­
 

Partagez | 
 

 Fergal Thanatosian, dit " Œil de Sang ".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Fergal Thanatosian, dit " Œil de Sang ".   Mar 26 Juin 2012 - 23:06

Nom de votre personnage : Fergal Thanatosian

Âge : 28 ans

Métier : membre de l'Evesthuram ; Arrache-sable.

Alignement : Neutre véritable

Surnom : Œil de Sang

Description physique :

Levant le voile de lin, il pénètre dans ma tente et me toise de toute sa hauteur. J'oublie toujours qu'il est si grand, il n'est pourtant pas dans la fourchette haute de sa race mais reste tout de même plus haut que bon nombre d'humains.
Tandis qu'il s'avance vers moi, je constate que malgré sa taille sa démarche reste souple et féline. Cela vient peut être de sa musculature sèche et nerveuse, loin de la grossièreté des armoires norpaliennes. Comme toujours son geste est net et assuré quand il tend le bras pour remettre en place l'une de mes mèches. J'aime l'économie de mouvement dont il fait preuve, il ne s'agite jamais pour rien. Semble toujours calme et serein.

Machinalement, je tends la main à mon tour et plonge les doigts dans sa longue chevelure brune aux reflets sombres. Ses cheveux légèrement en bataille lui arrivent au milieu du dos. Je m'interroge toujours sur la façon dont il arrive à les garder aussi long que les miens sans en prendre le moindre soin, il les garde d'ailleurs le plus souvent libre et tombant sur ses larges épaules.
Mes interrogations ne lui échappent pas et je vois son sourire taquin s’esquisser sur ses lèvres pleines et légèrement teintées, tandis qu'il devine à quoi je pense. Plongeant mon regard dans le sien, je fixe ses pupilles écarlates et l'étendue carminée qui remplace le blanc de son œil. Ses fins sourcils bruns et dessinés se froncent, dessinant de légers plis à la racine de son nez ; droit, marqué et à l'arrête large, je le trouve très masculin. Absorbé par l'observation de son visage fin et anguleux, je ne remarque pas tout de suite qu'il s'éloigne de moi. Laissant disparaître l'expression intriguée qui s'était dessiné sur son visage habituellement impassible.

Ôtant la tunique poussiéreuse dans laquelle il s'était drapé, il passe derrière le fin rideau couleur sable. L'air de rien, je continue à l'observer. Connaissant son corps jusqu'à la moindre de ses quelques fines cicatrices, je devine tout ce que je ne vois pas. Sa peau mâte et chaude, sous laquelle roulent ses muscles et ses puissantes articulations, disparaît déjà sous le tissu qui la protège des frottements de son armure. Précédée de sa cotte de maille, cette dernière est enfilée pièce par pièce. Seul son casque, sans aspérité pour empêcher les lames d'y accrocher, reste auprès de ses armes. Son fauchard, son sabre et le cimeterre de sa faction reposant sur la table près de son foulard rouge.
Il n'y a guère que lorsque le port de ce dernier requiert sobriété et discrétion, qu'il ne porte pas son armure. Comme s'il était toujours prêt à se battre, ou à se faire attaquer.


Description mentale :

Tandis qu'il lit les feuilles jaunies que j'ai laissé à son intention, je devine la ronde de ses pensées. Je lis en lui comme dans un livre ouvert, pourtant cela n'a pas toujours été aussi simple...

Je ne sais pas si c'est un trait commun à tous les tiefflins, mais il n'est pas très expansif et ne se livre pas dès le premier abord. Si la vie et son éducation l'ont rendu sociable et courtois, il a gardé des inclinations à la méfiance et à la solitude.
C'est toujours étonnant de voir à quel point il peut se montrer avenant et accessible, sans pour autant se livrer aux autres. Une dualité qui peut le faire paraître faux ou hypocrite, mais qui n'est qu'un moyen pour lui de se préserver des autres... et de lui même.

Après tout, il a parfaitement conscience de la part d'obscurité de sa personnalité. Cette rage sourde et écrasante, si prompt à se manifester dès qu'il perd son sang-froid. Aveuglé par ses émotions, il peut s'emporter plus que nécessaire. Chose qu'il déteste particulièrement, car il répugne à donner raison aux détracteurs de sa race.

C'est peut être pour conjurer cela qu'il accorde une si grande importance à la spiritualité. Ne rechignant jamais à se recueillir ou à se livrer à son introspection.
Parallèlement, c'est probablement cette façon d'être qui a aiguisé son instinct. A défaut d'être infaillible, celui-ci lui a jusque là permis de rester en vie et d'accomplir les tâches qu'on lui avait confié.

Décidé et volontaire, il n'hésite pas à se mettre en danger si cela s'avère nécessaire pour accomplir son devoir. Il n'est cependant pas stupide et s'assure toujours une porte de sortie, aussi minime soit-elle. Car il est loin d'être un fanatique, et, s'il se montre une personne fiable et compétente, il n'est en revanche pas une brebis docile ou de la chair à canon. Tout ordre qui irait contre ses intérêts serait très vite remis en cause.

Patient et rancunier, il n'accorde pas plus aux autres qu'à lui même le droit à l'erreur. Inutile de dire qu'il ne faut pas s'attendre à le voir tendre l'autre joue. Avec lui, c'est plutôt œil pour œil et dent pour dent !

Histoire du personnage :

Tout commence avec Aphria, du clan Erebian. Cette jeune tiefflin, aux cheveux noirs de jais et aux yeux d'un jaune profond, était ce qu'on appelle une forte tête. Vivant avec les membres de sa famille aux abords de la redoute brumeuse, elle a très vite montré des prédispositions pour la magie. Sa vie fut pour le moins tumultueuse, puisque son clan était surtout connu pour compter un nombre impressionnant de bandits de grand chemin et autres pillards à tendance incendiaire. La demoiselle ne faisait pas exception puisqu'elle se livrait à quelques assauts sur les caravanes de marchands en compagnie de son père. Armée de ses deux sabres à lames courbes, dont l'acier laissait apparaître des irisations aigue-marines, elle était une adversaire redoutable. Cette vie n'étant évidemment pas de tout repos, c'est après de nombreuses déconvenues qu'elle fit la rencontre de celui qui allait devenir son mari.
Lorsque Ternoc du clan Thanatosian rencontra la mystérieuse nécromancienne, il fut tout de suite séduit. Sa chevelure d'un brun sombre, les yeux rouges caractéristiques des membres de sa famille et sa stature trapu malgré ses deux mètres et quelques, ne déplurent pas non plus à Aphria. Après que les goules eurent dévorés nombre des Thanatosian dans le nord de Varakir, le tiefflin était descendu dans le sud pour y reprendre sa vie de chasseur, avec son "couteau" dont la lame était aussi grande que celle d'une faux dans ses bagages. Une vie modeste, mais qui lui permettait de se confronter aux dangers de mère nature pour ensuite revendre viande, fourrure, peaux tannées et autres fruits de sa chasse.

Si Aphria, fougueuse et passionnée, revendiquait sans cesse le droit à une vie plus prestigieuse, estimant que sans le désastre provoqué par les magiciens du passé on aurait accordé plus de valeur à ses talents magiques ; Ternoc lui, beaucoup plus pragmatique, ne pouvait s'empêcher de lui faire remarquer que sans ces évènements en question ils ne seraient pas là ! Ce qui avait le don de mettre sa chère et tendre hors d'elle, avant qu'ils n'éclatent de rire ensemble.
C'est dans cette complémentarité que le couple se consolida et vit naître deux enfants, Faolan l'aîné et Fergal le cadet.

Si les deux tiefflins avaient jusque là vécu sur les routes, parcourant sans cesse Varakir du nord au sud, ils prirent la décision de s'installer dans un petit village à la limite de la Norpalie pour y élever leurs enfants.

C'est là que les deux garçon poussèrent sous l'étroite surveillance de leur mère. Outre les connaissances de base, cette dernière leur enseigna certaines des croyances de son clan. Elle leur transmit ainsi sa dévotion au dieu Litrish. Pour elle, il était l'entité originelle vers laquelle tous retournaient après la mort. Personne ne pouvant lui échapper, pas même les plus redoutables créatures de l'Outre-monde. Elle expliqua même à ses enfants que s'ils étaient assez sages et attentifs, ils pourraient sentir sa présence dans le monde des vivants, tout comme elle.

Le père de famille ne voyait pas toujours ça d'un très bon œil, craignant que de telles croyances stigmatisent encore plus ses deux garçons. C'est pourquoi il s’efforça chaque fois qu'il en avait l'occasion, d'emmener sa progéniture avec lui pour vendre les fruits de son labeur dans le village voisin ou aux commerçants de la capitale.
C'est en le suivant ainsi que Fergal s'étonna de la façon dont son paternel était traité au village. On lui demandait de nombreux services en tous genres, mais sans montrer la moindre reconnaissance ou sympathie à son égard. En fait les gens paraissaient même en avoir peur et se montraient donc plutôt maladroits. Pourtant, Ternoc ne leur en tenait pas rigueur et se montrait toujours serviable et compatissant en mettant ses capacités physiques au service de la communauté.
Quand Fergal l'interrogea sur le sujet, son père lui expliqua qu'ils devaient toujours se montrer humain ! Une réponse qui ne satisfit pas le garnement, qui s'empressa de redemander pourquoi ils devaient se montrer si humain. Ce à quoi son père lui rétorqua : " parce que nous ne le sommes pas ! "

Les années suivantes se déroulèrent sans encombre jusqu'à ce qu'un démon ne se manifeste dans les environs de la petite bourgade. Il usa de sa mauvaise influence pour forcer les gamins du coin à commettre des méfaits de plus en plus nuisibles.
Si Fergal ne fut pas recruté par l'entité malveillante, ce ne fut pas le cas de Faolan, dont les aptitudes magiques ne faisaient plus aucun doute. Cela se termina plutôt mal, quand les enfants furent poussés à mettre le feu au village. Un drame qui causa quelques morts et qui raviva la méfiance naturelle des locaux envers les créatures de l'Outre-monde.

N'entendant plus parler de l'être démoniaque auquel les hommes du village avaient donné la chasse, les deux jeunes tiefflins crurent cette histoire loin derrière eux et profitèrent de leurs derniers moments d'insouciances ; puisqu'ils passeraient bientôt leurs journées à aider leur père.
A présent, ils arrivaient à percevoir cette présence qu'on leur avait dit être celle de Litrish aussi nettement que s'il avait été dans la même pièce qu'eux. Rassuré et galvanisé par cet "ami invisible" qui ne les quittait jamais, ils s'amusèrent de plus en plus à tenter d'utiliser la magie. Ce ne fut pas très spectaculaire, puisqu'ils arrivaient au mieux à faire faire quelques soubresauts à un lièvre mort, mais cela leur semblait suffisamment exceptionnel pour que Faolan fasse promettre à son petit frère de ne rien dire à personne. Ce qu'il fit..., exception faite de leur mère, mais après tout ce n'était pas personne puisqu'il s'agissait de "Maman" !
Cette dernière n'y trouva rien à redire et tout cela resta un petit secret entre une mère et ses enfants.

Malheureusement, la suite ne fut pas aussi idyllique. Le démon qui avait sévi dans les parages avait attiré l'attention d'un groupe de fanatique de la suprématie humaine. Hors, pousser le dit démon à fuir ne leur semblait pas suffisant et ils se mirent en quête de la moindre trace de contamination de l'Outre-monde. Inutile de dire qu'une famille de tiefflin qui vivait si près de la Norpalie ne passa pas inaperçue.
C'est par une fin d'après-midi nuageuse qu'ils frappèrent. Ternoc était parti en chasse, Aphria cueillait des herbes utiles à sa cuisine et les deux enfants jouaient dans les bois. Les individus malintentionnés ne purent donc pas leur mettre la main dessus en une fois comme ils l'avaient espéré. Ce fut Aphria qui tomba la première, ses cris alertant ses enfants qui étaient dans les environs. Loin d'être des cris d'agonie, il s'agissait de cris de rage et c'est en emmenant nombre de ses opposants pour comparaître devant Litrish qu'elle perdit la bataille. Caché dans la végétation environnante, Fergal et Faolan assistèrent impuissants à la mise à mort de leur mère. Bouleversés et effrayés, ils réussirent à se glisser jusqu'aux plus proches habitations.

A leur grande surprise, une femme qu'ils croisèrent les emmena pratiquement de force pour les cacher chez elle. C'était une dame entre deux âge à laquelle Ternoc avait rendu service en réparant l'un de ses volets. Leurs vies pour un simple volet...
Ce fut à ce moment là que Fergal comprit pourquoi son père tenait tant à se montrer serviable, quitte à se faire prendre de haut. Se montrer humain parce qu'ils ne l'étaient pas, se montrer humain pour que l'on voit plus loin qu'une vague influence démoniaque.
Par trois fois, on vint frapper à la porte pour demander si quelqu'un avait vu passer deux démons. Si certains habitant ne se gênèrent pas pour dire qu'ils n'avait pas vu la famille de monstre aujourd'hui, la mystérieuse bienfaitrice menti à chaque fois pour protéger les deux frères.

Ce ne fut que le sur-lendemain au soir que Ternoc refit surface, grièvement blessé, il avait réussi à échapper à ses assaillants et avait passé deux jours à les fuir dans les bois. Il avait trouvé le corps de sa femme, mais avait dû partir avant de pouvoir l'enterrer. Il redoutait plus que tout de trouver ses fils dans le même état, mais avait fini par retrouver la trace des derniers membres de sa famille. Ce que Faolan s'empressa de mettre au crédit de Litrish et sa présence bienveillante.
Il fallut encore deux jours pour que Ternoc récupère et que les étrangers quittent le village. Les trois tiefflins partirent donc dans les bois pour prendre leurs affaires et fuir cette contrée. Leur maison qui paraissait avoir échappé aux assassins n'avait pas subi de dommage, la famille put donc rapidement prendre le strict minimum avant de quitter les lieux au plus vite. Ils devaient cependant faire une dernière chose : offrir une sépulture décente à Aphria.

Le corps avait été suspendu à un arbre en signe d'avertissement et des oiseaux charognards se le disputaient déjà. Ivre de chagrin, le père de famille brandit son énorme lame et la lança pour clouer un volatile sur le tronc de l'arbre, ce qui fit s'envoler les survivants.
Ils creusèrent un trou et y déposèrent le corps de la défunte quand les assassins refirent brusquement surface. Ils avaient simulé leur départ pour faire sortir les fugitifs et avaient remonté leur piste dans les bois. Toujours choqué, Ternoc perdit le contrôle de lui même et ne se limita pas à planter un seul homme sur le tronc d'un arbre. Seulement, le force du nombre aidant, les fanatiques reprirent le dessus et s'apprêtèrent à exécuter le tiefflin quand d'autres hommes surgirent.

Il s'agissait cette fois de la Main Rouge qui avait eut vent de toute cette affaire et qui comptait bien faire passer à quiconque l'envie de se prendre pour le gantelet.
Fergal fut subjugué par ces hommes en armures qui terrassaient les assassins de sa mère en les pourfendant de leurs épées.
L'un des nobles combattants failli se faire prendre à revers, mais les deux jeunes garçon s'époumonèrent en cœur pour l'avertir et il pû éviter le coup. S'offrant même le luxe d'adresser un clin d'œil aux deux spectateurs fascinés.

Finalement, les trois tiefflins partirent sans se retourner. La Main Rouge occupant les conversations et les rêves de Faolan et son frère durant de nombreuses journées, au bout desquelles ils déclarèrent tous deux vouloir devenirs des guerriers eux aussi.
Un choix qui, s'il ne réjouissait pas leur père, ne l'étonna pas. Il connaissait suffisamment bien ses ascendants, pour prévoir que ses deux fils ne finiraient probablement pas comme humbles fermiers.
En réalité, c'est avec le plus grand dévouement qu'il leur apprit tout ce qu'il savait de la chasse, aux pièges en passant par le combat au corps à corps, à l'arme blanche et les encouragea même à travailler leur aptitude à la nécromancie. Les années pasèrent, les routes défilèrent, tandis qu'ils se redaient partout où ils pouvaient gagner de l'argent grâce à leur savoir faire. L'apprentissage des deux héritiers du clan Thanatosian se solda par le lègue à chacun d'eux de l'un sabre d' Aphria. C'est de cette façon que Fergal entra en possession de Froid-silence, son sabre à lame courbe.

C'est à une époque où ils avaient fait halte sur les terres des nains, vers ses dix-huits printemps et un an après Faolan, que le jeune tiefflin prit la décision de partir seul pour développer les connaissances transmises par son père. Ce dernier lui offrit son fidèle couteau en guise de cadeau de départ .
En échange d'un service qui lui laissa quelques belles cicatrices, un nain transforma le couteau paternel en un fauchard à la lame claire et aux reflets nacrés. Ainsi fut conçu Brise-foi.

Ses armes l'accompagnèrent partout durant les dix longues années où il intégra l'Evesthuram pour devenir un Arrache-sable. S'il savait qu'il ne deviendrait pas un héros du peuple, le tiefflin n'en oublia pas pour autant d'accomplir son devoir avec sérieux et efficacité. Ne renâclant pas à la tâche, il put développer ses aptitudes physique et magiques durant ses missions. Petit à petit, il gravit les échelons et devint un membre respecté et reconnu par ses pairs.
C'est durant ses années de service dans le désert de Varakir qu'on lui donna le surnom d'Œil de Sang. Isolé dans un environnement hostile, où il fallait parfois affronter de redoutables adversaires, le fils de Ternoc semblait avoir trouvé sa voie. Mais depuis peu, les murmures de Litrish poussent le jeune homme à regarder vers d'autres horizons, vers d'autres combats à mener...

________

Code pour l'activation : VALIDÉ PAR THAOM

De quelle manière as-tu trouvé le forum ? En votant pour un autre forum sur un Top site geek .

As-tu des suggestions, des désirs ? Je veux voir les dragons What a Face ! Non, plus sérieusement j'avais juste un soucis avec la notion d'alignement, mais vous avez déjà réglé le problème Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Thaom Melcrudak
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
Fondatrice/Chef du clan Ours-hurlants
avatar
Âge : 35
Philosophie : Idéalisme
Divinité(s) : Revoran
Faction ou Clan : Clan Ours-hurlant

Attributs
Races: Orc
Réputation:
3020/5000  (3020/5000)
Adage: Mérite mon respect par la bravoure
MessageSujet: Wow , validation assurée   Mer 27 Juin 2012 - 6:46

Wow , tout simplement WOW.  Ton écrit me semble quasi parfaite, tes phrases habilement écrites et l'histoire parfaitement adaptée au forum....rien à redire sauf wow, tu es bien entendu validé, ton aventure se poursuit donc ! Je suis certaine que tous auront hâte de Rp avec toi !
J'adore ton personnage, enfin un Tiefflin ! Smile

à bientôt ,

amicalement,
Thaom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Fergal Thanatosian, dit " Œil de Sang ".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fergal Thanatosian, dit " Œil de Sang ".
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La Goule souriante :: Écrits archivés-