­
 

Partagez | 
 

 La Quête du Céleste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: La Quête du Céleste   Lun 4 Mai 2015 - 16:56

Les deux jeunes voyageurs restèrent enlacés au bord du minuscule point d'eau les réchauffant de sa chaleur. Et après presque une heure, semblant ne faire que quelques minutes à peine, ils quittèrent, le cœur léger, le petit oasis siégeant au milieu du froid hivernale et éternel de la forêt. Ils rejoignirent la bâtisse de Shetan et, après quelques mots échangés, décidèrent de continuer leur quête à travers les Monts Venteux.

Khalän s'équipa et alla atteler les montures pendant que Kanayëlle et son père discutaient ensemble avant le grand départ. Et le jeune homme se ressassait les dernières paroles de Kanayëlle mais plus encore ceux de Shetan, à savoir le chemin à emprunter pour arriver au Temple Céleste et s'engager sur les bonnes voies pour éviter de mauvaises rencontres. Et, normalement, après quatre heures de marche en la vallée froide et sombre des Monts Sidérites, ils devront arriver au pied de la plus haute montagne du Grand Inconnu et emprunter le Grand Escalier Fissuré menant au Sommet Illuminé. Là-bas, trois règles que l'homme du nord insista fort bien à lui dire :

1 - Rencontrer le gardien du Monastère Etoilé, un moine à la sagesse divine.
2 - Ne pas toucher ou même frôler la Pierre de la Création.
3 - Redoubler de vigilance à la deuxième règle.


Et aussi strict que cela puisse être, le fort norpalien ne s'arrêta là et, bien plus profondément en son cœur, enlaça le jeune homme, qui en fut ému, comme son propre fils et lui murmura un bien sage conseil.

" Parfois, il est bon de lâcher-prise sur certains sentiments que l'ont sait devoir partager. "


A cela, Khalän resserra les brides de Brume, accrocha deux sacs en peau d'ours de chaque côtés de la bête, contenant quelques provisions, et deux torches éteintes qui serviront, selon Shetan, à éloigner les bêtes affamées qu'ils pourraient rencontrer sur la route. De plus, selon lui, le chemin serait encore plus sombre et froid, et les torches y seront même indispensables car le Voile s'en ferait plus dense. Ainsi, il finit de seller Brume et attendit patiemment la jeune fille en caressant la crinière de sa fidèle monture. Roca, quant à elle, s'était allongée tranquillement prés de Brock.

Quelques instants plus tard, il fut temps de partir et le norpalien resta au pas de la porte pour les regarder s'éloigner. Et Khalän le regarda à son tour, une dernière fois, ne sachant s'il allait un jour le revoir. Les deux hommes se sourirent, l'un tenant une promesse que l'autre n'avait pas pu tenir, et ainsi ils étaient liés.

Et les aventuriers disparurent dans le profond brouillard.

Une demi heure passa avant que les cavaliers ne rejoignent la Vallée d'où ils venaient, ce long couloir où régnaient le silence et l'obscurité. Et empruntant celui-ci sans un mot, le Voile fut plus dense ou bien la nuit venait de tomber. Qu'importe, le cortège était dans un noir quasi complet et seul le sifflement sournois du vent à travers les nombreuses cavernes rocheuses les entourant leur tenait compagnie. Et Khalän se servit d'une allumette, que Shetan leur avait donné, pour enflammer une torche, et Kanayëlle en fit de même.


Et de tout là-haut, le cortège ressemblait à deux minuscules bougies vacillantes
en plein coeur d'un océan obscur.



Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Mer 6 Mai 2015 - 13:08

Cette étreinte était magnifiquement douce et rassurante. Loin de ce que nous avions connu ces derniers temps, j'avais l'impression d'avancer un petit peu, même si en un sens, on m'avait mentit une bonne partie de ma vie, même si toutes les épreuves que j'avais passé aurait pu ne pas être. Non, cette réflexion était idiote, je lui en avait voulu pour ça, mais je savais pertinemment que sans cela, jamais je n'aurais rencontré Khalän probablement et pour être honnête, cette rencontre m'avait redonner de l'espoir et de la foi. J'avais besoin de lui maintenant, et si je devais tout refaire en effaçant tout mes souvenirs, je ne voudrais refaire qu'une seule chose, notre rencontre à tous les deux. Elle était comme un ancrage dans ce monde de dingue. Ce monde qui ne nous avait pas épargné pour dire la vérité. Je soupirais doucement et bientôt vint l'heure de quitter la pose. Je n'avais pas très envie, mais je savais aussi que si nous l'avions fait maintenant, nous le referions plus tard, rien n'était jamais perdu... enfin je l'espérais sincèrement. Ce qui voulait dire que la vengeance contre mon frère n'était pas plus perdu que le reste. Car oui, malgré les révélations, ils restaient quand même mes parents et lui restaient quand même mon frère. Ils m'avaient nourris, logés, élevés comme si j'étais leur fille. Je leur devais bien des réponses, ne serait-ce que pour mon moral. Je finis donc par revenir dans la pièce. J'avais besoin de parler avec mon père avant de partir.

« Est-ce que tu m'en voudras de les considérer toujours comme mes parents, même s'ils ne l'étaient pas ? »
« Oh Kana, ils étaient tes parents. Qui peut dire ce qu'il serait advenus si c'était moi qui t'avais élevé ? Je pense qu'ils ont fait tous les deux du bon travail. Et je suis désolé pour.... »
« Ne t'en fais pas, tout va bien maintenant. Maintenant que je sais que j'ai un nouvel ancrage, tout ira bien. »
« Quand tu auras finis, retrouve-moi à Ragepierre, chez Jaston. Je suppose que tu connais déjà mon ami depuis longtemps. »
« Je pensais qu'il était celui d'Orlaïs. »
« S'il est devenu celui du druide, c'est parce que je connais le druide et Jaston t'a reconnu à la minute où il t'a vu. »
« Faut dire que mis à part pour la coupe de cheveux, on se ressemble assez, je dois bien l'avouer. »


Je lui souris doucement et le prends dans mes bras lui murmurant tout bas.


« Et si on ne revenait pas ? »
« Alors je traverserais le pays des morts pour vous ramener. Tu ne vas pas te débarrasser de ton père comme ça. »


Je souriais toujours. Mon père... ce mot sonnait encore étrangement, mais je m'y habituais vite en vérité. Et puis vint le temps des recommandations. Il nous bassina pendant plus d'une demi-heure sur le fait de tenir le protocole. Se présenter devant le gardien du monastère, ne jamais toucher la pierre mais en aucun cas jamais. Je crois qu'il a répété plus d'une dizaine de fois qu'il ne fallait pas toucher cette fichue pierre. Comme si nous étions idiot. Certes, il s'agissait là d'un objet impressionnant, mais je savais en quelque sorte que son utilisation n'était pas pour maintenant. Et même si elle permettait de faire quelques miracles, savait-on jamais, je doutais fortement d'être celle qui pourrait la manier. J'étais bien trop souiller par ce monde pour pouvoir toucher ce genre de joyaux. Un pâle sourire s'afficha sur mon visage et je ne pus m'empêcher de soupirer doucement. Une fois dehors, je remarquais alors que Khalän était prêt. Roca se leva rapidement et vint se frotter contre moi. Ma bête, mon petit bébé animal. Si jeune et pourtant si farouche. Je crois que jamais je ne la remercierais assez de ce qu'elle avait fait pour moi dans cette caverne. De sa protection. Étrangement, je la vis se frotter rapidement à Shetan et je souris doucement en voyant l'air surpris de mon père. Effectivement, ce n'était pas le genre de la bête, mais on s'en fichait pour l'instant. Elle l'avait reconnu comme un membre de la famille et ce genre de cadeau, elle ne le faisait pas à tout le monde.

Je me dirigeais vers Brok qui semblait de nouveau impatient de repartir. Ce cheval n'avait pas son pareil pour apprécier l'aventure. Il avait même botter plusieurs panthère des roches. Bon sang. Je sentis alors ma blessure me tirailler. Je n'allais pas pouvoir me battre correctement durant un moment, surtout si je voulais que ça ne réouvre pas. Mais j'avais toujours la possibilité de me battre autrement, donc ce n'était pas si grave après tout. Et puis, le temps des derniers au revoir fut arriver. Et finalement, après un temps qui me parut bien long, la brume nous enfuit tellement que plus personne n'était en vue. Il ne fallut pas plus d'une demi-heure pour finalement atteindre l'obscurité totalement qui nous obligea à allumer les torches. Une torche chacun dans la main, la nuit reculait doucement pour nous permettre d'y voir plus clair. Hors de question cette fois-ci de se faire prendre en tenaille et pour cela, l’œil du faucon nous serait encore utile. Je passais donc devant pour tenter de distinguer toutes les petites aspérités et voir ce qui pourrait nous faire chuter. Mais pour être tout à fait honnête, il n'y avait strictement rien sur cette route. Après quelques minutes, je rompis doucement le silence qui s'était installé entre nous.


« Une fois que nous aurons rencontré ce moine et que nous serons devant la pierre. Qu'est-ce qu'il va se passer tu penses ? »

Une question probablement idiote, mais pour être tout à fait honnête, des tas de questions sur cette pierre me passaient dans la tête et elles étaient toutes plus farfelues les unes que les autres. Je me demandais bien s'il avait une quelconque idée de ce qui nous attendait là-bas.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: Une lumière à travers les ombres   Mer 6 Mai 2015 - 19:32

A travers les ténèbres quatre lueurs scintillaient, celles des torches et des cœurs.
Celles des battements incessants émanaient une chaleur que les feux ardents des autres ne pourraient jamais atteindre. Ainsi, celles que les cavaliers venaient de brandir caressaient de leurs reflets orangés le visage de leur porteur. Et aucune des quatre ne semblait dévier de ceux pour quoi elles existaient, et toutes devaient s'étreindre ensemble. Et l'amour et le feu, et les cœurs et les torches.

Et les sabots des chevaux, et les frémissements de la chimère, et les souffles inquiets des aventuriers, tous s'étendaient au loin, et leurs échos se fracassaient sur les parois rocheuses, et seuls ils étaient, c'était une certitude. Coupé du monde en ce territoire dénué de vie et de toute nature, seuls dans ce sombre royaume sous l'emprise d'un néant assourdissant que le silence pesant avait adopté et les avait avalé dans son immense ventre vide.

Et pourtant, un cœur battait plus qu'un autre et, bien que ne provoquant aucun écho, il était le plus bruyant du cortège. Et Khalän respirait irrégulièrement, tout son corps frissonnait à la regarder, elle qui venait d'envelopper d'un noir profond ses pupilles bleu-gris à celui d'un faucon. Elle qui venait de le dépasser et de sa chevelure de feu semblait bien plus éclairer le cœur du guerrier que sa propre torche. Et il battait si fort en sa poitrine, et le désir de la prendre dans ses bras, là, maintenant, le tourmentait jusqu'à dévier toutes ses pensées à celle-ci. Et aspirant à caresser sa peau diaphane, d'où déferlait une cascade enflammée qui formait un rideau de feu lisse et indomptable. Et l'embrasser... puis lui promettre une kyrielle de merveilleuses choses.

Ainsi, le jeune chasseur se perdit dans ses pensées et dévia, sans le vouloir, de sa  trajectoire, guidant sa monture vers l'une des parois abruptes et coupantes. Heureusement, Brume l'empêcha de s'abattre contre la roche et la frôla de peu en hennissant la maladresse de son maître distrait. Et comprenant son échappée maladroite, la main du jeune homme caressa la crinière de la belle jument pour la remercier. Et un long mais discret soupir accompagna l'une de ses expirations. Et son cœur n'arrêta pas pour autant de battre la chamade, et son regard émeraude s'accrochait de plus belles à la magnifique norpalienne comme au scintillement d'une pierre précieuse.

Et elle était si belle, un tantinet triste, un brin farouche, un rien imprévisible, doté d'une grande sagesse, d'un bout de tendresse, d'une pincée de timidité et d'une myriade de fabuleuses choses reflétant, en ses yeux bleu-gris océan, une impressionnante collections de qualités. Et le jeune homme s'en éprit tant de ce sentiment qu'il ne pouvait plus le garder pour lui et, se répétant les dernières paroles de Shetan et de ce conseil qu'il comprenait à présent, Khalän lâcha-prise. Et en cet instant précis, Kanayëlle décida de briser le silence et posa une question qui semblait bien moins le préoccuper.

Et le jeune homme, sur son cheval, répondit le cœur léger.

- Je pense que le hasard n'existe pas et que des forces bienveillantes nous protégerons, comme elles nous ont tous deux réuni.
Rien de mal n'arrivera, j'en suis sûr.


Et la jeune femme sembla rassurée, mais loin de là voulait-il que la conversation s'arrête et, débordant de fougue, le jeune guerrier stoppa le cortège.

- Cette pierre ne sera jamais plus importante que toi. dit-il a haute voix, plein de détermination, pour qu'elle s'en retourne de nouveau à lui.

Et alors qu'elle semblait troublée face au jeune guerrier à quelques mètres d'elle, celui-ci descendit de son cheval. Et engagé à réaliser ce pourquoi il existait en cet instant bien précis, s'avança vers elle, torche en main. Et ses pas étaient calmes et lents tandis que son cœur en était tout le contraire, mais en ses yeux émeraudes perlait quelque chose de nouveau.

Et sous le regard incrédule de Kanayëlle, qui venait elle même de descendre de son cheval, elle aperçut plus distinctement Khalän, et celui-ci marchait sans un mot. Et sa main gauche se porta à son visage d'écorce et y délogea son masque de bois pour l'abandonner sur le sol rocailleux. Et le jeune homme continua ainsi sa marche, visage dévoilé, puis laissa tomber la torche sur le sol et continua jusqu'à Kanayëlle.

Son visage lacéré émanait une grande tendresse et un léger sourire émerveilla celui-ci.
Et le jeune homme ne s'arrêta devant Kanayëlle qu'en y lovant le visage de la jeune femme entre ses mains. Et ses paumes se posèrent sur les joues chaudes de Kanayëlle, et ses pouces caressèrent le bas de ses magnifiques yeux. Et il l'embrassa, posant ses lèvres sur les siennes aussi délicatement qu'un papillon se posant sur une fleur, et le baiser dura une multitude de secondes s'éparpillant en l'espace-temps sous la forme d'une effluve scintillante d'ondes vibratoires flamboyantes que seuls les dieux pouvaient apercevoir. Et au plus noir des endroits de ce monde naquit la plus grande des lumières.

Et lorsque ses lèvres cessèrent de toucher les siennes, ce n'était que pour mieux lui dire ce qu'il ressentait.

- Je t'aime Kanayëlle.

Je t'aime parce que j'ai vécu une enfance unique,
Après quoi, j'ai dû encaisser les pires horreurs,
Ensuite, j'ai rencontré de bonnes personnes qui m'ont guidé à l'autre bout du monde,
Et finalement, on m'a conseillé de traverser un désert, et je t'ai rencontré.

Je t'aime parce que tout l'univers à conspirer à me faire arriver jusqu'à toi.


Le jeune homme tenait en ses mains le visage de la femme qu'il aimait. Et ses lèvres avaient été si douces, et son odeur naturel lui en avait donné des palpitations, et le goût de sa peau sur la sienne ne le rendait que plus accro à elle. Et ainsi, l'embrassa aussi délicatement que la première fois.


Quand on veut réellement une chose,
tout l'univers conspirera à nous permettre de réaliser notre rêve.



Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Ven 8 Mai 2015 - 4:53

Ses paroles me font sourire. J'ai envie de croire que des forces bienveillantes nous protégerons, mais je sais bien que ça ne peut être le cas. Rien qu'hier, nous avions perdu un ami. Sans parler de tout ce qu'on a perdu bien avant. Qu'est-ce que la vie va nous apporter de bon ? Qu'est-ce qu'il se passera dans un futur proche ? J'ai envie d'y penser et en même temps, ça me terrifie. Comme si chaque réponse pouvait me détruire, comme si chaque parcelle de savoir devenait l'un des poisons que je mets sur mes aiguilles. Comment puis-je être autant effrayé et autant contente à la fois ? Comment puis-je être autant heureuse et triste ? Je le sais. Je sais pourquoi cette dualité existe dans mes sentiments. Parce que malgré le fait que la vie est cruelle et qu'elle nous offre tout autant la souffrance ou la mort, elle offre aussi le bonheur. Khalän. Tout se résume en ce seul nom, la seule personne qui ai réussis à me faire changer, la seule personne qui m'ait attirée depuis des années, la seule personne avec qui j'ai envie d'être en ce moment. J'aimerais tout laisser tomber, sa vengeance, la mienne, nos passés, j'aimerais tout laissé tombé pour vivre autre chose. Malheureusement, je sais parfaitement que nous devons continuer. Pour sa tranquillité d'esprit, pour la mienne. Le chemin que nous suivons n'a probablement rien d'enviable, mais je m'en fiche. Je lui suivrais, quitte à mettre ma vengeance entre parenthèse, maintenant que j'ai retrouvé mon père, et même si venger mes parents est toujours d'actualité, je ressens moins le besoin de me jeter à corps perdu dans cette mission comme je 'lai fais auparavant.

Et alors que je tentais de voir avec ma vision du faucon si d'autre obstacle se dressaient sur notre chemin, je n'entendis plus les sabots de brume battre le sol. Je finis par m'arrêter au moment où il prononça ces quelques mots qui firent battre mon cœur plus fortement qu'il n'avait battu. Je lui avais dit qu'il était tout pour moi et j'avais l'impression qu'il allait me faire d'autre révélation. Seulement ma surprise devait être visible, surtout lorsque je le vis descendre de sa monture. Je lâchais alors la vision du faucon pour finalement descendre moi aussi. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Je le vis enlever ce masque qui n'avait eu de cesse d'être un obstacle entre nous. Je le vis le jeter à terre sans trop comprendre et puis la torche se coucha elle aussi sur le sol. Mon cœur battait de plus en plus la chamade au fur et à mesure que je le voyais s'avancer vers moi. Un sourire tendre s'affichait sur ce visage qu'il n'avait eu de cesse de me cacher et lorsque ses mains se posèrent sur mon visage, je sentis la fraîcheur de ses mains venir se lier à la chaleur de mes joues. Mon cœur accéléra la cadence et loupa un battement lorsque finalement je sentis ses lèvres sur les miennes. Savourant se baiser impromptu, je ressentis des choses que jamais je n'avais ressenti auparavant. Bonheur, tendresse, chaleur. Je me laissais doucement emporté par ces sensations, troublantes et en même temps tellement attendu. Et quand il rompit doucement ce baiser, je ressentis comme un léger manque.

Cependant, lorsque ses paroles affluèrent, je me sentis rougir, plus que de raison. Ses je t'aime était une musique si douce à mes oreilles qu'elle aurait presque pu me faire tout oublier de ce que nous nous apprêtions à faire. Ses paroles à elles seules réchauffaient mon cœur au delà de ce que personne n'aurait jamais pu faire. Je ne savais pas quoi dire et finalement quand il revint doucement m'embrasser, mes bras vinrent passer autour de son cou pour rapprocher doucement mon corps du sien. Ma main passa dans ses cheveux pour en savourer la texture, et puis ce fut à mon tour de rompre doucement le baiser, ne rompant pas pour autant notre étreinte. Je le regardais doucement, comme s'il s'agissait de la première fois. Je pouvais enfin regarder son visage, je pouvais enfin toucher son visage sans que cela ne soit un masque d'écorce et je ne me fit pas prier pour le faire. Effleurant doucement ses joues, je lui souriais avec une tendresse que je n'aurais jamais pensé avoir au fond de moi. Je me reculais doucement, assez pour pouvoir le regarder sans avoir un torticolis, mais pas assez pour être trop éloigné. Mes mains effleurant doucement son visage pour lui montrer que j'étais contente qu'il se soit décidé à enlevé ce masque.


« Je.... Si tu savais à quel point je suis heureuse de pouvoir enfin te voir. De pouvoir enfin te voir sans ce masque. »

Je souris doucement et vint déposer un baiser sur l'une de ses joues meurtries.


« Je t'aime aussi Khalän. Je me fiche de ce qui nous a réunis, je me fiche de tout le reste si cela me permet de rester avec toi. Alors promets-moi juste que quoi qu'il arrive, quoi qu'il puisse se passer et peu importe nos décision, ce sera toujours ensemble ? »

Je ne voulais plus de secret, je ne voulais plus de problème. Je ne voulais plus rien entre nous si ce n'était ces sentiments qui nous poussait l'un vers l'autre. Je voulais juste être avec lui. Avoir une vie avec lui, un avenir. Enfin... lorsque tout ce que avions à faire serait terminé bien entendu. Je vins alors à mon tour l'embrasser doucement et puis avec un certains effort je finis par me détacher de lui. J'avais encore envie de rester comme ça. Cependant, nous avions pas mal de chose à faire et à entreprendre.

« Il est probablement temps de nous remettre en route tu en penses quoi ? Nous devons trouver un endroit où nous poser avant la nuit. »

Je souris doucement, ne voulant pas réellement me détacher de lui. Je restais ainsi à le regarder, me demandant qui de nous deux allait prendre la décision de remonter sur sa monture pour continuer la route.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: L'arrêt des émotions   Sam 9 Mai 2015 - 17:01

Il était le plus heureux au monde et rien n'aurait entravé son bonheur, rien.
Et son sourire emplit son visage lacéré, et les lèvres chaudes et humides de la belle Kanayëlle enivrèrent ses propres lèvres. Et ses mains s'accrochèrent à son cou, et son cou en fut honoré, et le cœur battant, il l'aimait, et tout ce qu'il avait dit n'avait été autre que la vérité. Et les mains de la jeune femme qu'il aimait étaient si douces contre sa peau fragmentée de vallées et de montagnes, et rien ne semblait la perturber, et tout l'art du silence le réconforta. Mais qu'importe l'apparence si l'amour en émergeait plus de puissance. Et ce dernier baiser fut si réconfortant, et la chaleur corporelle de Kanyaëlle s'introduisit en celui du jeune guerrier, et ensemble semblaient ne former qu'un, une énergie absolue, inévitable, immuable et destinée à jamais l'une de l'autre. Et il en était tant persuadé que son cœur ne pourrait plus battre sans elle. Elle, la femme de sa vie, lui avait demandé une faveur difficile à promettre, et pourtant lui demandait sans la moindre imperfection en son langage soutenu. Etait-il prêt à lui promettre de rester ensemble, quand bien même son passé n'avait été libéré de la souffrance, tout autant que le sien ? Pouvait-il simplement lui répondre pour dissoudre les conflits douteux qui mettaient en péril leur avenir ensemble ?

S'il acceptait, cela voudrait dire de l'emmener dans les tréfonds de sa propre souffrance, à travers sa macabre vengeance dénuée de toute humanité reflétant celle de venger ceux qu'il aimait. Comment pouvait-il être aussi égoïste.... mais pourtant, lui aussi la suivrait dans son combat, engageant son frère qui ne l'était que partiellement. Alors, tout naturellement, il ne lui promit pas ce qu'elle désirait mais lui promit de faire son possible en lui répétant ses mots.

- Quoi qu'il arrive, quoi qu'il puisse se passer et peu importe nos décisions, je m'efforcerai, de tout mon cœur, de rester prés de toi.

Et bien que ne défaillant pas à cette étreinte, se ressassant les premiers mots de la jeune femme à la chevelure de feu, lui dévoilant qu'elle l'aimait également, il n'y pensait que trop d'un bonheur permanent qu'elle venait de lui offrir... et en sourit.

- Tu as raison, il faut continuer et trouver un abris pour la nuit. répondit-il sagement en caressant son visage une dernière fois.

Et Khalän s'éloigna d'elle en emportant une lueur étincelante en ces yeux, qui ne désignait qu'une simple et vagabonde sensation liée à l'amour réciproque. Et il ramassa son masque d'écorce qu'il accrocha à sa ceinture afin de garder vivant le souvenir de son passé, puis sa torche, et lui sourit une dernière fois, tendrement avant de remonter sur son cheval. Et ainsi, après une bonne heure, le cortège arriva à un passage semé de grottes. Khalän descendit de Brume et vérifia l'une d'elle, arc à la main. Tout semblait serein et aucune trace d'un prédateur ou d'une tanière.

- Nous passerons la nuit ici. dit-il, sûr de lui.

Et ainsi, les deux jeunes aventuriers montèrent un petit camp de fortune en cet enfoncement de falaise, et les montures gardaient l'entrée, tandis que Roca s'approcha de Kanayëlle et se blottit en ses bras alors que Khalän s'exerçait difficilement à allumer un feu de deux simples pierres et d'un amas de brindilles qu'il trouva par-ci par-là. Puis le feu prit, le jeune homme en fut content et s’assit près de la jeune et belle guerrière norpalienne. Et Roca s'approcha de lui et, happait pas ses caresses, en fut euphorique.

- Toi aussi je t'aime, Roca, il a juste fallu un peu plus de temps pour que je m'en aperçoive. dit le jeune homme avec grande humilité.

Et aucun mot ne s'intercala entre Khalän et Kanayëlle, et juste le bras du jeune homme venant caresser le visage de la jeune femme, et juste un baiser sur sa joue pour lui souhaiter bonne nuit. Et restant ainsi à côté d'elle, le jeune homme surveillera toute la nuit le feu dés qu'elle fermera les yeux.




Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Mer 13 Mai 2015 - 3:51

Je souriais doucement, ne faisait que le regarder dans les yeux. Ce gars était réellement imprévisible. Qui aurait cru qu'il puisse faire ça sérieusement ? Descende de cheval alors qu'on était en plein territoire ennemi, lâcher sa torche et surtout défaire ce masque... son masque, celui qu'il prenait tant de soin de garder visé sur son visage histoire que personne ne puisse voir son histoire écrite d'une façon bien horrible. Et pourtant, je ne l'aimais que plus maintenant qu'il avait fait cela. J'avais l'impression d'être enfin avec le véritable lui depuis qu'il ne se cachait plus. Pensées bien égoïstes, moi aussi je me cachais par moment derrière des visages sans expressions pour ne pas avoir à montrer ce que je ressentais. Quelle différence cela faisait-il avec lui ? Je secouais la tête alors qu'il détournait la promesse que j'avais envie qu'il me fasse. Ça aussi, s'était parfaitement égoïste, mais en un sens, j'avais véritablement envie de me raccrocher à ce genre de chose, parce que je savais que la suite de l'aventure n'allait rien avoir d'enviable. Combat, sang, larme, blessure, vengeance, voilà ce qui nous attendait dans la suite de ce voyage, donc autant faire en sorte que les petits moments de bonheur qu'on pouvait acquérir au jour d'aujourd'hui soit ceux qui comptait le plus. Et ce moment de bonheur, même s'il n'allait être qu'éphémère était l'un de ceux que je préférais entre tous.

Je souris une nouvelle fois lorsqu'il me dit que j'ai raison, qu'il vaut mieux trouver un abri. Bien entendu que j'ai raison. Cette région, je la connais, pas encore comme ma poche, mais bien mieux que lui. J'ai passé de nombreux moments ici, à cherché ce qu'on avait caché pour moi, à m'entraîner, à devenir un druide. Chose que je ne suis jamais devenu entièrement. J'aimais la nature bien entendu, je l'avais toujours apprécié, mais... jamais je n'aurais pu vivre recluse uniquement avec d'autre druide. J'avais besoin de voir le monde et puis, bien avant d'être recueillit par les druides, je m'étais fais une promesse. J'avais fais une promesse à mes parents, même s'il n'était pas mes vrais parents, je ne comptais pas rompre cette promesse. Pour tout l'or du monde, j'avais besoin de réponse et de toute façon Khalän avait lui besoin de justice. Je soupirais doucement en remontant en selle. Brok s'éloigna doucement suivant alors Brume sans que je n'ai quoi que ce soit à lui dire. Je me sentais encore assez faible. Ma blessure me tiraillait les côtes et sérieusement ça faisait réellement mal de tirer sur les chaires qui étaient en train de se reformer avec difficulté. Je soupirais doucement et finalement après une bonne heure à cheval, nous finîmes par arriver dans un endroit sympathique.


« Oui, l'endroit est sympa. »

Je descendis de cheval et regardait les diverses grottes. Cet endroit était vide de prédateur pour deux bonnes raisons, rien ne poussais par ici et donc pas de ''gibier'' à manger et de plus, l'endroit était vraiment trop reculé. En cas de problème le chemin à faire pour s'en sortir était long et épuisante pour une bestiole à quatre pattes qui avait du mal à escalader, ce qui n'était soit dit en passant pas le cas d'humain. Je partis donc desceller Brok alors que Roca me suivait sans me quitter d'une semelle. Je comprenais ce que voulais ma petite boule de poil, elle s'inquiétait pour moi parce qu'elle avait sentit que j'étais plus tendus que tout à l'heure. Eh oui, la douleur n'aidait pas forcément à bien se sentir. Je finis par m'accroupir et caresser la fourrure de sa tête qui était d'une douceur incroyable.

« Ne t'en fais pas ma belle, tout ira bien. »


Je souriais doucement et finalement après un feu et un petit repas tranquillement, l'issoka vient se poser comme à son habitude près de moi. Sa fourrure absorbant doucement la chaleur du feu. Elle finit ensuite par se poser entre Khalän et moi, quémandant des caresses aux deux personnes qui était proches d'elle. Personnellement, la fatigue vint rapidement me cueillir. Je n'étais pas encore assez remise pour faire ce genre de voyage visiblement, mais je m'en fichais. Je devais avancer, je voulais avancer, c'était la seule chose que nous devions faire pour l'instant, donc autant la faire et alors que mes paupières j'entendis les paroles de Khalän qui me firent sourire et puis finalement son baiser sur ma joue et le monde se retira me laissant alors dormir d'une nuit sans rêve ni cauchemar. Je fus réveillé doucement par les pépiements d'un oiseau qui passait. Une douce lumière filtrait tranquillement à travers les quelques ouvertures de la caverne. Ce sommeil avait été plus bénéfique que jamais et je me sentais bien mieux, même si la blessure me faisait toujours souffrir un minimum. Mais bon, Norpalien oblige, la douleur était notre lot quotidien et je savais parfaitement m'en accommodé. Je finis par aller voir les environs pour trouver quelques herbes pour faire du thé et préparer un petit déjeuné. Je mis d'ailleurs tout à cuire quelques minutes plus tard. Les feuilles de thé dans de l'eau qui attendait de bouillir doucement, et les gamelles sur des pierres près du feu qui les réchauffaient doucement et promettait un . Désormais, il ne restait plus qu'à attendre le réveil de Khalän pour manger et repartir du bon pied.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: Le Grand Escalier Fissuré   Mer 13 Mai 2015 - 14:55


Et une nuit sans songe, sans aucun cauchemar, et les rares lueurs du soleil levant éclaircirent la petite caverne dans laquelle ils étaient. Se réveillant ainsi, un sourire s'élargit à son visage nu, un premier réveil sans la moindre souffrance, ne songeant qu'aux événements de la veille, d'un tendre baiser, d'une décision qui changera sa vie, et d'un avenir prometteur. Et le jeune homme sourit et se leva, et bailla quelque peu, et échangea un regard amoureux et délicat à celui de la femme qu'il aimait, préparant un thé aux odeurs apaisantes. Il se leva doucement, reprit ses armes et s'avança vers elle d'un pas lent et silencieux, comme à son habitude. Et durant sa courte ascension vers elle, il repensa au rêve qu'il avait fait chez la vieille dame des bois, qu'avait engendré en lui un bonheur immuablement doux. Il s'était vu avec elle. Une jolie ferme, ou encore une simple maison en pleine forêt, et qu'importe où elle se situait, ils étaient ensemble et seul ce détails importait. Mais plus que ça fut les pleures de leur fille, un diamant aux yeux bleu-émeraude, une merveille, elle qui semblait s'accrocher aux épaules de son père comme une bouée à la mer.
Puis, le réveil et la réalité...

Et ainsi, Khalän se remémora cette fresque familiale si belle et s'assit aux côtés de la belle Kanayëlle. Et tendant ses doigts vers son visage, ceux-ci caressèrent le bout de ses lèvres, les caressant tendrement. Elle était si belle. Khalän lui sourit, ne disant rien, et regarda le thé bouillir devant la belle et douce norpalienne. Puis, elle lui servit un bol, et celui-ci était exquis et le jeune homme n'eut aucun mal à le lui faire savoir par quelques sourires. Et, sans pouvoir se défendre face à ce sentiment agréable, il approcha ses lèvres des siennes, posant la paume de sa main droite sur son visage de soie et l'embrassa d'une simple accolade de ses lèvres. Et les siennes étaient si dévastées, et les autres si douces et parfaites, qu'il en eut presque honte mais ne pourrait le lui dire. Et, en cet instant charnel, un rayon de soleil brisa miraculeusement le Voile et dévoila au jeune chasseur amoureux une montagne à quelques centaines de mètres d'eux.

Et entre les monts sidérites prônaient une montagne majestueuse, différente de toutes les autres, plus éclaircie, plus vibrante et enivrante ; La Montagne du Grand Inconnu. Celle qu'avait mentionné Shetan. Il ne s'était donc pas trompé.

- Regarde Kana... la montagne là-bas, c'est elle ! dit le jeune homme souriant en la pointant du doigt.

Et après que le camp fut levé, ils repartirent vers celle-ci, et il n'eut fallut qu'une demi-heure pour y arriver. Et l'entrée ressemblait à une grotte mais en son intérieur émanait une lumière, celle de l'extérieur. Et le cortège s'y engouffra et découvrit une crevasse, une grotte et un escalier ; Le Grand Escalier Fissuré menant au Sommet Illuminé.


Et ils arrivèrent à une partie de grotte d'où le chemin était brisé d'un bon mètre par le sol rocheux instable. Le cortège passa au-dessus du vide avec précaution et continuèrent à grimper les escaliers. Mais plus dure allait être la rmontée à pied et les cavaliers descendirent de leur monture. Ainsi Brock et Brume, Khalän et Kanayëlle, et Roca, grimpèrent les escaliers menant au Monastère Céleste. Mais la route semblait encore longue, et gravir la montagne allait être fatiguant et périlleux...


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Sam 16 Mai 2015 - 5:31

Je souriais doucement quand je le vis se réveiller. Les sentiments étaient somme toute étrange non ? Après tout, nous avions tous les deux jurés de nous venger. Cette vengeance nous avait rapproché, nous avions décidé de mener notre barque ensemble vu que notre chemin était le même et finalement, après plusieurs semaines passés ensemble, après des heures à combattre ou à être tranquille, nous nous étions plus rapproché que je ne l'aurais pensé. Qui aurait cru qu'une vengeance allait rapproché deux personne brisé par leur passé respectif. Sans compter toutes les révélations qui avait découlé au fil des jours dont la plus récente concernait mes parents, mes vrais parents. J'imaginais mal au départ pouvoir être avec quelqu'un, pouvoir être amoureuse n'était pas franchement le but que je m'étais donné, mais je devais dire que ça me rendais heureuse de me dire que je pouvais si besoin est trouvé du réconfort dans ses bras. Car la suite de notre aventure n'allait pas être tout à fait facile. Je fus arrêté dans mes pensées par un doigt sur mes lèvres. Je finis par le regarder doucement et lui tendre le petit déjeuner. Un tendre baiser vint alors me remercier et je ne pouvais rien dire de plus que cela. J'avais bien vu dans cette quête que ce genre de vie était celle que j'avais toujours voulu. Celle dont j'avais toujours rêvé et qui m'attendrait si cela était possible bien entendu. Un soupir doux et tranquille m'échappa et finalement, je rangeais les bols et tout ce qui m'avait servis à faire le petit déjeuner.

Et nous finissions par reprendre la route. Cette route qui nous attendait et qui allait nous amener dans un endroit dont je n'étais pas certaine que ce soit une idée faramineuse d'y aller. Je secouais la tête au moment où un rayon lumineux traversa la pellicule douce de la fine brume qui semblait entourer notre réveil. Je pus alors remarquer le haut de la montagne, magnifique et majestueux. Un endroit sublime aux airs de conte de fée. Comment ne pas remarquer cette montagne majestueuse. Lorsque Khalän me dit de regarder, que c'était elle, je n'avais pas osé lui dire que je la regardais déjà, que je voyais nettement ces couleurs fascinante et en même temps assez étrange. Je souriais doucement et commençais alors à préparer mes affaires, ne faisant que regarder cette lumière douce et tranquille. Et puis finalement une fois que les harnachements étaient remis sur le dos des chevaux, la route reprit aussi rapidement que si nous ne l'avions pas quitter. Une bonne demi-heure plus tard, nous arrivions enfin a une grotte lumineuse. Il était étrange d'ailleurs de voir une grotte lumineuse. Je regardais tranquillement cet endroit, détaillant ce que je voyais sous mes yeux. Le chemin était quelque peu dangereux, surtout pour les chevaux. Roca elle sautait de partout et se fichait pas mal des obstacles qu'elle pouvait rencontrer.


« Eh bien nous en avons pour un moment. J'espère que tu aimes le sport. »

Je souriais doucement et commençais à grimper les escaliers qui semblait ne pas en finir. Comment faisait le moine là-haut pour se ravitailler ? Il ne pouvait pas descendre , est-ce que She.. mon père lui ramenait de quoi se sustenter ? Une bonne question. J'allais probablement pas mal de question à demander quand je le verrais sachant que de toute façon, j'étais du genre à avoir toujours des tas de questions, tout le temps. Je finis par me concentrer de nouveau sur le chemin qui nous menait doucement en pente au départ, mais la pente devenait de plus en plus abrupte si bien que les cheveux eurent du mal à suivre la cadence. Cadence que nous devions ralentir au risque de les perdre. Roca elle, s'amusait constamment à sauter partout. Elle adorait l'exercice et elle encourage Brok et Brume du mieux qu'elle le pouvait. Parfois elle claquait des mâchoires derrière les jarrets des chevaux quand elle remarquait qu'ils étaient trop lent. Et puis finalement après une bonne heure de crapahutage, nous nous retrouvions sur le haut de la montagne.

La vue était réellement magnifique et je remarquais que la montagne ressemblait d'ici à une colline. De l'herbe jonchais le sol que nous avions quitté si dur. Il ne s'agissait pas de pierre ici, mais plutôt de la terre. Incroyable, j'avais la très nette impression d'avoir devant moi une forêt avec des arbres, grands et splendides qui parsemait la montagne ça et là. Le sol lui était recouvert de végétation et je remarquais même un potager. Je souriais doucement en remarquant alors une maison. Ça devait être ici que nous allions devoir faire le chemin. D'ailleurs d'ici partait un petit chemin jusqu'à la maison. Une personne d'ailleurs sortit de la maison pour venir se poster devant la porte, nous faisant signe.


« Khalän regarde, je crois qu'on est attendu. On devrait y aller, ça nous permettrait de nous reposer. »

Et je me dirigeais vers la maison suivis de prêt par Brok et Roca.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: Le vieil homme de la montagne   Dim 17 Mai 2015 - 16:34

L'ascension avait été éprouvante mais le spectacle au sommet du Grand Inconnu en était tout aussi superbe. Et les regards se perdirent au milieu de ces bosquets où fleurissaient toutes sortes de fleurs, et où les arbres et le vent s'aimaient à danser ensemble sous le chant des oiseaux rares des hautes sphères. Un sourire se dessina sur le visage de Khalän, comme un soulagement après tout ce chemin parcouru, toutes ces souffrances et la perte de son ami. Tout semblait maintenant les récompenser de leur courage, de leur endurance face à la souffrance. Et plus ils avançaient, plus les étendues verdoyantes que traversaient les rayons du soleil leurs donnaient le vertige. Et à quelques cent mètres plus bas, le Voile avait abandonné son combat contre la lumière, et les rayons du firmament de la fin de ce jour apaisèrent leur peau meurtrie par le noir incessant des ténèbres du bas.

Et enfin, ils virent des terres cultivées, une prairie et une maisonnette à proximité.
Un petit chemin de terre les conduisait à celle-ci comme une invitation à leur venue et, Kanayëlle, se sentant plus légère que le jeune homme, fut emportée par ce paysage idyllique au centre des Monts Venteux qui n'avaient finalement plus cet aspect désastreux. Et elle marchait tandis que sa chimère et Brock la suivaient, et Khalän et Brume en firent de même. Et autant, il fallait la folie de Roca pour motiver les chevaux à grimper au Grand Escalier Fissuré autant, tous, sans hésiter, empruntèrent le sentier à travers le délicieux potager.

Le jeune guerrier avait entendu la voix de sa compagne et, effectivement, un homme venait de sortir de la petite maison en bois et, restant au pas de la porte, leur fit signe comme s'ils étaient leur ami. Il semblait bien vieux mais en pleine forme, et un sourire épanouit s'amusé à rendre son visage réconfortant et sans la moindre parcelle de mal. Et Kanayëlle avait raison, il ne faisait aucun doute qu'ils étaient attendus. Et le regard de la jeune guerrière à la chevelure de feu croisa celui du guerrier défiguré au regard émeraude, et tous deux s'échangèrent quelques sentiments abondants et profonds sans aucune autre forme que le désir d'être heureux et en sécurité.

- Vous voilà enfin, sacrés chenapans ! s'écria le souriant vieil homme.

Et il était nain et, aussi petit soit-il, avait un grand cœur à percevoir son innocence. Et lorsque la jeune cavalière arriva prés de lui, le nain l'enlaça énergiquement, chaleureusement, en émettant quelques rires de satisfaction, puis vint le tour de Khalän à recevoir ses accolades amicales. Et ayant cessé son étreinte, leva le regard vers le visage du jeune chasseur bélinois. Et d'un sourire admiratif souleva le cœur du jeune homme par ses mots.

- Eh bien, eh bien ! Je te préfère comme ça mon garçon !

Puis, il s'éloigna sous les regards étonnés des deux voyageurs de grands chemins et s'écria de plus belle quelques autres phrases énigmatiques.

- Les rêves ! Toujours faire confiance aux rêves !
Les rêves ont toujours raison, maintenant faut-il leur faire confiance pour s'y accrocher !
finit-il en rigolant de plus belle de façon paternelle.

- Entrez, entrez ! Venez boire du thé !
Ne soyez pas timide les enfants, je ne mords pas !


Ainsi, les deux jeunes gens laissèrent Brock et Brume dehors, sous l'œil attentif de Roca.
Ils entrèrent dans la petite maison et furent invités à traverser un long couloir pour déboucher de nouveau en dehors. Et devant eux s'étendit un magnifique jardin fleuri aux multiples fleurs multicolores. Et les papillons emplissaient les lieux, et le soleil promettait plus de merveilles à chaque jour qu'il illuminait l'endroit. Et aussi étonnant soit-il, le jeune couple aperçut au loin, au point culminant des Monts Sidérites, sur le pic du Grand Inconnu, le Sommet illuminé d'où prônait majestueusement le Monastère Etoilé dont Shetan avait parlé. Et bouche-bée face à ce panorama, le nain excité les guida à s'asseoir autour d'une petite table de jardin entourée de sièges en bois.


- Oui oui ! Le Monastère, vous irez ! Pas d'inquiétude !
Mais d'abord, le Thé !
s'écria à nouveau le petit homme à la barbe blanche et au regard enjoué avant de disparaître dans sa petite maison isolée.

Et Khalän regardait avec béatitude le Temple tout là haut, et le lieu semblait si paisible et réculé. Si loin de tout... et le jeune homme regarda la belle jeune femme à ses côtés, éprit du même spectacle. Et plus belle était-elle.

- Me revoilà, jeunes intrépides voyageurs ! s'écria une fois de plus le nain honoré d'avoir enfin un peu de compagnie en leur servant un thé chaud. Oh la la, j'ai failli oublié ! continua t'il avant de repartir aussitôt pour revenir de plus belle avec un plateau de petits pains enrobés de quelques sucreries. Et il se mit à rigoler de sa maladresse, et son humeur était contagieuse et fit rire les deux jeunes gens également.


Vieil homme de la montagne

Il s'assit en face du jeune couple et but une gorgée de son fabuleux thé fumant avant de commencer une discussion qui allait, semble t'il, être enrichissante et pleine de bonne volonté.

- Alors, dites-moi !?
Je répondrai à toutes vos questions !


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Mar 19 Mai 2015 - 4:02

J'avais l'impression d'avoir retrouver un membre de ma famille que j'avais perdu depuis longtemps. Et en un sens sa bonne humeur était tellement contagieuse, qu'elle me fit immédiatement venir le sourire. Je ne savais pas comment dire ce que je ressentais à ce moment, cette joie était tellement intense que ça en paraissait irréelle, surtout après la mort de Norak, après les révélations de ces derniers jours, comment pouvais-je être aussi heureuse ? Bah de toute façon pourquoi se poser ce genre de question n'est-ce pas ? Il n'y avait pas de raison, je n'étais encore jamais venu ici et je devais avouer que l'endroit était tranquille, j'aurais aimé y vivre, y finir mes jours, comme ce serait probablement le cas de ce moine. Ici, j'avais l'impression d'oublier celle que j'avais été et que je devenais une nouvelle moi. Une nouvelle Kanayelle, différent et semblable à la fois, quelqu'un qui n'était pas perdu dans une vengeance personnelle, et ça, ça me faisait un bien fou. Cependant, quand le moine en vient à dire qu'il préférait Khalän ainsi, nous le regardions tout deux d'un air étrange et je faillis lâcher un petit rire doux. S'était tellement saugrenu ce genre de rencontre.

J'eus la réponse à mes questions lorsqu'il parla de rêve et je compris alors ce qu'il était : un arpenteur. Il était celui qui voyageait à travers les rêves pour comprendre le monde, je comprenais alors pourquoi il était ici à garder cette pierre. Lui seul savait comment faire pour la protéger, de plus, j'étais certaine que si un danger arrivait, la vallée ne serait alors pas perceptible. Étrangement, ma télépathie me permettait de sentir un peu plus les énergies, comme elle faisait agir la tête et donc les perceptions extrasensorielles en quelque sorte, j'étais persuadé que tout un tas de protection se tenait autour de cette montagne plutôt que vallée. Lorsqu'il parla alors de boire du thé, je sentis un autre sourire fleurir mes lèvres. Oui du thé s'était réellement une bonne idée. Je ne savais pas pour Khalän, mais le thé avait tendance à me réconforter en quelque sorte et je devais bien avouer que s'était tout autant plaisant d'en boire que d'en faire. Les senteurs des différents thé étaient tellement variées que par moment, ça en devenait extatique de tout sentir.

Je ne me fis pas prier pour reprendre la route, laissant alors Roca et Brok. Je dus cependant rassuré l'issoka pour éviter qu'elle ne se sente abandonné et après quelques minutes, je pus entrer dans sa petite maisonnée. Petite ? Pas vraiment en vérité j'avais l'impression d'avoir devant moi quelque chose d'immense. Les pièces étaient parfaitement lumineuses et leurs magnificences ne faisait pas un pli. Non seulement les pièces, mais nous passèrent aussi devant un jardin fleuri d'une telle façon qu'on avait l'impression d'avoir devant nous une œuvre d'art. Mon cœur s'était apaisé en entrant ici, mais je le sentais s'alléger au fur et à mesure de notre progression. Mon regard tomba alors sur le monastère alors que je regardais dehors. S'élevant magnifiquement au delà de ses nuages, sur cette pointe de montagne. J'avais l'impression qu'il m'appelait, qu'il m'attendait. Mais ce n'était probablement pas le cas. Juste une impression. Je fus ramener brutalement sur terre par la voix du vieil homme qui nous disait que nous allons y aller. Bien entendu, s'était notre destination depuis le départ, mais étrangement je n'étais pas réellement pressé d'y aller.

Comme si la vie ici pouvait m'être totalement acquise et tranquille. Un nouveau sourire se fit sur mon visage et je finis alors par m'asseoir tranquillement alors que le moine amena le thé. Et qu'il repartit aussi pour nous rapporté des petits pains brioché visiblement. Je peinais à empêcher mon ventre de gargouiller. Je peinais à ne pas me jeter sur les petits pains qui représentaient réellement une sucrerie dont j'avais idéalement besoin. Je finis cependant par en prendre une tranquillement et croquer dedans tout en savourant la texture douce et fondante dans ma bouche. Ça me semblait tellement délicieux que j'avais envie de la dévoré et puis finalement il reprit la parole tranquillement et lorsqu'il parla de répondre à toutes nos questions, je finis ma bouche tranquillement pour prendre la parole.


« Toutes nos questions réellement ? »
« Tu sais qu'il y a certaines questions auxquelles je ne pourrais répondre ce n'est pas de mon ressort. »
« Oui, je sais, c'était juste pour vous taquiner. »


Mais au fond de moi, je sentais que ça m'aurait arrangé qu'il ait ce genre de réponse parce qu'ainsi, je serais bien plus tranquille.

« Ne t'en fais pas, les réponses arriveront. Elles ne seront probablement pas facile, mais tu as vécu bien plus difficile n'est-ce pas ? »
« Oui c'est certains. Bon sinon, que faites vous exactement ici, je parle en dehors du Monastère ? N'est-ce pas trop dure de vivre seul ici ? À quoi passez-vous vos journées et surtout êtes-vous réellement un arpenteur ? »

Les questions fusaient doucement entre mes lèvres, sans qu'elles ne soient précipités ou lancer à la figure. Je croquais un autre morceau de brioche, attendant alors ses réponses.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: Révélations Célestes   Lun 25 Mai 2015 - 10:11

Vertigineuse était la vue d'où ils étaient tous les trois assis, au milieu de ce magnifique jardin fleuri. Et Khalän s'étonna à voir sa compagne sourire devant un inconnu, elle, qui était plutôt prudente, venait de prendre l'un des petits fours qu'elle prit plaisir à manger. Et le vieil homme rigolait lui aussi de bon cœur tandis que Khalän goûta le délicieux thé aux herbes. C'était étrange de vivre aussi bien en un tel endroit, d'avoir connu tant de choses atroces pour finalement sourire à la moindre des choses. C'était étrange, effrayant et tout aussi jouissif et paisible. Ainsi, la belle norpalienne à la chevelure de braise taquina quelque peu le nain rieur à ses dernières paroles, et finalement lui posa les questions qui leurs brulaient les lèvres depuis leur arrivée.

Khalän reposa sa tasse de thé en avalant de travers sa dernière gorgée, ne comprenant aucunement ce que voulait insinuer la jeune femme.

- Un quoi ? demanda t'il en la fixant, alors qu'elle regardait le vieux nain  à la longue barbe blanche.
- Bravo jeune fille, je suis découvert ! lança joyeusement leur hôte en levant les mains avant de les reposer sur la table. Bien que je n'en attendais pas moins de toi !

Khalän resta muet, ne sachant réellement le sujet de la discussion car jamais il n'avait entendu d'histoire sur les "arpenteurs". Kanayëlle en savait bien plus que lui au sujet de ce lieu et de ses habitants et, parfois même, le jeune homme se sentait ignorant de tant de choses qu'une vie ne lui suffirait pas à tout connaître. Et le vieux bougre s'expliqua alors.

- Jeune homme, il y a tant de choses en ce monde qu'un simple homme ne pourrait connaître en une seule vie. dit le nain en reprenant les pensées du jeune homme, presque mot pour mot, et lui faisant un clin d'œil complice. Puis, il reprit avec plus de sérieux.

Je suis né d'une longue lignée d'arpenteurs, et notre mission est la protection de ce monde. Nous pénétrons l'âme d'Ildirith, voyageant à travers elle afin de maintenir un équilibre entre les énergies positives et négatives. Nous évitons ainsi les guerres à venir et les conflits qui pourraient bouleverser ces terres. Nous partageons les énergies pour qu'aucune d'elles ne soient de trop ou ne soit que trop peu en un endroit particulier.

L'équilibre, mes enfants, l'équilibre.
Rien n'est plus important que l'équilibre.



Les deux jeunes voyageurs écoutaient avec grande attention le vieil homme, l'une comprenant un peu mieux que l'autre.

- Le secret de notre pouvoir sont les rêves.
Ils sont l'essence de notre méditation, ce sont de puissants catalyseurs d'énergies. Nous voyageons à travers l'espace et le temps en tant qu'êtres d'énergie-lumière et favorisons l'équilibre sans qu'ils nous faillent nous déplacer physiquement.

Je sais que cela doit être troublant pour les gens n'en ayant jamais entendu parlé.
Nous préférons dissimuler notre existence, car vous connaissez tous comme moi les conséquences catastrophiques si on en venait à utiliser à mauvais escient nos voyages astrales. Ou pire si on en venait à tuer tous les arpenteurs de ce monde.
Ce serait chaotique, n'est-ce pas ?
en frissonna t'il.

Plus aucun équilibre... je n'ose l'imaginer.
Mais cela s'est déjà produit une fois...
finit-il un peu triste et embêté.

- L'ère du Grand Cauchemar... murmura Khalän en baissant les yeux, essayant de respirer du mieux qui le put à cette révélation. Puis releva son regard. La Bataille de la vallée d'Ildir et l'ouverture du portail vers l'Outre-Monde.
- C'est exactement ça !
Il y a eu un terrible déséquilibre en ce temps là. Des arpenteurs ont étés massacrés, d'autres ont été corrompus par le mal, mais le monde invisible des énergies se complexifie chaque jour, devenant plus fort, chargeant de nouvelle lignée pour la rééquilibrer. Le tout premier des arpenteurs fut un être d'énergie pure, il était doté d'une grande bonté envers la nature, tel qu'il en a fait son image. L'arpenteur originel ; Solarim.



Solarim, l'arpenteur originel

Khalän ouvrit grand les yeux, perdu dans ses pensées, ne sachant que dire de tout cela.

- Il a fallut dissimuler le vrai rôle de Solarim, ainsi que de tous les autres qui l'ont suivis et ceux qui préférèrent rejoindre les forces négatives. Ainsi les arpenteurs se sont fait appelés "Divinités" pour tromper les esprits.

Et le vieil homme se remit à rire d'un coup en levant les bras.

- Oh ! Mais, en ce qui me concerne, je ne me considère pas comme tel !
Je suis bien moins fort que les anciens, je ne suis qu'un simple protecteur de la pierre tout là-haut !
dit-il en regardant le monastère au sommet du pic.

Je maintiens l'énergie de la Pierre Céleste.
Les Monts Venteux contiennent sa puissance, mais parfois elle est plus puissante encore et je dois la rattraper pour qu'elle n'attire pas de vils êtres à l'utiliser. Si l'énergie de la pierre tombe en de mauvaise mains, nous pourrions connaître un cataclysme bien plus important que celui de la Bataille d'Ildir. Et ce monde ne pourrait y survivre.

D'ailleurs, son véritable nom est "L'œil de Solarim".

La Pierre Céleste, La Pierre de la Création, La Pierre d'Emeraude, ce ne sont que des noms préconçus pour garder le secret. Mais ne le dites pas à Shetan, car vous en savez bien plus que lui à présent !
dit-il en souriant avec complicité. Shetan est une très bonne personne, mais bien trop enchainées aux souffrances et aux regrets de son passé pour pouvoir supporter certaines choses qui puissent le dépasser. Il venait quelque fois jusqu'ici pour m'apporter vivres et vêtements avant que je ne fasse pousser moi-même ma nourriture et devenir autonome. Il fut un grand support, un grand ami. Mais chaque chose à une fin, chacun à une destinée. La sienne est profondément ancrée en son passé, la mienne est dans le futur de ce monde.

- Pourquoi nous avoir raconté tout ça ?
Pourquoi l'avoir dit aux premiers venus ?
demanda troublé le jeune guerrier défiguré.

- Je sais tout des Mont Venteux, je sais tout ce qu'il s'y passe. Et durant mes voyages astrales, je vous ai vu tout le long de votre périple depuis que vous êtes entrés en ce territoire. D'ailleurs, je suis vraiment désolé pour votre ami Norak. Mais si vous saviez ce qu'il y a de l'autre côté, votre peine envers lui changerait en larmes de joie. en sourit-il sincèrement.

Puis, le vieil homme se gratta la barbe, restant songeur, et ensuite avoua.

- Pour tout vous avouer, je vous ai vu tous les trois dans cette belle demeure au milieu des bois et des fleurs. Une petite fille adorable que vous avez, j'espère que ce futur émergera de vos actes. Mais rien n'est sûr, il y aura beaucoup de croisements sur votre route. La charmante vieille dame qui vous l'a fait découvrir se voulait de vous montrer le meilleur possible pour vous.
- Le rêve... chez ta grand-mère, Kana... dit Khalän d'une voix déviant aux tremblements avant de se ressaisir. Mais nous étions en dehors des Monts Venteux à ce moment là !
- Oui, effectivement, mais la vieille dame s'est servie de l'énergie de la Pierre pour vous montrer cela. Elle ne connaît pas l'existence de L'œil de Solarim, mais à tout de même découvert son énergie. Elle doit être une femme de grande sagesse pour ressentir les effluves énergétiques de la Pierre. Je pensais pouvoir contenir son énergie à la limite des Monts, mais il semblerait qu'il y ait une faille et, aussi minime soit-elle, cette dame l'a ressenti. Mais je ne lui priverai pas de l'énergie, tant qu'elle s'en servira de façon positive comme elle l'a fait jusqu'à maintenant.

Le nain conteur se tût finalement, prit une brioche et l'a mit toute entière dans sa bouche, quelques miettes se collèrent à ses lèvres, maladroit et glouton qu'il semblait être, et pourtant sage et aimable comme personne. Les deux jeunes gens étaient quelque peu bouleversés de tout ce qu'il venait d'entendre, de toutes ces révélations qui changeront à jamais la vision qu'ils avaient de ce monde, de son histoire, de ses divinités, de sa propre création... tout était si simple et à la fois compliqué, tout semblait tellement logique, là où même l'illogique se perdrait pourtant, tout était lié, soudé, et pourtant un gouffre les avait séparé toute leur vie de la vérité.

- Vous n'avez pas répondu à la question. insista Khalän.
- Effectivement, jeune homme ! Pourquoi vous ? répéta le vieil homme de la montagne.

Et d'un petit gigotement de l'index, le nain demanda aux deux jeunes gens de se rapprocher afin d'écouter ses sages paroles. Et Kanayëlle et Khalän rapprochèrent leur visage et attendirent ce qu'allait leur dire l'Arpenteur des Monts Venteux, le Protecteur de l'énergie de la Pierre.


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Jeu 28 Mai 2015 - 12:53

J'attendais de savoir ce qui allait se passer. Je sentis alors les interrogations de Khalän qui arrivait. Bien évidemment peu connaissait les arpenteurs, c'était Orlaïs qui m'en avait parlé en fait. Pas forcément en détail, mais j'avais pris des notes auprès des autres pour comprendre. Orlaïs était lui même l'un de ces arpenteurs. Ce n'était cependant pas à moi d'expliquer ce qu'était les arpenteurs, je laissais donc le vieil homme le faire à ma place et son explication fut quasiment aussi détaillé que celle que m'avait servit Orlaïs lorsqu'il s'était mis à parler. Les souvenirs affluèrent alors d'abord tranquillement et puis finalement par vague successive. Non, sérieusement, je me souvenais encore de tout ça ? Un vague sourire passa sur mes lèvres et finalement j'écoutais le vieil homme tranquillement. Je ne savais pas exactement comment le dire, mais ici, j'avais l'impression d'être libéré des différents poids qui se posaient constamment sur mes épaules. Être Kanayelle, être la fille de Shetan, être la fille de parents mort, retrouver son frère qui n'en était pas réellement un, comprendre les gestes de son frère, venger sa famille adoptive, ne pas oublier le monde, tout ça semblait s'évaporer au profit d'une seule et unique chose être Kanayelle. J'avais l'impression de pouvoir tout laisser tomber, comme si tout cela n'était que du passé et que rien de tout ça ne s'était passé. Je soupirais doucement et reprit la conversation tranquillement.

Dissimuler leur existence, oui, il faisait bien, la dernière fois qu'ils avaient été découvert, le carnage était tel que l'ère du Grand Cauchemar avait surgit bien trop vite. Je n'étais pas là, je ne m'en souvenais pas, mais les récits qu'on m'en avait fait, était largement assez éloquent pour me faire dire que ça n'avait rien de très sympathique. Khalän semblait l'avoir compris aussi et le vieil homme continuait avec tout autant de gaieté que s'il ne s'était agit que d'une broutille. Comment faisait-il sérieusement pour être aussi calme et tranquille alors que le sort d'Ildir reposait entre leurs mains ? Une bien bonne question, je me demandais d'ailleurs si ce n'était pas cet état de fait qui faisait que j'avais envie de tout oublié et de tout laisser tomber. Peut-être comme peut-être pas. Je le laissais raconter la suite, que je connaissais en partie. J'avais demandé plus de précisions à Orlaïs, mais il n'avait jamais accepté de m'en dire plus. Soit, je l'avais accepté par respect pour lui, mais je devais avouer que l'histoire qu'il était en train de nous raconter était somme toute passionnante. Cependant je me demandait bien pourquoi il nous parlait ainsi de cette pierre, le secret se devait d'être absolu non ?

Khalän me précéda et posa la question. Moui, l'histoire tenait sans doute la route, mais en un sens, il y avait autre chose derrière ces révélations, quelque chose me disait que ce n'était pas tout. Je laissais cependant en suspend ma phrase lorsqu'il parla de Grand-mère. Un autre sourire fleurit sur mes lèvres et je soupirais doucement et tranquillement. Il nous cachait quelque chose, mais il y avait quelque qui visiblement lui échappait dans la vieille dame ou peut-être le savait-il en fin de compte. Me faire parler sur son compte ? Était-ce ce qu'il cherchait ? Il savait très bien que je ne pourrais pas rester insensible à ce qu'il disait parce que je connaissais la nature de Grand-mère Tahon. Je la connaissais bien parce que j'étais venue de nombreuse fois la voir et qu'elle m'avait souvent parlé, très souvent. Par énigme la plupart du temps, mais étrangement le puzzle se mettait en place.


« Vous savez tout aussi bien que moi que vous ne pouvez empêcher grand-mère Tahon d'utiliser l'énergie de la pierre. »
« Ah oui et pourquoi cela jeune fille. »


Je me levais tranquillement et me posait à l'une des fenêtre qui semblait être toujours ouverte. Ici, il n'y avait pas de saison, je l'avais remarqué en arrivant.


« Parce qu'elle est une Chak'dah. »
« Effectivement, mais encore ? »
« Une Chak'dah est quelqu'un qui se sert des énergies du monde, il n'en existe que très peu dans le monde, trop peu. Ils sont censé équilibré les énergies et ne vieillissent pas énormément, comme les Éladrins. Il meurt cependant, mais là n'est pas la question. Les Chak'dah sont de puissant voyant, il ne montre pas le futur, mais une voie possible, la meilleure à suivre, celle qui arrivera si le destin de la personne n'est pas contrarié comme il est possible que ça le soit. Elle puise l'énergie des éléments, peu importe lequel ainsi que des artefacts légendaire et inconnu. Comme les arpenteurs, elle est relié à la puissance de la pierre. L'en priver serait priver la terre des bienfait des Chak'dah et en tant qu'arpenteur vous n'en avait de toute façon pas le pouvoir. Les Chak'dah sont au-dessus de vous, niveau magie. Mais ils vivent reclus la plupart du temps, car si on vis avec eux, on remarque alors que quelque chose cloche, les saisons n'existent pas comme s'il voulait l'épargné, et des tas d'autre choses étranges pourraient se passer. Comme ici je me trompe ? »
« Non, tu ne te trompe jamais n'est-ce pas ? »
« J'ai beaucoup appris d'Orlaïs et ed Grand-mère Tahon. D'ailleurs vous avez un Chak'dah ici, dans le temple, c'est lui qui contient la pierre pour éviter que les autres ne la remarque. Beau stratagème, très ingénieux. Et la protection d'un Yll'Athan est assez ingénieux aussi. Maintenant qu'il est partit qu'allait vous faire ? »


Je regardais tranquillement le vieil homme et il souriait tranquillement.

« Tu sais qu'il a laissé une protection permanente, tu le connais assez pour ça non ? »
« Oui, ça fait de moi une Yll'Athan alors, une protectrice des énergies, c'est pour cela que je suis télékinésiste, c'est pour cela que je peux utiliser sans problème les énergies pour déplacer les objets, mes énergies semblent communier avec celle d'ici, d'où mon impression de bien être permanent. Ce qui nous pousse à votre seconde réponse. »

Je le regardais tranquillement, ce décor, je le connaissais, parfaitement pour l'avoir vu peu de temps auparavant. Je ne savais pas quoi dire, ni comment le dire, mais en un sens, il n'y avait pas trente six mille façon de le dire.

« Je connais cet endroit, calme et paisible, ce cours d'eau, ce morceau de forêt, et je suppose qu'en allant dehors de ce côté, je découvrirais cet endroit d'une tout autre manière n'est-ce pas ? »
« Continue ça m'intéresse. »
« Vous savez que je suis très observatrice, probablement trop, mais pour survivre je n'avais pas le choix, mais vous savez aussi que la patience et moi ça ne fait pas bon ménage. »
« C'est exact, tu ressemble à ton père pour ça. »
« Peut-être mais pour l'instant on s'en fiche. Ce décors, c'est celui qui est dans la vision que j'ai eu, ce qui veut dire que Khalän fait lui aussi partit des arpenteurs n'est-ce pas ? Du moins en partie je suppose. Je ne sais pas comment ça se passe pour vous, mais en un sens je suis certaine de ne pas me tromper, c'est lui qui a fait le rêve de cette pierre et c'est comme si ici, la terre l'appelait. Les énergies convergent vers lui, tout autant qu'elles convergent vers vous. Merci la télékinésie. »


Je le regardais sans rien dire. Il n'y avait de toute façon rien de plus à dire. J'avais dit ce qui devait être dit. La suite ne dépendant désormais que de lui maintenant. Qu'est-ce que cela allait faire à notre destin, comment gérer cela ? J'avais l'impression d'être de nouveau accablé par une tonnes de responsabilités et sérieusement, j'en avais assez. Je ne regardais plus personne, me contentant de poser mon regard sur ce paysage enchanteur, la suite, ce n'était pas à moi de la raconter.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: Ames accouplées...   Jeu 28 Mai 2015 - 18:29

Khalän écoutait la conversation à son tour, perdu, ébranlé, sans qu'il ne puisse échapper à ces nouvelles révélations. Et son cœur battait tant, ne sachant s'il devait en pleurer ou en rire. Et tout était chiffonné, toute sa vie, ses croyances, tout semblait tellement futile à présent. Tout ce cirque, toutes ces choses. Il n'était pourtant qu'un simple chasseur, un bon fêtard sans grande motivation, et jamais il n'avait envisagé une telle destinée. Et de chasseur, il devint héraut vengeur, tueur, voyageur des grands chemins, et tout n'avait été guidé que par la perte d'êtres chers. Et le voilà maintenant au sommet du monde à balayer tous ça par quelques phrases d'un vieil homme de petite taille mangeant des brioches. Et tandis que la jeune guerrière discutait de sa grand-mère avec le nain, le jeune homme se leva à son tour, rejoignit la deuxième fenêtre pour s'y accouder et ainsi tourner le dos à la discussion sans pour autant ne plus y prêter attention. Au contraire, il restait vigilant aux moindres mots. Et ses yeux se fermèrent et sa respiration fut plus profonde, aspirant l'air sain qui purifia ses poumons.

Certaines choses le dépassaient, ne connaissant toutes ces appellations d'êtres spirituels.
Certaines choses lui étaient inconnues, et certaines d'entre elles lui faisaient autant de bien que de mal. Et il comprit qu'elle était plus, une protectrice des énergies. Il comprit qu'il était peut-être plus, qu'il était peut-être arpenteur, lui, le petit chasseur méconnu d'un village minuscule du fin fond des forêts du nord de Bélin.
Comment était-ce possible... ?

Et ainsi, il essaya de remettre de l'ordre dans sa tête.
Il y avait donc les Chak'dahs qui utilisaient les énergies que les Arpenteurs distribuaient pour équilibrer le monde, et les Yll'Athans qui, eux, protégaient ces énergies. Tout était question d'énergie, d'équilibre et de protection. Et, si donc, les Arpenteurs étaient les Divinités, la Déesse Mère Ëyà se devait d'être certainement une Chak'dah. Elle avait donc semé l'énergie primaire pour la partager à travers le monde, créant ainsi les Arpenteurs pour s'occuper de la récolte que les Gardiens Yll'Athans se devaient de protéger. En tout cas, c'est ce que Khalän en conclut, peut-être n'avait-il pas tout compris mais ça lui suffisait ainsi pour l'instant.

Ce rêve qu'il avait fait au sujet de la Pierre de La Création, L'œil de Solarim, semblait pour les autres êtres un appel, preuve de son implication à tout cela. Mais pourquoi donc... pourquoi lui...

- Pourquoi moi ?
Je n'ai aucune expérience en ce domaine, je viens de si loin, je ne suis rien !
Un simple homme déchiré par la haine... corrompu et sali par le sang !
lança le jeune homme désemparé en se retournant vers la petite assemblée.
- Très bonne question mon garçon.
Pourquoi toi ? Parce qu'il y a elle.
répondit le nain en posant le regard sur Kanayëlle.
- Je ne comprends pas.
- Il y a quelque chose qu'il faut que je vous dise et, j'en suis sûr, même Kanayëlle ne le sait pas.

Les deux jeunes voyageurs fixèrent le petit homme, agrippant son regard à la recherche de réponse.

- Effectivement, la Pierre appelle de nouvelles âmes aptes à devenir ses disciples. Je n'affirmerai pas que Khalän est destiné à devenir Arpenteur, tout comme toi, Kanayëlle, en tant que Yll'Athan, car je n'ai pas le pouvoir de choisir votre destinée. Vous êtes seuls, et vos choix détermineront votre futur. Mais, envers et contre tout, vous n'avez qu'un véritable destin, vous êtes nés pour une seule et unique chose, et maintenant que vous le savez, refuser reviendrez à en souffrir toute votre vie. Mais je ne vous forcerai jamais à faire quoi que ce soit.
- Soyez plus clair, bon sang !
- Vous êtes liés, et c'est ce lien qui vous rend apte à cette destinée.
C'est ce même lien qui fait de vous des êtres exceptionnels, vous octroyant par la même occasion un pouvoir incommensurable comme je n'en ai jamais vu auparavant. L'un ne va pas sans l'autre. Vous devez travailler ensemble et cultiver ensemble ce pouvoir.

C'est un cas rarissime qui se présente, et bien des siècles se sont écoulés sans que les énergies de l'âme du monde ne demande l'aide de deux "Ames accouplées". C'est la volonté des énergies de vous avoir conduit l'un à l'autre, il n'y a pas de hasard. Tout a été coordonné dans le seul  but que vous soyez ensemble ici et maintenant, avec moi.

Comme tu l'as si bien dit Khalän, c'est tout l'univers qui a conspirer à vous rencontrer.
finit-il en souriant au jeune homme.
- Je ne suis pas prêt à ça.
J'en serai incapable.

- Je le sais mon garçon, il te faut encore faire un long chemin pour te libérer de tes peines et, quand cela sera fait, tu reviendras en ce lieu avec Kanayëlle et nous procéderons au rituel.
- Un rituel ?

Et le nain, pour la première fois, se morfondit, formant une mine attristée, leva les yeux et s'exprima avec empathie.

- Je me désole à l'avance de vous dire que ce chemin vous séparera à jamais physiquement, mais jamais vous ne vous séparerez spirituellement.
- Qu'est-ce que ça veut dire ?
- Le fait est que l'un de vous se devra de quitter le monde matériel pour celui des énergies afin de vous partager le travail à accomplir.  L'un deviendra l'âme de l'autre. L'un sera le souffle céleste de l'autre. Vous en êtes capables car vous avez ce lien si particulier que beaucoup pense avoir et n'ont pas.

Et voyant les deux jeunes voyageurs abasourdis par la nouvelle, le vieil homme, un peu déprimé, espérait une réaction, ce qu'il eut par la faible voix de Khalän.

- Quel est ce lien ?
- L'amour véritable est le seul sentiment pouvant transcender l'espace et le temps.
Vous y arriverez mes enfants. Vous êtes bien plus forts que vous ne le pensez.



Ames accouplées

Il y eut un silence durant quelques secondes, et le cœur de Khalän avait mal d'entendre ces paroles. Il n'y croyait pas ou plutôt ne voulait pas y croire, ce qui revenait à le persuader du contraire finalement. Et ainsi, sans vouloir en entendre plus, s'approcha de Kanayëlle et posa ses mains contre ses joues.

- Le meilleur possible pour nous reste le rêve partagé que nous avons vécu chez ta grand-mère et, de tout mon cœur, je veux y croire. prononça sincérement le jeune chasseur amoureux.
- Et le meilleur pour le monde est d'endosser le rôle d'Arpenteur et d'Yll'Athan. Mais comme je vous l'ai dit, le choix vous appartient. Réfléchissez bien. renchérit le nain compatissant.

Et décollant les paumes des joues chaudes de sa bien-aimée, Khalän se retourna vers le nain, changeant de sujet.

- Que représente cette Pierre ?
- Solarim fut un Arpenteur extrêmement puissant.
Il a était capable de matérialiser de l'énergie du monde invisible à celui-ci.
Cette pierre est, dirait-on, de l'énergie coagulée, accessible aux êtres du monde matériel.
Mais en réalité, personne n'a était capable de se l'approprier, tout ceux se voulant de simplement la toucher en sont morts. Nous pensons qu'elle est protégée par un Chak'dah qui a procédé au rituel et s'est ainsi donné la mort pour libérer son âme afin qu'il puisse pénétrer en la Pierre.

Mon savoir s'arrête là mes enfants.
Je n'ai plus qu'à vous accompagner jusqu'à elle, ensuite les choses en entraineront d'autres. .


Et le vieil homme de la montagne quitta la table, disant qu'il allait se changer dans sa chambre. Khalän, bien que bouleversé, s'assit sur l'une des chaises, essayant de canaliser tout ça, et posa une question que lui même essayait de se poser, ne pouvant en déduire aucune conclusion franche et saine d'esprit pour l'instant.

- Que penses-tu de tout cela, Kanayëlle...
Que devrions-nous faire ?


Le jeune guerrier était confus, ne voulant aucunement faire face à toutes ces responsabilités et ces choix irréversibles. Et il eut fallu quelques minutes avant que le sage de la montagne ne revienne, vêtu et maquillé de telle sorte à dévoiler ce pourquoi il était ici.

- Je suis prêt, nous pouvons y aller. dit-il sagement.

Son regard, sa posture, son comportement, tout avait changé, il était à nouveau ce qu'il était réellement, le protecteur de la Pierre.



Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Ven 29 Mai 2015 - 7:36

Les révélations s’enchaînaient l'une après l'autre et je pouvais voir au visage de Khalän que ce n'était pas franchement une bonne chose. Je savais aussi que ce qui suivrait ne le serait pas. En un sens j'avais déjà tout compris depuis longtemps, depuis cette première vision de mon avenir, la véritable vision, celle qui m'apprenait tout de ce que saurait mon avenir. J'écoutais le vieil homme sans réellement le regarder. Son histoire, sa façon de dire les choses étaient somme toute correcte, mais elle n'était franchement pas celle que j'aurais aimé entendre. J'aurais adoré me bercer encore d'illusion, me dire qu'une fois ma vengeance accomplit qu'une fois que tout serait en place, je pourrais avoir une vie, j'avais adoré cette partie de l'histoire, cette vision récente qu'elle avait accepté de me montrer, mais au fond de moi, je savais parfaitement qu'il ne s'agissait que d'un souhait rien de plus qu'un souhait et plus les paroles du vieil homme s'insinuaient dans mon esprit, plus je savais que ce serait ainsi et pas autrement, jusqu'à ce que finalement il n'énonce la fatalité, la phrase qui mettait tout en place. Un sourire se dessina sur mon visage alors que mon cœur lui se serrait inexorablement. Aucune larme cependant ne fleurit dans mes yeux alors que mon cœur lui pleurait de tristesse. Je le savais déjà depuis un moment, et en montant ici tout s'était précisé, ma mort serait ici en quelque sorte.

Je restais sans rien dire et je sentis alors les mains de Khalän se poser sur mon visage. Sa façon de me parler semblait desespéré comme si le ciel lui était tombé sur la tête. Ses mots me traversèrent avec la lenteur d'un escargot et piquèrent mon cœur, encore et encore. J'aurais aimé lui dire que j'y croyais aussi, j'aurais aimé lui dire que ce serait possible que cette avenir serait encore et toujours, qu'il serait celui que nous choisirions lui et moi, mais mentir n'aurait servit à rien et je ne pus de toute façon énoncer aucun mots, aucune phrase. Mes lèvres restaient scellé, comme si plus rien ne pouvait en sortir de bien. Pour l'instant, j'avais surtout besoin de me remettre de l'évidence. Je n'avais pas réellement d'avenir et je ne reverrais plus mon père. S'était ainsi, s'était probablement mieux comme cela, maintenant restait à le faire comprendre à Khalän, je lui avais promis de tout faire, mais je faisais déjà tout et je savais aussi que le monde avait bien plus besoin de ce que nous pouvions lui apporter que ce que notre refus pouvait lui faire. Je souris doucement lorsque je vis le vieil homme quitter la pièce et les questions de Khalän me firent de nouveau sourire. Comment allais-je lui expliquer ce que je ressentais, ce que je savais, ce qui devait être. Le temps ne nous était pas encore compté, il nous restait encore de nombreuses aventures à vivre, mais je savais où elles se termineraient. Lorsque le nain revint, je finis par me lever tranquillement.


« Pourriez-vous, nous accorder quelques minutes s'il vous plaît. J'ai besoin de lui parler. »

Il inclina la tête, il connaissait probablement déjà ma décision de toute façon. Je me tournais alors vers Khalän tranquillement et prit ses mains dans les miennes avec toute la douceur dont j'étais capable.

« Tu te souviens quand je t'ai demandé de me faire une promesse ? De toujours vivre quoi qu'il puisse m'arriver ? C'est parce que je savais que ma vie s'arrêterait bien avant que notre vision commune s'accomplisse. »

Je le regardais doucement et repris.

« J'en ai rêvé et j'en rêve encore, de ce moment, de ce bébé, de ce qui pourrait tout faire changer, mais toi et moi nous savons que ce n'est pas possible. L'avenir du monde est bien plus important. Je ne dis pas que notre histoire ne l'est pas, mais nous savons tous deux que nos choix concerneront le monde et pas seulement notre avenir. »


Je lâchais ses mains doucement pour poser mes bras autour de son cou et le serrer doucement contre moi.


« J'aurais tant aimé qu'il en soit autrement, j'aurais tant aimé que tout soit différent, mais je savais tôt ou tard que ce serait ainsi. »

Je me détachais doucement de lui, sans pour autant enlever mes mains d'autour de son cou. Je le regardais avec douceur.


« Mais il nous reste encore beaucoup à vivre, beaucoup à entreprendre avant ce moment. Alors profitons-en tu ne crois pas. Et qui sait, nous l'aurons peut-être ce bébé et tu pourras lui apprendre tout ce que tu sais. Tu pourras lui montrer le monde. Tu luis raconteras ce que nous aurons vécu, mais pour l'instant pensons plutôt au reste de l'aventure avant de penser à la fin qu'en penses-tu ? »

Je souriais doucement. Je savais que ce genre de choix n'avait rien de simple, mais je savais aussi que je le ferais, parce que s'était mieux ainsi. Les arpenteurs se devaient d'avoir une forme physique, pas les Yll'Athan, je savais aussi que peu importe ce qui arriverait, nous resterions ensemble quand même d'une certaine façon. Et puis le temps d'y arriver, nous allions encore avoir du chemin. Je le regardais tendrement et vint doucement poser mes lèvres sur les siennes en un doux baiser. Et puis je finis par me détacher de lui.

« Bon, on ferait probablement mieux d'y aller tu ne crois pas ? Je doute qu'il nous attende ainsi pendant longtemps. »

Je souriais, tendant alors ma main et espérant qu'il la prenne. Notre chemin était chaotique, mais en un sens, je savais qu'on pourrait y arriver. Rien ne nous arrêterait bien longtemps. J'attendais donc de savoir ce qu'il allait faire pour continuer à avancer vers le temple et la pierre qui nous attendait patiemment.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: L'oeil de Solarim   Dim 31 Mai 2015 - 19:21

Elle était si belle quand elle souriait, et même en ce moment des plus défavorables à leur futur commun, ne s'arrêtait guère. Ses lèvres formèrent un arc, mais pas n'importe lequel. Il s'agissait d'une jouissance en la compréhension de ce qui venait de leur être révélé et non de l'impact que cela causerait à leur bel avenir. Khalän, quant à lui, était triste et à la fois honoré de ce qu'il venait d'apprendre. Mais la souffrance était plus forte tout de même. Il ne comprenait pas, ou plutôt espérait ne pas comprendre, mais tout était si clair en son esprit qu'il s'infligeait à lui seul les pires maux de tête qu'il n'ait jamais connu.

Et son cœur se brisa à écouter les paroles de sa bien-aimée, celle qu'il espérait étreindre toute sa vie durant et qui ne semblait à présent qu'un amour mort-né face à des responsabilités titanesques reposant sur leurs épaules. Et son chagrin s'ébranla de plus belle en comprenant qu'il s'agissait certainement d'elle, l'âme à quitter ce monde matériel. Peut-être avait-elle raison au sujet des Yll'Athans, et peut-être devait-il en être ainsi des Arpenteurs. Mais, avec un espoir désemparé, espérait de tout son cœur qu'elle se trompe. Que ce ne soit pas elle qui doit partir, que jamais ils ne doivent se séparer. Et lorsqu'elle se mit à parler de leur descendance, après l'avoir relâché sans pour autant l'étreindre du cou, son cœur sursauta, et il céda à ses dires. Mais sa poitrine était lourde de ses battements incessants, et rien en cet instant ne pouvait l'alléger de sa peine.

- Bien... ne pensons pas à la fin. se résolut-il, cachant sa tristesse.

Et elle se détacha de lui, et lui fut aussitôt en manque d'elle.
Mais il fallait continuer, trouver la force de braver leur destinée et d'endosser un jour leur rôle à tous les deux. Mais l'heure n'y était pas encore, et Khalän se promit de panser sa peine en profitant de chaque instant. Et peut-être même qu'après le chemin qu'il aura parcouru, il acceptera son implication en l'avenir du monde, comme l'accepta tout naturellement sa jeune et belle compagne de vie. Un baiser raffiné s'intercala entre les deux jeunes guerriers, doux et enivrant. Les lèvres de  Kanayëlle s'éprirent des siennes pour finalement s'en évader afin de continuer leur périple. Et Khalän lui prit la main et sourit pour la rassurer de son état.

- Bien, allons-y les enfants ! s'esclaffa le moine de la montagne en guidant les deux jeunes voyageurs en dehors de la maisonnette. Laissez donc vos bêtes ici, elles se nourriront de l'herbe fraîche de la montagne !

Et ainsi, le trio se dirigea vers le Temple Etoilé, fief d'une Pierre aux pouvoirs extraordinaires. Ils empruntèrent une muraille surplombant le sommet, enjambèrent quelques pics et défièrent les précipices d'où le vide était caché par le Voile. Et après deux bonnes heures à gravir des marches et sentir le vent frais des hauts horizons d'Ildirith les assaillir, ils aperçurent enfin le fameux temple, sublime qu'il était, sculpté sur une falaise abrupte. Et les monts aux alentours semblaient plus hauts, et finalement tout était minutieusement dissimulé.


- Quelle merveille, n'est-ce pas ! demanda, sans attendre de réponse, le vieil homme souriant.

Et effectivement, le temple était superbe, et les éclats des dernières lueurs de l'astre brulant ne pouvaient qu'en donner plus de magnificence. Et Khalän en sourit et réfléta son sourire sur le visage de Kanayëlle, et ils continuèrent jusqu'à une imposante et majestueuse entrée toute dorée. Et ainsi, ils entrèrent tous les trois en l'enceinte du Monastère Céleste où plusieurs annexes y avaient été bâties.

- Tous ces bâtiments ont été érigés pour le bien de la Pierre, certains proposent de somptueux jardins fleuris, d'autres des lieux de prière et quelques dortoirs. Du temps du règne des énergies positives à travers le monde, ce lieu était rempli de moines. Tout était si... paisible... les chuchotements des uns, et les pas des autres... toutes ces âmes positives côtoyant ce mont... finit le nain un peu nostalgique.

Enfin, ils arrivèrent face à un immense escalier de quelques centaines de marches menant à une tour gigantesque prônant sur le pic le plus élevé.

- Nous y voilà !
Ma route s'arrête ici mes enfants. Je n'irai pas plus loin !
Il vous suffit de gravir les marches jusqu'au sommet et d'entrer en la Tour des Lumières.

Mais, il y a des consignes à respecter !
Ne toucher sous aucun prétexte la Pierre. Jamais ! Trop de gens ont y ont perdu la vie.
L'œil de Solarim émane une énergie bien trop vibratoire pour le genre humain.

Et si la légende est vrai, l'âme du Chak'dah protégeant la Pierre vous laissera l'approcher.
Laissez-la vous accepter, ne brûler pas les étapes, ne vous y précipitez pas, je vous en conjure.

Le reste me dépasse et je ne pourrais donc vous conseiller plus.


Et le vieil homme de la montagne tendit le bras vers l'escalier à emprunter.
Kanayëlle et le jeune guerrier commencèrent l'ascension de celui-ci et il eut fallut une bonne demi-heure pour arriver au pied de la Tour des Lumières. Et les reflets du soleil couchant firent scintiller les milles et une mosaïques réfléchissantes et multicolores qui couvraient le corps de l'édifice Etoilé. Et sans un mot, le jeune couple y entra, traversant un gigantesque couloir illuminait des rayons solaires orangés à travers les vitraux cristallins. Et au bout de celui-ci se tenait une fosse caverneuse au centre de laquelle une petit point d'eau bleu clair siégeait. Et au centre de celui-ci, une colonne de pierres illuminée d'une lumière solaire vivifiante se voyait être couvée par une kyrielle de petits oiseaux d'un blanc immaculé, volant autour de son sommet où lévitait la fameuse Pierre de La Création, L'œil de Solarim.


C'était une sphère parfaite d'où battaient des ailes balayant les airs pour la faire voltiger au dessus de la colonne. Et à ce spectacle, Khalän ne put qu'en être ébahit. Elle était magnifique et émanait une énergie vibratoire qui apaisa les tourments des deux voyageurs, l'Yll'Athan et l'Arpenteur.


Et comme attiré par elle, le jeune homme défiguré s'approcha de plus prés du bassin et contempla l’Émeraude Céleste. Et plus il l'a contemplé, plus l'espace autour de lui semblait disparaitre, et tout devint noir, et les étoiles scintillèrent de partout. Ainsi, ils venaient tous deux de franchir la barrière des cinq sens qui soumettait l'humanité à l'illusion. Ils venaient de passer de l'autre côté, franchissant la limite de la lumière visible. Et l'énergie de la pierre, verte et apaisante, leur apparut très clairement. Ils venaient d'être acceptés par la Pierre et par l'âme de son protecteur, et ils n'étaient plus en la Tour des Lumières, ni sur la Terre. Ils étaient là où le haut et le bas se confondaient, où les dimensions n'avaient plus d'importance, où l'espace et le temps s'étaient entremêlés, où la vie et la mort n'existaient plus... là où l'éternel avait un sens.

Et cette immense salle, qui semblait être le Cosmos, faisait résonner leurs pensées, et la parole n'avait plus lieu d'être. Et seuls les sentiments émanaient d'eux par vagues brumeuses et colorées, et l'amour était un mélange de bleu et de violet qui les lié, et la peur d'un bleu légèrement foncé tandis que la sagesse était jaune clair et recouvrait leur corps.

Et devant les deux jeunes amoureux, l'apparence de la Pierre changea et prit la forme de la Terre, et les ailes, la maintenant dans les airs, se transformèrent en spirales, et chacune d'elle la soutenait. Et le message était clair ; ils devront protéger L'œil de Solarim ensemble pour préserver la paix sur la Terre.


Et les deux jeunes élus se rapprochèrent, et leurs pas les conduisirent tous deux vers la Pierre, et ils tendirent leur main vers elle, et presque la touchèrent. Et les doigts s'y rapprochèrent inexorablement, et quelques centimètres les séparaient de l’Émeraude.


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Mar 2 Juin 2015 - 4:12

La fatalité, on aurait pu croire que j'acceptais ce destin facilement, mais ce n'était pas vraiment le cas. J'avais bien espéré que pour une fois dans ma vie, quelque chose de bien m'arriverait, que je pourrais vivre heureuse et tranquille une fois cette mission mené à bien, mais ce n'était visiblement pas le cas. J'allais devoir mourir en quelque sorte pour que ma conscience puisse vivre éternellement et protéger l'arpenteur. Cruel destin que voilà, devoir souffrir, vivre et puis finalement tout laisser tomber au profit de la protection de la terre. Mon père n'avait rien perdu de son enveloppe charnelle tout simplement parce que son lien avec l'arpenteur était bien différent. Certes, notre puissance n'en serait que plus forte, certes nous pourrions faire de grande chose, mais serais-je réellement prête à quitter ce monde ? Serais-je réellement prête un jour à le quitter ? Pour l'instant je n'en savais rien, mais je devais avouer que si l'idée d'être au service du monde était plaisante, pour l'instant je n'étais pas prête à quitter la seule personne qui m'avait fait ressentir autre chose que de la haine. Lorsqu'il vint prendre ma main, léger sourire se fendit sur mon visage, et la voix du moine retentit alors dans nos oreilles comme s'il nous parlait directement au creux de l'oreille, ce qui était soit dit en passant, assez peu agréable en vérité.

Et puis la route reprit, suivant alors le petit homme qui ressemblait dés lors bien plus à un moine qu'à un simple nain et qui devait défendre la pierre, cette pierre qui était on ne peut plus précieuse pour l'humanité. Je regardais le paysage enchanteur qui se dévoilait devant nous. Calme et paisible, on pouvait alors nettement se rendre compte de la beauté des lieux. J'avais l'impression que le temps s'était arrêté ici. Les murs ne portait pas une éraflure, pas plus que leur pierre ne semblait s'éroder avec le temps, comme si un puissant bouclier protégeait cet endroit contre les ravages du temps et contre l’œil de l'homme aussi. Mon regard se perdit sur les courbes des bâtiments, puissant et raffiné, d'une couleur rare et qui me tapait dans l’œil depuis que j'étais arrivée. Je n'avais plus envie de penser, je voulais seulement ressentir. Tout ce qui avait été dit auparavant semblait s'occulter complètement dans ce qui se passait devant moi. Je serrais doucement la main de Khalän, me raccrochant à sa présence tranquille alors que moi je semblais m'absenter un peu plus à chaque minutes, et alors que j'étais absorbé dans la magnificence du lieu, la voix du moine retentit de nouveau coupant court à mes réflexions. Je soupirais doucement et finis par tourner mon regard vers lui et quelques minutes plus tard, nous nous trouvions en face d'un immense escalier dont les marches nous mèneraient probablement vers la pierre.

Je devins alors attentive à ce qu'il disait, me demandant bien ce qu'il allait encore trouver à nous dire, alors que finalement il avait déjà fait tomber nos projets de vie commune en miette. Certes, ce n'était pas de sa faute et je pouvais parfaitement comprendre que notre destin était le notre et qu'il n'avait aucun moyen d'influer dessus, cependant chaque fois que nous faisions un pas une catastrophe nous tombait dessus et je devais bien avouer que j'en avais assez des catastrophes. Mais je l'écoutais tranquillement. Un vague sourire agrandit mes lèvres.


« Ne vous en faites pas, nous ne sommes pas assez dingue pour outrepassé quoi que ce soit. De plus nous avons quelque chose à mener avant. Soyez sans crainte, nous reviendrons. »

Et puis l'ascension commença. De nombreuses marches, très nombreuses, trop nombreuses pour être comptés défilèrent sous nos pieds. Je souris un instant, me demandant bien ce que nous allions trouvé en haut et puis finalement, après quelques instants, je ressentis une présence qui touchait doucement mon esprit. Je relevais la tête alors pour découvrir un endroit miroitant et lorsque nous traversions le couloir, je pus ressentir de nombreuses émotions, toutes plus diverses les unes que les autres me traverser., j'avais l'impression à ce moment-là d'être empathe, sauf qu'il s'agissait de mes propres émotions qui me traversaient de part en part. Je regardais sans discontinuer les murs de ce couloir, et puis finalement nous arrivions au bout. Une salle s'ouvrait devant nous et bientôt, la pierre fut en vue. On avait la très nette impression qu'elle lévitait doucement au dessus du bassin, comme si sa conscience lui permettait de flotter. Je comprenais alors que ce que j'avais entendu, la présence dans ma tête était la sienne. Je ne résistais pas à son appel, je n'en avais pas envie et de toute façon je ne le pouvais pas réellement.

Les vibrations d'énergies qui émanaient d'elle était somme toute impressionnante et sans qu'on ne puisse rien y faire, nos pas nous amenèrent vers elle. Ils nous poussaient à aller à sa rencontre, et bientôt nous fûmes devant, sans se poser de question, sans se demander si cela était possible, comment cela était possible, nos doigts s'approchaient inexorablement de la pierre. Je sentis le gardien nous laisser la place, nous demander même de s'approcher, comme s'il avait quelque chose à nous dire. Je pouvais le sentir, j'avais envie de le connaître en quelque sorte, de savoir ce qu'il nous réservait, j'avais envie de me dire que la fatalité n'existait pas, que je pourrais protéger cette pierre sans que cela ne nécessite que je ne devienne qu'un esprit. Alors sans plus d'hésitation, nous touchions la pierre ensemble. Elle s'insinua dans nos chairs, cherchant quelque chose, tentant de nous arracher nos identités, balayant nos sentiments, cela dura quelques minutes et puis, aussi rapidement qu'elle avait commencé à nous testé, elle s'arrêta et une voix résonna dans notre esprit.


« Mes enfants, le temps n'est pas encore venu pour vous de suivre cette voie, cependant je ne doute pas que votre cœur sera prêt au moment où je vous appellerais. »

La voix se tût un moment et reprit doucement.

« Je sais que le doute s'insinue dans votre chaire, je sais aussi que cela n'est pas plaisant de se dire qu'il n'y en aura qu'un qui pourra resté, cependant la volonté est quelque chose d'étrange et parfois on peut se demander si le destin ne peut pas être combattu, s'il ne peut pas être changé, selon notre propre volonté. Pendant que votre épopée se poursuit pensez à cela et peut-être alors vous trouverez la réponse à vos questions. »

Et puis le silence se fit. La pierre nous toucha de sa douce chaleur et puis plus rien, le silence se fit, doux et tranquille. Mes doigts se détachèrent de la pierre tranquillement, j'étais toujours en vie, mon corps toujours présent, s'était une bonne chose et puis je savais une chose, peut-être que le destin pouvait être contrarié. C'est ce que j'allais découvrir dans peu de temps. Mais pour l'instant j'avais besoin de me reposer. Je me détachais de Khalän, ne sachant pas si la pierre avait autre chose à lui dire et partit m'asseoir dans un coin plus tranquille. Je regardais alors le ciel dehors. La vie nous réservait parfois de drôle de surprise et pas franchement des plus agréables en vérité. Cependant je ne doutais pas que la suite de nos aventures allaient nous promettre de nombreuses choses, de nombreuses découvertes et de nombreux moment de tranquillité.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: L'héritage de Solarim   Jeu 11 Juin 2015 - 18:10

C'était une voix douce et sage, emplie de bonté et d'amour, susurrant des mots adoucissants aux cœurs s'abandonnant à la triste pensée d'un avenir sans rire. Et l'écho de celle-ci se réfracta en les esprits tourmentés des deux jeunes voyageurs destinés à un but commun dirigé par les êtres d'énergie-lumière afin de préserver le monde d'une horrible fin. Et était-ce la voix du gardien de la Pierre, de la Pierre elle-même ou plus encore, se l'imaginait-il peut-être, parlait-il directement à Solarim ? Il n'en savait rien. Mais le guerrier défiguré fut soulagé des mots résonnant en lui. Il y avait espoir de changer la donne, de choisir un futur plus enclin à son bonheur et, bien qu'égoïste était cette pensée, il s'y accrochait comme un enfant à son ours en peluche.

Et Kanayëlle lâcha l'Oeil de Solarim et disparut dans l'obscurité du Cosmos, à travers les étoiles et autres astres célestes. Et quelque chose retenait Khalän à la suivre, la Pierre se voulait de lui parler encore.

- Au plus profond de toi, jeune homme, tu le sais.
Mais l'aimant si fort ne voudra accepter de la quitter.
Et puissantes et transcendantes, vos âmes sont liées à jamais. Sache-le.


Et une larme caressa la joue du guerrier apeuré.
Et il voulait parler, exposer sa souffrance, mais ne le pouvait pas.

- Tu te sens faible face à cette responsabilité titanesque, je le sais.
Je sais aussi quelque chose que tu ne sais pas, vous êtes tous deux les seuls êtres de cette ère à pouvoir porter ce fardeau. Et personne d'autre ne le pourra jusqu'à des siècles prochains.

Aime la, chéris la, et jamais ne regrette cet amour car il est le seul sentiment vivant assez puissant en ce monde qui puisse le sauver, lui et tous ses habitants.


Et la voix s'arrêta, et Khalän le savait et sa main se détacha alors de la Pierre, et les étoiles et le sombre univers disparurent, et la fontaine, et la grotte réapparurent devant lui, et la jeune femme qu'il aimait passionnément et sans limite également. Et sa respiration était irrégulière, comme les battements de son cœur. Il ne pouvait accepter pour l'instant et pourtant s'y forçait, dérangeant ainsi ses propres principes sur l'existence humaine et les lois fondamentales du libre arbitre qui semblaient s'éloigner de lui... d'eux. Mais une lueur d'espoir restait, le destin pouvait être changé, mais à quel prix pour le monde ? Peut-être devraient-ils refuser cette voie et faire plonger Ildirith dans l'horreur durant des siècles avant que de nouveaux protecteurs des énergies ne naissent... si égoïste était ce geste, et pourtant Khalän s'en voulait d'y songer intensément pour vivre sa vie et mourir aux côtés de la jeune fille à quelques mètres de lui. C'était de trop... tout ça... ça n'avait aucun sens, d'autres se devaient sûrement d'être plus méritant que lui, plus sage et courageux... pourtant on le choisit lui et pas un autre. Et, si faible qu'il était à l'intérieur, les larmes se dissipèrent et ses poignées les firent disparaitre avant qu'il ne retrouve sa bien-aimée.

Elle regardait le paysage à travers une faille rocheuse de la Tour des Lumières et semblait accepter tout cela. Comment faisait-elle ? Le jeune homme se le demandait bien mais préféra changer de sujet en allant prés d'elle pour contempler la superbe vue des montagnes, du ciel et du Voile.

- Je t'aime Kanayëlle... mais te quitter, te voir partir... je ne pourrais pas y survivre. C'est la seule chose qui me serait insurmontable. et, ayant prononcé ces mots, Khalän la regarda, belle et douce qu'elle était de sa peau diaphane. Si je ne peux l'accepter, ce n'est pas par peur de mourir, mais le simple fait de ne plus pouvoir caresser ton regard, de ne plus t'embrasser, ni même te toucher...

Le guerrier défiguré essaya de contenir sa tristesse et y parvint avec acharnement tout en révélant sa faiblesse sentimentale à sa jeune compagne, et tous deux restèrent silencieux à regarder le magnifique paysage.

- Nous devrions y aller... continuer nos quêtes respectives en s'entre-aidant l'un l'autre.

Et le jeune homme s'en alla, faisant quelques pas vers la sortie de la salle avant d'entendre un tintement que lui seul perçut. Il se retourna en direction de la fontaine et remarqua un morceau d'émeraude qui s'était détachée de la Pierre. Elle était tombée sur le rebord de pierre du point d'eau et semblait n'attendre que lui pour la ramasser. Le cœur de Khalän sursauta en la remarquant, comprenant que Solarim lui offrit une part de son énergie. Et la main de Khalän s'empara délicatement du morceau d'Emeraude Céleste de la taille d'une simple pièce de monnaie.

- Remets-la à l'Alchimiste. prononça une dernière fois la voix en l'esprit de Khalän, quand il ramassa le morceau de pierre.

Et le jeune homme fit le lien avec les derniers mots de son ami le nain.
Et Norak lui avait dit d'aller voir l'Alchimiste en la forêt des cendres, et tout était lié.

Et finalement, le chasseur bélinois sourit à nouveau, et cela faisait longtemps qu'il n'avait plus ressenti une telle plénitude. Et serrant l'artefact en sa main, sortit de la pièce, traversa le long et majestueux couloir illuminé des derniers rayons solaire avant de sortir de la Tour des Lumières pour se poser sur les escaliers à son entrée. Et il se mit à manipuler le morceau céleste entre ses doigts, se demandant bien ce qu'il lui apporterait. Puis, la mit dans sa besace, attachée à sa ceinture, et resta là, sur les marches, à contempler avec un cœur nouveau le brasier du firmament.

- Tout ira bien. prononça t'il à haute voix en songeant à l'intrépide norpalienne.

Tout ira bien tant que nous serons ensemble.


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Kanayëlle Karista
L'Insaisissable
L'Insaisissable
avatar
Philosophie : Egalitarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
780/5000  (780/5000)
Adage: Peu importe le prix, je protégerais ceux qui me sont chers.
MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   Jeu 18 Juin 2015 - 11:45

Ce voyage s'avérait finalement aussi destructeur au niveau psychologique que notre arrivé ici l'avait été au niveau physique. Je ne savais pas encore comment je repartirais, parce que vu ce qu'il m'attendait dans un avenir prochain, j'espérais sincèrement que la suite de ma quête se mènerait calmement, parce que sérieusement, ces derniers jours avaient été un peu trop riche en émotion. Entre la mort de Norak, les différentes révélations, sur mon père, sur la pierre et sur ce qu'allait probablement être mon avenir. Je voulais seulement venger mes parents, trouver les réponses à toutes mes questions, savoir enfin pourquoi, et vivre ma vie. Je voulais avoir l'occasion de vivre avec Khalän, je voulais avoir l'occasion d'avoir cet enfant et d'autre encore. Est-ce que le destin était si cruel qu'il irait jusqu'à me prendre cette vision ? Ce serait réellement désagréable, parce qu'en un sens, je savais que je n'avais pas tellement de moyen d'y échapper et ça me faisait peur. Mon corps trembla sous cette peur qui s'insinuait par toutes les pores de ma peau et qui m'envahissait petit à petit. Je n'avais jamais pensé que cette avenir pouvait m'être enlevé et me dire que ce serait peut-être le cas me faisait peur, très peur. Je n'avais jamais trop éprouvé ce sentiment, tout simplement parce que le devoir de rester en vie et l'envie de retrouver mon frère surpassait tout, mais là, près de cette pierre, j'avais l'impression que mon destin se jouait, que Khalän s'en irait et que je devais rester pour mêler mon énergie à la pierre et pour la faire survivre. En un sens, je le voulais, parce que je savais que ça devait en être ainsi, mais où se trouvait la justice dans tout cela ?

Je tentais de me calmer, inspirant plusieurs fois par à-coups, ça ne marcha pas au départ et puis finalement, je sentis ma respiration se calmer, je sentis la peur diminuer. Je n'avais pas le droit de refuser ce destin parce qu'il me faisait peur, le monde méritait mieux que ça non ? Je souriais pour moi-même et puis finalement, je finis par reprendre le contrôle de la situation. Mon corps, couvert de chaire de poule, en revient à un corps normal, tranquille. Ma respiration se fit plus calme et bientôt je pus de nouveau regarder le monde au lieu d'être paniqué. Et puis finalement, je posais mon regard sur le paysage, ne sachant pas quand j'aurais de nouveau l'occasion de voir cela, sans que je ne sache réellement si je la reverrais un jour. Je contemplais tranquillement la montagne devant moi et puis je sentis sa présence bien avant de le voir, comme si un lien s'était tissé entre nous, comme si je pouvais le ressentir au delà de tout. S'était impressionnant et surtout très agréable. Pour la première fois de ma vie, avec lui, j'avais l'impression de vivre. Je le sentis se poser à côté de moi et lorsque les mots passèrent ses lèvres, je dus réprimer les larmes qui montèrent doucement. Je devenais bien trop émotive depuis que je le connaissais, mais en un sens ça ne me dérangeait pas plus que cela finalement. Comment ne pas réagir à ce genre de déclaration ? Je me retournais doucement vers lui et prit rapidement la parole.


« Je n'ai pas envie de partir non plus. De toute ma vie, tu es la meilleure chose qui me soit arriver. Te perdre n'est pas envisageable et si je n'ai pas envie de me dire que ce serait probablement possible, ou alors qu'on pourrait éviter ça. J'aimerais me dire que je ne serais pas obligé de m'en aller, mais pour l'instant tout prouve le contraire. Mais si mon destin est de me sacrifier, alors qui serais-je pour le contrarié ? »


Je ne lui parlais pas de ma peur. C'était totalement inutile de toute façon. La suite de sa phrase me fit sourire doucement, sans que je ne puisse dire pourquoi.

« Effectivement, il serait temps de reprendre nos quêtes respectives. D'aller de l'avant, nous verrons bien ce que l'avenir nous réservera. »

Hors de question de me dire qu'il n'y avait pas d'issus. Je ne le voulais pas. Je voulais pouvoir vivre, avoir une famille, protéger oui, mais pas en m'oubliant. Si j'avais été seule, si je n'étais pas tombé amoureuse de l'homme qui était à mes côtés, j'aurais probablement accepter sans outre mesure de me sacrifier, pour le bien de tous, je serais revenu ici après ma quête et j'aurais laissé tombé ma vie pour aider le monde, mais j'avais besoin d'autre chose, je voulais autre chose, quelque chose que le sacrifice ne m'aiderait pas à avoir. Je finis par relever les yeux sur Khalän un sourire aux lèvres.

« Pourquoi ça n'irait pas ? Nous sommes deux maintenant non ? Alors tout ira bien. »

Je le disais, mais quelque chose, un je ne sais quoi me disais en quelque sorte que tout ne se passerait pas aussi bien que je voulais bien le croire. Je finis cependant par prendre sa main, posant la mienne sur son visage et l'embrassant doucement avec amour. Je l'emmenais ensuite avec moi pour descendre ces marches, tranquillement. Le monde attendait quelque chose de nous, mais pour l'instant, nous étions tous les deux, ensemble et s'était tout aussi bien.


Ma liberté est mon bien le plus précieux
Que celui qui tente de me l'enlever subisse mon courroux.

Elle écrit en #9999ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khalän Sulimë
L'Écorce
L'Écorce
avatar
Âge : 27
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Solarim, Dieu de la magie et de la nature
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
1460/5000  (1460/5000)
Adage: Greffé sur mon visage, le symbole de mon voyage.
MessageSujet: L'envol de l'Icarion.   Mar 23 Juin 2015 - 17:35

Et il leur fallut une demi-heure pour redescendre les escaliers menant à la Tour des Lumières qu'ils quittaient à présent. Et tous deux semblaient avoir grandi, plus enclin à accepter les choses, plus apte à faire face à leur destinée et à celle de tous les autres. Et c'est le cœur empli de confiance qu'ils descendirent finalement ensemble, après un tendre baiser et une douce caresse, ensemble et certainement pour toujours. Pour le bien de l'humanité et de son essence énergétique.

Et quelle fut leur surprise quand, arrivé en bas des marches pour rejoindre les bâtiments annexes, ils aperçurent le Protecteur de la Pierre, le vieil homme, jouant avec Roca en lui grattant chaleureusement le front de quelques sourires. A cette vision, Kanayëlle s'empressa de les rejoindre et d'enlacer sa douce et fidèle chimère qui les avait discrètement suivit

- Eh bien, vous voilà enfin !
Content de vous revoir en un seul morceau !
s'écria enthousiasme le nain en levant les bras pour attraper Khalän alors qu'il descendait la dernière marche.

Et le vieil homme serra avec force, entre ses petits bras, le jeune guerrier défiguré qui se laissa faire, un peu gêné, mais tout de même souriant à cet accueil. Après quoi, le chasseur bélinois fut libéré de l'étreinte et alla, à son tour, caresser la créature chimérique.

- Vous avez changé mes enfants... un lien vous unis.. bien plus fort qu'auparavant. Je peux la voir autour de vous, cette aura. L'un émane une énergie verte émeraude, l'autre bleue saphir, et les deux couleurs se relient en un filament énergétique lorsque vous êtes à distance.

Ainsi, après ses belles paroles, le nain se mit à verser quelques larmes sans pour autant détacher ce sourire radieux qui illuminait son visage.

- J'ai réussi... le but de ma vie... le pourquoi de mon existence...
Oh... je suis si fier de vous... de moi ! Je vous ai trouvé ! Ah ah ah ! Venez ici mes enfants !


Et le vieux sage s'agita dans tous les sens pour venir enlacer ses deux jeunes recrues et leur chimère poilue. Il se mit alors à danser et chantonner un air ancien que seuls les initiés nains connaissaient.

- Allez, allez, dansez avec moi ! disait-il s'en relâcher de son étreinte les trois compagnons.
Puis, il stoppa net et regarda les deux jeunes gens.
Attendez.. attendez... vous avez.. vous avez touché la Pierre !

Un peu embêtés, les deux jeunes voyageurs essayèrent d'esquiver son regard mais rien n'y fit, ils s'étaient eux mêmes vendus par leur comportement.

- Ce qui veut dire que l'âme du Chak'dah protégeant la Pierre vous a permis de le faire... Peut-être même s'agissait-il de Solarim lui-même... Oh.. pourquoi me poser toutes ces questions... je n'ai rien besoin de savoir... j'ai fais ce pourquoi j'étais là... je vous ai trouvé !

Oui oui... trêve de bavardages ! Suivez-moi !
finit le protecteur en habit de moine.

Et les deux amoureux le suivirent et la chimère en fit tout autant, s'accrochant à Kanayëlle pour recevoir quelques caresses à la volée. Le nain les conduisirent ainsi à travers les annexes de l'enceinte du Monastère jusqu'à un petit promontoire plus haut que les autres où était placée une drôle de machine ailée.

- Je vous présente Icarion, ma toute dernière invention ! dit le vieux nain rabougri au visage souriant.


L'Icarion

- C'est une.. machine volante ? demanda un peu troublé le jeune guerrier.
- Exactement mon garçon ! Et c'est cette même machine qui vous emmènera tous les deux au-dessus des pics des Monts Venteux ! Avec elle, vous atteindrez le Désert de Sable en un rien de temps ! Qu'en pensez-vous ? Superbe, non ?

Le couple regarda la machine, un peu perplexe, ne sachant si elle les tuera stupidement ou les emmènera réellement hors des Monts Venteux.

- Sans vouloir vous offenser, elle ne semble pas très solide votre machine...  dit un peu confus le jeune homme.
- Oh, si si, croyez-moi jeune homme, ses ailes sont faites en peau de Griffon et le bois est creux, léger mais robuste !
Le tout fixé avec du miel !

- Du miel ?
- Oh, pas n'importe lequel ! Le miel des abeilles qui butinent les fleurs magnifiques de la superbe forêt des cendres !
- Sauf votre respect, je ne suis pas franchement convaincu. rétorqua inquiet Khalän.

La chimère, pendant ce temps, était en train de renifler l'engin volant, puis leva finalement la patte arrière avant d'être interrompue par le nain.

- Ah non ! Pas sur ma fabuleuse invention ! Va donc arroser un arbre !

Kanayëlle et Khalän en sourirent puis finalement acceptèrent, non sans peur.

- Vous êtes sûr que nous ne finirons pas en bas de cette montagne avec cette machine ?
- Oh, non non ! Je vous ai trouvé, je ne voudrai vous perdre pour rien au monde, croyez-moi, ça marchera !
- Et nos montures... et Roca... ? demanda un peu gêné le jeune homme en regardant la chimère se soulager un peu plus loin contre le mur d'une annexe, sans que le vieil homme ne la voit.
- C'est déjà réglé ! Vos chevaux sont entre de bonnes mains ! Shetan en prendra soin et les confira à un habitant du désert, un passeur si vous préférez. Dés demain, ils prendront route à travers les Monts Venteux et arriveront au village de Sisäo d'ici peu, à quelques kilomètres dans le Désert de Sable. Vous par contre, vous allez vous envoler, et quoi de mieux que de se lancer de la plus haute montagne de ce territoire !

Et voyant les regards un peu perdus des deux jeunes voyageurs, le nain s'expliqua un peu mieux.

- Vous survolerez les montagnes pendant une bonne demi-heure, ce qui vous épargnera quelques jours de souffrances sous le Voile. Ensuite, vous devrez marcher à travers le désert durant une journée complète avant d'atteindre le village de Sisäo. Là-bas, vous vous rendrait à l'écurie de Vinze où vous retrouverez vos chevaux et Roca confortablement installés ! Et de là, il vous faudra vous préparez à une longue et chaude promenade de quelques jours à travers un désert aride ! Mais ça ira, vous verrez !
- Merci pour tout. exprima Khalän avec grande humilité.
- Oh non, mes enfants, merci à vous. Je suis si content et si fier de vous, et de moi ! finit le vieil homme de la montagne en essayant de contenir ses larmes en souriant.
- Bien, allons-y ! Comment doit-on faire ? continua le jeune homme en regardant l'engin volant.
- Eh bien, il te suffit de t'allonger sur la plaque centrale, tandis que Kanayëlle, étant plus légère, se mettra sur toi. Tu t'occuperas de la direction en allongeant tes bras le long des ailes tandis que ta jeune compagne s'occupera d'équilibrer l'Icarion quand le vent sera trop fort en abaissant ou remontant la queue de l'engin. Un vrai travail d'équipe !

Ainsi, Khalän se coucha, ventre contre le plaque centrale, et allongea ses bras jusqu'à ce que ses mains s'insèrent dans deux petites encochent pour contrôler la direction. Kanayëlle, quant à elle, s'allongea sur Khalän et inséra ses pieds dans deux autres encoches pour contrôler l'équilibre de la machine.

- La machine n'est destinée qu'à une seule personne mais deux ira très bien aussi. Et puis, le travail sera partagé !
- Mais combien de fois l'avez-vous testé ? demanda inquiet le jeune homme.
- Oh, jamais ! C'est le premier essai ! Mais j'ai confiance en l'avenir ! en sourit le nain en poussant l'engin volant vers le néant, laissant tomber ainsi les deux jeunes voyageurs dans le vide.

Et la chute fut aussi spectaculaire et effrayante que la remontée, et les voilà dans les airs à voltiger comme des oiseaux. Et s'éloignant rapidement du pic où se tenait le Monastère Etoilé, ils s'en écartèrent rapidement, laissant Roca et le moine les admirer avant qu'ils ne disparaissent dans le lointain.

Et la beauté des cieux émerveilla les deux amoureux, collés lui contre l'autre, l'un maintenant le cap et l'autre équilibrant l'Icarion contre les vents changeants. Et bientôt, ils franchiront les derniers monts, et bientôt ils seront hors du territoire de l'énergie de la Pierre.


Et bientôt, ils apercevront la vertigineuse étendue de sable chaud du désert de Térovia.



Like a Star @ heaven  ~ Térovia ~ Paria ~ Un ami bien mordant ~


Epopée de Khalän
Dévot de Solarim : L'Exaltation - Flore sauvage

Monture de Khalän :
Brume:
 
Ancien visage de Khalän :
Avec le masque:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com/t939-epopee-de-khalan-sulime
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Quête du Céleste   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Quête du Céleste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]
» Tortue céleste
» Atelier Céleste ♥ >C'est ouvert!< en coopération avec Nuage du Nénuphar
» Dragon céleste Abrakham Taullo
» Famille Céleste [Non-disponible]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­­­Paria :: Le Voile-