­
 

Partagez | 
 

 Livraison expresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Livraison expresse    Sam 5 Mar 2016 - 15:46

Il y a une histoire qui ne circulera jamais dans Hydrasil mais néanmoins les principaux protagonistes s'en rappelleront toujours car en réalité s'ils n'avaient pas agi comme ils l'avaient fait, Hydrasil ne serait pas celle que l'on connait. Eux-même ignoraient alors, en réalité, les conséquences de leurs agissements. C'est une histoire qui conte la rencontre d'un Felidae, d'un Ursidae et d'un Canidae.

Il y a quelques années de cela donc un certain Ursidae répondant au nom de Shavok était en ville depuis seulement quelques mois mais déjà sa réputation était faite. Il était loin d'être encore l'illustre mercenaire qu'il sera plus tard. En fait, il n'était pas connu pour ses prouesses d'armes mais pour ses déboires à la taverne et dans le milieu du jeu. Car, si Shavok était capable de bien des choses, cet Ursidae n'avait pas de chance dans la vie. Après quelques parties de dés infructueuses, il devait donc de l'argent à un homme et ce n'était pas n'importe qui.

Cette homme répondait au nom de Kaleb Nikolos et il était un noble de la cité, il bénéficiait d'un certain pécule et avait donc de quoi disposer de suffisamment d'argent avec les pratiques douteuses qu'il utilisait dans les maisons de jeux. Bien évidemment, il n'y avait aucune preuve officiellement qu'il était un criminel et même si c'était le cas il avait la protection de la guilde des marchands ce qui lui permettait d'être au dessus de certaines lois en toute discrétion. Il n'était pas stupide, il savait que la garde royale cherchait à l'évincer mais il était très méticuleux ce qui lui permettait d'être encore dans la noblesse sans trop s'inquiéter de ses affaires douteuses.

Shavok Tanuk se trouvait donc dans son bureau luxueux. Le bois était en chêne et il n'y avait pas une once de saleté. Shavok était assis en face de Mister Nikolos. Bien que Shavok ne les regardait pas, il savait pertinemment que deux hommes étaient derrière lui avec leur arbalètes braquées. Il savait pourquoi il était là. C'était certainement à cause de ses dettes de jeu, il n' y avait pas que cette raison. Il se taisait en attendant que Nikolos parle. Ce dernier était en train de siroter sa tasse de thé avec délectation. Il posa calmement sur la table et se mit à parler:

- Monsieur Tanuk, il est déplorable de constater que vous devez la modique somme de 150 pièces d'or. Je suppose que vous avez bien évidemment de quoi me rembourser, n'est-ce-pas?

Shavok déglutit avec difficulté et lui répondit:

-C'est que euhhh , vous m'excuserez mais bon je savais pas qu'on pariait de l'argent! Moi, je voulais juste m'amuser, hein, il y avait de besoin de ramener vos hommes au réveil et de me sortir du lit comme ça! Et, puis, je... J'ai pas d'argent...

Qui avait dit que Shavok était un fin négociateur? Personne de lucide en tout cas.

Nikolos se mit à sourire, le maquillage qu'il portait rendait ce sourire démoniaque.

-En réalité, vous me devez quelque chose mais il y a d'autres formes de remboursement que l'argent, je pourrais éventuellement vous accordez un travail. Je dois avouer avoir pris grand plaisir à vous piéger afin de vous le confier. Il est rare de voir un individu si bien bâtit. Je pourrais donc effacer votre ardoise et vous en gage de ma sollicitude éternel un petit gage de ma reconnaissance. Disons une petite broutille comme trois pièces d'or, quand pensez-vous?

-Heu, je suppose que j'ai pas forcément le choix, je suis obligé d'accepter, pas vrai?

-Eh bien, on peut dire que vous pouvez faire preuve d'intelligence, magnifique! Je n'étais pas sûr que les bêtes comme vous soit capable de comprendre toute la nature de l'affaire donc je la résumerais en ceci: Vous voyez la lettre avec la cire rouge? Je vous somme de la prendre et de livrez au plus vite au gisement des Hartmod. Vous savez où c'est?

-Non, en fait, j'en sais strictement rien!

-Bon, eh bien vous n'avez qu'à faire comme tout le monde, payez les services d'un guide! Vous n'aurez qu'à partagez vos trois pièces en deux! Si vous avez compris ce qu'il vous attends alors allez-y au plus vite, c'est une affaire pressante!


Shavok ramassa la lettre et quitta le bureau.  On le laissa quitter librement la demeure de Nikolos. Arrivé dans la rue, il regarda une dernière fois la lettre avant de la ranger dans sa poche. Il lui fallait un guide pour trouver ces mines. Il songea à ce Felidae qu'il avait rencontré un mois auparavant. Il l'avait aidé contre une meute de loups. Il lui en devait donc une et puis il y avait une petite récompense à la clé. Shavok savait où il habitait. En fait, ses pas l'avaient mené inconsciemment devant la maison de Zenji. Il frappa et entra directement.

-Bonjour! J'ai une tâche à accomplir et pour cela j'aurais besoin d'un guide ça vous dirait de toucher une pièce d'or pour me mener aux Gisement des Hartmod?

Shavok attendit donc la réponse de Zenji Spyridon. Il avait l'air d'accord.

-Bon, eh bien, je vous laisse vous préparer, on ne pas vraiment attendre il faut partir immédiatement donc je vous rejoins à la porte Est comme vous me l'avez dit.

Shavok vérifia donc son attirail. Son armure et son épée étaient là. Il partit donc en direction de la porte Est en attendant l'humble Zenji. Toutefois, il ne put s'empêcher de remarquer sur le trajet cette étrange impression de se savoir suivi mais ce n'était peut-être que son imagination. Après tout, il n'y avait pas péril dans la demeure.

Quelques instants plus tard, Zenji le rejoignit. Ils étaient fin prêt. Ils partirent donc en direction de l'est pendant une journée. Shavok lui demanda donc:

-Alors, Zenji vous arpentez ces régions depuis longtemps? Je dois dire que je ne connais pas grand chose à par la forêt au nord. En fait, je me demande si je ne devrez pas...


Shavok le ressentit. C'était encore ce sentiment de filature. Zenji pouvait trouver cela curieux qu'il se taise si soudainement mais il n'en rajouta pas plus et chercha un endroit où camper.

La nuit allait arriver. Les deux sulis entreprirent donc de monter un feu de camp improvisé et ils s'installèrent. C'est à ce moment là que le troisième protagoniste de cette histoire intervint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Dim 6 Mar 2016 - 9:44

J’étais chez moi, mettant la touche finale à la décoration de la petite maison que j’avais pu me payer il y a un mois et demi dans l’un des quartiers les moins chers d’Hydrasil, quand soudain on frappe. J’ai à peine le temps de me retourner vers l’entrée que la porte s’ouvre vivement. Je me détends lorsque je constate que c’est l’Ursidae qui m’a bien aidé il y a quelques semaines. Il était alors nouveau dans la région et nous nous sommes revus une ou deux fois depuis. Il m’a dit s’appeler Shavok Tanuk. C’est un bon gars, un peu bourru mais amical. Je me demande bien ce qu’il peut me vouloir.

- Bonjour! J'ai une tâche à accomplir et pour cela j'aurais besoin d'un guide ça vous dirait de toucher une pièce d'or pour me mener au gisement Hartmod?

Mhh le gisement Hartmod. Je crois que c’est la mine de carbonite détenue par une famille à la sacrée réputation. Il me semble que le gisement se trouve au pied des montagnes du sud délimitant la frontière avec Varakir. Je n’étais pas le mieux placé pour le guider, mais j’en connaissais surement plus que lui qui venait d’arriver. Donc pourquoi pas, ça représente une petite trotte mais la ballade peut être sympathique. D’autant qu’avoir un compagnon comme lui me changerait de mes contacts humains, qui bien qu’amicaux, n’en restent pas moins légers. La récompense était légère mais peu importe cette fois ci, d’autant plus que je n’avais pas encore totalement payé ma dette à son égard. Disons que nous serons quittes ainsi.

- Bien le bonjour Shavok ! J’accepte votre proposition avec plaisir, cela nous permettra de faire plus ample connaissance. Je ne croise pas assez de Sulis à mon goût ici. Vu que ce n’est pas non plus la porte à côté, il ne faudra pas tarder à s’en aller, on en a bien pour quelques jours de marche. Notre destination se trouve près de la frontière méridionale de Bélin, donc nous partirons par la porte sud de la ville. Il faudra prendre quelques provisions, même si je pense que nous chasserons la plupart de notre nourriture directement.

- Bon, eh bien, je vous laisse vous préparer, on ne pas vraiment attendre il faut partir immédiatement donc je vous rejoins à la porte Est comme vous me l'avez dit.

- Mais j’avais dit la porte sud ! Attendez… Puis le voyant déjà parti, je rajoute pour moi-même : Bon et bien tant pis nous partirons par la porte est.

Cette mission tombe bien, je viens justement de terminer la fabrication, à l’aide de bon bois vert et sec, d’un petit stock de flèches à empennes grises, ma marque de fabrique. J’ai hâte de pouvoir les tester. Le temps d’attraper mon arc long et mon carquois, et je me dirige vers la sortie de la ville, n’oubliant pas au passage de remplir quelques petits sacs de provisions en tous genres.
Arrivant à la sortie de la ville, je repère immédiatement mon compagnon. Il faut dire qu’il ne passe pas inaperçu avec ses deux mètres de haut. Je lui lance alors :

- Me voilà, désolé pour l’attente. Je suis prêt ! Vu qu’on va passer un petit moment ensemble, autant se tutoyer tu ne trouves pas ? En tout cas moi je le fais, à moins que tu y trouves un inconvénient. Bref, pour aller aux mines de carbonite, il faut se diriger vers les montagnes au sud.

Et ainsi nous partons. Sur le chemin, je lui demande comment il a reçu cette fameuse tâche, et ce qu’il m’apprend me fait reconsidérer cette mission. Ce n’est pas un simple transport de courrier. Si l’homme qui l’a « engagé » a agi de la sorte, il devait avoir une raison. Ce pauvre Shavok s'est mis dans de beaux draps pour avoir affaire à des types pareils. Notre périple pourrait s'en trouver compliqué. Mais pour l'instant, nous continuons notre chemin en devisant paisiblement, nous avons encore une longue route à faire.

- Alors, Zenji vous arpentez ces régions depuis longtemps? Je dois dire que je ne connais pas grand chose à part la forêt au nord. En fait, je me demande si je ne devrais pas...

Face à son silence soudain je remarque qu’il semble chercher à entendre quelque chose. J’étais déjà sur le qui-vive, mais la réaction de mon nouvel ami me conforte dans mes doutes. Nous n’étions pas seuls. Après c’était peut être mon imagination, mais on est jamais trop prudent, surtout qu’étant donné les circonstances dans lesquelles Shavok avait reçu la missive, qui sait ce qu’elle comporte comme informations. Je poursuit donc la conversation l’air de rien :

- Depuis un petit moment je dois dire, même si je n’ai clairement pas encore totalement fini de les découvrir. Ah il faut dire que la vallée d’Ildir est assez étendue, il y a mille et une merveilles à observer… Et je crois t’avoir déjà dit mais tu peux me tutoyer.

Avant d’ajouter à voix basse et d’un ton plus sérieux à l’intention de Shavok : Continue de parler comme si de rien n’était, on se fait peut être des idées pour rien mais moi aussi j’ai l’impression d’être suivi, de toute façon on ne fera pas sortir notre ou nos poursuivants si facilement, surtout si on est filé depuis Hydrasil.

Reprenant une attitude détendue, je continue à avancer, sur mes gardes, puis vient le moment de passer la nuit.
Pendant que nous montons le camp, je ne peux m’empêcher de jeter subrepticement un coup d’œil derrière moi. Exactement ce qu’il ne faut pas faire, j’espère ne pas avoir été remarqué. J’essaie de le camoufler en jetant un coup d’œil distrait au ciel. Au moins il ne semble pas risquer de pleuvoir cette nuit. De toute façon je n’ai rien remarqué, je finis donc cette journée par un bon petit repas, confortablement installé contre un bel arbre, mais restant attentif au moindre mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mer 9 Mar 2016 - 10:34

Deux ans ! Voilà déjà deux ans que j'accomplissait mon devoir de chevalier errant Redresseur. Je parcourais la zone d'influence de l'ordre. Je chassais les groupes de gobelins en maraude, rendais la justice dans les villages qui en faisait demande; Les routes étaient un peu plus sûr sur tout mon circuit. Parfois un coin nettoyé devait l'être de nouveau le mois suivant mais mes rapports mensuels ne faisaient jamais état d'une plainte quelconque contre cette vie libre au service du credo de l'ordre

Présentement, il y avait une semaine que j'avais quitté la forteresse après mon rapport du mois. J'étais à pied ! Pour une fois, car d'habitude je voyage a cheval aux couleurs de l'ordre, je rentre au Château, je déposes ma monture aux écuries pour qu'il profite de soins plus approfondis que ceux fournit par un chevalier en patrouille. Puis je vais voir le dignitaire et lui fait un rapport complet de ma patrouille, en essayant, sans être coupable de mensonges, de ne pas parler des deux ou trois entorses au credo que j'aurais pu commettre involontairement ou non. Ensuite de quoi je vais confier mon équipement et mes armes au forgeron pour réparation, à l'archerie, pour récupérer des flèches et réparer mon arc. Puis je vais à l'économat et renouvèles mes provisions.

Quand toutes ces formalités sont accomplies. Je retournes à l'écurie pour prendre un cheval frais ! Hors cette fois-ci tout le cheptel disponible était réquisitionné, suite à des rumeurs de présence de troupe du Gantelet dans les environs. Donc j'ai pris mon sac et je suis partit a pied à l'opposé de la direction que j'avais prise pour rentrer. Un peu plus loin je fis appel au choix des sept et suivis le chemin désigné par ma destinée.

Alors que j'étais parti vêtu de mon haubert et du tabard gris des Redresseurs, il me sembla bien vite plus pratique d'adopter une tenue plus légère pour crapahuter en forêt. Donc je rangeais ma cotte de mailles et conservais mon gilet a plastron de bois décoré d'un oiseau blanc ailes déployées, de mes jambières de cuir attachées à ma ceinture qui soutenait un pagne rouge, et les pieds nus. Comme c'est de la peau de daim ces peaux sont d'un joli beige crème.

Ce jour-là j'étais en train de chasser mon repas de midi, je trainais un peu trop près d'Hydrasil mais bon le gibier fait ce qui l'amuse ! C'est alors que j'entendis des voix, deux, une grave et forte et une plus légère et plus douce, mais toutes deux masculines. Il me sembla entendre que l'un était le guide de l'autre qui voulait aller au nord. Je dois bien avouer cela m'intrigua. Le type qui employait le guide pouvait être un marchand itinérant ou un noble en mal d'exploration. dans la zone visée je ne connaissait rien de bien intéressant pour qui que ce soit. Puis ils parlèrent de gisement, ce qui m'évoqua un nom : Hartmod, il n'avait rien de bien fréquentable, selon les critères Redresseurs mais aussi selon toute personne un peu saine de moralité.

Je grimpait dans les frondaisons et entreprit de les suivre, à l'oreille et à l'odeur car, à tort ou à raison, je penses que si vous voyez une cible que vous surveillez, il y a de fortes chances qu'elle vous voit aussi. Pendant la journée je sautais de branches en branches, écoutant les discussions innocentes de mes deux compagnons anonymes. Puis comme chaque jour, le soir vint et mes deux comparses ignorants de ma présence, se mirent d'accord pour faire une pause et dresser le camp. Un feu fut allumé et bientôt des odeurs de viande grillée réveillèrent mon estomac affamé. je pris le risque de voir à quoi ressemblaient mes deux cibles. Je descendit sans bruit et contournais leur campement afin de rester dans l'ombre. Et je m'approchais en silence, et je faillis tomber à la renverse.

Devant mes yeux je vis deux hommes-bêtes, des Sulis assurément, mais ils ne faisaient pas partie de la meute. Il y avait là un gros ours, Ursidae dit-on je crois ! Et l'autre était un félin, Felidae ! L'ours était en armure d'aventurier, le félin semblait être un archer ou un chasseur à l'arc. Vous me direz que je suis trop confiant ou fou, toujours est-il que je décidais de rencontrer ces deux créatures. J'assurais mon sac sur mes épaules et avançais vers le campement. J'avais renoncé à me mettre en tenue officielle de Redresseur, préférant ma tenue civile qui indiquait quand même ma provenance mais était aussi moins formelle .

J'apparu dans le cercle de lumière du feu, grand loup de 2m20, tout souriant vêtu de peau de daim, portant sac épée et arc entre autre. Je levais les mains en signe d'approche amicale et dit :

"Bonsoir ! Camarades ! N'ayez crainte ! Je me présente Khaalâm Domix ! Chevalier errant des Redresseurs ! J'étais en patrouilles et je cherchais de quoi me nourrir pour économiser mes rations quand j'ai vu votre feu de camp. et quelle surprise ! Je trouves deux sulis, car vous êtes bien des Sulis, non ? Je ne connais que la meute aussi pardonnez-moi si je me montre indiscret !"

Tout en parlant je m'avançais vers le feu, arrivé à bonne distance je posais mon sac à terre et m'asseyais. Tendant les mains vers le feu je demandais :

"Un bon feu ! C'est bon pour le corps ! Et autrement, qu'est-ce qui amène deux sulis d'espèces différentes dans ces bois ? Et que diriez-vous si je vous proposais mon aide ? Gracieusement et uniquement si c'est dans mes attributions !"

Je regardais l'un et l'autre alternativement attendant leur réponses et réactions face à mon arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Sam 12 Mar 2016 - 12:41

Quelque chose émergea de la pénombre naissante, c'étais sombre et ça faisait facilement dans les 2 mètres. On percevait deux yeux et des dents à faire pâlir n'importe quel humain. Heureusement, Shavok n'était pas humain. L'individu était armé et il se mit à parler.

Shavok n'aurait pas songé à un seul moment que l'individu poilu était un chevalier Redresseur. Déjà, car il ne savait pas ce que c'était, et ensuite, il avait ressentit un profond racisme envers les êtres poilus, que les humains avaient baptisés Sulis. Il savait combien, il était difficile de se faire accepter et bien qu'il se demandait si ce n'était pas un piège, il concéda d'apporter un peu de sympathie à l'individu.

-Khaalâm Domix, il y a beaucoup de choses que j'ignore. Il y a un mois, je ne savais pas ce qu'était un Suli. J'ignorais que j'étais un Ursidae et que mon guide était un Felidae alors j'ignore encore plus ce qu'est un Canidae. Je ne suis pas de ce monde humain. J'ai l'impression que vous non plus. C'est pourquoi je vous concède une place auprès du feu.

Shavok taille un peu plus avec son canif le bout de bois qu'il taillait.

-Avant de vous dire ce que l'on fait dans ces terres, il me semble que j'aimerais en savoir plus sur vous. Qu'est-ce qu'un Redresseur? Connaissez-vous le dicton Suli sacré? Connaissez-vous ces terres?

Je suis désolé de vous abreuver de toute ces questions mais vous comprendrez l'ami que la route est dangereuse et qu'il me faut savoir à qui j'ai affaire. En échange, je répondrais aussi à vos questions tant qu'elles ne sont pas relatives à ce qu'on fait mon ami et moi.


Shavok dessina une pointe au bout du morceau de bois avant de rajouter.

-Vous pouvez m'appeler Shavok. Zenji, est-ce que tu connais les Canidaes? Sont-ils dignes de confiance et plus importants encore que penses-tu de notre ami ici présent?

Il n'avait pas prévu de tutoyer Zenji c'était arrivé comme ça, le plus naturellement possible. Il avait besoin de connaître le jugement de Zenji sur la question même si cela n'était pas discret et pouvait irriter Khaalâm.

Shavok sourit de satisfaction devant son oeuvre terminée. Il était parvenu à dessiner une jolie pointe sur ce morceau de bois. La brochette était prête et il entreprit d'enfiler les lapins que Zenji avait préalablement dépecés. Trois bon gros lapins dodus et qui ne tarderaient pas à juter. Il possédait aussi les quelques champignons comestibles qu'ils avaient trouvés et les posa dans un récipient au dessus du feu. Par ce système, le jus du lapin qui cuirait tomberait directement sur les champignons et permettrait de les faire rissoler.

-Quand le repas sera prêt, Khaalâm, je vous invite chaudement à partager un des lapins et à vous rassasier. Il serait dommage de gâcher ma cuisine et les talents indéfectibles de ce cher Zenji pour la chasse.

Shavok aimait bien cuisiner car c'était une tâche qu'il affectionnait dans son village. L'Ursidae laissa donc Khalaâm répondre à ses questions. Il laissa aussi Zenji lui en poser ou répondre. Pendant ce temps, il était occupé à ce que la cuisson soit aux petits oignons. Il rajouta quelques feuilles de fenouil et de menthe sauvage pour le goût. Ce repas allait être un délice. Il ne se préoccupait pas de ce que pouvait faire ou pas Khaalâm, il savait que Zenji avait les capacités de l'arrêter s'il devenait une menace.

Dans la tête de Shavok, il ne pensait pas que les individus qui les suivaient prendrait le risque d'intervenir. Pour la simple et bonne raison que Khaalâm était une énigme à l'équation sauf bien sûr s'il était de mèche avec eux. Mais, Shavok avait décidé de lui faire confiance. Et, quand Shavok tranchait sur une question, il ne revenait pas dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Sam 12 Mar 2016 - 14:31

Devant un bon feu de camp, nous préparions le repas, passant agréablement la soirée. Je me remémore vite fait la carte de Bélin, on a assez bien avancé en une journée. Mais nous sommes encore loin du but. Sur le chemin, on pourrait envisager de passer par le village de Simpliste, quoiqu’il ne soit pas assez proche pour que cela vaille le coup, ce serait faire un détour inutile.
Je manque de pousser un soupir d’agacement quand j’entends un branchage craquer au sud de notre position. Du calme ce n’est rien ! Je ne vais pas réussir à dormir si je stresse comme ça. J’aurais tout le temps de m’inquiéter quand on sera dans la zone d’influence des Hartmod, entre la famille à la lugubre renommée et les gobelins qui trainent dans ces zones. Toujours quand il y a des nains dans le coin.

Reprenant la préparation du dîner, j’essaie de me concentrer. Quand soudain, un mouvement se dessine sur ma gauche. Cette fois ce n’est pas mon imagination. Je me redresse aussitôt, tous les sens en alerte, déjà prêt à jouer de mon arc.
Nous étions donc bel et bien suivis ! Mais je suspends mon geste aux mots du nouvel arrivant, très surpris par son apparence. En effet, ce n’est pas un homme de main louche ni un brigand quelconque qui vient de se dévoiler à nos yeux, mais bel et bien un Sulis, un Canidae pour être exact. Un homme-loup au pelage obscur, qui rivalise de taille avec Shavok qui n’est pourtant pas chétif. Lui aussi doit faire des ravages quand il s’énerve, me dis-je en souriant à demi-teinte avant de revenir au sérieux que demande la situation. S’il se présente les paumes en avant, signe universel de paix, il est visiblement armé.

Il porte des vêtements simples dont un gilet fermé par des plaques de bois, orné d’une sorte de… oui ce semble bien être une colombe. Je crois savoir que c’est le symbole des Redresseurs, un groupe d’hommes animés par un strict code de justice. Je ne suis pas adepte de ces groupes armés, mais au moins eux prônent un message de justice et de paix, pas comme d’autres, qui ne tolèrent pas la présence de créatures comme nous. D’ailleurs je suis assez étonné qu’un Sulis soit l’un de leurs membres.
D’un autre côté, il ne porte pas leur tenue habituelle je crois… quoique, j’aperçois dans son dos un sac suffisamment large pour transporter son armure et leur cape grise caractéristique.

"Bonsoir ! Camarades ! N'ayez crainte ! Je me présente Khaalâm Domix ! Chevalier errant des Redresseurs !"

Ses premières phrases confirment ma déduction, même si j’ignorais que les Redresseurs pouvaient errer comme il le dit, je pensais qu’ils restaient ensemble dans leur base. J’abaisse légèrement mon arme, conscient qu’un Redresseur, tout chevalier errant soit-il, ne nous attaquerait pas sans raison. De toute façon il ne se serait pas montré ainsi s’il nous voulait du mal, à moins que ce ne soit une ruse et que d’autres individus se préparent à nous attaquer. Jetant un coup d’œil furtif aux alentours, je me ravise ; je pense quand même que si autant de personnes se cachaient autour de nous, l’une d’entre elles au moins serait repérable. Par mesure de précaution, je garde cependant l’arc à la main tandis que notre invité du soir finit de se présenter.

"J'étais en patrouilles et je cherchais de quoi me nourrir pour économiser mes rations quand j'ai vu votre feu de camp, et quelle surprise ! Je trouve deux sulis, car vous êtes bien des Sulis, non ? Je ne connais que la meute aussi pardonnez-moi si je me montre indiscret !"

C’est la première fois qu’il rencontre des Sulis en dehors de sa meute ?! Mais depuis combien de temps fait-il partie des Redresseurs ? Je sais que nous ne sommes pas si nombreux que cela, mais la pensée d’années passées uniquement au milieu d’humains me met mal à l’aise. Certains sont bien sympathiques, mais voir uniquement des Humains tout le temps c’est un coup à devenir fou !
D’un autre côté, c’est vrai que je n’ai croisé aucun Canidae au cours de ma vie, et que les Sulis en général, s’ils ne se comptent pas sur les doigts de la patte, se montrent plutôt discrets dans le coin. Puis, jetant un coup d’œil à Shavok, disons plutôt aussi discret qu’on puisse l’être en faisant 2 mètres de haut.

"Un bon feu ! C'est bon pour le corps ! Et autrement, qu'est-ce qui amène deux sulis d'espèces différentes dans ces bois ? Et que diriez-vous si je vous proposais mon aide ? Gracieusement et uniquement si c'est dans mes attributions !"

Je range mon arme avant de me rasseoir, Shavok lui ayant déjà proposé de s’approcher. Pendant que Shavok s’occupe de la cuisson, Khaalâm finit de se présenter, en réponse aux questions de l’Ursidae.
Je tique à la mention du « dicton Suli sacré », et pour retenir un sourire, je me repenche sur le feu pour vérifier qu’il ne faiblit pas. Après avoir obtenu ses réponses, mon nouvel ami Ursidae finit par se présenter :

-Vous pouvez m'appeler Shavok. Zenji, est-ce que tu connais les Canidaes? Sont-ils dignes de confiance et plus importants encore que penses-tu de notre ami ici présent?

Il s’est enfin mis à me tutoyer. Me retournant vers Khaalâm en souriant sincèrement, je réponds en m’introduisant à mon tour :

- Enchanté Khaalâm. Je me prénomme Zenji. Et pour répondre à ta question mon cher Shavok, je n'en connais pas personnellement mais je ne vois pas de raison pour qu'un Suli soit fourbe envers des inconnus. Pour tout dire, il est vrai que je n’en connais qu’une dizaine tout au plus à part mes parents dans ce territoire, mais de ce que je vois pour l'instant, Khaalâm a l'air fiable.

Quant à la question concernant l’objet de notre présence en ces bois… Je jette un coup d’œil interrogateur à Shavok, après tout c’est lui le patron pour cette mission. A lui de voir s’il veut mettre quelqu’un d’autre dans la confidence. Mais il semble d’accord pour intégrer du moins dans un premier temps notre camarade Suli. Je me permets donc de lui fournir quelques éléments de notre mission.

- Pour ma part je joue actuellement au guide touristique. Plus sérieusement, je suis le guide de Shavok dans cette zone qu'il ne connait guère, car comme il te l'a dit il est nouveau dans le coin. Quant à ta proposition de nous accompagner, je n’y vois aucune objection. Mais je laisse Shavok décider de cela, c'est lui qui dirige cette "opération".

Je lui tends aussi un peu de nourriture savamment préparée par Shavok, et tandis qu’il dévore le morceau de viande comme s’il n’avait rien avalé de la journée, je me redresse sur le tronc auquel je suis adossé pour lui demander :

- Dis-moi, Khaalâm, si tu permets que je te t’appelle comme ça. J’aimerais savoir… ma question va te sembler étrange, mais aurais-tu remarqué des signes de présence humaine aux alentours pendant que tu chassais ? Je suppose que tu étais discret afin de ne pas faire fuir ta cible, donc tu aurais éventuellement pu surprendre quelque chose. C'est ce qui peut expliquer ma défiance lors de ton arrivée, pour laquelle je m’excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Lun 14 Mar 2016 - 23:13

Mon arrivée, surprit un peu les deux compagnons, le félin me pointa de son arc, ce qui était de bonne guerre ! L'ours m'adressa la parole, m'apprenant qu'il était peu au fait des mœurs de cette région, avouant d'ailleurs que les termes sulis et Felidae et Ursidae ainsi que Canidae lui étaient il y a peu, encore étrangers. il me posa quelques questions et m'invita à partager leur repas.

L'ours, Shavok, s'adressa à son ami, Zenji, lui demandant ce qu'il pensait de moi et de mes intentions. Le Felidae qui avait remisé son arc, avoua son incapacité à se prononcer, il ne connaissait pas beaucoup de sulis et peu de membres de mon espèce, mais il concéda que les sulis étant ce qu'ils sont, il y avait peu de raison à ce que je sois un danger pour eux.

Tous les deux m'invitaient à me joindre à leurs agapes, je baissais les mains en souriant et remuant la queue, comme manifestation de mon contentement. Je pris le morceau de viande que me tendait Zenji en le remerciant. Je pris le temps d'ôter tout l'accompagnement pour ne retrouver que la viande seule : je ne tenais pas à avoir des renvois pour cause d'aliments indigestes. Je dévorais l'animal et sa carcasse, entre deux bouchées je me mis à répondre à mes deux camarades de hasard.

"Les Redresseurs sont les combattants pour la justice et la paix, ils luttent contre les malfaisants. Moi je suis né dans une meute qui pratiquent beaucoup de rituel mais ton dicton suli sacré, ami Shavok, m'est inconnu. Comme tout membre de la meute je respectes la nature et suis plutôt un être de paix.

Moi en plus je suis Redresseur, chevalier errant, fidèle de Phémelée et éduqué dans le credo des Redresseurs. Je patrouillais dans le coin, et j'ai eu besoin de chasser pour me nourrir. J'ai entendu des voix, vous deux, qui parlaient de se rendre vers le nord. Hors dans cette région il existe des êtres peu recommandables.

Ne sachant si vous étiez d'innocents voyageurs en route vers des dangers immenses ou des bandits en mal de contrat de mercenaires, je décidais de vous suivre discrètement. Mais la nuit venue, votre campement m'a attiré les narines, donc je suis descendu voir à quoi vous ressembliez. Quand j'ai vu que vous étiez ce que vous êtes, je me suis permis de me présenter.

Pour ma part je suis toujours suivit par la meute, alors je ne sais pas quoi te dire Zenji, je n'ai rien remarqué, j'étais concentré sur vous pour ne pas perdre votre piste, mais quels que soient vos poursuivants, s'ils existent, mon épée sera à vos côtés ! Donc maintenant que je crois avoir répondu à vos questions légitimes, me direz-vous ce qui vous pousse à voyager vers le nord ?"


Je terminais de croquer les os des cuisses du rongeur et attendit la réponse de mes nouveaux amis. J'écoutais les bruits nocturnes, mais ne trouva rien pour confirmer ou non les craintes des deux sulis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mer 16 Mar 2016 - 16:12

Shavok ressentit que la cuisson était finie. Il retira les brochettes et les distribua. Il y en avait donc une pour Zenji et une pour le nouvel arrivant. Shavok posa ses pattes de part et d'autre de la brochette et commença à s'atteler à la tâche de décortiquer la chair de lapin sans toucher aux os. Ses dents frappaient avec une étonnante rapidité chirurgicale. Il était capable d'arriver en parfait charognard à retirer la chair et à ne laisser que les os vacants. Quand il voulait un peu d'autres choses en bouche il se servait allègrement dans l'accompagnement. Ce mélange de champignon, de jus de lapin, de fenouil et de menthe sauvage apportait un déferlement de plaisir au sein que de son palais, et son estomac appriéciait.

Pendant qu'il dégustait ainsi son repas, il écoutait discrètement la conversation entre Zenji et Khaalâm. Ils avaient l'air de bien s'entendre. C'était déconcertant de voir avec quel facilité Zenji pouvait passer du parfait gentilhomme qui ferait pâlir les plus hauts dignitaires d'Hydrasil au tueur à sang froid. Shavok n'en avait jamais parlé à Zenji mais ça lui faisait peur cette double personnalité qu'il avait en lui. C'était pas normal.... un peu comme la magie.

Khaalâm lui semblait avoir un comportement plus animalier, plus sauvage. C'était différent de Shavok dans le sens où Shavok était un animal par son caractère mais Khaalâm ressemblait à un animal par sa façon d'être. Shavok n'avait pas décidé de son sort, rien ne semblait dire qu'il était son ennemi ou son ami. Mais, on ne pouvait pas prévoir tous les éléments qui découlent dans la vie et Shavok avait déjà pris sa décision. Il allait avouer la vérité à Khaalâm.

Il le regarda d'un air sérieux:

- Alors comme ça vous ne connaissez pas le dicton Suli sacré et vous vous dîtes Suli? Monsieur, permettez-moi de m'indigner devant l'inexactitude de vos pensées! Je vous prie de bien vouloir partir dans les plus brefs délais!

Le visage de Shavok reprit un air taquin:

- Je plaisante, je fais le coup à chaque fois que je croise un Suli. Zenji avait eut aussi une drôle de tête d'ahuri quand je lui avait fait le coup. Je suis désolé si vous avez été offensé mais voyez cela comme une douce satisfaction personnelle à pouvoir voir votre tête quand j'ai mentionné ce dicton!

Maintenant, que je suis rassasié et que je vous ai écouté, je vais vous dire, je vais écouter l'avis de Zenji et mon propre avis et vous faire confiance. Vous semblez être quelqu'un d'honnête et bizarrement l'honnêteté ça se perd de plus en plus.


Shavok prit un temps de silence attendant de voir si quelqu'un avait quelque chose à répliquer et reprit:

-Qu'est-ce qu'on fait ici? C'est une longue très longue histoire. Pour faire simple, quelqu'un nous a demandé d'apporter une missive aux Gisements d'Hartmod. Je ne connais pas très bien les lieux, mais Zenji si, c'est pourquoi il est là comme il vous l'a dit tout à l'heure. Je suis assez inquiet d'être suivi et je suis prêt à vous donner une pièce d'or si vous nous aidez. Oh, je vous prie de bien vouloir ne pas vous offusquer, je n'essaye pas de vous acheter! Mais, je suis de ceux qui pensent que tout travail doit être rémunéré même si c'est pour d'excellentse raisons que l'on exécute ce travail.

Croc Brun voulait en savoir plus.

- C'est une noble cause et une bonne situation d'être Redresseur quand je vous entends en parler. Pour ma part, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir le bon esprit suli ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction personnelle, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi comme vous semblez l'avoir fait. Tu n'es pas d'accord Zenji?

C'était sans doute par le fait de cet excellent repas mais Shavok avait eut une de ces idées philosophiques qui l'entraînaient assez loin dans la conversation. Il avait quelque peu dévié mais c'était ce type de discussion qui permettait de faire comprendre qui on était. Il se demandait donc comment ses camarades allaient bien pouvoir répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Dim 20 Mar 2016 - 15:06

Ce qu’il dit sur les Redresseurs est véridique, du moins pour le peu que j’en sais, il se présente ensuite un peu plus, parlant notamment de sa meute et nous avouant qu’il nous a suivis un moment dans la journée. Mais quant à ma question, Khaalâm ignore quels pourraient être nos poursuivants. Il ne faut pas se faire du mouron pour rien, je pense que les problèmes viendront plutôt une fois chez les Hartmod.

" Je patrouillais dans le coin, et j'ai eu besoin de chasser pour me nourrir. J'ai entendu des voix, vous deux, qui parlaient de se rendre vers le nord. Or dans cette région il existe des êtres peu recommandables. Ne sachant si vous étiez d'innocents voyageurs en route vers des dangers immenses ou des bandits en mal de contrat de mercenaires, je décidais de vous suivre discrètement."

Bien ça, il est honnête. Si je suis rassuré un temps de savoir que c’était de lui que me venait le sentiment d’être suivi, je ne me relâche pas pour autant, il a très bien pu être lui-même suivi comme il nous l’explique. Ou alors c’est vraiment après nous qu’on en a. Bref, pour l’instant, profitons de ce repas, il n’y a aucun signe de présence ennemie.

L’une des dernières phrases de Khaalâm m’arrache un sourire. Je suis rassuré à l’idée d’avoir désormais une paire de bras supplémentaires dans cette quête qui ne s’annonce pas de tout repos. Et quelle paire de bras ! De la même façon qu’avec Shavok, si un idiot a la mauvaise idée de les charger, il se fera démonter par ces deux colosses. Même avec ma taille plus que respectable par rapport à un humain, j’ai presque l’impression d’être celui qui est escorté par deux gardes du corps.
À la très sérieuse réponse de Khaalâm sur le fameux dicton Suli, Shavok répond par une dernière blague.

- Je plaisante, je fais le coup à chaque fois que je croise un Suli. Zenji avait eut aussi une drôle de tête d'ahuri quand je lui avais fait le coup. Je suis désolé si vous avez été offensé mais voyez cela comme une douce satisfaction personnelle à pouvoir  voir votre tête quand j'ai mentionné ce dicton!

À l’évocation de cette scène ridicule, un sourire me monte au visage. Ah souvenirs, souvenirs, quand ils nous tiennent… même si ce n’est pas si lointain. Après ces présentations, Khaalâm nous demande de façon justifiée d’expliquer ce qu’on fait là nous aussi. Et Shavok a l’air d’avoir le même avis que moi sur notre invité puisqu’il lui lance :

- Maintenant, que je suis rassasié et que je vous ai écouté, je vais vous dire, je vais écouter l'avis de Zenji et mon propre avis et vous faire confiance. Vous semblez être quelqu'un d'honnête et bizarrement l'honnêteté ça se perd de plus en plus.

Shavok se mit alors à lui raconter plus en détails ce qui nous amenait dans la zone, et la raison de notre prudence. J’étais presque soulagé que Khaalâm nous accompagne malgré tout, il allait être d’un secours certain.

Puis Shavok ajouta quelque chose sur la situation de Redresseur, et là je dois avouer que j’ai eu du mal à suivre. Il a sorti une sorte de réflexion philosophique profonde totalement improvisée, et notamment le « je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu’amour » m’a un peu choqué venant de lui. Shavok est bon vivant et a bien des qualités, mais chanter la vie n’en fait pas partie à ma connaissance. Je me demande un instant si les champignons qu’a ajoutés Shavok en accompagnement n’ont pas quelques vertus hallucinogènes cachées, quoique vu son flair il l’aurait remarqué.
J’en oublie presque de manger, tant la tirade de Shavok m'a marqué. Et alors qu’il me demande ce que j’en pense, je marmonne vaguement quelque chose, tandis que j’écarte de ma viande les champignons qui s’y trouvent :

- Euh… oui… absolument, malgré que je ne pense pas encore être assez doté de qualités humaines, ou être assez bienveillant pour me mettre gratuitement au service des autres. Mais ta réflexion est… intéressante.

Me raclant la gorge, sans savoir trop quoi répondre, je poursuis en m’adressant à Khaalâm :

- Au passage Khaalâm, est-ce que tu connaitrais bien les environs par hasard ? En tant que Redresseur errant, je suppose que tu dois assez voyager, et peut être tourner dans le coin non ? Au pire ce n’est pas très important, c’est juste histoire de savoir quand on arrivera exactement dans la « zone » du gisement Hartmod, pour être prêts à toutes les éventualités.
Et puis je voudrais te demander un service. Quand on y arrivera, fais bien attention de ne pas montrer ton armure de Redresseur que je vois dépasser de ton sac. Il vaut mieux éviter d’attirer l’attention, surtout parmi de tels individus comme tu l'as souligné.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Ven 25 Mar 2016 - 14:13

Shavok fini par avouer qu'il s'était mis dans le pétrin et que de fait il devait s'acquitter d'une livraison pour le compte des Hartmold. et qu'il se rendait au gisement minier de cette famille de triste réputation. Donc en fait ils n'allaient pas au nord mais plutôt plein sud. La route serait longue et mouvementée. Puis il se perdit dans des propos philosophiques décousus. Ne sachant s'il me faisait une autre blague, je pris le parti d'en rire.

Zenji prit ensuite la parole et me demanda de l'aide pour se guider vers le lieu de leur échange. Il me conseilla aussi de mieux cacher mon armure pour éviter d'attirer l'attention de ceux qui attendaient le paquet qu'on leur avait remis. L'idée était bonne sur le principe mais il me semblait difficile de jouer de cette façon sans aller contre le credo des Redresseurs.

"Le credo des Redresseurs m'interdit le mensonge et la dissimulation ami Zenji ! Mais mon statut de chevalier errant me donne certaines latitudes, alors j'essaierais de garder mon armure mieux cachée, la plupart du temps, mais il me faudra le remettre face à des criminels ou des malfaisants, car il doivent savoir qui les mets hors de capacité de nuisance. Et puis les Hartmod sont des gens peu scrupuleux, ils pourraient nous tuer que nous soyons au courant ou pas.

On peut espérer par contre qu'ils hésiteraient si un Redresseur vous tenait compagnie. Nous avons réputation de gens respectables et de parole. Alors ils y regarderaient à deux fois avant de nous trouer la peau et s'emparer de nos biens.

Pour ce qui est de vous aider dans votre périple, oui je connais, c'est près de la frontière de Varakir que nous devons aller, dans les montagnes où se trouvent les gisements miniers. J'ignores pourquoi vous parliez d'aller vers le Nord ou pourquoi j'ai cru que vous alliez vers le nord ? En fait faut aller vers le Sud, mais la route est longue.

J'acceptes la pièce de rétribution parce que je dois bien vivre moi aussi, mais mon aide vous est acquise sans condition, vos "commanditaires" sont des gens peu respectables, il me semble que point n'est besoin d'user de la force pour obtenir ce que l'on vous doit. Ni forcer une personne égarée à risquer sa vie ! Pour ces raisons et parce que c'est mon choix et mon devoir sacré ! Je vous accompagnerais même si je dois en mourir !"


J'avais dis tout ça en toute sincérité, j'étais effectivement près à donner ma vie pour sauver la leur, car tel était mon devoir, et rien ne saurait m'en empêcher. Je tendis la main vers eux attendant qu'il viennent chacun la serrer et conclure ainsi mon pacte de partenariat et de protection.

Je me demandes bien comment cette histoire tournera a l'avenir, si avenir il y a mais j'aimerais bien que ce pacte devienne un pacte d'amitié, Me lier avec mes pairs me serait profitable, surtout que tous les humains ne sont pas aussi ouverts que les Redresseurs et que je ne veux pas devenir un fou qui se parle à lui-même ou un vieux loup qui ne connait que les cris de la meute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Dim 3 Avr 2016 - 10:46

Shavok se sentait bien. Il avait fini son repas et pouvait compter sur l'assistance de Kaalâm pour régler les situations ennuyantes qu'il pourrait rencontrer en chemin. C'était déjà un premier pas vers la réussite de cette mission. Zenji semblait déconcerté mais il arrivait pas à mettre le doigt sur la chose qui le mettait à ce point confus. Il n'allait pas sans dire que les courageux aventuriers qu'ils étaient, devraient sans aucun doute affronter des menaces. Khaalâm leur assurait de mettre sa vie en périple pour le bien de cette mission. De bien belles paroles... Mais Shavok savait que certains fanfarons pouvaient dire ce genre de chose. Toutefois, quand l'heure de la bataille arrivera on verra bine de quel bois Khaalâm est forgée, le roseau qui se plie pour disparaître ou le chêne robuste? Il y avait des inconnues dans l'équation mais Shavok qui se sentait d'humeur philosophique depuis qu'ils avaient mangé les champignons y songeait rapidement.

Zenji était certes contrarié mais sa bonne humeur semblait toujours être présente. Shavok s'en voulait. Il lui avait raconté la vérité mais qui serait assez téméraire pour le suivre dans cette folle aventure pour une pièce d'or? Il l'avait embarqué dans une aventure qui semblait dépassé le Felidae. L'Ursidae n'avait pas le choix, il était bien obligé de'avoir des personnes de confiance autour de lui car partir seul pour cette mission aurait été suicidaire. Croc-Brun s'échappait à la réalité comme il le pouvait. Zenji pouvait devenir un ami mais... Il ne pouvait s'empêcher de croire que Zenji semblait être un pion dans une machination plus grande. Cela lui rappelait le jour funeste où il s'était échappé de son village. Lui aussi, ce jour-là, il n'avait été qu'un pion.

Il prit la parole une dernière fois avant de s'endormir:

-Je sais que l'on court sans doute vers un danger quelconque, et j'en suis désolé. Si je devais m'y prendre autrement, je le ferais mais je suis pieds et poings liés. Je vois que tous les deux êtes sûr de vous en sortir sans aucun problème mais ne sous-estimez pas la profondeur de la menace qui nous attends. Nous ne sommes guère des héros tout juste des mercenaires bon à arpenter les routes. Les nobles nous envisagent sans doute comme des roturiers bon pour être sacrifiés dans une quelconque guerre. Mais, ce soir, mes mais, nous faisons serment de cracher sur la morale, ce soir nous allons déterminer que c'est nous qui vivons notre destin et pas le destin qui influe nos actes! J'en ai ras le bol d'être un pion sur un échiquier ce soir , je dis merde, merde et merde! Car, ce soir nous ne sommes plus des pions, nous sommes des fous audacieux prêts à tout pour vaincre et accomplir ce que nous devons faire. Nous ne mourrons pas comme des raclures car nous sommes mieux que ça! Sur ce, je crois que je vais dormir...

La masse de Shavok s'écroula et l'on entendit une respiration calme et posée indiquant qu'il dormait. C'en était fini pour l'ours humanoïde! Rien ne pourrait le réveiller mis à part le fait que le soleil se lève.

                                               *************************************


Justement, le soleil se leva et il se mit à geindre un peu tout en se levant. IL trouva ses deux comparses en train de dormir autour du feu qui s'était malheureusement éteint. Personne n'avait pris de tour e garde où s'il avait fait cela s'était passé sans Shavok. Shavok entendit un bruit imperceptible venant des fourrés tendais qu'il s'était dirigé par là pour uriner. C'était un jeune nain qui détala en le voyant arriver. Shavok n'eut pas le temps de réagir que celui-ci monta sur une monture blanche et s'en alla. L'Ursidae haussa de ses larges épaules et accomplit la joyeuse besogne qu'il était en train de faire.

Quand il revint au campement, il commença à remettre de l'ordre dans ses paquets. Il était compliqué de savoir quel affaire était pour qui. Mais, ne disposant que de peu d'effets personnels cette tâche se révéla plus simple qu'il ne le pensait. Il remarqua que l'un de ses compagnons poilus s'était réveillé. Il lui indiqua donc:

- Ah, avant que tu ailles dans les fourrés, je dois t'avertir qu'il y a un nain avec une tignasse noir qui espionne les gens en train de pisser. Quand je l'ai remarqué, il s'est enfui sur son poney blanc. Je ne pensais pas qu'il y avait des pervers dans les environs donc ben... Méfie-toi! D'après ce que j'ai entendu sur les nains, ils petits donc ils pile à bonne taille jouer avec ta... enfin tu m'as compris quoi.

Suite à quoi, Shavok s'occupa d'éteindre convenablement le feu. Il ne fallait pas que des braises reste allumé car il aurait pu mettre le feu dans les parages. Il saupoudra donc de terre pour l'éteindre convenablement.  Il était fin prêt à reprendre son voyage. Il attendit donc que les autres le soit également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mer 6 Avr 2016 - 19:54

"Le credo des Redresseurs m'interdit le mensonge et la dissimulation ami Zenji ! Mais mon statut de chevalier errant me donne certaines latitudes, alors j'essaierais de garder mon armure mieux cachée, la plupart du temps, mais il me faudra le remettre face à des criminels ou des malfaisants, car ils doivent savoir qui les mets hors de capacité de nuisance. Et puis les Hartmod sont des gens peu scrupuleux, ils pourraient nous tuer que nous soyons au courant ou pas.

Ma faute ! Il est vrai que je n’avais pas pris en compte les fameux préceptes de son ordre. Je lui devais quelques excuses pour avoir proposé ainsi quelque chose qu’il pouvait trouver insultant. Je le rassurais donc sur la question :

- Bien sûr je ne t’impose rien ! Je te remercie de ta diligence en tout cas, de plus c’est vrai que la révélation de ta qualité de chevalier des Redresseurs nous donnera peut-être quelques points d’avance. En effet, à ma connaissance, en général un Redresseur a des camarades pas trop loin, ainsi ils n’oseront peut-être pas attaquer immédiatement. En tout cas, je pense parler à notre nom à tous les deux en disant que tu es plus que bienvenu dans notre petit groupe ! Je suis sûr que nous aurons de sacrées aventures ensemble.

Je serrais alors sa main tendue avec chaleur et force, heureux d’avoir trouvé en ces deux Sulis de fidèles compagnons, alors que pendant longtemps j’avais privilégié l’isolation lors de mes missions. Suite à cela, Shavok nous lança une dernière tirade avant de se coucher :

-Je sais que l'on court sans doute vers un danger quelconque, et j'en suis désolé. Si je devais m'y prendre autrement, je le ferais mais je suis pieds et poings liés. Je vois que tous les deux êtes sûr de vous en sortir sans aucun problème mais ne sous-estimez pas la profondeur de la menace qui nous attend.

- Ne t’inquiète pas mon ami ! De la même manière que pour notre nouveau camarade Khaalâm, tu peux être assuré de mon aide complète et assumée ; et ne t’en fais pas, je ne sous-estime pas la situation. Je suis pleinement conscient des risques que cette opération présente, mais j’ai décidé de les affronter avec vous deux.
D’ailleurs, je pense, au moins pour aujourd’hui, étant donné que nous sommes encore assez proches d’Hydrasil, surveiller les alentours pendant un moment. En tout cas, je vous souhaite un bon repos !


Mais à la fin de mes paroles, Croc Brun semblait déjà avoir sombré dans un sommeil lourd. Je me tournais alors vers Khaalâm en silence pour lui souhaiter d’un signe amusé de bien dormir, montrant que je surveillerais un peu les alentours.
Je m’asseyais alors par terre, en tailleur, toujours adossé à mon tronc d’arbre, surveillant d’un œil acéré les alentours éclairés faiblement par la lueur mourante de notre feu de camp.

Je me permettais de ne pas l’entretenir car la nuit n’était pas trop fraîche, de plus je ne faisais presqu’aucun mouvement, dans le but de faire croire que j’étais assoupi, c’était le moment où jamais pour d’éventuels agresseurs. Je montais ainsi la garde pendant quelques heures, me disant finalement que si poursuivants nous avions, ils étaient encore loin ou du moins n’osaient s’approcher.
Une partie de la nuit étant passée et sans aucun signe d’attaque ennemie, je me permis de me relaxer un peu, comme mes compagnons apparemment endormis. À les observer ainsi, une lourde torpeur me saisit lentement, et ce faisant je ne tardais pas à rejoindre mes camarades dans un sommeil profond et réparateur, prenant des forces pour le voyage qui ne faisait que commencer.

Ce n’est que le lendemain que je me réveille en sursaut, aux bruits de Shavok fouillant dans les paquetages. Je m’étire tous les membres avec plaisir, malgré mon mécontentement relatif au fait que je dormais tellement profondément que je n’ai pas remarqué quand Shavok avait quitté le camp. N’importe qui aurait pu alors attaquer et j’aurais été sans défense. Il remarque que je suis éveillé et me lance :

- Ah, avant que tu ailles dans les fourrés, je dois t'avertir qu'il y a un nain avec une tignasse noire qui espionne les gens en train de pisser…

Me levant d’un bond, je me précipite sans attendre vers l’endroit dont il parle avant de ralentir quand Shavok énonce que le nain en question s’est enfui à cheval, enfin en poney pour être précis. Et oui je t’ai très bien compris Shavok, en tout cas bravo pour avoir remarqué cet espion. Je me permets d’aller voir à l’endroit où il était pour voir si un quelconque indice subsiste. Mais je ne trouve pour ma part rien du tout. Simplement des empreintes un peu plus profondes semblant indiquer que l’individu s’est tenu là un petit moment. Je reviens vers mes compagnons, inquiet de cette découverte. Au final, nous sommes bel et bien surveillés. C’était un nain, ce ne peut pas être une coïncidence, il est forcément en lien avec la famille Hartmod.

Se pourrait-il que le commanditaire de notre livraison ait déjà prévenu les Hartmod, qui auraient envoyé un homme nous surveiller… Mais quel intérêt alors à faire transporter la lettre par Shavok. Si le nain venait du gisement au sud, autant aller jusqu’à Hydrasil pour ramener la lettre à ses patrons sans besoin d’un intermédiaire ; de plus Shavok venait de recevoir cette mission, comment pouvait-il être déjà si loin du gisement… Non, il devait s’agir d’autre chose. Surement et tout simplement un agent de ce Nikolos vérifiant que nous menions notre mission à son terme.
Mais je n’aime pas être épié ainsi. S’il se remontre, on le chope et on lui fera aimablement comprendre son erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mar 19 Avr 2016 - 9:17

Shavok nous fit un petit discours sur ses regrets alors que Zenji s'excusait d'une faute qui n'était pas la sienne mais qui serra ma main avec chaleur et amitié. Notre camarade "Croc-brun" conclut sa tirade par une invitation au sommeil suivit bien vite par ses ronflements tranquilles. Brave créature que ce suli large et fort comme un ours, qui dormait du sommeil du juste.

Il était faillible, mais de bonne foi alors qui étais-je pour lui tourner le dos ? Mon ordre croit bien à la réhabilitation des démons (il faudra d'abord trouver ces artefacts dont parlent les ouvrages de la bibliothèque du château, de mon point de vue c'est pas demain la veille) Zenji lui souhaita bonne nuit après un discours où la loyauté et l'amitié se battaient en duel pour s'approprier la première place des sentiments du Felidae.

Il se tourna vers moi quand les ronflements de Shavok prouvèrent qu'il dormait déjà profondément et me sourit en me souhaitant la bonne nuit. Je lui rendit son encouragement à un bon sommeil. J'étais un peu embarrassé, j'avais l'habitude dormir seul, et souvent je prenais soin de préparer le périmètre de mon lieu de repos. Là nous étions trois et pas un pour parler de tour de garde. Zenji sembla s'en charger de son propre chef. Je dormis donc, espérant que je saurais me réveiller comme d'habitude pour monter la garde à mon tour .

je dois avouer que j'eu du mal à dormir : Je n'avais plus l'habitude des chambrées de soldats, aussi les ronflements de Shavok et la respiration de Zenji qui avait cédé au sommeil finalement, me réveillèrent durant la dernière partie de la nuit. Je surpris des bruits divers, mais décidais de faire semblant de dormir, pour le coup je ne risquais plus de me rendormir. Toutes leurs histoires de chef criminel et de la contrainte imposée à Shavok et son ami, ses amis, j'en étais aussi maintenant ! Ces poursuivants qui se dissimulaient dans l'ombre. Bref assez de menaces non-négligeables.

La nuit se passa sans encombre, au matin j'entendis le gros ours se lever, il était parti se soulager et j'entendis bientôt qu'il se prenait de bec avec un intrus. Puis Zenji se réveilla et commença à s'activer. Shavok revint et se plaignit d'un nain voyeur. Le félidae parit en trombe pour voir ce qu'il y avait comme preuve de cette présence mais Croc-brun lui indiqua qu'il s'était enfui. Zenji partit quand même sur lieux et moi je décidais de me lever pour de bon.

"Salut Shavok ! Quelles nouvelles de si bon matin ?"

Tout en écoutant sa réponse je défies mon lit et rangeais mes couvertures. Zenji revint, il semblait déçu et en colère. Le nain était une menace, mais d'où venait-elle ? Pas du commanditaire ni de la cible, un rival peut-être ? Je décidais encore plus de rester avec mes deux nouveaux amis, je détestes ceux qui ne jouent pas franc-jeu et vous tendent des pièges ou des embuscades !

Je mis mon sac sur mon dos et regardais mes deux compagnons :

"Le nain doit sans doute en référer à une autorité, il nous croira peut-être encore ici, aussi je proposes qu'on se mette en route vers notre objectif, c'est loin et périlleux, mais nous sommes trois sulis de grandes tailles et de grandes forces. Rien ne saurait nous ralentir. Mettons quelques kilomètres entre ce nain et nous ! En marchant vite on sera loin à midi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Lun 23 Mai 2016 - 11:50

La nouvelle de ce nain espion semblait avoir déconcerté tout le monde. Certains se monter naïf sur la situation alors que d’autre rester la défensive. Mais force était de constater que le voyage se déroula sans anicroche du moins les premiers jours. Shavok se promenait dans son armure avec son épée qui saillait à ses côtés sur le flanc droit. Zenji avait toujours son arc sur son dos et Khaalâm avait aussi une force dissuasive sur lui. Shavok ne put s’empêcher songer que le hasard faisait les choses plutôt bien. Ils étaient dans une situation catastrophique avec Zenji et il ne pensait pas qu’il tomberait si facilement sur un allié. Khaalâm était quelqu’un de simple qui ne cherchait pas les problèmes. Il faisait partie de ces histoires de jouvencelles que l’in pouvait entendre parfois où le chevalier à l’armure étincelante sauvait la veuve et l’opprimé à l’exception que c’était un suli car ce genre de conte était destiné aux humaines.

Il semblait qu’ils étaient surveillés ou peut-être était-ce leur imagination. Quoi qu’il en soit, ils surveillèrent leur arrière tout en avançant. Shavok s’occupait de la cuisine, Zenji de réunir le petit bois et Kaalâm de monter les tentes. Ils avaient trouvé leur rythme de promenade et ils commencèrent à s’apprécier. La monotonie semblait régner et plus le voyage durait et moins ils se sentaient espionnés.

Ils firent donc bon voyage. Shavok n’hésita à raconte quelques anecdotes amusantes en chemin comme la fois où il avait but tellement d’hydromel qui s’était retrouvé à voir un monstre dignes des légendes. Alors qu’il rentrait dans les fourrés, il avait une tête de cerf monté sur un corps d’ours et ayant des pattes de sanglier. Selon une légende locale, le monstre était appelée un fiellon et il apparaissait pour se repaître de ses victimes. On racontait que c’était une sorte de démon qui remontait aux légendes du temps jadis aux moments de la grande guerre qui avait éclaté au sein de la Vallée d’Ildir. Shavok n’en avait pas cru une miette mais force était de constater que le Bois des Murmures  était diablement mystérieuse et que le lendemain alors que Shavok s’était réveillé à cause d’un paysan qui lui avait donné des coups de pied car il  était en plein milieu du chemin, il avait trouvé des cadavres de cerf et des morceaux de bras. Le paysan s’était enfui en courant en croyant que c’était lui le fautif mais Shavok s’était rappelé distinctement du monstre qu’il avait vu la veille. Légende absurde ou Shavok était réellement un sociopathe ? Il ne le savait pas mais toujours est-il qu’au cours de leur cinquième journée de voyage, ils allaient pénétrer dans cette forêt peu réputé.

-J’espère les amis, que ne l’on tombera sur le dangereux fiellon, il parait qu’une fois qu’il a vu sa proie il ne la quitte pas. Aussi étonnant soit-il, il me semble qu’il existe un petit hameau au cœur de la forêt où les habitants sont des eladrins. Le nom de ce hameau est Ziraël cela signifie Hirondelle dans la langue commune. Les habitants sont très sympathiques mais récemment, ils ne donnent plus beaucoup de nouvelles.

Alors qu’il craignait d’être suivi par un nain quelconque, l’atmosphère se transforma. Quand ils pénétrèrent dans la forêt, une mystérieuse brume s’installa. Elle n’avait pas l’air naturelle car elle était violette. Devant cet éventualité, Shavok se dit qu’au moins leurs poursuivants ou les espions ne pourraient pas les suivre à travers leur mission mais d’un autre côté que s’était-il passé dans les parages ? Cet endroit était charmant, les eladrins avaient toujours était en harmonie avec la nature et cette endroit était un havre de paix hormis quelques délires de paysans.

- Pour avoir déjà visité cette région, je vous dit méfiance, je n’ai jamais vu cet endroit comme cela auparavant. Je ne sais ce qui se trame dans les parages mais un chose est sûre, c’est un bon moyen de parvenir à nous faire discret. Ce qu’il se passe ici, ne peut pas être pire que ce qui nous attend derrière nous. Allons-y, hardis camarades !

Shavok n’écoutait que son courage et il était sûr qu’il ne craignait rien mais il serait plus rassuré quand à la fin de la journée, ils auraient atteint Ziraël. Les villageois pourraient peut-être les renseigner. Le bois des arbres avaient un aspect étrange, il semblait que la forêt entière était en train de pourrir. Il dégaine son épée  car il ne sentait pas bien dans cet environnement.

Plus tars sur la route, l’ombre d’un eladrin semblait les accueillir. Shavok rengaina son arme pour être amicale. Il pourrait peut-être en apprendre plus sur ce qu’il se passait enfin. Tandis que la forme avançait lentement vers lui, il se dirigea ver ce qu’il semblait être une femme. Il la reconnut, elle s’appelait Misha et il avait déjà eut une relation mouvementée avec elle. Il allait l’accueillir mais la jeune femme semblait étrange. Son regard était vide et quand Shavok fut assez proche d’elle, elle se jeta sur lui tout en dégainant un poignard afin de lui trancher la carotide. Shavok perdit l’équilibre car il ne s’attendait pas à cela.

Il tomba, il ne parviendrait pas à s’en sortir seule face à cette eladrine enragée. Il avait besoin d’aide mais ses amis étaient peut-être cernés par d’autres eladrins. En était-ce fini de ce preux groupe d’aventuriers ou bien parviendrait-il à comprendre ce qui se tramait dans le Bois des Murmures ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mar 5 Juil 2016 - 21:27

Nous avons donc continué notre voyage. Pendant les premiers jours, rien de spécial ne fut à mentionner. Nous découvrions chacun les spécificités des autres membres du groupe, et je dois avouer que je me demande comment j’ai pu préférer accomplir toutes mes missions en solo avant de rencontrer Shavok Tanuk. Le voyage est tellement plus plaisant lorsqu’on est accompagné, et le fait de savoir ces deux Sulis mes alliés n’allait pas pour me déplaire, au contraire.
Concernant le problème du nain, aucune information supplémentaire ne put être découverte. Malgré mes efforts pour dissimuler nos traces et ma surveillance assidue lors de longues nuits plus ou moins tranquilles, je ne parvins pas à remarquer le moindre nouveau signe de filature. Je préférais alors penser que notre poursuivant s’en était retourné à Hydrasil, et depuis n’avait pas réussi à nous retrouver ou même à nous rattraper. Il faut dire qu’en quelques jours, nous avions abattu pas mal de distance, parcourant plus de la moitié du chemin, la constitution des Sulis étant assez forte.

Au final le voyage se passa assez tranquillement pendant 5 jours. Puis nous sommes arrivés à l’orée du Bois des Murmures, dont je n'avais qu'entendu parler. Mes connaissances de la zone se limitant aux grandes voies généralement empruntées, et quelques noms de villages, nous étions un peu trop avancés au sud pour que je puisse être d’une quelconque utilité au niveau de la route à prendre, laquelle se résumait heureusement simplement en : suivre le chemin vers le sud. Cela nous conduirait directement proche du gisement Hartmod. Je n’avais donc pas réellement de point de repère dans cette partie du territoire, et mes premières impressions de cette forêt furent assez lugubres, une certaine histoire racontée un peu plus tôt par Shavok qui impliquait une monstruosité n’arrangeant rien.

-J’espère les amis, que ne l’on tombera pas sur le dangereux fiellon, il parait qu’une fois qu’il a vu sa proie il ne la quitte pas.

- J'espère bien, je n'ai aucune envie de me frotter à ce genre de bestiole. Vous nous imaginez combattant des démons... ridicule, on aurait aucune chance. La magie, mieux vaut ne pas y toucher, du moins pour le peu que j'en connais. Après je veux bien croire qu'il existe quelques sortilèges bénéfiques, sinon l'académie d'Urion n'existerait pas, mais cela reste très dangereux.

Apparemment, mon ami Ursidae connaissait dans le coin un hameau dont j'ignorais l'existence ; le comble ! Le guide qui se retrouve guidé, je me demandais qui aidait qui en réalité.
D'autre part, comme pour répondre à mes craintes de la magie et à l'histoire de Shavok, une brume à peine naturelle nous a enveloppés dès que nous sommes entrés dans le bois.

- Pour avoir déjà visité cette région, je vous dit méfiance, je n’ai jamais vu cet endroit comme cela auparavant. Ce qu’il se passe ici ne peut pas être pire que ce qui nous attend derrière nous. Allons-y, hardis camarades !

J'étais peut être un peu trop peureux, mais comme je l'avais mentionné je n'étais pas un grand adepte de la magie. Je préférais avoir beaucoup d’ennemis identifiables et dont je connaissais la puissance et la défense, plutôt que cette brume qui pourrait tout aussi bien être empoisonnée, et les mystères qu'elle recelait.
Aussi je suivis Shavok dans son héroïque foulée, malgré mes réticences sur son point de vue optimiste sur ce qui nous attendait devant.

Peut être pas tant optimiste que ça finalement: en effet à un moment je vis Shavok sortir son épée du fourreau; il faut dire que l'ambiance n'était pas très accueillante. Mais en approchant du village dont ce dernier avait parlé, Hirondelle si je me rappelle bien, nous avons aperçu une silhouette que je reconnus rapidement malgré la brume environnante: une jeune femme eladrin, qui se dirigeait lentement vers nous.

Je vis Shavok ranger son épée puis s'approcher de l'éladrin, erreur qui faillit lui être fatale, mais rien ne laissait présager ce qu'il advint. La jeune femme au regard hagard lui lança une attaque fulgurante visant la gorge, et l'Ursidae ne dut son salut qu'à sa perte d'équilibre en voulant éviter le coup de lame fatal.
Cela me laissa le temps d'encocher une flèche et de décocher un trait avant que cet ennemi inattendu ne donne le coup de grâce ou du moins de sérieux dégâts à Shavok, désormais à terre. Ma flèche la blessa suffisamment pour la rendre incapable de poursuivre le combat et laisser à Shavok le temps de reprendre l'avantage, sans la tuer néanmoins comme c'était a priori mon intention première, car au moment de décocher ma flèche je fus déséquilibré : on venait de me pousser dans le dos !

Je n'avais pas pensé à surveiller mes arrières. Je n'avais plus qu'à espérer que mon agresseur ne soit pas déjà en position de me planter quelque lame; et tout en faisant un roulé-boulé sur le sentier de terre pour me redresser un peu plus loin, je me demandais comment nos attaquants avaient eu connaissance de notre arrivée. Étaient-ils liés à la mission confiée à Shavok? J'en doutais, mais quoi alors? Serait-ce lié à cette atmosphère pesante et à cette brume maléfique ?
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Lun 11 Juil 2016 - 3:21

Pour tout dire, mes réflexions face à mes deux compagnons et ce qui leur arrivait me conduisent vers des labyrinthes de conjectures. Le nain ne se fit plus connaitre et bien vite nous primes nos habitudes de compagnons de voyage. J'apprécies la bonhommie pleine de joie de Shavok et partage une certaine vision plus contemplative de notre monde avec Zenji.

Le voyage se déroula sans encombres pendant une petite semaine, Shavok nous régalant de ses mésaventures, parfois fort hilarantes, sauf cette fois où il nous narra la déplaisante rencontre qu'il eut avec un fiellon nous avoua-t-il ! Cette rencontre ayant pris place dans le bois vers lequel nous allions, n'en était que plus marquante ! Il nous vanta l'accueil des éladrims et le calme du hameau qui se cachait au coeur du bois des murmures.

Même si la meute qui ne me quittait jamais vraiment, ne me l'avait fait savoir, je réalises bien vite qu'en matière de calme et de tranquillité, c'est plutôt un sentiment diffus d'oppression qui règne, un peu comme cette étrange brume volette qui flotte de-ci de-là ! Je vois Shavok sortir son épée, je l'imites ! Et ralentis le pas afin d'assurer nos arrières. Bien m'en a pris : au détour du chemin une forme indistincte fait son apparition.

Shavok reconnait une connaissance et range son arme, erreur fatale ! L'inconnue, car c'est une femme, Misha, comme il l'appelles, se jettes sur lui et tente de lui trancher la gorge ! Zenji, toujours prompte à réagir décoche une flêche et blesse la forcenée mais se retrouves soudain déséquilibré et tombe à terre. J'squives moi-même une attaque et enfonce ma lame dans le corps de mon assaillant en m'élançant pour frapper celui de Zenji.

Je tends ma main pour aider le Felidae à se relever et me tournes vers Shavok : "Tu as raison ! Ils sont si accueillants qu'ils se jettent à ton cou !", autour de nous six éladrims nous encerclent, l'œil vide, figés attendant on ne sait quoi ! Trois sulis en colère contre six éladrims transformés en monstres sans âmes, je souris : les pauvres ! ils ont de la chance d'être comme ça, ils ne se rendront pas compte de ce qui les attends. J'adores les voyages, on a toujours des surprises !





hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Sam 6 Aoû 2016 - 11:59

Shavok se dépêtrait donc autant qu’il pouvait cherchant à lutter face à cette personne qu’il pouvait voir maintenant plus distinctement car son visage cherchait vainement à lui donner des morsures. Cet eladrine du nom de Misha avait l’œil torve, le visage pâle. Elle ne semblait pas avoir subit des sévices mais il constata qu’une sorte de racine noueuse avait poussé au niveau de la partie supérieur gauche du visage. Comment cela était-il possible ? C’était contre nature! Un végétal ne pouvait pas pousser sur un être humain. Il n’y trouverait pas les ressources nécessaires, bien que certains morts pouvaient permettre dans leur état de décomposition de faire pousser des plantes mais c’était impossible. A moins que, oui il n’y avait donc qu’une seule explication qui pouvait justifier ce genre d’acte, l’éladrine qui essayait sans aucun doute de le tuer était déjà morte et la plante permettait que son corps soit conservé ce qui signifiait qu’une chose. Il devait après cette bataille comprendre d’où venait la plante, il avait bien une idée mais il était trop occupée pour s’en préoccuper.

C’est alors que surgit face aux vents une flèche qui pénétra la chair de l’éladrine au niveau de l’épaule droite ce qui la déséquilibra et la fit tomber à la renverse. Shavok profita donc de ce faible moment de répit pour se saisir de son épée. Il aurait put hésiter à l’achever définitivement s’il existait un remède mais il n’existait pas de remède à la mort. Une fois, que l’on avait passait le cap définitif du mondes des défunts et que l’on restait encore sur le monde de la vie, on ne pouvait plus que se contenter d’arpenter les restes de son passé sans pour autant parvenir à franchir la barrière de l’avenir. Finalement l’achever en la décapitant était lui accorder le répit définitif de la mort . Elle ne souffrirait plus. Le sang noirâtre s’écoula dans une gerbe magnifique prouvant que le corps était mort depuis plus d’une semaine. Il était triste de l’achever définitivement mais c’était le meilleur acte de compassion qu’il pouvait faire pour cette personne qu’il avait connu et chérie.

Il se retourna et constata que ses compagnons avaient quelques petits problèmes de leurs côtés. Petits problèmes n’étaient peut-être pas d’ailleurs le terme approprié quand on était que trois et que six individus qui semblaient avoir subit le même sort que Misha étaient prêts à vous dévorer. Heureusement pour cette histoire, personne n’était un lâche dans le groupe et il se tenait prêt à contre-attaquer. Shavok se choisit deux adversaires. Il faisait confiance à Zenji pour couvrir ses arrières tandis que Khaalâm était sans doute du genre à se jeter dans la mêlée. Le combat s’engagea. Il était certain que Shavok n’était pas superstitieux car le combat s’avéra bien plus facile que l’on ne pourrait le croire. Il y avait eu bien le fait d’être surpris en voyant que planter sa lame dans le corps ne suffisait pas. Mais très vite, il s’adapta et il comprit bien vite que couper des têtes ou détruire cette plante suffisait à vaincre ces défunts.

Il nettoya le sang qui coulait sur son épée à un tronc et il soupira. Que dire, les gens de Ziraël n’existait certainement plus. Il avait compris d’où venait l’affliction mais cela serait une tâche ardue. Pourtant, il se devait de faire quelque chose pour tous les visages souriants qui l’avait accueillis la première fois et qui maintenant en étaient réduits à l’état décérébré d’être sans exister. Comment expliquer cela à des personnes qu’il connaissait à peine ? Serait-il comme lui prêt à aider des inconnues pour rien ? Il se devait tout de même d’essayer pour sa conscience personnelle.

- Il me faut vous dire quelque chose. C’est compliqué pour moi car cela me rappelle de mauvais souvenirs mais je dois vous faire comprendre la menace qui pèse sur la région. Voyez-vous avant j’habitais dans une forêt tout comme les gens de Ziraël et chaque village forestier à sa coutume plus ou moins différente de posséder un Gardien qui veille sur la forêt.

Il se mit inconsciemment à frotter la pointe de son épée contre un arbre comme s'il ne voulait pas en parler.

-Par le passé, j’ai déjà assisté à la mort d’un Gardien et j’ai vu la forêt commencer à dépérir au point que les habitants ont changé de lieu d’habitat. Le Gardien de cette forêt semble pervertie par quelque chose ce qui l’empêche de veiller sur la forêt. C’est pour ça qu’il y a ce brouillard étrange et observez bien les corps, vous remarquerez qu’ils ont une plante qui a poussé sur leur peaux. C’est parce que le Gardien étant détraqué autorise les plantes à pousser sur eux ce qui les a sans doute transformés en ces choses. Je ne sais pas ce qui a pu conduire le Gardien a agir de la sorte mais nous en sauront sans doute plus à Ziraël.

Il prit une petite pause.

-Ma question, mes amis que je vous le demande êtes vous prêt à vous occuper de ce problème qui nuit à cette forêt?

Shavok tendit la pointe de son épée et s’exclama d’une voix forte et tonitruante.

-Je jure solennellement de protéger les habitants de cette forêt. Je trouverais le problème qui nuit au Gardien et j’essaierai d’abréger ses souffrances.

Il regarda alors tour à tour ses deux comparses. Quel choix allaient-ils donc faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Mar 23 Aoû 2016 - 16:32

En atterrissant par terre, un peu désorienté, je crois ma dernière heure arrivée ; mais je distingue la grande masse d’un Canidae qui vient trancher mon adversaire surprise. Khaalâm me tend la main pour m’aider à me relever, tout en lançant une plaisanterie à Shavok, malgré la situation :

" Tu as raison ! Ils sont si accueillants qu'ils se jettent à ton cou ! "

Je remercie mon sauveur d’un signe de tête, amusé et de nouveau prêt au combat. Il reste une demi-douzaine de fous voulant nous affronter. Mais à leur décharge, ils ne semblent pas maîtres de leurs corps. En effet, les effusions de sang sur les deux Eladrins dues aux attaques de Khaalâm ont une teinte noire, signe de putréfaction. Nous affrontons des cadavres ? Mais comment…
Au même moment, l’Eladrin que j’ai blessé commence à se redresser pour attaquer Shavok. La jeune femme qui doit avoir à peine 50-60 ans semble de nouveau opérationnelle, malgré mon trait qui sans la tuer aurait dû la rendre incapable de reprendre le combat. Sauf que cette fois, Shavok est prêt à en découdre. Il l’achève en la décapitant.

De mon côté, je finis mon premier assaillant déjà affaibli par Khaalâm en lui tranchant la gorge avec mes griffes, avant de me tourner vers l’un des autres ennemis. Je lui décoche une flèche dans la poitrine, et si le choc et la blessure le handicapent un peu en le ralentissant, lui aussi semble avoir une résistance supérieure à la moyenne et repars à l’assaut. Je lui fiche donc la flèche suivante dans le crane avec suffisamment de force, et cette fois-ci il s’effondre, immobile.
En temps normal, nous ne devrions a priori pas avoir de difficulté pour affronter un tel groupe. Mais quelque chose est… différent, nos ennemis ne semblent pas très sensibles à leurs blessures. Je repère de plus d’étranges racines sur leurs corps, comme si elles poussaient dessus.

A ce moment, voyant l’un des éladrins qui s’approche un peu trop de Shavok, déjà aux prises avec deux adversaires, je lui tire dessus, mais cette fois le crane résiste, et c’est une flèche à moitié plantée dans une racine qu’il a à la tête qu’il continue à avancer, au moins pour quelques mètres. Je me jette sur lui, profitant de mon avantage physique, et essaye de lui arracher cette étrange racine qui lui recouvre une partie du cou et de la tête, qui a amorti mon trait. J’y arrive plus ou moins, et je n’ai plus qu’à l’achever. Je me tourne pour voir si Khaalâm aurait besoin d’assistance, mais je suis rassuré en voyant la chair à pâtée qu’il a fait de ses opposants.
Hrp:
 
Le combat est terminé. Essoufflé, je m’assis par terre en dévisageant mes deux compagnons, heureusement indemnes eux aussi.

- Qu’a-t-il bien pu arriver à ces gens ? Ils semblaient déjà morts… à l’intérieur ; et ces plantes sur leurs corps… Dans quoi avons-nous mis les pattes ?

J’étais complètement dépassé. Que pouvions-nous bien faire ? Je ne savais même pas si c’était la mystérieuse brume qui avait provoqué ceci, auquel cas nous pourrions nous aussi nous transformer en morts ambulants. C’est alors que Shavok pris la parole :

- Il me faut vous dire quelque chose. C’est compliqué pour moi car cela me rappelle de mauvais souvenirs mais je dois vous faire comprendre la menace qui pèse sur la région. Voyez-vous avant j’habitais dans une forêt tout comme les gens de Ziraël et chaque village forestier à sa coutume plus ou moins différente de posséder un Gardien qui veille sur la forêt.

Ainsi il connaissait ce phénomène. Bien, au moins il y en avait un qui n’était pas à la ramasse. Shavok semblait assez mal à l’aise, ce qui est normal au vu du peu qu’il m’avait raconté, surtout si cela réveillait un passé douloureux. Il nous expliqua qu’il avait déjà vu des événements similaires ou un truc comme ça,que le chef des lieux serait perverti ; selon lui ce serait les plantes qui ont changé ces personnes en monstres.

- Ma question, mes amis que je vous le demande êtes-vous prêts à vous occuper de ce problème qui nuit à cette forêt? Je jure solennellement de protéger les habitants de cette forêt. Je trouverais le problème qui nuit au Gardien et j’essaierai d’abréger ses souffrances.

Je réfléchissais un instant. La route restant à faire pour atteindre le gisement des Hartmod n’était pas trop longue, nous avions pris suffisamment d’avance sur nos poursuivants, quels qu’ils soient. Mais il semble que nous devions faire face à un tout autre problème ici. De toute façon, il n’était pas sûr que nous puissions quitter la forêt en toute sécurité, le guet-apens dont nous avions été victime le prouvait : on ne voulait pas de nous dans la forêt, mais on ne voudrait pas non plus nous laisser en sortir a priori. Peut-être en savions-nous déjà trop. Je répondais enfin :

- Malheureusement Shavok, si tu as raison, il ne te restera pas grand-chose à protéger. Il est fort à parier que les autres habitants du village ont subi le même sort que ces pauvres hères. Je veux bien t’accompagner pour résoudre ce mystère, de toute façon à mon avis nous n’avons pas trop de choix.
Cette attaque en est la preuve ; ils nous ont même plus qu’attaqués, c’était une embuscade, donc soit ils nous attendaient, soit plus probablement « quelque chose » les aura prévenu de notre arrivée. Je ne pense pas qu’ils nous laisseront quitter la forêt en paix, alors autant en profiter pour essayer de rétablir l’ordre. Mais j’espère que tu connais le moyen de régler ceci, car on n’a pas de druide ni de Mage sous la main, et pour traiter une infection ou une malédiction, c’est pas à moi qu’il faut demander.

D’ailleurs il faudra faire vite, car il est possible que l’affliction qui a touché le fameux «Gardien» soit contagieuse. Peut-être est-ce le fait d’une exposition prolongée à cette maudite brume. Je ne tiens pas à finir comme les gens que nous avons massacrés.
En tout cas tu peux compter sur moi, je suppose que nous nous dirigeons vers Hirondelle pour rechercher des indices ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Ven 2 Sep 2016 - 8:52

Je m'assurais que Zenji était opérationnel et regagnais mon poste d'observation et grimpais dessus, pour pouvoir opérer une volte ou deux afin d'éloigner les ennemis de mes compagnons, qui s'en sortaient plutôt bien étant donné les circonstances. A savoir que nos assaillants semblaient bien plus résistants que de coutume surtout pour des cadavres ambulants. Mais je restais hors d'atteinte sur mes branches d'arbres

Ayant apprécié le talent d'archer de Zenji et constaté que Shavok s'était reprit et osait porter la main sur son ancienne amie. Je sortis ma lame et frappais de droite et de gauche, tranchant dans les racines plutôt que sur les corps directement, j'avais une intuition : quand j'eus dépiauté un des agresseurs il sembla moins vif mais toujours capable de se mouvoir alors je le décapitais simplement et me retrouva contraint de faire de même avec ses camarades.

Lutter contre des morts qui bougent c'est facile, même avec leur résistance, mais c'était le moindre de nos soucis, comme Zenji fit écho à mes interrogations et remarques, Shavok se chargea de confirmer mes craintes. Ici aussi comme dans ma forêt natale, il y avait un esprit gardien, mais pour une raison inconnue les éladrims lui ont déplut. Ou un mal étrange à frappé et les protecteurs du gardien ont échoués bref la forêt ici et ceux qui y vivaient étaient en mauvaise posture.

Mais le Felidae avait sûrement raison, nul ne vivait plus en ces lieux, le village avait subit sans doute possible le même sort que ces malheureux. En tant que Redresseur, Canidae dont la meute voue adoration et protection a la Nature, je ne pouvais rien moins que faire tout mon possible pour soigner le gardien ou la menace pesant contre lui, et au pire nous devrons le tuer !

Je me portais vers mes fontes accrochées dans un arbre et en sortit tout mon équipement de Redresseur, car dès cet instant, j'étais en fonction, un mal avait été fait, une voie avait été détournée, il était temps pour moi de rétablir l'ordre juste !

" Nul besoin de demander ce que je ferais mon devoir et mon amitié m'ordonnes de vous suivre, dans la mort et le sacrifice si besoin est ! Mon bras est à votre service, nous lutterons tous ensemble et nous vaincrons tous ensemble ! J'y veillerais !"

Sur ces belles paroles, je ceint ma ceinture et range mon épée au fourreau, malédiction de la forêt ou non, je suis prêt !







HRP:
 





"Je suis un suli de paix mais gare à mon courroux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shavok Tanuk
Croc Brun
Croc Brun
avatar
Philosophie : Individualiste
Divinité(s) : Aucune croyance.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
700/5000  (700/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Jeu 8 Sep 2016 - 10:01

Zenji Spyridon avait raison, naturellement. Ils devaient désormais se rendre dans le sinistre village de Ziraël. Pour quelle raison, me direz-vous? C’est simple, Shavok n’avait aucune idée d’où se situait le Gardien corrompu. C’était donc un problème qu’ils allaient  devoir résoudre au plus vite.

C’est donc après un pacte d’amitié que tous ne firent pas mais on avait toujours bien évidemment confiance en Zenji Spyridon qui avait prouvé ses mérites.  Ils reprirent alors leur route dans ce brouillard opaque qui ne permettait pas de distinguer grand-chose mise à part la route.

Shavok arriva en vue du village, il pourrait donc mener son introspection. Il se retourna pour voir ce que devenaient ses collègues et il remarqua quelque chose de très étrange. Ses amis n’étaient plus là et à la place de la brume les avaient remplacés. Oh, mince, c’était certainement un coup du Gardien pour les perturber.  Ils étaient ainsi séparés et seuls. Shavok se retrouva donc dans le village de Ziraël et décida d’enquêter dans la maison de l’ancien.

Dans la maison de l’ancien, il aperçut deux corps par terre il y avait un enfant et une femme. C’était sans doute Eliel et son fils. Ils avaient tous les deux des champignons qui poussaient sur sa tête. Certainement, eux aussi étaient corrompus. Il lui fallait comprendre comment tout cela fonctionnait. C’était simple, il suffisait de retirer les champignons, non ? Il essaya donc de les retirer avec son épée les racines en question. Il espérait qu’en les tailladant, les humains allaient récupérer leur âme mais c’était peine perdue, ils se mirent à vouloir se relever et à l’agresser.

Il n’en fit qu’une bouchée. C’était exactement ça, tout cela n’était qu’une gigantesque boucherie. Il avait l’impression de couper des sacs de viande. C’était une sale impression et il ne voulait plus revivre ça mais pourtant il serait bien obligé de recommencer.

Il trouva dans cette maison un mystérieux livre. Dans ce livre, il y avait apparemment différents rapports écrits qu’avait réalisé l’ancien du village. Il savait que son nom était Niel et il chercha rapidement les informations situés en fin de livre.

Cela fait deux semaines qu’e de la brume violette a envahit les environs et qu’Ariel notre prêtresse de la nature a disparu. Sans elle, les rites divers que l’on fait envers le Gardien ne pourront pas se concrétiser. Le Gardien ne sera pas apaisé et je crains que le mal que nous surnommons fielon en a profité pour tenter quelque chose. Je crains que nos jours soit comptés. Les disparitions augmentent et je ne sais pas se qu’il se passe. Nous avons surestimé les forces d’Ariel et du Gardien…

C’était le dernier message inscrit. Shavok avait plusieurs théories derrière tout ça.  Ariel avait pu succomber au fielon. Le Gardien avait pu succomber au Fielon. Quoi qu’il en soit il leur faudrait parvenir à trouver cette Ariel ou le Gardien.

C’est alors que le village s’anima. Un déferlement d’une centaine de personnes convergeait vers la maison de l’ancien tout en ne pénétrant pas à l’intérieur. Shavok était pris au piège ! Il n’était pas de taille et ils se demandaient où étaient ses amis. Ils étaient bien obligé de rester à l’intérieur à moins que,  mais oui, il y avait une petite ouverture vers le haut. Il pouvait donc grimper sur le toit. Il le fit mais il n’était guère plus avancer puisqu’il voyait les formes grouillantes en bas se compacter contre les murs de la maison.

Qu’étaient-ils donc advenus de ses amis pendant ce temps ? Comment allaient-ils s’en sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zenji Spyridon
L'Archer Gris
L'Archer Gris
avatar
Philosophie : Instinctif (neutre bon à tendance chaotique)
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
350/5000  (350/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Dim 25 Sep 2016 - 19:47

Nous avons donc repris la route pour aller vers le village dont venaient les malheureux que nous avions croisés. Khaalâm avait sorti de ses sacoches son barda de Redresseur tout entier, preuve supplémentaire à son petit discours qu’il était prêt à tout pour rétablir l’ordre et la paix dans cette forêt. Quant à moi, si l’idée de massacrer des innocents m’était douloureuse, je savais que le moment venu je serais sans pitié, après tout ils étaient déjà morts, on ne pouvait plus rien pour eux.
Nous avancions vers Hirondelle tandis que je jetais des coups d’œil prudents sur les côtés de la route, peu enclin à me faire surprendre par une nouvelle embuscade, il faut dire que le brouillard ambiant n’aidait pas à la vision, même si d’un autre côté il nous dissimulait à d’éventuels gardes. On n’y voyait pas à 10 mètres dans cette purée de pois.

Ayant cru apercevoir quelque chose dans les fourrés, je m’éloignais du sentier et de mes compagnons en leur signifiant que je revenais dans quelques secondes. Bien mal me pris de ne pas avoir vérifié s’ils m’avaient entendu car à mon retour un instant plus tard, je ne vis plus âme qui vive. Rageant de ce mauvais sort, dont la cause je le craignais était peut-être plus inquiétante que le simple fait qu’ils aient continué sans moi sans m’entendre, je soupçonnais la brume de nous avoir joué un vilain tour.
Nous étions séparés en territoire hostile et inconnu, et rejoindre mes compagnons n’allait pas être chose aisée : faire du bruit pour les attirer risquerait de nous faire repérer, à condition même que ce maudit brouillard n’altère pas nos sens et ne limite pas la propagation du son. Me remettant en route dans les broussailles en suivant le sentier des yeux, afin d’éviter les mauvaises rencontres mais de ne pas me perdre non plus dans ce labyrinthe formé par la brume, j’approche du village.
J’aperçois les premières maisons, heureusement on y voit un peu mieux ici, mais toujours aucune trace de mes compères. Ce petit village forestier aurait tout pour plaire, s’il n’était parcouru par cette ambiance lugubre et cette brume aux reflets violacés.

Je décide d’abord de faire le tour du village, espérant retrouver mes compagnons avant de fouiller les demeures que je suppose vides, ou du moins habitées par des créatures non pacifiques. Si comme je le pense tout le village a été contaminé, cette zone est très dangereuse. Je vois parfois de loin un corps affaissé, que je n’ose approcher de crainte d’attirer son attention.
Je grimpe alors le long d’un mur pour arriver sur le toit d’une chaumière. De là j’ai un petit point de vue sur une grande partie du village. Lorsque j’aperçois une petite cabane non loin de laquelle un sentier part en zigzaguant dans la forêt. À côté de l’entrée du sentier se trouvent deux Eladrins. Ils sont immobiles, comme en sommeil, à la manière de la femme que Shavok connaissait, debout sans bouger, mais comme je le sais à présent ce n’est qu’une façade et ils peuvent en un instant se réveiller et devenir des guerriers sans âme prêts à tout pour tuer.

De mon perchoir je peux me glisser par une fenêtre dans une maison qui semble aux premiers abords vide. Étant proche de la sortie ouest du village, d’où le petit sentier part, cela semble être la demeure d’une femme pieuse, si j’en crois toutes les tentures ornées de l’étoile de Solarim, surement une sorte de prêtresse. Et il se trouve que dans son habitation se trouve une carte du village et de ses environs : quelle chance ! Je m’en empare aussitôt pour l’étudier, veillant à être bien seul sur les lieux. Mais pas un bruit ne s’élève, aussi je me penche sur la carte et remarque que le sentier proche mène à une grande clairière avec un autel. Surement l’emplacement du Gardien dont parlait Shavok. Ce pourrait être une bonne piste pour démarrer les recherches.
Mais pour cela je dois d’abord retrouver Khaalâm et Shavok, pourvu qu’il ne leur soit rien arrivé. Je repars de la maison en direction du centre du village, en voyageant le plus possible depuis les hauteurs, que ce soit le sommet des constructions ou les nombreux arbres qui parsèment le village.

Continuant ma visite du village, je remarque alors un changement d’atmosphère.
Soudain je vois des Eladrins, ou plutôt leurs corps, se relever et se diriger vers une des maisons centrales du village, surement celle d’un personnage important au vu de ses parures, j’ai comme dans l’idée que je viens de retrouver un de mes compagnons grâce à ces êtres maudits, qui m’ont guidé droit vers lui. Ils commencent à entourer la maison, mais ne semblent pas réussir à rentrer à l’intérieur, comme s’ils ne voulaient pas détruire totalement les lieux, mais que sais-je de leurs intentions et de leurs buts, il n’est même pas certain que ce soit les leurs. Je me demande comment rejoindre l’ami prisonnier à l’intérieur de cette maison complètement cernée désormais.
Mais je repère vite une issue qui permettra une approche plus discrète et hors de portée de ces morts ambulants : en effet dans cette zone du village les habitations sont plus rapprochées les unes des autres. Je décide donc de me déplacer seulement de toit en toi, le sol étant à présent complètement impraticable.

Je ne me suis pas encore fait repéré, par je ne sais quel miracle, alors que je ne suis qu’à quelques mètres de la foule grouillante. J’arrive à passer d’une maison voisine sur un arbre passant un peu au-dessus du haut de l’habitation au centre de l’attention.
Il ne manque plus qu’à attirer la personne à l’intérieur sur le toit pour pouvoir la tirer de ce pétrin. Au moment où je pense ceci, la bonne tête de Shavok passe par l’ouverture, et le voilà sur le toit, juste à portée de mon bras tendu, que je lui tends tout sourire, en lançant :

- Par ici l’ami ! Je pense que ton comité d’accueil est un peu trop important pour faire face.

Sitôt rejoins par mon camarade, dont le poids commence à faire sérieusement craquer la branche sur laquelle nous sommes, nous rejoignons directement la charpente de la maison voisine afin de fuir au plus vite. Dans notre escapade, je lui lance vite fait que je connais a priori l’emplacement du Gardien mais que je n’ai pas retrouvé Khaalâm.
Et juste à ce moment...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 45
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Suli
Réputation:
230/5000  (230/5000)
Adage: On à tous droit à une seconde chance mais pas plus !
MessageSujet: Re: Livraison expresse    Sam 19 Nov 2016 - 10:08

La brume était de plus en plus dense et je vois bientôt mes deux nouveaux camarades se faire entourer par des langues de brumes fantomatiques. J'avais choisi de rester derrière pour leur protection mais cette brume me posait problème. Je me suis retrouvé seul entouré de blancs murs ouatés.

"Shavok !? Zenji !? Vous êtes toujours devant ? Je ne connais pas cet endroit ! Votre village là ! Il est par où ?"

Pas de réponse ! Pourquoi a-t-il fallut aller suivre deux aventuriers en ce basant juste sur leur mine de sulis ? J'aurais du leur dire de faire demi-tour, dès que ces drôles de cadavres éladrins, se sont manifestés. Je regrettes bien d'être un suli dressé a porter assistance aux autres créatures pensantes. Enfin me voilà engagé je ne sais où dans une forêt éladrine maudite.

J'entends juste des voix dans ma tête, le gardien ? Oui j'écoutes ! Mes amis ? Un messager ? D'accord j'autorises que tu utilises mon corps comme véhicule et porte-parole. Tant que tu ne m'utilises pas pour les massacrer





PS:
 





"Je suis un suli de paix mais gare à mon courroux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Livraison expresse    

Revenir en haut Aller en bas
 

Livraison expresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Commande Forge World du Père Noël !!!
» Délais de livraison chez GW?
» Maelstrom Games
» Sites de modélisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Bélin :: Gisement Hartmod-