­
 

Partagez | 
 

 Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amédriss de Courteloi
La Poigne d'Hydrasil
La Poigne d'Hydrasil
avatar
Philosophie : Obéissance (Loyal neutre à tendance mauvais )
Divinité(s) : Phélemée, Déesse de la justice et du soleil
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
40/5000  (40/5000)
Adage: « Ne faites rien de stupide, je le saurai.»
MessageSujet: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Dim 8 Fév 2015 - 11:41

La saison froide n'avait son charme qu'hors des murs d'une cité. Malgré le froid mordant de Dan, Amédriss trouvait belle la vue d'un voile de givre sur les étendues de la vallée. Dans l'enceinte d'Hydrasil, il en était tout autrement. La Ville d'Argent devenait une Ville Grise et toutes les couleurs semblaient se ternirent sous la lumière blafarde d'un hiver trop long. La Conseillère chevauchait, flanquée de deux gardes royaux à la mine maussade. Le petit groupe allait trottinant dans les rues tranquilles de la capitale, chaque foulée de leur monture soulevant des gerbes de neige brune et mouillée. Bien qu'Amédriss eût choisi une tenue discrète, ses deux accompagnateurs rutilants dans leurs armures du château ne manquaient pas d'attirer les regards curieux sur leur trio. C'était ainsi. La dame arrêta son cheval à une intersection pour mettre pied à terre.

- Je continuerai seule.

Elle fourra les rênes de l'animal dans la main gantée d'un des soldats et rajusta sa mante de fourrure sur ses épaules. Les deux gardes semblèrent hésiter un court instant. N'avaient-ils pas reçu l'ordre de toujours être aux côtés de la Conseillère pour la protéger ? La rousse se tourna vers les messieurs en tenant les pans de son capuchon alors qu'une bourrasque de vent s'engouffrait dans la rue étroite.

- La demeure de mon père se trouve tout au bout de cette allée. Nous ne sommes pas dans la Basse-Ville que je sache, partez sans crainte.

Amédriss tourna le dos à son escorte, sachant qu'elle ne discuterait pas ses ordres. C'est seulement lorsqu'elle fût suffisamment près de son ancienne maison qu'elle entendit les sabots des chevaux rebrousser chemin. Elle savait pour l'heure contraindre les hommes de la garde royale à s'éloigner de sa personne, mais pas les empêcher de veiller sur elle à distance. La Conseillère était reconnaissante de cette loyauté, mais irrité d'une part de ne jamais pouvoir être totalement libre de ses déplacements. Elle pénétra le logis de feu Marius et, une fois la porte refermée, plus aucun bruit ne vint troubler l'espace. La vieille maison semblait aussi morte que son propriétaire.

La rousse rabattit sa capuche sur ses épaules, dévoilant une chevelure ayant ondulée sous les effets de l'humidité. Elle passa, silencieuse, dans toutes les pièces de la grande demeure, effleurant du bout des doigts les murs qui l'avaient vu grandir. Elle s'arrêta dans la cuisine et caressa brièvement la longue table de bois qui avait vu tant de querelles, de repas, qui avait entendu tant d'histoires. La moitié de tous ces biens lui revenaient, mais que pouvait-elle bien en faire, elle qui avait tout et qui aurait toujours tout sous la tutelle de la couronne ? L'autre moitié revenait à sa cadette Jenna mais sa soeur était partie depuis si longtemps, était-elle même encore en vie ? Ses ongles s'enfoncèrent dans le vernis de la table. Peut-être la mort de Marius ramènerait-elle sa sœur au bercail après tant d'années. Mais cela, Amédriss en doutait. Elle ferma les yeux et le sourire bienveillant de sa mère vint la narguer. Sous ses paupières closes, la scène de sa mort s'imprégna dans sa rétine comme une insidieuse.

La Conseillère sorti de cette maison en claquant la porte derrière elle. L'air froid lui fit du bien. Il mordit ses joues et dissipa la mémoire du passé. La rousse n'eût pas envie de rentrer au château immédiatement alors elle bifurqua sur une rue adjacente, sachant que les deux gardes l'attendait patiemment au bas de l'allée. Marcher quelques minutes, seule. Le quartier de son enfance avait bien changé. La saison froide semblait d'un seul coup le rendre plus morne et plus laid. Plus petit, aussi.

- Contre le mur.

Un objet pointu dont Amédriss n'avait nul difficulté à reconnaître l'appartenance venait de s'accoter contre son flanc. Elle s'arrêta aussitôt et ravala la vague d'adrénaline qui venait de submerger ses membres tendus. En tournant légèrement la tête, elle détailla du coin de l'oeil son agresseur. Un jeune freluquet venant à peine de sortir de l'adolescence, boutonneux et à la barbe encore juvénile. Elle sentit la lame trembler contre ses habits. Le gamin était fébrile, pas très menaçant, mais la rousse n'était pas stupide et orgueilleuse au point de se sentir au-dessus de son assaillant. Qu'importe l'âge et la gabarit, celui qui possède le poignard à un net avantage.

- Grouilles ! siffla le jeune homme

Il poussa lui-même la dame contre le mur, jugeant que son entreprise irait beaucoup plus vite de cette façon. Amédriss n'offrit aucune résistance. Dans un calme froid, elle se laissa fouiller par les mains nerveuses du novice. Elle n'avait rien sur elle, rien qui ne soit de valeur suffisante pour un voleur, hormis peut-être ses boucles d'oreilles. Le garçon les repéra aisément en repoussant sa chevelure et s'y attaqua d'une façon très malhabile qui fit gémir la Conseillère. Agacée, elle le repoussa brusquement.

- Laissez-moi faire, nous y gagnerons tous deux notre temps, gronda-t-elle en détachant elle-même les pierres précieuses avant de les fourrer dans la main de l'adolescent

Le voleur hébété finit par ranger son butin drôlement acquis dans la poche arrière de son pantalon. Voyant qu'il était incapable de déstabiliser la noble dame et sûrement un peu piqué de s'être fait ainsi rabroué par sa propre victime, il décida qu'il devait sauver son honneur, coûte que coûte. Il pointa son couteau vers Amédriss, le visage rougit par le froid et l'emportement.

- Votre manteau !
- Pardon ?
- Donnez-moi votre manteau ! cria le jeune homme qui n'avait qu'une envie, détaller

L'agitation commençait déjà à titiller les oreilles fouineuses. La Conseillère sentit le rose lui monter aux joues. Elle resserra les pans de sa mante d'un geste vif et redressa le menton, le regard sévère. Son agresseur y vit certainement quelque chose de redoutable car il fit un pas vers l'arrière, les yeux ronds et le poignard bien tendu vers la dame. Il ne semblait soudain plus si certain de son plan. Amédriss le toisa sombrement. Cet avertissement silencieux en aurait dissuadé plus d'un mais notre novice était affolé, vaniteux et très idiot. Il tira sur la cape de la Conseillère pour tenter de lui arracher et celle-ci riposta en tirant de son coté, gagnée par la colère et l'exaspération. Par tous les dieux, ce sale petit gamin n'aurait pas un seul poil de cette mante en fourrure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Dim 8 Fév 2015 - 17:55

Ses dents grinçaient encore de tout le sable qu'il avait respiré, ou dit plus justement avalé à grande goulée. De plus, le Chasseur en était convaincu, le moindre passage du vent dans ses cheveux devait éparpiller des volutes de grains de sable dans l'air. Avec de la chance, ceux-ci iraient s'infiltrer dans d'autres gosier que le sien ! Il se serait bien passé de ce souvenir de son passage dans le désert. En fait il se serait bien passé de ce voyage tout court. Non seulement l’environnement essayait de s'infiltrer en vous par tous les pores de la peau mais en plus il était propice à des rencontres étranges et pas forcément plaisantes. Vraiment, où pouvait-on rencontrer à la fois : un Suli à l'humour plus que douteux et une Aasimar en pleine croissance avec sa susceptibilité à fleur de peau si ce n'était dans un désert propice aux mirages ?

Bref, c'était passé, maintenant des bâtiments ce ressemblant tous lui faisaient face. Sans oublier des Humains qui fourmillaient de partout. Enfin, plus trop depuis quelques rues : il était arrivé sans trop savoir comment dans la partie « chic » de la ville. Là où il fallait esquiver les chevaux et les cavaliers impétueux. Il était sur la bonne voie, ça c'était sûr. Ce qui l'était également, c'est que ça faisait au moins la troisième fois qu'il se retrouvait ici. D'ailleurs, deux lurons en plastron avec des sourires narquois semblaient l'avoir remarqué. Leur air moqueur porta quelque peu sur les nerfs déjà légèrement à vif du nain. Hmm, il aimerait bien les voir à Paria. Ils feraient sûrement moins les fiers.

Le changement de mines des deux gardes  à son approche tendait à lui donner raison. Un petit froncement de sourcil, le redressement des épaules, les mains tendant vers leurs armes : une multitude de signes témoignant de leur méfiance vis à vis de ce nain à l'allure chaleureuse avec des yeux fusilleurs. Les chevaux, quant à eux, restaient indifférents à la situation derrière leurs maîtres.

-Messieurs, je n'ai pu m’empêcher de remarquer votre intérêt vis à vis de mes déambulations. Peut-être que vous pourriez m’empêcher de faire un quatrième tour de ce quartier et me dire comment me rendre au château.

À quoi s'attendaient-ils ? Même s'ils étaient fiers les nains n'étaient pas stupides. Et ils avaient le sens du devoir, surtout quand ils étaient rapatrieurs comme notre cher compère. La mission avant tout et après seulement venait les bagarres arbitraires et autre agrément du genre.

-Qu'est-ce que vous voulez y faire d'abord au palais ?
lança le plus grand des deux après s'être remis de sa surprise. Une pointe d'agressivité dans la voix, plus originaire de la gêne de s'être fait prendre que d'une réelle animosité contre les nains ou la personne même de Khaad.

Une réponse simple était apparemment trop demandé. Le pire étant qu'ils allaient finir par la lui donner. Mais pour une raison absurde à son sens il fallait d'abord jouer à leur petit jeu, leur faire croire qu'ils avaient un quelconque contrôle de la situation.  Qu'ils puissent exercer un semblant de pouvoir pour reprendre contenance. Ou choisir une autre option moins sympathique mais plus rapide.

- Ça ne vous regarde aucunement. J'ai à faire là-bas. Soit vous me dites ce que je veux savoir soit une fois que j'y serais, je parlerais à qui de droit de deux suaves qui mettent les bâtons dans les roues aux émissaires venus voir la reine.

Il n'avait que légèrement déformé la vérité, il n'allait pas voir la reine. Et puis, en vrai, leur sort lui importait peu ; il souhaitait juste en finir au plus vite, reprendre sa route. Il ne s’embêterait certainement pas autant s'ils refusaient encore de répondre. Mais ça, ils l'ignoraient, et seule la réelle exaspération du nain perçait dans sa voix. L'illusion de la menace était amplement suffisante et la réponse ne tarda pas à venir. Après avoir remercier avec une pointe d'ironie les deux gardes, il prit la direction indiquée...

… et quelques détours plus loin il eut la malchance de tomber sur un vol. Ou une agression ? Il ne savait, un gamin tirait sur le manteau d'une jeune dame farouche. La scène était plutôt confuse et à la distance où il se trouvait, c'est à dire à l'opposé de la ruelle par rapport à eux, c'était plutôt difficile à dire. Prendre un autre chemin et laisser ces deux-là à leur petit jeu était tentant. Khaad n'était absolument pas un justicier. Il remettait les gens à leur place quand ils entravaient le système de Paria mais en aucun cas ça impliquait la notion courante de « crime ».  Pas comme les humains ou les étrangers à Paria l'entendaient de toute façon.

Ce qui le retint de faire demi-tour c'était le dégoût fort que lui inspirait l'idée de se retrouver une nouvelle fois devant les deux gardes. Ou autrement dit de se perdre. Et puis le gamin qui se voulait voleur l'avait repéré. À ses grands yeux ébahis et sa bouche béante un simple "bouh" le ferait déguerpir. Et pourquoi pas ? Il fallait prendre les petits plaisirs quand ils se présentaient. Le chasseur noir s'avança à grand pas, ou petit selon le point de vue, mais sans se presser vers le couple d'humain. Sa main alla chercher l'urgosh et ses yeux ne quittèrent pas le gamin. Ce dernier semblait figé sur place, ne faisant plus attention où pointait sa dague. L'arme oscilla ainsi dangereusement sous le nez de la rousse.

Et là, une fois arrivé à quelque pas d'eux, avec le rictus adéquate, le nain fit retentir sa voix :

-BOUH.

Ce fut le déclencheur qui sembla remettre le malheureux en mouvement. Il déguerpit à toute vitesse n'en demandant pas plus. C'en était certainement trop pour lui. Déjà qu'il ne s'en sortait pas face à cette femme seule, il n'avait aucune chance avec un nain armé en renfort. Le rire grave du Chasseur accompagna ses pas un bref moment. Bientôt il n'y eut plus aucun bruit dans l'allée.

De plus près, il comprit vite pourquoi l'étourdi avait tenté son coup : la demoiselle avait une cible collée au front. Son allure, ses vêtements transpiraient la noblesse, la richesse. Elle avait de la chance que seul un incompétent ait tenté son coup, ça aurait pu plus mal finir. Soit, ils étaient dans un endroit huppé et normalement sans trop de risque selon toute logique. Quoiqu'à la réflexion, s'il avait à voler, lui viendrait plutôt dans un endroit où les riches traînaient : quitte à voler des gens autant voler des gens avec beaucoup d'argent.

-Pas très dégourdi, hein ?

Son commentaire vint briser le silence. Si en apparence il s'appliquait au piètre voleur, il pouvait tout aussi bien s’adresser à la jeune femme. Ou les deux. Dans tous les cas, il pouvait paraître déplacé. Dans ce genre de situation on attendait de la sollicitude vis-à-vis de la victime plutôt qu'un commentaire sur les capacités du criminel, aussi mauvais fut-il. Mais le Chasseur ne s'intéressait pas plus à l'humaine qu'avant d'intervenir. S'il avait parlé c'était pour dissiper le vague malaise qu'il avait ressenti après son rire.  Il lui avait paru étrange à raisonner seul entre les murs de cette ruelle. Aucune réponse n'était donc réellement attendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amédriss de Courteloi
La Poigne d'Hydrasil
La Poigne d'Hydrasil
avatar
Philosophie : Obéissance (Loyal neutre à tendance mauvais )
Divinité(s) : Phélemée, Déesse de la justice et du soleil
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
40/5000  (40/5000)
Adage: « Ne faites rien de stupide, je le saurai.»
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Dim 15 Fév 2015 - 10:12

La Conseillère avait dans ses habitudes d'avoir le contrôle, partiel ou absolu, sur toutes les situations qui se présentaient à elle. Lorsque celles-ci s'imposaient à l'improviste, la Poigne d'Hydrasil n'avait qu'à esquisser un geste, une parole, pour plier sous son emprise hommes et circonstances. Mais alors qu'elle tirait sur l'un des pans de sa mante, elle sentit sa maîtrise la quitter sournoisement aux mains d'un incompétent freluquet. L'affront était d'autant plus grand pour son orgueil de Deuxième Dame car il va s'en dire que cet adolescent énervé n'était en rien un adversaire à sa taille et qu'il aurait été honteux de s'avouer vaincu face à un garnement de la sorte. Sauver sa dignité ou garder son sang-froid ? Comme les apparences qu'elle tentait de préserver sans cesse s'apparentaient à ces deux choix, la décision était délicate. Heureusement, il y a des fois où ne compter que sur soi-même n'est pas primordial. Le piètre voleur de cape cessa brusquement de tirer, gardant cependant une tension dans le tissu alors que son visage crasseux s'était figé en une expression de surprise. La rousse glissa un regard ardent dans la même direction que son agresseur, lèvres pincées sur sa mâchoire raide.

Sous son nez la narguait la lame d'un couteau mal affiné dont le propriétaire ne semblait plus se soucier. Il est vrai qu'une hache de guerre que l'on dégaine est tout de suite plus impressionnante qu'un simple poignard émoussé. Elle-même captivée par cette vision, la Conseillère observa avec méfiance le nain s'approcher de leur étrange duo d'un pas qu'elle devina résolu malgré la démarche d'un demi-homme. Ce à quoi elle pensa dans la seconde fût plutôt étrange ; les pupilles rivées sur le tranchant de l'urgrosh, elle se l'imagina, avec une satisfaction malsaine, s'abattre sur le poignet de l'adolescent afin de lui trancher la main. Un sort clément pour un voleur, surtout pour celui qui s'en prend à plus fort que soi. Mais ce n'est pas aujourd'hui qu'Amédriss aurait le plaisir de châtier les petits rats d'Hydrasil. Un seul mot du nain suffit à faire décamper le concerné ainsi que les précieuses boucles d'oreilles. La Conseillère regarda le jeune filer ventre à terre et disparaître au tournant d'une ruelle, le rire du bienfaiteur dans les oreilles. Cela l'agaça au plus haut point pour une raison qui lui resterait inconnue.

- Pas très dégourdi, hein ?

Amédriss pivota lentement vers le Chasseur, le surplombant de plusieurs têtes, et lui lança de ces regards qu'il n'est guère plaisant de nous savoir adressé. La rousse aurait qualifié le voleur d'un tout autre adjectif mais s'abstint de commenter la remarque peu pertinente du nain. D'un geste mesuré, elle rajusta sa mante sur ses épaules puis expira lentement afin de se détendre. Son souffle se condensa dans l'air froid de Dan, formant une volute blanche que le vent dissipa aussitôt.

- Bien moins dégourdi qu'un nain se promenant avec une hache dans les Hauts-Quartiers, répliqua tout de même la Deuxième Dame qui ne pouvait résister à retourner les mots de l'inconnu

Son visage était inexpressif mais il y avait dans le fond de sa voix, pour une oreille avisée, un léger ton de goguenardise.

- Je vous serais gré de m'accompagner au château où vous pourrez recevoir un dédommagement conséquent pour vos actes. Et s'il advenait que la hardiesse n'est pas pour vous un motif opportun pour accepter de l'or, laissez-moi au moins acheter votre silence.

Amédriss marqua une courte pause pour sonder les iris de demi-homme. Cette paire d'yeux charbonneuse et perçante aurait su la mettre mal à l'aise si elle s'était aventuré à les fixer trop longtemps. Aussi pivota-t-elle sur ses talons pour enjoindre le nain à la suivre.

- Je ne doute pas de votre flair, continua-t-elle pardessus son épaule, et j'ose croire que vous comprendrez qu 'il serait fort... fâcheux d'apprendre qu'on puisse agresser la Conseillère de la Reine sur un coup de tête et à l'intérieur même des enceintes de la Ville. Si cette altercation venait à s'ébruiter, il serait regrettable que les accusations remontent jusqu'à vous...

Un compliment et une menace voilée, voilà ce qu'il en coûtait de venir en aide à l'une des personnes les plus influentes d'Hydrasil. Amédriss n'avait jamais lésiné sur les moyens de préserver sa réputation et ce n'est pas ce jourd'hui qu'elle baisserait sa vigilance. Si ce nain savait se servir du verbe autant que de sa hache, peut-être parviendrait-il à s'éloigner de cette falaise près de laquelle il tanguait dangereusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Mar 17 Fév 2015 - 5:40

Le comparait-elle vraiment à cette nouille de voleur ? D'abord, Khaad ne voyait pas en quoi un nain  avec une hache dans les Hauts-quartiers était si gênant. Soit, il se rendait bien compte qu'il ne se fondait pas dans le décors mais après ? En quoi était-ce problématique ? Personne à Paria ne s'en formaliserait, c'était d'ailleurs plutôt l'inverse qui était surprenant.

Le Chasseur était près à se détourner de cette dame hautaine et antipathique lorsqu'elle recommença à déblatérer. Le mot château le stoppa dans son élan. Il pourrait faire l'effort de la supporter s'il elle le menait là où il souhaitait. Tout ce qu'elle raconta pour le reste lui sembla nébuleux. Pourquoi diable voulait-elle acheter son silence ? À qui diable serait-il allé raconter cette rencontre et pour dire quoi ? Une noble dame se faisant agresser par un voleur maladroit. Ça ne mangeait pas de foin. La seule chose digne d'être raconté à la rigueur, autour d'un verre, était la petite farce qu'il avait mise en œuvre.

Ou pas. Cette dame n'était apparemment pas une dame quelconque de la haute société. Cela semblait évident à l'humaine mais ne l'était vraiment pas pour l'étranger. À quoi aurait-il dû deviner que c'était une conseillère ? Certes, elle avait de la prestance, elle ne s'était pas effondrée en larme face au voyou, et surtout, était manipulatrice. Que ce soit par la menace ou la cajolerie elle comptait bien forcer le témoin à la suivre. Effort bien inutile quand on savait que la seule mention de château avait décidé le rapatrieur. Le fait que ce soit une conseillère n'était pas là pour gâcher sa décision. Ses affaires devraient se régler encore plus rapidement.

-Si vous insistez avec tant d'ardeur chère dame, je vous suis.

Une pointe d'ironie dans sa voix et un petit sourire moqueur sur ses lèvres alors qu'il s'exprimait. Il lui fit un geste de la main pour qu'elle prenne la tête. Pour l'instant, il ne fit nul mention des raisons de sa présence ici, ni de la requête qu'il souhaitait lui présenter. Peut-être n'était ce pas un choix judicieux, mais il lui semblait qu'il devrait d'abord remonter dans son estime s'il voulait que les affaires se déroulent convenablement et sans accroc.

-Il me semble toutefois que le blâme ne retomberait pas seulement sur le présumé agresseur mais aussi sur les gardes qui devraient vous accompagner. Mais peut-être ne vous en souciez-vous pas ?

Drôle de façon de faire que de lancer des piques ? Peut-être, mais c'était aussi un moyen de montrer qu'il n'était pas naïf et sans défense, que ses menaces n'avaient que peu de prise sur lui.

-J'en ai croisé deux il y a quelques rues de ça. Était-ce les votre ? Devrions-nous aller leur demander leur avis ?


Son ton était légèrement moqueur et ses sourcils se soulevaient en signe d'interrogation. C'était un pur coup de bluf. Il n'avait aucun moyen de savoir si c'était ses gardes ou juste des gardes de la cité. La conseillère aurait très bien pu les semer avant sa sortie du château, ou n'importe où ailleurs. Une chose était sûr néanmoins, et ce malgré sa faible connaissance des us et coutumes des Humains, une conseillère ne sortait pas sans ses gardes en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amédriss de Courteloi
La Poigne d'Hydrasil
La Poigne d'Hydrasil
avatar
Philosophie : Obéissance (Loyal neutre à tendance mauvais )
Divinité(s) : Phélemée, Déesse de la justice et du soleil
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
40/5000  (40/5000)
Adage: « Ne faites rien de stupide, je le saurai.»
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Jeu 19 Fév 2015 - 16:25

Amédriss connaissait bien les retors de l'esprit ainsi que les opinions qui s'occultaient adroitement derrière une expression faciale qu'on commande ou non. Elle ne fût pas dupe à la lippe narquoise que lui offrit le nain, sourire mi moqueur mi condescendant que beaucoup trop d'hommes avaient l'habitude de lui donner lors de multiples situations. Souvent d'office pour leur sauver la face, à vrai dire, ce rictus couvrait un large éventail de faiblesses comme il pouvait aussi bien être le reflet d'un âme pleine d'assurance. Trop d'assurance. La Conseillère glissa un regard vers son accompagnateur, scrutant de ses yeux clairs les traits irréguliers de ce visage marqué par les années. Loin d'être beau, mais pas déplaisant à observer.

- Il me semble toutefois que le blâme ne retomberait pas seulement sur le présumé agresseur mais aussi sur les gardes qui devraient vous accompagner. Mais peut-être ne vous en souciez-vous pas ? J'en ai croisé deux il y a quelques rues de ça. Était-ce les votre ? Devrions-nous aller leur demander leur avis ?

La rousse ralentit imperceptiblement le pas tout en toisant le demi-homme d'une façon beaucoup plus soutenu. Bien qu'une part d'elle prit cette pique avec une touche amère, elle aimait être surprise de cette façon par une personne dont elle ne soupçonnait pas la perspicacité. Enfin, le contexte de leur rencontre rendait cette provocation plus douce dans les oreilles de la Conseillère qui aurait immédiatement, en d'autres circonstances, condamné sans plus de procès une telle impertinence. Le nain se rendait-il seulement compte de sa chance ? Amédriss était dans un de ces jours où elle se sentait accommodante. Elle esquissa un sourire fin, un qui déformait à peine les traits de son visage figé dans la même perpétuelle expression. Mais ce rictus contrôlé donnait aussi cette malencontreuse impression que la femme n'était pas tout à fait sincère dans son jeu. Impossible d'être complètement détendu en présence de la Poigne d'Hydrasil mais quelqu'un d'adroit saurait prétendre une désinvolture tout en maintenant sa garde.

- Une Conseillère n'a pas besoin d'avis, c'est elle qui les donne. Auriez-vous besoin du mien sur cette question ou êtes-vous suffisamment lucide pour y trouver la réponse sans pousser encore plus loin votre fortune ?

La rousse appuya son avertissement d'une oeillade on ne peut plus claire sur ce qu'elle pensait de l'audace du nain. Amédriss n'acceptait aucune menace, qu'elle soit sous forme de badinerie ou de rigolade, qu'elle soit sérieuse ou pas. Le demi-homme n'était visiblement pas habitué de tenir la conversation avec des gens de son statut. Prudence est mère de sûreté. La Conseillère ne lui tiendrait pas rigueur pour quelques phrases espiègles échangés dans l'intimité de leurs déambulations mais tous un chacun devait impérativement savoir qu'on ne s'adresse pas à la deuxième femme la plus influente de ce royaume sans peser chacun de ses mots et chacun de ses silences.

- Ceci étant dit, reprit-elle sur une note plus légère, auriez-vous l'obligeance de décliner votre nom ? Que vient faire un Nain comme vous à la Capitale ?

Alors que leurs foulées régulières crissaient sur le mince tapis de neige, la rousse avait eu le loisir de détailler celui qui s'était si... vaillamment porté à son secours, si tant est que de faire fuir un trouillard d'adolescent soit un acte de vaillance. Étant donné la dégaine du protagoniste, Amédriss ne doutât pas un seul instant qu'il soit de ceux qui vadrouille les villes et les contrées pour un quelconque motif. La peau de son visage était tannée, durcit, mais certainement pas comme celles des paysans qui triment dans les champs. Seul l'exposition au vent et au soleil, celui du désert de sable ou de neige, savait abîmer d'une telle façon la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaad Grak'moha
Le Chasseur noir
Le Chasseur noir
avatar
Philosophie : Conformisme
Divinité(s) : Les dieux sont trop hauts pour lui.
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Nain
Réputation:
2040/5000  (2040/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   Ven 20 Fév 2015 - 4:09

Bien naïf avait été le nain s'il pensait avoir une conseillère à son propre jeu. Un membre politique influent était forcément habile dans la rhétorique, pour eux jouer avec les mots pouvaient s'élever à une sorte d'art. Et, s'il cru à un moment déceler tout de même une gêne dans son sourire crispée, il n'y aurait pas mis sa main au feu. Aucun visage n'était plus dur à déchiffrer que celui d'un politicien à ses yeux. Ils pouvait se montrer plus fourbe que le plus vil arnaqueur. C'était à cause de cette composition qui les suivait partout tel un masque qu'il n'enlevait jamais. Il était tout de même triste de voir une si jeune personne en être affublée.

Khaad jugea ainsi plus sage d’arrêter la plaisanterie là et de ne pas répondre à la première des questions de la conseillère. L'effronterie avait des limites que même lui connaissait. Enfin certaines d'entre elles en tout cas.

-Si vous tenez à le connaître, je me prénomme Khaad.

La façon dont elle parlait transpirait sa position, l'habitude de donner des ordres et d'être obéit. D'une façon différente de la sienne ou de son supérieur. Et même s'il ne savait exactement pourquoi, ça lui hérissait le poil.

-Un nain comme moi ?

Il n'était pas sûr de bien saisir sa pensée, le contraire eut été étonnant. Voulait-elle dire un nain armé ou juste un nain tout court... Il n'attendait pas spécialement de réponse et poursuivit ainsi la sienne.

-Je venais vous voir en fait. Quand je dis vous, je veux parler de votre fonction. Voyez-vous, il plongea la main dans sa poche intérieur pour en sortir une lettre cachetée portant le seau de son roi, je viens ici pour récupérer un prisonnier qui se trouve dans vos geôles. La lettre ici présente est un message de mon roi qui vous est destiné, la demande officielle si vous voulez.

Avant qu'elle ne prit le message en main, il le reglissa dans sa poche.

-Il vaudrait mieux lire un tel message au château.

Lui-même n'en connaissait pas le contenu exact. Il savait juste que c'était son laissé passé pour la prison. La missive contenait une demande courtoise, mais ferme, de remettre à la justice naine un criminelle issu de leur pays afin que ce dernier soit jugé comme il se devait à Paria. L'auteur donnait l'assurance que l'individu recevrait son juste châtiment.

Sans aucune transition, il changea de sujet comme si le précédent était clôt, pour le moment du moins. Et si une pointe d'humour perçait dans sa voix il n'alla pas jusqu'à s’aventurer à lui demander la nature de son escapade. Bien que...

-Je suis bien chanceux d'avoir pu vous rencontrer ainsi ne pensez-vous pas ? Quoique pour vous la rencontre a dû coûter un peu cher, cela valait-il le coup ?

Bien entendu, il ne parlait pas de sa rencontre avec lui mais de la raison de sa sortie.

-Au fait, aurais-je l'honneur d'apprendre votre nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Échange de bons procédés [Amédriss&Khaad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Échange de bons procédés [PV : Drayken Olmir et les Éryllis]
» [E]change de Bons Procédés.
» Un échange de bons procédés
» Ce n'est qu'un échange de bons procédés, Steevenson - Sam ♥︎
» Echanges de bons procédés [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­­Bélin :: Hydrasil-