­
 

Partagez | 
 

 A curieux, curieux et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: A curieux, curieux et demi   Lun 4 Mai 2015 - 6:22

Le port de Bélin était une excellente idée pour trouver des informations. L’endroit brassait énormément de flux de personnes et de biens, du coup, par extension, il n’était pas rare que les rumeurs s’y trouvent par dizaines, voire par centaines. Zakaerii n’avait alors trouvé aucune objection à suivre la Suli dans cette direction. Qui plus est, le port était relativement proche et leur voyage ne serait pas très long, quelques jours tout au plus. L’occasion de faire un peu connaissance, juste ce qu’il faut. Le Felidae n’était pas particulièrement bavard, même si sa compagne de voyage n’avait pas trop de mal à lui arracher quelques mots si elle le désirait. Ils n’eurent aucun incident à déplorer durant leur trajet. Un soulagement, même si, au fond, rencontrer un ours et une bande de brigands dans la même journée tenait plus de la malchance que d’une généralité. Le sentier que leur avait indiqué la serveuse n’avait pas été très fréquenté les premiers jours, mais, au fur et à mesure, qu’ils approchaient de leur destination, les deux compagnons avaient rapidement commencé à croiser d’autres voyageurs, qu’ils soient marchands itinérants ou simples voyageurs, un peu comme eux. Ils n’avaient pas eu à déplorer un nouvel « écart » de la part de la jeune femme. Heureusement. Le Suli se voyait mal lutter à nouveau contre la force déchainée qui s’était exprimée cette nuit-là. Seulement, il était difficile de dire qu’elle ne se remontrerait pas de nouveau, et encore moins quand. Si cela devait arriver une nouvelle fois, il fallait espérer que cela serait dans un lieu isolé, loin de personnes qui pourraient être blessées. Était-il possible que cela lui arrive en pleine journée ? Il y avait déjà longuement pensé, mais, il fallait l’admettre, il ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre, ce n’était pas comme s’il y avait un moyen de la soigner, ou quelque chose du genre.

Zakaerii s’était occupé de la plaie de Fleya, changeant les bandages quotidiennement, s’assurant que la cicatrisation s’opérait convenablement A leur arrivée, elle n’était déjà presque plus qu’un mauvais souvenir sur lequel il était presque inutile de mettre un bandage. Bien entendu, il lui faudrait plusieurs semaines pour réellement finir de cicatriser, mais l’air libre serait désormais le meilleur des bandages. Les deux Sulis s’étaient trouvé un point de chute dans une petite auberge dans laquelle ils prirent deux chambres côte-à-côte. L’idée était simplement de pouvoir intervenir rapidement si les choses devaient à nouveau tourner mal. Même si la perspective d’être réveillé par Shotra en plein milieu de la nuit ne le réjouissait pas véritablement. Le Démon ne mettait pas le Felidae mal à l’aise, mais ce dernier avait l’impression que la créature d’ombre se méfiait encore de lui. Il pouvait le comprendre, en quelque sorte, mais avoir ainsi une paire d’yeux démoniaques sans cesse braqués sur son dos ne le réjouissait pas plus que ça. Une fois installés, ils avaient convenus de commencer leurs recherches dès le lendemain. Pour plus de chances, ils se sépareraient et se retrouveraient le soir, à l’auberge, pour partager leurs trouvailles autour du diner. Cela faisait d’ailleurs plusieurs jours qu’ils se renseignaient ainsi, sans réellement avoir l’impression de réellement faire des trouvailles. Certes, il y avait quelques informations, éparses, mais rien qui n’indiquait véritablement une direction dans laquelle ils pouvaient se diriger. Heureusement, chaque jour apportait son lot de voyageurs et laissait entrevoir la possibilité de finir par tomber sur ce qu’ils recherchaient. Ils s’étaient également partagé le port en deux zones, ce qui limitaient les interactions avec les mêmes personnes et maximisait leurs chances, mais après ces quelques jours, Zakaerii commençait à douter sur la réussite de cette opération.

Comme les jours précédents, le Felidae avait quitté son homologue après le petit-déjeuner. Il devait trouver une autre approche. Peu de gens semblaient enclins à parler d’un groupe de criminels. Il fallait l’admettre, la plupart des gens ici restaient honnêtes et n’avaient pas forcément entendu parler de ces criminels. Sans compter qu’ils agissaient surement dans l’ombre et qu’il n’était probablement pas recommandé, pour leurs activités, de laisser trainer trop de rumeurs à leur sujet. Les marchés, les auberges et les quais étaient souvent les meilleurs endroits pour trouver ce que l’on cherchait, mais, dans le cas des agresseurs de Fleya, on ne pouvait pas dire que c’était simple. Qui plus est, le Suli avait la désagréable impression d’être surveillé depuis la veille. Ce n’était probablement qu’une impression car il n’avait jamais réussi à apercevoir un potentiel poursuivant, mais cette sensation qui lui parcourait le dos était particulièrement désagréable. Après plusieurs dizaines de minutes de marche, quelqu’un attira son attention dans une ruelle. Méfiant, Zakaerii s’approcha néanmoins à une distance raisonnable. « Il parait que tu cherches des informations. » L’Once resta stoïque, croisant les bras. Avec les questions qu’il avait posées les jours précédents, il n’était pas étonnant que quelqu’un en soit venu à l’apprendre. « Il se pourrait bien que je puisse t’aider, enfin si tu es prêt à y mettre un peu de ta poche. » Rien d’étonnant à cela. Certains ne perdaient pas le nord lorsqu’il s’agissait d’argent. Le Felidae acquiesça, toujours sur la défensive. « Pas très causant, hein ? Enfin, c’est à prendre ou à laisser. » Le côté abrupte de la transition laissait toujours le Dévot particulièrement sceptique. Sans parler que son interlocuteur ne ressemblait pas vraiment à quelque chose de très recommandable. Mais, dans ce port, il était difficile de réellement croiser quelqu’un de « recommandable », du moins visuellement parlant.

Le Suli soupira. « Soit. Mais le prix dépendra de l’information. » L’homme eut un sourire qui fit hésiter le disciple de Revoran. Mais, après tout, risquait-il vraiment quelque chose. « Dur en affaires, hein ? ll faudra voir avec mon patron, suis-moi. » Et, sans aucune autre manière, il fit demi-tour et s’engagea dans la ruelle. Après quelques instants d’hésitation, Zakaerii s’engagea à son tour, suivant sa « piste », en espérant qu’elle mène à quelque chose d’intéressant. Après quelques minutes, à tourner encore et encore, il était à se demander si son « guide » ne s’était pas perdu. Mais alors qu’il commençait à s’interroger, ils s’arrêtèrent finalement. « Enfin arrivés ! » Le Felidae eut une étrange sensation, réalisant subitement qu’il n’entendait même plus le brouhaha du port, pourtant particulièrement bruyant. S’étaient-ils enfoncés si loin ? Alors qu’il prenait conscience de cela, il sentit une présence dans son dos, plus d’une en réalité. Il se tourna rapidement, mais n’eut que le temps d’apercevoir un homme tenant un gourdin qu’il abattait sur lui. Ne pouvant l’évider, la massue de bois heurta violemment son crâne et l’Once perdit l’équilibre avant de choir au sol, inconscient. « La curiosité est un vilain défaut, Suli. Surtout par ici. Emmenez-le ! Il ne faut pas trainer ici. » Plusieurs ombres émergèrent à la lumière du jour et attrapèrent le corps inerte avant de se mettre en route tandis que le « guide » vérifiait que personne ne les avait vu avant de suivre ses camarades en souriant d’un air mauvais. Le chef serait content, sans l’ombre d’un doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 7 Mai 2015 - 8:18

Voila plusieurs jours qu'ils étaient arrivés à bon port. Le voyage s'était passé sans encombre, pour le plus grand plaisir de tous. Chacun avait commencé à prendre ses marques dans la petite auberge où ils avaient établi leurs quartiers le temps de leur séjour. Une organisation s'était conçue pour mener des recherches de manière la plus efficace possible. Mais hélas cela ne suffisait pas toujours pour rencontrer le succès. Plusieurs jours que les deux félins rentraient bredouilles de leurs investigations. Fleya n'en montrait rien, mais cela la chagrinait. Elle savait que les recherches ne seraient pas faciles, et que cela demanderait peut-être beaucoup de temps. Mais la frustration était beaucoup plus facile à gérer quand on en parlait ou qu'on y réfléchissait que lorsqu'on la vivait. Elle s'efforçait de garder bonne figure devant son compagnon, car si elle-même perdait espoir, personne ne pourrait les aider. Néanmoins l'inquiétude était présente. Où pourraient-ils chercher ailleurs qu'ici ? Le problème n'était pas tant la distance, tous deux étaient des voyageurs aguerris. Mais plutôt la pertinence de la destination. Car si celle-ci, qui était pourtant un choix réfléchi et logique, ne leur donnait rien, où allaient-ils pouvoir aller par la suite ? La féline poussa un soupire. Encore une journée de recherches infructueuses...

Elle attendait Zakaerii à l'auberge, à leur table habituelle. Elle espérait ardemment qu'il fut plus chanceux qu'elle, et qu'il ait trouvé quelque chose. Elle n'avait pas envie d'essuyer une nouvelle journée d'échec. Elle sirotait une chope de lait en attendant son confrère Felidae. Mais voila que le temps passait et qu'il se faisait attendre. Une heure.... puis deux.... Fleya fronça les sourcils. Ça ne ressemblait pas à l'Once d'être ainsi en retard. Que se passait-il ? L'heure du repas était arrivé et la nuit était entrain de tomber. Fleya sortit de l'auberge se décidant de partir à la recherche de son ami. Son absence n'était pas normale, et elle n'aimait pas cela. Dehors la plupart des marchands finissaient de remballer leurs étalages. Fleya humait l'air pour tenter de sentir l'odeur de Zakaerii, mais avec toutes ces épices et les flux de passants qu'il y avait eu, impossible de déceler une odeur froide dans les grands axes. Elle se dirigea vers plusieurs marchands, leur demandant s'ils n'avaient pas vu un Felidae correspondant à la description de son confrère. Si la plupart n'avait pas fait attention à lui, il en eu une petite poignée qui se souvinrent vaguement de son passage. Petit à petit, elle retraçait doucement le parcours du Suli. Jusqu'à arriver devant l'entrée d'une ruelle. L'endroit étant vide, Shotra sortit des ombres pour aider plus activement sa maîtresse à chercher des indices. Et tout au fond de cette sombre ruelle, il en trouva un...

Des poils, coincés sur des aspérités rugueuse des pavés. Il délogea la petite touffe de poils blanche, la tendant à sa maîtresse. L'odorat de la féline était formelle. Ils appartenaient à Zakaerii. Maintenant c'était certain, il lui était arrivée quelque chose. Plusieurs odeurs étaient présentes ici, mais elles étaient beaucoup moins nombreuses que dans les axes fréquentées. Et ainsi, Fleya pu remonter la piste.... Elle dégaina son arme, Shotra se dissimulant de nouveau dans les ombres en pièce secrète. Ils étaient à présent entrain de traquer.... Traquer une proie dangereuse. Dans le secret de la nuit, la féline évoluait en silence, rapide et furtive. Ses pas la menèrent dans les bas fonds, là où les lois ne sont plus, là ou personne ne vous entend hurler et crier à l'aide. Là où personne ne veut vous entendre.... Les yeux de Fleya réverbéraient la lumière de la lune lui offrant une visibilité amplement suffisante pour progresser sans peine. Et enfin, elle arriva devant une bâtisse délabrée. Elle demeurait assez grande malgré tout, mais ce n'était pas sur cette demeure que la jeune femme porta son attention. Car celle-ci était silencieuse, et aucune lueur de bougie n'en échappait. Mais la cave qui y était annexée en revanche semblait bien vivante....

Une entrée de deux portes en bois brute abîmées par le temps, dont les trous laissaient filtrer une faible lueur. En y tendant l'oreille, Fleya distingua les voix de plusieurs hommes. Ils étaient très certainement chez eux ou dans leur repère. Mais ils n'y seraient bientôt plus à l'abri. Car la tigresse discernait parfaitement l'odeur de Zakaerii, et surtout l'odeur de sang.... La féline sentit la colère lui monter aux moustaches. Qui qu'ils soient, ils paieront pour la moindre égratignures.... Fleya posa sa main sur le poignet de Shotra, lui lançant un regard convenu. L'ombre abyssale acquiesça, et rentrant de nouveau dans les ombre, il passa sous la porte pour partir en éclaireur. Il traversa un escalier descendant vers une salle étonnement grande pour une cave. Y était entreposer divers matériaux, larcins, marchandises.... Ainsi que cinq hommes et un félin.... En sale état. Ce qui s'apparentaient de plus en plus à des bandits ricanaient tandis que l'un de leur confrère maltraitait leur prisonnier entravé comme il se devait. Shotra repéra rapidement les lieux. Il n'y avait qu'une issue et c'était celle qu'il avait emprunté pour venir. La porte en bois était verrouillable de l'extérieur, mais également de l'intérieur. Et visiblement ces messieurs n'attendaient plus personne puisqu'ils l'avaient verrouillés de l'intérieur uniquement. La salle était éclairée essentiellement par des torches murales... Les conditions étaient optimales. Bien entendus les malfrats étaient armés de poignards, couteaux, et l'un d'entre eux d'une masse. Mais ils avaient pour eux bien des avantages....

Shotra revint ouvrir la porte à sa maitresse, tout en lui faisant son rapport. Tous deux savaient déjà comment procéder, et tandis que Fleya avançait dans un silence absolue, Shotra prit les devants. Il se dissimula une fois de plus dans les ombres, et commença par alléger les bandits, qui avaient eu l'inconscience de laisser leurs armes de côté, de leurs équipements. Deux hommes désarmés dans l'anonymat total, chacun étant trop occupé avec leur nouveau jouet de la soirée. Il aurait bien aimé se débarrasser de la masse mais son propriétaire la gardait bien trop près de lui. Tant pis. Sa maîtresse était là, il le savait, il le sentait. Tout se passa alors très vite. Shotra délogea rapidement les torches de leur portoirs, les faisant chuter au sol. Certaines s'éteignirent, et les autres n'offraient plus à présent qu'une visibilité médiocre. Du moins pour ceux qui n'étaient pas nyctalopes.... Les yeux de Fleya se mirent soudainement à percer l'obscurité des lieux, mais il était déjà trop tard. Un grognement bestial retentit dans la salle, et dans les ténèbres, un homme sentit quelques chose de dur et de tranchant se planter violemment dans son dos pour labourer ni plus ni moins ce dernier. Un hurlement de douleur déchira le silence de la surprise. Shotra en avait profiter pour trancher les liens qui retenaient Zakaerii prisonnier, et se lança dés lors à corps perdu dans la bataille.

Il poussa un grondement guttural sinistre au possible, ne laissant aucun doute quant à la présence d'une créature de l'Outre-Monde en ces lieux devenus comme maudit. Les malfrats donnaient des coups dans le vide en poussant menaces et jurons en flots continus. L'un d'eux voulu se saisir d'une torche mais alors qu'il la tenait à peine en main, il eut tout juste le temps de voir une paire redoutable et effrayante de crocs s'abattre sur sa gorge. Ce fut un hurlement de douleur rapidement étouffé qui retentit, rapidement remplacé par des gargouillis abominables. Shotra balançait littéralement ceux qui avaient l'impertinence de vouloir fuir ou qui s'approchaient trop près de sa maîtresse, sur le mur le plus proche. L'effet de surprise et de terreur était un franc succès. La situation était cependant délicate pour Fleya. L'excitation du combat, l'adrénaline, et surtout la situation de devoir défendre un proche en danger exacerbait cette "chose" en elle. Une chance qu'elle n'eut pas vraiment le temps d'apercevoir Zakaerii avant la bataille, car elle n'aurait certainement pas réussi à se contenir.... Son pelage ruisselait déjà de sang au niveau de ses pattes avant et de son museau. Shotra entamait la mélodie des articulations qui cédaient et des os qui se broyaient. Bientôt tout serait fini...

La féline ne savait pas si Zakaerii était en état de se battre. Mais Shotra ne manquerait pas de replacer les torches encore allumées pour faire la lumière sur son état. Elle espérait juste que cela ne soit pas trop grave.... Qu'elle ne soit pas arrivée trop tard... Mais pour l'heure il fallait se débarrasser de leurs ennemis. S'il y en avait un mort, et deux blessés, ils en restaient encore en état de nuire....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Ven 8 Mai 2015 - 10:16


Le Suli s’était réveillé bien plus tard, avec un mal de crâne digne des plus grandes gueules de bois, et pourtant, il n’avait pas bu une seule goutte d’alcool, comme à son habitude. Alors qu’il rouvrait les yeux difficilement, il reprenait conscience de son propre corps, et ne mit pas longtemps à remarquer, d’autant plus qu’il cherchait à s’étirer comme à son habitude, que ses mains étaient solidement liées derrière lui. Quelques instants plus tard, il réalisait l’entièreté de sa situation, accroché à une chaise en bois, pieds et poings liés avec d’épaisses cordes dont les nœuds étaient suffisamment serrés pour ne lui laisser aucune marge de manœuvre ce qui, au demeurant, était relativement douloureux. Il était au milieu d’une pièce assez sombre où quelques torches accrochées au mur diffusaient une lumière autour de lui. Apparemment, d’autres torches étaient présentes, mais elles étaient éteintes. Probablement par souci d’économie. Il ne semblait y avoir personne, mais l’obscurité engloutissait rapidement tout et, pour ainsi dire, Zakaerii n’avait même pas idée de la taille globale de la pièce dans laquelle il se trouvait. Cependant, compte-tenu de l’obscurité, il en déduisit qu’il ne devait probablement pas y avoir de fenêtre et que, par conséquent, ils se trouvaient en sous-sol, ce qui, finalement, convenait parfaitement pour stocker un captif. Il essaya de se souvenir des évènements passés, mais son mal de crâne revint en puissance alors qu’il se souvenait du coup de gourdin qui l’avait plongé dans l’inconscience. Il grogna pour lui-même devant sa propre stupidité. Il n’aurait jamais dû aller contre son instinct ! Pourtant, avec l’absence d’informations des jours précédents, il aurait été idiot de passer à côté d’une pareille opportunité… Il ne devait rien à Fleya, mais il était convaincu qu’elle serait allée retrouver ce guide s’il avait évoqué cette évènement et avait confié ne pas l’avoir suivi. Dans leur situation, ils ne pouvaient pas vraiment bouder toute source potentielle d’informations.

Enfin, peut-être aurait-il été plus judicieux d’y aller à deux… Il soupira, il n’y avait pas grand-chose à faire maintenant. Sauf peut-être espérer qu’il y aurait un moyen de se sortir de ce guêpier. Le Suli n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, mais il finirait par manquer le diner, si ce n’était pas déjà le cas, et sa simple absence éveillerait surement les soupçons de sa compagne de route. Que ferait-elle ? Il espérait qu’elle ne tenterait rien de stupide. Même si, d’un certain côté, il se doutait qu’il n’allait pas être facile à trouver. Hélas, les Felidaes n’étaient pas mauvais en ce qui concernait la chasse et il y avait fort à parier que ses ravisseurs n’avaient pas couverts toutes les pistes. Débarquerait-elle ici ? Dans son état, ce n’était peut-être pas la meilleure des choses à faire. Il n’eut cependant pas l’occasion d’y réfléchir davantage. Un bruit de porte se fit entendre un peu plus loin, suivit par des bruits de pas. Plusieurs personnes approchaient. L’Once tourna la tête et aperçut plusieurs torches ainsi que des visages, dont certains, familiers. Ils prirent position dans la pièce, allumant l’ensemble des torches. Son guide s’approcha de lui, l’air narquois. « Alors, la bête est réveillée ? » Il flatta la joue du Suli de quelques petites tapes de la main. « C’est toujours pareils avec vous les Sulis. De grosses bestiasses, mais rien dans la tête. » Il ricana ouvertement avant de toquer assez lourdement du point sur la tête du Felidae. « Espérons qu’il ait un petit quelque chose quand même entre les deux oreilles. » Une autre voix, plus grave, plus posée. Un homme poussa la premier et s’installa en face de Zakaerii, s’installant sur une chaise qu’il avait ramenée avec lui. « Il parait que tu poses des questions, Suli. Trop de questions. Et on n’aime pas les curieux par ici. »

Compte-tenu des manières, le Dévot était convaincu d’être tombé sur des malfrats, probablement bien installés au port de Bélin depuis longtemps. Le pire dans cette histoire, était qu’ils n’avaient très certainement rien à voir avec ceux qu’ils recherchaient vraiment. S’étaient-ils sentis visés ? « Je ne vais te poser qu’une question, Suli. Que cherchais-tu ? » Le concerné soutint le regard de son ravisseur pendant quelques instants, avant qu’un coup de poings ne viennent brutalement s’échoir sur son visage et ne le force à détourner le regard. « Tu vas répondre, oui ?! » Le chef apaisa son homme de main. « Laisse-lui le temps de répondre, il est inutile de le brusquer. » Le Suli cracha par terre, un goût de sang entre les lèvres. Il n’y était pas allé de main morte. Il reprit une contenance avant de regarder à nouveau son interlocuteur, non sans jeter un regard noir à celui qui venait de le frapper. Ce guide n’avait qu’à bien se tenir. S’il finissait par se détacher, il serait probablement le premier à goûter à son côté bestiasse. « Un groupe de bandits, qui m’a attaqué il y a quelques jours, sur le sentier des falaises. » Il était inutile de mentir. Au mieux, cela pouvait le sortir de ce mauvais pas, au pire, et bien… Il avait déjà les deux pieds dans le plat. « Comment ça ? » Le chef n’avait pas caché sa surprise. Cela pouvait être un bon signe. Zalaerii se lança donc dans une explication plus poussée, sans mentionner Fleya, racontant l’histoire comme s’il en était le seul héros. A la fin, son interlocuteur se leva et attrapa le guide par le col.

« Imbécile ! Ce n’était pas sur nous qu’il enquêtait ! Dans quel pétrin tu nous as mis !? » Le concerné marmonna des excuses, comme quoi il ne pouvait pas savoir, mais, bien entendu, cela ne suffit pas réellement. Le Felidae ne cachait pas le plaisir qu’il tirait de cette situation. Néanmoins, cela s’arrêta rapidement, quand le chef laissa choir l’homme à terre. « Bande d’imbéciles ! La prochaine fois, renseignez-vous avant, ou je vous balance tous dans la rade, avec un boulet enchainé aux pieds. » Il avisa un groupe d’hommes d’un signe de tête et prit la direction de la sortie. « Euh… Chef ? On fait quoi avec lui du coup ? » L’interpelé se retourna. « Faites-en ce que vous voulez. Mais débarrassez-vous en avant l’aube. Il ne faut pas attirer l’attention. » Et voilà. En même temps, de la clémence aurait été étonnante. L’autorité quittant les lieux, il ne restait plus que la petite bande qui avait kidnappé le Suli. Ils étaient relativement nombreux. Mais avant que l’Once ne puisse réellement les détailler, le guide s’approcha de lui et lui décocha une nouvelle droite. « Ca, c’est pour m’avoir ridiculisé devant le patron ! » Il rajouta un coup de pied dans le ventre du prisonnier. « Et ça, c’est pour le plaisir. Comme les suivants. » Rapidement, l’Once se transforma en un véritable punching-ball vivant pour tous les malfrats présents dans la pièce. Ils y passèrent tous, les uns après les autres, parfois ensemble. Malheureusement, il n’y avait pas grand-chose à faire d’autre que d’encaisser, d’attendre. Les yeux clos, Zakaerii essayait de ne pas penser à la douleur, même si la chaleur de son propre sang ruisselant sur son pelage le lui rappelait aisément.

Les coups finirent par cesser, ou peut-être était-ce parce qu’il avait sombré dans l’inconscience. Difficile à dire. En tout cas, son corps était dans un sale état, il suffisait d’essayer de respirer pour s’en rendre compte. Quelques instants plus tard, le Suli entendit des cris. Rouvrant les yeux, il remarqua que la luminosité avait drastiquement chutée. Reprenant ses esprits, il eut l’impression de voir une pelage blanc passer rapidement à la lueur d’une des torches tombées au sol. « Fleya ?... » Sa voix était plus que faible et, le pire, c’était que ce simple mot lui avait arraché un rictus de douleur. Il remarqua au même moment que ses pieds et ses mains n’étaient plus attachés. L’avait-elle délivré ? Malheureusement, il n’était vraiment pas en état de faire quoique ce soit dans l’immédiat. Même le don de Revoran ne lui serait d’aucune utilité. Il fallait espérer que la jeune Suli ne commettrait pas d’imprudence. Il savait à quel point elle pouvait être sauvage et, justement, ils essayaient de faire en sorte qu’elle ne retombe plus dans les mêmes travers. Mais, surtout, ce qu’ils ne savaient pas, c’était que le but n’avait jamais été de laisser le Suli subir son triste sort tout seul. Aussi, alors que les cris et les combats perdaient un peu en intensité, un bruit sourd se fit entendre. La porte venait d’être violemment refermée. A l’extérieur, ils étaient plusieurs dizaines à barricader l’entrée de la cave. Derrière eux, appuyé contre un mur, leur chef souriait dans l’obscurité. « Et de deux… La petite minette est dangereuse, enfin surtout sa chose, mais si on arrive à attraper les deux… On en tirera un très bon prix. Dariek ! Va voir Grarrok, il s’y connait en créature, il trouvera peut-être un moyen de nous débarrasser de la chose. » L’intéressé s’exécuta promptement, sa silhouette disparaissant dans la nuit noire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 10 Mai 2015 - 13:58

Rapidement la raison avait laissé place à l'instinct. Tuer pour un prédateur n'était pas une chose compliquée. Surtout lorsque le terrain était à son avantage. Les coups était à présent méthodique. Les artères, les yeux, le cœur, la gorge.... Les griffes se plantaient dans les chairs pour les trancher, découpant tout les tissus, vaisseaux et autres chairs. Les crocs s'enfonçaient pour déchirer les cous....Shotra avait coupé toute retraite aux victimes de la boucherie. Il avait réduit en purée des boîtes crâniennes, briser nuques et colonnes vertébrales. Comme si les os entre ses mains n'étaient que de vulgaires fétus de paille.... Tant et si bien qu'il n'y eu rapidement plus âme qui vive au milieu des cadavres présents. Shotra en profita pour dévorer leurs âmes, tandis que la féline s'était saisit d'une torche pour se précipiter au chevet du félin. Shotra la débarrassa et remis en place quelques torches, la laissant découvrir le corps gisant de son ami. Le coup fut rude pour Fleya qui s'approcha de lui les larmes aux yeux.

~Un affreux goûts de déjà vu... N'est-ce pas... Fleya.... Celui-ci à l'air plus vivant que ta famille ce soir là cela dit. Combien ont souffert par ta faute ? Combien périront à cause de toi ? Combien d'autres victimes feras-tu... toi la Damnée....~

Le corps de Fleya tremblait tandis qu'elle prit le plus délicatement possible Zakaerii dans ses bras. Elle s'était attaché à lui... Et le voir dans cet état la déchirait littéralement. La voix déformée par des sanglots qui refusaient de sortir, elle lui balbutia.


-Je.... Je suis désolée.... Ne meurs pas.... S'il-te-plaît....

Un bruit de porte verrouillée interpella le trio présent. Shotra observa sa maîtresse. Elle pouvait céder à la folie à tout instant à présent, et il le savait... Tous le savait.... Son regard oscillait déjà entre le bleu et des nuances de pourpre.... Shotra réprima un soupir. C'était bien le moment.... Il décida de laisser la féline avec Zakaerii pour l'instant, et se fondant dans les ombre, il remonta à l'extérieur, incognito. Si ces sombres imbéciles pensaient pouvoir le retenir avec une porte, ils se fourvoyaient lourdement. Mais alors qu'il s'était glissé sous la porte, il resta à l'intérieur des ombres, bien caché. Il observa le nombre d'hommes et surtout, il identifia leur chef. Celui-ci donnait des directive pour aller chercher un expert en créature. S'il avait pu, Shotra en aurait sourit. Cela ne leur serait d'aucune aide.... Rapidement, il redescendit à l'intérieur faire un rapport à sa maîtresse. Celle-ci avait à présent les yeux pourpre.... La couleur Rubis que chacun ici redoutait tant n'était résolument pas loin. S'ils ne déguerpissait pas rapidement d'ici, elle cèderait à coup sûr ! Les interventions de la voix qui siégeait dans la tête de la tigresse n'étaient pas étrangère à l'aggravation de son état, mais ça personne ne pouvait le savoir....

On ne peut rester ici.... Ils sont un peu moins d'une quinzaine.... Mais il est dangereux de les affronter.... Sans personne pour pouvoir le protéger.....

Shotra désigna Zakaerii d'un mouvement de tête. Il n'aurait pas était là, il serait monté à l'assaut pour accomplir une des plus belles boucheries de ces dernières années. Mais voila, sa maîtresse ne pouvait pas être au four et au moulin. Elle ne pouvait pas combattre et veiller sur l'Once. Et tous deux savaient pertinemment que s'ils venaient à combattre, les malfrats prendraient Zakaerii en otage pour les faire arrêter et chanter. Il aurait été trop bête de se faire tous avoir. La féline acquiesça, malgré qu'au fond d'elle, elle sentait déjà la chose réclamer vengeance, souffrance, sang et mort.... Son corps tremblait mais elle ne perdait ni de son équilibre ni de sa poigne. Elle aida son ami à se relever, essayant a maximum de lui éviter de souffrir. Elle et Shotra savaient déjà comment faire pour partir.... Fleya aidait Zakaerii à marcher tandis que Shotra se glissa de nouveau dans les ombres, pour sortir au nez et à la barbes des malfrats à l'extérieur. Le dénommé Dariek venait de revenir avec ledit Grarrok, qui se demandait pour qu'elle raison on l'avait trainé ici. L'ombre abyssale savait que ça maîtresse serait derrière la porte d'un instant à l'autre. Il surgit des ombres, juste derrière le chef des brigands, s'emparant d'un poignard qui était accroché à la ceinture de ce dernier. Sans lui laisser le temps de comprendre ou de se retourner, il lui colla la lame sous le cou, établissant une proximité un peu trop rapprochée avec sa peau, et le tint en respect.

Les hommes découvrant avec horreur la monstruosité qui venait d'apparaitre sous leurs yeux restèrent bouche bée un instant face à cette armoire d'ombre et de colère. Les plus courageux reprirent leur esprit et dégainèrent leurs armes, dans une tentative désespérée et confuse. Pour les rappeler à l'ordre, la grosse paluche libre de Shotra vint s'abattre sur le torse de son otage, et d'une poigne implacable, il lui broya quelques côtes flottantes. Le cri déchirant de douleur du chef ramena le dénommé Grarrok à lui, qui cessa alors de regarder la créature avec des yeux écarquillés de terreur et d'horreur. Il se précipita et stoppa l'offensive de ses collègues d'un bras tendu.


ARRÊTEZ MALHEUREUX ! STOP !

Les hommes s'arrêtèrent rapidement, déjà bien déboussolé. L'homme renchérit en portant de nouveau son regard incrédule et apeuré sur l'imposante créature.

C-C'est un démon ! Il le tuera sans la moindre peine si vous faites quoique ce soit !

Comment on le tue ?!

Je... je ne sais pas mais pour l'heure, on ne peut rien faire sans risquer la vie de Thelonius... On... On doit négocier avec lui....

Une solution qui convint à plus de la moitié des hommes, tout simplement terrorisés à l'idée de devoir affronter une abomination pareille. En prenant le chef en otage, Shotra savait qu'il jouirait d'une certaine tranquillité. Et en l'amochant un peu dès le début, il assurait à tout le monde qu'il ne plaisantait pas. Le chef en question fut lui même surpris de la nature de ce qu'il croyait avoir piégé. Il fut partagé entre l'idée du prix que cela pourrait lui rapporter et le dangereux inéluctable de la situation. Ces trois énergumènes valaient-ils qu'il mette sa vie en danger ? A bien y réfléchir il n'était pas vraiment sûr. Grarrok observait le démon attendant de savoir ce qu'il désirait. Shotra s'adressa alors à eux, ça voix à la fois spectrale et guttural finissant de terrifier ceux qui l'étaient déjà, et flanquant un épouvantable frisson aux autres.

Q-Que désires-tu fils de Sipriar ?

Ouvrez la porte.... Reculez vous.... et que personne ne fasse le moindre geste....

Les hommes n'avaient d'autre choix que de s'exécuter. Ils auraient pu laisser mourir leur chef pour ensuite prendre sa place, mais aucun n'avait envie que le démon s'occupe de lui une fois le patron liquidé. Fleya sortit, escortant Zakaerii. Le spectacle qu'elle offrait était aussi effrayant que celui de son démon. Elle était couverte de sang, ses yeux affichaient une couleur variante peu rassurante, et le pire, ce fut lorsqu'elle prit la parole....

-Ne tentez absolument rien.... Lorsque nous seront loin, nous relâcherons votre chef.... Une seule tentative de votre part.... Un seul mot de ce que vous avez vu à qui que ce soit..... Et je veillerais personnellement à envoyer chacun d'entre vous dans l'Outre-Monde.....

Message qui avait le mérite d'être clair. Les hommes regardèrent Grarrok dans l'espoir de savoir ce qu'était réellement ce qui semblait être une Suli, mais pas complètement. L'homme les regarda complètement pris au dépourvu et haussa misérablement les épaules. Il ne savait pas ce qu'elle était.... Elle semblait être une Felidae sauvage et bestiale en apparence.... Mais ces yeux et cette voix.... n'appartenaient pas à ce monde. Tandis que les deux félins s'éloignaient le plus rapidement possible, Fleya ayant de plus en plus de mal à garder le contrôle entourée d'ennemis, Shotra les suivit. Il embarquait avec lui Thelonius, le chef, garant de leur survit et de leur tranquillité. Ils marchèrent ainsi jusqu'à avoir fait la moitié du chemin de retour, Shotra profitant de l'obscurité de la nuit pour être quasiment invisible avec ses couleurs sombres. Il sanglait l'homme d'un de ses bras, l'autre main lui collant toujours la lame sous la gorge. Au cas où il lui aurait pris la mauvaise idée de crier, il l'aurait égorgé comme un lapin.... Profitant de la proximité d'une fontaine, Fleya y guida Zakaerii pour qu'il puisse s'y reposer et boire un peu. Shotra en profita pour assommer d'un bon coup derrière la nuque Thelonius. il ne représenterait plus de danger à présent.

Loin des bandit Fleya parvenait à retrouver un peu de calme. Ils avaient frôlé la catastrophe. Elle avait arrêté de trembler, ses yeux passant du pourpre à un mauve plus doux. Elle ne savait pas quelle était la gravité des blessures de Zakaerii et craignait fort pour la vie de son compagnon. Un air parfaitement navré et désolé sur le visage, elle lui demanda doucement.


-Ça va aller ? Nous ne sommes plus très loin.... Tu pourras tenir ?

Curieux contraste qu'offrait sa bouille de chaton triste avec le sang qui maculait son pelage.... Après avoir vérifié que personne ne les suivait, shotra jeta son paquet encombrant sur le sol, et puisant de l'eau dans la fontaine, il vint débarbouiller sa maîtresse. En la nettoyant, il brouillerait définitivement les pistes. Il s'attela donc à la tâche, tandis que Fleya faisait ce qu'elle pouvait pour aider Zakaerii. Que ce soit lui proposer de l'aide pour boire, nettoyer quelques plaies, ou tout ce qui était dans ses cordes. Elle aurait tant aimé avoir des compétences un peu plus poussées en soin que celles que la survie lui avait apprises. Shotra gardait un œil sur Thelonius. Il l'avait désarmé et assommé, mais c'était le genre de paquet qui se sentait pousser des ailes à la moindre occasion. Il se demandait s'il allait réellement le relâcher ou le tuer..... Cela dépendrait de sa maîtresse.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Ven 15 Mai 2015 - 9:08

Il était difficile pour Zakaerii de faire la part des choses. Certes, il n’était pas inconscient, mais, on ne pouvait pas réellement dire qu’il avait parfaitement conscience de ce qui l’entourait. Les bruits lui parvenaient, qu’il s’agisse des cris des brigands ou des rugissements de Shotra et de Fleya. Il ne connaissait cette dernière que depuis peu, ne l’avait vu combattre qu’une seule fois, mais il aurait pu la reconnaître entre mille, il en était convaincu. Savoir qu’elle replongeait, à cause de lui, au cœur d’un chaos identique à celui qui avait probablement aidé à sa perte de contrôle le désolait, mais, malheureusement, il ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider à garder le contrôle sur elle-même. Il ne pouvait espérer qu’elle n’arrive par elle-même à ne pas succomber à ces démons – en quelque sorte – qui la hantaient et menaçaient de la posséder à nouveau. Les bruits finirent par cesser, le calme reprenant ses droits dans cette cave dans laquelle il n’y avait plus que quelques halos de lumière. Une lueur s’approcha de lui. Le Felidae releva difficilement la tête et croisa le regard de sa compagne de route. Elle s’agenouilla près de lui avant que Shotra ne la débarrasse de sa torche. La Suli l’enlaça délicatement avant de lui demander pardon, tout en lui demandant de ne pas mourir. Ce dernier avait l’impression de lui rappeler une scène de son passé, quelque chose de douloureux qu’elle ne voulait pas voir se reproduire une fois encore. Zakaerii esquissa un léger sourire, malgré la douleur que cela pouvait lui procurer. « Ca va... aller. Ne… Ne t’en fais… pas. » On ne pouvait pas vraiment dire qu’il était parfaitement convainquant, sa voix étant particulièrement faible, mais il essayait de faire impression. Avec un peu de chance, elle penserait qu’il ne faisait que murmurer.

« J’ai connu… pire. » Ce n’était bien entendu pas tout à fait vrai, même si, il devait l’admettre, ce n’était pas la première fois qu’il prenait des coups. Généralement, il était en mesure de les rendre et de se protéger, mais là, c’était un peu différent. « Nous… devrions… y aller. » Malheureusement, le sort semblait s’acharner contre eux. Le Suli n’eut pas de mal à reconnaître le bruit de la porte de la cave qui se refermait violemment un peu plus loin. Essayaient-ils de les enfermer ici ? Ce n’était pas comme s’ils pouvaient s’enfuir rapidement, dans son état. Il remarqua que le démon s’était éloigné, probablement pour aller vérifier quelles étaient leurs options. Après tout, ils n’allaient pas moisir ici. Le compte-rendu de l’Ombre n’était pas très joyeux, mais il n’avait pas tort, aucune situation n’était bonne pour eux. Ils avaient besoin de partir d’ici, malheureusement, il n’y avait qu’une seule sortie et elle semblait complètement bouchée. La décision fut prise sans lui de toute façon. Il se leva, avec l’aide de Fleya, tout en grimaçant. La douleur n’était pas agréable, mais le mouvement lui confirma qu’il n’avait rien de grave, sans quoi il n’aurait probablement pas su se tenir debout, même avec l’aide de la Felidae pour le soutenir. « J’aurais dû faire… plus attention. Excuse... moi. » Après tout, c’tait bien de sa faut s’ils se retrouvaient dans ce pétrin. Cela lui apprendra à faire confiance à n’importe qui. Mais après plusieurs jours sans aucune information, cette occasion était trop bonne pour être négligée. Enfin, ils auraient peut-être l’occasion d’en reparler une fois qu’ils seraient en sûreté, s’ils pouvaient se sortir de ce bourbier sans y perdre trop de poils, façon de parler. Les escaliers menant vers la porte ne furent pas le plus facile à franchir pour le Suli blessé.

Alors qu’ils faisaient face à la porte, Zakaerii se demanda comment allait se passer la suite. A cette question, il entendit Shotra, à l’extérieur, exiger l’ouverture de la porte et une parfaite immobilité de tous les brigands. Menaçait-il l’un d’entre eux ? La porte s’ouvra et, heureusement, seule la lueur de la lune baignait l’extérieur, lui évitant ainsi d’être aveuglé. Il n’y voyait pas grand-chose, mais il se contenta de suivre le mouvement de Fleya. Il ne pouvait rien faire d’autres. Ceci étant, cela ne l’empêcha pas de frissonner en entendant sa voix dicter des ordres aux bandits. « Ne te laisse… pas su-submerger… par la colère. » Bien entendu, c’était surement beaucoup plus facile à dire qu’à faire, mais il ne voulait pas qu’elle rechute par sa faute. Le Felidae suivit la jeune Suli tandis qu’elle l’aidait à marcher à travers les petites ruelles qu’il ne reconnaissait pas, compte-tenu qu’il avait été porté ici, inconscient. Ils arrivèrent finalement à une petite place où se trouvait une fontaine. Ils y firent une petite halte bienvenue pour le Dévot. Avec de l’aide, il s’installa sur le rebord et but quelques lampées d’eau directement des mains de la démoniste. Il croisa son regard, inquiet. Il esquissa un sourire. « Je suis… un dur à cuir. Il m’en faut… plus. » Il passa un main sur sa joue. « Ne t’inquiète… pas. M-Merci d’être… venue. » Laissant retomber sa main, assez lourdement, dans la fontaine, il essaya de remonter un peu d’eau vers son visage pour se débarbouiller. Bien entendu, c’était loin d’être réellement efficace. « Il serait… presque p-plus utile… que je me laisse tomber… dans l’eau. » Il esquissa un nouveau sourire, plus amusé. Mais l’heure n’était probablement pas à prendre un bain. « Mais peut-être… serions-nous…m-mieux, à l’auberge. » Il posa son regard sur le corps inerte non loin de Shotra. « Je pense… qu’on peut… le laisser ici, m-maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Mar 19 Mai 2015 - 8:46

La situation était étrange pour la féline Tandis qu'elle évoluait parmi les bandits en soutenant Zakaerii, elle luttait pour garder le contrôle. Mais outre "la chose" qui sembait la dévorer littéralement de l'intérieur, il y avait une difficulté supplémentaire. Il y avait cette envie.... Celle de tous les égorger et les massacrer pour leur faire payer ce qu'ils avaient fait à son compagnon. Les faire souffrir autant qu'il avait souffert et qu'il souffrait.... Un désir de justice que son penchant voyait comme un écho. Ils étaient là, à portée de griffe et de crocs, à portée d'arme.... Ce fut l'intervention de l'Once qui évita in extremis le carnage. Car si Shotra en observant sa maitresse, s'était tenu prêt à liquider brusquement son otage pour se jeter sur les autres, Zakaerii préférait que la féline garde le contrôle. Sa voix fut le lien auquel son esprit s'accrocha aveuglément alors qu'il sombrait dans la tourmente. Le dernier rempart avant la folie. Et ce dernier tint bon, l'éloignement avec la source de sa colère fut également l'éloignement de sa folie destructrice. Alors qu'ils étaient arrivés à la fontaine, Zakaerii tentait de détendre l'atmosphère en faisait de l'humour. Mais sa voix faible et son état en générale avaient gravé un air profondément désolé sur le visage de Fleya.

Si lui s'était excusé de ne pas avoir été assez prudent, la tigresse était ostentatoirement plus navrée. Silencieusement elle s'accablait de mille reproches. Elle aurait dû réagir avant, elle aurait dû faire plus attention à Zakaerii, elle n'aurait jamais dû le mêler à cette histoire. Par sa faute elle l'avait mis en danger, et il avait été blessé. Il aurait pu mourir.... La féline se décomposait littéralement sur place, sombrant doucement dans l'affliction. Le parallèle entre cette soirée ci et celle bien plus funeste de son enfance était amer. Pourtant cette fois cela s'était plutôt bien terminé. Mais comme cette impertinente voix lui avait rappelé, on ne l'avait pas appelé la Damnée pour rien. Elle qui portait malheur à ceux qui lui étaient proches.... La main de Zakaerii la tira momentanément de ses mauvaises pensées. Le voyant peiner à se débarbouiller, elle s'affaira à l'y aider, consciencieusement. Et tout en le débarbouillant le plus délicatement possible, elle lui répondit.


-Ne me remercie pas.... J'aurais dû réagir bien plus vite.... Empêcher tout ça.... Je n'aurais pas dû te mêler ça.....

Sa voix semblait se mourir au fur et à mesure qu'elle balbutiait. Shotra réprima un soupir. Il avait finit de décrasser sa maîtresse du sang et la contemplait à présent se déconfire sur place. Il connaissait son passé, mais il ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle se torturait de la sorte. Ils étaient arrivés à temps, et Zakaerii était toujours vivant. Ce n'était pas la peine qu'elle se tourmente de la sorte. Enfin..... Il acquiesça lorsque le Felidae vint suggérer de renter à l'hôtel. Ils y seraient définitivement plus en sécurité qu'ici. Vint également la question de leur otage.... Shotra se serait bien amusé à le suspendre par les tripes à la hauteur la plus proche mais c'était son avis. Le léopard des neige semblait d'avis qu'on le laisse là. Quant à Fleya.... Elle était partagée. Une partie en elle mourait d'envie de l'occire avec cruauté. L'autre lui rappelait qu'elle n'avait qu'une parole.....Vengeance et principe s'affrontait, tandis que la raison était elle-même indécise. Tuer leur chef leur donnerait du temps, car le temps que la passation de pouvoir se fasse, ils pourraient agir. Mais c'était également se montrer un danger réel et non négligeable, qu'il vaudrait mieux éradiquer. De l'autre côté laisser le chef en vie c'était aussi prendre le risque d'une vengeance plus rapide. Quoique les côtes que Shotra lui avait brisées étaient tout de même de bons rappels sur l'absence total d'humour et la dangerosité de la petite équipe. La féline poussa un soupire. Elle espérait simplement ne pas regretter son choix....

Shotra se saisit du paquetage inconscient et alla le jeter un peu plus loin, dans une ruelle en cul de sac. Fleya avait repris la route avec Zakaerii, et Shotra termina de disperser l'eau souillée de sang en puisant une fois encore l'eau de la fontaine. Il ne voulait laisser aucune trace de leur passage. la route jusqu'à l'auberge se passa sans encombre, et l'heure tardive leur épargna de devoir rencontrer le regard de curieux. La féline escorta son compagnon jusque dans sa chambre, et le déposa sur son lit. Elle s'assit à son chevet, les oreilles basses tandis qu'elle l'observait. Elle lui dit alors doucement.


-On attendra que tu te rétablisses, et ensuite nous partirons. Il est inutile de rester ici.... Nous ne trouvons rien et ça risque de devenir dangereux pour nous si ces bandits se mettent en tête de nous traquer. J'essayerai de trouver un soigneur pour toi demain.... Tu as besoin de quelque chose ?


Les deux Felidae discutaient pendant que Shotra montait inlassablement la garde. Ils n'avaient pas été suivi, mais il n'était pas tranquille pour autant. Qui cherchait trouvait.... Connaissant sa maîtresse, il devinait sans peine qu'elle allait surement passer la nuit au chevet de Zakaerii. Savait-on jamais des fois qu'il se mettait à oublier comment respirer hein.... Mais pour une fois, l'attitude de mère poule de la tigresse l'arrangeait. S'ils étaient tous les deux dans une même chambre, cela serait plus simple pour lui de les protéger. Shotra prévoyant toujours le pire, il était persuadé que les bandits n'en resteraient pas là, et que la fierté des hommes serait suffisante pour lancer ces derniers dans une recherche de vengeance. Qu'importe le danger.... Surtout que cette fois il ne pourrait plus compter sur l'effet de surprise. Il ne avait pas quand ils frapperaient.... Il n'y avait que très peu de chance pour que ce soit ce soir même. Il leur fallait du temps pour se préparer et s'organiser, et également pour mener des recherches. Tout serait une question de temps.... Il n'avait plus qu'à espérait que l'Once se remette vite. Plus vite il serait rétablit, plus vite il pourrait de nouveau combattre et surtout évité d'être pris en otage.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Mer 20 Mai 2015 - 10:49


Il fallait être un idiot pour ne pas voir la détresse de la Felidae et Zakaerii était probablement tout sauf un idiot. Elle se reprochait beaucoup de choses, beaucoup trop, à son humble avis. C’était là le genre de choses qui pouvaient arriver, ce dont elle avait même parlé lorsqu’il lui avait proposé son aide. Le Suli l’avait pourtant suivi en connaissance de cause et sans le moindre doute. Et il ne regrettait absolument rien, même après avoir prit bien plus de coups qu’il n’avait pu en compter. Certains ironiseraient en parlant des risques du métier, mais le Dévot de Revoran était conscient qu’il ne s’agissait là que de sa propre erreur et, en quelque sorte, d’une épreuve à passer. A quoi servait de tomber si ce n’était pour se relever ? Il était blessé, certes, mais pas mortellement, loin de là. Du repos suffirait à le remettre d’aplomb, avec un ou deux bandages tout de même. C’était à lui de tirer de cette nouvelle expérience, de faire confiance à son instinct, malgré les circonstances, ou plus simplement d’être plus rapide. Il aurait pu prendre de vitesse les hommes dans la ruelle, mais il avait négligé son environnement et avait laissé l’ennemi s’approcher au plus près de lui. Cela n’arriverait plus, ou pas sans une excellente raison, il le savait. L’expérience forgeait les gens, les coups aussi. Néanmoins, il n’était pas dans les plans de Zakaerii de reprendre une telle volée prochainement. Malgré la douleur, il posa une main sur l’épaule de la jeune femme, son regard croisant le sien. Il sentait sa détresse, mais il espérait qu’elle pouvait voir, dans ses yeux, sa détermination. « Arrête de te… morfondre. Cela ne me… guérira pas. » Il esquissa un sourire, se voulant rassurant et réconfortant.   « Je savais qu’il pouvait… y avoir du g-grabuge. Je suis un… grand garçon… tu sais. »

Il lui laissa ensuite le champ libre pour finir de le débarbouiller. Il était grand temps qu’ils décampent. Leurs poursuivants gardaient probablement leurs distances mais pourraient bien finir par décider qu’il valait peut-être mieux passer à l’action. Même s’il n’en dit rien, l’Once fut soulagé que sa complice n’ait pas décidé d’en finir avec leur otage. Il avait senti son indécision mais elle s’était finalement résolu à ne rien faire. Il hocha la tête quand elle se tourna vers lui pour l’aider à reprendre la route vers l’auberge. Ils ne croisèrent pas grand-monde, et, fort heureusement, avec le peu de lumière, la plupart devaient penser qu’il était saoul et se faisait raccompagner par sa dulcinée. Quelle scène ! Une fois dans la chambre, il se débarrassa de son long manteau et accueillit avec plaisir le contact du matelas, même si passer à la position couchée ne lui fit pas le plus grand bien au début. Fleya s’installa auprès de lui, apparemment prête à le veiller toute la nuit s’il le fallait. Il l’observa tandis qu’elle annonçait la suite des festivités. « Ne t’embête pas pour le guérisseur, demain j’irai mieux. J’ai juste besoin de quelques bandages pour les côtes et d’attendre que le reste cicatrice. » Il n’avait pas l’impression d’avoir une côte cassée, mais cela lui faisait suffisamment mal pour imaginer sans problème qu’au moins une d’entre elles était fêlée. S’ils avaient dans l’idée de bouger vite, un bandage serait des bienvenu pour éviter de trop forcer et, justement, de finir par en casser. Ce qui l’inquiétait davantage par contre, c’était le fait d’avoir effectivement toute la nuit devant eux. Les bandits feraient-ils profil bas ou rechercheraient-ils la vengeance, d’une manière ou d’une autre. Enfin, peut-être était-il assez normal de penser que plus rien n’arriverait ce soir.

« J’ai de longs bandages dans ma sacoche. Et, malgré ton aide à la fontaine, je pense qu’une bassine d’eau pour un nettoyage plus méticuleux sera la bienvenue. » L’impression d’inverser les rôles par rapport à la situation de leur rencontre le fit sourire. Cependant, il s’en voulait de lui infliger cela. Zakaerii pouvait sentir à quel point cela l’accablait. Malheureusement, il serait bien plus aisé de faire cela à deux, surtout dans son état actuel. Il attendit qu’elle revienne avec le nécessaire, puis il se redressa en position assise dans une grimace. Avec un chiffon qu’il trempa dans l’eau, il nettoya sa fourrure au niveau de son torse et ses bras, tout ce qui était à sa portée. Pour le reste, il dépendrait de la Felidae. Tandis qu’il s’affairait, il poursuivit la discussion. « Je déduis de ce que tu as dit à l’instant que tu as fais chou blanc également ? » Il faisait bien entendu référence à leur chasse aux informations. Après tout, contrairement à d’habitude, ils n’avaient pas eu l’occasion d’en parler au dîner. Malgré toute leur aventure, Fleya avait peut-être eu l’opportunité de dénicher l’un ou l’autre indice sur l’endroit où ils pourraient trouver ceux qui avaient tenté de la tuer, deux fois. Malheureusement, ses propos semblaient indiquer que ce n’était pas le cas. Un peu d’information aurait été la bienvenue, ne serait-ce que pour avoir l’impression de ne pas être venus pour rien. Il devait bien y avoir quelqu’un ici qui savait quelque chose. Le contraire semblait surréaliste. « Peut-être pourrais-tu profiter de la matinée pour essayer encore un peu. Nous ne pourrons pas partir avant midi, j’en suis convaincu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 24 Mai 2015 - 10:17

La Felidae observait son compagnon la mort dans l'âme. Elle le fixait de ses yeux qui ne savaient mentir, et malgré qu'elle adoptait à présent le silence, ses prunelles azur et pures exprimaient toute sa désolation. Il était bien trop tôt pour relativiser. L'incident trop frais, et les souvenirs encore trop présents. Sous le voile d'un mutisme résigné, la tigresse acquiesça les propos de son ami. Bien entendu, elle savait bien tout ce qu'il lui rappelait. Mais ici savoir ne l'aidait pas à passer outre ses démons.... Elle ne pouvait se mentir, elle ne pouvait le nier. L'oublie même lui était interdit, car si jamais elle en avait l'audace, cette implacable et impitoyable voix qui hantait son esprit lui rappelait, non sans délectation, les fautes qui lui incombaient. Ses huit années de tourments et de regrets ne semblèrent qu'être le début d'une peine à perpétuité. Le félin était loin, si loin de pouvoir s'imaginer quel odieux cercle vicieux dévorait sa comparse. A l'abri d'un secret honteux, ce mal étrange perdurait, croissait, et tourmentait..... Il lui fallait attendre que passe ce moment douloureux, que se taise cette voix. Et pour l'heure, il était grand temps de rentrer.

A l'auberge, Zakaerii dispensa la tigresse de s'enquérir d'un soigneur. Il préférait à cela quelques soins et toilettes supplémentaires. La féline inquiète acquiesça. Elle n'était pas rassurée, mais elle se décida à faire confiance à l'once sur son état. Après tout il s'y connaissait définitivement mieux qu'elle et il était également le mieux placé pour savoir à quel point il était touché. Et d'ailleurs, il lui donna des directives quant à la suite des opérations. La féline alla s'enquérir d'une large bassine et de linges pour la toilette. Et tandis qu'il s'emparait d'un linge humide pour se nettoyer les zones accessibles, la féline alla chercher les bandages dont il lui avait parlé. Elle les mit de côtés le temps de finir le nettoyage de l'once. L'eau avait fini par prendre une teinte rougeâtre, bien qu'au vu du volume cela restait encore très dilué. Et comme si la journée n'avait pas été pénible, Zakaerii ramena le fait qu'une fois encore, ils étaient bredouilles dans leur investigation. Achevé Fleya lâcha un soupir consterné avant de répondre penaude.


-Oui.... A croire que je suis poursuivie par des chimères....

Le léopard des neiges était à présent propre. La féline s'empara des bandages, et attendit les instructions de son confrère pour positionner correctement le bandage, et aussi le serrer à sa convenance. Elle continuait d'acquiescer à ses propos, ses oreilles définitivement tombantes. Et tandis qu'elle s'affairait à la tâche en s'efforçant de ne pas trop faire mal à son compagnon, elle répliqua.

-J'irais faire un tour demain matin, quant au midi nous verrons comment tu seras. Il est inutile et dangereux de reprendre la route si tu es encore trop mal en point.

Le bandage était terminé et à il était désormais temps de se reposer. La féline ne parvint à s'endormir qu'une fois son ami assoupi. Elle était épuisée par la longue journée et les émotions qui l'accompagnaient. Accoudée sur le lit, la tête sur ses bras, elle trouvait enfin un peu de paix. Shotra s'éclipsa dans la chambre voisine pour lui ramener une couverture qu'il déposa sur ses épaules. Zakaerii pourrait penser que c'était Fleya qui était partie se la chercher toute seule..... Mais si l'ombre désirait que sa maîtresse puisse passer une bonne nuit, ce n'était pas gagné pour autant. Il était à prévoir que les cauchemars viendraient assaillir ses songes.... Des gémissements étouffés, une mine contrariée, effrayée.... Un regard rapide pour voir si l'once dormait, et le démon vint se placer derrière la féline, plaquant doucement ses mains sur les oreilles de sa maîtresse. Comme à chaque fois, sa boule de poils tigrés se détendit et reprit un sommeil plus doux. Tout un savoir-faire acquis au cours des années.... La nuit se passa sans encombre, pour le plus grand plaisir de Shotra. Le soleil était déjà haut dans le ciel, et l'ombre décida de réveiller la belle au bois dormant qui était bien partie pour faire une grasse matinée. S'arrachant difficilement à son sommeil, Fleya ouvrit péniblement les yeux. Elle se releva lentement, essayant ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller Zakaerii. Elle n'était même pas sûr qu'il dormait encore, elle était trop dans le brouillard pour pouvoir bien discerner les choses.

Elle sortit de la chambre en se frottant les yeux, avançant au radar vers les escaliers. Ce qui devait arriver arriva et la féline descendit les escaliers en roulé boulé. Interloqué par le vacarme et l'arrivée fracassante d'une boule de poils tigré en bas des escaliers, le tenancier se précipita à l'encontre de la félin, accompagnée par une serveuse, qui aida l'infortunée tigresse à se relever.


Eh bien dame féline ! Auriez-vous bu ou vous n'êtes pas du matin ?

-Aouuuch.....

Allons ne l'embête pas la pauvre ! Elle est déjà bien sonnée ne l'assomme pas davantage.

-Je n'aime pas le réveil.....

Tu as ta réponse en tout cas.

Incident qui avait eu le mérite de la réveiller. La féline remercia le duo et sortit en maugréant. La journée commençait bien tiens.... Elle avait à présent mal partout et soupira en observant les rues. Où n'était-elle pas encore allée ? Elle avait l'impression d'avoir parcouru ce port de long en large, ce qui n'était pas si loin de la vérité. Il ne lui restait bien plus que la ruelle des herboristes, alchimistes et autres apothicaires. Et dire que Zakaerii ne voulait pas d'un soigneur, elle n'allait bientôt voir que de ça. Elle s'aventura au milieu de l'allée centrale. Il y avait bien quelques étales, mais également des boutiques pour les marchands d'onguents et soins les plus fortunés. La féline laissait traîner ses oreilles en se demandant par où commencer lorsqu'une échoppe retint son attention. La porte était solidement renforcée, les murs barricadés, et le tout renforcé de barrière de bois épais. Une nouvelle manière d'attirer les clients ? Shotra bien sagement dissimulée dans son ombre, la féline décida d'y pénétrer. Elle poussa timidement la porte, une clochette retentissant pour annoncer son arrivée. L'intérieur était plein d'onguent de tous poils, baumes, poudre, racines, décoctions et plantes. Mais également de grimoires, et d'autres livres qui même s'ils n'étaient pas nombreux étaient tout de même présents.

Que voulez-vous ?!

Fleya sursauta et fit volte-face en découvrant un curieux personnage, plutôt grand et maigrelet, et d'un âge avancé. Il semblait fragile, une moitié de son visage avait été brûlée.... Et dans sa main, une arbalète chargée et prête à l'emploi ! D'un mouvement de recule et en levant les pattes, Fleya fit un effort pour garder son calme.... Sans forcément y parvenir.

-Vous êtes fous ?! c'est comme ça que vous accueillez les clients ?!

On est jamais trop prudent ! J'ai payé cher ma confiance envers des gens qui se prétendaient honnête et sans mauvaise intention ! Les client ne sont plus ce qu'ils étaient  !

Il fit un signe en direction de son visage pour appuyer sa thèse. Shotra lui c'était déjà glissé derrière lui et n'attendait plus qu'un ordre de sa maîtresse pour désarmé cet illuminé. Mais Fleya demeurait circonspecte. LA brûlure n'avait pas été légère.

-Mais enfin qui peut bien vouloir s'en prendre à un apothicaire ?!

Des fous madame ! Des fous ! Figurez-vous que l'on m'a ainsi torturé juste parce que j'avais l'audace de vouloir me fournir en traités relatant de soins empruntant des procédés incluant de la magie.... M'accuser de sorcellerie et de vouloir employer des magies dangereuses à travers des magies curatives, ces gens sont fous !

Les accusations dont l'homme avait fait mention firent mouche chez la féline. Elle les connaissait ces chefs d'accusation..... C'était trop beau, cette fois elle tenait quelque chose, cela ne pouvait pas être autrement ! Il fallait qu'elle le fasse parler, ce qui ne semblait pas être trop compliqué. L'homme avait encore en travers de la gorge cette agression aussi violente que douloureuse. Il fallait la jouer fine.

-Ils sont complètement fous même. A-t-on idée d'immoler quelqu'un qui œuvre et travaille dans le bien d'autrui ? C'est insensé !

Mais tout à fait !

-Et qu'à fait la milice face à cela ?

Mais rien ma bonne demoiselle, rien !

Emporté dans ses explications indignées, l'homme baissa son arme et s'accouda à son comptoir pour poursuivre son récit. Shotra réprima un long soupir. Il ne pourrait pas jouer cette fois-ci. Fleya se détendit un peu le voyant reposer l'arme et continua d'écouter l'homme qui s'emportait.

J'étais à Varakir, dans la cité de Varak. J'étais venu comme souvent me renseigner sur les nouvelles plantes et préparations curatives, pour passer des affaires avec des marchands locaux. Les échanges de bons procédés en somme. Et je suis tombé sur un marchand très intéressant qui proposait d'améliorer certaines vertus curatives de plantes à l'aide de rituel et de cérémonies diverses. Il y avait là de quoi soigner de nouveaux maux, une avancées qui aurait pu être magistrale si on avait eu le temps de s'y intéresser. Mais voila qu'ils ont débarqués, ces truands et ces barbares ! Au début j'ai cru à des clients, et ils étaient accompagnés d'un de ces charlatans qui prescrivent des saignées à tout va ! Tsah ! Plus bête qu'un Dolyak ! Et ces vandales ont mis le feu partout ! Ils ont trucidé ce pauvre hère, et tués presque tous ceux présents ! Une boucherie sans nom vous dis-je ! Et tout cela en scandant que la magie ne devait pas être accessible à tous, qu'il en allait de la sureté et de l'harmonie de ce monde, et j'en passe ! Que des inepties sans nom !

Il n'y avait plus aucun doute pour Fleya. Après tous ces jours bredouilles, ils avaient enfin un début de piste ! Cachant sa joie et son intérêt plus que grandissant, elle demanda innocemment.


-Et les miliciens n'ont rien fait ?

Pensez-vous ! Des incapables ! Figurez-vous que le temps qu'ils arrivent, il n'y avait déjà plus personne. Ils étaient partis comme ils étaient arrivés, sans laisser de trace ! Et ce n'était pas cet empaffé de Skwalala qui allait dire la vérité bien sûr ! Ce chien en sait bien plus qu'il ne veut bien le dire mais pour les miliciens sans preuve contre lui on ne peut rien faire !

-Mais qui est ce Skawalala au juste ?

Un informateur, une taupe, un des leurs ou que sais-je encore ! Je suis juste certain qu'il travaille avec ou pour eux. Car ces malfrats ne sont pas sortis du néant, et il était à leur côté ! Mais bien évidemment, c'était ma parole contre la sienne. Quand je pense que cette canaille tiens encore sa boutique, son "cabinet" à Varak, j'enrage !

-Je comprends....

La féline assemblait doucement les pièces du puzzle dans sa tête, et méditait sur toute cette histoire. Le pauvre bougre l'observant en si intense réflexion en vint lui même à se reprendre et enchaina.

Ho mais toutes mes excuses, je ne me suis même pas présenté. Je m'appelle Hans, Hans Zaplaste. J'espère ne pas trop vous avoir ennuyé ou effrayé avec toutes mes histoires.... Mais peut-être pourrais-je vous aider ? Que cherchiez-vous ici ?

Prise au dépourvu, la féline devait trouver une réponse très rapidement pour ne pas avoir l'air suspecte. Surtout face à cet homme en alerte....

-Des..... onguents ! Oui, en fait je suis tombée dans les escaliers ce matin, et j'ai mal absolument partout.... Vous n'auriez pas....

J'ai tout à fait ce qu'il vous faut !

Et tandis qu'il se hâtait vers des étagères recouvertes de pots en tout genre la féline poussa discrètement un soupire de satisfaction. C'était juste. Mais déjà Hans revenait.

Voila ! Une lotion de concentré d'arnica ! Vous verrez ça vous soulagera très vite ! Les marins me les dévalisent à chaque fois qu'il y a des rixes chez eux. Ça apaise tous types de coups qui ne sont pas trop graves en terme de blessures. Cette plante est vraiment épatante !

-Ha ! très intéressant, je prends !

La féline s'acquitta de sa facture, non mécontente de sa matinée. Elle avait non seulement une piste à explorer, mais aussi de quoi soulager les douleur de Zakaerii ! Après tout, même s'il ne voulait pas d'un soigneur, ça n'empêchait pas de ramener quelques petites choses pour aider.... Elle sortit le sourire aux lèvres de l'échoppe et surtout le cœur léger. Les choses commençaient enfin à s'arranger.... ou presque. Car alors que la jeune fille allait pour rentrer à l'auberge, des silhouettes se rapprochaient.... Fleya était trop occupée à savourer sa victoire, et à vouloir rejoindre Zakaerii avec impatience pour tout lui raconter, pour se rendre compte de cela. Mais Shotra qui était dissimulé n'était pas dupe.... Ils n'en avaient pas encore fini avec les bandits de la veille.... Et cette histoire puait le guet-append ! En quittant les rues marchandes, Fleya s'éloignait dangereusement de la foule.... Et pourtant l'auberge n'était pas loin, elle la voyait déjà ! Mais pas assez proche. Un filet, encore un, vint s'abattre sur la féline. Il croyait que l'ombre n'était pas là ce qui était qu'à moitié vrai. En plein jour Shotra ne pouvait pas prendre le risque de sortir ! Fleya eut le bon réflexe pousser un cri strident de détresse, digne des plus valeureuses demoiselles en détresse. Il fallait juste attendre que la foule s'attroupe ! Et pour ralentir les gens, Shotra avait sa technique... S'il ne pouvait sortir de l'ombre, il pouvait toujours sortir furtivement ses mains.... Et attraper les chevilles des brigands pour les tordre ! Il eu de cris de stupeurs et de douleurs, tandis que la féline se débattait plus ou moins comme elle pouvait. Il était six, dont déjà deux qui ne pouvaient plus courir et qui boitaient péniblement pour se mouvoir en grimaçant. Mais est-ce que cela allait suffire ? Est-ce que les secours arriveront à temps ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 28 Mai 2015 - 11:45


Apprendre qu’elle n’avait rien trouvé non plus ne fut pas la plus réjouissante des nouvelles, loin de là. Néanmoins, ils devaient composer avec cette malchance. Peut-être trouveraient-ils des informations avant de partir. Dans le pire des cas, il y avait probablement d’autres endroits où rechercher ce qu’ils espéraient trouver. Le port était leur meilleure opportunité, sans l’ombre d’un doute, mais cela ne signifiait pas pour autant qu’ils allaient faire bonne pioche dès leur première tentative. Après tout, une organisation, comme celle qui s’en était prise à Fleya, avait probablement les moyens de se maintenir hors d’atteinte de ceux qui pourraient potentiellement vouloir se venger. Que les rumeurs ne soient pas légion n’étonnait pas réellement le Suli. Néanmoins, n’avoir aucune information, en plusieurs jours, restait un résultat assez difficile à appréhender. Une piste aurait été la bienvenue, mais ils feraient avec. Ce n’était pas comme s’ils avaient le choix, de toute façon. Le Felidae acquiesça doucement quand sa comparse précisa qu’ils verraient son état le lendemain et décideraient alors de ce qu’ils feraient. Il était certes difficile de réellement prédire son état dans les heures à venir, mais le Dévot restait confiant. Les dommages contendants qu’il avait reçus n’étaient pas non plus dramatiques et, s’il ne serait, bien entendu, pas complètement guéri, cela ne l’empêcherait probablement pas de pouvoir se mouvoir suffisamment correctement pour reprendre la route. Même si, pour cela, ils devraient marcher à un rythme plus lent. L’essentiel était de mettre un peu de distance entre le port et ses brigands et eux. En tout cas, c’était une priorité qui semblait essentielle. « Compte sur moi pour être sur pattes, demain. » Ils n’avaient pas le luxe de moisir ici, quoiqu’elle puisse en penser. Et Zakaerii n’allait pas les mettre en danger pour de simples côtes fêlées. Après tout, il n’avait pas de pattes brisées.

Une fois la toilette et le bandage terminés, le Suli remercia la jeune femme pour son aide et se laissa glisser entre les draps et les songes. Son corps avait besoin de récupérer et le sommeil restait le meilleur moyen pour cela. Il avait proposé à la Felidae de rejoindre sa propre chambre pour se reposer également, mais elle avait prétexté qu’elle préférait attendre qu’il s’endorme, s’assurant ainsi de son repos, avant de prendre le sien. S’il avait su qu’elle passerait la nuit à demi-couchée sur son lit, il aurait probablement insisté davantage, mais il n’aurait même pas été certain qu’il ait suffisamment de forces pour cela. Son sommeil fut lourd, très lourd, et sans songes. Il n’entendit bien évidemment pas Fleya lorsque cette dernière se fit réveiller par Shotra et ne vit aucune différence à son absence. Dans des circonstances normales, il aurait même entendu cette dernière chuter dans les escaliers de l’auberge, mais, dans cette situation, il fallait croire que l’ensemble de ses sens étaient déconnectés, son corps aspirant au repos le plus long possible, jusqu’à ce qu’il retrouve suffisamment de forces pour se remettre en marche décemment. Il se réveilla que plus tard, se rendant compte de l’absence de la jeune femme et, surtout, avec l’estomac criant famine. Soulevant les draps, il détailla avec soin l’ensemble des blessures qui parcouraient principalement le haut de son corps. Son torse lui faisait toujours mal lors de ses respirations, mais la clef était de ne pas inspirer trop profondément et le bandage suffisamment serré suffirait à maintenir ses côtes en place. Il avait probablement une tête à faire peur, mais ses blessures au visage n’étaient pas importantes. Son pelage recouvrait probablement les plaies qui, nettoyaient étaient presque invisibles. Plus que la douleur, qui restait cependant supportable.

En douceur, il quitta le lit, non sans grimacer en se redressant. Marcher restait dans le domaine du possible, même si la course à pieds ne serait pas pour aujourd’hui, ni demain probablement. Au moins pourraient-ils quitter le port sans trop de problèmes. Prenant le temps de se remettre ses vêtements et de préparer ses affaires – ce qui se fit assez lentement, puisqu’il était difficile de se baisser – il finit par sortir de sa chambre. Il frappa à la porte de la chambre de la Felidae, sans obtenir de réponse. Il en conclut qu’elle était probablement sortie, comme cela avait été convenu quelques heures plus tôt. Il descendit les escaliers, très lentement, sous les yeux surpris de quelques clients et du tenancier, qui remarqua cependant ses bandages et vint l’aider à prendre place à une table. « Vous n’avez pas l’air en forme. » Le Suli acquiesça. « J’ai été pris à parti par quelques voyous. Ca ira mieux demain. » Bien entendu, l’aubergiste n’était pas dupe, d’autant qu’un grand gaillard comme lui devait être difficile à mettre à terre. Mais il connaissait la vermine qui courrait dans le port, aussi il en conclut que son client avait dû froisser les mauvaises personnes. Il le laissa cependant seul, après lui avoir apporté un petit déjeuner copieux, conscient qu’il devait avoir besoin de reprendre des forces. Tandis qu’il déjeunait, Zakaerii entendit un cri provenant de l’extérieur. Pensant reconnaître la personne à qui il appartenait, il se leva, bien trop vite, ce qui lui arracha un rictus de douleur, et sortit sur le pas de la porte de l’auberge pour distinguer, un peu plus loin, Fleya, en proie avec un filet et plusieurs gaillards menaçant. Apparemment, il était trop tard pour éviter les bandits… Soupirant pour lui-même, conscient qu’il ne pouvait attendre que la foule lève le petit doigt pour la sauver de ce mauvais pas, le Dévot ferma les yeux et commença à puiser au plus profond de sa Foi, les forces nécessaires pour aider à secourir la jeune femme. Ses blessures l’handicaperait, mais au moins ne subirait-il pas trop leur douleur, tant que l’effet durerait. Il restait à espérer que lorsque celui-ci s’estomperait, il serait encore en état. Lorsqu’il rouvrit les yeux, l’Once était à nouveau nimbée d’une aura rouge et son regard était plus déterminé que jamais. Sans crier gare, il se mit à courir vers la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Lun 1 Juin 2015 - 9:24

Comme si ses talents d'attaquant et de défenseur n'étaient pas suffisants, Shotra se révéla être également une véritable plaie ! En attaquant depuis les ombres du sol dans lesquelles il se fondait, il avait déjà tordu au moins une cheville de la plupart des hommes présents ! Ces derniers entravés dans leur mouvement pestaenit et vociféraient en cherchant d'où venait la menace, tandis que les autres tentaient de pouvoir s'emparer de la jeune Felidae.... Malheureusement les mailles du filet ne permettaient pas de l'empêcher de sortir ses griffes. Et l'opération se trouva d'autant plus délicate qu'elle avait également des crocs. L'un des bandits en découvrit d'ailleurs la douloureuse existence, des trous béants trônant à présent sur sa main. Il y avait des râles, des jurons et des cris. Et parmi la cohue ambiante, une boule de poils à l'aura rouge et à l'animosité certaine, venait ni plus ni moins de les charger sans la moindre once de délicatesse ni de pitié. L'effet de surprise aidant, trois hommes furent éjectés un peu plus loin, lors de la collision avec ce qui était tout de même une montagne de muscles et de poils. Même blessé, sa force et sa stature lui donnaient un certain "poids" dans les combats.... Au point que l'un des malfaiteurs fut littéralement assommé sur place en prenant un méchant coup à la tête de la part de Zakaerii. Le désavantage d'avoir été le premier à rentrer en "contacte" avec lui....

Pour les malfrats, la situation devenait critique. Il devait normalement s'agir d'un enlèvement rapide et discret, et là ça devenait tout le contraire ! Non seulement il y avait de la résistance, mais en plus l'autre félin avait débarqué, et pour finir, le démon qu'ils croyaient absent leur jouaiet des mauvais tours de on ne savait où. Il fallait réagir et vite ! Ils laissèrent de côté la tigresse coincée dans son filet, pour s'occuper de l'once. Mais une fois encore Shotra décida de les enquiquiner en les faisant chuter, trébucher toujours à couvert des ombres. Il s'arrangeait pour de sortir qu'un bout de bras ou de main en guise de petite bute d'ombre. Ce qui s'avéra suffisant pour les déstabiliser. Mais ils étaient tout de même nombreux et Fleya devina sans peine qu'au vue de l'état de Zakaerii la situation risquait de tourner au drame pour lui. Qu'à cela ne tienne, la féline se mit à rouler comme un tonneau, utilisant l'élan de son corps pour se faire, et elle déboula ainsi dans les jambes des ennemis, qui chutèrent de nouveau comme des quilles. Zakaerii avait profité de la situation pour mettre hors d'état de nuire un autre des six hommes.

Les quatre autres s'étaient déjà relevés, et après avoir asséné une paire de coups de pieds bien sentis dans la tigresse, ils se tournèrent vers Zakaerii.... Avant que l'intervention d'un coup de poêle à frire magistrale et retentissant, ne vienne interrompre tout le monde ! Un troisième bandits s'effondra assommé sur le sol, sous le coup vengeur du poêlon.


Vous allez les laisser tranquille oui ?! Bandits ! Voyous ! Disparaissez !

Un quatrième malfrat commença à se protéger des coups de poêle n'osant plus trop répliquer, ni attaquer et pour cause.... Ils étaient cernés ! Le temps qu'ils se battent, la foule avait eu le temps de rappliquer. Et la vaillante guerrière à la poêle n'était autre que la serveuse de l'auberge. Derrière elle, le tenancier était là, un gourdin en main, prêt à pacifier les gredins. Les bagarre d'hommes ivres poussaient le personnel à avoir du répondant dans certaines situations. Cette fois c'était cuit ! Le replis stratégique s'imposa dans les esprits des agresseurs qui commencèrent alors à se débiner. Mais la chance les avait définitivement quitté, car la milice attirée par l'attroupement hors zone commerciale, leur barrait tout retraite sans se poser de question. Quand des hommes essayaient de fuir, c'était qu'ils avaient quelque chose à se reprocher, et la vision d'une féline sous un filet les confortait dans leur choix. De toute manière ils auraient tout loisir de poser des questions après. Et pour les trois hommes déjà à terre, ils n'auraient qu'à les cueillir. Tandis que le tavernier alla plaider au chef de la cargaison la cause des Felidae, la serveuse et Zakaerii essayaient de démêler la pauvre tigresse de son filet. Car en roulant vers ses assaillant dans sa tentative désespérée, elle s'était complètement entravée !

Vous allez bien mon brave homme ? Rien de cassé ? Et vous ma bonne dame ?

Fleya répondit par un gémissement félin plaintif. La douleur que les coups de pieds donnés était lancinante, mais pas insurmontable. C'était surtout ce filet qui l'entravait plus que de raison qui commençait à la rendre folle. Avec l'aide d'un milicien, le filet céda sous l'acharnement des trois bonnes âmes. Fleya se releva un peu étourdie. Plus de peur que de mal. Le chef de la milice vint demander rapidement à Fleya comment tout s'était déroulé. Une fois son témoignage recueillis, il embarqua ce qui était un joli coup de filet vers les geôles les plus proches. Les coupes-jarrets avaient bien essayés de dire que la jeune tigresse était un monstre, qui en invoquait d'autres. Mais leur positions de malfrat, conjugué à la bouille de chaton de Fleya leur avait définitivement proscrit toute crédibilité. Surtout que l'histoire n'était pas forcément la plus plausible qu'il soit. Une Suli monstre qui invoquait des démons, ce n'était pas courant. Retour à l'auberge Pour les deux compagnons. Fleya boitant encore un peu en raison d'une hanche malmenée par ses agresseurs, elle fut soulagée se s'assoir à une table. Elle s'épousseta pour retirer un peu la poussière de son pelage et de ses vêtements.

-Ils ont été plus rapide que je croyais....

Lâcha-t-elle tout bas à son ami. Elle sortit alors l'onguent d'arnica et le posa sur la table face à son compagnon.

-J'ai trouvé ça pour toi chez un apothicaire.... Il m'a dit que c'était efficace pour soigner et soulager les coups reçus.... Je ne pensais pas qu'on en aurait eu autant besoin..
..

Fleya se sentait mal à l'aise. Elle avait contraint son ami à passer outre ses limites pour la sortir de ce mauvais pas et elle craignait d'avoir aggravé son état. Toute penaude et embêtée, elle lui bredouilla.

-Désolée de m'être fait prendre.... J'aurais préféré que tu te reposes.... Et merci...

Elle se commanda de quoi manger également n'ayant rien dans le ventre depuis le midi de la veille. Et tandis qu'elle se remettait de ses émotions devant une bonne assiette, elle lui fit également part de ses découvertes chez ce fameux Hans Zaplaste. Le tout en baissant le ton pour en pas attirer les oreilles indiscrètes. Lui raconter sa trouvaille lui rendit un peu de baume au cœur.

-Nous savons maintenant où nous rendre pour poursuivre notre enquête. On partira dès que possible et en fonction de comment tu te sens. Je ne sais pas quelle distance nous sépare de Varak, mais ça risque d'être long. Et on ne sait pas ce que ce voyage nous réserve. Il vaudra mieux être en forme. Qu'en penses-tu ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 4 Juin 2015 - 11:48

La douleur était moins présente, mais néanmoins pas absente. Le Suli était pourtant suffisamment endurant pour pouvoir supporter cela pendant quelques minutes. Il fallait simplement faire en sorte que le combat ne s’éternise pas trop longtemps. A vrai dire, les malfrats n’avaient pas l’air extrêmement menaçant, mais leur nombre jouait forcément en leur faveur, sans compter que Fleya était clouée au sol, empêtrée dans un filet dont elle n’arrivait pas à s’extraire. Tandis qu’il courait vers la scène, le Felidae remarqua cependant qu’elle n’était pas sans défense, son protecteur d’ombre veillant à faire le maximum de dommages sans pourtant se montrer au point de se révéler à tous ceux qui pourraient regarder la scène se dérouler sous leurs yeux. Sans se soucier davantage de celle qu’il accompagnait, compte-tenu que son ange gardien veillait déjà sur elle, l’Once se jeta dans la mêlée, ne cherchant pas réellement à ménager ses adversaires, préférant en finir au plus vite, conscient que son propre corps ne tiendrait pas la distance. Il devait y aller fort, vite, sans hésitation. Sans quoi, il serait possible qu’ils se retrouvent tous les deux à bouts de force, avec toujours des bandits sur le dos. Le scénario désagréable. Shotra pouvait probablement les sortir de là, mais se révéler à tout le monde ne serait pas une bonne idée, car, dans cette hypothèse, l’ensemble des badauds pourraient se retourner contre eux sans crier gare. Sans l’ombre d’un doute, les démonistes n’étaient pas les bienvenus par ici. La peur était mauvaise conseillère, mais l’on ne pouvait pas non plus ne pas les comprendre. Tandis qu’il mettait hors d’état de nuire l’un de ses adversaires, le Dévot fut surpris de voir plusieurs de leurs assaillants tomber au sol, avant de réaliser que la Suli se trouvait là, empêtrée dans son filet, à leurs pieds. C’était probablement elle qui avait improvisé une partie de jeu de quilles, plutôt réussie.

Malheureusement, la situation ne tournait pas à leur avantage, sans compter que Zakaerii commençait à respirer fortement, la douleur dans sa poitrine provenant de ses côtes fêlées, devenant de plus en plus difficile à mettre de côté. Néanmoins, il était hors de question d’abandonner. S’il devait mettre genou à terre, cela devrait être le fait de ses adversaires, et non de ses propres douleurs. Toutefois, ils n’eurent pas besoin d’aller jusque-là. Etonnement, la foule se décida à agir, ou, plus exactement, les tenanciers de l’auberge, probablement surpris de voir le Felidae décamper de leur salle, avaient décidé d’intervenir à leur avantage. Stoïque, l’Once observa les bandits tenter de prendre finalement la fuite avant d’être cueillis par les miliciens qui venaient d’arriver sur place. Voyant qu’il n’avait plus besoin de montrer les crocs, le Dévot laissa filer l’énergie divine, l’aura se dissipant, laissant place à une douleur sourde, beaucoup plus fortes. Son corps n’avait pas beaucoup apprécié l’effort, mais il s’en remettrait. Il alla à la rencontre de Fleya, qui commençait à remuer avec vigueur dans son filet, probablement folle de ne pas arriver à s’en extraire. Il esquissa un léger sourire à la tenancière qui était venue s’enquérir de leurs états à tous les deux et ils s’évertuèrent à défaire les mailles du filet pour enfin réussir à libérer la Suli que son compagnon aida à se relever. Avec le support de la foule, ils n’eurent pas à s’inquiéter de la milice et purent regagner l’auberge, bras dessus bras dessous, non vraiment par complicité, mais plus parce qu’il était difficile pour eux de tenir debout sans serrer les dents. Ils n’étaient pas en bonne forme, mais au moins ils étaient sains et saufs, ou presque. Se laissant tomber lui aussi sur une chaise, il poussa un long soupir. Une chose était certaine, ils ne pourraient pas rester longtemps ici.

« Ils réfléchiront à deux fois avant de recommencer, je pense. » Il commentait la première remarque de la jeune femme, mais il était assez d’accord, il ne s’était pas attendu à une réponse aussi rapide. Il observa le pot qu’elle posa sur la table, à côté du reste du déjeuner de l’Once. Il esquissa un sourire à sa remarque. Il était certain que le baume allait être mis à bon usage lorsqu’ils retourneraient dans leurs chambres. Il but une gorgée de sa chope de lait avant de croiser le regard de la Felidae tandis qu’elle lui présentait ses excuses. « Ce n’est pas de ta faute. Et, je n’allais pas te laisser seule, je te dois bien ça. » La voix de Zakaerii était étrangement calme, mais il semblait déjà apaisé, comme s’il n’avait pas convaincu. Cependant, son corps entier ressentait ses douleurs, mais il n’en montrait rien. Il finirait son repas et se reposerait de nouveau, mettant son corps et ses muscles au repos pour quelques heures. Néanmoins, la matinée avait été productive et le Dévot était content d’apprendre que Fleya n’était pas revenue les mains vides de sa petite expédition. « Nous ne pouvons vraiment nous permettre de rester trop longtemps, malheureusement. Compte-tenu de la distance, et de notre état, nous devrions peut-être nous renseigner pour trouver un bateau à destination de Varak. La route est longue et, au moins, cela nous permettrait de nous reposer sans avoir à rester ici trop longtemps. » Néanmoins, restait la question de savoir s’ils trouveraient rapidement un navire en partance de la capitale du Royaume du Varakir. Cela ne serait sans doute pas très compliqué, mais le prix des places ne serait probablement pas gratuit, sans compter qu’il fallait également se méfier de profiteurs. « Par contre, peut-être que l’on devrait voir avec l’aubergiste s’il ne connaitrait pas quelqu’un. Je ne suis pas sûr que nous pouvons nous permettre de vadrouiller dans le port. Je ne pense pas que les bandits reviendront très vite, mais ils nous ont déjà surpris une fois, tâchons d’éviter que cela ne recommence. » Il esquissa un sourire et mordit dans une tartine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 7 Juin 2015 - 9:23

Fleya acquiesça aux propos de son ami. Même si le coup de filet allait calmer les bandits, elle ne pouvait pas oublier que cela pouvait aussi les faire paniquer et les conduire à faire des tentatives dangereusement désespérées. Ils n'avaient pas le choix, ils devaient se hâter. Et pourtant la tigresse n'aurait pas dit non à une sieste, qui lui semblait aussi délicieuse que l'assiette qu'elle dégustait. Mais cela devrait attendre. Elle termina son assiette et profita du retour de l'aubergiste, qui aidait la serveuse à s'occuper des clients.

Alors, ça allait ? Vous devez vous sentir mieux le ventre rempli après toutes ces émotions.

-Oui merci. Mais dites moi, est-ce que vous savez s'il y a des navires en partance pour Varakir ? Nous aimerions pouvoir prendre le large assez vite pour pouvoir oublier au plus vite toute cette histoire.

Mmmm laissez moi réfléchir.... Bien sûr ! Ce bon vieux Capitaine Karbock assure des voyages pour les marchands en direction de Varakir ! Je crois même que c'est lui qui propose les principales navettes entre Bélin et là-bas..... Je suis sûr que son Navire est encore là. Vous ne pourrez pas le louper, le Karaboudjan est un bâtiment assez grand avec une coque de bois noir. Vous devriez trouver le capitaine et lui demander quand il compte lever l'ancre. Mais à mon humble avis cela ne saurait tarder. Dites lui que c'est ce vieux Chester qui vous envoie, il sera peut-être un peu moins bourru ! Vous ne pourrez pas le louper avec sa casquette et sa barbe noire.

Fleya remercia l'aubergiste tout en lui réglant le repas, et les deux félins s'enquérir de trouver le fameux Capitaine Karbock. En se rendant directement au port, ils ne laisseraient pas le temps à leurs opposants de pouvoir organiser une réplique. L'air frais marin fis du bien à la jeune tigresse, ce qui lui permit de se ravigoter un peu. L'activité du port leur offrait par ailleurs une certaine sécurité. Si les voyous pouvaient toujours opérer furtivement pour commettre des larcins, une bande ne pourrait pas se réunir en pleine foule pour faire du grabuge. Entre deux "il est frais mon poisson !" et autres "engagez-vous pour les voyages et l'aventure, devenez matelot d'un fier bâtiment" Fleya scrutait les navires amarrés aux bittes. Il y en avait de toutes tailles, de différentes couleurs, et le spectacle était assez sympathique aux yeux de la féline. Après une bonne heure à tourner dans le port, un grand navire à la coque de bois sombre se dessina à la vue des deux compères. Sur le devant, peint en blanc, le nom Karaboudjan trônait fièrement. Fleya désigna sa trouvaille  à son ami, bien qu'il avait surement dû le voir lui aussi. Ils se rapprochèrent du navire.

-Bien ! On a trouvé le Karaboudjan, maintenant il faudrait se renseigner sur le prix d'un voyage.... Où est le capitai....

MILLE MILLIONS DE MILLE SABORDS !!!!

Sous la surprise, Fleya fit un grand bond pour se réfugier derrière Zakaerii. Le pelage légèrement ébouriffé, elle sortit une tête timide pour voir d'où venait cette éclat de voix gutturale et tonitruant. Elle découvrit alors un grand bonhomme, aussi musclé que les marins pouvaient l'être, flanqué d'une casquette aussi noire que sa barbe. Il portait un pull marin bleu et un pantalon de toile noire. Et surtout.... Il avait l'air enragé comme un diable sortit de l'Outre-Monde. Il gesticulait dans tous les sens tandis que ce qui semblait être son équipage, s'enfuyait à toutes jambes ! La Suli observa la scène avec de grand yeux ronds.

REVENEZ ICI ! TRAITRES ! CRÈME D'EMPLÂTRE A LA GRAISSE D'HÉRISSON ! BOUGRE DE FAUX JETONS A LA SAUCE TARTARE !

La Felidae resta comme deux ronds de flan, se demandant si elle devait éclater de rire ou craindre ce curieux capitaine qui hurlait et vociférait contre ses matelots pour une obscure raison. Prenant le parti d'attendre qu'il se calme un peu, Fleya s'approcha du vieux loup de mer lorsqu'il n'eut plus d'insultes à maugréer entre ses deux. Sa peau n'était plus rouge cramoisi, il semblait donc être calmé, mais la féline espérait que cela signifiait qu'il était enclin à la discussion.

-Hem... E...Excusez moi... Bonjour ?

Le bourru capitaine se retourna, toujours l'air renfrogné. Lorsqu'il découvrit la frimousse d'une jeune féline en fleur, il tâcha de se contenir un peu. Il avait un fichu caractère, mais on ne traitait pas les femmes comme on traitait ses hommes. Encore moins ce qui lui semblait être une bien jeune fille. Faisant un effort pour être un tant soit peu civilisé, il attendit qu'elle lui dise ce qu'elle voulait. Son regard se posa également sur Zakaerii. Il n'était absolument pas choqué, ni même surpris par la présence des deux Felidae. Il était de ces voyageurs qui avaient suffisamment roulés leur bosse pour ne plus s'encombrer des distinctions raciales.

-Vous êtes bien le Capitaine Karbock ?

C'est exacte ma petite dame. Et que puis-je pour vous ?

-Chester nous a conseillé de venir vous trouver. Nous voudrions savoir sous quel prix il était possible de voyager jusqu'à Varak à bord de votre navire et quand vous seriez prêt à partir....

Ce bon vieux Chester ne vous a pas menti ! Mais mon petit chat ce n'est pas demain la veille ! Figurez-vous qu'il était prévu de lever l'ancre cet après-midi, mais ces bons à rien de fainéants qui me servent de matelots n'ont rien fais de leur tâche ! RIEN ! Donnez leur une permission, et plus rien ne va ! Les misérables vauriens !

-Il y a tant à faire que cela ?

Même pas ! Il suffisait simplement de combler quelques brèches et nous pouvions lever l'ancre ! Mais je suis certains que ces foies jaunes ont peur des rats !

-Des marins qui ont peur des rats ?

Risible hein ? Et pourtant vrai ! Ces sales bestioles dévorent tout ! Depuis quelques mois, elles sont devenues énormes au point qu'elles attaquent mes gars. Si ces pochtrons valent quelque chose en mer, ce sont de bien piètres ratiers.... Lors des escales, je leur laisse le temps de chasser cette vermine, mais ils se plaignent des morsures et se défilent à leur devoir ! Je vais devoir aller débusquer ces poules mouillées, les forcer à chasser les rats, et encore attendre qu'ils comblent les brèches.... Autant dire que je ne sais pas quand on va partir ! Et c'est mauvais pour mes affaires ! GRRRRR !

La féline jeta un regard à son compagnon. C'était peut-être là une bonne opportunité. Alors que le capitaine aller se mettre en route de ses hommes, elle l'interpella.

-Nous pourrions peut-être vous aider !

Vous ?

-Oui ! Si nous nous y mettons à trois, nous avons peut-être encore une chance de partir aujourd'hui. Vous vous chargez de retrouver vos hommes, et pendant ce temps nous nous occuperons de chasser les rats et de combler les brèches.

Vous feriez ça ?

Karbock hésita à confier cette besogne à une femme.... Mais elle était une tigresse.... Un gros chat contre de gros rats, c'était une combinaison qui lui semblait prometteuse. Et en plus il y avait un homme avec elle. Sans compter que ça lui permettrait d'éviter le retard.... Le vieux loup de mer finit par sourire et même par rire.

HA HA HA ! Ma foi pourquoi pas ! Si vous réussissez à me débarrasser de ces rongeurs sournois et à colmater suffisamment de brèches pour que nous puissions lever l'ancre avant ce soir, je vous offre la traversée à tous les deux ! Mais faites attention, ces bêtes sont vicieuses et hargneuses.

Le bourru capitaine s'éloigna pour partir à la pêche à ses hommes, indiquant au préalable aux deux Sulis où trouver l'enduit et les outils pour l'appliquer. Fleya souriait contente de cette arrangement. Surtout que le navire étant quasiment vide à l'exception du second qui le surveillait, elle pourrait avoir l'aide de Shotra. Mais fallait-il encore s'acquitter de leur part du marché.... Et tandis qu'ils avaient grimpé à bord, un rat monstrueux passa juste sous les pattes des deux félins, visiblement pas effrayé le moins du monde. Il allait y avoir du boulot, car l'odeur de rongeur était incroyablement poignante.... Le navire devait être infesté !


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Lun 15 Juin 2015 - 11:05


Prendre la mer… Voilà une opportunité qui semblait prometteuse. Zakaerii avait déjà emprunté les navires, mais seulement pour remonter ou descendre un fleuve, sans jamais aller jusqu’à réellement naviguer sur un océan. On ne pouvait pas dire qu’il redoutait cette expérience, bien au contraire, mais il ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine excitation à ce sujet. Néanmoins, les trajets côtiers n’étaient pas donnés et à moins de trouver un capitaine accommodant, ils auraient surement déjà fort à faire pour s’arroger une place sur l’un des navires à disposition. Cependant, leurs options étaient fortement limitées. Ils pouvaient certes reprendre leur route par voie terrestre, mais c’était là s’exposer trop facilement à des représailles de la part des brigands. Et, s’ils avaient réussi à leur échapper grâce à la bonne âme des tenanciers de l’auberge, cela ne serait surement pas le cas au beau milieu de nulle part. Prendre la mer réduisait les possibilités en termes de destinations et donnait des informations à leurs éventuels poursuivants, mais à moins que ces derniers n’embarquent sur le même navire, il y avait peu de chances pour qu’ils aient à faire face à des ennuis durant la traversée, l’occasion rêvée pour se reposer et laisser aux blessures de l’Once suffisamment de temps pour récupérer. C’était probablement leur meilleur choix, sans l’ombre d’un doute, mais cela ne signifiait pas pour autant qu’ils étaient en mesure de le mettre en application. Tout cela dépendait encore de beaucoup trop de conditions comme la présence d’un navire faisant le trajet souhaité, acceptant de prendre des passagers, pour un prix raisonnable… Qui plus est, même s’ils savaient se défendre, mieux valait pouvoir avoir un minimum de confiance envers l’équipage pour éviter de finir enchainé à fond de cale dès la première nuit. Les rumeurs affirmaient que les Sulis faisaient de bons esclaves, qu’ils le veuillent ou non.

Après avoir terminé leur repas, et suivant les indications de l’aubergiste, ils prirent la direction du port. Si effectivement le capitaine qu’on leur avait indiqué devait lever l’ancre bientôt, mieux valait ne pas rester à tergiverser pendant dix ans, en prenant ainsi le risque de voir le navire mettre les voiles avant qu’ils n’aient eu la chance de monter à son bord. Le port en lui-même était particulièrement grand, avec un bon nombre de quais, de pierre ou de bois, auxquels étaient amarrés de nombreux navires. Tout en essayant de retrouver le navire à la coque noire qu’ils recherchaient, le Felidaë ne manquait cependant pas d’observer les alentours, à la fois pour observer le spectacle qui s’offrait à eux et s’assurer que personne ne semblait les suivre. Ils ne seraient tranquilles que lorsqu’ils vogueraient au gré des vents, et encore, même là rien n’était encore tout à fait sûr. De multiples odeurs agressaient littéralement son odorat, qui, malgré tout, parvenait à les différencier, le faisant jeter un regard aux étals de poissons frais ou vers les étals de viande séchée. Il y avait aussi quelques personnes dont l’hygiène corporelle semblait légèrement déficiente, mais, fort heureusement, ce n’était pas l’odeur dominante dans les environs. Après quelques dizaines de minutes de pérégrinations portuaires, ils finirent par trouver le fameux navire à coque noire. Il était assez impressionnant, il fallait l’admettre. En tout cas, il était bien plus grand que les bateaux fluviaux qu’avait pu emprunter le Suli jusqu’à maintenant, mais si ce dernier devait braver l’océan, c’était un peu normal. Ils n’eurent pas à chercher le capitaine très longtemps, ce dernier se faisant entendre de loin. Zakaerii s’amusa de la réaction de sa compagne de route face au cri bourru de l’homme de mer. Il fallait admettre que son entrée en scène avait été particulièrement théâtrale.

Apparemment, ce dernier semblait en vouloir à son équipage sans réellement détailler les raisons de son énervement, mais, apparemment, cela semblait ne pas déranger la Felidae qui profita d’une accalmie pour engager la discussion avec le dénommé Karbock. Apparemment, leur billet serait au prix d’une dératisation et de quelques réparations de base. La négociation était plutôt raisonnable, L’Once laissa le capitaine partir et jeta un regard à sa compagne d’aventure. « Je vois que tu possèdes des talents de négociation. » Il esquissa un sourire et se dirigea vers l’entrée de la cale. « Espérons que nous arrivions à nous débarrasser de ces rats, ils n’ont pas l’air d’être petits. » L’odeur des rongeurs était relativement forte, surtout une fois à l’intérieur des entrailles du navire. Ces derniers devaient s’être fait une place de choix, à croire que la dernière dératisation avait eu lieu il y avait bien trop longtemps. « Comment veux-tu t’organiser ? J’avoue que je ne suis pas véritablement expert en chasse au rat. » Sa voix était légèrement teintée d’une pointe d’amusement, mais, au fond, il n’avait réellement aucune idée de comment ils pourraient s’y prendre. Leur courir après un par un ne semblait pas une bonne idée. Peut-être en les enfumant ? Cependant, il faudrait ensuite se débarrasser de la fumée. En ouvrant les écoutilles alors ? « On pourrait peut-être les enfumer depuis le fond de la cale et les laisser partir d’eux-mêmes, mais je ne sais pas ce que ça vaut, et il faudrait être sûr de pouvoir se débarrasser de la fumée ensuite. » Sans compter qu’il faudrait faire attention à ne pas mettre feu au navire, le capitaine n’apprécierait surement pas de voir un tas de bois flottant à la place de son navire à son retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 21 Juin 2015 - 7:49

-Juste un magnifique et retentissant coup de chance mon bon Zakaerii... Rien que de la chance.... C'était du quitte ou double. Et à vrai dire je n'y croyais pas trop, j'étais sûre qu'il allait refuser.... Mais heureusement non ! La chance nous sourit profitons-en !

La féline emboîta le pas de son compagnon et fut elle aussi frappée par l'odeur à peine soutenable des rats qui avaient envahi le navire. Lorsque le représentant des rongeurs vint leur faire un petit coucou en dévalant devant eux Fleya pu constater à quel point ils étaient gros. Mais elle les trouvait moins rapide que les rats habituels, bien qu'ils demeuraient tout de même très vif. Zakaerii s'interrogea sur la manière à suivre pour parvenir au mieux à leur mission. Et lorsqu'il lui avoua ne pas être un expert en dératisation, sa compagne d'aventure le regarda surprise. Bon ce n'était peut-être pas son domaine d'expertise suprême pour elle non plus, mais les rats étaient parmi les premiers animaux qu'elle avait appris à chasser. Et aussi parmi les plus délicats. Car ces bestioles savaient se montrer particulièrement vicieuses lorsqu'on ne les connaissait pas. Et il n'avait pas paru surprenant à Fleya que l'équipage se fasse mordre. Ils avançaient un peu plus loin sur le pont du navire alors que Zakaerii proposait d'enfumer les rats, dont la tigresse devinait la présence un peu partout. Elle afficha un large sourire enjoué avant de répondre amusée.

-Mais quelle bonne id....


Vrrrrrr !

Shotra poussa un grognement sourd laissant ses yeux fumants apparaître sur le sol, via l'ombre de sa maîtresse, pour lui adresser un regard hautement désapprobateur. Il n'était pas du tout d'accord ! Car comme l'avait souligné Zakaerii, faire un feu sur un bateau en bois était pour lui une très mauvaise idée.... Surtout lorsque l'une des personnes chargée de faire cette opération délicate était Fleya ! Autant laisser un enfant en bas âge jouer avec des boîtes d'allumettes dans une usine de souffre à son sens ! Tout penaude, Fleya se ravisa donc et balbutia, tandis que Shotra disparaissait de nouveau.

-Bon et bien on va trouver autre chose alors....

La féline réfléchit. Chasser les rats un par un n'était pas impossible non plus, surtout à plusieurs, mais cela leur demanderait beaucoup de temps, surtout qu'après il leur faudrait encore réparer le bateau. Elle maugréait. La fumée au moins les aurait fait fuir ! Et ce fut en pensant à cette fuite que son cerveau se mit en route. Dans le monde animal, l'un des mouvements le plus communicatif était celui de la panique. Dans l'absolu, s'ils parvenaient à affoler suffisamment les rongeurs pour les faire paniquer, ils fuiraient d'eux-mêmes le navire en se jetant par dessus bord. Après tout les rats étaient bon nageur, et n'hésiter pas à se jeter à l'eau face au péril. Elle avait à présent la manière d'agir en poche, il fallait maintenant trouver le procédé. Elle se doutait que les rats devaient se dissimuler le plus dans les cales, qui leur offraient de nombreuses cachettes. Et c'était là que Shotra allait être utile. Lui qui pouvait surgir de n'importe où sans crier gare, il pourrait tout à fait se glisser dans les coins et recoins et bondir comme un diable hors de sa boîte. Les félins n'auraient qu'à pousser des grognements et rugissements en chassant et surtout en repoussant les rats vers le pont. En les délogeant et en les chassant ouvertement, ils parviendraient à créer leur mouvement de panique. Les autres rats suivraient le groupe affolés de base, comme ils le faisaient face un danger imminent qui les ciblaient un groupe et non un individu. Fleya se tourna alors vers Zakaerii.

-J'ai une idée qui pourrait peut-être marché. On va se rendre dans les cales, et de là, Shotra surgira à plusieurs endroits en tuant les rats les plus proches pour les faire sortir de leur planque. Ensuite nous on les accueillera à l'arrivée pour les effrayer et les repousser sur le pont, pour qu'ils quittent le navire en se jetant à l'eau. Il faudra en tuer quelques uns pour bien les paniquer de manière à ce qu'ils ne réfléchissent plus trop, mais surtout bien être à leur trousse pour que la meilleur solution pour eux soit de quitter le navire. Shotra nous suivra pour déloger ceux qui tenteraient de se cacher. On tente ?

Shotra tirait la tronche dans sa cachette d'ombre. Réduit à chasser des rats.... Il se sentait bien bas en cet instant. Lui qui avait un si grand passif de combattant, était à présent un dératiseur d'ombre. Ce n'était pas les âmes de ces rongeurs nuisibles qui allaient lui permettre de lui faire recouvrir sa puissance d'antan ! Enfin, il n'avait pas trop le choix. Fleya elle observait Zakaerii et se mit à réfléchir. Il n'était peut-être pas judicieux de le faire courir et chasser du rat dans tous les sens s'il était encore amoché. Peut-être avait-il envie de se reposer un peu ou du moins de ne pas solliciter trop son corps endoloris. La féline lui demanda alors.

-Tu préfères peut-être lever un peu le pied ? Tu es encore loin d'être rétablit et je ne sais pas si te faire t'agiter de la sorte sera très bon pour ton état.... Si tu veux, Shotra et moi on peut se charger des rats pendant que tu commences à colmater les brèches ? Je pense que ça serait moins physique.... Qu'en penses-tu ? Tu te sens comment ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 25 Juin 2015 - 7:32


La chance souriait aux audacieux, un adage qui, visiblement, semblait avoir tout son sens dans le cas présent. Après tout, il n’y avait eu aucune raison de ne pas tenter de marchander un voyage contre un peu de main-d’œuvre. Il ne restait plus qu’à honorer la promesse qu’ils venaient de faire au capitaine du navire. « Avoir de la chance reste un talent qui n’est pas donné à tout le monde, Fleya. » Sa voix était empreinte d’un léger ton de malice qui se traduisit dans son regard et dans le léger ourlet que formèrent ses lèvres, quelques instants avant qu’il ne semble reprendre son sérieux, visiblement préoccupé par la façon de procéder. Pour être honnête, il n’était pas spécialement convaincu par une idée, mais il avait pensé à la fumée pour provoquer un mouvement de panique parmi les rongeurs, un mouvement également provoqué lorsque le navire se mettait à sombrer, mais il n’était pas question de saborder ce navire-là, sans quoi, ils pouvaient dire littéralement adieu à leur ticket pour Varak. Il devait surement y avoir moyen de trouver quelques herbes vertes qui, une fois passée à la flamme, dégageraient suffisamment de fumée pour déranger les nuisibles, sans aller jusqu’à créer un véritable feu, qui, de toute façon, n’aurait probablement pas généré assez de fumée. Néanmoins, malgré l’enthousiasme de la Felidae, son compagnon d’ombre, lui, ne sembla pas apprécier le subterfuge. Peut-être imaginait-il que c’était trop dangereux. Il y avait bien entendu un risque, mais, pour le Suli, cela aurait pu être suffisamment maîtrisable pour ne pas laisser cela à la chance. Néanmoins, mieux valait abandonner l’idée et trouver mieux. Après tout, ils finiraient bien par dénicher une solution, non ? Dans le cas contraire, ils pouvaient dire adieu à la possibilité de prendre la mer immédiatement et rester au port n’augurait pas nécessairement le meilleur pour eux.

Le silence prit alors place entre les deux Sulis le temps de la réflexion. Que faire ? Ils n’allaient quand même pas commencer à les chasser les uns après les autres ! Là, c’était la chasse pendant des heures, sans compter qu’il faudrait se débarrasser des cadavres et que, à l’odeur, il y en aurait une petite quantité ! Non, il fallait trouver autre chose, de plus pratique, de plus efficace, que de simplement courir après les rongeurs et les tuer un par un. Ce fut la jeune femme qui arriva à une conclusion la première. Sans l’interrompre, le Dévot la laissa exposer son idée qui semblait intéressante, même si, au fond, il pouvait imaginer que Shotra aurait peut-être, tout bien réfléchi, préféré la solution qui consistait à faire de la fumée. Néanmoins, l’idée n’était pas idiote pour autant. Faire peur aux rongeurs était la solution qui leur permettrait peut-être d’engendrer un mouvement de panique et ainsi de faire faire le travail à l’instinct de ces petits animaux, qui n’étaient pas le moins doués lorsqu’il s’agissait de survivre. Cela avait de bonnes chances de fonctionner, à supposer que le terrain soit propice pour guider les rongeurs directement vers la sortie et ainsi éviter qu’ils n’aillent se réfugier dans d’autres sections du navire. « Ce n’est pas une mauvaise idée. Mais il faudrait préparer le terrain d’abord. S’arranger pour qu’ils n’aient qu’une seule stratégie de sortie. Et nettoyer et bloquer l’accès aux sections où l’on ne veut pas qu’ils se réfugient. » En clair, il fallait d’abord leur tracer le chemin vers la sortie et, ensuite, les terrifier au plus profond du navire pour les pousser à remonter ce chemin direct vers la sortie où ils pourraient ensuite s’échapper dans le port, probablement au grand désarroi des locaux, mais ça, c’était une autre histoire.

Finalement, le plan risquerait de marcher, même si cela ne serait probablement pas évident de lancer un mouvement de panique parmi les rongeurs. Cependant, l’attention de Fleya fit hausser un sourcil de surprise au Felidaë. C’était gentil de sa part de s’inquiéter, mais s’il n’était pas en mesure de se battre pleinement face un ennemi féroce, il espérait quand même pouvoir tenir tête à quelques rats, fussent-ils gros. « L’onguent que tu as trouvé ce matin est un petit miracle. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis en pleine forme, mais je dois bien être capable de chasser quelques rats. » Il esquissa un petit sourire. « Mais c’est gentil de t’inquiéter pour moi. » Mieux valait ne pas faire trop d’efforts, mais s’ils réussissaient à lever l’ancre avant la nuit, ils auraient l’occasion de se reposer pleinement sans risquer une nouvelle attaque. De là, Zakaerii aurait largement le temps de se remettre de ses blessures, quitte à les malmener encore un peu pour cela. « Je te propose que l’on condamne déjà certaines pièces, en les vidant de leurs occupants à pattes et en s’assurant qu’ils ne puissent y retourner avant de redescendre ici pour leur filer la peur de leur vie. » Joignant le geste à la parole, il déposa les outils pour colmater les brèches sur une des caisses de la cale avant de commencer à remonter. L’idéal était de commencer par le haut, « Par contre, il faudrait trouver des sacs, pour les cadavres, qui, eux, ne courront pas vers la sortie tout seuls… » Parce que si le Suli n’avait pas de mal à s’imaginer chasseur de rats pendant quelques temps, il ne se voyait pas porter des piles de rongeurs morts, parce qu’on ne savait jamais où ces bêtes-là avaient trainé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Lun 29 Juin 2015 - 12:07

-J'espère que ce talent sera constant alors !

Hélas pour elle, il n'y avait rien de plus aléatoire et capricieux que la chance.... Mais pour elle, elle profitait des fruits de cette dernière. Si Shotra était rassuré lorsqu'il vit l'idée des flammes tomber à l'eau, il se maudit et maugréa lorsqu'il entendit la suite. Lui... Un ratier ?! Il ne pouvait s'empêchait de songer au fier fiélon qu'il était jadis. Puissant, craint et respecté. Et maintenant.... Il devait effrayer et chasser des rats en compagnie de gros chat en peluche ! Sa déchéance ne datait pourtant pas d'hier, mais c'était dans ces moments là qu'elle lui semblait la plus difficile à supporter. Il pestait et bouillait dans son coin, et bien qu'il ne pipait pas un mot de son amertume et de sa frustration, Fleya sentit qu'il n'était pas dans son assiette. Pourtant elle demeurait bien incapable de définir les origines de cette tension. Elle devinait bien que l'idée de chasser les rats devaient avoir son rôle, mais cela n'allait pas plus loin. Après tout, elle était bien loin d'imaginer quel passif son gardien d'ombre cachait en son sein. Elle n'eut guère le temps de se creuser davantage les méninges que Zakaerii renchérit sur son idée, lui faisant des remarques tout à fait pertinentes.

-Oui bien vu, cela nous facilitera le travail. Si on peut les empêcher de se disperser ça nous fera un gains de temps considérable.

La féline commença alors à repérer les différentes pièces que comportaient le navire. Fort heureusement, la majorité était munie de portes, plus ou moins hermétiques, pour limiter la progression de l'eau dans les salles les jours de tempête. Les autres demanderaient à ce qu'on les bloques avec des planches de bois le temps de la dératisation. Les planches de secours servant aux réparation d'urgence en pleine mer feraient très bien l'affaire. Et tout en se dirigeant vers les salles à vider, la féline ajouta.


-Je suis contente que l'onguent ait pu te soulager, tu avais l'air si mal en point hier.... Nous chasserons ces rongeurs ensemble, mais ne te force pas si jamais tu sens que ça commence à être délicat.

Shotra manqua de s'étrangler. Elle avait le culot de dire ça à Zakaerii, alors qu'elle était la première inconsciente de leur trio ! A se mettre dans les situations les plus improbables et risquées, dans des conditions souvent critiques ! Il lui aurait bien tirer les oreilles pour se moquer du monde ainsi, mais le pire.... C'était qu'il savait qu'elle ne se rendait même pas compte de sa propre bêtise. L'ombre abyssale lâcha un profond soupir. Les jeunes.... Fleya pénétra dans une première pièce qui semblait être un débarras. Ses oreilles s'agitèrent plusieurs fois, identifiant des petits sons. Il y avait vraiment des rats partout. Elle s'approcha d'un grand sac de lin tissée, Qui contenait des cordages, et des outils pour l'entretien du navire.... Sans crier gare, elle retourna le sac pour le vider de son contenu ! Ils avaient à présent un sac pour y mettre les cadavres de rats.... Elle aurait tout loisir de ranger le chambard occasionné une fois la dératisation terminée. Elle montra sa trouvaille toute fière à Zakaerii, tandis que Shotra glissait sur le sol via les ombres. Il fallait déloger la vermine des salles annexes, et condamner ces dernières pour former un passage unique.

Une fois les deux félins parés, l'ombre commença son œuvre. Il surgissait des ombres, renversant et bousculant tout sur son passage pour déloger les rats. Il tua ceux qui passaient trop près de lui, jetant les dépouilles sous le museaux des autres. Le mobilier étant bousculé, certains de leur confrère massacrés, les rats présents s'enfuir. Les cachettes n'étaient plus, les recoins les plus sombres et escarpés voyant des mains griffues sortirent des ombres, et tuer ce qui pouvait l'être. A cela s'ajoutaient deux monstrueux et énormes gros chats, qui se montraient tout autant malveillants. De quoi faire fuir les rats. A chaque salle débarrassée, les portes étaient fermées, les trous et entrées obstruées. Mais la répétition de cette procédure était une véritable amorce. Zakaerii avait eu une bonne idée de commencer par là, car en repoussant à chaque fois les rats dans leur dernier retranchement, sans leur laisser de répit, les bêtes s'en sentirent harceler. Un harcèlement qui vint renforcer la peur présente chez les rats, et qui facilita grandement à produire l'effet de panique recherché.

Tant et si bien que, lorsque qu'il n'y eu plus que la cale à nettoyer de ses bestioles, les trois compères n'eurent pas besoin de trop se forcer pour faire déguerpir les gros rats. Ce fut une véritable débandade ! Les rats complétements paniqués et confus s'enfuir en empruntant le chemin qu'on leur avait préparé. Et ils se jetèrent sans réfléchir par dessus bord, tombant dans l'eau dans une cacophonie étrange. Mais toujours moins étrange que le spectacle quelque peu surréaliste d'une marée noirâtre de rats énormes, qui fonçaient à l'unissons vers un bain forcé ! Les marins et badauds sur le port s'arrêtèrent même un instant pour observer le spectacle. Bien sûr qu'on avait entendu des grognements bestiaux sur ce navire. Mais de là à voir ce spectacle, c'était tout de même quelque chose. Shotra avait guidé sa maîtresse vers les derniers cadavres de rats. Le sac était bien plein. Si les autres rongeurs avaient eu la vie sauve en nageant vers d'autres horizons, ceux-là iraient nourrir les poissons. Cela leur avait demandé un peu de temps mais à présent le navire était sain.


-Dommage que l'odeur ne soit pas partie avec eux. Enfin, elle est quand même moins forte.

Fleya dégagea les entrées des obstacles disposés pour empêcher les rats de rentrer. Elle rangea également le matériel dans le sac qu'elle avait réquisitionné. Et tout en faisant, elle demanda à Zakaerii.

-Tu te sens comment ? Il nous reste les brèches à colmater, mais je t'avoue que je ne sais pas trop comment m'y prendre.... Je n'ai jamais fait ça de ma vie. Tu sais comment faire toi ?

Elle se mit en quête du matériel nécessaire à leur besogne. Shotra observait sa Felidae faire. Son travail à lui été terminé, et pour le reste, elle se débrouillerait seule. Elle n'avait pas besoin de son aide pour cela. Le Quartier Maître qui surveillait le navire, continuait de regarder incrédule, l'eau dans laquelle les rats s'étaient jetés. Il avait déjà vu ces bestioles mordre les jambes et les bras des matelots. Mais les matelots n'avaient pas de griffes et de crocs.... Ils ne pouvaient pas tuer les rats d'un coup de patte. Et ils ne poussaient pas des rugissements à vous faire froid dans le dos. Et il fallait bien l'avouer, ils n'étaient pas très doués en ce qui concernait la chasse aux rongeurs. Trop lents, trop patauds.... Heureusement que pour le reste, ils étaient vaillants et compétents ! L'homme poussa un soupire de soulagement, et sourit. Le capitaine sera content lorsqu'il retrouvera son bâtiment en état de naviguer. Avec un peu de chance, il sera de bonne humeur lorsqu'ils mettront les voiles.


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 9 Juil 2015 - 11:55


Le Felidaë esquissa un léger sourire. Rares étaient ceux qui pouvaient se targuer d’avoir constamment de la chance. Sans aller jusqu’à compter dessus à chaque occasion, l’essentiel était de savoir prendre certains risques, de la provoquer un peu, comme venait de le faire Fleya. Après tout, pour un peu de chasse aux rongeurs, ils allaient pouvoir avoir une place sur un navire à destination de Varak, ce qui n’était pas rien. Mais, bien entendu, encore fallait-il qu’ils honorent leur part du contrat, même si cela ne serait probablement très compliqué. Après tout, ce n’était pas deux gros chats qui n’allaient pas réussir à chasser des rats de la cale d’un navire. Ou alors, ce serait un beau comble. Néanmoins, un stratagème devait être mis sur pied, ne serait-ce que pour leur faciliter la tâche et ne pas y passer la journée entière. Il ne fallut pas longtemps pour que les Sulis mettent sur pieds quelque chose qui tenait un minimum la route et qui permettrait probablement de mener leur tâche à bien. « Disons, que je m’imaginais mal courir après les rats comme un simple chat. » Après tout, ils étaient un peu plus que des animaux, et même si ces derniers pouvaient faire montre de beaucoup d’intelligence et d’esprit de groupe, il semblait quand même évident qu’ils sauraient s’en sortir encore mieux, à condition, bien entendu, d’y réfléchir un minimum. Toutefois, après quelques instants de réflexion, ils arrivèrent avec un solide plan qui ne nécessitait plus que d’être mis en action. Zakaerii donna un coup de main, ou plutôt de pattes, pour transporter quelques planches de bois qui reposaient à fond de cale, probablement pour les moments où il était nécessaire de procéder à des réparations de fortune. Même s’ils n’allaient pas jouer aux menuisiers ou aux charpentiers, elles seraient fort pratiques pour barricader les accès.

« Je suis plus solide qu’il n’y parait. Et un peu d’exercice ne me fera pas de mal. Mais, je veillerai à ne pas trop en faire, promis. » Il avait dit cela avec légèreté. Ce n’était pas nécessaire de s’apitoyer encore sur les évènements de la veille et, au fond, il était aussi responsable de ce qui lui était arrivé. Il aurait dû être plus précautionneux et faire attention. Se faire enlever par un groupe de bandits, voilà qui ne lui ressemblait pas beaucoup. Mais, malgré tout, ils s’en étaient sortis relativement sains et saufs. Avec le temps, les blessures guériraient rapidement, et quelques ecchymoses n’allaient pas pousser Zakaerii à un repos forcé. Lorsque la jeune femme lui tendit un sac qu’elle venait de subtiliser pour répondre à sa question concernant les cadavres de rats, il esquissa un sourire et approuva du chef. C’était là une très bonne idée. Ils prirent le temps de condamner les différents accès, repoussant les rats sans s’inquiéter davantage de l’endroit où ils iraient se réfugier pour le moment, et, une fois l’ensemble des pièces « nettoyées », il ne restait plus qu’à lancer la grande offensive. Ils déposèrent leurs affaires dans un coin et se préparèrent. Il allait falloir être convainquant et, surtout, assez rapide. Mais, pour être honnête, ce ne fut pas la partie la plus difficile. Alors que Shotra faisait fuir et couiner un bon nombre de ses rongeurs, il suffisait au Dévot de feuler et rugir avec puissance pour continuer à propager la peur parmi les rangs des rats. Au passage, tous ceux suffisamment près pour écoper d’un ou deux coups de griffes n’y échappaient pas, conscient que la vision de cadavres de leurs camarades pousserait les rongeurs à continuer leur fuite. Il était d’ailleurs assez étonnant de voir cette foule de boules de fourrures sombres déguerpir à toute allure, suivant le même mouvement.

Après plusieurs dizaines de minutes, le navire retrouva son calme et, surtout, était finalement débarrassé des rats. La remarque de Fleya fit sourire Zakaerii qui, cependant, ne pouvait s’empêcher d’approuver. « L’odeur fait partie du charme des navires, j’imagine. » C’était sans doute complètement faux, mais, avec le temps, et si les rats ne venaient pas s’installer à nouveau en si grand nombre dans le navire, celui-ci retrouverait probablement une odeur moins chargée en urine de rongeur. Cependant, à la question sur le colmatage, le Suli resta perplexe quelques instants. A vrai dire, il n’avait jamais assisté à ce genre de réparation, mais le Quartier-Maître saurait surement les aiguiller. Il s’approcha du sac contenant les cadavres des rongeurs qui n’avaient pas eu la chance de s’enfuir, le ferma de ses pattes et le jeta sur son dos. « Remontons le sac sur le pont pour le vider, nous en profiterons pour demander au Quartier-Maître s’il n’a pas quelques instructions à nous donner pour cette partie. Ce n’est pas la première fois que je mets les pieds sur un navire mais ce sera la première fois que j’en rafistole un. » Dans le doute, rien ne coûtait de demander quelques conseils, voire de l’aide. Le Felidaë doutait du fait que le Quartier-Maître allait les aider à effectuer la besogne, mais il aurait surement une idée de comment faire pour que le travail soit bien fait. Dans le cas contraire, ils pourraient toujours attendre le retour du Capitaine et s’atteler ensuite aux réparations avec les membres de l’équipage. Après tout, ils s’étaient occupés du problème le plus important, pour le reste, mieux valait laissait faire des professionnels pour ne pas se retrouver avec des fuites d’eau pendant le trajet, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 19 Juil 2015 - 12:04

La jeune féline fut soulagée de voir que leur plan avait marché. Ils avaient à présent tout leur temps pour colmater les brèches des navires. Mais la tâche s'annonça moins rapidement conclue que ne l'avait espérait la Felidae. En effet, ni elle, ni Zakaerii, n'avaient jamais réparé de navire. Elle qui espérait que la partie soit facile, rien n'était plus sûr à présent. Néanmoins son compagnon de voyage et de galère, avait proposé la judicieuse idée de demander des instructions au quartier maître. Car si l'Once pouvait se targuer d'avoir déjà mis le pied sur un navire, ce n'était pas le cas de la Suli, qui elle n'avait jamais connu le monde marin qu'à travers les ports.... Mais cela, la féline le garda bien pour elle. Elle n'avait pas envie de passer pour une sotte. Elle acquiesça donc son comparse et tous deux montèrent à la rencontre du Quartier Maître. Ce dernier observait abasourdi l'endroit du pont d'où les rats avaient sauté pour s'enfuir. Il savait qu'il y avait souvent de véritable invasion sur le bâtiment, mais assister à la fuite de tout ce qui y voyageait clandestinement, c'était quelque chose. Il observa le gros sac rempli des cadavres des rongeurs les plus malchanceux, qui allaient voir leur dépouille être portée en mer, tandis que Fleya venait à son encontre.

-Excusez-moi, on en a finit avec les rats mais pour la suite on aurait besoin de votre aide...


De mon aide ?

-Oui, on nous a demandé de colmater les brèches le temps que le capitaine revienne avec ses matelots mais.... On ne sait pas trop comment bien faire ça.

Bah c'est pas bien dur, la plupart des brèches sont bénignes, vous n'avez qu'à appliquer l'enduit avec les outils de manière à ce que ça bouche bien tout le trou, et que ça ne fasse pas une différence de niveau avec le bois autour. Pour les plus grosses brèches, laissez les aux gars quand le capitaine les aura ramené. Attention ça sèche vite.

-D'accord... merci.

Fleya observa Zakaerii, dis comme ça, ça avait l'air assez simple. S'emparant du seau d'enduit et des spatules, les deux félins reçurent du quartier maître l'emplacement des brèches. Une fois sur place, la tigresse observa les multitudes de petites brèches et s'installa prêt d'une d'entre elle. Elle plongea sa petite spatule dans le seau, et eu la curieuse impression de touiller dans une mélasse épaisse. Elle ressortit le tout et constata qu'il était pas si aisé que ça de remplir un trou avec un instrument plat. l'enduit coulait, elle devait donc racler pour récupérer les coulures, mais dès qu'elle éloignait l'outil, une partie de l'enduit semblait résolue à ne pas s'en détacher, et produisait de nouvelles coulures.... Un petit manège qui commençait à agacer sérieusement la tigresse qui trouvait le produit et les instruments franchement pas pratique. Et au bout d'un moment, son instrument fut pris dans la sorte de résine, qui n'avait pas trouvé mieux que de sécher ! Grommelant la tigresse commençait à tirer sur l'instrument qui se délogeait mollement, avec la plus mauvaise volonté du monde.

-Non mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?! C'est infernaaaAAAAAL ?!

L'instrument avait brusquement décidé de céder, et voila la féline qui était parti dans un roulé boulé en arrière, évitant de peu le seau d'enduit, mais ne manquant pas de se mettre un peu partout les restes d'enduits non solidifiés qui persistaient sur l'outil libéré. La féline pesta et grogna en se remettant sur ses pattes. Reprenant sa place, et jurant intérieurement contre tout et n'importe quoi, elle dit.

-Ben j'espère qu'il reviendra vite avec ses marins, parce que je vais finir engluer avant la fin de la journée !

Au bout de presque une heure, la féline avait des airs d'oiseau mazouté..... Mais au moins les petites brèches avaient été comblées, surtout grâce à l'aide de Zakaerii. Shotra lui, aurait bien sous sa cape de voir sa maîtresse s'empêtrer dans ses gaucheries. Mais voila que si on avait vu tout un groupe de rats fuir le navire, voila qu'on voyait tout un groupe de marin fuir en direction du bateau ! Derrière eux, le capitaine, qui ressemblait davantage à un chien de berger reconduisant son troupeau, les poursuivait sabre en main. Une fois encore ce fut un florilège de noms d'oiseaux et autres sobriquets peu gratifiants. Fleya s'arrêta en voyant le curieux cortège qui lui faisait plus penser à une troupe de poule apeurées, qu'à des hommes. Pourtant ce n'étaient pas de frêles gaillards. A peine le pied sur le pont, les hommes se dispersèrent. Certains prirent de quoi briquer et nettoyer ponts et cales, d'autres grimpèrent au mât, d'autres encore se munirent des outils qu'avaient les deux félins et se hâtèrent de terminer le travaille.

Ha ha ha voilà qui est mieux !

Le Capitaine Karbock alla à l'encontre de son quartier maître, puis les deux félins. Voyant Fleya, il fut prit d'un fou rire qui le secoua de bon cœur. Il se calma bien vite avant de s'adresser à eux.

Hé bien à ce que je vois on ne m'a pas menti, vous avez mérité cotre dû ! Vous pouvez vous en arrêter là moussaillon, vous avez bien travaillé, et il est grand temps que ces tire-au-flancs reprennent leur poste ! Nous levons l'ancre dans quelques minutes.

Le capitaine se tourna vers son équipage.

Et vous autres, je veux que ce navire soit impeccable et qu'on puisse manger par terre !

Au moins Fleya pourrait savourer la diminution de l'odeur de rat sur le bateau. Mais qu'allait donner cette traversée avec un capitaine atypique ? Pour l'heure la tigresse dégageait son pelage en pestant contre l'enduit qui peinait à se retirer de ses poils. Le capitaine se tourna vers Zakaerii et lui demanda.


Et si vous me racontiez comment vous vous êtes débarrassés de ces nuisibles ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Mer 29 Juil 2015 - 7:36

Il était inutile de se laisser aller à deviner comment réparer ce navire lorsqu’il existait surement quelqu’un capable de les renseigner. Qui plus est, Zakaerii n’était pas du genre à faire passer son égo avant quoi que ce soit. Et s’ils voulaient cette place à bord du navire, mieux valait s’assurer qu’ils avaient fait le maximum avant le retour du capitaine du navire. Ils remontèrent donc jusqu’au pont et allèrent à la rencontre du Quartier-Maître, qui, visiblement, semblait légèrement sur ses gardes avec les deux Sulis. Peut-être que leur démonstration avec les rats l’avait laissé quelque peu perplexes, ce qui, au fond, était compréhensible. Tandis que Fleya s’adressait au marin, l’Once attrapa le sac de toile et commença à le renverser par-dessus bord, laissant les cadavres des rats tomber dans l’eau. Cela ferait probablement de la mauvaise nourriture pour les poissons, mais ils n’allaient pas s’embarrasser de cadavres de rats sur le navire et le sac allait devoir retrouver son utilisation première, mais pas sans un bon petit nettoyage d’abord. D’une oreille, il écoutait la discussion et les instructions du Quartier-Maître. A l’écouter, il s’agissait presque de la même méthode que pour enduire les murs d’une maison. Le Dévot avait déjà effectué un peu de maçonnerie durant ses trajets, aussi ne serait-il pas difficile de se servir d’une spatule pour appliquer un peu d’enduit. Le sac vide, il remercia également le marin avant de descendre à la suite de Fleya avec un seau et d’un outil, prêt à effectuer cette dernière tâche. A fond de cale, ils prirent tous les deux positions à chaque extrémité avant de repérer leurs premières brèches à colmater.

Consciencieux, le Felidae plongea alors la spatule dans l’enduit avant d’utiliser les bords du seau pour n’en garder qu’une petite quantité qu’il appliqua alors ensuite à la coque, au niveau de la brèche. Avec soin, il veilla à enlever le surplus pour le remettre dans le seau pour finir d’étaler l’enduit convenablement, veillant à bien remplir la brèche avant que la matière ne sèche. Complètement à sa tâche, Zakaerii n’avait pas spécialement remarqué que Fleya semblait lutter de son côté. Ce ne fut que lorsqu’elle s’irrita verbalement contre l’enduit que l’Once se retourna, contemplant la scène qui se déroulait sous ses yeux avec une certaine surprise. La Suli semblait lutter de toutes ses forces pour retirer la spatule de l’étreinte formée par la mixture qui avait commencée à sécher. Bien entendu, la jeune femme gagna le duel de force, mais ne manqua pas de partir à la renverse lorsque l’enduit décida d’accepter la défaite. Il esquissa un sourire, convaincu qu’elle ne s’était pas faite mal mais jugea qu’il serait peut-être bon de lui donner un petit coup de patte. Reposant sa propre spatule dans son seau, il se dirigea vers la Felidae. « Tu es capable de rivaliser avec des bandits et des assassins et une petite spatule te tiens en échec ? » Il esquissa un sourire. Il ne se moquait pas d’elle, mais essayait simplement de détendre l’atmosphère, ou plus exactement de détendre Fleya. Il s’approcha encore et lui emprunta la spatule dans un sourire. « Il faut essayer de limiter la quantité d’enduit sur ta spatule, pour éviter les coulures. Le plus simple est de faire comme ça. » Il lui montra la façon dont il se servait des bords du seau pour ne garder qu’une petite quantité d’enduit au bout de l’outil, avant de lui tendre à nouveau la spatule. « Maintenant, tu peux déposer l’enduit sur la brèche et utiliser la spatule pour l’étaler. » Joignant le geste à la parole, il guida la main de la jeune femme avec la sienne pour faire un exemple de ses propos.

« Et voilà ! Il n’y a plus qu’à recommencer. » Il lui adressa un sourire et retourna vers son propre seau pour se remettre à l’ouvrage. Après une petite heure, pendant laquelle Fleya avait encore eu quelques petits problèmes, le capitaine montra de nouveau le bout de son nez, ainsi que l’ensemble de ses matelots qui n’hésitèrent pas à prendre le relais des deux Sulis, pour le plus grand soulagement de la Felidae, sans aucun doute. Ils remontèrent alors sur le pont où le Capitaine semblait parler avec son Quartier-Maître. Il ne manqua pas de s’amuser gentiment de l’état de la partenaire de Zakaerii avant de s’intéresser davantage à la façon dont ils s’étaient débarrassés des nuisibles. « La plupart se sont enfuis tous seuls, comme des grands, ils avaient simplement besoin d’un petit coup de pouce pour comprendre qu’ils n’avaient pas beaucoup d’intérêts à rester à bord. » L’esprit de groupe des rats était très utile pour ce genre de choses, mais, d’une certaine manière, cela aurait aussi très bien pu ne pas marcher. Ils avaient eu un peu de chance et ce n’était pas plus mal. Au moins avaient-ils désormais une place sur un bateau à destination de Varak. Il fallait maintenant espérer que la traversée serait relativement calme. Qui pouvait savoir quels seraient les évènements qui pouvaient les guetter sur le trajet ? Tempête ? Pirates ? Ces derniers ne manquaient généralement pas d’audace lorsqu’il s’agissait de remplir leurs cales. Et ce navire ne partait probablement pas sans marchandises à écouler, le contraire aurait été complètement idiot. « Vous pensez que la traversée sera tranquille ? J’ai entendu dire que les traversées n’étaient pas toujours de tout repos ces dernier temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Lun 3 Aoû 2015 - 7:26

Non seulement elle s'énervait mais en plus Zakaerii enfonçait le clou. Bien sûr elle avait compris que cela n'avait rien de méchant, et qu'il ne pensait pas à la rabaisser. Mais sa remarque l'avait poussé à une réflexion assez dérangeante sur sa conclusion. Elle avait en effet plus de facilité à se battre qu'à appliquer un bête enduit sur des planches ! Elle n'était peut-être tout simplement pas faite pour les travaux manuels.... En tout cas, la voix qui siégeait dans son esprit elle, était hilare ! Fleya savait que si elle n'était pas trop occupé à rire, elle lui aurait déjà lancé de beaux piques bien sentis. Mais le fou rire était visiblement le plus fort pour l'heure. Un coup d’œil rapide vers les ombres, qui demeuraient immobile. Shotra ne semblait pas rire.... ou alors il s'était caché pour ! L'once vint prendre la spatule des mains de Fleya, celle-ci se relevant et ajouta avec une moue boudeuse.

-Au moins quand un ennemi t'énerve tu peux le frapper.... La spatule ne me gêne pas, c'est ce fichu enduit qui fait de la résistance !

Fleya emboîta le pas à son comparse et tous deux prirent de nouveau place devant les brèches. Le Felidae prit soin à lui montrer et lui expliquer une technique qui semblait bien plus simple et également très efficace. La féline écoutait attentivement tout en observant le Suli faire. C'est fou comme cela avait l'air simple lorsque c'était lui qui le faisait..... Fleya ne savait pas si c'était qui n'était franchement pas dégourdie, ou si c'était Zakaerii qui était très débrouillard et habile de ses pattes. Surement un peu des deux au final. Pour parfaire la démonstration, Zakaerii fit un exercice pratique à son élève, sa paluche par dessus celle de sa cadette, pour aider à guider ses mouvements. Un exercice au final réussi, le félin pouvant se targuer d'être un bon professeur. Enfin en possession d'un moyen de travailler efficacement, la féline se détendit enfin, et retrouvant le sourire, elle se remit à la tâche plus sereine.

-Ça va bien mieux, merci !

La suite se déroula sans incident, et le capitaine ne tarda pas à revenir. Une fois encore, l'état de la féline arracha un fou rire, quoique bref. La tigresse afficha une frimousse renfrognée, les oreilles baissées et une mou boudeuse. Malheureusement pour elle, elle ne faisait que renforcer un certain côté mignon dans ses bouderies, qui mettait à mal sa crédibilité. Néanmoins le capitaine s'était vite calmé, écoutant plutôt avec attention le récit du léopard des neiges. Il n'avait pas tous les détails mais dans sa tête, les gros chats faisaient naturellement peur aux gros rats. De toute manière il avait eu ce qu'il souhaitait, et son navire était paré à lever l'ancre, ce qui le mit de bonne humeur. Les matelots furent également content de ne pas avoir à subir les douloureuses morsures des rats, et se mirent rapidement au travail. Fleya les observait s'agiter dans tout les sens dans une curieuse cohue très organisée. Certains marins finissaient de réparer les plus grosses brèches, d'autres grimpaient au mat, d'autres encore nettoyaient le pont et les cales. Ce qui donna à la féline l'impression d'être dans une ruche flottante. Un marin serviable vint lui proposer un produit pour l'aider à nettoyer son pelage de l'enduit, chose que la féline apprécia et accepta vivement. Et pendant que la demoiselle nettoyait son pelage, ces messieurs discutaient de la traversée.

Le capitaine semblait presque content que le Suli en vienne à lui poser la question. Et d'un pas hâtif et fébrile, il l'invita à le suivre. Il le mena vers une grande bâche, qu'il souleva légèrement pour dévoiler un fier canon, qui semblait savoir comment couler un navire par le fond !


Voyez le bel ouvrage ! Et ce petit bijou à bon nombres de ses frères à bords ! Figurez-vous que ce fut l'un de mes premiers investissement pour ce bâtiment ! Et ils ne sont pas là que pour faire jolis, ils savent aussi inspirer le respect ! Figurez-vous qu'ils ont déjà envoyer plusieurs navires pirates rejoindre les profondeurs ! HA HA HA !

Il n'avait pas à se questionner quant à la fierté de Karbock pour ses canons...

Au début nous avions régulièrement des attaques de pirates et autres flibustiers. Mais à force de les envoyer patauger dans le bouillon, ils ont préférés ne plus nous approcher ! Ces hommes ne valent peut-être pas grand chose contre des rats, mais contre d'autres hommes, ils sont redoutables ! Hé hé hé.... je veille moi-même à leur entrainement. Soyez tranquille, même en ces temps où en effet la piraterie est en recrudescence, ils n'osent toujours pas nous approcher !

Les voiles se déployèrent, et déjà le navire s'éloignait du port. Tout en finissant de démêler son pelage, la féline observait le spectacle, excitée. C'était la première fois qu'elle naviguait sur un bateau. Karbock ne leur avait pas menti. Les premiers jours de la traversée furent calmes et paisibles. L'équipage s'était très vite habitué à la présence des deux Suli à bord. Déjà parce que les deux compagnons leur avaient évité les rats. Mais aussi parce qu'ils n'étaient pas contraignants. Fleya avait eu tout loisir de récupérer ses forces, et Zakaerii également. Parfois, les hommes jetaient un filet à la mer pour récupérer quelques poissons. La tigresse les suivait toujours des yeux, très intéressée. Les marins ne manquait pas l'occasion d'offrir un poisson fraîchement pêcher à un gros chat gourmand. Ce fut d'ailleurs pour la demoiselle l'occasion de découvrir toute une faune aquatique. Et de faire des curieuse rencontre....

-IIIIIIIIIIIIK !!!

D'un bond voila Fleya cachée derrière Zakaerii, devant l'étonnement de plusieurs marins. Le pelage ébouriffé, elle sortit timidement la tête en observant avec des grands yeux incrédules et peu rassurés, une étrange créature. Cette dernière semblait indéniablement la dégoûter et l'effrayer en même temps.

-M-mais qu'est-ce que c'est que..... Ça ?!

Bah, c'est un calamar M'amzelle !

-Un calamar ?! Mais c'est vraiment un animal ?!

Hé ! Que voulez-vous que ce soit d'autre, un démon ? Ha ha ha !


~Ha non mais j'aurais tout vu.... Ça affronte et ça fait face à des fiélons et autres redoutable brigands, mais ça couine devant un malheureux calamar ! Tu es la conjuratrice la plus pathétique que j'ai jamais vu !~

~Zut, là ! Je trouve les démons moins effrayants et moins bizarres !~

Un jeune mousse plus intrépide que les autres s'empara de la bête qui remuait mollement, et se mit à poursuivre Fleya avec. La féline poussa un cri et détala comme un lièvre, poursuivit par le jeune garçon qui riait. Il n'était pas le seul d'ailleurs, l'équipage présent ne manqua de se laisser aller à un bon fou rire. Ce dernier fut attisé par la belle prouesse de la tigresse, qui avait bondit sur le mat du navire, et grimpé ce dernier avec une vitesse et une dextérité remarquable. La peur donnait des ailes.... Le capitaine surgit alors et grondant ses hommes, ces derniers se dispersèrent comme une envolée de moineaux. Le calme était revenu, mais Karbock s'était bien gardé d'avouer qu'il avait lui même bien rit avant de se décider à intervenir ! FLeya avait finit par redescendre de son perchoir, un peu bougonne d'avoir dû détaler devant cette bestiole, la peur au ventre, et d'avoir amusé la galerie par ses mésaventures. Mais ce fut là le plus "grave" incident. Jusque là du moins.... Ils avaient fait les trois quart du voyage, dans une quiétude apaisante. C'était encore une belle journée. Pas un nuage à l'horizon, un vent conciliant tout allait pour le mieux.

Mais subitement les eaux se firent mer d'huile, et le vent tomba. Le ciel grisonna, et en l'espace de quelques faibles minutes, le soleil avait disparu. Un brouillard épais s'installa alors autour du navire comme sortit de nul part. Les sourires s'étaient évanouis comme le beau temps et une tension palpable s'installa. Shotra lui même n'avait pas l'air tranquille dans ses ombres. Puis la mer se mit à s'agiter soudainement, le vent soufflant en violentes rafales. Le capitaine Karbock arriva sur le pont, les sourcils froncés et l'air grave.... Fleya s'approcha timidement de lui et lui demanda.


-N'est-il pas possible que le temps change brusquement en mer ?

C'est possible ma petite demoiselle.... Mais jamais en moins de cinq minutes et de manière aussi radicale.... Ce changement.... Ce changement là.... N'est pas naturelle.... Parole de Capitaine..... Ma vie sur les eaux pourra vous le confirmer.... Il va se passer quelque chose..... De mauvaise augure....

L'instinct du capitaine était en alerte, et d'ailleurs il ordonna immédiatement à ses hommes de se mettre en position et de se tenir prêt à tout. Fleya, un peu perdue et peu rassurée, se rapprocha de Zakaerii, et jeta un œil à Shotra qui lui aussi se tenait prêt. Que pouvait-il bien se passer ?


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Mer 12 Aoû 2015 - 11:46


Le capitaine semblait être une bonne personne, à vue de truffe, et il y avait fort à parier qu’ils n’auraient rien à craindre de sa part ou de son équipage pour la durée de la traversée, ce qui, bien entendu, était une bonne chose. Se retrouver enfermé dans une cage pour être revendu quelque part ne tentait pas énormément Zakaerii, qui avait toujours, et de loin, préféré la liberté de pouvoir faire ce qu’il voulait, quand il le voulait. Mais, avec un peu de recul, il semblait réellement peu probable que ces marins aient de mauvaises intentions à l’encontre des deux Sulis, sans quoi ils se seraient probablement occupés d’eux à leur arrivée, sans chercher à s’occuper du navire comme si de rien n’était. Quant aux craintes que pouvaient soulever l’Once vis-à-vis des possibles risques de la traversée, le capitaine semblait être en mesure de répondre à ses interrogations en lui montrant une imposante pièce de métal, qui devait être ce que certains appelaient un « canon ». C’était un peu une nouveauté, mais quelques séjours dans des tavernes portuaires lui avaient offert l’occasion d’entendre parler de ce nouvel armement – ainsi que de sa version portative, le pistolet – dont les dégâts pouvaient vite se révéler considérable pour ceux qui en étaient les victimes. Apparemment, il semblait extrêmement facile – bien qu’encore assez dangereux, compte-tenu de la nature assez versatile de la poudre nécessaire à leur utilisation – de faire de beaux trous dans les coques des navires et ainsi les envoyer par le fond. Et, à en croire le capitaine, ses matelots et lui avaient déjà eu l’occasion de s’en servir contre des pirates un peu trop entreprenants, se forgeant une petite réputation parmi eux. Il était évident que l’intimidation était une arme de choix contre ces gaillards-là. Il restait à espérer à ne pas tomber sur plus fort qu’eux, malgré ces protections.

Alors que le navire prenait le départ, Zakaerii offrit son aide à Fleya pour l’aider à finir sa toilette, appliquant le produit sur les résidus de résine qu’elle ne pouvait atteindre facilement. C’était presque étonnant de voir qu’elle avait réussi à s’en mettre presque partout, mais il n’en dit rien, se contentant de sourire pour lui-même tandis qu’elle observait le spectacle du départ. Le temps était calme, un vent léger gonflait les voiles et la mer faisait quelques vagues peu méchantes. Il fallait espérer qu’ils ne croiseraient pas une tempête et se demandait si la Felidae allait être prise du mal de mer. Les premiers jours passèrent tranquillement, au rythme des tâches quotidiennes sur le navire. Il n’était pas rare que les matelots préparent spécialement des plats de poissons pour leurs invités Sulis, probablement convaincus que les gros félins qu’ils étaient devaient adorer le poisson. Enfin, cela ne gênait pas l’Once plus que ça. Ce dernier discutait souvent avec le capitaine, à l’arrière du navire, parlant de tout et de rien, le laissant volontiers lui parler de quelques anecdotes. C’était l’occasion d’apprendre des choses, utiles ou non, de s’informer, sur ce qu’il pouvait se passer ailleurs. Il assista, assez incrédule, à la scène entre un calamar et Fleya, qui se révéla plus qu’apeurée par le céphalopode. Mais, en un sens, il pouvait la comprendre, on ne pouvait pas admettre qu’il s’agissait là d’une créature particulièrement agréable à regarder. Cependant la façon dont elle avait réagi lorsque le mousse s’était enhardi au point de se saisir de la créature pour lui courir après, fut probablement l’une des scènes les plus amusantes. Une fois qu’elle eut retrouvé son calme, le Felidae avait posé une patte amicale sur son épaule, un petit sourire sur les lèvres. « Ne t’en fais pas, tu le trouveras plus appétissant une fois dans l’assiette. » Après tout, bien préparé, il faisait un excellent plat.

Et puis la traversée avait continué. Il ne leur restait plus beaucoup de chemin à parcourir et, jusqu’à présent, ils n’avaient eu à déplorer aucun problème, ni climatique, ni de piraterie. Malheureusement, ils eurent beau toucher du bois, quelque chose se passa soudainement, éveillant les soupçons de toutes les personnes présentes sur le navire. Le vent était tombé rapidement, laissant le navire s’arrêter sur une mer d’huile, aussi inerte qu’un lac. Puis un brouillard, épais, vint entourer le navire, une fois que le ciel s’était obscurci au point de masquer le soleil dans sa globalité. Inquiet, Zakaerii essayait de comprendre ce qui se passait, en vain. Cependant, même s’il était peu familier des voyages en mer, il avait conscience que ce n’était pas normal. Encore moins lorsque la mer s’agita d’un coup, le vent soufflant par de fortes rafales. Le capitaine montra le bout de son nez visiblement inquiet lui aussi. La question de Fleya laissa le Felidae sceptique et la réponse du capitaine confirmait ses propres doutes. La question restait de savoir d’où pouvait venir ce changement et, surtout, ce qu’il pouvait bien annoncer. Aucune réponse ne venait à l’esprit du Dévot. Il y avait toujours la sorcellerie, l’intervention divine, mais, pour l’instant ils n’avaient aucun indice à se mettre sous les crocs pour comprendre et il ne fallait donc qu’attendre, ce qui était, malheureusement, assez désagréable dans ce genre de situation. Aussi, Zakaerii, une patte posée sur le bastingage, l’autre agrippant un hauban, pour éviter d’être trop secoué par les vagues qui se faisaient désormais menaçantes. Il jeta des regards aux alentours, prêt à la moindre éventualité. En espérant que son instinct le trompait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 23 Aoû 2015 - 14:27

Tout s'était passé si vite, le changement radical général, les tensions, le temps..... Fleya ne se sentit guère rassurée, et elle se rapprocha de Zakaerii, l'imitant dans son geste. La main sur la garde de son arme, elle chercha du regard dans les ombre présente, la présence de Shotra. Il était là, à ses pieds, sur le qui vive. Prêt à surgir pour protéger sa maîtresse contre tout ! Shotra à ses pieds, et Zakaerii non loin, la féline se détendit un peu. Ce n'était pas le moment de flancher. Pourtant.... Les nerfs des voyageurs allaient être soumis à rude épreuve.... Le brouillard ne cessait de s'intensifier, tout en se concentrant autour du bateau. Karbock grogna. Un brouillard ne contournait pas un navire.... Du moins pas un brouillard naturel. Les hommes s'agitaient, et ce fut alors que dans les méandres vaporeuse, une imposante ombre massive se dessina. Il eut un mouvement de recule général chez les marins, et Karbock défourailla sa lame ! Les yeux scrutaient l'ombre qui se dessinait toujours un peu plus au fur et à mesure qu'elle avançait. Et finalement, perçant le brouillard, ce qui approchait fit enfin son effroyable apparition.

Spoiler:
 

Les hommes poussèrent des cris de stupeur, la plupart reculèrent à l'autre bout du navire, tandis que les yeux de tous s'écarquillaient en observant le navire délabré s'avancer lentement vers eux. Même Karbock avait littéralement changé de couleur et observait le sinistre spectacle, complètement horrifié. Le silence était à l'image de l'atmosphère, lourd et pesant. Seul le grincement du bois du navire en approche, le déchirait comme une longue plainte pénible. L'air devenait à peine respirable, la pression atmosphérique n'en faisant plus qu'à sa tête, tandis que le vent avait définitivement quitté la partie pour l'instant. Les marins étaient terrifiés, plusieurs prirent la fuite dans les cales pour essayer de se cacher. Lentement, Karbock ôta son tricorne, le posant sur son torse, observant dans un silence presque religieux le bâtiment qui lui faisait face. Il semblait si grave, comme s'il soutenait le regard de la mort en personne. Il déglutit, n'osant pas détaché son regard. Fleya, elle n ne comprenait rien de ce qu'il se passait. Elle n'avait pas sentie la moindre influence démoniaque. Et le bateau qui venait vers eux semblait si délabré que le moindre coup de canon tiré de son bord l'emmènerait par le fond ! La féline ne savait même pas comment il parvenait à avancer avec ses voiles qui se prenaient pour des passoires. Elle jeta un œil à Zakaerii, puis se risqua finalement à parler.


-C'est le pavillon pirate qui vous inquiète ?

..... Non ma petite demoiselle...... Ce bâtiment.... n'est plus un navire pirate....

Quelques hommes tournèrent leur regard vers leur Capitaine, comme redoutant ce qu'il allait dire.... Comme si ses prochains mots seraient ceux qui les condamneraient tous à mort....

..... Ce navire.... Est un vaisseau fantôme.... Le vestige du tristement célèbre Perle Jais.....

Fleya ouvrit de grands yeux ronds, avant que ses billes céruléennes ne roulent de nouveau en direction du fameux navire fantôme.

..... Le Perle Jais était un navire de pirate.... Un des plus ravageurs et redoutables bâtiments.... Craint de tous..... Mais... Un soir de nuit sans lune, alors qu'il était dans un port, les gens ont raconté avoir entendu des hurlements et des cris horribles pendant des heures. Il paraitrait que le capitaine avait été pris d'un accès soudain de folie.... Un folie folle furieuse.... et sanguinaire..... Il n'y eut aucun survivant..... Et toujours mué par sa folie, on raconte que le capitaine, Jack Edward Thatch, aurait pris le large, avec son navire rougi par le sang de ses hommes dont les cadavres étaient encore présents..... Les hommes du capitaine Thatch auraient alors tous maudits Jack, le condamnant à rester éternellement seul sur son navire maudit..... Avec pour seule distraction, faire disparaître les bateaux qu'il croise.... Et pour seule compagnie, les hurlements de douleurs et les plaintes d'agonie que ses hommes avaient poussé.....

Fleya n'en croyait pas ses oreilles. Elle regarda tour à tour Zakaerii, puis Shotra, qui s'il aurait pu, aurait bien haussé des épaules. Après tout, il existait bien lui, fiélon d'ombre et de tourments. Alors un bateau fantomatique maudit, ça ne le choquait pas. Ce qui l'ennuyait le plus c'était la partie qui sous-entendait que ce bateau en ruine voulait les envoyer au mieux au bouillon, au pire servir de nourriture aux poissons. La jeune tigresse ne savait pas trop quoi penser. Le capitaine était-il coupable de sa folie ? Méritait-il son sort ? Est-ce que ce qui était une épave sur eau pouvait réellement représenter un danger pour eux ?

-Si on tirait un coup de canon pour le dissuader ça ne suffirait pas ? Il n'a plus l'air très neuf comme bateau.....

..... Ce navire là ne craint plus grand chose.... Il n'est encore présent que par la volonté des âmes torturées qui sont à bords....

-Bon ben... faut aller s'occuper de ce qu'il y a à bord alors. Allons-y !

Vous n'y pensez pas Mademoiselle ! C'est pas un endroit pour une jeune fille, même si je me doute que vous savez vous défendre, cette fois ça nous dépasse !!! Ça nous dépasse tous....

Fleya fut perturbée de voir Karbock si atterré et résigné. Cela ne lui ressemblait tellement pas.... Et pourtant, ses hommes n'en menaient pas large non plus. Certains même craquaient et commençaient à sangloter. La féline demeurait dubitative. Cette affaire était un peu trop énorme à son goût. Même si elle n'avait pas de mal à croire à des esprits, l'idée d'une situation sans solution lui paraissait peu concevable. Elle se tourna vers Zakaerii.

-Allons voir ce qu'il se passe à bord !

Mais enfin !

-De toute manière perdu pour perdu ça coûte rien d'aller essayer non ?

Oui... Mais non ! Enfin je veux dire, on envoie pas une jeune fille au casse pipe enfin !

Karbock soupira. Il observa ses hommes, son navire, puis les deux Sulis. Fleya semblait réellement prête à y aller et il ne doutait pas qu'elle le ferait. Mais il ne pouvait s'y résoudre.

.... Je vais y aller.

-On vous accompagne !

Mais... NON ! Vous restez là c'est pas un lieu pour une dame !

-J'irais quand même.

Fleya ponctua son obsession par un sourire radieux qui désarma le pauvre capitaine. Il ne savait pas si c'était du courage ou de l'inconscience. En désespoir de cause il se tourna vers Zakaerii.


Faites quelque chose pour la raisonner ! Hé.... Hey ! Hey ! Hey ! Revenez ici tout de suite ! Où croyez-vous aller là ?!

Fleya était déjà entrain de se diriger vers le navire fantôme qui était maintenant à portée. Elle se tourna vers Zakaerii et lui demanda.

-Tu as une idée, un conseil ou un plan ? Ou alors on avise une fois sur place ?

Des fois qu'il n'avait pas envie de venir sur le bateau, elle ne semblait pas décidé à lui laisser le choix....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Jeu 3 Sep 2015 - 6:25

L’atmosphère était lourde, très lourde, et pourtant il n’y avait toujours rien à l’horizon, rien d’autres que cet épais brouillard qui les entourait et qui ne semblait pas vouloir les lâcher. Cependant, difficile de distinguer quoi que ce soit dans cette purée de pois et même les sens pourtant acérés des Sulis ne parvenaient pas à distinguer une quelconque menace, si menace il y avait bien. Pourtant, le phénomène météorologique était à exclure à en croire les mots du capitaine, mais si rien de « normal » ne justifiait cela, il fallait probablement s’attendre au pire. Pire encore, cela excluait, en grande partie, tous les scénarios classiques comme une attaque de pirate ou une simple tempête. Car ce qui pouvait provoquer un changement de climat n’était probablement pas quelque chose de banal. Le bruit de la lame sortie de son fourreau tendit légèrement Zakaerii, ou peut-être était-ce la vision de ce qu’ils voyaient désormais tous. Un navire ? Ou plutôt une épave, à en juger par l’état général que renvoyait le bâtiment qui flottait dans leur direction. Les marins blêmirent pour la plupart, mais les deux Félidaes restèrent plus ou moins de marbres, inconscient des mythes qui parcouraient les océans. Après tout, il était difficile d’avoir peur de ce que l’on ne connaissait pas. Sur ses gardes, l’Once observa le navire qui continuait d’avancer, tandis que l’on pouvait entendre le bois de ce dernier grincer et remplir le silence qui s’était à nouveau abattu sur la scène, digne des débuts d’histoire d’épouvante. Mais, ce qui inquiétait vraiment le matelot à fourrure, c’était d’imaginer ce qu’il pouvait y avoir sur ce navire. Allaient-ils être abordés ? Pourquoi n’envoyaient-ils pas une bordée de canons pour envoyer cette épave flottante par le fond ? Le capitaine avait semblé si sûr de lui au début de la traversée qu’il était presque incroyable de le voir ainsi impuissant.

Fleya rompit finalement le silence du pont en demandant ce qui pouvait bien glacer le sang de l’ensemble des marins de ce bateau. Apparemment, il y avait une histoire autour de ce bateau qui devait être la raison pour laquelle tous avaient si peur de lui. Le capitaine avoua finalement qu’il s’agissait d’une légende de navire fantôme et en décrivit l’ensemble des tenants et aboutissants. Les yeux fixés sur le navire qui approchait toujours, Zakaerii écouta l’histoire en silence, l’air grave, comprenant pourquoi tous étaient craintifs à l’idée de croiser ce navire, mais, d’un autre côté, il n’avait jamais vraiment été du genre à avaler des histoires sans avoir un petit soupçon de preuves pour les faire passer. Bien entendu, le bâtiment qui voguait vers eux en était une, mais cela pouvait être tout aussi bien une épave flottante, menée par les courants et le vent. Alors que la Felidae proposait de l’envoyer par le fond, le capitaine rétorqua qu’il ne fallait pas s’attendre à que cela puisse les aider, arguant qu’il ne flottait que grâce, ou à cause, de la volonté de ceux qui étaient morts à bord, massacrés par leur capitaine. Contre toute attente, elle proposa alors de monter à bord, pour tirer les choses au clair. D’abord surpris, l’Once esquissa ensuite un sourire. Après tout, c’était le propre des félins d’être curieux, non ? Mais c’était davantage la réaction du capitaine qui l’amusa. Quand elle le prit à parti, il n’eut pas le temps de répondre que Karbock continua de protester. Il fallait admettre que si la légende disait vrai, ils étaient apparemment déjà condamnés, alors autant faire quelque chose plutôt que d’attendre le résultat final, n’est-ce pas ? Apparemment convaincu à son tour, le capitaine décida d’y aller, visiblement seul, mais c’était sans compter la jeune Suli.

Lorsque ce dernier décida de chercher de l’aide auprès du compagnon d’aventures de la jeune femme, cette dernière ne laissa pas vraiment de choix, s’approchant du garde-corps, prête à aborder. Le Felidae s’approcha à son tour, convaincu qu’il n’allait de toute façon pas attendre qu’il se passe quelque chose pour agir. « Nous ne serons probablement pas trop de trois à bord, Capitaine. Et Fleya sait très bien se défendre, ne vous inquiétez pas. » Il esquissa un sourire à l’attention de son interlocuteur et se tourna à nouveau vers le navire qui était désormais juste à côté du leur. La question de la jeune femme lui fit hausser les épaules avant qu’il ne saute d’un bond à bord de l’autre navire, prenant appui sur le garde-corps d’un pied, puis se retourne vers ses camarades. « On verra bien, non ? » Il était difficile d’échafauder un plan lorsque l’on ne savait même pas sur quoi on allait pouvoir tomber. Quant aux conseils… Et bien, ils sauraient être prudents, n’est-ce pas ? Tandis que ses camarades de fortune abordaient à leur tour, Zakaerii observa le pont recouvert de brume et s’assura qu’il n’y avait pas de menaces pour le moment. Apparemment, il faudrait probablement vagabonder dans les entrailles du navire, car rien ne semblait apparaitre à la surface. Le fameux capitaine maudit les attendait-il dans sa cabine ? Cette idée lui semblait hautement improbable et, pourtant, mieux valait ne pas trop sous-estimer les légendes qui, parfois, pouvaient être tout simplement vraies. Une fois rejoint par ses compagnons, il esquissa un sourire et prit la tête, cherchant une porte ou un accès vers l’intérieur du navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleya
Héraut de l'Outre-Monde
Héraut de l'Outre-Monde
avatar
Philosophie : Libertarisme (chaotique neutre)

Attributs
Races: Suli
Réputation:
2240/5000  (2240/5000)
Adage: La plus grande noiceur que j'ai vu n'est pas celle des démons, mais celle du coeur des hommes....
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Dim 13 Sep 2015 - 8:04

Il avait été décidé que les deux Felidae n'en feraient qu'à leur tête. Le pauvre capitaine Karbock ne pouvait que les suivre. Pour connaître le caractère des têtes de mules, il savait qu'il ne pourrait pas les raisonner. Néanmoins la légèreté avec laquelle les deux gros matous abordaient la situation l'inquiéta un peu. Ils n'étaient visiblement pas du tout conscient du danger. Il ne pouvait pas le leur reprocher, après tout, tout ça étaient des histoires de marin. Et de toute manière, lui-même n'avait pas de plan à proposer. Pouvait-il seulement y en avoir un ? L'homme réprima un soupir, l'angoisse et l'anxiété ne cessant de grimper en lui. Ce qui n'était pas forcément le cas de tout le monde. Fleya était davantage excitée qu'apeurée. Sa curiosité féline avait été harponné depuis l'apparition du navire, et elle était sur le point d'être satisfaite ! Cela dit, il fallait rester prudent. Car pour le coup, aucun d'entre eux ne savait ce qui les attendait à bord. Comme Zakaerii l'avait souligné, il leur faudrait improviser une fois sur place. On noua une épaisse corde à l'extrémité d'une des armatures horizontales de la voile principale. Les trois compagnons n'avaient plus qu'à descendre sur le pont fantôme.

Lorsque le dernier eu posé le pied sur le pont, le brouillard tomba de nouveau, au point qu'on ne voyait même plus l'autre navire. Il n'était visiblement plus question de faire machine arrière pour l'instant. Le navire se révéla absolument immense, et aussi incroyablement délabré. Le bois crissait et couinait sous leur pas, comme s'il devait s'effondrer à chaque instant mais que quelque chose l'en empêchait. Algues, mousses, et quelques crustacés avaient envahis les lieux, comme si ce navire avait passé les dernières décennies sous l'eau. Pourtant tout semblait toujours présents. Des vieilles cordes, des canons, et mêmes des tonneaux. Surement avaient-ils contenu du rhum ou d'autres marchandises. Pour l'instant, rien ne semblait anormal. Néanmoins la féline n'était pas tranquille pour autant. Elle avait l'insupportable sentiment d'être observé. Et jetant un œil à Shotra dans son ombre, le regard de celui-ci lui indiqua qu'il était lui aussi certain que quelque chose se préparait. Karbock semblait être également sur ses gardes, sa tête se tournant régulièrement dans différente direction pour tenter de discerner quelque chose.

Mais pour l'heure rien.... Ils étaient arrivés au milieu du pont, lorsque soudain, des ombres apparurent dans le brouillard. Des silhouettes qui se distinguaient très clairement sans jamais laisser voir réellement le corps et encore moins leur visage. Leurs mouvements semblaient lents et saccadés.... Puis finalement, le silence fut déchiré par de multiples et lointaines plaintes d'agonies, entrecoupées par instant d'hurlements de douleur et de terreur. Les silhouettes se contorsionnaient à présent rapidement, se pliant et se recroquevillant sur elles-mêmes. Comme si c'était elles qui criaient et souffraient. Le vacarme sinistre était infernal, et dans un mouvement de défense, les trois compagnons se rapprochèrent des uns des autres pour tenir des positions de défense. Fleya observa la scène à la fois interloquée et choquée.... Ces esprits.... étaient bien réels.... Et la légende ne semblait pas en être une ! Karbock était terrifié, mais le brave capitaine faisait de son mieux pour se contenir et ne rien céder. Puis brusquement, tout s'arrêta. Les silhouette disparurent brusquement, et le silence reprit ses droits.

Le brouillard se dissipa légèrement laissant apparaître d'innombrables cordages. Ils pendaient mollement des mats, trainaient par terre plus ou moins enroulés. Fleya se demandait à quoi rimait tout ce cirque. Karbock lui, était en alerte, et sur ses gardes. Et grand bien lui fasse ! Car brusquement, une corde vint s'enrouler autour de la cheville de Fleya, et la tira tout aussi rapidement pour la précipiter dans les brumes et l'inconnu. La tigresse tomba dans un cris de surprise, et commençait donc à être trainée à une vitesse folle. Mais c'était sans compter sur Shotra qui sortit ses mains des ombres et les resserra sur la corde pour l'arrêter. Une lutte s'opérait alors entre cette corde possédée, et le démon d'ombre, bien décidé à ne pas laisser sa maîtresse filer. Karbock intervint et bondit comme un diable sur la corde pour la trancher d'un coup sec de son sabre. Fleya se releva prestement, tandis qu'une autre corde vint s'enrouler autour du poignet de Karbock, et une autre autour des deux chevilles de Zakaerii.

Fleya trancha les liens de Karbock à coups de griffes tandis que Shotra s'était précipité via les ombres sous Zakaerii, et qu'une fois encore, il retint la corde pour l'empêcher de trainer l'Once. Dès que Karbock fut désentravé, il se rua lui aussi sur Zakaerii pour l'aider à se libérer, tandis que Fleya bondissait à présent un peu dans tous les sens pour éviter ces cordes insolentes. Elles étaient pareilles à d'immenses serpents silencieux qui cherchaient à les capturer. Mais les quatre compagnons n'étaient pas décidés à se laisser faire. Chacun repoussait à présent les percées des cordes, qui semblaient ne plus vouloir finir. Entre deux coups de lame, Karbock finit par lâcher à ses camarades.


Il faut descendre dans les cales et les cabines ! On ne pourra pas nous suivre et nous attraper aussi facilement s'il y a des murs et des plafonds !

L'entrée vers les cales n'était pas loin, mais elle était obstruée par une toile de cordage, qui ne voulait visiblement pas laisser les visiteurs se mettre à l'abri. Il allait falloir s'en débarrasser, trouver un moyen de passer, tout en esquivant et repoussant l'armée de cordes maudites qui voulaient augmenter le nombre d'âmes trépassées à bord. Si Fleya avait pu avoir des doutes sur la possibilité d'un navire hanté, à présent, elle était convaincue ! L'action avait néanmoins permis à Karbock de penser à autre chose qu'à sa peur et de se concentrer sur leur survie. A voir maintenant s'ils allaient parvenir à se sortir de là.....


A wandering life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakaerii
L'Exalté
L'Exalté
avatar
Âge : 25
Philosophie : Individualiste
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Suli
Réputation:
1160/5000  (1160/5000)
Adage: Ma Foi est ma Force.
MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   Mar 27 Oct 2015 - 13:01


[HRP : Vraiment désolé pour le retard, beaucoup trop de choses à faire >.<]

Le pont du navire fantôme était complètement désert, du moins, aussi loin que l’on pouvait voir avec le brouillard, qui avait décidé de jouer avec les courageux – en quelque sorte – explorateurs. Il était tout à fait possible que des habitants, quels qu’ils soient, se trouvent à bord, mais ils n’avaient aucune chance de les voir. Sur ses gardes, Zakaerii appréhendait légèrement la situation, conscient qu’ils pouvaient être attaqués à n’importe quel moment et, surtout, qu’ils n’avaient aucun moyen efficace pour savoir effectivement à quoi s’attendre. Cette incertitude n’avait rien de rassurant et même si le Suli était loin d’avoir peur, cela ne voulait pas dire qu’il devait être imprudent. Mais, de ce qu’ils pouvaient y voir, il n’y avait rien là que du vieux bois, humide et envahi par la mousse et les coquillages. Ce qui était étonnant, car, généralement, ces atours là n’étaient réservés qu’aux parties du bois qui se trouvaient régulièrement en contact avec l’eau de mer et le pont n’était pas vraiment une de ces fameuses parties. Cependant, avec un navire soi-disant fantôme, il fallait s’attendre à tout, n’est-ce pas ? Il pouvait très bien s’agir d’une mise en scène particulière, jouant avec l’imaginaire et les légendes des marins, mais cela n’était pas forcément quelque chose de faux, après tout, le Felidaë possédait ses pouvoirs du fait de son attachement à une divinité, alors, pourquoi un bateau maudit ne pourrait-il pas exister ? En tout cas, ce n’était pas lui qui allait remettre en question la possibilité, pas au détriment de la sécurité de ses compagnons, car n’importe quoi pouvait sortir du brouillard et les menacer au moindre faux-pas. Aussi avançait-il prudemment, aux côtés de Fleya et de Karbock, veillant sur l’une et sur l’autre, comme ils le faisaient eux-mêmes avec lui. Ils comptaient bien tirer ce mystère au clair et repartir, ensembles.

Puis, soudainement, des ombres firent leur apparition, stoppant net la progression des explorateurs. Le brouillard jouait-il avec leur vue ? Zakaerii tentait de distinguer des choses à travers la brume, mais, hélas, à part des ombres, il n’y avait rien. Illusion d’optique ? Il en doutait sincèrement, mais pourtant, il ne semblait y avoir personne d’autre sur ce pont, à part eux trois. Le silence, d’ordinaire rompu par le grincement des planches de bois, fut désormais déchiré par de longues plaintes et litanies, agrémentées d’hurlement de terreur et de douleur. Les ombres se tordirent sur elles-mêmes, comme si elles étaient les victimes de torture. Le Suli se rapprocha de ses comparses, dos à eux, afin que chacun couvre les autres. Et, aussi soudainement que tout ce remue-ménage était apparu, tout s’arrêta, ne laissant que le silence. Le brouillard se dissipa finalement, laissant entrevoir des dizaines de cordages qui pendaient de ça, de là. La vision était légèrement surréaliste, mais ils n’eurent pas le temps de palabrer sur celle-ci. En effet, un cri attira le regard de Zakaerii. Fleya venait de se faire attraper la cheville par une corde qui l’attirait à l’écart du groupe. Heureusement Shotra veillait sur sa maitresse et entama une lutte de force avec celle-ci pour maintenir la Suli. Le Capitaine mit fin à l’affrontement en rompant la corde d’un coup sec de son sabre. Mais alors que la situation semblait sous contrôle, tout dérapa rapidement. Deux cordes vinrent s’occuper de Karbock et du Felidaë. Surpris, ce dernier n’eut pas vraiment le temps de réagir, tomba assez violemment face contre le pont, se sentant tiré en arrière. Il essaya de s’agripper à quelque chose, pour ralentir sa course, plutôt en vain, du moins, jusqu’à ce que Shotra ne parvienne à le maintenir plus ou moins en place.

Alors que Karbock vint une fois de plus à l’aide du Suli, Zakaerii se releva rapidement, rejoignant ensuite Fleya, et, tout comme elle, ils se mirent tous les deux à tenter d’esquiver les cordes qui ondulaient et essayaient de les agripper. La remarque du capitaine fut effectivement des plus sensées, mais fallait-il encore pouvoir la mettre en application. L’entrée de la cale était gardée par ses mêmes cordes, qui, entrelacées, créaient un barrage qui les empêchait de passer. Le Felidaë ferma les yeux quelques instants et les rouvrit, empli d’une force qu’il connaissait bien. Ce n’étaient pas quelques cordages qui lui résisteraient. « Suivez-moi. » Sans crier gare, il s’élança vers la porte bloquée, évitant les cordages qui tentaient de se saisir de ses membres, puis, alors qu’il arrivait finalement devant celle-ci, il plongea les mains dans les cordages, les agrippant sans plus de manière et, dans un geste réellement brutal, il tira vers lui et les arracha littéralement, déchirant la plupart des cordages sans faire de manière. « A l’intérieur, vite ! » Le passage ainsi dégagé, il laissa Fleya et Karbock s’engouffrer à l’intérieur du navire avant de faire de même, arrachant une dernière corde qui tenta de le retenir, après avoir saisi son bras. Une fois, plus ou moins à l’abri, il observa les cordes refermer la porte en recréant la même étreinte qu’elles avaient formées avant d’être délogées par le Felidaë. Fermant les yeux une nouvelle fois, laissant s’évanouir la force qui venait de l’habiter, il se tourna vers ses compagnons, le souffle légèrement court. « Bien… Je crois que nous n’avons plus vraiment le choix désormais… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A curieux, curieux et demi   

Revenir en haut Aller en bas
 

A curieux, curieux et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» A curieux, curieux et demi
» Des animaux très curieux .
» [Animation EdN] Chapitre 1: un curieux message
» présentation de demi lovato
» X CANICHE MALE 1 AN ET DEMI RISQUE EUTHA BETHUNE (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Bélin :: Port de Bélin-