­
 

Partagez | 
 

 Un nouvel havre de paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Un nouvel havre de paix   Dim 11 Jan 2015 - 17:57

    On pouvait voir des traces pas dans la neige. Chaque empreinte était nette et précise et s'enfonçait légèrement dans la poudreuse. On pouvait aussi voir que le pied pénétrait le sol un peu plus sur l'avant que l'arrière.
    Si un chasseur avait été là, il aurait pu en déduire que la personne qui les avait laissé allait d'un pas vif, mais en marchant, sans se presser. Un rôdeur aurait aussi pu indiquer la direction de l'individu et dire exactement où souhaitait se rendre le pauvre bougre, sous un temps loin d'être clément. En effet, au dehors, des flocons tombaient sans discontinuer du ciel. Il fallait être résolu pour avoir pris la route avec ce temps, surtout quand on savait ce qui régnait comme créatures dehors. Et quand on savait à quel point il était simple de se perdre quand tout à l'horizon n'était qu'une tâche blanche.

    Mais ni le chasseur ni le rôdeur n'étaient présent et seule la silhouette mouvante et blanche savait où elle allait. Ou du moins, où elle souhaitait se rendre.
    Louchant sur une carte qu'elle luttait pour tenir sans qu'elle ne s'envole, la forme relevait la tête et regardait devant elle, se demandant si, comme d'habitude, ces pas ne l'avaient pas égarés. Mais les montagnes semblaient être les bonnes et bien que le chemin était enseveli sous le manteau blanc, la direction donnée par les entailles faite spécialement sur les arbres semblaient correspondre.

    Après tout, la personne se donnait la peine de retirer la couche de neige de chaque arbre pour ne pas recommencer l'erreur de se perdre. Cela lui avait valu plusieurs détours qui s'étaient avérés plutôt dangereux.

    L'ombre, ou plutôt, avec sa tenue, la clarté, se déplaça un peu plus vite. La destination était à portée. Et il fallait avancer vite pour ne pas mourir de froid Vêtue d'une large cape à capuchon grise très pâle et de bottes blanches qu'on voyait de temps en temps quand le vent relevait l'habit, le symbole de la Colombe cousue dans le dos, l'individu appartenait visiblement à l'ordre des Redresseurs. Et se fondait tout à fait dans le décor blanchâtre. Personne n'aurait pu la voir avec ce rideau de flocons qui déferlaient sous les rafales de vent.

    C'était une bénédiction autant qu'une malédiction, auquel ne voulait pas penser le quidam. Il lui fallait arriver au plus vite.
    Ne faisant que marcher, la silhouette se mit à frotter ses deux mains ensemble, elle aussi gantée de blanc. Il fallait qu'elle se réchauffe. Il lui restait au moins une heure de marche. Et de ses mains, une clarté sembla éclairer les alentours. C'était de la magie. Si on aurait pu la voir, on aurait remarqué que c'était ce que pratiquait les aasimars. La magie des anges, le pouvoir de la guérison. Peu à peu, la silhouette se révélait un peu plus à un spectateur qui n'était pas là.

    Continuant d'avancer dans cette immensité blanche, au bout de trois quart d'heure, une ville se détacha derrière les flocons. Sous la capuche, un sourire se dessina et l'allure accéléra.

    Enfin, elle y était. Le Sanctuaire des Gardiens. Avant de rencontrer un Suli, elle n'en avait jamais entendu parler mais dès qu'elle avait su, l'aasimar avait sauté sur l'occasion. Elle avait de grandes ambitions. Et elle avait prévue tout un plan pour les réaliser.

    Evynne sourit. Comme toujours. Être arrivée ici signifiait qu'un nouveau pan de son plan allait aboutir. Enfin.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilandrile Al'Sharam
Cœur cendré
Cœur cendré
avatar
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim / Phélemée
Faction ou Clan : Clan Solgrem

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
900/5000  (900/5000)
Adage: Je ne suis la destinée que parce que c'est celle que j'ai choisi.
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Mer 14 Jan 2015 - 4:55

Un nouvel objectif, une nouvelle façon d'avancer dans la vie. Ma famille n'était pas pour, craignant que je ne les abandonne une fois de plus. Il m'avait fallut des heures pour leur faire comprendre que ce n'était pas le cas. Que je reviendrais désormais. Mes frères ne semblaient pas d'accord sur le fait de me laisser partir seule, il me faisait rire et je dû leur promettre de ne jamais m'en aller trop longtemps et de leur donner des nouvelles par n'importe quel autre moyen. Voilà des jours maintenant que je voyageais. La Norpalie était tout de même très loin. Mais bon d'un autre côté, j'avais une dette envers les druides. Ils m'avaient demandé d'aller voir au sanctuaire des gardiens. Quelque chose était caché là-bas. Quelque chose de précieux pour les druides. Je ne savais pas de quoi il s'agissait, mais je savais une chose s'était assez petit. Il fallait fouiller. Fouiller dans un temple, non mais sérieusement. Je pouvais comprendre que les druides aient caché quelque chose dedans. Ce sanctuaire était un endroit fermé et peu de gens y allaient. Cependant quand je pris la route du temple quelque chose me fit étrange.

La neige à certains endroits semblait avoir été déplacé. Non seulement ça, mais aussi les pas que je pouvais discerner dedans. Étrange... personne ne venait jamais ici, on me l'avait assuré. Je regardais tranquillement autour de moi, laissant aller mon ouïe. Pour l'instant je n'entendais que les bruits de la forêt. Les oiseaux qui chantaient, les écureuils qui se réveillaient, les autres animaux qui commençaient à approcher. Je ne savais pas énormément de chose sur ce temple, juste que les gardiens étaient un ordre particulier. Leur rapport à la nature ressemblait beaucoup à ceux des druides si tant est que les gardiens semblaient être protéger par des loups. Bah, ce n'était pas ça qui allait me déranger de toute façon. Je finis par reprendre ma route tranquillement. Mes pas étant chacun plus léger les uns que les autres.

Ma condition d'Éladrine me permettait de me déplacer gracieusement et discrètement malgré mes aptitudes martiales qui faisait probablement de moi quelqu'un de moins gracieux que la plupart des autres Éladrins. J'étais probablement aussi moins sage, plus aventurière et surtout, je possédais plus de connaissance que la plupart de ceux de mon clan. Certains se contentaient de ce qu'ils lisaient, moi je préférais apprendre de mes voyages. J'avais d'ailleurs bien roulé ma bosse depuis le temps que je voyageais maintenant. S'était aussi probablement pour cela que les druides m'avait demandé d'aller chercher ce petit coffret. Je finis par hausser les épaules pour moi même. Arrivant près du sanctuaire. Ma vue de faucon couplé à mon ouïe me permettait de voir ce qu'il y avait au loin.

Je remarquais alors la présence de quelqu'un. Visiblement une jeune femme. Je ne distinguais pas la couleur de ses cheveux, ni la couleur de sa peau vu que le faucon avait une très bonne vue mais qu'il ne voyait pas les couleurs. Peu importait pour le coup, je me demandais surtout ce qu'elle faisait là. J'avançais encore doucement mon ouïe toujours sur développé. Ma vue elle était revenue à la normale. Je finis par atteindre le sanctuaire, mais pas du même côté que la jeune femme. Je restais là un instant, sans rien montrer de ma présence. Sur cette neige blanche, je passais moins bien inaperçus que lorsque j'étais dans les forêts de Bélin, mais ce n'était pas bien grave de toute façon, ce n'était pas comme si j'avais envie de passer totalement inaperçus. Mais comme je n'étais pas du genre à abordé les autres, je préférais attendre là de voir la suite des événements.


Couleur de parole : #336666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir Briseos
Loup sanglant
Loup sanglant
avatar
Philosophie : Individualisme
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
120/5000  (120/5000)
Adage: Je suis maître de mon destin et personne ne me ferra plus courber l’échine, pas même les dieux
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Mer 14 Jan 2015 - 16:20

Fenrir était repartir dans les forets et les montagnes froides et rudes de Norpalie. Il était repartir précipitamment à cause des événements qu’il s’était passé il y a quelque jour dans un petit village. Il s’était battu contre la seule personne qu’il avait eu le courage de l’approcher, mais depuis étrangement, il se sentait seul qu’il avait eu besoin d’une présence amicale avec qui parler. Alors qu’il marchait dans les bois, il trouva une ville, il hésita à entrer dans la ville et décida de s’installer un petit campement pour passer, la nuit. Après avoir fait son feu il vit qu’une meute de loup le regardait. Le borgne aimait bien ces animaux là comment ils lui ont sauver la vie, mais il ignorait pourquoi ils montraient de la bienveillance envers lui. Il partagea son repas avec les quelques guetteurs des neiges et il se dit qu’il aurais peut être plus heureux s’il était un loup.

Il s’endormis sans crainte et se réveilla de bonne heure. Il mangea rapidement et alla en direction de la ville dans il vit d’étrange être y entrer et en sortir. Il ne s’avait pas s’ils étaient dangereux, mais par prudence il s’en alla, alors que la neige tombait en ces lieux. Alors qu’il marchait sans aucune difficulté dans la neige et que deux loups le suivait quand il vit des traces de pas qui allait dans la direction de cette étrange cité. Ces traces venaient d’un autre chemin que celui qu’il avait pris la veille. Il décida d’aller à la rencontre de ceux qu’ils ou de la personne qu’il avait laisser ces empreintes. Alors que le nordique réfléchissait à ceux qu’il allait faire, les deux loups se mirent à courir sans se faire remarquer par Fenrir. Le norpalien remarqua qu’il était seul, soupira légèrement, il se mit à courir dans la neige. Ses pas s’enfoncèrent dans la neige épaisse et avec du mal à avancer. Il mis une dizaine de minute avant de voir une jeune femme en prise avec les deux guetteurs des neiges. Le guerrier dégaina son épée longue et alla en courant pour aider la demoiselle. Les loups en le voyants arriver se mirent à grogner et l’un d’eux attaqua le borgne qui se protégea avec son bouclier et en profita pour le transpercer de son arme. Le dernier guetteur des neiges s’enfuit et disparut dans la nature.

Après avoir nettoyer son arme avec de la neige, il alla vers la demoiselle et lui dit :

« A votre place je vous déconseille d’aller dans cette direction… En particulier dans cette étrange cité, elle est remplie d’être étrange que je ne s’aurais nommé. »

Puis il la regarda avec plus d’attention. Elle avait comme vêtement, une cape de fourrure, des bottes blanches et une robe. Elle était d’une petite taille et était mince, sa peau avec la presque la couleur de la neige. Pour le borgne ce n’était d’une gamine qu’il s’était perdu en forêt. Il regarda les environs et il vit que dans les bois blanc une forme grises, il ne s’avait pas à quoi ressemblait mais, il préféra rester sur ses gardes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Ven 23 Jan 2015 - 12:44

Hors-Rp:
 

    Evynne avait les yeux qui brillaient face au sanctuaire. C'était un tel symbole pour elle, une telle chance que d'être ici après ce qu'elle avait enduré. C'était une chance folle que de savoir que dans un autre endroit de la Norpalie, c'était la paix qui régnait, qui que l'on soit. Et elle croiserait surement des Sulis. Seraient-ils du même acabit que la panthère qu'elle avait rencontré ? Il avait passé son temps à la menacer de la manger et de lui raconter des histoires sur leurs coutumes. Au final, Evynne ne savait toujours pas si il plaisantait ou non. Surement. Elle l'espérait tout du moins.

    Arrivée au sanctuaire, deux loups vinrent l’accueillir. Ils se montraient quelque peu menaçant et l'aasimar ne comprit pas ce qu'elle avait fait de mal. Elle se contenta de reculer, en ne faisant aucun geste offensif. Était-ce des véritables loups ou bien des Sulis ?
    Ils semblaient bien bestiaux, et n'avait aucune forme de langage humain, contrairement à Jack, le précédent suli rencontré.
    Mais, malgré tout, elle ne se sentait pas menacé. Il devait y avoir quelqu'un d'autres dans les environs capable de maîtriser les bêtes et de les apaiser. Après tout, la guérisseuse était une intrus ici, elle n'avait pas réellement sa place. Sauf si on la considérait comme une colombe. Après tout, avec ses ailes naissantes, on l'avait déjà traité de poulet.

    Mais, alors qu'elle reculait face aux loups grondant, un homme surgit, l'arme levé, ainsi que le bouclier, et.. s'attira la foudre des loups. Ils l'attaquèrent et.. il... il en transperça un. Laissant l'autre s'enfuir. Puis, il marmonna quelque chose sur la direction qu'elle prenait, la mettant en garde. Mais Evynne n'écoutait pas, les yeux rivés à la carcasse de l'animal, tombé au pied du meurtrier. Sous le coup de la colère, elle ne put s'empêcher de s'exclamer, un peu violemment :

"Mais ! Qu'avez-vous fait ? Pourquoi avoir tué ce pauvre loup ? Dans un sanctuaire qui plus est ! Pourquoi avoir perpétré ce meurtre ?


    Evynne était scandalisée. Avant qu'elle n'arrive de nouveau à Quiétude, elle avait assistée à une décimation tout aussi similaire, mais sur une meute de loups. Cela l'avait révulsé, complètement, et ça lui avait permit de s'assurer de rester sur le chemin de la bienveillance. Elle savait que la voix du meurtre ne serait jamais son choix. Plutôt mourir.

    Et maintenant, face à elle.. Encore... Une autre personne qu'elle aurait peut-être décidé de faire la morale à l'homme, de le brutaliser pour son crime, mais Evynne n'avait jamais eu ses pensées. La violence était exempte de son corps.

    La femme se contenta de tomber à genoux devant la carcasse de l'animal et des larmes vinrent à couler sur ses joues. Elle ne regarda pas une seule fois l'homme. Il ne se rendait pas compte de ce qu'il avait fait. De la gravité de son acte. Surtout au sein d'un lieu de paix où l'on se devait de respecter autrui.

    Evynne posa sa main sur la carcasse et fit venir la magie de la guérison dans ses doigts. Ils s'éclairèrent de blanc, tout comme la neige autour d'eux. Elle ressentait l'état de l'animal et le loup était bel et bien mort, mais il fallait maintenant que Litrish accomplisse son oeuvre sur le corps défunt de l'animal.
    Plongée dans la tristesse, l'aasimar envoyait ses prières vers l'esprit du mort, sans plus se soucier de ce qui l'entourait.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilandrile Al'Sharam
Cœur cendré
Cœur cendré
avatar
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim / Phélemée
Faction ou Clan : Clan Solgrem

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
900/5000  (900/5000)
Adage: Je ne suis la destinée que parce que c'est celle que j'ai choisi.
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Dim 25 Jan 2015 - 10:41

Je n'ai pas le temps d'intervenir que la bataille est déjà terminé. Je regarde le massacre et la jeune femme qui semble réellement peiné de ce qu'il s'est passé. Je ne comprends pas trop ce qu'elle fait, ni ce qu'il se passe, mais ses paroles sont assez claires pour me donner le sourire, pour une fois que quelqu'un semble défendre ces bêtes, je me demande bien ce qu'elle est venue faire ici et lui qui est-il exactement ? Le second loup s'avance vers moi par derrière, je me retourne sèchement, il s'arrête. Je m'accroupis et tends ma main. Il approche doucement, très doucement ne sachant pas trop s'il doit encore faire confiance et puis finalement il frotte sa tête à ma main. Un sourire apparaît furtivement sur mon visage. Je le gratte entre les oreilles et il se couche devant moi, me montrant alors qu'il ne me veut aucun mal. Bien entendu, personne ici ne vous veut du mal quand il vous sait neutre. Ce sanctuaire, ce n'était pas la première fois que je venais ici. Je finis par me relever et m'adresser à lui, sachant qu'il ne comprendrait pas, mais que d'une certaine façon l'intonation de ma voix le pousserait à me suivre.

« Viens avec moi. »


J'étais calme et tranquille, comme je l'avais toujours été en vérité. Le calme des Éladrins, je me demandais ce qui allait se passé maintenant, alors que je m'avançais vers eux. Je l'avais vu me regarder et mon regard gris et dur se posa sur lui en premier. Je ne savais pas comment j'allais réagir, dans ce genre de situation, avant je m'emportais, mais plus maintenant. Le loup à mes côtés gronda de façon à accueillir la jeune femme. Il s'approcha de son compère et s'assit pour hurler à la mort. Dernier signe de respect pour un compagnon disparu. Je m'accroupis devant la carcasse, posant ma main sur la tête du défunt et prononça dans ma langue quelques paroles qui guiderait son âme vers Solarim. Et puis je pris la parole.

« Vous n'aviez pas à faire ce que vous avez fait. Ici, on ne craint ni violence, ni bain de sang, ici c'est un sanctuaire. Pourquoi le profanez vous ? »

Je restais un moment sans rien dire te puis finalement je repris.

« Rangez vos armes. Les loups sont les protecteurs de ce sanctuaire, les loups sont liés aux gardiens. Que je n'ai pas à le répéter. »

Je tendis la main à la jeune femme. Je ne pouvais pas réellement la calmer, je ne savais pas comment faire. J'avais beau avoir mûrit, j'avais beau être plus vieille qu'eux deux réunis, les relations restaient encore mystérieuse pour quelqu'un comme moi. Je repris de ma voix calme et basse.

« Que venez-vous faire ici ? Que cherchez-vous exactement ? »

Je posais cette question à la jeune femme plus qu'à l'homme. Le loup vint se poser à côté de moi, tranquillement. Mon regard gris balaya les deux personnes attendant une réponse, qu'importe elle serait. J'espérais juste ne pas avoir à me battre, pas ici tout du moins. Car si les armes et la violence était une partie de mon quotidien, j'étais aussi très respectueuse et je savais par expérience qu'ici tout pouvait arriver. Et puis je n'étais pas non plus quelqu'un de plonger dans le combat, je ne résolvais pas tout par les armes, parfois une parole bien placé valait toutes les armes du monde.


Couleur de parole : #336666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir Briseos
Loup sanglant
Loup sanglant
avatar
Philosophie : Individualisme
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
120/5000  (120/5000)
Adage: Je suis maître de mon destin et personne ne me ferra plus courber l’échine, pas même les dieux
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Jeu 29 Jan 2015 - 17:02

Le norpalien fut surprit par les paroles de la jeune demoiselle. Cette frêle créature osait lui dire qu’il n’avait pas le droit de tuer ce loup. S’il s’était ça il aurait eu bien envie de l’étriper pour lui passer l’envier de sermonner celui qu’il la sauva et en plus il n’avait pas envié de le tuer c’était jusque un réflexe de survie. Il fut plus encore surpris quand il entendit que c’était un sanctuaire. Il regarda la jeune femme et alla répondre, quand elle tomba à genou dans la neige et pleura à chaudes larmes sur le cadavre du loup, mis sa main sur le corps mort et se mit à briller d’un blanc neige et se mit à réciter d’étranges prières. Le borgne tourna sa tête pour voir l’endroit où il avait vu l’autre personne et il vit qu’elle arrivait avec le deuxième loup vers lui. C’était une aussi une femme mais d’une grande taille portant sur sa tête une grande chevelure grise alors que sa peau était jeune. Alors que la jeune femme était arrivée à leurs hauteurs, le loup survivant s’approcha de son compagnon, s’assoit et se mit à hurler. Le norpalien comprit en ce hurlement un dernier hommage et un dernier respect qu’il avait entre ces deux êtres. Quand le loup eu fini de hurler à la mort, la deuxième femme s’approcha du cadavre, mis sa main et prononça des paroles incompréhensible pour Fen. Puis elle se leva et dit au défigurer qu’il n’avait pas le droit de faire ce qu’il à fait, car en ce lieu la violence et le sang des combats sont proscrit. En entendant cela, Fenrir fit un sourire narquois en se disant que c’était idiot et que tout les endroit n’était points épargner par la guerre et la destruction. Puis il eu un silence ou on entendait que le bruit du vent et les pleurs de la première fille. Puis elle se mit à reparler en disant de ranger les armes et que les loups étaient liés à des gardiens. Là le norpalien fut totalement déboussolés, déjà avec l’histoire du sanctuaire alors si en plus s’il y a d’étranges gardiens, alors n’en parlons pas.

Alors qu’il essaya d’assimiler ce qu’il venait d’entendre, il vit que la grande femme à la chevelure grise tendit sa main en direction de la fillette aux cheveux couleur neige. Puis elle dit ce qu’ils venaient faire en ces lieux. Fenrir rangea son épée dans son fourreau et mis son bouclier dans le dos avant de dire en fessant un sourire sincère:

" J’explore le monde, comme j’ai vécus presque toute ma vie sous terre prisonnier des gobelins et maintenant j’essayer d’apprendre le plus possible de connaissance sur ce monde et les différentes races qu’il y peuple. "

Il attendit un peu avant de dire sur un ton sec tout en regardant le cadavre du loup

" En ce qu’il concerne ce pauvre loup, je l’ai simplement tué en pensant que la petite était en danger, sinon je ne l’aurais jamais fait un tel geste surtout qu’ils sont les seuls à m’apprécier… J’ai même partager ma nourriture avec eux la nuit dernière…mais il est mort et on ne peut rien il faire et quand on tuer un animal il faut au moins prendre sa chaire et sa peau pour que sa mort ne reste pas inutile. Ensuite il faudrait réduire les os en poussière comme ça son âme reviendra dans la terre et renaîtra sous une autre forme."

Après avoir dit cela, il prit son couteau de chasse et s’approcha du cadavre, mit un genou à terre et alla commencer quand l’autre loup se mit à grogne avec colère. Le borgne le regarda et ne fit aucun mouvement même quand le loup le mordit au poignet, il ne dit rien mais on pouvait voir sur son visage qu’il avait mal. Le loup relâcha le poignet en ressentant aucune haine ou de colère, mais il interdisait à l’homme de s’approcher de son camarade. Le norpalien lui sourit, rangea son couteau, mis de la neige sur sa blessure, se leva et s’écarta du cadavre de plusieurs pas. Puis il demanda :

« Je peux savoir qui vous êtes ? Sinon, moi je m’appelle Fenrir Briseos , mais vous pouvez m’appelez Fen »

Puis il attendit que les deux autres lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Mar 3 Fév 2015 - 13:43

    Alors qu'Evynne était encore sous le choc du meurtre perpétré, du mouvement se fit autour d'elle. En s'apercevant qu'il s'agissait d'un loup, l'aasimar eut un mouvement de recul, avant de l'entendre crier à la lune. Ainsi, lui aussi envoyait des pensées à son défunt frère de meute. Puis, elle vit une main s'approcher et se poser sur le corps encore chaud de l'animal.

    Relevant la tête, elle s'aperçut qu'il s'agissait d'une femme aux oreilles pointues. Une éladrine. Evynne avait un grand respect pour ce peuple ( bien qu'elle en ait pour tous, sans distinctions voulues. Mais les éladrins étaient ce qui s'approchait le plus de la nature et recherchait le respect envers toute chose vivante. )

    L'admirant de sa position, c'est à dire accroupie, la guérisseuse ne put que confirmer l'opinion qu'elle avait déjà sur ces personnes. C'était bel et bien des gens qui se voulaient pacifiste.
    Alors que la nouvelle venue posait des questions sur la raison du geste du guerrier et tendait une main vers la jeune femme, Evynne la saisit et se releva. Les deux femmes venaient de se rencontrer mais la passion pour la non-violence formait un lien entre leurs deux cultures.

    Et l'homme lui, s'expliquait. Il avait vécu reclus de la société. Prisonnier. Le regard d'Evynne à son propos changea aussitôt. Ce n'était pas un criminel. Juste un homme qui était perdu et ne savait pas composer avec le monde autour de lui.

    Puis, il expliqua son geste. Et là, l'incertitude plongea Evynne dans une réflexion profonde. Il avait été avec ces loups mais n'avait pas hésité à les tuer. Pour défendre une jeune femme qu'il ne connaissait pas. Parce qu'il la croyait en danger.
    D'un côté, il avait trahi ses compagnons, les seuls qui l'appréciait selon ses dires. De l'autre il avait agi pour le bien d'un inconnu.

    Même si les conséquences de son geste n'était pas des plus heureuses, la raison faisait de lui un homme qui se voulait bon. Mais il ignorait comment bien s'y prendre et semait la mort par là même. Il suffisait juste de lui montrer la bonne voie et les bonnes façons de s'y prendre. Et il n'y avait d'autres chemins que celui des Redresseurs. Son ordre lui permettrait de découvrir le monde tout en agissant pour le bien du pays.
    Mais ce n'était pas une âme perdu. La douceur des Redresseurs pouvaient encore l'effleurer. L'aasimar savait que sa cause était noble et juste. Qu'il fallait répandre ses principes partout, à tous, à tout prix. Même à ceux qui avaient déjà tués. Elle croyait au pardon. Elle croyait à la repentance. La cause de ce barbare n'était pas perdu. A ses dires il était plus ignare sur le monde que mauvais ou violent.

    L'homme, nommé Fenrir, était un être qui avait tout à apprendre et il n'était pas trop tard pour en faire quelqu'un de bien. Du moins, Evynne l'espérait.

    Au final, ce barbare était bien pragmatique. Il voulait simplement survivre pour le moment. Dépecer l'animal et le manger. Au moins, il ne tuait pas pour rien. Mais il perpétrait des meurtres quand même.
    Evynne ne savait toujours pas quoi penser de lui et comment agir envers Fenrir. Devait-elle être méfiante ou justement compatissante ? Mais.. chassez le naturel et il revient au galop. Et l'adolescente n'était pas mauvaise. Elle était généreuse, empathique et altruiste. Il avait besoin d'aide alors elle lui fournirait ce dont il avait besoin : de la culture avant tout. Sur le monde, sur les gens, sur la façon s'agir. La redresseuse était prête à lui offrir ça.

    C'est pourquoi, quand elle déclara la raison de sa venue, elle avait le sourire et ne se cacha pas :

"La Norpalie est mon pays, je le visite en espérant rendre cette contrée moins abrupte. Un peu comme le village d'où je viens.. Quiétude. Parce que je soutiens la cause des Redresseurs."

    Elle lança un regard vers l'homme, avec un sourire qui se voulait doux, pour qu'il comprenne ce que cela impliquait :

"Je défend la paix et la justice contre la violence faite au plus démunis. Je m'arme d'un bouclier uniquement. Et mon épée n'est jamais là pour faire le mal, mais juste pour défendre les innocents. Et ce sanctuaire, est un lieu où la paix se fait ressentir. C'est un havre qui m'inspire et me donne la force de continuer à faire le bien."

    Jetant un coup d’œil à la carcasse, elle perdit son sourire et continua sa phrase :

"Ou du moins, qui m'inspirait avant que la violence ne pénètre cet endroit. Et.. Je me nomme Evynne Pianec."

    Puis, se tournant vers la femme au cheveux gris, Evynne continua de parler :

"Je suis honorée de rencontrer une fervente défenseur de la nature. Vous êtes originaire d'ici ?"


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilandrile Al'Sharam
Cœur cendré
Cœur cendré
avatar
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim / Phélemée
Faction ou Clan : Clan Solgrem

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
900/5000  (900/5000)
Adage: Je ne suis la destinée que parce que c'est celle que j'ai choisi.
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Jeu 5 Fév 2015 - 11:46

Je restais la tranquillement sans pour autant bouger, ma main toujours tendu vers elle, me demandant si elle allait se remettre de l'affront fait à ce sanctuaire. Contrairement à ce que l'on pourrait penser de mes voyages je n'avais pas encore acquis la maturité nécessaire pour pardonner ou alors pour juger d'une façon correcte les actes que l'homme venait de commettre. J'étais encore loin de la sagesse des Éladrins, loin de la tolérance que les plus anciens pouvaient faire preuve. Pour eux, j'étais encore jeune, une adulte sans pour autant être bête ou idiote, de plus contrairement à beaucoup d'Éladrin j'avais choisis le voyage. J'avais pu voir de nombreux comportement, mais même ceux qui n'avait pas eu une éducation convenable. Je pouvais le comprendre, mais je ne le cautionnais néanmoins pas, surtout après avoir dit qu'ils avaient été ses compagnons de route. Pourquoi donc l'avait-il tué alors qu'il avait voyagé avec lui, qu'il avait appris de lui ? Je ne comprendrais jamais je crois ce comportement que les humains avaient de toujours être craintif de tout. Non, je me trompais, certains humain ne l'était pas. Je repensais alors à Khalän, j'espérais sincèrement que mon frère allait bien.

Je laissais donc l'homme parler sans rien dire. Je n'étais de toute façon pas du genre très causante. Je préférais écouter et analyser, ce qui me permettait de bien jaugé la situation de part l'expérience que j'avais. Parce que j'avais beau être jeune pour les miens, pour eux, j'étais quelqu'un de bien vieux. Plus d'un siècle, ça en faisait du temps passé à parcourir ces terres. Heureusement, je ne les parcourais pas depuis autant de temps, quoi que.... une bonne cinquantaine d'années tout de même. Je soupirais doucement et lorsque j'entendis le loup grogner, mon regard gris et froid se posa alors sur l'homme, ne cherchant pas à refouler la petite pointe de colère qui courrait dans mes veines. Il allait sérieusement faire ce que je pensais qu'il voulait faire ? Je finis par m'accroupir, posant la main sur la tête du loup, le flattant doucement, murmurant des paroles dans ma langue. Il s'apaisa instantanément. Je le regardais alors et repris la parole.


« Vous ne pouvez faire ça. Cette dépouille appartient désormais aux gardiens du sanctuaire, elle est protégée. Vous ne pouvez vous en servir comme une source. Laissez là ici, le froid la conservera et les gardiens s'en occuperont. »

Des paroles probablement bien étrange pour eux, mais qui avait du sens pour moi. Peu importait ce qui entrait dans ce sanctuaire, tout ce qui était faune ou flore appartenait au sanctuaire et personne n'avait le droit de se l'approprier. Seul les gardiens pouvaient se l'approprier et il me semblait que lui ne faisait pas partit de ceux-là. Je restais donc de nouveau silencieuse, regardant les échanges tranquille de silence. Le loup vint se poser à mes côtés sans rien demander d'autre, sans rien dire d'autre. Et puis finalement, la jeune femme pris la parole. La Norpalie son pays, je m'en étais douté un peu. Elle ne ressemblait pas du tout aux humains ordinaires et d'ailleurs je doutais fortement qu'elle en soit une. Pas plus un Tiefflin, elle n'en avait pas les signes, Aasimar donc. Intéressant, que faisait un demi-être si loin de Quiétude. Généralement ils ne se déplaçaient pas. Enfin on pouvait en dire autant de moi après tout. Lorsqu'elle parla des Redresseurs, je finis par tiquer un peu. Non pas que cela me dérangeait, chacun faisait ce qu'il voulait, mais personnellement, je ne me battais pour personne si ce n'était pour moi et défendre ceux qui avait besoin de moi.

Elle prônait la non-violence, pourtant pour arrivé à avoir un semblait de paix, il fallait toujours un peu de violence. Pour ramener la paix, il avait fallut arrêter les guerres et donc se battre pour cela. Un peu contradictoire comme discours. Enfin je ne m'attardais pas trop là dessus. Je n'avais pas envie de lancer un débat. Cependant je ne pouvais passer sa dernière réflexion et finalement je me lançais dans une réplique.


« Sans combat, il ne peut y avoir de paix. Pour que ce sanctuaire devienne un lieu paisible, de nombreuses batailles ont eu lieu. Comment pouvez-vous prôner la non-violence alors que pour défendre vous devez vous battre ? »


Je n'arrivais pas à comprendre le concept, peut-être parce que mon peuple était un peuple de combattant. Pas comme les Norpaliens, loin de là, mais le combat coulait tout de même dans nos veines, même si nous préférions les paroles aux poings. Je laissais une fois de plus tomber cette réflexion, elle ne me menait à rien de toute façon. Il allait falloir que j'arrête de réfléchir de la sorte à toute sorte de chose, sans qu'il n'y ait réellement de finalité à ma pensée. Je sortis doucement de mes pensées en l'entendant de nouveau prendre la parole. Je haussais un sourcil à sa phrase et puis finalement elle se présenta comme l'homme l'avait fait. Je n'étais pas très chaude de leur donné mon nom et encore moins mon surnom, personne ne m'appelait ainsi sauf ma famille. Je la fixais cependant en l'entendant parler, un léger regard amusé.

« Je ne suis pas une fervente défenseur de la nature comme vous pouvez le penser. J'ai grandis avec, je suis en harmonie avec, rien que le fait d'être Éladrin vient de la nature. Je ne la défends pas, je suis la nature. Quand au fait d'être originaire d'ici. Aucune Éladrin ne peut être originaire d'Ildir, mais si vous parler du fait que nous avons émigré ici, non mon clan n'est pas installé en Norpalie. Je n'ai pas forcément d'accointance pour le froid et la neige. Comme dit tout à l'heure, je suis la forêt. »

Un concept compliqué, même pour nous en quelque sorte. Généralement on ressentait la forêt, on était elle, on était ce qu'elle nous donnait, ce qu'elle nous offrait. On vivait en harmonie avec elle, comme le prouvait ma relation avec les loups. Ils n'avaient probablement jamais vu d'Éladrin avant moi, où alors peut-être. Même dans mon clan j'étais différente et je pensais différemment. Je haussais les épaules pour moi-même et je repris brièvement la parole.

« Je me nomme Lilandrile. »

Point, je n'avais plus rien à dire.


Couleur de parole : #336666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir Briseos
Loup sanglant
Loup sanglant
avatar
Philosophie : Individualisme
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races: Norpalien
Réputation:
120/5000  (120/5000)
Adage: Je suis maître de mon destin et personne ne me ferra plus courber l’échine, pas même les dieux
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Ven 6 Mar 2015 - 18:27

Spoiler:
 

Fenrir écouta avec intention ce que disait les deux femmes, la grande avec la tresse grise lui dit que laissé le loup aux gardiens. Le nordique ne comprenait pas, mais préférât ne rien dire à ce sujet, puis ce fut la demoiselle qui prit la parole. Elle dit que la Norpalie est son pays. Elle voyage la région pour la rendre plus pacifique et qu’elle fait parti d’un groupe qui s’appelle les Redresseurs. Le borgne perçu le regard de la jeune fille et de son sourire, il rougit très légèrement comme il ne souvenait plus quand c’était la dernière fois qu’une fille lui avait sourit de cette manière. Puis il entendit qu’elle protégeait la paix et la justice contre la violence. Le guerrier fit un petit sourire mesquin et eut presque envie de rire quand elle dit qu’elle a comme seul arme un bouclier et que son épée reste au fourreau. L’autre femme lui répondit qu’il ne peut pas avoir la paix si il n’y pas des guerriers pour la défendre. Puis comprit où il était. C’était donc bien un sanctuaire, mais dédier à la paix. Elle continua à parlez sans que pour autant que le borgne l’écouta, il voulais jusque savoir son nom et il appris qu’elle s’appelait Evynne Pianec.

Puis ce fut au tour de la grande femme de parler. Elle dit qu’elle n’est pas une défenseuse de la nature mais qu’elle a grandit avec la nature. Elle disait qu’elle faisait parti des Eladrin. Fenrir resta de marbre même si ses sourcils se levèrent de surprises. Il ne s’avait pas qu’il était ces eladrins et préféra rester prudent. Puis elle dit qu’elle s’appelait Lilandrile. Le borgne regarda ou était le loup et il vit qu’il n’était plus là. Il se dit qu’il était partir rejoindre sa meute. Il demanda à Lilandrile que était un Eladrin. Avant qu’elle ne puisse répondre on entendit des bruits de courses en provenant du sanctuaire. Le norpalien alla voir et il vit qu’il avait une dizaine de loup et d’étranges hommes ours qui arrivent vers eux. Il compris que c’était pour la carcasse qu’ils venaient. Il recula avec prudence et quand els nouveaux arrivant furent arrivé l’un des hommes ours vit le cadavre du loup et il dit avec colère de celui qui à fait ça se dénonce. Fenrir regarda l’ours humanoïde, celui si avait un plastron en fer et avait un pantalon en toile de lin et il avait comme arme un immense marteau à deux mains. Puis le borgne dit avec brutalité :

« C’est moi qui ait tué ce loup. »

Jusque après avoir dit ces mots les loups l’encerclèrent et les trois gardiens se mirent devant lui. L’un des trois celui avait une grande lance lui demande pourquoi il avait fait ça. Le nordique lui répondit qu’il l’avait fait parce que il pensait que la demoiselle était en danger en montrant Evynne. Celui avec le marteau s’avança vers lui et dit avec colère :

« Mensonge que tout ça, les norpaliens savent que ce lieu est sacré alors ne nous ment pas. »

Fenrir laissa envahir par sa rage et sa colère que les loups ressentirent son auras et reculèrent de quelque pas en arrière. Puis le Nordique dit :

«les autres c’est peut être le cas mais pas moi. S’il vous voulez me faire partie de ce lieu alors ça sera par la force, car je me laisserais pas faire. »

Après avoir dit ça il dégaina sa lame, mis son bouclier sur son bras gauche et attendit que la première vague d’assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Dim 15 Mar 2015 - 19:18

    Evynne assista aux remontrances de la femme face à Fenrir, sans rien dire. Elle avait tout à fait raison, cela n'était pas niable. Ce lieu était bel et bien ce qu'on appelait un sanctuaire. En découlait le respect de la vie et de ceux qui y habitaient.
    Alors l'Aasimar restait coite, observant Fenrir. Il ne semblait pas vraiment intéressé. Plutôt perdu dans ce qui se passait.

    Que lui était-il arrivé pour qu'il en soit là ? Evynne comprenait qu'il ignorait se trouver dans un sanctuaire, mais cela sembler aller au delà de ça. Cela l'intriguait. Mais elle n'osait pas le questionner maintenant. Il faudrait amener la chose doucement.

    Elle avait surtout plus important à penser en ce moment. L'éladrine venait de lui répondre. Elle défendait que la paix ne pouvait être apporté sans violence et sans combat. Evynne avait déjà eu affaire à ce genre d'amalgame. Souvent les gens pensaient qu'il fallait riposter face à un combat. Vaincre la violence par la violence. Mais Evynne croyait à d'autres méthodes, beaucoup plus pacifiste. On pouvait lutter pour la paix en se défendant simplement, sans asséner de coups et en répondant calmement. Répondre par le violence ne faisait que l’engranger. La redresseuse en était convaincue.
    Mais elle n'eut pas le temps d'exposer son avis que l'éladrine enchaina sur son rôle face à la nature. Elle ne la protégeait pas, elle l'incarnait.

    Cela plongea Evynne dans une réflexion encore plus poussée. Pas sur la nature ni sur les éladrins, mais sur son implication dans les valeurs qu'elle voulait incarner. La paix et la Justice. Pourrait-elle un jour dire "Je suis la Justice" ? Uniquement quand Phélemée s'emparait d'elle surement. Parce que si elle voulait l'être et le devenir, qu'elle croyait l'être.. elle ne se sentait pas tout à fait prête à l'affirmer. Il restait une incertitude qu'elle avait du mal à discerner. Ce serait comme être parfaite. Mais la perfection ne s'atteignait jamais. Alors.. non. Elle n'était pas la paix. Elle n'était pas la justice. Pas encore du moins.

    Et Fenrir l'étonna encore. Il demanda ce qu'était une éladrin. Evynne ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Avant d'en croiser une, elle n'en avait jamais entendu parler. C'était des êtres mystérieux, dont la provenance semblait miraculeuse. Tout comme celles des Aasimars et Tiefflins à vrai dire.

    Mais la guérisseuse ne fut amusée qu'un instant. En effet, des loups arrivaient vers eux, accompagnés d'hommes-ours. Evynne avait les Sulis en respect, bien qu'elle s'en méfiait toutefois un peu. Et ceux là avaient un charisme certain. Ils étaient des ours. C'était impressionnant d'avoir affaire à ce genre de suli. La panthère qu'elle connaissait ne faisait pas le poids face à eux.

    Alors quand ils demandèrent qui avait commis le meurtre du loup, la jeune femme se tourna vers Fenrir, en se demandant comment il allait réagir. Et il ne la déçut pas. Il se dénonça, directement. Et fut immédiatement encerclé.

    Evynne appréciait moins ces menaces. Ils essayaient de l'intimider. Ce n'était pas vraiment des manières de gardiens, même face à un décès commis par un autre. Elle comprenait leur colère, mais pas leurs attitudes. Alors, quand Fenrir qui, visiblement, ne connaissait rien à la diplomatie, elle intervint.

"Arrêtez ! C'est inutile de combattre pour résoudre ce conflit ! Fenrir ignorait que c'était un sanctuaire, nous en avons été témoins toutes les deux."

    S'étant interposée au milieu des loups et des ours, devant Fenrir, son coeur battait à toute allure. Ils n'avaient pas l'air avenant et semblait vraiment remonté contre l'homme. Mais il disait vrai. Fenrir ne savait pas que c'était le sanctuaire des gardiens.


"Puis, avant de vous battre, qu'attendez-vous de lui ? Il ne peux pas redonner la vie à ce loup. Juste s'excuser et agir un peu moins belliqueusement."

    Evynne tourna son regard face à l'homme. Il semblait aimer se battre et voyait ça comme une solution pour résoudre tout les conflits. Elle allait lui prouver que ce n'était pas le cas.


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilandrile Al'Sharam
Cœur cendré
Cœur cendré
avatar
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim / Phélemée
Faction ou Clan : Clan Solgrem

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
900/5000  (900/5000)
Adage: Je ne suis la destinée que parce que c'est celle que j'ai choisi.
MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   Ven 20 Mar 2015 - 5:31

Ce genre de situation, je les détestais tout particulièrement. D'une je n'aimais pas du tout parler. Ce n'était pas mon genre de m’épancher envers les autres, de leur raconter ma vie etc... pour cela j'étais très terre à terre finalement. Je regardais ce gars et cette fille. Tous deux pensaient avoir vu de nombreuses choses, j'avais du mal avec les autres races pour cela d'ailleurs. Ils n'étaient que des enfants qui ne savaient pas ce que la vie leur réservait. J'avais rencontrer une seule personne pour l'instant qui semblait savoir en partit ce que la vie pouvait lui réserver. Seulement ce n'était pas le cas de ces deux-là. Je me sentais vieille à ce moment-là. Vieille et aigri. J'avais passer un centenaire et si ce n'était rien pour Éladrins c'était beaucoup pour les autres qui semblaient vivre en dehors du temps pour ma part. Mais voilà que je me perdais dans des réflexions de vieillard. C'était aussi pour cela que notre peuple était un mystère pour les autres, aucun de nous n'aimait en dire plus que ce que chacun pouvait voir. Nous restions un mystère et c'était tout aussi bien.

Je finis cependant par sortir de ma rêverie et entendre des bruits qui arrivaient. Je ne pus rien faire parce que d'un autre côté pour le coup il n'y avait pas grand chose à faire. Autant attendre que ça se passe non, voir ce qui allait arriver. C'était la meilleure solution qu'on pouvait avoir de toute façon ? Je laissais donc les événements se passer. Les sulis investissaient le sanctuaire, arme au poing. Ce qui était étrange vu que techniquement il n'en avait pas besoin -avoir des griffes et une force colossale était largement suffisant.- et se ruèrent vers nous. Avant même que tout commence je savais déjà ce qu'il allait se passer. Au delà de tout ça, c'était en quelque sorte inéluctable. Les gardiens n'allaient pas tolérer qu'on vienne dans leur demeure, qu'on tue leur animaux sans se défendre. Cependant une bataille ici n'était pas envisageable, je le savais très bien et je doutais fortement que cela plaise.

Je soupirais intérieurement. J'allais encore devoir faire la loi, comme la dernière fois, sauf que la dernière fois j'avais du frapper ensuite, j'espérais sincèrement ne pas avoir à le faire maintenant, pour être honnête ce n'était pas ce qui me plaisait le plus dans ce que je faisais. Je préférais largement la solitude, au moins je n'avais pas de souci avec les interactions humaines. Je vis alors le gars dégainé ses armes sans préambule et puis la jeune femme venir mettre son grain de sel. Sérieusement, ces deux personnes étaient des aimants à problème à la fin. Je finis par dégainer l'un de mes cimeterres et le jetait entre les deux parties. Les sulis se tournèrent vers moi et l'un deux me salua, ce devait être le chef.


« Il me semble que nous sommes toujours dans un sanctuaire, pourquoi tant d'empressement à vous battre. »
« L'un des nôtres est mort et... »
« Et c'est regrettable, je le conçois fortement, seulement rien ne permet de le ressusciter, de plus son âme est déjà partit. Ne reste que la dépouille. »


Je m'accroupis alors devant la carcasse et pose une main dessus.

« La vie est quelque chose qu'aucune de nous ne devrait sous-estimé et je le conçois parfaitement. Seulement et vous le savez aussi bien que moi, la mort fait aussi partie de la vie. Sans la mort, il ne pourrait y avoir de vie, et sans vie il ne pourrait y avoir de mort. C'est un cycle continue qui ne peut être arrêté. Vous le savez aussi bien que moi, vous qui côtoyez la nature tous les jours. Elle se renouvelle constamment, cherchant à faire d'elle une nouveauté à chaque instant. Il est temps pour vous d'accepter. »
« Mais... »
« Je sais. La mort donner par un autre n'est pas acceptable, mais ce ne serait pas la première ni la dernière fois que cela arrivera. Parfois nous avons surtout besoin d'être guider et lui en a besoin. »

Ils baissèrent alors leur armes et je m'approchais tranquillement de l'endroit ou j'avais planter mon cimeterre pour le récupérer et le rengainé dans mon dos. Je me tournais ensuite vers Fenris.

« Ce n'est pas parce que vous ne connaissez pas les coutumes d'ici que vous devez sortir vos armes à tout bout de champ. L'Aasimar avait raison pour une chose. La parole est parfois bonne a entendre. Elle n'évite pas toujours les conflits, surtout quand les conflits sont commencé et qu'il faut les arrêter par la force. Mais quand le conflit n'a pas commencé, il serait bon avant de tirer les armes de réfléchir un minimum à ce que cela pourra engendrer. »

Je finis par repartir à ma position initial, regardant les deux parties. La suite allait être probablement follement intéressante. L'Aasimar voulait bien faire, mais il lui manquait probablement certaine notion. Seulement j'étais certaine d'une chose, ce n'était pas seulement avec la parole qu'elle arriverait à faire quelque chose. Le monde ne pouvait pas tourner seulement à la parole. D'autres avaient essayés et s'y étaient déjà brûlés les ailes.


Couleur de parole : #336666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un nouvel havre de paix   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouvel havre de paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouvel havre de paix
» Est-ce que M.Lovinsky Pierre-Antoine repose-t-il en paix ?
» Havre de paix. [Pv Alvina]
» Havre de paix... [Monologue]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: ­Norpalie :: Sanctuaire des Gardiens-