­
 

Partagez | 
 

 Hector Silus dit Barbe-braise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hector Silus
Barbe-Braise
Barbe-Braise
avatar
Âge : 49
Philosophie : Compatissant
Divinité(s) : Celle qui voudra bien entendre mes prières
Faction ou Clan : La Main rouge

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1240/5000  (1240/5000)
Adage: Ne perd jamais courage, jamais
MessageSujet: Hector Silus dit Barbe-braise    Jeu 28 Juin 2012 - 23:42

Hector Silus

« Ne perd jamais courage, jamais »


   Genre: Masculin
   Surnom: Barbe-braise
   Âge: 46 ans
   Race: Humain

   Terre d'origine: Garde-Fort, Norpalie
   Philosophie: Compassion

   Faction: La Main Rouge
   Profession: Maître-forgeron

   Magie  
Je ne possède pas la Flamme.


   Aptitude(s) particulière(s): facultatif, détaillez.

   

Apparence


   L'iris spectral du Norpalien côtoya un moment une pupille dilatée et apeurée dans la noirceur de la nuit. Une sueur tiède perlait sur tout son corps lorsqu'il se redressa brusquement dans son lit trempé par la peur. Le reflet de la lune rendit grâce à sa forte musculature encore tendue et saillante. Sa peau blafarde prenait des teintes bleutées sous la lueur de l'astre nocturne. Sa barbe noire descendait désormais jusqu'au milieu de son torse. Il l'attachait par endroits pour qu'elle ne prenne pas feu lorsqu'il effectue son travail à la forge, fait un peu cocasse lui étant déjà arrivé. Hector, le souffle court, se prit le visage à deux mains et serra les dents.Toujours ce rêve, pensa t-il. Le chevalier noir...Les ténèbres qui l'entourent et qui m'attirent vers lui ne peuvent qu'annoncer le malheur en ces temps incertains... Hector glissa ses doigts robustes dans ses longs cheveux ébènes pour dégager son front et ses sourcils arqués. Ce rêve récurant avait été particulièrement brutal cette fois. Fixant le vide de cette nuit mouvementée, il pensa soudain à sa progéniture. Les enfants, murmura t-il. L'homme de 1,90 mètre de haut se leva et fila en vitesse pour retrouver Siril et Evolette dans leur chambre à l'étage. Son gros orteil gauche buta contre la première marche et il serra de nouveau les dents pour retenir sa douleur, trop orgueilleux pour émettre quelque son que ce soit. L'escalier escaladée, il poussa la porte de bois pour y découvrir ses deux trésors endormis. Il entreprit d'allumer une lampe à l'huile qu'il savait posée sur une petite table non loin de là.  Le petit homme fut le premier réveillé.

- Papa..?! Mais qu'est-ce que tu fais là ? demanda Siril un peu inquiet.  Il fut rapidement suivi par sa petite sœur. Elle avait 5 ans et lui 8 ans. Hector les élevait seul depuis 3 ans déjà. Sa femme Eva, une Aasimar d'une grande beauté, n'étant jamais revenue d'une ballade en forêt.

- Pardonnez-moi mes chéris, ce soir c'est papa qui a fait un mauvais rêve, dit-il de sa voix grave en souriant. '' Allez, venez là ! '' ajouta t-il en tendant ses mains marquées par le travail vers eux. Les enfants se précipitèrent dans les bras réconfortants de leur père, espérant lui donner tout l'amour nécessaire pour qu'il oubli ce terrible rêve qui l'avait tant affolé. Le garçon avait les cheveux platinés et des yeux dorés. Quant à elle, Evolette avait la peau scintillante et le regard profond de son père. Ses jolis yeux reflétaient les couleurs d'un ciel changeant, passant du gris au bleu foncé de temps à autre. Hector les trouvaient magnifiques, tout comme Eva. Leur tempérament était celui de petits anges, il savait que ses deux trésors feraient de grandes choses tant l'amour et la vérité émanaient d'eux.

Une larme mouilla son visage pâle et il se jura de ne jamais laisser quoi que soit de mal leur arriver.


Personnalité


   Déjà deux semaines s'étaient écoulées depuis son affreux et dernier cauchemar. Hector était sans cesse sur le qui-vive, toujours à l'affut de la moindre menace. Le fait que ces rêves aient tout à coup cessé de hanter ses nuits ne lui disait rien qui vaille. Il avait même fait venir la grand-mère maternelle de ses enfants pour les surveiller au cas où il devrait s'éloigner un peu trop de la maison. L'homme qu'il était avant la disparition de sa bien-aimée était toujours là aujourd'hui. Il gardait en lui l'espoir de la retrouver saine et sauve. Il était un père dévoué et un mari fidèle. Son propre père l'avait été tout autant, ce qui permit à Hector d'avoir une enfance convenable dans ce petit village éloigné et enneigé qu'était Garde-Fort. Dès son jeune âge, le Norpalien démontrait de grandes aptitudes pour les mathématiques, la poésie et les travaux manuels. Il faisait l'envie de beaucoup de ses jeunes camarades. Hector ne leur portait aucune attention, il était humble mais fier.

Il était déjà très robuste et grand pour ses 9 ans lorsque son père l'amena avec lui à la grande capitale, Fort-froid, ce qui fut un long voyage qui dura 3 semaines, incluant l'aller et le retour. Rien que Carnak Silus et son fils. Cela mit à rude épreuve le moral et les sentiments du jeune homme. Il suivi pourtant Carnak sans rechigner car il voulait qu'il soit fier de lui. Ils traversèrent même un blizzard qui dura près de 2 heures au cœur des plaines de Norpalie. Hector démontra une témérité sans limites et aida même son père à traverser la tempête. Arrivé à Fort-froid, il y découvrit un tout autre monde et fut ébahit devant la complexité et la magnificence des lieux. Ils croisèrent entre-autre des soldats de la milice ainsi que 2 ou 3 valeureux porteurs de la Main Rouge. Il tomba cependant sous le charme de la forge. Il adorait sa chaleur et sa couleur, ressentait jusque au plus profond de lui chaque coup de marteau qui raisonnait sur le métal brulant. Il désira dès lors forger une lame, une multitude de lames ! Pas pour la guerre, mais pour l'art et la chevalerie, pour l'honneur et la justice. Son père qui avait comprit son grand intérêt lui offrit de remettre en état la forge du leur village, abandonnée depuis longtemps. Carnak, ancien forgeron blessé à la tâche, lui apprit tout ce qu'il savait.

Désormais, Hector porte le surnom de Barbe-braise et est passé maître de son art. Cet homme au grand cœur aurait bien envie d'aider à maintenir la paix sur le continent, mais il se devait de rester au près de ses enfants puisqu'ils n'avaient plus leur mère. Son intuition lui donnait cependant l'impression que des changements étaient en route et qu'il devra tôt ou tard quitter sa vie paisible pour accomplir quelque chose de plus grand encore.

Son âme avait soif de justice. La vie lui avait peut-être volé sa femme, mais jamais il ne sombrerait dans le chaos de son désespoir. Têtu de nature, Hector est aussi très dur envers lui-même et s'interdit la vengeance et le mensonge. Il ferait le bien en espérant qu'un jour un peu de ce bien lui reviendrait pour que sa famille retrouve toute sa joie de vivre.


Histoire


   Hector Silus, brave forgeron, travaillait comme à son habitude depuis le levé du soleil. Sa forge était remplie d'armes et d'armures en fer, en acier et même quelques unes en amaranthite. Ces dernières faisaient des envieux, mais elles n'étaient pas à vendre, seulement là pour être admirées. Le dur labeur de toute sa vie se trouvait là tout près de lui et ce chaque jour. Il en était très fier. Les habitants du village n'aimaient pas Hector seulement pour ses prix très bas, mais bien parce qu'il était un homme sincèrement bon et que sa sérénité était contagieuse. Il était heureux de vivre dans un village si paisible. Pourtant, la rumeur circulait que les éclaireurs avaient aperçus d'étranges créatures de l'Outre-Monde, des goules disait-on. La plupart des gens n'y prêtèrent pas foi, mais le forgeron était inquiet pour sa famille. Surtout depuis que ces terribles cauchemars avaient cesser sans raison apparente. Le ciel semblait plus sombre qu'à son habitude et l'horizon avait disparu dans la neige plus tôt cette année là.  

De la sueur du à la forte chaleur de la forge coulait sur les tempes et le front du grand Norpalien lorsque sa vie bascula. Un silence irréel régnait dans Garde-Fort et le temps lui-même semblait au ralenti. Hector déposa son marteau, retira son tablier et s’avança dans la rue en regardant tout autour. Un bruit assourdissant, mi plainte mi rugissement, envahit soudain les lieux et le cœur de l'homme se figea dans sa poitrine lorsqu'il vit cette ombre disproportionnée dans le ciel. Levant plus haut la tête pour mieux distinguer ce qui se passait, il découvrit un énorme monstre ailé. Il rugit de plus belle en passant au dessus du village. Sans aucun doute, c'était un dragon. Cet être de légende n'était plus censé exister depuis au moins 70 ans. Reprenant son souffle et son courage, il remarqua que l'immense bête noire battait de ses gigantesques ailes difficilement et qu'elle tenait une chose blanche entre ses griffes. Il la vit perdre de l'altitude et elle disparu de son champ de vision. Quelques instants plus tard, un grand fracas retentit non loin dans la forêt.  Des gens criaient et prenaient peur en se réfugiant dans leur maison. Hector se retourna et vit que ses enfants se tenaient derrière lui encore sous le choc.

-Les enfants??! Que faites-vous là par les dieux ! demanda l'homme en les rejoignant pour les serrer contre son cœur.

- Papa...c'était un dragon ça hein, comme dans tes histoires... articula le jeune Siril qui tentait de cacher sa peur.

- Rentrez vite mes trésors, je vous expliquerai tout à l'heure, papa doit...s'assurer qu'il n'y a plus de danger...je...

- Tu vas revenir pas vrai ? demanda tristement sa petite fille en ravalant ses larmes. Leur père les serra encore plus fort.

- Bien entendu mes chéris, mais bien sur que oui. Jamais je ne vous laisserai vous entendez, jamais, ajouta t-il en se dégageant pour les regarder dans les yeux. Je ne serai parti que quelques minutes, je vous le promets.

- Papa, regarde !

Siril pointait l'entrée du village et Hector se retourna vivement pour voir ce qui se passait. Le sol se mit à vibrer sous le poids de plusieurs cavaliers en armures grisâtres et sans aucun reflet.

- Rentrez , tout de suite ! cria Hector. Les enfants s'enfuir en toute hâte. Le cavalier en tête s'arrêta tout près de lui, mais Hector de bougea pas d'un poil. L'homme sur le cheval portait un Masque d'acier brillant et il toisa le forgeron sans rien dire. Il y avait en tout 5 hommes sur des chevaux noirs et apparemment très essoufflés.

- La bête ! dit l'homme masqué sans la moindre convenance. Où est-elle ?

Sans bouger d'un poil et toujours en fixant les fentes du masque le Norpalien lui répondit.

- Qui êtes-vous cavalier ? Il n'eut pour réponse que le silence. Hector pouvait sentir la haine par-delà le voile de métal.

- Cela n'a aucune importance, dites-moi où est allé cette satanée monstruosité ! cria l'homme sans visage.

Hector lui fit signe de la tête.

- Elle s'est écrasée par-là.

Les cavaliers donnèrent l'ordre à leurs montures de filer dans cette direction.

- Qu'a fait cette bête pour que vous lui donniez  ainsi la chasse ?!

Le chef du groupe se retourna pour mieux lui répondre de sa voix glaciale.

- Elle est en vie, c'est bien assez. Il frappa avec ses talons les flancs de son cheval et fila vers ladite forêt.

Sans même réfléchir une seconde, Hector alla saisir une épée longue sur le mur de sa forge, prit son manteau en fourrure de loup et couru le plus vite possible vers les bois. Heureusement il connaissait bien son village et prit un raccourci. Dans sa course il vit rapidement des arbres brisés ou encore complètement déracinés. Sa gorge brulait et les battements de son cœur affolé résonnaient dans ses oreilles. Son instinct le guidait bien plus que sa raison. Soudain il vit non loin l'immense bête couchée sur le flanc. Qu'allait-il donc faire !? Pourquoi cet empressement, il pourrait tout aussi bien se faire dévorer. Il entendait les cavaliers qui se rapprochaient. Lentement mais surement il approcha du dragon qui respirait très fort laissant échapper de la vapeur d'eau de ses nasaux.  Il contourna la bête et vit qu'elle saignait abondamment. Elle tenait entre ses énormes pattes un œuf ivoire sur lequel se déversait le sang de la plaie ouverte sur son cou. Hector ne savait que penser et les chevaux se rapprochaient.  Le dragon émit une plainte longue et aiguë et l'homme du se boucher les oreilles. C'est à ce moment qu'il entendit une voix mélodieuse dans sa tête.

Aide-nous, humain. Ton cœur est pur et ton âme n'est point souillée par le mal.

Hector sentait une énergie nouvelle en lui, comme si le dragon tentait de l’apaiser.  Il se devait de lui venir en aide. La magnifique créature noire aux reflets d'argent le regardait désormais fixement de ses yeux bleus ciel.

- Mais comment ? Je ne suis pas un guerrier ! Je ne tiendrai pas longtemps devant ces cinq brutes ...


Tu n'es pas seul, quelqu'un approche et elle saura t'aider, protège mon enfant, je me sens faiblir...Je puiserai dans mes dernières forces pour te soutenir jusqu'à l'arriver du chevalier de la justice....

Il se retourna et vit que les vils cavaliers étaient là, le masque à leur tête.  

- Écartes-toi ou tu subiras le même sors, paysan.

Le forgeron regarda l'épée qu'il tenait dans sa main droite et su qu'il ne s'inclinerait pas devant cet homme.

- Non, dit-il simplement en serrant la garde de son arme. Il sentit ses muscles se tendre. Derrière lui, la dragonne poussa un terrible cri de rage destiné à ses agresseurs.

- Pauvre fou, tu ne sais pas qui tu as devant toi, ricana l'homme masqué en mettant pieds à terre.

Il se tenait désormais à quelques mètres seulement d'Hector et , d'un mouvement fluide, il attrapa la hache à sa ceinture, la fit tournoyer et la pointa vers le Norpalien.

- Personne ne me désobéit sans en subir les conséquences. Ce dragon est à moi et si tu t'interposes, tes sales mômes ne pourront que te pleurer. Le Gantelet et la vengeance, c'est ce que je suis, alors meurs de honte et mouille le sol de ton sang, lança t-il sur un ton de défi qu'il se croyait en mesure de gagner.

- Peu m'importe le courroux, jamais je ne te laisserai toucher cet animal. La raison vous a tous quitté, ma lame vous la rendra peut-être, déclara Hector Silus plus déterminé que jamais.  

La bête siffla et montra les dents en tentant de se relever. Elle écarta l’œuf et planta ses griffes dans la neige faisant maintenant front commun avec le forgeron.

Je suis honorée de vous avoir à mes côtés , humain. Ma route s'achève ici, mais je m'assurerai que la vôtre continue.  

- Sans est assez ! Tuez moi ces saloperies ! hurla l'homme au Masque d'acier en se précipitant droit sur Hector qui l'attendait de pied ferme.

Le noble forgeron bloqua habilement le premier coup qui entailla un peu son épée. Il esquiva le coup suivant en roulant dans la neige et réussi même à lacérer la jambe gauche de son assaillant qui poussa un cri de fureur. Hector se releva et les deux combattants se firent face.

- La douleur que je t'infligerai te hantera jusque dans la mort sale pleutre !

Et le masque chargea de nouveau.

Derrière, les autres n'eurent guère le temps d'entrer dans le combat car la bête cracha sur eux le feu destructeur du dragon et les incinéra sur place ainsi que leurs montures. Leurs cris de douleur et la senteur de la chair calcinée enveloppèrent les alentours de leur horreur. Le dragon s'effondra peu après dans la neige maculée de son sang. Elle serra une dernière fois sa progéniture contre son cœur et rendit son dernier souffle.

Hector ne pensait plus à rien de ce qu'il avait appris car rien de tout cela n'aurait pu le sauver. La rage et la rancœur l’enivraient pour la première fois et il portait des coups féroces à son ennemi qui bloquait à chaque fois. Les étincelles jaillissaient du fracas de leurs armes, mais rien n'y faisait, Hector continuait tel un forcené à empêcher le mal d'atteindre sa proie. Soudain, le guerrier le fit basculer d'un coup de pied vicieux. Le temps était de nouveau au ralenti pour le forgeron couché dans la neige de la forêt qui lui avait prit sa femme. Il se remémora son visage et son doux parfum, fermant les yeux pour mieux les ressentir. Il vit aussi ses enfants. '' Les enfants'' réalisa t-il en ouvrant les paupières.

Le mal était juste là et portait un masque qui reflétait les flammes encore vive du dragon. Il leva bien haut sa hache dans l'intention d'en finir avec son adversaire. Une lame vint interrompre son geste et envoya valser sa hache au loin. Décontenancé, la cavalier recula de quelques pas en jurant derrière son faux visage. Une main de métal l'aida à se relever. Tournant la tête, il vit une femme en cotte de mailles rouge et portant un signe qu'il reconnu bien vite ; la Main-rouge.

- Ce n'est pas fini !! hurla le guerrier qui boitait légèrement.

- J'ai bien peur que si, répliqua la jeune femme.

Derrière elle apparurent dix de ses compagnons l'arme au poing et la vaillance au cœur. Hector sourit en voyant la scène. L'homme blessé recula lentement et se mit à courir difficilement en direction de sa monture.

- Vous le laisser partir ? demanda Hector aussi étonné qu'essoufflé.

- Pour l'heure oui.

Et l'homme masqué s'enfuit sans plus de cérémonie. Ils se dirigèrent tous vers l'animal de légende pour constater qu'elle les avait quitté.

- Elle voulait que je l'aide à protéger son œuf, j'aurais voulu qu'elle soit aussi épargnée, dit Hector en touchant la peau écailleuse de la dragonne.

- Le dragon vous a parlé, Norpalien ? Vous en êtes certain ? Elle parut très étonnée et même un peu réjouie.

- Euh en effet, je l'ai entendu dans ma tête et j'ai ressenti son courage, déclara t-il encore envouté par la beauté de la bête.

- Vous venez avec nous.
_________

Plusieurs heures passèrent et la guerrière expliqua à Hector qu'il était dorénavant le protecteur de l’œuf et le tuteur de son...contenu. Jadis la Main rouge recevait souvent l'aide de ces créatures car elles n'étaient pas toutes mauvaises. Un des chevaliers avait même eu la chance et le privilège d'en chevaucher une. La dragonne avait confié l’œuf au forgeron et il se devait d'honorer sa mémoire. Ses enfants et lui partirent donc pour la ville de Varak là où se trouve le quartier général de la faction. Ils purent aisément s'installer et l’œuf fut mit sous la garde d'Hector qui avait désormais un troisième enfant à venir ainsi qu'un nouvel avenir au sein de l'ordre le plus valeureux qui soit. Ildirith pouvait désormais compter sur lui.


Hors-jeu


    De quelle façon as-tu trouvé le forum ?

   → Double-compte de Thaom

    As-tu des suggestions ou des commentaires ?

   → Simplement des espoirs Smile

   Quel est le code de validation caché dans les règlements? En l'inscrivant vous acceptez de vous soumettre aux règles établies.  

   → ...


   
La vallée d'Ildir soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif et adaptée par Thaom Melcrudak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phelim Albérick
Fondateur / La colère de Revoran
Fondateur / La colère de Revoran
avatar
Âge : 43
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : La Main rouge

Attributs
Races: Sang-mêlé
Réputation:
2770/5000  (2770/5000)
Adage: Un homme se mesure à ses actions.
MessageSujet: u   Ven 29 Juin 2012 - 8:29

Tout d'abord, bienvenu à toi Barbe-braise ! S'il-te-plait, seulement écrire Terminé dans ton titre lorsque tu auras finalisé ta fiche pour que nous puissions plus rapidement la vérifier.

Merci et bonne rédaction !

Phélim, admin

Edit: Excellent ! Une très belle histoire avec une touche toute particulière d'originalité ! La fiche est fluide et très bien décrite. On voit que tu y as mit tout ton cœur, norpalien ! J'ai parlé avec mon consoeur de ton troisième ''enfant'' et nous acceptons que tu l'aies si tu acceptes de te soumettre à quelques conditions.

1- Nous serons très strictes à l'égard d'un éventuel ''power trip'' à ton égard. Saches-le.

2- Tu seras obliger de participer à certaines quêtes en rapport avec l’œuf.

3- Il te faudra un certain nombre de réputation pour garder l'animal une fois éclos.

Je te souhaite, sur ce, une bonne soirée et un bon jeu !



Phelim Albérick
« Un homme se mesure à ses actions »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
 

Hector Silus dit Barbe-braise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE
» Le rapport de Claude Moise et Gary Hector sur la loi de1987
» Mokhy barbe de fer, ingenieur et alcoolique. [resolu]
» Gromin Barbe rousse [Soldat]
» Anacacis Jean Hector prône une entente entre l'exécutif et la majorité parlement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir :: ­­­­ :: Les fiches de présentation :: Validées-