­
 

Partagez | 
 

 Des brumes insidieuses [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Des brumes insidieuses [Terminé]   Jeu 5 Nov 2015 - 7:26

Voilà quatre jours qu'ils étaient partis en mer et Khaad se sentait toujours aussi morose. Sa dernière entrevue avec la capitaine, lors de la signature de l'accord, avait un arrière-goût amer. Depuis, il prenait soin de l'éviter. Pas que se soit bien difficile, la corsaire avait d'autre préoccupation que de tenir compagnie à un nain tel que lui. Pour sa part, il ne souhaitait se retrouver dans une situation similaire, enivré, bien trop pour analyser les éléments avant de se lancer tête baissée dans un accord. Elle était bien bonne sa tirade «
 -Vous êtes sous ma responsabilité, Monsieur Khaad. Je vous promets que si  vous mourez à cause d'une maladie,ce dont je doute, mais sait-on jamais, je livrerais vôtre prisonnier et j'enverrais l'entièreté de la prime à vôtre famille.  Toutefois, si mon navire est brisé pendant un combat ou une tempête, et que vous y mourez, ainsi que des membres de mon équipage, je me permettrais de garder le 15% discuté plus tôt et j'enverrais le reste à vos proches. Marché conclut? » mais que valait t-elle face à sa pauvre âme assommée ? En plus, ce qu'il avait voulu faire sur le moment, la provoquer, n'avait eu aucun impact. Bien heureusement au final, mais le rapatrieur n'avait pu s’empêcher de ressentir une vive déception.

Enfin, maintenant c'était signé; et même si la façon dont ça c'était passé était plus que douteuse, il ne reviendrait pas dessus. Il ne pensait pouvoir s'en sortir mieux de toute façon. Au moins, dans toute cette histoire avait-il pu bien se décrasser, changer ses habits. Pas pour ceux du mousse, ce pauvre gamin était deux fois moins corpulent que lui-même, il était strictement impossible qu'il eut pu même enfiler une de ses chaussettes. Grandement soulagé, le mousse avait proposé avec enthousiasme les vêtements d'un autre matelot bien plus corpulent. Même ainsi, le chasseur se sentait à l'étroit, et ce n'était pas le surplus de manche enroulée une bonne dizaine de fois qui l'aiderait à être à l'aise dans ces frusques.

Il y avait une autre personne dont il avait pris des vacances : Ditwin. Les soins à son prisonnier s'étaient arrêtés le premier jour d'embarquement. À ce moment-là, en bon gardien, il s'était assuré qu'il avait fait sa toilette et surtout qu'il était bien enfermé. Après lui avoir laissé une ration d'eau pour plusieurs jours et un peu de nourriture, il l'avait délaissé dans sa cave avec pour seule compagnie les rats.

Aujourd'hui, le nain se devait donc d'aller lui rendre « visite ».  De renouveler ses vivres. Avec répugnance, il descendit avec un sceau d'eau et de la nourriture sèche prélevés en cuisine. Ne s’embarrassant pas de manière, après avoir déposé les affaires, à proximité du criminel, il le secoua vivement histoire de vérifier qu'il était toujours vivant. Une bordée de jurons suivie de plaintes vint récompenser ses efforts.

-Tu n'as pas le droit de me traiter ainsi ! Tu, tu verras mes amis viendront et…

-Oh, c'est bon ça va ! Mange et tais-toi. Si tu continues comme ça tu finiras à la diète !

Du vent, tout ce qui sortait de sa bouche était du vent. Sans aucun intérêt ni fondement. Quand il en aurait assez, qu'il se serait égosillé seul avec pour seul réponse le silence assourdissant de la cave, il s'arrêterait de lui-même.

Khaad abandonna derrière lui les complaintes de son prisonnier sans regret. Fermant consciencieusement la porte derrière lui, il retrouva l'air frais avec plaisir. Un sentiment bien vite mitigé d'étonnement. Les marins tout autour de lui semblaient tendus, nerveux. Les piaillements du détenu n'en étaient certainement pas la cause, ce n'était pas la première fois qu'il s'y adonnait. L'équipage ne s'en était pas formalisé pas jusque là. Le nain avait beau regarder autour de lui mais rien n'était apparu depuis qu'il s'était engouffré dans le navire si ce n'était un léger brouillard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Dim 29 Nov 2015 - 19:41

Je fus très satisfaite du contrat, j'avais réussi habilement à le faire signer, maintenant j'avais hâte de voir ce qui allait se passé. Une tempête était la bienvenue, mais la mer restait calme,bien que  le ciel soit nuageux, et l'humidité était pesante, mais au moins, le climat était plus doux que celui d'Hydrasil. Entre donné des ordres à mes hommes et garder le cape, je n'avais pas eu le temps de savoir si le rapatrieur et son prisonnier appréciait le voyage. Je suivis Khaad d'un œil amusé. Décidément ses vêtements étaient trois fois trop grands pour lui, il risquait de s'enfarger dans ses pantalons et de tomber par-dessus bord...D'un sourire,je haussais les épaules, me disant que si ça arrivait, j'obtiendrais 15% de la prime, car après tout, monsieur avait refusé les fringues de Benjamin, par conséquent, il était responsable du choix vestimentaire. C'est alors que quelques marins se mirent à le railler, mais indifférent, Khaad continua son chemin et se réfugia à fond de cale, sûrement pour s'occuper du prisonnier. Les moqueries continuèrent entre mes hommes, ce qui me déplut fortement. D'un air intransigeant, je m'exclamais:

-Messieurs, ce nain est mon invité. Par conséquent, lui manquer de respect, c'est me manquer de respect. Donc, si j'entends ou j'apprends que vous vous moquez encore de lui, vôtre solde sera suspendu et je vous enverrais à fond de cale pour un temps indéterminé. M’aie-je bien fait comprendre?
-Oui, capitaine, désolé capitaine.
Répondirent-ils d'une même voix.
-Je me fiche de vos excuses, Élites. Ne recommencez plus, le respect est notre code sur ce navire. Ne l'oubliez pas!
-Oui, Capitaine.
-Bien, maintenant, au travail. Ce pont est mal brossé.
-À vos ordres, Capitaine.

En silence, ils continuèrent leurs tâches, sachant très bien que mon avertissement n'était pas des paroles en l'air, j'allais l'appliquer sans pitié. Or, quand Khaad revint de son excursion des entrailles du navire, plusieurs le saluèrent au passage, même lui souhaitèrent bienvenu à bord. Bon, c'était un peu exagéré, mais j'aimais mieux qu'ils se conduisent en lèches cul qu'en fouteurs de trouble. C'est alors que je ressentis l'humidité dans mes os, je fis une grimace de douleur, je n'avais jamais ressentis cela. Fronçant les sourcils, je tournais mon attention vers la mer, une légère nuée venait d'apparaître à la surface, je déglutis en blêmissant, tandis qu'un poème de marin me revint en mémoire:

Brumes insidieuses, brumes fatales,
 Apparaissant comme des reines royales,
Meurtrières, sanguinaires et vicieuses,
Prenez garde, elles sont tueuses,
Vos os et vos muscles souffriront,
Quand apparaîtra ce terrible affront,
 Piège matelots, piège sirènes!
Les hydres feront de vous leur arène,
Servantes des brumes, fuyez pauvres fous
Avant qu'elles soient vôtre gourou!
La dernière chance c'est la fuite,
Ou une mort fortuite.



Jusqu'à présent, je n'avais jamais prêté attention à ce poème, qui était en fait, un avertissement. Les brumes de la dernière chances...Qu'Uria nous protège. Le cœur battant, je me tournais vivement vers mes hommes en criant

-Affaler les voiles! Mettez cape à l'Ouest, droit devant! Sortez les canons, soyez prêt à attaquer!
-Que se passe-t-il Capitaine? Demanda Nassim en se dirigeant  vers moi. Lui aussi avait senti le danger, l'humidité nous rendait raide comme du bois. Le visage crispé, je répondis:
-Les brumes, elles sont là.
-Diantre! Elles existent donc? Nous devons fuir! Répliqua aussitôt mon Quartier-maître avec effrois. C'était la première fois que je voyais la peur dans ses yeux, cette situation était presque suicidaire. Essayant de reprendre sur moi, je répondis:
-Non, pas fuir, il faut les contourner.
-Mais comment, Sirèna? Elles nous encerclent!


Effectivement, le brouillard se faisait de plus en plus épais autour de nous, tous reperds venaient de disparaître. Merde! Mes hommes se figèrent, terrifiés par cet aveuglement opaque et blanc. Les contourner était maintenant impossible...Bon sang, je ne savais même pas à quoi ressemblait les hydres et comment les abattre! La peur me saisit à mon tour, je devais trouver une solution. Lors des pires brouillards, seuls les phares pouvaient guider les navires égarés. Les phares...Lentement, mon regard dévisageait mes chers Tiefflins, ceux-ci étaient paralysés d'épouvante. Me raclant la gorge, je réussis à ordonner:

-Gawael et Fior, montez au sommet du mât et éclairer nous de vos jais!
Comme sortant d'un cauchemar, ils sursautèrent en entendant ma voix et rapidement, ils firent ce que j'ordonnais. Avec effort, ils réussirent à se rendre au sommet et  leurs jais enflammèrent l'atmosphère, mais pas suffisamment pour apercevoir la mer. C'est alors que  des ombres tortueuses et longues apparurent à travers la faible lumière, les monstres s'approchaient, leur première cible risquait d'être la coque. Tendue, je me tournais vers Khaad et rugit:

-Allez chercher votre prisonnier et enfermez-vous dans ma cabine! Exécution!





Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Mer 2 Déc 2015 - 13:36

Finalement, c'était peut-être bien lui la source de la tension. Les marins eurent un comportement étrange à son approche. Ils le saluèrent comme s'il venait de monter à bord, qu'il venait de les rencontrer. Bien que techniquement, puisque le rapatrieur n’avait adressé la parole qu’à très peu en dehors du mousse, du second et du capitaine ; c’était effectivement leur « premier contact ». En voyant le capitaine sur le pont, il supposa qu'elle était à l'origine de cette situation. SI cela pouvait lui faire plaisir que ses hommes aient une apparence polie, soit, pourquoi pas. Ce n'était guère son problème et il comptait bien continuer à les snober.

Une chose qu'il ne put ignorer en revanche fut la tension soudaine émanant du capitaine. Quel que soit ce qui avait pu la mettre dans cet état, ça ne pouvait être bon pour le navire et par conséquent pour le nain. D'autant plus avec le contrat qu'ils avaient signé tous les deux. Pour l'instant rien à l'horizon ne permettait de deviner la cause de ce revirement de comportement. La brume s'était épaissie. Rien de plus. Bien sûr, cela voulait dire aller plus doucement au risque de se heurter à une île inconnue ou à un autre navire de passage. Mais rien qu'un peu de prudence suffisait à parer à cet obstacle, pas de quoi paniquer, non ?

- Par la barbe de mes Gromthi !

Qui se serait douté que de telles bêtes, monstruosités se cachaient derrières ces brumes. Presque aussi impressionnantes que les dragons des légendes. De telles choses n'étaient pas naturelles. Et s'il eut aimé qu'un peu de lumière ne les chassa, il craignait que celle-ci ne puisse que leur permettre de voir dans quel pétrin ils se trouvaient tous. À quoi bon ? On apercevait bien assez leur corps ondulant autour du navire. La cible était assez grosse pour ne pas être manquée pour peu qu'ils aient une arme avec laquelle les blesser. Existait-ce même ?

Ce n'était pas avec sa pauvre hache qu'il irait bien loin ! Et oui, le nain n'avait aucune attention d'aller se planquer dans la cabine comme le souhaitait Siréna. Aucune chance que le Chasseur Noir comptasse sur ses marins sans foi ni lois. Autant directement se jeter dans la gueule d'un de ces monstres.

Ceux-ci n'avaient rien contre un petit en-cas à ce qui semblait : les jambes du malheureux tiefflin, encore au sommet du navire il y avait à peine quelques secondes, étaient là pour en témoigner. Il fallait agir vite s'il ne souhaitait finir dans le ventre de ses créatures ou, ce qui revenait à peu ou prou à la même chose, avalé par l'océan. Tant bien que mal, s'agrippant comme il pouvait pour contrer les secousses violentes dues aux serpents marins, il se dirigea vers la commandante. Une fois assez proche d'elle, il hurla pour se faire entendre.

-Si vous voulez mon avis, pour s'en sortir on n'a qu'une solution : les faire tous exploser !

Sa proposition n'incluait nullement le fait qu'il se portasse volontaire pour se faire engloutir avec un baril d'explosif. Loin de lui cette idée. Elle avait bien assez de volontaire à désigner pour ce rôle. Ou elle s'inventerait une autre méthode avec moins de coût humain si elle le souhaitait. Son utilité à lui était ailleurs, et il ne se fit pas prier pour l'exposer.

-Je peux vous préparer la bonne dose pour les mettre à plat un moment.

Avec un sourire espiègle, il poursuivit. Il ne pouvait s'en empêcher lorsqu’il évoquait sa passion.

-Vous avez de la chance d'avoir un expert en explosif avec vous.

Inquiet l'espace d'un moment que son idée ne puisse aboutir par manque de moyen, il préféra dissiper ses doutes auprès de la capitaine. Enfin, tout de même, ils étaient sur un navire pirate, il y avait peu de chance qu'ils n'en aient pas, n'est-ce pas ?

-Vous transportez bien de la poudre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Dim 20 Déc 2015 - 18:03

-Arrghh! Rugit de douleur Fior, une des hydres avait mordu ses jambes, mais heureusement, elle ne les avait pas arraché, mais une fracture ouverte était visible. Allait-il pouvoir remarcher? Les miracles existaient, mais j'ignorais si Uria lui accorderait miséricorde. Or, le Tiefflin s'était écroulé sur le mât, tandis que son compagnon le protégeait de son corps et narguait courageusement le monstre de son épée. Cela n'allait pas suffire, aucune arme ne pourrait venir à bout de ces gigantesques serpents. Le désespoir commençait à me submerger, elles étaient trop et leurs corps s’entortillaient lentement autour du navire, comme si elles prenaient plaisir à prolonger notre mort prématurée. Effrayé, mais prêt à tirer du canon, qui selon moi ne ferait que les égratigner, Nassim s'approcha et demanda:

-Vos ordres, Capitaine?
Mes ordres? J'ignorais quoi faire, car je ne savais comment vaincre ces monstres. Le silence se fit, je me sentais dépassée et impuissante. C'est alors que Khaad s'approcha et proposa une idée judicieuse:

-Si vous voulez mon avis, pour s'en sortir on n'a qu'une solution : les faire tous exploser ! Je peux vous préparer la bonne dose pour les mettre à plat un moment.Vous avez de la chance d'avoir un expert en explosif avec vous. Vous transportez bien de la poudre ?

Je le dévisageais d'un air surpris puis j'analysais sa suggestion. Les faire exploser? Pourquoi pas? Qu'avons-nous à perdre? Ma terreur fit place à l'envie de combattre. J'opinais vivement de la tête et je me retournais vers mon équipage en m'exclamant d'un ton motivateur:
- Messieurs, faisons couler cette satanée vipère au fond des abysses! Sommes-nous pas  les Élites des mers, oui ou merde? Nul ne peut nous vaincre, même pas ce monstre!!!
-Tuons-les!!! Répliqua mon équipage en dégainant leurs épées. Leur torpeur fit place à leur combattivité, ils voulaient vivre et gagner. 
-Oui, messieurs, nous vaincrons, mais nous avons peu de temps, alors, on se grouille le cul! Que toute la poudre des canons soit transporter sur le pont avant! Exécution!!!


Aussitôt, les marin s'empressèrent d'obéir, jetant des coups d’œil agressif aux cous tortueux qui étouffaient la coque. Un craquement sinistre se fit entendre, le bois commençait à céder. D'autres arrivèrent, leurs têtes sortirent de l'eau et s'attaquèrent sans pitié à mes hommes et elles en avalèrent plusieurs au passage. Je me plaquais sur le côté, évitant de me faire dévorer à mon tour, et sortant ma hache, j'en décapitais une. Avec soulagement, je vis son corps s'effondrer sur l'eau, ses autres têtes gémirent, puis une bosse apparut, ça s'allongea, se tortilla, se multiplia en deux. Deux têtes repoussèrent et m'attaquèrent d'un rugissement vengeur. Je me plaquais au sol, roulais pour éviter leurs dents acérées, tandis que Ed me portais secours en les décapitant, mais la même chose se produisit, leurs têtes repoussèrent, mais en quadruple.

-Arrête de les décapiter, merdeux d'imbécile! Khaad, les explosifs et vite!

Il accéléra son œuvre destructrice, conscient que le temps nous manquait. Enfin, l'arme fut prête et j'ordonnais qu'on mette les explosif dans un immense filet. Grâce à un système de coulis,  on éleva le filet dans les airs et je m'accrochais à celui-ci afin de servir d'appât. Priant pour lâcher le piège à temps, je me mis à injurier les hydres à plein poumons:

- Venez, pleutres de salopes! Attaquez, sale chienne puante!

Une cinquantaine de têtes sortirent lentement de l'eau, leurs regards me fixèrent d'un air assassin. Comprenaient-elles mes insultes? Sincèrement, je l'espérais. Une secousse faillit me faire tomber, je jetais un coup d’œil vers le bas, elles avaient lâché la coque et semblait prête pour l'attaque finale. Moi aussi. Soutenant leurs yeux rouges, je hurlais à m'en briser la voix:

-ATTAQUEZ-MOI, PUTAINS DES MERS! JE VAIS VOUS BOTTEZ LE CUL SI VOUS NE ME BOUFFEZ PAS!

Un rugissement sinistre me répondit, une vague de bave nauséabonde me submergea,me noyant presque. Cependant, je n'en démordais pas et je continuais à les insulter. C'est alors qu'elles firent ce que j'espérais, les hydres se penchèrent vers l'avant et ouvrir leurs gueules pour me gober. D'un rire victorieux, j'allumais la mèche qui reliait tous les explosifs et fit une culbute arrière pour atterrir sur l'un des cacatois. Cette acrobatie me sauva la vie, car les dents se refermèrent à quelques centimètres de mon visage. Comme au ralentit, je vis la boule d'explosifs descendre le long de la gorge de l'une des têtes. Tous restèrent en suspend, puis le corps vibra et explosa, blessant gravement ses congénères, qui s'enfuirent d'un gémissement plaintif. La chair poissonneuse revola de toute part, y compris sur mes matelots, dont le nain. Je me mordis les lèvres, me disant avec humour que celui-ci allait devoir reprendre un bain, puis je descendis promptement sur le pont rendu glissant et visqueux.

-Parfait, mais nous ne sommes pas encore tirer d'affaire. Déployer toute les voiles, pleine vitesse! Cape à l'ouest!
-À vos ordres, Capitaine! S'exclamèrent mes hommes. Nous n'avons pas de temps à perdre, elles allaient sûrement revenir.  Les voiles furent déployées, le vent était de nôtre côté et étrangement, la brume commençait à se dissiper. Était-ce la brume qui amenait les hydres ou les hydres qui amenaient la brume? Aucune idée et cette question philosophique allait rester  sans réponse, car ce qui m'importait, c'était de fuir, et vite! Une balafre de vent nous propulsa vers l'avant, les vagues  accélérèrent notre fuite,et enfin, le miracle se produisit, la lumière du soleil revint, les brumes disparurent. Un silence se fit, puis un soupir de soulagement parcourut l'assistance, mes hommes s'écrièrent joyeusement:

-Hourra! Viva le Capitaine! Viva Khaad! Viva les Élites des mers! Hourra! Hourra! Hourra!


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Mar 12 Jan 2016 - 4:01

Son idée avait été immédiatement acceptée à son grand étonnement. Mais ce n'était pas plus mal : avec des les têtes d'Hydres menaçant de les gober à tout moment il n'y avait pas vraiment le temps de papoter. Le capitaine lança ses ordres, mit tout les monde en mouvement et ce de façon organisé. Bien vite le nain donnait lui aussi ses ordres pour que la poudre soit bien répartie et surtout pour qu'ils n'explosèrent pas tous dans leur tentative désespéré de se défaire de leurs ennemis. Cela aurait été bien ironique, n'est-ce pas ? Cela manqua d'arriver de peu lorsque sous la pression du capitaine, il fut obligé d'accélérer le rythme. Enfin ça, et le tangage du navire. Les matelots à ses cotés n'en menaient pas large. Peut-être auraient-ils préféré s'attaquer à la bête directement. Qui savait ce qui passait par la tête de ses humains ?

Avec des traces de poudres encore sur les mains, il donna son feu vert pour que les barils soient emportés. Son travail finit, il alla s'accrocher au mat le plus proche. Il ne souhaitait nullement passer par dessus bord avec toutes ces secousses. On se serait presque cru en pleine tempête. La grosse différence ici, était que ce n'était pas la mer qui se déchaînait mais bien le monstre à plusieurs têtes. Le nain eut du mal à croire ce qui se déroula par la suite. C'était trop surréel : la capitaine avait joué les appâts et avait réussi à leur faire ingurgiter sa préparation ! Il ne comprenait pas vraiment comment elle y était parvenu, un coup de chance ? Ça n'avait pas de sens, à elle toute seule !!

Le fait de sortir de la brume n'aidait pas vraiment à lui faire réaliser ce qui venait de se passer. C'était comme s'ils avaient quitté un cauchemar pour revenir dans le monde réel… Sauf que le cauchemar avait laissé des marques bien visibles : des matelots blessés, plutôt gravement, d'autre peut-être même manquant, les voiles en piteux état et les mâts également. Combien diable cela allait lui coûter ?! Ce fut sous les acclamations des hommes qu'il s'approcha de Siréna.

- J'espère que vous prendrez en compte dans vos calculs, que c'est moi qui ait eu l'idée pour nous sauver et nous sortir de là en un seul morceau. Ça compte quand même pas mal votre navire et votre tête si je ne m'abuse.

Ça pouvait paraître froid, voir même rabat-joie, mais s'il ne mettait pas les choses aux claires maintenant cela risquait de lui coûter vraiment cher. Quant à son prisonnier, il irait le voir plus tard. De toute façon, à part être secoué rien de bien grave ne devait lui être arrivé.

Un navire tout fringant, par rapport au leur, apparut à leur côté. Ça se voyait qu'il n'avait pas eu à faire aux Hydres. D'ailleurs ce navire disait quelque chose au nain. Son intuition ne tarda pas à être confirmé lorsque son capitaine les apostropha : c'était le Diable noir.

-Vous avez besoin d'aide peut-être ?!

Bien sûr le ton était des plus sarcastique et moqueur. Jason se délectait de voir sa rivale ainsi dans la panache. Elle qui s'était si ouvertement moquée de lui au port. Quant à Khaad, il remettait en cause son choix. N'aurait-il pas mieux fait de monter sur l'autre navire : ça lui aurait coûté moins cher au final et il n'aurait pas risqué de se faire croqué par quelques monstres marins. Ses ancêtres devaient lui avoir joué un tour. Vraiment, il ne manquait plus que ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 28
Philosophie : Individualisme
Divinité(s) : Uria, la déesse des marées et des vents.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
1200/5000  (1200/5000)
Adage: Maître en art martial, possède une vue d'aigle et un sens d'orientation hors du commun.
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Ven 22 Jan 2016 - 10:48

- J'espère que vous prendrez en compte dans vos calculs, que c'est moi qui ait eu l'idée pour nous sauver et nous sortir de là en un seul morceau. Ça compte quand même pas mal votre navire et votre tête si je ne m'abuse.

D'un air mitigé, je me tournais lentement vers le nain renfrogner. Ne comprenait-il pas ce qu'il venait de se passer? Nous venions réellement d'échapper à une mort certaine. N'était-il pas capable d'être reconnaissant à la vie? Ne pouvait-il pas sourire pour une fois? Intransigeante et  froide, je l'observais pendant un instant, puis je répliquais:

-C'est vrai, vôtre idée a été judicieuse, mais sans moi et mon équipage, elle n'aurait pas fonctionné. N'oubliez pas que si je ne m'étais pas sacrifiée comme appât et  si mes hommes n'avaient pas suivi à la lettre nos directives, nous serions tous morts. En soi, nous avons tous le mérite de cette victoire.
-Capitaine, il manque Charles,Jhin, Finz et Argor a l'appel. M'informait Nassim en interrompant notre conversation tendue. Mon cœur se serra de peine, dire que ça aurait pu être moi. J'acquiesçais en silence et sans un regard vers le nain, je soufflais d'un ton tranchant:

- Si c'est juste l'argent qui compte pour vous, nain, je resterais à mon 15%. Visiblement, le pari a tourné en ma faveur.  Comme si je l'avais fait exprès? Par Uria, je commençais à détester ce nain.  Sur ce, j'eus un rictus sarcastique, tournais les talons et je me dirigeais pour faire le constat des dégâts. Morbleu! Mon navire en avait bavé, mais il était toujours fonctionnel. Je priais Uria pour que le temps soit clément et la mer absente de pirates, sinon nous risquions n'en mener pas large, et ce n'était pas peu dire. Les voiles étaient déchirées, mon grand mât brisé, la coque écaillée, l'eau devait inonder à fond de cale. Fond de cale...Le prisonnier! Le cœur battant, je me tournais vivement vers le Rapatrieur en ordonnant:

-Va voir si ton compagnon est  entrain de se noyer!!!
Le nain n'eut pas le temps de réagir qu'une voix familière et désagréable me fit faire volte face:
-Vous avez besoin d'aide peut-être ?!

Merdeux D'Auragne. Toujours là au mauvais moment!  Son regard fier observait mon navire comme si l'allure pathétique de celui-ci lui était dû. Je devins cramoisie en le voyant, car en vérité, j'avais honte qu'il me voit ainsi, dégoulinante de bave poisseuse, mais retrouvant mon arrogance habituelle, je m'avançais promptement et la tête haute je narguais:

- Ton aide, c'est  tes putes qui en auront besoin,  mais merci bien de ta proposition, tu peux passer ton chemin.

Indifférente à son visage qui avait prit une tournure écarlate, je me tournais vers mon équipage qui observait d'un air lasse le Diable Noir, ils n'avaient pas du tout envie de se battre, ce qui était rare,  mais l'attaque du monstre avait été suffisante pour aujourd'hui. Je m'apprêtais à donner des ordres afin de réaménager temporairement La Sirène, quand la voix colérique de Jason m'interpella d'un ton menaçant:
-Espèce de petite arrogante! Crois-tu vraiment que tu peux me tourner le dos comme ça?  Je vais te mater et tu n'es pas en position de me refuser! 
-Diantre, je fais ce que je veux, sale emmerdeur! M'écriais-je hors de moi en me retournant brusquement vers lui. Aujourd'hui, je refuse de me battre contre toi,car les hydres rôdent dans les parages.
-Quoi? Les hydres? Ce sont des légendes! Non seulement t'es arrogante, mais maintenant t'es devenue folle? Me narguait-il faisant rire son équipage. Bon sang, il voulait vraiment que je lui saute dessus et je l'assassine au vole? Cette idée me tentait, mais je me retins, trop consciente que le temps perdu à rester immobile pouvait nous mener à notre perte. Qui sait si ce n'était pas une tactique des monstres pour mieux nous piéger? Reprenant mon sang froid, je pris un air grave et répliquais sans ménagement:
- À ton avis, vieux imbécile, pourquoi mon navire est dans cet état? Regarde cette bave!  Quel poisson monstrueux de ta connaissance peut faire autant de bave, hein? Je te dis que les Brumes nous on piéger et qu'on s'est fait attaquer par les hydres!
Devant mon air sérieux, l’œil franc et brillant de rage, D'Auragne perdit son sourire. Me dévisageant un instant, il dit:
- C'est impossible...Selon les légendes, personne n'a réussi à s'en sortir des Brumes. Tu bluff!
-Ah ouais, je bluff? Et dit moi, comment ces légendes se sont racontées si personne n'a survécu?

Il garda le silence, ne sachant pas quoi répondre à cette question logique et rationnelle. Pendant une fraction de seconde, Jason analysait rapidement mes dires, mon aspect fatigué et blême, ainsi que celui de mon navire. Aucun navire n'avait un tel aspect après avoir affronter une tempête ou une attaque de pirates. La coque semblait avoir été attaquer par quelque chose d'énorme, et effectivement, la quantité de bave et de sang engluant le pont était irréelle. Fronçant les sourcils, il demanda le cœur battant:
-Si tu dis est vrai, comment avez-vous réussis à vous échapper?
-On les a fait exploser et on s'est enfuit, mais là, elles risquent peut-être de revenir et de se venger...Donc, je te conseil de fuir, et vite, sinon on risque de mourir, même si je veux que tu meurs, mais de ma main. Devant cette déclaration, il s’esclaffa de rire et s'exclamait:
-De ta main, hein?  Alors, je tenterais de survivre jusqu'à notre prochaine rencontre, ma magnifique sirène. C'est un rendez-vous?
-Aye, c'est un rendez-vous. Répondis-je d'un sourire moqueur. Me rendant mon sourire, il   ordonna de lever l'encre et et de descendre les voiles.  Je soupirais de soulagement, me disant qu'au fond, il n'était pas si bête qu'il en avait l'air. Se tournant vers moi, il s'écria l’œil brillant:
-Je t'attendrais sur les eaux de Varak, là je pourrais exercer ma vengeance. Si je coule ton navire, tu seras mon butin et si tu gagne, tu pourras faire ce que tu veux de ma vieille carcasse. Au revoir toute belle, et bon voyage! 
-Je tiens le Pari! Aller, bon voyage à toi aussi, vieux loup de mer!

C'est ainsi que le Capitaine Jason d'Auragne fit route vers le Royaume de Varak, tandis que je continuais sereinement ma route vers notre destination. Protégée par Uria, le voyage se fit paisiblement, sans ennemi malencontreux et mon navire tint bon. Après deux semaines, d'eaux huileuses,  j’aperçus enfin Paria dans toute sa  noirceur. Je souris, pensant à la prime généreuse que j'allais recevoir. 


Sirèna  « La mer est mon unique patrie»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   Mer 10 Fév 2016 - 3:49

Que dire du voyage qui se déroula après la sortie des brumes ? Pas grand chose. Les seuls éléments un tant soit peu intéressant sont les suivants : tout d'abord Khaad avait eu un moment de frayeur avec son prisonnier. Après que la capitaine l'ait rembarré sur sa complainte totalement justifiée, elle l'avait poussée à aller voir son prisonnier de peur qu'il se soit noyer stupidement. Un moyen intelligent de se débarrasser de lui en somme. D'autant plus que même si de l'eau avait pénétré dans les cales, son prisonnier s'en portait très bien. Ses protestations bien audibles à l'approche de la dite cale l'attestaient. Le mauvais bougre avait trouvé refuge sur une caisse plus grande que lui, ce qui n'est pas difficile à trouver quand on est un nain, à la limite de ses chaînes. Une fois sur son perchoir il s'était ingénié à trouver de la pitié. S'était peine perdue, après ce qu'ils venaient de traverser les matelot avaient trop à faire et trop éprouvé pour se soucier d'un vulgaire criminel. Pour mettre fin à ses protestations bruyantes, le Chasseur l'affubla d'un bâillon et fit employé Ditwin au réparation de la cale. Même s'il pouvait se montrer pingre selon les dires de certain, il n'avait certainement pas envie de voir le navire couler.

L'autre chose un temps soit peu intéressante fut l’altercation qu'eut lieu avec le rival de la capitaine, celui-là même qu'ils avaient rencontré au port avant le départ. Mais comme le nain manqua la majeur partie de la discussion - le son de leurs échanges ne portait pas jusqu'à dans l'antre du navire- inutile de la rapporter ici. De toute façon, il n'y avait rien qui concernait notre cher nain. Et après, ce ne fut qu'une succession de jour long et ennuyeux ou rien ne venait rompre la monotonie. Les jours d'activités frénétiques avaient vite étaient remplacés par une routine tranquille. La mer avait fini de leur jouer des tours...

Arrivé à bon port les deux nains durent leurs faire adieux à l'équipage. Et pour Khaad ça s'accompagnait aussi d'un adieux à une bonne somme d'argent. À son grand regret, il n'y avait pas moyen de négocier un rabais ici. Il allait devoir verser la deuxième moitié de la somme convenue plus le supplément pour les dégâts et les pertes. Ce que le sort pouvait être cruel, s'il n'avait pas rencontré les hydres jamais il n'aurait eu à débourser autant. Enfin, l'explosion qui en était venue à bout valait le coup d’œil. Juste ça, la petite fierté d'en être à l'origine lui apportait du baume au cœur.

Avant de quitter le navire en compagnie de son cher compagnon et après avoir réglé sa dette, il adressa ses derniers mots à la capitaine :

-Si jamais vous voulez faire le plein de poudre à Paria vous pouvez dire que je vous recommande en tant que client. Ça devrait vous faciliter les transactions.

Il aimait bien la capitaine somme toute. Elle avait du cran, pas tout le monde aurait eu le courage de faire l’appât ainsi. Et certainement un brin de folie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des brumes insidieuses [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des brumes insidieuses [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La mer des Larmes­­ :: Brumes de la dernière chance :: Les brumes de la dernière chance-