provisoire près de la baie, pour accueillir les peuples venant de l'autre côté de la mer."


" Et pour nos invités ?"

" On leur a donner des zones de résidences particulières avec statut diplomatique, tente d'apparat et tente de garnison mobile. On a veillé à tenir compte des éventuels conflits opposants certains royaumes, clans, peuples ou nations. Leurs forces de sécurité sont limitées à leur zone de résidence et la Garde Royale assure un cordon de sécurité extérieure.

Les forces de sécurité des corps expéditionnaires sont synchronisées avec les notres et ils ont acceptés de nous laissés gérer les individus qui troubleraient la bonne marche des opérations et ne seraient pas Belinois."


" Et les commerçants ou les divertissements ? ?"

" On a créés un quartier marchand au Nord du site, une garnison de 10 Gardes patrouille en permanence les artères du quartier, on surveille la foule de badauds, les étals des marchands et on fait la chasse aux voleurs de tous poils.

Au sud il y a une large place pour diverses tentes de cirques, de jeux, de débits de boissons, de montreur d'animaux et d'autres artistes de toutes sortes, un bordel itinérant se trouve à la sortie de cet zone. Même dispositif de surveillance, soutenu par la milice de la ville pour gérer les poivrots ou les clients pas content de ces dames !"


" Autre chose ?"

" Les ouvriers continue de travailler sur l'estrade des orateurs, les sièges sont en court de placement et la table du banquet des officiels est en pleine installation. Quand tout le monde sera arrivé, tout sera terminé soyez en sûr pour le grand jour !"

" Étant donné que le grand jour c'est demain, oui j'espères, en effet ! Je dirais même que j'y comptes bien ! C'est une première, il serait très mal venu pour vous, pour moi, pour la Garde, Pour la Reine et pour le royaume entier, que cette fête soit gâchée par des manquements logistiques, administratifs ou organisationnels !

Mais bon, les dés sont jetés, voilà la vallée qui se montre à nous, je vois que le quartier marchand bas déjà son plein. Rejoignons vite la tente de commandement, j'ai encore un discours a préparer, moi ! Et vous, secouez-moi un peu tout le monde ! Tous nos invités ne sont pas encore là mais ils n'en sont plus loin, alors que tout soit près cette nuit, demain ce sera trop tard."


" A vos ordres Commandant !"

Les deux hommes reprirent le silence en s'enfonçant dans le quartier marchand provisoire et prirent la direction de la grande tente aux couleur de Belin qui surplombait une construction en bois sur laquelle s'activait les charpentiers, le suli regarda les hommes travailler qui étaient en train d'installer un pupitre. Il secoua la tête et gravit la petite colline, arrivé devant le porte-étendard il stoppa et descendit de cheval. Un garde vint attraper les rênes et salua son chef qui entra dans ses quartiers suivit de son capitaine en second et d'un petit groupe d'officiers.


-------------------------------------



vallée d'Ildir, Jour de la fête commémorative


Nous y voilà ! Le grand jour ! Mon premier discours officiel, Je me sent un peu nerveux : Un suli pour représenter le royaume, des races réunies des différentes terres du monde, des royaumes ont leur ambassade là dehors à deux pas et on est là pour célébrer le courage des valeureux hommes qui sont morts courageusement en faisant face à un ennemi inattendu. Si je pouvais je partirais en courant, et tant pis pour le prestige !

Un soldat entre dans la tente, les officiels sont assis à la table du banquet, le peuple s'est rassemblé, plus pour attendre la distribution des victuailles et des boissons que pour écouter le discours, mais le troufion est poli et évite de parler de ce genre de considération.

La musique d'introduction commence, suivront tous les hymnes nationaux des invités, en terminant par celui du royaume invitant. J'aurais bien aimé attendre que l'on arrive au chant du royaume, mais je dois faire acte de présence, à chaque fois, alors, j'inspire un grand coup, boit un verre d'eau et sors à la suite du brave jeune homme qui rejoint une escorte de huit hommes et trois porte-étendard, à droite, celui de la garde royale, à gauche celui des Redresseurs et au centre les armes de Belin.

Je descend le chemin et monte sur l'estrade, sert les mains des diverses personnalités ayant privilège de se trouver à ces places bien visible de tous. Je salue la foules rassemblées, en commençant par la tablée des invités assis du banquet et terminant par la foule des badauds derrière les barrière colorées en tissus, et les nombreux garde royaux en faction. Je fais signe au musiciens, me mets au garde-à-vous et la musique nationale du plus éloigné de nos invités commence.

Après quelques minutes, la musique se tait. Je fait signe à la foule et applaudit les artistes et salue la nation ainsi honorée, en disant : "Levez-vous pour nos amis ! Honneur à eux et leurs vaillants sacrifiés !"
La foule des badauds, déjà debout, manifesta son allégresse, les autres nations se levèrent et applaudirent à leur tour. Puis Je fis signe d'entamer l'hymne en deuxième position dans ce concert aux nations du monde.

Il en fallut des heures pour enfin arriver à la dernière note de l'hymne du Royaume de Belin. Je n'eus rien à dire, c'est l'ambassadeur Eladrin qui fit lever les autres et me lança un salut plus qu'appuyé, sous un sourire énigmatique. Pendant tout cette folie de sons, mes yeux parcouraient tout le périmètre, guettant le caillou dans les chausses, le grain de sable dans la machinerie bien huilée. Mais rien, fort heureusement ! Puis Gafeth faisant venir le silence, annonça que pour terminer ces mesures officielles et avant la joie du banquet, j'allais lire un discours pour que chacun emporte avec lui un peu de l'esprit de ces festivités dramatiques.

Je remerciais mon capitaine en second et c'est, muni de mes parchemins, que je me posais devant le pupitre. Je fis taire les acclamations de la foule, me raclais la gorge et commença :

" Mes amis ! Chers invités de tous royaumes ! Vous, humains, nains, orcs, sulis, tieffelins, aasimars et eladrins. Le royaume de Belin est fier et heureux de vous voir réunis en ces lieux de terrible mémoire !" Je laissais passer les acclamations de la foule assemblées derrières les rubans de sécurité. Puis je repris la parole :

" Peut-être ignorez-vous qui je suis, mais ce que nul n'ignores en ce jour, c'est qu'il y a un temps, des hommes se sont battus contre des envahisseurs. Des barbares terribles mais humains. Par erreur ou bêtise ou arrogance, un Mage, qui ne voulait croire à son impuissance, commis l'erreur d'ouvrir un portail magique, il voulait aider de prime abord. Éviter d'autres morts inutiles, une défaite qui aurait mis fin à la civilisation qu'il connaissait.

Pour son malheur, et désormais pour la mauvaise réputation des mages, ce portail ouvrait sur l'Outre-Monde. Il en sortit des abominations tels les démons, les dragons, les morts-vivants et autre horreurs infâmes. Ces choses venues d'hors notre monde, ravagèrent tout ce qu'elles voulaient détruire. Les hommes de ce temps désespérèrent de vaincre ce nouvel ennemi.

Mais les races s'allièrent et les monstres furent vaincus, le Mage se sacrifia pour fermer le portail. La victoire fut longue à atteindre, une route jonchées d'embûches, qui n'empêcha pas les guerres internes et les conflits personnels. Mais de ces drames, il en sortit de nouvelles forces, de nouveaux liens. Les eladrins et le royaume de Belin, Les bélinois et les norpaliens, les nains et les orcs qui donnèrent une défaites aux hordes en payant le prix du sacrifice. Les tieffelins et les aasimars, preuve que le fils ne sera pas comme le père, et que toutes les créatures de bonne volonté ont droit d'existence en ce monde.

Des cendres des combats sont nés La main rouge et les Redresseurs ! Autant de champion des forces du bien et de la paix ! Mes ancêtres sulis, portèrent aide et assistance pour reconstruire les royaumes blessés. Nos ancêtres sont tombés dans la lutte face aux engeances de l'Outre-Monde, mais au final, ils ont vaincu, ici même !

Fêtons cette victoire ! Fêtons notre unité ! Que tous ici saches que nul être démoniaques n'est de force à nous détruire nous les enfants de ceux de la vallée ! Portons haut nos couleurs et avec moi criez ! La lumière vaincra toujours !"


Je poussais ce cri de ralliement deux ou trois fois, repris par la foule des spectateurs. Je bus un verre d'eau puis fit revenir le silence.

" Merci mes amis ! Je penses que certains sont un peu affamés avec ces histoires de discours, aussi je déclares ouvert le banquet de la réunion des peuples de la lumière ! Bon appétit et amusez-vous bien !"

Les échansons posaient déjà les entrées de la table des officiels que je venais à peine de descendre de l'estrade, après avoir serré les mains des ambassadeurs présents sur ce promontoire. Dans le même temps des soldats s'étaient activés et des cordons changèrent de place, ouvrant trois chemins de chaque côté du camp. Ces chemins, dirigeait la foule des badauds vers un ensemble de tréteaux et de tables, derrière lesquels se tenaient des domestiques et des soldats.

Là chaque visiteur se voyait remettre une écuelle de bois et cuiller, ainsi qu'une tranche de pain, à la table suivante, il avait un choix de trois plats différents : poulet, poissons ou charcuteries, avec trois sauces d'accompagnement au choix. sur la table suivante trois tonneaux proposais un gobelet de vin, de bière ou de cidre doux peu alcoolisé pour les enfants. Ensuite il étais conduit à un surplomb ou des tentures couvraient les sol comme autant de lieu de repas champêtre, avec vision en contrebas des personnalités en banquet. Ainsi il avait impression de communier avec les grands.

En dessert il était prévu un bol de gruau aux fruits rouges, rehaussé d'un gobelet de confiture, de fraises, d'oranges ou de prunes. Moi je me contentais juste de viande, certain penserais que c'était mauvaise pratique pour faire croire à une communauté de cœur avec le bas peuple, mais c'est surtout que je suis incapable de manger autre chose ni de rien boire de breuvage plus fort que l'eau. Il me sembles que tout se passait le plus parfaitement du monde. Vivement ce soir et le spectacle promit par les artificiers et les mages de l'académie.







HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garkach
L'Exilé
L'Exilé
avatar
Philosophie : Dictature ( Loyal mauvais )
Divinité(s) : Il semble n'en avoir aucune pour l'heure.
Faction ou Clan : Les Dissidents

Attributs
Races: Orc
Réputation:
1100/5000  (1100/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 22 Mar 2016 - 10:33



L'aube se levait à peine sur les eaux de la baie, une légère brume planait au-dessus des vagues tandis qu'un grondement sortait les pêcheurs et les commerçants de leurs songes en observant l'entrée de la crique. Perçant les brumes avec lenteur, les mâts d'étranges navires apparurent avant que des coques en bois et aux ponts jongés de piques ne s'extirpent du brouillard. Des tambours résonnaient dans un rythme lent, des cris gutturaux se faisait entendre à travers les eaux tandis que les Gardes se demandaient si c'était là les navires d'un pirate cherchant à prendre d'assaut le port pour profiter des richesses qu'offriraient les Festivités.
Mais les oriflammes qui flottèrent soudainement au-dessus des mâts indiquèrent que ce n'était pas là des corsaires mais deux navires qui avaient traversé les eaux tumultueuses de l'Océan pour parvenir jusqu'ici, hors nul ne connaissait ces étranges bannières aux tigres rugissant et tous ne savaient quoi penser des imposantes silhouettes qui s'agitaient sur les ponts en grondant.
Plusieurs minutes passèrent jusqu'à ce que le premier des deux navires accostent, une planche tombant sur le sol alors qu'une dizaine d'Humanoïde en descendaient dans des armures aussi noir que la nuit, aux heaumes forgés pour avoir l'apparence de têtes de tigres qui ne laissaient rien entrevoir des corps en-dessous qui semblaient plus épais que n'importe quel Humain.
Finalement, la race éclata aux yeux de la Capitainerie qui ne pouvait cacher sa stupeur en apercevant un puissant orc à la peau d'ébène descendre sur la planche de débarquement, une puissante hache dans sa main alors que nul ne pouvait égaler la musculature de ce Chef qui ne portait qu'une armure basique. L'Orc déposa ses yeux vifs et sauvages sur le supérieur de la garnison en grondant doucement.

"-Les Dissidents ont entendu votre invitation auprès de TOUTS les peuples. Nous avons donc traversé la mer pour prendre part à vos festivités, pour rendre hommages à nos ancêtres et également aux futurs victimes."

Dévoilant un rictus mauvais à l'encontre de l'Humain qui ne savait comment prendre la chose, l'Orc éclata d'un rire sauvage.

"-Et qui dois-je annoncer ?
-Annonces que Garkach, Chef des Dissidents, est arrivé avec les siens."

Grondant, Garkach avança en bousculant l'Humain sans ménagement alors que sa garde d'élite prenait le pas derrière lui sans un mot, grondant lorsqu'ils approchaient de ces étrangers qu'ils n'avaient jamais vu, ni senti. En tout, une cinquantaine d'orc débarquèrent à la suite de leur Chef pour aller préparer leur campement, restant à l'écart des autres avec méfiance et presque de l'animosité.


***


Nous avions débarqué sur cette étrange terre dont la plupart des miens ne connaissaient rien, ils observaient avec méfiance ces races qu'ils n'avaient jamais aperçu et dont certaines rumeurs les traitaient de dangereux, de maléfique comme les nains. Mon devoir ici était de garder les miens sous contrôle et je ne m'y dérobais guère, les Dissidents m'étaient aussi fidèles que mes propres enfants et aucuns d'eux ne posa de problème avec les autres convives, même lorsque une compagnie de Nain des Montagnes Ecarlates vînt chercher des ennuis à notre campement.
Lorsque l'heure arriva enfin, je rassemblais les miens au-centre de notre campement que nous avions disposé à l'écart des autres peuples, désireux de ne pas nous mêler à eux pour l'heure. Mon bras me faisait encore mal mais j'avais survécu à cette blessure malgré la fièvre qui manqua de m'emporter dans l'autre monde. Barh...Cela me rendrait plus fort. Rien ne pouvait m'abattre, rien ne pouvait abattre les Dissidents.

"-Mes frères, mes soeurs ! Nous allons nous joindre aux autres peuples pour célébrer la victoire de nos ancêtres sur les Démons que ces Humains invoquèrent en ce monde ! En ce jour, oubliez toutes vos hostilités à l'encontre des autres, même envers ces perfides Nains. NOUS SOMMES ICI EN PAIX ! Une chose que nous ne connaissons que mal mais profitez en, car elle ne durera pas. EN AVANT !"

Les miens rugirent à ma suite puis nous nous mirent en marche vers le rassemblement, une étrange créature parlait alors dans un discours que je ne pouvais dire qu'engager. A ses paroles, je me laissais penser aux conséquences que ce funeste jour apporta à notre monde, tout avait changé durant cette guerre chaotique et la carte même d'Illdir s'était redessiné. En avions-nous cependant réellement terminé avec ces démons ? J'en doutais fort mais les Dissidents se tiendraient prêt pour ce jour.
Alors que la plupart des peuples accompagnaient l'orateur de leurs cris, les miens restèrent silencieux. Ces paroles de paix, d'unité et d'amitié entre les peuples ne nous atteignaient pas, nous qui étions né des trahisons et infamies qui naissaient entre les peuples, même entre ceux d'une même race. Non, la guerre était notre seule chemin possible, la paix était qu'une utopie que les naïfs seuls pouvaient croire.
Nous nous joignîmes au banquet, formant un cercle, les Dissidents observaient les autres convives avec méfiance, essentiellement les Ours-hurlants qui n'étaient pas loin ainsi que les Griffes-rouges. Heureusement, les Nains ne s'approchèrent pas pour l'heure, je n'aurais pu retenir les miens très longtemps si une horde de nabots nous prenaient d'assauts en étant saoul. Cette festivité était ennuyante, nous mangions et buvions mais je n'entendais aucun tambour de guerre, ni fracas d'aciers...Ne faisaient-ils donc aucun duel à mort ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 27
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 22 Mar 2016 - 13:38

J’avais reçu une missive un mois auparavant de Bélin me conviant à sécuriser la baie de la Vallée d’Ildir lors d’une grande célébration fêtant l’ancienne et légendaire bataille de cette même Vallée.  Ma poursuite de Sharim Faranir n’étant pas fructifiant, j’avais laissé quelques hommes au Boyou pour recueillir plus d’informations et j’avais aussitôt mis le Cap vers l’Est. Heureusement, je n’avais rencontré aucune Hydre ni trompe marine, le voyage avait été rapide et serein. Reprenant mes vêtements élégants de femme, j’étais redevenue Sirèna, une Corsaire indépendante, et sincèrement cela m’avait manqué. Jouer le mousse avait été finalement plus pénible que diriger une quarantaine d’hommes. Maintenant, la Sirène naviguait de long en large pour veiller à ce qu’aucun pirate ou malfrat ne profite de la célébration pour attaquer et piller. Étant au gouvernail, j’entendis soudain Gawael m’annoncer qu’une étrange flotte venait d’amarrer. Tournant mon regard à bâbord, j’aperçus les navires en question et mon sang fit un tour. Les Dissidents. Comme ça Garkach s’était finalement remis de son coma et avait utilisé à bon escient mes plans navals que je lui avais remis? Honnêtement,ça ne me rassurait guère, car j’ignorais pourquoi il était venu. Était-ce pour profiter de la célébration ou venir faire une déclaration de guerre? Si c’était le cas, j’allais devoir me montrer très discrète, car j’étais présentement une complice potentielle, coupable de trahison pour avoir aidé l’ennemi. Laissant le gouvernail à Ed, je m’approchais de la poupe pour tendre l’oreille vers le quai, où se trouvait le Chef des Dissidents. Un homme, le superviseur de la capitainerie vint à la rencontre de l’orc, visiblement effrayé par ces étranges visiteurs. Je ne pus m’empêcher de sourire, Garkach avait le don d’en imposer. Sa voix forte, précédée d’un doux grognement qui me rassura, s’exclama:

-Les Dissidents ont entendu votre invitation auprès de TOUS les peuples. Nous avons donc traversé la mer pour prendre part à vos festivités, pour rendre hommage à nos ancêtres et également aux futures victimes." Le supérieur lui demanda qui il devait annoncer, je ne fus aucunement surprise d’entendre : «Annonce que Garkach, Chef des Dissidents, est arrivé avec les siens.». D’un léger sourire, je le suivis du regard pendant qu’il bouscula l’homme pour passer, lui et ses cinquantaines d’hommes. J’étais soulagée, il venait que pour profiter des festivités, mais je n’avais pas l’intention de lui dire un  «petit bonjour»,au contraire, je préférais prendre mes distances, l’heure n’était pas encore venue de continuer notre alliance. Bientôt, mais pas maintenant.  C’est alors que Fior s'approcha de moi et me demanda :

-On fait quoi après que tous les invités soient débarqués? Je pris un moment pour réfléchir à la question, tout en observant la mer. Je n’avais vu aucun danger aux alentours, les pirates n’oseraient pas attaquer, car il y avait trop d’autorités en place. D’un furtif sourire, je répondis jovialement :
-On va profiter de la fête comme tous les autres. Tu dois avoir des amis parmi ces Tiefflins, non?
-Aye, je crois avoir vu mon cousin dans la foule. Rétorqua gaiement le Tiefflin l’œil brillant d’excitation. Je ris, et après m’avoir assuré qu’aucun danger réel ne guettait, mon équipage et moi  joignirent les invités venus des quatre coins du monde. Diantre, je n’avais jamais vu autant de gens, tous confondus : Aasimars, Tiefflins, Éladrins,Sulis Orcs, nains et humains. C’était merveilleux à voir, mais je n’étais pas dupe, il risquait d’avoir des tensions, même si la place était surveillée par nombre de soldats Bélinois.  Tant de races, partageant différentes valeurs et religions, ne pouvaient rester pacifiques trop longtemps, il ne fallait pas être naïf. Me faufilant dans la foule, suivit des Élites, mon équipage, nous décidions de camper près d’un sous-bois et d'allumer un feu. La nuit tombait, et il commençait à faire frais. Vêtu de vêtements noirs en satin, qui moulait mon corps sensuellement, j’avais détaché ma crinière flamboyante sur mes épaules. Ainsi parée, plusieurs mâles, toutes races confondues, me jetèrent des œillades, mais je ne leur accordais aucune attention, j’étais ici pour relaxer, et profiter de cet évènement historique, bien que j’avais apporté mon épée et mes couteaux de lancées. On étant jamais trop prudent. Mes hommes s’étaient dispersés à travers l’assemblée, saluant des parents et amis, tandis que je restais seule, en retrait, n’ayant personne avec qui vraiment converser. Bah, j’avais entrevu ma cousine et mon oncle, le Duc Mandi Valdriana, parmi les invités de marque, mais je n’étais pas enclin d’aller les saluer, je ne les appréciais pas particulièrement. Bien avec ma solitude, je m’accotais contre un arbre et je fixais le ciel étoilé, tout en écoutant la musique, cette soirée était parfaite. C’est alors qu’une voix forte se fit entendre, la multitude applaudit avec allégresse. Je me contentais de sourire, tout en restant assise, un verre de vin à la main. Une estrade avait été installée dans le fond de la clairière où des gens prestigieux s’y trouvaient, je vis les étendards de Bélin, des Redresseurs et de la royauté.

L’hymne national de Bélin entama, long, même trop long, j’eus le temps d’observer la foule et les alentours plusieurs fois avant que cela se termine. Je fus soulagée de ne percevoir aucun danger, la joie  régnait dans l’air, mais je restais sur mes gardes, tant de choses pouvaient se passer. Enfin, le silence se fit et la voix du Suli, sûrement l’organisateur de l’évènement, parla d’une voix émouvante et profonde. Tournant mon regard turquoise vers lui, point sombre entouré de torches et de convives richement vêtus, j’écoutais son discours avec attention. Il raconta l’histoire de la bataille, d’un Mage qui avait ouvert le portail et qui sans le vouloir, avait laissé entrer des démons et des créatures immondes, mais aussi magnifiques comme les célestiels, provenant de l’Outre-Monde. À l’époque, cela avait uni toutes les nations, qui après de nombreux sacrifices, elles avaient réussi à vaincre l’envahisseur. Il avait fallu un danger extérieur pour les rassembler, puis pour les séparer. La Main-Rouge, les Redresseurs, le Gantelet.Tant de factions diverses, bataillant pour différentes convictions, la guerre était-elle réellement terminée? Mon regard turquoise se riva vers la foule heureuse et émue, je fronçais les sourcils en apercevant des inquisiteurs, leurs armures sombres, cachées sous leur cape noire. J’eus un rictus en les dévisageant, le Gantelet était le résidu du mal et de la peur provenant de cette ancienne bataille; étions-nous réellement en paix? Surtout avec eux dans les parages? Se sentant observés, les disciples me jetèrent un coup d’œil mauvais, je détournais aussitôt les yeux vers Khaalâm Domix Le Septième. Après plusieurs cris de ralliement, et après que le silence revint, il s’exclamait :

" Merci mes amis ! Je penses que certains sont un peu affamés avec ces histoires de discours, aussi je déclares ouvert le banquet de la réunion des peuples de la lumière ! Bon appétit et amusez-vous bien !"  Aye, je comptais bien manger jusqu’à l’aube. Je m’étais levée pour me diriger vers le banquet quand des hommes me barrèrent le chemin. Fronçant les sourcils, je reculais d’un pas, ma main se porta automatique sur le pommeau de mon épée. C’était les inquisiteurs que j’avais dévisagés un instant avant. L’un d’eux me toisa avec froideur, la mâchoire crispée en murmurant sèchement :
-Il y a six mois, au Grand Port de Varakir, une patrouille de notre clan s’est fait tuer par une bande de pirates.
-En quoi suis-je concernée, messieurs? Je suis corsaire, non pirate. Demandais-je courtoisement, bien que mon regard fût aussi glacial que le sien. Il grogna de mécontentement et s’approchant très proche de moi, il rétorqua :
-Pour nous, c’est la même chose, femme. Selon les témoins, sous le commandement de leur Capitaine Sirèna, ce sont les Élites des mers qui  auraient massacrés nos hommes pour protéger une immonde Aasimar, recherchées de notre Ordre.  Lentement, j’acquiesçais d’un sourire mauvais et je répondis railleuse :
-Si je les vois, je vous promets de vous prévenir.  Pour l’heure, je vais aller manger. Bonne soirée et profitez bien de la fête, messieurs. Disant cela, j’avais jeté un coup d’œil nerveux à plusieurs de mes hommes qui n’avaient pas remarqué le groupe m’entourant. S’ils décidaient de m’attaquer, j’allais devoir me battre. Je voulus m’éloigner, mais une poigne solide et douloureuse me retint. L’inquisiteur souffla à mon oreille : « veuillez me suivre, Corsaire.». Je plongeais un regard farouche dans le sien et je répondis sur le même ton : « non, je refuse et si vous m’y forcer, je vous planterais mon épée dans le corps.  Ça serait dommage de gâcher la fête, n'est-ce pas?»


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 23 Mar 2016 - 10:49

Zenji l'avait mis au courant il y a deux semaines. Aujourd'hui, était censé être un jour de fête. Il se rappelait très bien de la discussion qu'il avait eut dans le petit salon de Zenji. Il avait pénétré dans le salon sans ouvrir la porte. Il fallait dire que cette dernière ne tenait que sur un gond. Il s'était assit  sur un fauteuil et lui avait demandé comment ça allait.

-Oh, ma foi mon cher Shavok, je dois bien t'avouer que tout va bien de mon côté après cette éprouvante mission, je dois bien te dire qu'un peu de repos ne me ferait pas de mal et toi mon ami?

- Je m'ennuis. Tu me connais l'inaction est  mon ennemi. Je ne supporte pas de rien faire....
Zenji avait alors distribué des tasses de cet immonde breuvage qui s’appelait le thé. Shavok préférait les produits qui décapait comme le café. Le thé était trop insipide pour lui.

-Oh! Mais, dans deux semaines une grande fête se tiendra dans la vallée d'Ildir. Tu pourrais y participer. On pourrait même s'y donner rendez-vous. Je sais que ce n'est pas exactement de l'action néanmoins cela te distrairas sans aucun doute.

-Oui, tu as sans doute raison... Bon, parlons d'autres choses...
Les deux mais avaient alors engagé su un autre sujet de conversation. Il avait de quoi se parler. Il fallait dire que leur dernière aventure c’était bien terminé mais il semblait qu’il avait échappé à la possession d’un démon à un cheveu. Ce monde était impitoyable et il fallait bien avouer que chaque jour Shavok prenait conscience qu’il n’était pas si  invulnérable que ça. Toutefois, il avait eut raison sur une chose, la force de l’amitié  pouvait accomplir bien des miracles. Ce qui sous-entendait que pour être fort dans ce triste monde, il fallait multipliait les rencontres.

                                                           
 ******************************
Et, c'est ainsi que Shavok avait pris la route deux semaines plus tard pour se rendre à cette fameuse fête. La route était un peu longue mais cela faisait du bien de pouvoir enfin sortir de chez soi. Il y avait de nombreuses personnes qui se baladaient sur la route qu’il avait emprunté pour se rendre dans la Valée d’Ildir. On aurait dit des pèlerins arpentant un chemin qui les conduisait vers un temple.

Quand il arriva sur les lieux, Shavok ne tarda pas à voir qu'en réalité l'état d’esprit était tout autre. En effet, les Muguettes qui faisaient un travail divinement fabuleux dans Hydrasil étaient présentes. C'était une guilde tout à fait honorable d'Eladrin qui au sein d'Hydrasil servaient d'hôtesses aux nobles citoyens et citoyennes afin de les aider à réaliser un certain accomplissement de soi et à assouvir certains vices que le corps réclamait. Shavok les connaissait pour les avoir déjà fréquenté. En revanche, il avait la tête à autre chose et ne comptait pas les voir. Il y avait tant de lieux à aller voir C'était bientôt l'heure du discours et il avait donné rendez-vous à Zenji pour assister au discours de Khaalâm.

Il fallait aller au centre de la place pour pouvoir voir une estrade en bois sur laquelle Khaalâm avait déjà démarré son discours. Mince ! Il était arrivé en retard…. Il parvint juste à entendre la fin du discours. Quand Khaalâm s’était mis à demander à la foule de lever le poing afin de dire que la lumière vaincra. Shavok leva donc sa patte très haut ver le ciel et s’exclama avec voix tonitruante :

La lumière vaincra !

Puis, Khaalâm annonça la fin du discours et le peuple se divisa en plusieurs groupes qui se séparèrent pour explorer les divers événements festifs qu’avait introduit Khaalâm. En fait, Shavok n’avait aucune idée des taxes que tout cela allait coûter mais ce n’était pas grave. Il fallait que les gens se divertissent et ça Khaalâm l’avait très bien compris. C’est à ce moment là que Shavok reconnut Zenji dans la foule.

-Hé ! Zenji ! Mon pote qu’est-ce que tu fais là ? Non, je rigole, je sais très bien ce que tu fais là ! Avoue ‘est venue demander un autographe à Khaalâm après sa représentation ? D’ailleurs, je me demande comment il va… Il a tellement de responsabilités que c’est difficile de lui parler ces derniers temps… Enfin, bon, il a l’air de vraiment prendre plaisir à tout ça. C’est quand même l’essentiel ! Ah ! J’ai appris que cet endroit allait être bondé d’étrangers ! C’est pas cool, ça ? Je vais enfin voir les terribles orcs de l’autre côté de l’océan ! Je me demande s’il y en a un qui sera interressé de miser quelques pièces dans une partie de pugilat. Et puis, qui sait ? On va peut-être tomber sur d’autres Suli femelle ? Depuis que je te connais je t’ai jamais vu fréquenter une Felidae, cela pourrait être une très bonne occasion !

Un saltimbanque passa à ce moment-là en train de jongler avec trois torches à cloche-pied. Il faisait le pitre pour impressionner la foule. Shavok le regarda faire. Il admirait beaucoup les gens qui étaient capable d’exercer une telle agilité. Il fallait dire que sa propre corpulence ne lui permettait pas d’accomplir ce type de miracle.

Shavok remarqua une étrange situation. En fait, étant donné que Shavok se retrouvait toujours dedans les emmerdes les plus profondes. Il n’était pas compliqué pour lui de remarquer quelqu’un qui avait des problèmes. C’était une jeune humaine aux cheveux flamboyants. La situation d’un point de vue extérieure ressemblait à des gardes qui apréhendaient une voleuse. Sauf que, les gardes n’était pas des gardes mais juste des brutes qui comptaient profiter d’une jeune femme sans défense contre sa volonté. La jeune femme essayait manifestement de résister. Ah non ! Il n’était pas dit que Shavok laisserait un viol se perpétrait durant un jour de fête, ces brutes allaient apprendre qu’il ne fallait pas énerver un ursidaë ! Avant d’y aller sans attendre la réponse de Zenji, il lui montre la situation du doigt et lui glissa ceci à l’oreille :

-Merde, Zenji ! Que je sois damné si je laisse une jeune femme se faire maltraiter ! Bordel, Khaalâm ne laisserait certainement pas faire ça s’il voyait la situation.

Il se dirigea donc vers le groupe et sans parler et profitant le de l’effet de surprise, le colosse abattit son poing directement dans la tempe de celui qui tenait ferment le poignet de la femme. Avec cet argument percutant, le type lui lâcha le poignet et valdingua quelques mètres en arrière. Les autres réagirent aussitôt en mettant la main sur le poignet de leurs armes.

-Messieurs ! Je vous prie de dégager d’ici si vous ne voulez pas subir le même sort que votre regreté camarade ! C’est une fête qui prône la tolérance et le respect et si certain d’entre vous sont incapables de comprendre cela ils feraient mieux de partir sur le champ !

-Mais tu ne comprends rien, espèce d’abruti ! C’est…

Nouveau coup mais avec le poing droit cette fois-ci, décidément ces types n’étaient pas très résistants. Shavok, au passage, n'était pas trop le ton pédant que ces hommes se donnaient. Ces gens faisaient partis de ceux qui se croyaient au dessus de tout mais pourtant ce n'étaient clairement pas des gens de la noblesse.

-C’est vous qui ne comprenait pas ! Je connais personnellement Kaalâm Domix et jamais misérables larves, il accepterait un tel comportement de votre part alors je vous conseille de partir maintenant à moins que vous vous vouliez aller dans un cachot pour le restant de votre vie ! Ramassez donc les deux loqueteux qui vous sert de camarades et partez !

Manifestement, le reste ne semblait pas vouloir partir et ils étaient encore huit. Shavok aurait pu leur régler leur compte un par un mais s’ils lui tombaient tous dessus c’est lui qui se retrouverait dans les emmerdes jusqu’au cou. Que faisait Zenji  et la femme aux cheveux flamboyants ? Il n’y avait donc pas des gardes qui pouvait arrêter ces incapables de tourner en rond ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 23 Mar 2016 - 15:15

Vous plaisantez ? S'étonna Elorias.

-Eh bien quoi ?

Ha ha ha ha ! Incroyable mais vrai !

Lilym suffit ! Mais.... Admettez que c'est tout de même invraisemblable....

-Enfin je ne vois pas ce qu'il y a de si terrible à cela ! Ce n'est quand même pas si impensable.... Je suis juste de nature discrète.

Il y a être discrète et être invisible.

-Vous exagérez tous les deux, le monde ne s'arrêtera pas de tourner parce que je ne me suis guère réellement mêlée à des populations dans de grandes villes. Pas vrai Loth ?

Asociale....

-Mais ! Rétorqua Fleya d'un ton boudeur.

C'en est assez, il faut agir.

-Mais comment ça il faut agir ? Qu'est-ce que cela peut bien faire ?

Comment voulez-vous sensibiliser le monde à votre cause si vous ne faites pas connaissance avec ledit monde ?! Non, non, non ! Il vous faut observer et apprendre de vos contemporains. Et vous avez de la chance ! J'ai entendu dire qu'une grande fête commémorative allait avoir lieu à Bélin. C'est l'opportunité rêvée de rencontrer toutes sortes de gens et de vous forger un avis propre sur la question. D'ailleurs, nous partons sur le champs.

-Hey ! J'ai mon mot à dire !

J'aime quand tu te montres autoritaire mon mignon !

Lilym....

Finalement, la tigresse n'avait pas eu tant que ça voix au chapitre. Elorias avait pris les devants et mener toute la petite troupe sur les routes menant à Bélin. Le voyage avait été long, comme souvent. Le vieil homme n'était pas mécontent d'être arrivé, car des cinq compagnons il était celui qui peinait le plus à tenir la distance lors des interminables journées de marche. Pendant combien de temps avaient-ils voyagé ? Ils n'avaient pas compté les jours, après tout, pour les voyageurs qu'ils étaient c'était là une chose bien futile. Néanmoins, il poussa un large soupir de soulagement lorsqu'ils pénétrèrent tous les cinq dans le lieu qui accueillait l'immense manifestation. Fleya avait pénétré comme à son habitude, emmitouflée dans une large cape sombre, une grande capuche rabattue sur sa tête dissimulant complètement son visage. Loth, le Tourmenteur, était toujours sous sa forme de Canidae, en imposant loup noir. Cela faisait un petit moment à présent qu'il n'avait pas combattu, et la lassitude le guettait. La présence de tous ces ildiriens avait quelque chose d'atrocement tentant.... Mais ni Apocryth, ni Fleya n'aurait toléré le moindre débordement de sa part. Et il redoutait davantage sa maîtresse que la féline à qui elle l'avait sous-loué. Les Seigneurs Démons n'étaient pas réputés pour leur clémence.

Elorias avançait aux côtés de Lilym, sa succube, tous deux à visage découvert. Si la tenue du Bélinois était commune, pantalon et chemise en laine épaisse, le tout recouvert d'une cape chaude elle aussi, Lilym arborait une tenue beaucoup plus.... Suggestive. La succube ne comptait pas "s'enlaidir" alors qu'il y allait avoir du monde. Au contraire, elle voulait que les regards s'attardent sur elle, du moins sa forme humaine, et inspirer à ces messieurs quelques rêves passionnés cette nuit.... Enfin, dissimulé dans l'ombre de Fleya, Shotra, son fidèle fiélon, suivait le groupe dans son silence habituel. Il n'avait pas pipé un seul mot, et se moquait bien de la destination qu'ils visaient. Seul Fleya importait.... Même si l'envie de dévorer quelques âmes se faisait toujours plus pressante. Il devait gagner en puissance.... Il devait redevenir ce qu'il avait été.... Et surtout, il devait la délivrer des griffes de cette abomination sur patte ! Combien de temps encore Apocryth se servirait de Fleya pour ses propres fins ? Cette situation le rendait fou, mais il ne pouvait rien faire d'autre que d'attendre, encore et toujours....

Lui qui courrait après sa puissance passée, l'histoire de sa chute allait brusquement lui revenir au visage. Le Canidae qui prononçait ce discours.... Venait de révéler sur quoi la commémoration portait. Cette fameuse guerre.... Comment Shotra aurait-il pu l'oublier ? Lui qui était venu en ces terres en conquérant, le conquérant qui allait rendre au sien leur droit bafoué ! Celui de disposer de cette terre comme ils auraient dû en avoir le droit.... Lui qui avait œuvré si dur, pendant des millénaires, pour pouvoir atteindre cet objectif. Et lui qui avait alors été trahi par les siens.... Disparu et laissé pour mort. Shotra se sentait bouillir. Cette colère si sourde qu'il croyait tari à jamais depuis longtemps s'était réveillée. Ils paieraient.... Il laverai son honneur dans le sang des traîtres. Il ferait trembler ces terres sous sa puissance et sa colère dévastatrices. Et il redeviendrait un héros, non, il serait le seul véritable fiélon à être valeureux. Le seul à être méritant, à pouvoir connaître la gloire. Ils leur feraient ressentir la différence qui les oppose.... Mais tandis que Shotra s'enfonçait dans sa psyché, se consolant dans autant de projets fous qu'ils étaient en cours, il y en avait une autre qui faisait la moue.

Fleya n'aimait pas du tout comment ce Suli orateur parlait des enfants de l'Outre-Monde. Mais ce qui la désola le plus, c'était de voir que tous ici présents étaient d'accord avec lui à l'unanimité. A l'exception de leur petit groupe, bien sûr. La tigresse baissa ses oreilles sous sa capuche. Elle sentit le trouble qui parcourait Shotra, et ne sachant pas la véritable nature de cette dernière, elle crut qu'il avait mal pris la manière dont on avait parlé de son peuple. Ce qui était une première, car elle avait toujours vu Shotra parfaitement impassible et stoïque lorsque quelqu'un parlait mal de lui. Il n'en avait jamais rien eu à faire, alors pourquoi réagissait-il aujourd'hui ? Elle le lui demanderait plus tard. Alors que tout le monde acclamait le discours qui venait de se terminer, Fleya était rester silencieuse et immobile. Elorias se tourna vers elle et lui demanda.


Eh bien Griffe-Lune, j'ai l'impression que vous n'êtes pas réjouie d'être ici.

-Je n'aime pas ce que j'ai entendu.... Encore et toujours la même intolérance.....

Ha je vois, ne soyez pas trop dure avec eux. Ils voient l'histoire avec leurs yeux, vous ne pouvez pas leur reprocher de redouter vous savez quoi. Après tout, il y a eu tellement de victimes....

-Mouais, étrangement ils oublient de dire qu'avant cela ils étaient très doués pour s'entretuer tout seul, et ils ne se sont pas dénommés comme monstres pour autant. Ils devraient regarder un peu à leur porte avant de critiquer les autres.


Allons, allons, belle fauvesse. Ne privez pas ce monde de votre si joli sourire ! Quoique sous cette capuche les gens auront tout intérêt à s'approcher de vous pour voir votre radieux minois.... Pourquoi ne pas l'ôter et laisser voir à tous quelle ravissante demoiselle vous êtes ? Je suis certaine que vous ferez des ravages ! Surtout une tigresse, grrrrrrr !


Lilym, nous ne sommes pas non plus venus pour jouer les marieuses !

Mais quel rabat-joie vraiment, pourquoi ne te "détends-tu" pas toi aussi ? Je peux t'aider à trouver chaussure à ton pied ? Hi hi hi !

Elorias soupira en levant les yeux au ciel. Ce n'était peut-être pas une bonne idée en fin de compte. Mais il n'allait pas abandonner aussi vite.

Regardez Griffe-Lune, il y a bon nombre de Suli ici. Pourquoi ne pas commencer par vous rapprocher de ceux qui vous sont le plus semblables ? Faites connaissance, écoutez-les, cernez-les. Ce n'est certainement pas aujourd'hui que vous pourrez plaider votre cause, les esprits ne sont pas prêts. Mais vous pourrez au moins établir à partir d'où vous commencez. Venez, allons prendre de quoi nous restaurer. Les repas sont les meilleurs moments de partage.

Fleya haussa les épaules, et suivi le vieil homme pour aller chercher de bons morceaux de viandes. Même si la commémoration avait assez mal commencé à son goût, elle allait au moins pouvoir se consoler avec un bon repas. Ainsi, les quatres compagnons visibles, Shotra demeurant toujours dans l'ombre de sa maîtresse, s'en allèrent se sustenter.
Le petit guide des couleurs !:
 


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Ven 25 Mar 2016 - 21:46

C’était le grand jour, la fameuse Commémoration des combats des héros de la vallée. Depuis le temps qu’on en parle, elle arrive enfin ! Shavok m’avait demandé de l’action, et vu le monde présent le résultat devrait être satisfaisant. De toute façon il n’y a pas trop de boulot en ce moment, tout le monde a l’esprit monopolisé par la fête en préparation. Il faut dire que concernant les brigands, vu le nombre de gardes au centimètre carré, ils ont du souci à se faire. Quoique que d’un autre côté, avec une foule pareille, c’est dur de tout contrôler, et le moment est rêvé pour faire les poches d’habitants venus parfois de très loin.
J’ai quitté la ville pour me diriger vers le lieu des célébrations. De loin, j’entends de la musique officielle. Oups, arriverais-je en retard ? Bon ça va, ils en sont aux hymnes, ca va durer un moment. Mais n’est-ce pas ce cher Khaalâm qui présente la cérémonie ! Il faut dire que depuis qu’il est rentré dans la Garde, nous n’avons plus trop de contacts, trop occupés tous à nos petites affaires.

Quant à Shavok, que j’étais censé rejoindre ici, je me rends compte que c’est pure folie de s’être donné rendez-vous directement ici.
C’est mission impossible de le trouver dans cette foule, mieux vaut attendre la fin du discours. Aux derniers mots de Khaalâm, j’entends parmi les nombreux cris un hurlement rauque qui me permet immédiatement d’identifier Shavok, qui n’était pas si loin de moi finalement. J’applaudis bien fort les paroles de Khaalâm, ne serait-ce que pour le courage qu’il a du montrer pour faire ce discours devant tant de monde.
Dès la fin du discours, tout le monde est dirigé vers de nombreuses tables pleines de victuailles, ou plutôt c’est une véritable ruée vers les étals de nourriture. Heureusement tout ce passe bien. Certains ne sont venus que pour cela et c’est bien normal. Je dois avouer moi-même avoir hâte de me délecter des morceaux de viande que j’aperçois de loin.

Je me fraye alors un chemin à travers la foule pour rejoindre Shavok, qui m’apostrophe joyeusement. Je tique à la mention des orcs, il m’a semblé en effet en voir plusieurs groupes (en même temps vu leur musculature et leur allure, ils passent difficilement inaperçus). Je ne sais pas trop quoi penser d’eux. Bien sûr je me doute qu’il n’y aura pas parmi eux ceux qui m’ont fait fuir la Jungle Noire, et qu’il ne faut pas tous les mettre dans le même panier ; mais il est tellement exceptionnel de voir des orcs de ce côté de la mer des Larmes que je ne sais quoi penser. Ils semblent venus en paix, du moins pour le moment.
Mais avant que je ne puisse répondre à mon ami qui pense déjà à des duels de force contre ces mastodontes, son attention semble happée par un évènement étrange. Je me retourne pour voir la cause de son trouble. Il s’agit d’une femme habillée en noir à la chevelure écarlate, entourée par plusieurs hommes à cape noire, la situation ressemblait plus à un voleur pris la main dans le sac. Mais ces hommes me disent quelque chose.

-Merde, Zenji ! Que je sois damné si je laisse une jeune femme se faire maltraiter ! Bordel, Khaalâm ne laisserait certainement pas faire ça s’il voyait la situation.

- Mais attends, comment peux-tu déduire cela ? C’est surement autre chose, de plus tu vois bien qu’ils sont nombreux et armés, que vas-tu… Eh attend Shavok !

Il m’étonnera toujours, il va vers les ennuis comme un papillon attiré par la lumière.
Déjà je levais la main pour le retenir, mais lui était déjà dans l’optique de cogner dans ces gars. Un instant je pensais à le rattraper pour lui ôter une bonne fois pour toute cette idée de la caboche, il ne fallait pas causer de grabuge, on pouvait surement s’expliquer dans la bonne humeur. Puis je reconnus dans ces individus en cape noire des membres du Gantelet, reconnaissables au phœnix rouge ornant leurs armures. Un sourire vicieux se dessinant sur mon visage, je suspendis alors mon geste.
Le Gantelet, ici ?! Quelle coïncidence, il se trouve que j’ai mes armes avec moi... Tant pis pour les règles, tout ce que je vois désormais, c’est des brigands armés s’attaquant à une civile seule au milieu d’une fête ; de plus il faut avouer que le récent décès de Japher aux mains d’individus de ce genre me provoque plus de sentiments de haine que l’envie de me montrer conciliant. Je me mets donc à suivre Shavok en direction de ces hommes.
Nous étions encore relativement proches de l’endroit où Khaalâm venait de terminer le discours. Mais je n’avais pas le temps d’aller le prévenir. Aussi avisais-je un passant se dirigeant vers la zone officielle en lui disant :

- Vous voulez bien me rendre un service ? Allez prévenir la garde, il va y avoir un peu de grabuge. Si on ne vous prend pas au sérieux, essayez de trouver le commandant Domix Le Septième, celui qui vient de faire le discours. Dites-lui que Croc Brun et Zenji Spyridon le saluent et qu’ils s’excusent pour le dérangement, mais une bagarre va commencer, et risque fort de dégénérer. Je suppose que les gardes sont dépassés avec tout ce monde à gérer, donc dépêchez-vous je vous en prie !

Heureusement pour moi, le vieil homme ne fit pas de difficultés et acquiesça, avant de se diriger directement vers l’estrade sur laquelle Khaalâm se trouvait quelques instants auparavant. Je rejoignis Shavok qui avait pris de l’avance, juste à temps pour le voir mettre un de ces imbéciles hors de combat, avant de se tourner vers les autres, leur disant avec une certaine politesse teintée de mépris :

-Messieurs ! Je vous prie de dégager d’ici si vous ne voulez pas subir le même sort que votre regretté camarade ! C’est une fête qui prône la tolérance et le respect et si certains d’entre vous sont incapables de comprendre cela ils feraient mieux de partir sur le champ !

Bravo Shavok, je n’aurai pas mieux dit ! Malheureusement, ou heureusement selon le point de vue qu’on peut adopter, ces hommes n’ont pas l’air d’avoir compris le message qu’il y avait dans ses paroles, à savoir qu’ils avaient intérêt à dégager s’ils ne voulaient pas que ça parte en mêlée générale. Tant pis, il va falloir se sacrifier pour la cause. Je rejoins alors Shavok, sortant mes armes, et défiant nos opposants du regard. Le premier à bouger allait lancer la bataille.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Sam 26 Mar 2016 - 9:17

Pourquoi diable y avait-il autant de monde à cette damnée cérémonie ?! Les gens n'avaient-ils donc rien de mieux à faire que de venir s'agglutiner ici pour écouter des fadaises ? Peuples unis, blabla, et blabla… Ils avaient oubliés un petit morceau des conséquences de l'ouverture de ce fameux portails. Comme par exemple : la guerre civile des nains, Paria qui s'était crée. Eux qui étaient jugés par les autres et certainement pas unis aux nains d'Écarlate ou de Rage Pierre. Il y avait bien des choses que ce Sulis semblait ignorer. Ou alors préférait-il juste l'occulter ? Que dire des remous des Dissidents ? D'ailleurs ici présent. Que dire des factions qui faisaient la traque à tout être non-humain ? Il avait beau faire, il ne voyait que naïveté et ignorance dans ce discours. La seule chose qu'il apprécia ce fut la fin et l'invitation à manger. Encore heureux que la ville sustenta tout le monde alors qu'ils infligeaient à chacun ici présent cette énorme mascarade !

Mais, vous-vous demandez sûrement ce qu'était venu faire Khaad à cette cérémonie qu'il exécrait au plus haut point ? La réponse était assez simple : il n'avait guère eu de choix. Et non, ce n'était pas pour une mission, il n'était pas diplomate encore heureux ! Non, c'était juste que tous les navires en partance de Varak se dirigeait ici à cause de cette cérémonie idiote. Il n'y avait guère de choix quant à la destination. Il aurait pu, soit attendre patiemment à Varak que les navires soient revenues de cette commémoration, ou alors venir jusqu'ici et repartir avec le premier navire allant en terre nain. En aucun cas, ses plans étaient de venir se noyer dans la foule mais comme il y avait à manger…

Et, non, il ne profiterait pas de cette « joyeuse » occasion pour aller se coltiner des nains. Ou allez voir de « vieux amis ». Comme Garkach qui se retrouverait certainement facilement avec sa troupe dissident – il l'avait déjà entrevu au loin- ou Sirèna, dont le navire était présent au port. Très peu pour lui. Encore, peut-être que s'il avait pu avoir une chance de tomber sur Eleonor… Mais trouver un ange dans cette foule relevait de l'impossible. Et puis, rien ne disait qu'elle était présente. Dommage, ça aurait été une bonne occasion de payer sa dette et d'avoir au moins l'impression de n'avoir pas perdu son temps.

-Monsieur, pouvons-nous vous ramener à votre délégation ?

Par tous ses Gromthi, cette troupe de garde n'avait-elle donc rien de mieux à faire que de venir l'enquiquiner ! Sérieusement, avait-il l'air perdu ?! Il se dirigeait, certes tout en grommelant intérieurement, vers les tables. Ne pouvait-on se déplacer l'air un peu absent sans être pris pour quelqu'un d'égarer ? Il était peut-être petit et ne pouvait guère y voir au loin avec tout ces gens plus grand que lui mais quand même !

-Non, ça ira. Merci.

Il avait répondu un peu sèchement histoire de les dissuader de poursuivre. Malheureusement, ça n'eut pas l'air de suffir.

-Ne vous inquiétez pas, on est là pour que tout se passe au mieux pour tout le monde.

Il allait pousser un bon grognement quand un badaud leur arriva dessus en criant.

-Eh vous, on a besoin d'aide. Il y a des Sulis qui sont sur le point de se battre avec un groupe d'humain. C'est Croc quelque chose et un certain Syridon. Bref, ils ont dit de prévenir votre commandant aussi, le commandant Domix. Venez vite, je vous montre le chemin.

À peine était-il arrivé à eux et finit de déblatéré qu'il repartait en courant vers cette dite bagarre. Et la troupe de soldat ne fut pas longue à suivre.

-Et merde ! Roderick va prévenir le commandant en vitesse que ça chauffe dans notre coin. Et dis lui le nom de ces Sulis, il doit les connaître.

Après que le chef de la petite troupe ait parlé, ils s’enfoncèrent rapidement à la suite du badaud qui déjà se trouvait à une bonne trotte. Le dénommé Roderick laissé seul avec la lourde tâche de retrouver le commandant et de délivrer le message, s'en alla aussi dans une direction opposé. Et le nain retrouva enfin sa tranquillité !

Hors de question d'aller se mêler à des bagarres des autres. Dans une foule comme ça, ce serait forcément le foutoir. En plus, même s'il avait été guéri par une Aasimar et que ses brûlures dataient de plus d'un mois, ce n'était pas le moment de se lancer dans des batailles.

Heureux de cette intervention inopiné, il se dirigea allègrement vers son repas tant attendu. Pour tomber à nouveau sur une Sulis -décidément ils étaient partout – ayant l'air d'être aussi heureuse que lui d'être là.

-C'est marrant que vous soyez entouré d'humain alors que je croise des gens de votre espèce à tous les coins de rues !

Bon, il ne comptait pas spécialement commencer la conversation. C'était juste un commentaire dit comme ça.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 5 Avr 2016 - 2:29

Tout se passa comme une formalité, les officiels semblaient fort apprécier les plats présentés, les invités se montraient des plus enthousiaste. Seuls des particuliers tentèrent de faire des leurs ! Mais vide-gousset ou tire-laine, la garde avait l'œil à tout. On m'apprit l'arrivée des orques de ce Garkash de forte réputation et son clan. On m'apprit aussi l'arrivée du capitaine Valdriana.

Les factions naines dont les chefs se montrèrent en grande tenues, les barbes fièrement décorées et apprêtées avec un art consommé. Les Aasimars, les Tieffelins, les Eladrins énigmatiques. Et tous se mêlaient dans la joie et un esprit de paix et d'unité qui me faisait chaud au cœur. Je ne suis pas naïf et mon discours a fait l'impasse sur bien des choses.

Mais cet évènement n'a pas pour but de dresser la liste des griefs de tout à chacun envers tout autre peuple. Il ne m'échappa non plus que le groupe de Garkash semblait peu apprécier la cérémonie. Je comprends la dureté des obstacles et avanies qui furent ceux des Dissidents, mais cela n'excusait pas de ne pas jouer le jeu, je fis signe à un des échansons, lui glissais un mot à l'oreille et le laissait filer vers les tentes des musiciens.

Il ressortit accompagné des joueurs de percussions qui se dirigèrent vers le groupe des orcs, là le jeune domestique demanda si les invités de ce peuple fier avaient envie d'entendre jouer les tambours durant leur repas. La réponse étant positive, les tambours de toute sorte se mirent à gronder, lançant dans l'espace de la nuit les rythmes syncopés des tambours de guerres.

Les saltimbanques, allaient entamer leur spectacle de cirque avec feu d'artifice pour clore la célébration pour ce premier jour, quand on vint me prévenir : Un certain Croc-brule, et un zanji spridon, avaient maille à partir avec une capitaine de bateau rousse et un groupe d'inquisiteur. Forcément quand il fallait foutre le désordre dans une communauté, on pouvait compter sur eux !

Sauf qu'ils avaient choisis le mauvais moment pour se faire remarquer, et avec des amis personnels et un corsaire de la ville, vraiment il y en avait qui doutaient de rien ! Je fis signe à la garde d'élite de me rejoindre, une dizaine d'hommes, les meilleurs des meilleurs. Je pris mon épée et montaient sur mon lourd et immenses cheval de guerre blanc, avec tout son attirail d'apparat. Puis nous prîmes la direction du lieu de l'altercation.

J'arrivais assez vite pour voir Shavok se débarrasser des importuns qui ennuyaient la rousse capitaine. Mais les autres se montraient lent à la détente, ils s'estimaient en nombre et en force, voulaient casser de l'animal humanoïde. Je ne leur laissaient pas le temps. A la suite des paroles de Croc-brun, je crut bon d'ajouter, surprenant tout le monde :

"Au nom de la couronne de Belin et par les pouvoirs qui me sont conférés, moi Khaaläm Domix Le septième ! Commandant de la Garde Royale ! Vous ordonne de vous rendre et de jeter vos armes ! Les deux sulis, sont des amis personnels et porter la main sur eux durant toute la célébration sera considéré comme un affront personnel !

Le capitaine Valdriana, est sous contrat de course avec le royaume, elle à rôle de police dans la zone du port provisoire de la baie. Toute interférence dans le but de la soustraire à l'exécution de son contrat, est un crime de coups et blessures contre représentant de l'autorité royale ! Alors messieurs, faites-nous plaisir et résistez ! Je n'ai pas exécuté de prisonniers depuis longtemps !"


Je fis un clin d'œil à Zenji car lui seul me faisait face, je ne torturerais jamais qui que ce soit, mais parfois faire croire qu'on va se comporter comme votre interlocuteur s'imagine que vous êtes, est très efficace ! Les racistes xénophobes du Gantelet, prenaient les sulis pour des animaux indignes d'exister, les démons pour des abominations dont Aasimars et Tieffelins étaient les rejetons sournois, avides de détruire les humains.

Voyant la valeur des renforts, les inquisiteurs optèrent pour la reddition, Ils furent attachés, désarmés et conduits dans les geôles de la capitale royale. Puis je descendis de cheval, allait saluer mes amis et présenter mes hommages au Capitaine Valdriana, lui rappelant qu'elle avait sa place parmi les membres de sa famille, à la table des hôtes de marque. Puis je m'excusais de devoir les abandonner car d'autres tâches m'incombaient.

Je repris mon cheval et sur son dos je regagnais la zone de tir des feux d'artifices, et une fois là, je donnais le signal et la première fusée fut lancée, aidée par la magie, qui permettait de donner à ces effets pyrotechniques, des formes autres que celles de boules multicolores !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garkach
L'Exilé
L'Exilé
avatar
Philosophie : Dictature ( Loyal mauvais )
Divinité(s) : Il semble n'en avoir aucune pour l'heure.
Faction ou Clan : Les Dissidents

Attributs
Races: Orc
Réputation:
1100/5000  (1100/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 6 Avr 2016 - 7:55

Nous mangions à notre faim, même plus, nous n'avions pas autant de vivre dans nos terres actuelles et sur le champs de bataille et mes frères et soeurs s'en donnaient à cœur joie. Pour ma part, j'observais ce qui nous entourait. Ces races dont je ne connaissais que les histoires et les légendes étaient étranges, certaines m'étaient familières, d'autres aucunement. Nul n'était venu nous déranger avant un troubadour que nos hôtes nous envoyèrent. Les Orcs se tournèrent vers lui en grondant avant que je ne me lève de ma place pour lever une main, les apaisant rapidement en avisant la frêle créature qui m'annonça venir pour nous divertir aux sons de ses tambours. Une règle des miens était le respect de son hôte, même lorsqu'on avait prévu de le massacrer ainsi j'acceptais avant de le laisser seul avec les miens, prenant ma hache en quittant notre place pour avancer sur une colline plus haute.
J'avançais lentement en observant les différentes personnes que je croisais comme autant de potentiels ennemis, adversaires et dangers. Ceux qui ne se poussaient pas sur mon passage avec une mine mélangeant la curiosité et la crainte, était bousculé violemment. Rien ne devait me détourner de mon chemin, j'étais le Chef des Dissidents et ma force n'avait nul égal. Grondant sous les regards curieux des Humains et d'autres races, j'atteignais finalement une colline en posant mes yeux sur une connaissance.

"-Hmf."

La Capitaine des Corsaires, Sirène si mes souvenirs étaient bon, semblait avoir des problèmes avec des mâles. J'avais appris également qu'elle avait failli ou été violer par des orcs des Dissidents durant mon coma de plusieurs mois, provoquant ma rage et la torture avant la mise à mort des orcs en question. Mon code d'honneur m'interdisait de tolérer ce genre d'acte mais je ne devais pas montrer que je la connaissais. Songeur, j'allais lever ma hache pour aller tuer ceux qui s'en prenaient à elle quand d'étranges humanoïdes, plus proche d'animaux, vinrent l'aider.
Cela m'arrangeait bien, au final. Roulant des épaules, je continuais ma marche jusqu'à un plus haut plateau de la vallée où je pouvais enfin apercevoir des fortifications d'une ville humaine et l'étendue de la région. M'asseyant en posant ma hache sur mes jambes croisés, je grondais doucement en étudiant ce que je voyais de mes yeux sauvages. Certains étaient venu ici pour la paix, moi, mon coeur ne battait que pour la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 27
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 7 Avr 2016 - 21:39


Le bougre ne voulait pas me lâcher, d’un regard féroce, je m’apprêtais à me libérer de cette prise douloureuse et à dégainer mon épée, quand je vis à mon grand étonnement un immense poing s’abattre sur la tempe de l’inquisiteur, qui revola par terre et ses huit compagnons reculèrent d’un pas, mains sur leurs armes. Moi-même, je dus reculer, non pas que j’avais peur, mais bien parce que mon sauveur était un suli ursadea, plus ours qu’humain et il devait peser près de deux cents kilos et mesurer plus de  deux mètres. Sa fourrure brune luisait sous les torches,  et ses crocs et ses griffes étaient suffisamment intimidantes pour que mes adversaires ressentent de la réticence à l’attaquer.  Braquant son regard brun sur eux, il s’exclama d’une voix mi courtoise mi-méprisante :

-Messieurs ! Je vous prie de dégager d’ici si vous ne voulez pas subir le même sort que votre regretté camarade ! C’est une fête qui prône la tolérance et le respect et si certains d’entre vous sont incapables de comprendre cela ils feraient mieux de partir sur le champ !

À ses dires, je ne pus m’empêcher de sourire en opinant légèrement de la tête, mais je doutais que les inquisiteurs se fassent convaincre par de belles paroles. Menaçant et morose, ceux-ci faisaient  face à «l’ours», ma fine silhouette était à présent cachée derrière son immense carrure. Au moment où  un inquisiteur osa s’obstiner avec le suli,  Benjamin passa proche de moi, l’air pompette et les joues rouges, il avait visiblement trop bu.  M’éloignant légèrement du conflit, je l’agrippais par le bras et je commandais : « cesse de t’enivrer et va prévenir l’équipage de venir me rejoindre. Exécution, moussaillon! Il va y avoir bataille». D’un air amusé, le mousse hoqueta et d’un «à vos ordres, capitaine», il accourut dans la foule en huant : « Élites des mers! Branle-Bas! Élites des…Huk…Au campement! Branle-le bas! Huk!». Bon sang, quelle discrétion! Ne comprenant pas le jargon des marins, les gens s’échangèrent des regards amusés et ils continuèrent à converser et à rire. Jetant un dernier regard exaspéré à Benjamin, qui titubait plus qu’il marchait, je me tournais vivement vers les inquisiteurs et le suli, celui-ci venait de mettre à terre l’impertinent qui avait osé l’obstiner. Diantre, il ne perdait pas de temps et visiblement, la diplomatie n’était pas sa tasse de thé.  Je ris sous cape, et m’approchant, je me plaçais entre lui et nos ennemis en dégainant mon épée. Après son monologue, quelque peu échauffé sur leur comportement méprisable et inapproprié, je rajoutais d’un ton flegmatique : « Quant à moi, messieurs, je suis ici sous ordre de ce même Khaalâme Domix pour protéger la zone maritime de cette festivité.». D’un sourire courtois, mais d’un œil froid, je m’avançais d’un pas et je continuais : «Par conséquent, j’ai ordre d’arrêter et de mettre au cachot les fauteurs de trouble tels que vous.  Alors, messieurs, à qui le tour?». Demandais-je narquoise en pointant mon épée vers eux. Ils me lancèrent un regard meurtrier, l’un d’eux dégaina aussi son arme en répliquant avec mépris : «si tu as ordre de protéger «la zone maritime», qu’est-ce tu fais ici à flâner comme une catin?».

Je soutenais son regard, tandis que mon attention fut attiré par un léger tintement, quelqu’un était venu rejoindre le suli ursadea en arrière de moi, je ne pouvais savoir qui c’était. Me concentrant sur mon adversaire, qui tenait à ce que je perdre mon sang-froid, je répondis narquoise: «je flâne pour prendre du repos, m’amuser un peu, mais malheureusement pour vous, ma pause est terminée.». Insidieusement, je m’étais avancée et sans crier gare, d’un coup vif et précis, je vins le désarmer et je portais ma lame contre sa gorge. Mon sourire s’affaissa, et d’un ton brusque, j’ordonnais à ses furieux congénères : «n’avancez pas, ou je le tue sans aucune pitié!» Puis d’un sourire intimidant, j’avouais : «c'est vrai, je suis celle qu’on surnomme Sirèna et c’est bien sur mes ordres que mon équipage a dû livrer bataille contre votre patrouille afin de protéger cette Aasimar. Si c’était à refaire, je le referais, car des racistes de votre espèce méritent la mort, personne ne devrait endurer votre persécution et vos injustes tueries.». Celui que je menaçais se crispa de rage, et malgré la menace de mon arme, il osait riposter : «ces abominations ne méritent pas de vivre!». L’envie de le transpercer me démangeait, mais je réussis à me contrôler, sachant que si je l’attaquais, je perdrais mon avantage et la bataille deviendra inévitable. Après un court silence, je dis catégoriquement: « Écoutez la sagesse du suli et partez! Vous n’êtes pas le bienvenu ici et le sang a déjà trop coulé.».

Je le confrontais du regard, tandis que nous nous fîmes entourer d’une vingtaine d’hommes, mon équipage. Après avoir jeté un clin d’œil aux deux sulis armés, Fior, un Tiefflin, se mit à mes côtés et narguant, il dit à l’adresse des inquisiteurs: «alors, vous emmerdez notre capitaine?  Ce n’est pas très gentil, ça.». Taquin, sa paume s’enflamma et il proposa froidement : «Peut-être devrais-je les calciner, capitaine? Un rôti d’Inquisiteur doit être très ragoûtant, non?». Mes hommes approuvèrent d’un rire, épée en main. D’un air grave, je hochais négativement de la tête, ce conflit avait assez duré et les gardes ne tarderaient pas à se manifester.  Continuant à menacer l’inquisiteur, mon magnifique regard toisa les visages ombrageux et voulant les raisonner, j’affirmais: « messieurs, si vous décidez de livrer bataille contre nous, sachez-le, c’est la mort assurée. Mes hommes sont plus nombreux et plus surentraînés que vous, sans compter le suli qui m’a porté mainforte! Diantre, avez-vous vu ses griffes? Voulez-vous vraiment vous risquez?». À ma pique, les disciples du Gantelet déglutirent malgré eux et ils jetèrent un regard effarouché à «l’ours», qui en imposait par sa simple présence. Soudain, des bruits de tambour d'orcs se firent entendre, l'atmosphère devint sauvage et guerrière, mon sang de norpalienne enflamma  mes veines, j'avais envie de me battre,mais je devais me contrôler, ce n'était pas le moment pour la guerre. Après un silence, je les dévisageais intransigeante, et d’une voix forte, je proposais : « vous avez deux choix : «soit vous vous battez et vous trépassez ou vous vous rendez sans résistance et votre peine aux geôles sera de courte durée. Alors, que décidez-vous?». Leurs regards en disaient long sur leur décision, ils préféraient se battre que de se rendre. Au moment où l’un d’eux s’apprêta à m’attaquer, une voix impérieuse gronda derrière moi :

"Au nom de la couronne de Belin et par les pouvoirs qui me sont conférés, moi Khaaläm Domix Le septième ! Commandant de la Garde Royale ! Vous ordonne de vous rendre et de jeter vos armes ! Les deux sulis, sont des amis personnels et porter la main sur eux durant toute la célébration sera considéré comme un affront personnel !

Le capitaine Valdriana, est sous contrat de course avec le royaume, elle à rôle de police dans la zone du port provisoire de la baie. Toute interférence dans le but de la soustraire à l'exécution de son contrat, est un crime de coups et blessures contre représentant de l'autorité royale ! Alors messieurs, faites-nous plaisir et résistez ! Je n'ai pas exécuté de prisonniers depuis longtemps !"


Baissant mon arme, je me tournais avec surprise vers le commandant Khaalâm Domix le septième. À son allure, je ressentis un frisson me parcourir l’échine. Le suli était un grand loup, sa fourrure était aussi noire que la nuit, et il portait une tenue d’apparat, plaquée d’argent. Sur son destrier blanc, il avait belle allure et tout comme l’ursadea, il  était imposant. Devant autant d’ennemis, c’est-à-dire les gardes du commandant, les deux autres sulis, qui semblaient se connaitre personnellement, et mes hommes, les inquisiteurs optèrent finalement pour le deuxième choix et ils se rendirent. Ligotés et désarmés, les gardes les amenèrent dans les geôles en bonne et due forme. Par après, le commandant m’adressa la parole, en me faisant savoir que j’avais ma place parmi ma famille à la table des hôtes. Pour quelqu’un d’autre, cela aurait été tout un honneur, mais je  rechignais d’aller manger à leurs côtés, j’étais toujours en froid avec mon oncle. Toutefois, avec tact et respect, je répondis simplement : «merci, commandant, je considère cela comme un honneur.». Après ce bref échange, le commandant nous laissa, car d’autres tâches l’incombaient. Pendant un instant, je le suivis du regard, puis reportant mon attention sur mes hommes, je leur permis d’aller se distraire encore peu, sans trop s’éloigner du campement. Ensuite, je me tournais vers les deux sulis et d’un sourire narquois, je proposais : «messieurs, qu’en dites-vous de profiter d’un excellent vin?» Sans attendre leur réponse, je pris la bouteille de porto que j’avais apporté et je remplis deux autres coupes. Mon regard turquoise allant de l’un à l’autre, j’avouais : «C’est le moindre que je puisse faire pour vous remercier d’être venu à mon secours, ça, et un voyage de retour gratuit sur mon navire, si vous le désirez.». Ce fut avec joie que je m’assis auprès d'eux autour du feu, c’était la première fois que je conversais avec des Sulis et ma foi, ils étaient très amusants et sympathiques. À vrai dire, je préférais nettement leur compagnie à celle de ma «famille».Toutefois, j'étais consciente qu’être à cette table de nobles m’ouvrirait plusieurs opportunités dont faire plus apte connaissance avec le commandant, et peut-être même décrocher quelques contrats intéressants. Pendant que je réfléchissais, je prêtais l’oreille à la conversation de mes joyeux compagnons, des feux d’artifices vinrent éblouir le ciel. Levant mon regard limpide, j’admirais ses formes magnifiques et hallucinantes,qui éclairaient par le fait même ma chevelure flamboyante. C’était de toute beauté. D’un sourire éblouit, je soufflais avec en train : «Magnifique! C’est réellement superbe, n'est-ce pas?.».


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Dim 10 Avr 2016 - 15:32

Zenji finit donc par le rejoindre. Ils allaient sans aucun doute passer aux choses sérieuses. En fait, Shavok était rassuré que son ami était là pour l'épauler. Il savait qu'il pouvait compter sur lui. Mais, il fallait bien protéger les demoiselles en détresse. Il regarda Zenji en acquiesçant d’un signe de tête, il était ravi que Zenji le rejoigne dans la bataille. Bon, comment allaient-ils donc agir?

Sauf que Shavok n'avait pas prévue un élément. C'était que cette femme était... perturbante. Avec sa lame, elle parvint à désarmer une des sales types très facilement. Sa manière d'agir était très véloce mais en même temps elle réagissait avec un charme félin. C'était puissant, sauvage et... tentateur. Du coup, Shavok la regardait bouche bée. Il n'avait pas songé une seule seconde qu'elle était capable de gérer ses propres affaires. Si Zenji, le regardait à ce moment-là, on aurait dit qu'il avait la tête dans les nuages. Un Tiefflin se pointa avec une boule de feu dans la main. C'était encore de la magie, le genre de chose que n'appréciait pas Shavok. Mais, non... pas possible... elle avait l'air de diriger cet homme ainsi que les autres... Elle avait donc le talent naturel pour être une commandante? Bon sang, mais c'était qui cette humaine? En fait, elle n'avait rien d'humain dans son comportement, elle agissait beaucoup plus comme une ... Suli.

C’était donc avec panache qu’elle maîtrisa ses adversaires comme si de rien n’était. Elle possédait l’incroyable don d’agir avec volupté tout en y mêlant une part de férocité. Alors, que la situation aurait pu barder, le grand Kaalâm fit son entrée et par ses paroles autoritaires et aussi les quelques gardes qui l’accompagnaient, les brigands cessèrent leurs actions et furent emmenés dans les geôles. Incroyable, comment avec un peu de commandement une situation pouvait être arrêtée assez facilement. Il en fallait un certain talent pour réussir un tel exploit, le genre de talent dont l’unique Khaalâm disposé.

Une fois tout ce beau monde d’évacué, ils s’installèrent au coin du feu avec une délicieuse bouteille de porto. Shavok n’hésita pas une seule seconde à s’abreuver de ce divin nectar en compagnie de Zenji et cette étrange femme aux cheveux de fauve.  Les feux d’artifice commencèrent à éclater. Shavok n’en avait encore jamais vu et fut impressionnée par le son et par les couleurs qui se dégageaient du ciel.  Il entendit les paroles prononcées par la bouche de la rousse.

- Oui, c’est… magnifique… Pas autant que vous…. Mais ça l’est….


Quoi ? Mais bordel de merde, qu’est-ce qu’il avait dit ? Non de non mais c’était pas possible d’être aussi direct, abruti de Shavok ! Il se devait de récupérer la situation et vite… Bon sang, il devait lui expliquer ce qu’il ressentait. Qu’est-ce qu’elle allait donc penser de tout ça ? Shavok, espèce d’huitre mal léchée, mais dis quelque chose enfin !

-Enfin… Ce que je veux dire… C’est que… euh…. En fait, quand je vous ai vue pour la première fois j’ai cru que vous n’étiez qu’une simple humaine chétive qu’il fallait protéger et…

Non, non, non, ah bravo hein après lui avoir dit qu’elle était belle notre Ursidae se mettait à dire tout l’inverse bien joué, idiot ! Mais, rattrape la situation, tout de même!

-Enfin, en réalité j’ai été… impressionné. Vous avez réagi de façon… inhabituelle pour une humaine ! Vous avez fait preuve d’une témérité et d’une souplesse digne d’une Suli! Vous n’avez pas uniquement des cheveux de couleur fauve mais vous êtes une véritable Tigresse !

Il reprit sa respiration et la regarda. C’était aussi une des premières norpaliennes qu’il rencontrait c’était peut-être à cause de ça mais Shavok se sentait attiré par cette femme. C’était indescriptible et c’était un simple fait. Il avait été conquis par son caractère plutôt que par sa beauté comme une véritable Suli  l’aurait fait.

-On me connait sous le nom de Croc-Brun mais mes amis m’appellent Shavok Tanuk. Vous pouvez m’appeler Shavok. Je suis charmé d’être en votre présence. Voici, Zenji Spyridon un ami.

Il donna la bouteille de porto et laissa Zenji se présenter à son tour et répondre à cette curieuse étrangère.  Il était un peu jaloux que Zenji soit dans le coin, il aurait voulu pouvoir librement converser  avec elle. Mais, franchement qu’est-ce qui lui prenait ? Il n’avait pas ressentit depuis… sa première conquête. Bizarre, étrange… Oh, Déesse Phélemée, protège-le de ce mal étrange!

Il en profita pour voir la fin du feu d’artifice d’un air rêveur. Lui ressentir quelque chose pour une humaine ? Pouah ! Impossible ! Mais, pourtant force était de reconnaître que c’était possible. Il n’aurait jamais cru cela possible. Mais, Shavok savait qu’il avait choisit quelqu’un qui pouvait lui attirer des ennuis mais finalement c’est cela qui l’avait attiré, Shavok aimait les vies d’aventuriers. Il ne savait pas ce qu’était un bateau ni même un capitaine mais il le sentait au fond de ses tripes, elle était comme eux, une brave prête à tout pour accomplir ce qu’elle doit faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Dim 10 Avr 2016 - 17:51

Fleya s'était laissée plus ou moins entrainée par Elorias vers la zone de buffet. Bien entendu, la féline demanda pour de bons gros morceaux de viande qu'elle espérait particulièrement savoureux. Si son choix n'étonna guère ses camarades, celui de sa boisson en revanche étonna tout le monde, l'homme qui la servait en premier.

Je vous demande pardon ?

-Du lait s'il-vous-plaît.... A moins que vous n'en ayez pas ?

Euh.... On doit en avoir peut-être quelque part.... un instant.

.... Du lait ?! Sérieusement ?

-Qu'y a t-il encore ?

Vous n'avez jamais goûté de vin ou de bière ?

-Si mais je trouve leur goût un peu trop amer....

Ha ha ha qu'elle est mignonne ! Et pourquoi pas faire une folie et tenter du cidre doux ! Prenez des risques, vivez dangereusement ! Les enfants y survivent vous ne devriez pas vous mettre trop en péril.

Lilym cesses donc de la chahuter pour l'amour du ciel !

-Humpf !

Alors que Fleya boudait sous sa capuche, le bélinois revint avec une grande chope de lait, pour le plus grand plaisir de la féline qui le remercia. Elorias et Lilym avaient légèrement devancé Fleya pour trouver un endroit où ils pourraient tous s'installer et manger ensemble. Mais voilà que quelqu'un interpella la tigresse, qui tourna le museau vers son interlocuteur. Un nain, qui avait l'air tout aussi enjoué qu'elle, s'étonnait de la voir en présence d'humains, et non de Suli, qui pourtant étaient bien présents à cette commémoration. La tigresse lui répondit dans un léger soupire.

-Hélas messire nain, l'appartenance à une espèce ne vaut que lorsque vous rentrez dans les clous et les dogmes de ladite espèce.... Ayez le malheur d'être simplement un peu différent sur quelque sujet qu'il soit, et étrangement votre affiliation à un peuple ne vaut plus rien....

Le moins qu'on puisse dire, c'était que cela était sortit tout seul. Après un bref instant, la féline se trouva quelque peu sévère et injuste dans ses dires, et se rattrapa.

-Je suis peut-être un peu extrême dans mon jugement.... Disons que je préfère m'entourer de personnes que j'apprécie davantage pour leur qualité et leur esprit, que pour leur appartenance raciale. Ce qui ne m'empêche pas de bien m'entendre avec certains de mes confrères.

Elle eut une petite pensée pour Chasimyr et Zakaerii.... D'ailleurs ils lui manquaient ces deux là. La tigresse n'avait pas eu de leurs nouvelles depuis bien trop longtemps maintenant. Sortant d'une nostalgie qui n'avait pas lieu d'être en cet instant, elle s'excusa auprès du nain.

-Pardonnez-moi, je dois vous ennuyer avec mes bêtises. Je vous souhaite un bon appé....

La tigresse n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un tapage vint l'interrompre et attirer son attention par la même occasion. Tournant sa tête vers l'origine du trouble, elle vit une demoiselle rousse en fâcheuse posture avec quelques rustres mal embouchés. Mais très vite deux Sulis vinrent à la rescousse de la belle, qui révéla qu'elle n'était pas aussi sans défense qu'il n'y paraissait. L'organisateur et responsable de l'évènement ne tarda pas à débarquer avec la garde, pour veiller à ce que ces esprits échauffés soient mis au frais histoire de calmer leurs ardeurs. Le tout se passa assez rapidement, et finalement la tigresse se remit de son spectacle.

-....tit. Hé bien, j'espère que le reste de la soirée ne dégénéra pas davantage. Ce n'est peut-être pas l'endroit ni le moment pour s'illustrer.

Néanmoins la féline était contente pour deux raisons. Déjà parce que les Sulis avaient gagné, et que même si elle se sentait généralement exclue des siens, elle n'en avait pas moins un peu d'affection pour son peuple malgré tout. Et surtout.... Parce que pour une fois les ennuis ne commençaient pas par elle ! Et cela lui fit un bien fou ! Elorias guettait du coin de l’œil l'échange entre le nain et la Felidae. Il ne pouvait entendre ce qu'ils se disaient, mais il avait veillé à ce que ni Lilym, ni le nouveau Loth n'aille les interrompre. Il ne se faisait aucun souci pour Shotra, sa discrétion n'étant plus à éprouver. Il aurait cru qu'il aurait été plus simple pour la féline d'aller se rapprocher des siens, mais l'occasion faisait le larron, et si un nain venait aborder la féline, ce n'était pas plus mal non plus, ça lui évitait de faire le premier pas, chose qui l'aurait surement mis mal à l'aise. La féline allait rejoindre son groupe, mais les feus d'artifice fusèrent dans le ciel, le colorant de bien des teintes et de pas mal de lumière. Le spectacle plaisait beaucoup à la féline qui se mit à sourire en contemplant le ciel. Les couleurs et les différentes formes lui plaisaient beaucoup. Le seul bémol était ce vacarme assourdissant qu'engendraient les explosions. Mais c'était là un mal pour un bien joli bien.

-Ho la belle bleue !

Plus loin, Lilym se pencha vers l'oreille du vieux bélinois et lui chuchota.


Tu crois qu'elle "aime" les nains ?

Lilym je t'en prie !!!

Ha ha ha je savais que tu allais te outrer de la sorte, j'aurais dû parier !

Pas étonnant, avec tes sujets de conversations indécents ! Ne pensez-tu donc jamais qu'à cela ?! Un peu de tenue !


Voyons voyons, calme toi et respire, tu vas te faire du mal vieil homme....

Elorias soupira. Cette succube allait le rendre fou avec ses sottises !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Dim 10 Avr 2016 - 19:18

Ouch, Shavok venait d’asséner un petit crochet du droit à l’impertinent qui avait osé le contredire. Il fallait m’en laisser quand même quelques uns ! Je n’étais qu’à quelques mètres du lieu des festivités quand soudain la jeune femme, apparemment capitaine d’un équipage de marins, du moins c’est ce que j’en ai compris quand elle s’est adressé à son subordonné pour lui demander des renforts ; s’interposa entre Shavok et les membres du Gantelet en tirant sa lame.

« Quant à moi, messieurs, je suis ici sous ordre de ce même Khaalâm Domix pour protéger la zone maritime de cette festivité. Par conséquent, j’ai ordre d’arrêter et de mettre au cachot les fauteurs de trouble tels que vous. Alors, messieurs, à qui le tour?»

Ça tombe bien ! Une représentante de l’ordre, notre action en est d’autant plus justifiée. Je commençais à aimer la tournure que prenaient les évènements. Je m’immobilise à côté de Shavok, cependant qu’elle désarme un des ennemis avec une vitesse stupéfiante. Mieux ! J’apprends qu’elle et son équipage auraient déjà tué des membres du Gantelet. Je commence à l’apprécier.
La réflexion sur la sagesse de Shavok me fit rire intérieurement, d’ailleurs en parlant de Croc Brun il semblait être déconcerté par quelque chose, tandis que la dénommée Sirèna enjoint une dernière fois les inquisiteurs à cesser leur lutte insensée.

Sentant un groupe d’hommes nous encercler, je me prépare à combattre ces ennemis supplémentaires, mais je remarque vite qu’il s’agit de marins, surement l’équipage de la belle Sirèna. Parmi les nouveaux arrivants, un Tiefflin nous dévisage Shavok et moi, avant de rejoindre sa capitaine. La conclusion du combat ne faisait aucun doute si les membres du Gantelet persistaient dans leur folie, comme le disait si bien la corsaire. Mais les inquisiteurs ne semblaient pas vouloir lâcher l’affaire.
Par contre je ne suis pas d’accord, je voulais bien un peu plus de sang moi, de préférence le leur, j’aurais même voté sérieusement pour la proposition du demi-démon, d’autant que les inquisiteurs doivent rager de voir ici réuni plusieurs des espèces qu’ils n’acceptent pas. Mais je me ressaisis en me disant qu’un massacre généralisé ne servirait pas à améliorer les choses ; comme l’avait dit Shavok, Khaalâm voudrait faire les choses à la régulière, même si j’avoue avoir très envie de lâcher mes traits sur ces maudits assassins.

J’aperçois alors justement Khaalâm qui arrive en grande pompe, accompagné d’hommes qui ont l’air parés à toutes les éventualités. Grâce à lui et ses propos pour le moins persuasifs, les membres du Gantelet se rendent enfin. Le bain de sang est évité, j’en suis plus ou moins heureux. Malgré tout soulagé, je réponds au clin d’œil de Khaalâm d’un geste de reconnaissance. Heureusement qu’il est arrivé à temps !  
Nos adversaires sont donc attachés et amenés en ville, et Khaalâm se dirige vers nous. Je le salue d’un grand sourire en lui lançant :

- Bonjour à toi Commandant ! Ça faisait un petit moment ! Merci encore pour ton aide, encore désolé pour avoir mis un peu de bazar dans cette fête. Au passage bravo pour le discours, tu nous avais caché tes talents d’orateur ; mais je ne vais pas te retenir, je me doute que tu es très affairé, bonne chance pour la suite des évènements en tous cas ! On se retrouvera après autour d’une bonne pinte si tu as un peu de temps.

Tandis que Khaalâm s’excusait pour aller vaquer à des occupations importantes, la capitaine Sirèna nous lança d’un air malicieux :

« Messieurs, qu’en dites-vous de profiter d’un excellent vin?»

- Ce n’est pas de refus, vous avez mes remerciements ! Mais vous ne me devez rien, j’ai agi comme mon ami Shavok ici présent et en partie car j’ai certains comptes à régler avec ce genre d’individus, ravi d’avoir pu vous aider au passage. Et mes félicitations, car si j’ai bien compris ce n’est pas la première fois que vous leur causez des soucis.

« C’est le moindre que je puisse faire pour vous remercier d’être venu à mon secours, ça, et un voyage de retour gratuit sur mon navire, si vous le désirez.»

Un voyage en bateau… hmm intéressant, même si je ne prévois pas de quitter la vallée pour le moment. Je ne suis pas remonté sur un navire depuis mon enfance lors de ma traversée de la mer des Larmes. La remerciant chaleureusement, je passe alors une soirée agréable et conviviale avec elle et Shavok, autour d’un bon feu, à discuter de choses et d’autres en sirotant une bonne bouteille de porto.
C’est d’ailleurs la première fois que je vois Shavok aussi amical, c’est comme s’il était avec moi ou Khaalâm, voire même plus. Au moment où des feux d’artifices sont tirés, Selèna nous lance :

« Magnifique! C’est réellement superbe, n'est-ce pas? »

Observant alors les gerbes d’étincelles volant dans le ciel, je dois admettre que c’est juste sublime, restant en admiration devant un tel spectacle. Quand mon ami Ursidae lance :

- Oui, c’est… magnifique… Pas autant que vous…. Mais ça l’est…

Mais c’est que Shavok est entreprenant ce soir ! C’est vrai que la belle Corsaire a tout pour plaire, en plus d’être sympathique. Tandis qu’il continue de parler, je décide de m’éclipser pour un petit moment. J’aperçois en effet plusieurs personnages intéressants : notamment un orc gigantesque qui grimpe sur la colline, que j’aimerais rencontrer malgré tout pour en savoir plus sur leur espèce, même si je ne sais pas s’il est le plus à même de répondre à mes questions. D’un autre côté, je remarque une Felidae accompagnée d’un Canidae dont le pelage noir comme la nuit n’a rien à envier à celui de Khaalâm et de quelques humains, qui observent également le feu d’artifice. Je me lève alors en saluant Sirèna et Shavok :

- Bien… mademoiselle, ou capitaine comme vous préférez, je vais vous laisser, je vous remercie pour le verre et pour cette agréable soirée ; j’ai un petit quelque chose à faire. Shavok, je te retrouverais peut être un peu plus tard !

Je laissais donc mes deux camarades pour me diriger vers le promontoire où je distingue l'orc assis en tailleur, une énorme hache posée en travers de son corps. M'approchant silencieusement mais sans chercher à me dissimuler, je reste quelques instants immobile debout à quelques mètres de lui, hésitant sur la manière de l'aborder.
Puis je lui lance finalement en bafouillant légèrement :

- Bonsoir à vous ! J'ose espérer que je ne vous dérange pas trop. J'aurais quelques questions à vous poser. Je ne suis pas venu vous embêter donc si ma présence vous dérange, n’hésitez pas à me le signaler.
C'est de la simple curiosité: voyez-vous, je ne connais pas vraiment les orcs, mais je sais que certains d'entre vous habitent dans la zone de la Jungle Noire. Je suis originaire de là-bas, mais j'ai dû... partir précipitamment quand j'étais encore très jeune. J'aimerais donc savoir si vous saviez quelle était la situation là-bas, si vous connaissiez l'endroit, les tribus du coin, bref tout ce que vous pouvez me dire de cet endroit.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 14 Avr 2016 - 15:49

Khaad ne s'attendait pas à ce type de réponse. À vrai dire, il ne s'attendait pas vraiment à une réponse tout court. Mais celle qui vint lui plut. La petite avait le cœur d'une Paria ! Et qui plus était cela semblait assumé. Quelqu'un avec des convictions et pas plein de niaiserie en plus, c'était pas mal comme interlocuteur. Moins bien qu'un muet mais on faisait avec...

-À qui le dites vous ! À Paria on sait ce que peuvent faire les esprits étriqués.

Dommage que la Felidae se sentit obligée d'amoindrir ses mots. Il n'y avait aucune honte à être différent tant qu'on était loyal à ses principes. Bien que ceux de son vis-à-vis l’entraîna à être avec un groupe plutôt disparate. À première vue, rien ne les rassemblait.

Cependant, ce n'était pas ses affaires et il ne s'en souciait pas vraiment. Ce n'était pas parce qu'il appréciait de ne pas se retrouver à tenir la jambe à une parfaite nunuche qu'il voulait pour autant tout savoir de sa vie ou encore engager une vraie conversation. D'ailleurs, la jeune femme devait penser pareil : après avoir repris ses esprits, elle commença à prendre congé... et un événement au loin la stoppa. Bien sûr, le nain était bien incapable de voir ce qu'il se passait. Pas que ça lui manqua. Sûrement une baston quelconque. Peut-être même celle qui lui avait épargné la présence de ces gardes trop consciencieux.

-Si vous le dîtes. J'avoue ne pas y voir grand chose avec tout ces gens trop grands !

Bon, c'était une façon assez détourné pour dire qu'il était tout simplement trop petit pour cette foule. Tout dépendait du point de vue.

Et après, ça ce fut au feu d'artifice d'interrompre leur séparation. Ils se tinrent donc côte à côte devant le spectacle, chacun encombré avec sa nourriture. Le nain n'avait pas perdue le nord. Il s'était servi copieusement pendant leur discussion. C'était la seule chose d'intérêt dans cet événement pour l'instant après tout. Enfin, ça et les explosions...

-Ils ont une bonne technique !

Il avait dut crier pour se faire entendre avec tout le boucan. Et ce pour lâcher un compliment ! C'était rare mais ça arrivait. Bien que le rapatrieur n'avait que faire des formes et du côté esthétique. Ce qu'il appréciait, c'était leur maîtrise de la poudre. S'il pouvait s'entretenir avec des artificiers, il pourrait peut-être apprendre une ou deux choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 26 Avr 2016 - 6:40

Les feux d'artifices m'ont toujours amusés, depuis mes années d'enfance au Château des Redresseurs, et je restais un temps pour admire les effets programmés par les mages de la ville. En gros les bombes festives, racontaient les évènements passés, bon on y voyait plus de récits humains que d'autres races humanoïdes, mais dans l'ensemble c'était magnifique !

Je fut rappelé à mes fonctions par mon second, le nouveau capitaine tout fier de son nouveau poste, arborait une autre tenue que celle qu'il avait mise ce matin. Il me fis savoir que l'un des invités d'honneurs, l'ambassadeur d'un pays au-delà des mers, voulait porter un toast en mon honneur, et que le Capitaine Valdriana demandait audience auprès de moi.

Je donnais deux o trois consignes aux mages-artificiers, afin qu'ils content aussi les histoires des nains, des orcs et autres créatures liées aux évènements. Puis je suivis le capitaine de mes gardes. Je lui demandais de me conduire à la corsaire. Devant la belle rousse, j'interrompis son geste de déférence à mon statut :

"Capitaine ! Ou plutôt votre grâce ! C'est à moi de vous saluer bien bas ! Je suis heureux de se revirement, je sais les inimitiés passagères entre votre oncle et vous, si vous me faites l'insigne honneur de vous asseoir à mes côtés, je tâcherais de vous garder loin du Duc !

C'est peu protocolaire mais je dois vous avouer que ces réunions en société ça me gêne, surtout que je suis contraint par ma nature à un régime plus strict. Et mes autres voisins de tables sont d'un ennui vous n'avez pas idée ! "
Je proposais mon bras à la rousse aristocrate, et me dirigeais vers ce cirque mondain qu'était la tables des hôtes de marques. J'installais Le capitaine Valdriana à ma droite, c'était fort peu charitable car, si ainsi, elle se trouvait hors du champ de vison de son oncle, qui lui se trouvait en bout de table à gauche. Elle avait à ses côtés, un vieil homme, Historien royal, bientôt en retraite, qui bien que sympathique, ne cessait pas de trouver une anecdote historique à chaque fois qu'il voyait une objet, une créature intelligente ou qu'il entendait une parole.

Moi j'aimes bien les récits des temps anciens, mais là, toute une journée d'histoires diverses sur la petite Histoire des royaumes du monde, moi je commence à saturer. Je répondis au toast de l'ambassadeur, suivit du toast d'un autre et ainsi de suite car personne des nobles personnes de la tablée ne voulait paraître moins emphatique que son voisin.

Je m'approchais de la tête de Cassiopée pour lui chuchoter à l'oreille : "Je vais me retirer dans ma tente, j'ai des rapports de sécurité à lire ! Si cela vous intéresses, je compte aller interroger les prisonniers dès l'aurore, si vous voulez leurs parler, présentez-vous quand vous le souhaiterez devant ma tente. Mais ne trainez pas, je pars à cette heure matinale pour éviter la foule venue pour la foire et les jeux de la kermesse. J'en ai fini de ces formalités jusqu'à la clôture des commémorations à la fin de la semaine !"

Après un baise-main je laissais la corsaire et les autres invités, d'ailleurs le vieil érudit avait une histoire dont il voulait faire profiter Cassiopée. Je regagnais ma tente et me mis au travail ! Heureusement mes hommes bossent bien et leurs rapports sont toujours très clairs. Et c'est ainsi que mon aide de camp vient m'annoncer qu'il était temps de partir pour la prison de la ville. Je passais le relais au capitaine et suivit le jeune aspirant à l'extérieur. Mon cheval m'attendait, sans tous ces oripeaux d'apparat. Je montais en selle, le capitaine Valdriana m'attendait, je lui sourit, la saluait et pris la route !

"Heureux de voir un si joli visage de si bon matin ! Quoi de neuf votre grâce ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garkach
L'Exilé
L'Exilé
avatar
Philosophie : Dictature ( Loyal mauvais )
Divinité(s) : Il semble n'en avoir aucune pour l'heure.
Faction ou Clan : Les Dissidents

Attributs
Races: Orc
Réputation:
1100/5000  (1100/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 27 Avr 2016 - 10:51



Tandis que les feux d'artifices explosaient les cieux dans une symphonie sans fin, mes yeux observaient les lointains paysages. Ces festoiements ne m'intéressaient guère comme les miens, nous ne vivions que pour la guerre et nous n'avions pas le temps pour ce genre de festivité naïf. Grondant, je me relevais pour me retourner vers mon campement en avisant d'un mauvais œil les curieux qui osaient venir vers moi en montrant mes crocs, je n'avais aucune envie de me mélanger à eux. Mon armure cliquetait sous mes pas lourds, mes muscles brillant sous les lueurs des feux d'artifices en accentuant mes traits mauvais et mes cicatrices de guerres. Nous n'étions pas du même monde.
Rejoignant les miens, je rentrais dans ma tente pour m'asseoir sur un trône d'os en posant ma hache contre ma cuisse, pianotant sur les accoudoirs en réfléchissant à ce que ce rassemblement pourrait m'apporter lorsqu'un de mes chamans rentra en poussant les fourrures rapidement, semblant en panique. Il marmonnait en s’approchant de moi tandis que je grondais en montrant mes crocs devant son intrusion mais il savait que je ne lui ferais rien, il avait sûrement une raison. Comme touts mes chamans, ils avaient notre respect.

"-Seigneur ! L'heure est grave, j'ai entendu une chose...Dans mes songes, j'ai vue l'ardent brasier d'une bête du passé ! Je...je...
-Calmes toi et parles."

Grondant, il savait que même si je les respectais, ma patience avait une fin et une fin rapide.

"-Hm...J'ai eu une vision, ces peuples vont réveillés un démon des anciens temps et le monde s'embrasera, purgeant les faibles des forts.
-Tsah...Soit. Maintenant, hors de ma tente avant que je ne te décapite, Chaman."

Grondant, je le faisais sortir d'un mouvement de la main sec alors qu'il s'inclinait rapidement avant de sortir, sachant que mes paroles pourraient être appliquer selon mes humeurs. Soufflant sèchement par mes naseaux, je grognais en repensant à ses paroles et en cherchant à les comprendre. Ces...prophéties étaient souvent fausses mais plus d'une s'était avéré juste, si on savait les déchiffrer.

***





Plus loin des festivités de la Vallée, une patrouille de cavaliers s'avançaient sur une route pour rejoindre le rassemblement avant la fin de la journée. L'aube se levait à peine et le son des sabots rendaient ce voyage apaisant alors que les cavaliers sommeillaient à moitié sur leur destrier. Le son des feux d'artifices avaient fait échos jusqu'ici dans des répétitions d'explosions, résonnant parmi les collines et montagnes des alentours et de nombreux habitants ou voyageurs regrettaient d'avoir manqué pareil spectacle.
La terre trembla soudainement, les chevaux hennissant alors que les cavaliers sortaient de leur torpeur en cherchant à contrôler leur bête. Déchirant le silence de l'aube, un rugissement titanesque résonna parmi les collines en paralysant de terreur les chevaux comme les Humains qui les montaient. Qu'est-ce que cela pouvait être par les dieux ? Des nuées d'oiseaux quittèrent les bois alentours, s'envolant dans une marée sombre en piaillant de terreur alors que les cheveux s'agitaient.

"-Capitaine ? Que fait-on ? Qu'était-ce donc ?
-Aucune idée, Soldat ! Tsah...Préparez-vous à galoper au plus vite jusqu'au prochain fort, on doit prévenir l'armée. Quoi que cela so...
"

Le sol s'agita une nouvelle fois comme si il glissait sous les sabots des chevaux, craquant et se déchirant tandis qu'un rugissement plus puissant encore déchirait les airs, vrillant les tympans des Cavaliers qui poussèrent des cris de terreur. Dans un seul instant, un seul souffle, la montagne du sud vola en éclat dans un nuage de flamme et de fumée visible à des lieux à la ronde sous les yeux horrifiés des Humains.

"-Qu..."

Le Cavalier s'envola comme plusieurs autres sous le souffre de l'onde de choc, les cheveux s'écroulant et hennissant de panique, cherchant à fuir le plus loin possible en étant pris d'une peur sans nom. Le Capitaine lui observait, comme pétrifié, une ombre sombre d'une taille jamais vue, titanesque, jaillit du nuage de flamme et de fumée en rugissant dans les cieux de toute sa gloire et puissance alors qu'une pluie de débris enflammés tombaient aux alentours de l'ancienne montagne, devenu volcan.

"-Dra...Dra....DRAGON !"

Les Humains hurlèrent de terreur en partant à toute vitesse, courrant pour ceux sans monture et au triple galop pour ceux avec leurs chevaux, claquant les brides en hurlant de peur tandis que le Monstre s'envolait parmi les nuages en crachant des flots de flammes sur les bois des environs avant de poser ses yeux sur les cavaliers qui étaient un plat qu'il adorait et n'avait goutté depuis des siècles. Dans un hurlement monstrueux, le Dragon plongea vers eux en inspirant, l'air autour de lui chauffant avant qu'il ne relâche un souffle ardent derrière les cavaliers jusqu'à les noyer dans les flammes, en saisissant plusieurs dans sa patte de géant qu'il dévorerait rapidement. Puis ses yeux aux lueurs maléfiques se posèrent sur les ombres de la vallée où les feux d'artifices l'avaient réveillés de son sommeil. Il mourrait de faim.


***







J'observais comme de nombreux autres personnes, voir tous, du rassemblement l'horizon au sud de la vallée dont les cieux semblaient avoir été embrasé par un feu d'une puissance cataclysmique. Les nuées d'oiseaux m'avaient fait sortir de ma tente pour assister à ce spectacle sans commune mesure tandis que mes instincts s'éveillaient comme si un danger s'approchait. Grondant, j'envoyais plusieurs de mes orcs rejoindre nos navires sur le champs alors que nous ne pouvions qu'observer ce paysage apocalyptique sans se douter que planait vers nous, la mort aux ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 27
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 28 Avr 2016 - 19:58


- Oui, c’est… magnifique… Pas autant que vous…. Mais ça l’est….

 
À son compliment, je le dévisageais d’un air surpris.  Était-ce possible que ce cher suli me trouve de son goût?  Devant mon silence, il se mit à bafouiller : «Enfin… Ce que je veux dire… C’est que… euh…. En fait, quand je vous ai vue pour la première fois j’ai cru que vous n’étiez qu’une simple humaine chétive qu’il fallait protéger et…».  Sa maladresse était tout à fait charmante. D’un sourire amusé, je bus une gorgée de vin, tout en soutenant son regard brun. Comment allait-il se rattraper? «Enfin, en réalité j’ai été… impressionné. Vous avez réagi de façon… inhabituelle pour une humaine ! Vous avez fait preuve d’une témérité et d’une souplesse digne d’une Suli! Vous n’avez pas uniquement des cheveux de couleur fauve mais vous êtes une véritable Tigresse !». À cette comparaison, je ris  légèrement puis secouant ma tignasse écarlate, je m’accotais sur un tronc d’arbre dans une position tout à fait décontractée, même sensuelle. Après avoir croisé mes jambes, je répliquais d’un sourire langoureux: «Il ne faut pas se fier aux apparences, mais merci du compliment.». Penchant la tête sur côté, mon regard se fit pensif et je répliquais: « Une tigresse, hein? Intéressante comparaison, car le tigre est mon animal préféré. J’adore m’inspirer de ce prédateur lors de mes combats. Il est si farouche et si indomptable.». Sur ce, je terminais mon verre, tandis que l’ours se présenta comme Croc-Brun, mais son véritable nom était Shavok Tanuk, et son compagnon, Zenji Spyridon. D’un sourire courtois, je répondis : «Enchantée de vous connaître. Moi, c’est Sirèna.».  À part quelques hauts placés, comme  Khalaâm ou Garkach, et certains amis chers, tel que Flynn, personne ne savait ma véritable identité. Ces sulis semblaient braves et généreux, mais je ne leur faisais pas assez confiance pour leur révélé des informations personnelles. C’est alors que Zenji se leva en disant :

- Bien… mademoiselle, ou capitaine comme vous préférez, je vais vous laisser, je vous remercie pour le verre et pour cette agréable soirée ; j’ai un petit quelque chose à faire. Shavok, je te retrouverais peut être un peu plus tard !
-Capitaine, ou Sirèna, c’est à votre discrétion, Zenji. Répondis-je d’un sourire. Je vous souhaite aussi une agréable soirée, profitez- bien de la fête. Au moment où il se retourna, je l’alpaguais : « Zenji! N’oubliez pas que si vous avez besoin d’un navire, le mien sera disponible. Tout comme vous Shavok.». Aussi silencieux qu’il était venu, Zenji nous laissa seul. Après un silence, je demandais à l'ursadea : «Avez-vous déjà voyagé sur la mer? C’est une sensation indescriptible et merveilleuse, empreinte d’une puissante liberté. Je vous souhaite de vivre cela.».Je lui fis un clin d’œil, tout en déposant mon verre. En ce moment, j’affichais une expression courtoise, mais à l’intérieur, j’étais toute autre. Mon âme était nostalgique et triste. Flynn me manquait. Cette conversation me rappelait le beau éladrin que j’avais laissé au Boyou des truands, accompagné de quelques hommes. Il ne s’était pas passé une seule journée sans que je ne pense à lui. La distance et le temps me faisait prendre conscience à quel point il m’était cher. À vrai dire, je me languissais de lui, son absence pesait lourd sur mon cœur, preuve que je l’aimais réellement. Rivant des yeux un peu absents vers Shavok, ma tête fut submergée par de sombres interrogations. Flynn pensait-il à moi? Allait-il revenir à mon bord ou était-il parti rejoindre Nora? Soudain, je l’imaginais dans les bras de l’Aasimar et mon cœur saigna. Bon sang, il allait me rendre folle!  C’est alors que la voix de Shavok me fit revenir à la réalité, je m’y accrochais pour ne pas sombrer dans de noires pensées. « Oh, pardon, j’étais préoccupée.». Avouais-je brièvement. Le Suli n’avait pas à supporter mes états d’âme, et ce n’était pas l’heure de s’apitoyer, mais bien de se réjouir. Refoulant mon sentiment amoureux, je me levais et tendant la main vers Shavok, je m’exclamais en souriant : «Allons manger! Ces tarés inquisiteurs m’ont donné une faim de loup.». M’approchant du banquet, je demandais narquoisement à mon compagnon poilu qui était à mes côtés : « Combien de volailles êtes-vous capable d’avaler, cher Shavok?». Voulant en savoir plus sur lui, je questionnais : « Votre peuple en mange-t-il? En fait, d’où venez-vous?». Grignotant une cuisse de poulet, je l’écoutais avec attention. Enfin le mieux que je pouvais, car le bruit était assourdissant. Levant un œil irrité vers le ciel, je me dis que finalement ce spectacle n’était peut-être pas une bonne idée. La Vallée d’Ildir était vaste, et ce bruit pouvait attirer bien des dangers. Bon sang, quelles explosions! Ça ne me rassurait guère. N’écoutant plus mon interlocuteur, je détournais mon regard vers la table des hôtes, où se trouvait désormais le commandant. J’allais devoir lui parler, c’était impératif. 

«Ils ont une bonne technique !» S’était écriée une voix rauque et familière proche de moi. Sursautant, je me tournais vivement vers le rapatrieur qui conversait avec une mignonne suli. Je fus si surprise de le voir là que j’en échappais presque mon assiette. Que le monde était petit! Garkach, puis lui…Me remettant de mon étonnement, je délaissais un peu Shavok pour m’approcher du nain et me penchant, je chuchotais à son oreille: «J’ignorais que tu aimais ce genre de festivité, cher nain.». À son expression grincheuse, je souris et d’un ton narquois, je complimentais : « ces explosions sont moindre comparées aux tiennes, l’ami. Rien ne vaut des Hydres qui explosent, n’est-ce pas?». Je ris de bon cœur, puis je dis chaleureusement : « heureuse de te revoir, Khaad.». Je sentis une présence derrière moi, c’était Shavok.  Je me tournais vers lui en présentant : « Shavok, voici Khaad, un vieux ami. On a vécu quelques mésaventures en mer.». Souriante, je baissais mon regard vers le nain,  puis je rivais mon attention vers la Felidae.  Pendant un instant, je la dévisageais, et je lui souris, tout en gardant une certaine réserve. Pourquoi sa présence m’intimidait? Secouant nerveusement ma crinière rousse, je jetais un coup d’œil à Khaad en disant : « Bien, je ne te dérangerais pas plus longtemps. Profitez-bien de ses festivités, ton amie et toi.». Aussitôt, je me tournais vers Shavok et je dis : « Je suis désolée, camarade, mais je dois y aller. J’espère que nous allons nous revoir! Un Suli sera toujours le bienvenu dans mon équipage. À bientôt et merci pour la conversation. ». Disant cela, je tournais les talons et je laissais Shavok en bonne compagnie. Peut-être allait-il réussir à faire rire le nain? Sur cette pensée, je ris sous cape, tout en me faufilant dans la foule en direction des hôtes de marque. Passant en face de la table, je croisais le regard turquoise de mon oncle, si semblable au mien. Je lui souris avec arrogance tandis qu’il me décocha un regard noir. Ah, la famille…Que ferais-je sans eux? À cette pensée, j’eus un rictus ironique tout en me dirigeant vers des gardes. D’un ton officiel, je me présentais : « Je suis la Capitaine Valdriana. Je désire rencontrer le Commandant Khaalâm Domix Le Septième.». Les gardes s’échangèrent un regard surpris et l’un d’eux demanda rudement : « Il est avec ses convives. Pourquoi voulez-vous le déranger?».  Impérieuse, je répliquais sèchement : « Cela ne vous regarde pas, soldat! Faites-lui savoir que je suis là.».  Devant mon air impérieux, il baissa les yeux en marmonnant : «À vos ordres, capitaine…» et il alla aussitôt accomplir ma requête. En silence, l’autre garde me  fixa béatement, ce n’était pas habituelle qu’une femme soit pourvue d’autant autorité. Surtout une aussi belle dame. Indifférente à sa contemplation, je me tournais vers la foule en l’observant nerveusement. Tout était trop paisible…Sur la mer, ça annonçait une tempête. Un bruit de pas fit me retourner. J’avais mis ma main sur mon pommeau, mais voyant de qui il s’agissait, je me détendis et je saluais bien bas.

"Capitaine ! Ou plutôt votre grâce ! C'est à moi de vous saluer bien bas ! Je suis heureux de se revirement, je sais les inimitiés passagères entre votre oncle et vous, si vous me faites l'insigne honneur de vous asseoir à mes côtés, je tâcherais de vous garder loin du Duc !

Votre grâce? Ce titre me démangeait les oreilles, mais avec tact, je ne lui soufflais mot.  Aye, du côté maternelle, j’avais des origines nobles, mais ayant grandi en Norpalie, j’étais considérée comme une étrangère à la cours de Varak. Une métisse bâtarde et rustre, enfin, selon mon cher oncle. Toutefois, ma prestance était digne de la noblesse.En cela, je tenais de ma défunte mère.  Khalaâm me proposait son bras en confiant :

«C'est peu protocolaire mais je dois vous avouer que ces réunions en société ça me gêne, surtout que je suis contraint par ma nature à un régime plus strict. Et mes autres voisins de tables sont d'un ennui vous n'avez pas idée ! » Acceptant son bras, je lui souris avec reconnaissance, et  je répondis moqueuse : « Je vous avouerais que moi aussi, je ne me sens pas à l’aise en société. Je préfère la mer, elle est plus trépidante.». Me laissant guider, le commandant me fit asseoir à sa droite, hors de la vue de mon oncle; ce geste était fort charitable. Mon arrivée attira des regards de curieux, en particulier un vieil homme qui semblait se délecter d’histoires anciennes. J’aimais apprendre, mais là, j’avais des choses plus importantes à faire que de l’écouter monologuer. J’acquiesçais poliment de la tête, puis mes yeux limpides se tournèrent vers Khalaâm. Au moment où je m’apprêtais à lui confier mes craintes, il  murmura à mon oreille : «Je vais me retirer dans ma tente, j'ai des rapports de sécurité à lire ! Si cela vous intéresses, je compte aller interroger les prisonniers dès l'aurore, si vous voulez leurs parler, présentez-vous quand vous le souhaiterez devant ma tente. Mais ne trainez pas, je pars à cette heure matinale pour éviter la foule venue pour la foire et les jeux de la kermesse. J'en ai fini de ces formalités jusqu'à la clôture des commémorations à la fin de la semaine !». Je ne m’attendais pas à cette proposition ni à son départ. Soutenant son regard, je réussis seulement à articuler : «j’y serais commandant.». Courtoisement, il baisa ma main et prit congé.  Merde! Pourquoi n’avais-je pas insisté pour  l’accompagner? Il avait parlé de rapports de sécurité, c’était justement de ça que je voulais l’entretenir. Soupirant, je balayais un sombre regard sur la foule, puis sur le lieu mythique qui nous entourait. Sans comprendre pourquoi, mon sang de guerrière incendiait mes veines, je pressentais un terrible danger. Étions-nous préparer au pire? Surtout avec cette assemblée? «Vous savez, une reine avait la même chevelure que vous! Rousse comme le feu, belle comme la lune!» S’exclama le vieux historien d’un regard lumineux. Savez-vous comment elle est morte?». D’une oreille, je demandais machinalement : « Non, comment?». D’un air mystérieux, il raconta : « Selon la légende, cela faisait des mois qu’un dragon attaquait son royaume et il réclamait son due. Alors, avec courage, la reine alla au sommet de la montagne et négocia avec la bête. Le dragon accepta de partir, en échange de sa vie. C’est ainsi que cette reine se sacrifia pour son peuple. Touchant, non?». Mon silence fut ma réponse. Un dragon? Diantre, j’espérais ne jamais en rencontrer. Les hydres furent bien suffisantes.  Lasse de ces nobles, et surtout de ce moulin à parole, je me levais sans cérémonie et j’allais me réfugier à mon campement.
                                      ***

J’aurais pu dormir sur mon navire, mais le large était loin, et je sentais que cette nuit, ma place était ici, parmi ces gens.  Je n’avais pas encore trouvé le sommeil que les premières lueurs de l’aube apparurent. Sans hésité, je me levais et voyant l’un des hommes du Suli apporter son cheval, je réussi à en dénicher un à mon tour, un bel étalon noir. Montant en selle, je me postais devant  la tente de Khalaâm pour l’attendre. Ce ne fut pas long que je le vis sortir, frais et dispo, prêt à affronter ses nombreuses responsabilités. À sa question, je répondis : « Seulement un très sombre pressentiment, commandant. Êtes-vous sûr que…».  Je ne pus terminer ma phrase qu’un bruit assourdissant se fit entendre au sud. Aux aguets, je dégainais mon épée et je fis tourner mon cheval vers le feu rugissant. Livide, j’observais avec terreur l’horizon. Le ciel était maintenant flamboyant, des oiseaux paniqués en cachaient sa bleuté. Diantre, qu’est-ce que c’était? Habitué aux dangers, je réussis à me ressaisir. Plongeant mon regard dans celui du suli, j’ordonnais férocement : « Que vos gardes  mettent à l’abri les citoyens. Mes hommes et moi vont tâchés de réunir tous hommes et femmes sachant manier une arme. Soyez prêt à combattre!». Disant cela, j’enfonçais mes talons dans le flanc de ma monture et je galopais au grand galop vers mon équipage. Mes hommes s’étaient réveillés en sursaut, arme à la main. Toujours sur mon destrier, je commandais : «Messieurs, l’heure n’est plus à la fête, mais au combat.  Je veux que tous les guerriers sachant se battre soient rassemblés au centre de la place. Allez répandre la nouvelle! Exécution!».


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mar 10 Mai 2016 - 16:22

Zenji avait semble-t-il compris quelque chose qui dépassait ce pauvre Shavok. L'Ursidae lui en était reconnaissant de partir. Pourtant, il n'aurait jamais imaginé une seule seconde qu'il serait ravit de voir son ami partir. Mais, dans ce cas précis, il lui semblait que c'était une brillante idée. Zenji avait toujours eut cette manie de savoir quand disparaître, c'était sans aucun doute ses talents de chasseur qui remontaient à la surface.

Il y avait un clivage qui semblait demeurait entre Shavok et la capitaine Valdriana. Il ne semblait pas que cela soit un problème de race ou d'éducation. Shavok s'en rendit compte quand la jeune femme lui demanda s'il avait connu l'océan et qu'il était alors en train de répondre qu'en réalité il ne l'avait jamais croisé de sa vie, il put constater le regard effacé de la jeune femme. Celle-ci, le remarqua car elle s'excusa précipitamment avant de lui demander s'il n'avait pas faim.

Shavok avait souvent faim en de très nombreuses circonstances mais là, il avait comme qui dirait l’estomac noué. C’était un petit peu plus compliqué que cela. Toutefois, il fit l’effort de se diriger vers le banquet. Il était grand temps de profiter de quelques volailles. Il sentit cette bonne odeur de miel qui était mélangé dans une sauce aigre-douce. Il avait même rajouté des marrons pour farcir les volailles. Il y avait de tout du canard, du poulet, du faisan et même des cailles. De l’autre côté de la table, l’esprit maritime était à l’honneur avec du homard et quelques bars, lottes, saumon.

Alors qu’il était en train de se saisir généreusement de quelques entre-cuisses fortes juteuses, il répondit aux questions de la capitaine Valdriana.

-Oh, eh bien, j’en mange un nombre suffisamment élevée pour dépasser l’appétit d’un humain si c’est ce que vous voulez réellement savoir. Je viens du nord dans la forêt qui jouxte Belin, c’est un endroit inhospitalier que je ne recommande pas. Les habitants du coin ne s’aventurent jamais dedans et c’est bien normale, il faut être suli Ursidae pour comprendre ce lieu.

Puis, il se mit à dévorer des pilons de poulets et de canard tout en lui racontant qu’être sur la mer doit être exaltant bien qu’il ne sache pas vraiment ce que c’était, il savait néanmoins que la capitaine Valdriana avait été sans doute forgé grâce à l’environnement marin qui l’entourait. C’était sans aucun doute le même type de milieu que la forêt qu’il avait décrite juste avant. Pour des raisons obscures, il ressentait chez elle une pointe de nostalgie à chaque que le mot « mer » était prononcé. Cet aventurière à la si délicate frimousse voué déjà un amour très profond pour quelque chose qui lui tenait à cœur.

Elle se dirigea alors vers d’autres convives. Un nain à la mine patibulaire mais d’après ce que savait Shavok les nains étaient de nature peu fiable et profitait de leur petit taille pour espionner les gens alors qu’ils urinaient contres les arbres. C’était leur nature alors Shavok les excusait d’être méprisable, tout le monde ne pouvait pas être aimable et attentionnée. La deuxième convive était une félidae, mais, quelque chose clochait chez elle. Elle semblait recroqueviller. Les personnes qui l’accompagnaient étaient étranges eux-aussi. Donc, tous les félidae ne ressemblait à Zenji, c’était peut-être parce que c’était une femelle et qu’elle avait des lubies bizarres. On avait pourtant l’impression que c’était la dernière de sa portée. Elle était frêle, une telle faiblesse aurait valu d’être tué à la naissance dans le clan de Shavok. C’était étrange comme la vie était différente dans les endroits différents de ce monde.

C’est à ce moment là que la Capitaine s’éclipsa laissant seul Shavok face à ces êtres étranges. Il ne se sentait pas rassuré face à ces deux personnalités foncièrement différentes l’un de l’autre mais bizarre pour autant. Il leur tendit un pilon de poulet encore neuf et leur proposa si l’un d’entre eux en voulait. Pourquoi, il devait se coltiner les cas sociaux déjà ? Diantre, la malchance c’était abattu sur lui mais peut-être il y avait encore de l’espoir pour eux.

- C’est toujours un plaisir de voir de nouvelles têtes, c’est une fête remarquable, vous ne trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 11 Mai 2016 - 16:45

-Paria est un endroit que j'ai apprécié pour la discrétion de ses habitants. On ne vient pas vous importuner parce que vous n'êtes pas comme "tout le monde". Tant que vous ne demandez rien à personne on vous laisse tranquille. C'est.... reposant.

Fleya avait amorcé un geste pour attraper le nain par son haut et le soulever de terre pour lui offrir une meilleur vision d'ensemble sur la rixe qui avait lieu. Mais si ce geste se voulait purement altruiste et dédié à l'entraide, elle se ravisa et se stoppa dans son élan. Elle n'était pas sûre que ce sieur nain apprécie cette audace, surtout qu'il ne lui avait rien demandé. Elle se contenta donc de lui demander.

-Il semblerait qu'une bande d'hommes mal avisés aient essayer de s'en prendre à une femme, toute seule en plus. Certains n'ont vraiment aucune fierté. Néanmoins cette femme à la crinière de feu est entrain de leur coller une correction de tout les diables ! Ce n'est pas pour me déplaire, cela leur apprendra à ces malotrus.... Ha des Sulis viennent de se joindre à la partie, ça va finir en expédition punitive.... Ou pas.... Voilà que la milice vient de rappliquer et qu'elle évacue les fauteurs de trouble vers les geôles les plus proches à mon avis.... Cette femme rousse s'en est sortie indemne j'ai l'impression....

Fleya observa les protagonistes de la rixes se disperser, avant d'en revenir à son interlocuteur qui commentait le feu d'artifice, et notamment la qualité de la technique employée.

-Ho vous vous y connaissez en explosif ?

Elle aussi avait dû élevé le ton pour se faire entendre, mais il n'était pas sûr que le nain ai le temps de lui répondre. Car voilà qu'on venait à leur rencontre, et devinez qui.... La femme rousse de tout à l'heure. le monde était petit. Néanmoins cet arrivage mettait un peu mal à l'aise la tigresse qui n'était pas habituée à être confrontée à autant d'inconnus à la fois. Elle aurait bien voulu se tasser pour se faire toute petite, mais réduire un mètre quatre-vingt de muscles et de poils, c'était périlleux comme entreprise. Elle se contenta de restait légèrement en retrait, soucieuse de ne pas déranger le nain et la rouquine dans leur échange. Ses yeux bleus se posèrent sur l'Ursidae qui ne semblait pas plus à l'aise qu'elle, surtout lorsqu'il se retrouva seule en leur compagnie. Parfois certaine situation était pesante. Néanmoins, il fit l'effort de faire le premier pas, de manière amicale, en tendant un morceau de poulet à l'intention du nain et de la féline. Fleya prit une profonde inspiration. C'était un morceau de poulet et c'était un Ursidae, ni l'un ni l'autre n'allaient la manger !

Elle attendit de voir si le nain voulait prendre le morceau gentiment offert par l'ours qui n'était pas en peluche, avant de le prendre, en remerciant un dénommé Shavok. Il entama aussi un début de conversation ce qui facilitait largement les choses pour la tigresse qui n'était pas forcément la plus douée pour commencer les discussions. Elle fit un effort et sortit un peu plus le museau de sa capuche, laissant voir son visage. Elle affichait même un sourire léger encore un peu timide. Et finalement elle répondit.


-Ce genre de grand rassemblement est assez exceptionnel pour ce que j'en connais. C'est rare de voir autant de peuple se brasser. Et ça semble se passer plutôt bien, outre la distribution mémorable de coups de poing que vous avez fait tout à l'heure, avec cette dame rousse et ce Felidae. Un beau combat. J'espère qu'il n'y aura rien de plus grave à déplorer comme incident.

Au loin Elorias était satisfait. Enfin la Felidae commençait à se mélanger aux autres et à parler, il allait finir par ne plus y croire à force d'attendre. Il décida de la laisser faire de nouvelles rencontres, se chargeant de s'occuper de Lylim et de Loth. Enfin, ils n'avaient pas vraiment besoin de lui pour profiter du buffet tout en commentant les facéties des ildiriens en messes basses. Une soirée qui s'était plutôt bien passée dans l'ensemble, chacun n'étant pas mécontent d'être venu se changer un peu les idées. Les derniers mois n'avaient pas été simple pour le petit groupe, et une pause dans leur périple mouvementé était un luxe hautement appréciable. Mais le destin leur laisserait-il cette faveur ? C'était visiblement bine trop lui demander.... Au loin la menace grondait et se rapprochait à toute allure. Alors qu'ils s'étaient installés dans leur campement pour la nuit, sous la tente des compagnons, Shotra surgit brusquement des ombres, en même temps que Fleya se levait d'un bond elle aussi. Loth semblait lui aussi grave et soucieux tandis qu'Elorias et Lylim se demandait à quoi rimait ce qui-vive.

Fleya sortit de la tente, alertée par l'envol paniqué des oiseaux. Pour avoir vécu longtemps à un état quasiment sauvage, elle savait que cela n'était pas du tout naturel, et que ce genre de présage était de mauvais augure. Cela annonçait un danger imminent.... Mais quel danger pouvait ainsi forcer des oiseaux à s'enfuir ? Et quelle était cette couleur bizarre du ciel ? Pour Loth et Shotra, il n'y avait aucun doute. Shotra se colla immédiatement à Fleya tandis que Loth s'activait à son tour. Le bélinois sentait que quelque chose se tramait, et agacé de ne pas être dans la confidence, il interrogea.


Vous pouvez nous dire ce qu'il se passe ?!

-Les oiseaux.... le ciel.... Un grand danger menace mais je ne sais pas quoi.

Quand l'air.... Empeste le souffre.... Et la mort.... Se meurt l'espoir.... S'annonce le noir.... Promesse d'un triste.... Et funeste sort....

....Oubliez châteaux et galions, car rien ne vous sauvera du dragon.....

UN DRAGON ?!

S'il y avait bien une chose que les fiélons redoutaient outre les seigneurs démons, c'étaient les dragons. Puissants, fourbes, impétueux et indomptables, ils étaient synonymes de destructions et de chaos pour toutes les races confondues. Il n'en restait pourtant plus beaucoup, mais le peu qui restait était suffisant pour semer mort et désolation.

Fuyez pauvres fous !

Trop tard.....

QUOI ?!

Il est déjà beaucoup trop proche, nous n'aurons pas le temps de trouver un abri conséquent avec la cohue qu'il va y avoir.

Vous n'êtes quand même pas entrain de dire que.....

Il faut combattre....

Un dragon, vous voulez combattre un dragon, non mais vous avez perdu l'esprit tous les trois ?!

Je ne veux pas faire ma rabat-joie mais il a raison, nous n'avons aucune chance même tous les cinq !

-Nous ne serons pas seuls.... Bien des peuples et des guerriers sont réunis aujourd'hui.

Griffe-Lune, je ne suis pas sûr que montrer nos compagnons au grand jour soit une bonne idée, les gens ne comprendront pas, pire ils pourraient nous associer de manière arbitraire à ce dragon !

-Nous n'avons pas le choix Elorias ! Espérons que le fait de nous battre à leur côté soit suffisant pour leur prouver que nos intentions sont louables. Et pendant la bataille, je doute que les guerriers présent s'attardent sur nous, ils auront un plus gros poisson à ferrer. L'obscurité sera de notre côté également.... En piste, et soyez prudents ! Ne prenez pas de risques inconsidérés. Loth ! Fais de ton mieux et reste attentifs, je te laisse te gérer comme bon te semble pour ce combat, mais tiens toi prêt à obéir à mes directives si jamais besoin de toi ! Shotra, en formation avec moi ! Lylim et Elorias, veillez bien l'un sur l'autre, et si vous sentez que vos capacités n'ont pas d'effet, agissez en soutien et aidez les autres combattants comme vous le pouvez, ou évacuez les blessés.

Ça marche, on y va ! Allons grand fou remue toi !

Euh.... D'accord !

Le groupe s'était organisé au plus vite. Ils se précipitaient à contre sens de la foule qui se faisait évacuer dans une certaine panique. Il rejoignaient le flot de ceux qui avaient décider de lutter pour survivre. Un dragon... Avaient-ils seulement une chance ? Loth était excité par ce combat inédit qu'il n'aurait jamais espéré. Dangereux et épique en même temps. Elorias et Fleya avaient la peur au ventre, mais ils ne pouvaient pas se permettre de reculer. Ils avaient pour eux la détermination, et la féline savait que bientôt la rage viendrait l'épauler à son tour. Shotra et Lylim étaient inquiets pour leur ildirien. Un dragon, ce n'était pas une bestiole commune, c'était un concentré de destruction majeure. Néanmoins pour Shotra, c'était aussi un rêve un peu fou.... S'ils parvenaient à défaire se dragon..... S'il mourrait..... Il pourrait dévorer son âme.... Assimiler sa puissance. Et enfin.... Enfin redevenir le Seigneur Démon qu'il avait été il y a de cela bien des siècles.... Et surtout... Il pourrait enfin aller combattre cette garce d'Apocryth à armes égales, et sauver sa protéger des griffes de cette seigneur démone ! Il ne pouvait pas échouer.... Il n'en avait pas le droit ! C'était sa chance et elle ne se représenterait pas de si tôt !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Ven 13 Mai 2016 - 12:03

Au moment où je commence à parler, l’orc cyclopéen se relève, menaçant, et s’en retourne d’où il vient en me jetant un regard sévère. Je le laisse s’en aller sans plus de cérémonie, c’est son choix, mais son regard était très explicite. C’est que je n’ai pas vraiment envie de me prendre une bonne baffe d’orc en pleine face, surtout venant de ce géant. Tant pis, mes questions resteront sans réponse, à moins que je ne trouve un autre habitant de la Jungle Noire dans le coin.

Me laissant tomber à l’endroit où l’orc était assis juste avant, je profite du spectacle. Les fresques enflammées explosaient haut dans le ciel avec un éclat magnifique, détonnant comme l’annonce de la fin du monde. On devait l’entendre à des kilomètres à la ronde.
Je reste quelques minutes à observer les festivités depuis ce lieu stratégique. Puis je cède à l’appel de mon estomac qui réclamait depuis un moment que j’aille enfin dévorer les montagnes de nourriture alléchante que je voyais depuis ma position. Je me redresse donc pour descendre jusqu’aux tables. Sur le chemin, je vois de loin notre nouvelle amie Siréna, accompagnée de Khaalâm. Les pauvres ne peuvent pas profiter pleinement de la fête, ils doivent être occupés à quelque besogne administrative ; quoique je vois Khaalâm prendre le bras de la belle corsaire pour la conduire à la table « des hôtes de marque ». Au moins ils vont se régaler.
Je me demande d’ailleurs comment se fait-il que Siréna puisse accéder à cette table. J’imagine que le statut de capitaine ouvre certaines portes. D’autre part, s’il n’est question que de rang social, de mon point de vue, que ce soit pour Khaalâm ou la corsaire, ils sont largement aptes à siéger à une telle table ; il émane d’eux une aura forte et rassurante à la fois d’autorité et de noblesse plus naturelle que protocolaire. Mais mon regard est attiré par une autre source d’intérêt pour moi, un bel étal de monceaux de viande plus appétissants les uns que les autres. Je me goinfre convenablement, avant de chercher à retrouver Shavok dans la foule.

Je l’aperçois alors qui vient de quitter un groupe bigarré, qui semble avoir décidé de dormir sur place. Mon ami déambule l’air un peu désappointé, une cuisse de poulet dans la main. Je le rejoins avec une tape amicale sur l’épaule, disant :

- Alors on se régale ? Il faut dire que la cuisine est vraiment délicieuse.

J’évite le sujet de son entrevue avec Siréna, s’il veut m’en parler libre à lui. Nous passons le reste de la nuit agréablement et surtout la panse bien remplie. Pour une première journée de festivités, je donne une assez bonne note. Je regrette juste un peu qu’on n’ait pas pu aller plus loin avec nos « chers camarades » du Gantelet. La nuit est très avancée, il est très tard, ou plutôt tôt. Les premières lueurs du jour allaient bientôt pointer.

Quand soudain un bruit fracassant retentit, semblable aux explosions des feux d’artifices mais en plus caverneux… presque comme un rugissement. Il devait probablement avoir réveillé une bonne partie de l’assemblée, du moins ceux qui n’étaient pas trop endormis par l’alcool. Quant à ceux qui ne dormaient pas encore, ils fixaient de même que moi d’un air effaré le sud de la vallée, d’où l’on voyait le ciel matinal charrier des centaines d’oiseaux fuyant une menace terrible autant qu’inconnue. Mais le plus étonnant et terrifiant était la marée de feu qui semblait s’être déversée dans le ciel, le rendant d’un rouge sanglant, plus fort encore que le crépuscule.

Mon instinct m’intimait la fuite, tous mes poils hérissés me disaient : Quoique que ce soit qui ait provoqué cela, ce n’est pas gentil et ça se dirige vers nous. Je me ressaisi tant bien que mal et me mis à la recherche de Khaalâm, lui aurait surement des réponses.
J’entendis à côté de moi alors que je me dirigeais vers la zone officielle un vieil homme habillé chaudement et vêtu d’une cape s’exclamer :

UN DRAGON ?! Fuyez pauvres fous !

Sans m’interroger plus que ça sur la provenance de cette information, je pressais d’autant plus le pas. Comment pouvait-il déduire cela d’un ciel embrasé… bon d’accord moi aussi j’y pensais, intéressé et au fait des légendes sur ces créatures mythiques, mais justement ce sont des mythes, ils ne peuvent pas s’inviter comme ça… Mais mon instinct me soufflait qu’il avait raison, que c’était bien cela qui venait vers nous.

Décidément c’est la saison ouverte pour les créatures maléfiques ! Entre le Persistant de la dernière fois et la monstruosité qui a provoqué cela, on se croirait revenus il y a quatre siècles. Bon, je ne suis pas assez idiot pour ne pas me rendre compte de la différence de puissance entre l’être spectral que nous avons affronté et cette bête qui semble toute-puissante. Comment allons-nous bien pouvoir la combattre... Au vu des ravages qu’elle commet rien que dans le ciel, je n’ose imaginer Hydrasil en proie à ces flammes ravageuses. Fuir vers la ville ne me semble pas une bonne idée de toute façon, c’est une cible facilement repérable pour le monstre qui nous attaque, de toute façon nous n’aurons jamais le temps de l’atteindre. Il nous faut défendre la cité ! Mais que pouvons-nous faire contre un dragon ?

Il faudrait pouvoir le combattre en terrain neutre en quelque sorte… du genre ici en fait. Mais dans cette vallée, nous sommes un peu trop à découvert. D’un côté nous sommes encore dans la pénombre, ce qui joue en notre avantage, alors que le monstre ne sera que trop visible dans l’aube naissante et rougeoyante. Mais d’un autre côté je me dis que la bestiole va réduire ce désavantage très rapidement, par exemple en arrosant de flammes les lieux, avec nous à l’intérieur. Brrrr.
Une minute, si c’est un dragon, nos armes auront-elles un quelconque effet ? Je ne peux qu’aisément imaginer mes traits bloqués par de solides écailles. La solution pourrait être de se faire aider par les mages, notamment ceux qui ont aidé à la fabrication et au lancement de ces illuminations, qui doivent encore être présent dans les lieux. On pourrait transformer les feux d’artifices en explosifs, cela nous permettrait de frapper la bête tout en l’aveuglant, et en restant hors de sa vue. Ou encore faire voler par magie les explosifs jusqu’à elle. Dans un premier temps, ce sont les seules solutions que j’imagine contre notre ennemi.

Toujours est-il que nous ne pourrons rien faire à notre niveau. Il faudrait qu’il soit à terre, ou qu’on puisse arriver jusqu’à lui, et encore la puissance physique dont nous disposons serait surement insuffisante. Me tournant vers Shavok, je lui dis qu’il faut qu’on parle à Khaalâm. J’y pense : si ma dague sera surement inutile contre le dragon, mon ami Ursidae devrait avoir sur lui la broche argentée permettant d’invoquer le Célestiel, et lui pourrait faire quelque chose, même si je ne pense pas qu’il tienne longtemps face au dragon. Il pourrait au moins l’occuper quelques instants, ou transporter les explosifs.

Il faut à tout prix retrouver Khaalâm dans cette cohue pour lui proposer ces idées, même s’il les a surement déjà envisagées. Il doit probablement participer à l’évacuation de la foule. Nous ne pourrons probablement pas vaincre ce monstre, mais peut être pouvons nous le blesser ou le forcer à abandonner ses probables projets de destruction absolue. Il nous reste peu de temps pour nous organiser, la bête sera bientôt là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Lun 4 Juil 2016 - 6:50

Je vais pour me diriger vers le chemin principal quand au loin un explosion différente des feux d'artifices se fait entendre et dans la forêt là-bas, on distingue les lueurs d'un incendie, la meute me prévient, un monstre des temps anciens s'est réveillé et il est très fâché ! Je vais pour dire deux ou trois ordres et autres directives à Valdianna, mais elle ne m'en laisse pas le temps ; les racines nobles de son lignage, remontant en elle, elle se permet de m'ordonner comment agir et ce que je dois faire avant de piquer des deux et foncer sur son cheval vers la fête maintenant écourtée.

Je souris, ma vanité n'étant pas blessée par cette attitude, mais bien vite je reviens au actes : "Vous voyez Garesh ! Vous qui disiez que mon entrainement spécial était inutile ! Nous allons devoir le mettre à l'action plus vite que prévu ! Sonneurs ! Sonnez l'alerte ! Sémaphore ! Prévenez les mages du feu d'arrêter les feux d'artifices et d'envoyer la fusée d'alerte ! Garesh ! Filez en ville et envoyez les soldats d'élites qui restent ! La garnison normale suffira pour défendre la ville ! Nous avons tout prévu, alors je comptes sur vous pour avoir tout mis en action avant que les premiers civils atteignent le bas de la voie principale de la ville ! Allez ! "

Mon nouveau Capitaine me répond par un "A vos ordres !" impeccable et s'en va avec une centaine de gardes. Resté seul avec mon régiment d'élite je me diriges vers l'estrade du discours et grimpe sur le pupitre, puis agrippant une des poutres surplombant l'édifice,  je grimpe pour avoir une vue panoramique de la zone. En bas mes hommes font le boulot pour lequel je les ai entrainé des jours et des jours : Au premier son de trompe, les gardes chargés de surveillés les boutiques et les campements, ont relevés les plaques de bois dissimulées au sol, formant ainsi un chemin plein et protégeant ce qui se trouvait derrière. Une fois ceci fait, d'autres soldats aidés de serviteurs choisis pour leurs grandes qualités de diplomatie et de blagueur, ont pour tâche de conduire la foule calmement vers les sorties de secours et les ramener à la ville. La majeure partie de ce trajet se faisant sous terre et par l'extérieur on devrait éviter les courses folles.

Les mages de leur côté redisposaient leur dispositif pour un but plus martial, avec des projectiles enrichis de divers enchantements (surtout liés a l'eau et à la glace, mais je savais que ces gens ne manquent pas d'imagination !). Pour chaque camp d'invités, les services de sécurités avaient été informés du dispositif, et ils pourraient en faire de mini-fortins, avec les chemins de rondes improvisés disposés sur l'intérieur des murs nouvellement dressés. Mon rôle pour l'heure était de trouver les Notables de la ville et m'assurer de leur protection. Si un dragon était en route, on aurait peu de temps, et si on devais se battre, autant que seuls ne meurent que les militaires et les guerriers ! Je suis d'un naturel calme, mais là cet invité surprise m'a mis en rogne !




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 27
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Mer 6 Juil 2016 - 13:54



Finalement, j’avais sous-estimé le commandant. Ses mesures de sécurité avaient été organisées avec efficacité et clairvoyance. Malgré l’incendie qui brûlait au loin et la menace approchant, les soldats gardaient leur sang-froid. Obéissant aux ordres, j’en vis plusieurs barricader les boutiques et les campements, d’autres guidaient la foule avec calme, même avec un brin d’humour. Une troupe  partie au grand galop vers Hydrasil, sûrement pour chercher du renfort. Je soupirais, me demandant pour la millième fois : qu’est-ce qui avait pu causer l’incendie? Mon regard limpide se riva vers le ciel, je cernais l’horizon. C’est alors que j’entendis des pleurs et des cris de paniques. Toujours posté sur mon cheval, je baissais les yeux vers les citoyens qui s’enfuyaient, certains par des souterrains, d’autres se dirigeaient à l’extérieur de la Vallée, sous la supervision de gardes. Je croisais le regard d’un homme, il était terrifié. Ne sachant que faire d’autre, je lui souris en rassurant : «n’ayez crainte, monsieur. Tout ira bien». À mon dire, il me fixa comme si j’étais folle. Livide, il répliqua : « tout ira bien? Un dragon va nous attaquer et vous dites que tout ira bien?» Je perdis mon sourire, mon visage devint très inquiet. J’avais effectivement entendu un vieil homme crier qu’un dragon approchait, semant la panique parmi les gens. Heureusement, les soldats s’étaient chargés de les calmer, au risque d’avoir des citoyens piétinés. Le cœur battant, je présentais que le vieil homme avait dit vrai. Déjà, j’apercevais une silhouette sombre et effilée venir vers nous. C’était comme un immense oiseau rugissant. Heureusement, il était encore loin, nous avions temps d’agir.

Diantre… c’était bien un dragon…que faire contre un tel monstre? Peut-être l’historien avait la réponse? Ne m’avait-il pas raconté l’histoire de cette reine dévorée par un dragon? Repensant à ce vieux bougre, je chassais aussitôt l’idée. Il était historien,  pas stratège. Je soupirais une seconde fois, sondant les guerriers réunis, mes élites étaient parmi eux. Comme toujours, mon équipage était prêt à combattre, mais je doutais que la majorité survive à cet assaut. Alors, je pris sur moi de garder que mes meilleurs combattants. Les autres retourneraient au navire. Ordonnant cela, je me tournais vers Roger. Celui-ci était l’un de mes plus anciens amis. Soutenant son regard, je dis : « Tu seras leur capitaine jusqu’à mon retour. Éloigne le navire de la côte, et tente de protéger les navires qui vont fuir. » D’un regard sombre, le marin insista : «Capitaine, je veux rester avec toi.» Me penchant, je refusais catégoriquement : «Non, avec le reste des hommes, tu me seras plus utile sur la Sirène. Si nous mourons ici, au moins vous subsisterez.» Le marin eut regard triste, mais ce n’était pas le moment de regretter ma décision. Déposant ma main sur son épaule, je continuais : « Si au coucher du soleil, tu ne nous aperçois pas sur le rivage, retourne au Boyou et va chercher Flynn. Dis-lui…lui dire quoi? Que je l’aime et que je l’aimerais toujours? Non, Roger n’a pas à communiquer un message aussi intime. Je me ressaisis en continuant: « Dis-lui que je le remercie pour tout ce qu’il a fait pour moi et que je ne l’oublierais jamais.» Je soupirais, tandis que mon regard sonda mes hommes tristes et anxieux. D'un léger sourire, je m'exclamais:  « Messieurs, ce fut un honneur d'être votre capitaine et j'espère le rester. Voici ma dernière volonté:  je veux qu'ensemble vous retrouvez Sharim Faranir et que vous le tuez. Après, je souhaite que vous viviez votre vie en toute liberté. Vous me le promettez?» Ils acquiescèrent et ils répondirent d'une même voix : «Promis, Capitaine.» Enfin, Roger hésita un instant et chuchota : «Tu vas me manquer, Cassiopée. » Je lui souris tristement en répondant : «Tu vas me manquer aussi, mon ami. Prends soin de toi.» Sur ses adieux, Roger tourna les talons, le reste de mon équipage le suivit tristement. Mon cœur se serra en les voyant disparaître parmi la foule. Dans mon far intérieur, j’espérais les revoir et reprendre la mer, mais rien n’était certain. Un dragon approchait et nous n’avions pas beaucoup de temps pour l’accueillir.

Mon regard se riva vers l’assemblée qui diminuait à vue d’œil, puis sur les mages qui accouraient de tous côtés. Des dispositifs commençaient à être mis à place. À quoi allait-il bien pouvoir servir? Analysant nos chances de survies, j’observais plus attentivement le lieu où nous nous trouvions. Nous étions entourés de forêt, rassemblée au milieu d’une plaine. En ce moment, nous n’étions en rien protégés si le monstre décidait de nous calciner. Essayant de rester optimiste, mon iris turquoise sonda les arbres gigantesques. Ceux-ci pourraient temporairement nous cacher. Sans hésiter, j’ordonnais d’une voix calme, mais intransigeante, aux guerriers réunis: «Allez sous les arbres et attendez les ordres du Commandant.» À mon ton, ils n’osèrent pas me désobéir. Après tout, valait mieux rester caché qu’à découvert. Maintenant, restait à planifier une ou plusieurs stratégies pour tuer le dragon. Par la voie des aires, il restait intouchable et il avait un net avantage sur nous. J’ignorais de quoi étaient faites ses écailles, mais j’étais persuadée que nos flèches d’arbalètes ne pouvaient rien contre lui. Le mieux était sûrement de l’amener à terre et d’utiliser des explosifs. Si mon équipage et moi avions réussi à faire exploser les hydres, le dragon pouvait subir le même sort. En revanche, il était sûrement bien plus intelligent que ces monstres marins, et bien plus puissant. Perdue dans mes pensées, je fis bifurquer ma monture vers l’endroit où se trouvait Khaalâm; un garde venait de m’informer qu’il se trouvait auprès de notables. Mon esprit réfléchissait à toute allure, mais cette situation me dépassait, je ne pouvais toute seule élaborer une attaque adéquate contre ce monstre. La seule chose que j’avais en tête c’était de l’aveugler, mais encore là, il allait devoir se poser à terre. Comment faire?

J’entendis des voix. Je rivais mon regard turquoise vers un petit groupe nerveux habillé richement. C’était les notables, accompagnés de Khaalâm. Sa présence imposante semblait les rassurer, mais sûrement pas pour longtemps.  Débarquant de mon cheval, je m’approchais du grand loup noir. Soutenant son regard, j’informais : «Commandant, j’ai ordonné qu’une partie de mon équipage aide à l’évacuation des navires. J’ai aussi fait rassembler plusieurs guerriers et j’ai commandé qu’ils trouvent refuge sous les arbres.» Soudain, un rugissement déchira le ciel. Les nobles poussèrent des  cris apeurés et se resserrèrent. Mon sang fit un tour, je levais promptement mon regard vers le ciel. Le dragon passa en haut de nos têtes. Il ressemblait à une immense ombre noire et brumeuse. Il était à fois la magnifique et effrayant. Son corps était couvert d’écailles noires et luisantes, qui feraient sûrement une indestructible armure. À cette pensée, je souris pour moi-même, puis  je repris mon sérieux. Le dragon n’avait fait que passer, sûrement pour observer l’ennemi et prendre plaisir à nous torturer mentalement. J’étais persuadée qu’à son retour, il nous grillerait sur place sans pitié. D’une moue farouche, je me tournais promptement vers Khalaâm en demandant : «Alors, avez-vous élaboré une stratégie pour le vaincre, commandant?» Hors de lui, un des nobles s’écria arrogant et paniqué : « Le vaincre, petite imbécile? Personne ne peut vaincre un dragon! Nous allons tous mourir! Fuyons!» Sur ce cri, il s’apprêta à courir vers la plaine, mais je le retins et je le giflais à toute volée. S’écroulant par terre, il me fixa béatement en se tenant la joue. En colère, je répliquais rudement : «Et c’est vous qui me traitez d’imbécile, bougre d’idiot?! Pensez-vous vraiment que vous enfuir dans cette direction vous sauvera? Vous allez seulement l’attirer et révélez notre présence!» L'homme cligna confusément les yeux et se mit à larmoyer. Devant cette attitude peu masculine,  je pris une profonde respiration pour me calmer. Ça ne servait à rien de s’emporter. Reprenant sur moi, je dis plus doucement  aux hôtes de marque terrifiés : «Allons,  messeigneurs et gente-dames, restez-calme et tout se passera pour le mieux.» Je tournais mon regard turquoise vers Khaalâm pour demander : «Voulez-vous que je les guide vers la sortie souterraine, question de vous laisser le temps d’élaborer une stratégie de combat avec vos officiers?» À dire vrai, j’aurais voulu faire partie de ce conseil de guerre, mais je ne pouvais m’imposer ainsi. À l’affut, j’attendis la réponse de mon commandant, tandis que les notables me fixèrent avec appréhension. Une femme ne pouvait les protéger, surtout qu’elle venait d’agresser leur confrère. Ils allaient mourir, c’était certain.


hrp:
 


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 7 Juil 2016 - 11:32

Après quelques banalités échangées, Shavok se surprit de voir une tape amicale provenant de Zenji derrière son dos.  Il lui répondait que tout allait bien et que la fête devait suivre son cours. Il en profita pour retourner au banquet quand un gigantesque hurlement se fit entendre. Apparemment selon un des gardes, ce n’était qu’un dragon. C’était sans doute un petit plaisantin qui faisait une blague avec de la poudre spécial qui faisait boum. C’était  rien de bien méchant qui  ne devrait pas interrompre les festivités. Tiens, juste là-bas, ce ne serait pas Khaalâm en train de diriger son escouade. Il en faisait beaucoup pour que l’ordre règne dans cette fête. C’était admirable de sa part de faire preuve d’un tel optimisme à la tâche.  

Shavok regarda le reste de la foule, la rumeur avait dût se propager très rapidement puisque la foule commençait à lentement mais sûrement paniqué. Il était étrange de voir les gens perdre leur contenance pour si peu. Shavok se retourna vers Zenji et il constata qu’une des tentes était enflammée. Encore des brigands? Zenji semblait regarder le ciel mais qu’est-ce qu’il avait ? C’est que les constellations sont plutôt jolies mais ouahhhhhhh mais qu’est-ce que ce truc  géant dans le ciel ?

Un dragon, un vrai dragon, non, la situation était complètement absurde. Les Dragons cela n’existait que dans les légendes. C’était pas possible cette chose volante c’était une grosse mouche, oui, c’est ça, cela ne pouvait être qu’une grosse mouche. C’était irréaliste, impossible, inconcevable et pourtant…. Ce jet de feu qui s’effondrait puissamment sur cette tente, ce n’était pas l’œuvre d’une mouche mais bien de ce qu’on pourrait appeler un dragon si on pouvait  concevoir que l’idée d’un mythe, d’une légende soit présente. Cette histoire était vraiment inconcevable pour Shavok mais des citoyens semblait mourir, les hurlements d’agonie se répercutait dans sa tête et filait droit dans son cœur. Comment autant de gens pouvait mourir en si peu de temps et de cette manière ? Dans peu de temps, on ferait face à un véritable charnier.

Quelques minutes s’écoulèrent avant que Shavok revint  à lui, cette terreur effroyable l’envahissait et il ne savait pas quoi faire. Pour la première fois de sa vie, il se sentait impuissant et incapable de faire quoi que se soit des gens mourraient et des soldats se battaient et pourtant, c’était si futile…. Des bébés mourraient, brulaient, ils étaient là et puis pouf deux secondes plus tard, il n’y avait plus rien seulement des ossements.

Qui était-il pour affronter cette masse ? Il était seulement un mercenaire rien de plus, il se contentait de vivre de contrats. Il ne servait à rien. Il regarda son épée et il se mit à rire nerveusement, cette lame n’arriverait même pas à passer entre ses écailles. La chance ne servirait à rien, il se devait de fuir mais pourtant il ne pouvait pas. Pourquoi? Il n’avait pas suffisamment de courage pour lutter ? Khaalâm s’était jeter dans la bataille mais il avait des prérogatives envers le peuple. Il ne trouvait pas Zenji peut-être que… lui aussi, il était dans ce charnier ? Il était mort…. Non, ce n’était pas possible pas Zenji…

Il aperçut alors la Capitaine Valdriona qui semblait être séparée de ses hommes d’escouade. Tout mais pas ça, il se devait de la sauver. Il ne fallait pas qu’elle meurt inutilement ! Il attrapa sa broche et récita les paroles pour faire apparaître le célestiel Pégase. Il n’avait pas réussit à se lier d’amitié avec lui et il ne savait pas s’il était doué de conscience car la seule fois qu’il avait invoqué il avait juste foncé en ligne droite. Il se laissa monter dessus et celui-ci se mit à parler dans l’esprit de Shavok.

-Je ferais selon la volonté du maître.

Shavok ne prit pas le temps de réfléchirau fait que Pégase pouvait parler. Il avait mieux à faire. Pégase s’envola en rase-motte et se dirigea droit vers la capitaine la dessus Shavok l’attrapa et la mit en selle derrière lui. La capitaine put entendre dans son esprit.

-Le maître a la forte volonté de vous sauver, vous êtes en sécurité.

Pégase s’envola donc ailleurs que dans la direction du dragon mais le problème quand on est un gigantesque dragon crachant du feu et qu’on voit un nuisible volant c’est qu’on à tendance à vouloir le brûler vif. Du coup, Pégase ne pouvait rien faire mis à part des manoeuvres d’évasion. Au moins, les tir de feu coniques ne visait plus les hommes en bas mais les deux comparses et Pégase était dans une situation des plus inconcevables. Pourrait-il résister encore longtemps à un tel châtiment ? Ils entendirent à ce moment-là :

-Maître, je ne vais pas pouvoir tenir encore longtemps…

La situation ne pouvait pas être critique et la plus grande crainte de Shavok de mourir brûler lui revint en mémoire. Il était dans un état catatonique. Que ferait la capitaine pour que Shavok se ressaisisse ? Pégase pourra t-il survivre encore longtemps ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Jeu 7 Juil 2016 - 19:37


Le groupe courait à contre sens de la foule, avec cette curieuse impression de courir à sa perte, du moins pour ceux qui n'étaient pas secrètement enjoués par cet affrontement. Comme un avertissement de l'enfer dans lequel il allaient se jeter, la température ne cessait d’augmenter au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de leur cible. Et soudain, il jailli devant eux, immense, imposant, puissant et destructeur. Il dégageait cette aura de mort et de destruction que même ceux insensible aux effets mystiques ne pouvaient ignorer. Elle était oppressante, accablante, et le groupe marqua une pause, partagé entre stupeur, horreur et respect. C'était comme si le chaos et la désolation s'était réuni en une essence pure et furieuse qui réclamait à présent son dû. Fleya la sentit en elle, cette peur primitive qui lui hurlait que c'était plus gros et plus dangereux qu'elle à un stade qui dépassait la raison. Qu'il fallait fuir.... Elle resserra ses pattes qui lui semblaient alors si petite et faible autour de son arme pour se donner un peu de courage et de contenance, sentant que son corps tout entier se mettait à trembler. Loth lui monta à l'assaut, revêtant alors sa forme épouvantable de tourmenteur, qui n'aurait pas finit de faire cauchemarder ceux qui auraient pu espérer voir quelque chose de moins effrayant que ce dragon. Il se paya même le luxe de lâcher un petit rire dément. S'il en ressortait vivant, il aurait de quoi en imposer parmi les siens.

Lilym et Elorias se placèrent rapidement en soutien. Bien que frustrée, la succube n'était pas stupide. Ho bien sûr qu'elle savait se battre, elle était même très doué dans l'assassinat, la furtivité et la célérité. Ses coups étaient méthodiques, rapides et souvent empoisonnés. Mais face à ce genre de bestiole, elle ne serait d'aucune aide en terme de dégât. Elle se décida donc d'user de sa vitesse pour évacuer les premiers blessés et brûlés. Elorias lui s'improvisa en soigneur, bien qu'il ne pouvait faire que les premiers soins les plus basiques, et aider les gens à fuir. Encore sous le coup de l'intimidation, Shotra s'arrêta dans sa course pour poser ses grosses paluches sur les épaule de sa maîtresse. Il était là, et il lui fit comprendre qu'elle n'était pas seul. Un déclic salvateur pour la tigresse qui reprit ses esprits. Elle n'était pas seule.... Des légions de guerrier et de magicien s'étaient joint à eux. Certains empruntaient même la voie des airs par des méthodes un peu incongrues. La garde ne demeurait pas sans reste et demander sa part du lion. De quoi donner un peu de courage pour la conjuratrice qui s'élançait de nouveau côte à côte de son tourmenteur.

Cette abomination à écaille vomissait son feu et sa lave en torrent, rôtissant les malheureux au sol qui tentaient de l'approcher. Déjà sifflaient flèches et carreaux, mais celles qui ne ratèrent pas leur cible finirent soit en cendres, soit elles se fracassèrent contre l'épaisse cuirasse du monstre. Il s'en donnait à cœur, joie dévorant et calcinant à tout va. Des magiciens se réunirent pour dresser du sol de puissantes lianes et racines pour entraver les pattes du dragon et tenter de le forcer à se mettre à terre, sans quoi les guerriers ne seraient que de la chair à canon. Mais cette sale bête brûlait ses entraves avant qu'elles n'aient pu finir de le tirer au sol. Entre la force brute de l'animal et son feu, elles n'avaient pas la moindre chance. Il fallait trouver le moyen de l'immobiliser.... mais comment ? Loth attaqua le dragon, se jetant sur lui de face. Il n'était pas bien gros comparé à lui, mais il se distinguait suffisamment de la masse pour attirer quelques secondes l'attention du dragon. Ce dernier n'était absolument pas raciste, et offrait la mort à part égale pour toutes les espèces ! Loth savait qu'il ne lui occasionnait que des dégât relativement ridicule, des éraflures sur la peau d'un cuirassé.

Mais il était rapide, et réussissait jusqu'ici à esquiver ses coups et ses flammes. Shotra, plus habitué aux manœuvres militaires posa sa grosse paluche sur l'épaule de Fleya et lui désigna les ailes de la créature. La féline comprit le message de son compagnon, et observait ce "point faible" qu'il lui avait indiqué. Le cerveau de la féline se mit à fonctionner à toute vitesse. Elle cria à l'attention de ses deux autres compagnon placés en soutien.


-LILYM ! ELORIAS ! FAITES RECULER LES GENS !

Les deux compères se demandèrent pourquoi cet ordre, mais ils obéirent sans chercher à comprendre. Ils repoussèrent un maximum de gens, sachant pertinemment qu'ils ne parviendraient pas à faire évacuer tout le monde. De son côté la tigresse prit une profonde inspiration. Son coeur battait la chamade, son esprit subjugué par la peur et en même temps inexplicablement concentré sur le feu de l'action. Il fallait profitait des maigres instants où Loth parvenait à attirer l'attention de ce monstre pour frapper ! Un léger courant d'air vint soulever quelque peu le pelage et la chevelure de la Suli tandis que d'une voix puissante et déterminée, elle sembla s'adresser au ciel vers qui elle levait la tête et ses bras.

-Étoiles qui guidez mes pas le soir,
Étoiles qui m'éclairez dans le noir,
Vous qui traversez temps et saisons,
J'en appelle à vous les astres !
Soyez témoins de mon affliction,
Faites pleuvoir colères et désastres !


Brusquement, violemment, Fleya sentit ses forces la quitter comme happée par le vide. Elle manqua de tomber à genoux, peu habituée à utiliser ce genre de sort. Peut-être était-ce même la première fois. Et pour cause.... Dans le ciel empourpré de feu et de fumée, au dessus de la masse noirâtre du dragon, une multitude de points, brillants, éclatants, fonçaient droit sur le monstre d'écailles. Une pluie de projectiles stellaires s'abattit sur la zone souhaitée par la tigresse, à présent soutenue par Shotra. Il ne lui connaissait pas cette magie et l'observa dans un mélange de stupéfaction et d'admiration. Ces étoiles n'étaient pas non plus énormes, de la taille de roches ou rochers. Mais la vitesse à laquelle elles tombaient était si inouïe, qu'elle avait donné une puissance d'impact incroyablement violente. La membrane qui constituait les ailes du dragon se retrouva trouée et déchirée par endroit. Sa cuirasse de plaques et d'écailles était à présent percée par endroit de petits trous fumants. Si pour des créatures lambdas ce genre d'attaque aurait été synonyme d'une pluie de mort, pour un dragon ce fut l'équivalent d'un court épisode de lapidation. Douloureux et désagréable, mais très loin de pouvoir le blesser sérieusement.

Cela dit, ce n'était pas le but. Car l'objectif était de réduire son aisance aérienne en abimant ses ailes. Et là par contre, c'était relativement réussi. Pas suffisamment pour le cloué au sol, mais il n'avait plus son aisance habituelle pour manœuvrer à sa guise. Son vol était moins précis, moins rapide. Il était un peu plus abordable à présent. Une petite réussite donc, qui provoqua une colère noire chez le dragon. Comment ces misérables vermisseaux osaient-ils ? Comment pouvaient-ils seulement avoir un seul espoir de parvenir à quoique ce soit ? Croyaient-ils sincèrement pouvoir en réchapper avec leur petit tour de passe-passe ? Leur plante en pot, leurs boulettes de flammes, et leur arc électrique ? Il était temps de leur rappeler leur place de proie et de victime. Il pouvaient bien avoir appeler quelques fiélons à leur aide, cela ne les sauverait pas ! Fleya se redressa et eu tout juste le temps d'esquiver un coup de patte rageur de la bête, Shotra restant à ses côtés attendant ses instructions, tout en continuant d'analyser la situation. Sa Felidae avait crée des failles dans l'armure impénétrable de ce monstre. Il lui fallait trouver le moyen de les exploiter pour le mettre à mal ! Son regard cherchait frénétiquement quelque chose, n'importe quoi qui aurait pu l'y aider.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Pendant ce temps, quelque part dans des montagnes glaciales, un hurlement déchirant et tonitruant résonna, avant qu'une immense masse se mit à fendre les airs à toute vitesse. La fureur l'avait envahi lui aussi, car cette fois c'était un rival qui s'était mêlé à la partie. D'ordinaire, Baal'Iag ne se mêlait pas des histoires de la Suli dont il squattait l'esprit et avec qui il prenait plaisir à l'accabler psychiquement. C'était SA ildirienne, SON jouet. Il ne la hantait pas depuis son enfance pour qu'un espèce de vieux schnock qui se croyait de nouveau dans la partie vienne lui abîmer. Il lui aurait laissé le reste du monde sans même remuer la queue. Mais elle.... Elle était sienne. Et fois de cataragon, il n'aurait pas deux fois l'insolence de s’en prendre à ce qui était sa propriété, son territoire. Ses puissantes ailes fendaient l'air, semant derrière lui froid, givre et verglas. Il se précipitait pour rejoindre la mêlée avant que cette gourde ne se fasse tuer et le replonge dans l'ennui à cause de sa mort. Quant à l'autre là, ce Apomachin, il allait s'assurer personnellement de le reléguer au rang des créatures ayant appartenu à l'histoire, et surtout qui n'étaient plus. Ce n'était qu'une question de temps avant que sa fureur de glace ne vienne refroidir ses ardeurs....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   Sam 9 Juil 2016 - 19:05

Un silence assourdi a retenti pendant quelques secondes après le rugissement de la bête. En plusieurs points névralgiques de la Vallée, retentissent alors des cornes d’alerte. Une dernière fusée est tirée, mais cette fois ce n’est pas un feu de joie, mais un message grave annonciateur de problèmes. Khaalâm n’a pas perdu de temps.

En tout cas, je suis bluffé par la rapidité et le calme des soldats. Notre cher Commandant avait vraiment tout prévu. Bon peut être pas un dragon géant cracheur de feu, mais il était préparé à toute attaque et l’évacuation des civils a déjà commencé.
Je voyais des barricades se former en un temps record et des palissades et autres retranchements de fortune se dresser un peu partout sur les lieux des anciennes festivités, reconvertis en plusieurs petites forteresses de fortune. J’aperçois relativement proche de nous des figures connues : au vu de leurs vêtements, ce doit être des mages, qui redirigent des sortes de canons qui devaient servir à lancer les feux d’artifices. Mais la bête est déjà là…

C’était une chose de savoir qu’il arrivait, c’en était une autre de le voir face à soi. Je me serais bien enterré 1000 pattes sous terre pour échapper au regard de ce monstre froid (paradoxalement) et tout puissant. Je m’imaginais une seconde dans son esprit en essayant de concevoir ce qu’on pouvait représenter pour lui… Rien de plus que des insectes qu’on écrase de la patte sans même s’en rendre compte. Sauf que là il était venu spécialement pour détruire ces insectes.
Moi et Shavok n’étions pas vraiment cachés, l’une des palissades nous couvrait légèrement, mais je préférais éviter de bouger histoire de ne pas attirer l’attention sur nous. Je scrutais le ciel pour savoir précisément où il était, quand soudain il passa au dessus de nous telle une ombre gigantesque qui recouvre tout, mais sans libérer son feu ravageur. Je ne vais pas m’en plaindre, mais je doute qu’il ne nous ait pas remarqués. C’est lors de son second passage qu’il commença à vomir des flots de feu, par chance pas sur nous. Mais l’une des tentes sur notre chemin était la proie des flammes. Il fallait la contourner.

Puis le dragon a commencé son carnage implacable et plus ou moins méthodique, jetant un voile brûlant sur une bonne partie de la Vallée d’Ildir. L’une des lances de flammes est d’ailleurs passée un peu trop près de nous, me faisant me jeter sur le côté pour éviter d’être calciné.
Je me redresse en titubant, toussant mais toujours en vie. Je me retourne rapidement, mon cœur loupant un battement, qu’est-il arrivé à… ouf c’est bon. Shavok est je ne sais par quel miracle en un seul morceau, mais plus pour longtemps s’il continue à rester immobile au milieu de ce brasier. J’essaie de lui crier de bouger, mais il semble pétrifié, et je ne suis même pas sûr d’avoir réussi à émettre un son audible. Et finalement, le fait de rester immobile le fera peut être passer inaperçu, le dragon préférant surement les cibles mouvantes, qui essayent de lui échapper.
Le problème reste que nous sommes séparés par une mare de feu, impossible de le rejoindre. Je décide de partir de mon côté, il va falloir faire un sacré détour pour atteindre la tente où je crois pouvoir trouver Khaalâm et le reste des forces armées, afin de savoir en quoi nous pourrions nous rendre utiles, même si je n’ai pas beaucoup d’illusions.

La mort et le feu, partout… Cela me rappelait quelques souvenirs pas si lointains que ça que j’aurais bien voulu oublier. Mais il fallait rester concentré sur le moment présent et ne pas se laisser aller, sans quoi, s’en serait fini de nous. Plus facile à dire qu’à faire.
Mais que pouvions nous bien faire. J’aurais bien aidé quelques malheureux, mais les blessés étaient peu nombreux en comparaison des morts, et je ne sais même pas si je dois me réjouir ou non que certains aient trouvé la mort si rapidement, sans avoir à endurer trop de souffrances. Le feu craché par cette bête démoniaque ne laissait presqu’aucune chance à ses victimes.

Je pense un instant me joindre aux désespérés qui tirent tous les projectiles possibles sur le dragon, peut être qu’en visant suffisamment bien je pourrais toucher l’œil… Non à la réflexion c’est une mauvaise idée. Ce n’est pas très brave, mais je n’ai pas envie d’attirer son attention sur ma petite personne, de plus je ne pense pas que ma flèche pourra percer les multiples couches de protection dont doit bénéficier ce monstre. À moins que les mages donnent une petite amélioration à mon équipement.
J’avais perdu Shavok dans la cohue, mais il fallait tout de même avancer. Si je ne pouvais rejoindre Khaalâm, autant essayer d’aller aider ces mages qui luttaient. La solution ne viendrait selon mon point de vue que d’eux et de leur magie.

Alors que j’avais presque atteint l’un des petits renfoncements d’où des jets de lumière commençaient à jaillir en direction de la bête, je découvre en tournant la tête Shavok a une centaine de mètres de moi, pas très loin de la zone anciennement réservée aux personnalités importantes, noyée tout comme les autres dans un demi-brouillard de cendres. Malgré la distance, je le vois soudain sortir un objet de sa poche, que je ne tarde pas à identifier comme étant la broche magique permettant d’invoquer le Célestiel. Bonne idée, avec ceci il devrait arriver à quelque chose.
Je le vois monter dessus et s’envoler vers une tente encore épargnée par les flammes, quand je me rends compte que le dragon se prépare à lancer une autre salve de flammes dans la zone où je me situe. Je me crispe dans l’attente de la mort, mais à la dernière seconde je vois dans les airs Shavok chevauchant le Célestiel, mais accompagné de notre nouvelle amie Sirèna cette fois, et le dragon qui les a remarqué, a arrêté son mouvement pour essayer de les gober au passage, ce à quoi ils échappent par une acrobatie aérienne improbable du Célestiel.
Heureusement d’ailleurs, si j’ose dire, car s’il n’avait pas tourné la tête pour essayer de happer le Célestiel, j’aurais été la prochaine victime de ses flammes.

J’essaie à l’un des passages de Shavok de lui crier bonne chance, mais je ne sais même pas s’il m’a entendu, alors que c’était peut être la dernière chose que je lui dirais jamais. En effet, le dragon semble avoir jeté son dévolu sur les pauvres petites créatures qui osent lui disputer le ciel. Je ne sais combien de temps ils tiendront à cette allure. La seule bonne nouvelle dans tout cela, c’est qu’il a arrêté d’arroser le sol de flammes pour le moment.
J’en profite donc pour enfin rejoindre les mages, qui ne m’ont pas attendu pour se mettre en position de combat. Je retrouve d’ailleurs une « vieille » connaissance en la personne du maître-Mage Halabus, qui me salue tout en continuant ses préparatifs pour le prochain sort. Je lui lance qu’il faudrait l’obliger à atterrir par n’importe quel moyen, car il est invincible tant qu’il est en l’air, par exemple en gelant ses ailes si c’est possible.

- Je voudrais bien Felidae, mais il faudrait réussir à synchroniser des attaques avec les autres équipes s’occupant des feux d’artifices sur une partie précise de son corps. On a prévu plusieurs choses, notamment des lianes pour l’immobiliser ou de la glace, le feu étant je crois à proscrire. On pourrait effectivement essayer de concentrer des sorts de glace sur une aile, afin de l’immobiliser, cela pourrait marcher, mais il faudrait qu’elle soit déjà endommagée un peu. Faites passer le mot vous autres, il nous suffit d’une occasion et il ne faudra pas la manquer !

Nous avons alors entendu des voix crier de reculer, puis une jeune Felidae commença une sorte d’incantation à une trentaine de mètres de nous, accompagnée d’un… je ne sais quoi, il n’avait pas vraiment forme humaine. Toujours est-il qu’à ce moment, comme un miracle en réponse à notre demande, une pluie de météorites s’abattit avec violence et vitesse sur l’une des ailes du dragon. Ce devait être un puissant sortilège, pour que même le maître-Mage siffle d’admiration.
Là voilà notre occasion, qui a carrément réussi à endommager sa cuirasse. Et la responsable n’est autre que cette Suli, qui vient de prouver que les insectes pouvaient toucher le titan. Malheureusement, cela a attiré l’attention du monstre sur cette pauvre fille qui a échappé de justesse à un coup de patte vengeur, qui a en revanche provoqué quelques dégâts chez nous. Je fus soulevé de terre et atterris quelques mètres plus loin, avec quelques autres personnes.

Je me redressais difficilement, tentant de reprendre un minimum de repères. Sa dernière attaque ne nous visait pas mais c’était tout comme. Son mouvement avait fait voler en éclat un morceau de la petite colline derrière laquelle nous étions abrités pour lancer nos projectiles. Je ne sais même pas comment faisait cette Felidae pour tenir encore, avoir la force tant mentale que physique d’éviter ces attaques mortelles.
Heureusement, il y avait eu plus de peur que de mal, la plupart des mages étaient déjà retournés à leur poste, plus ou moins titubants, et venaient de lancer une première salve de jets de glace sur l’aile blessée du dragon. D’autres postes de lancement répartis dans la vallée eurent la même idée et se concentrèrent sur cette zone, si bien que l’aile commençait à geler à certains endroits, et même si le monstre se débarrassait d’une bonne partie de ce qu’on lui envoyait, la partie gelée s’allongeait inexorablement, profitant des légers trous dans la cuirasse pour s’infiltrer partout ; avec pour résultat une diminution sensible de la vitesse du dragon, et peut être à terme le forcer à se poser ; afin qu’on puisse enfin le combattre en ayant une chance de vaincre.

Tandis que j’aidais à la manœuvre des sortes de canons par lesquels les mages envoyaient leurs projectiles magiques, et tout sonné que j’étais encore, je crus pourtant entendre à la limite de mon ouïe un léger rugissement pourtant violent, mais qui semblait venir de beaucoup plus loin, quoique je ne pourrais le jurer, tellement j’étais perturbé dans le vacarme de cette bataille sans pitié dans laquelle se décidait rien de moins que l’avenir de notre monde.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT] Commémoration des combats des héros de la vallée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Commémoration du 8 mai (2015)
» Commémoration du 8 mai (2016)
» Commémoration du 16 août 2016
» Commémoration 2011 des combats de la Libération
» Commémoration de l'assasinat de l'Empereur Jacques 1er, fondateur d'Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Bélin :: Vallée d'Ildir-