­
 

Partagez | 
 

 Caleb Daenelynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 4:29

Caleb Daenelynn

Attrape-moi, si tu peux !

Genre : Masculin.
Surnom : Flynn, le Voltigeur.

Âge : 113 ans.
Race : Eladrin.

Terre d'origine : Clan Solgrem, Ile d’Etragore.
Philosophie : Libertarisme.

Faction : Pirate.
Profession : Ebéniste, désormais Hors-la-Loi (Je vous assure que c’est un travail à temps plein !).

Magie : Possède la Flamme comme tout Eladrin mais ne l’a jamais développée, peut-être parce que l’apprentissage théorique n’a jamais été son fort ou parce qu’il n’a jamais trouvé beaucoup d’intérêt à la Magie.

Aptitude(s) particulière(s) : En tant qu’Eladrin, Flynn est doté d’un pouvoir de guérison. Le sien fonctionne sur les autres et uniquement sur les blessures superficielles ou très légères. Tout comme la Magie, il n’a pas réellement cherché à développer ce don, préférant de loin l’usage des baumes et bandages.

Compétence(s) : (Des justifications plus précises sur le pourquoi du comment sont apportées dans l’histoire du personnage. Globalement, les compétences de Flynn sont principalement dues à un entrainement assidu et continu depuis son adolescence. Vivre longtemps à quelques avantages…)

• Flynn est agile, très agile. En même temps, il a passé des années à s’entrainer dans ce domaine et a l’occasion de régulièrement mettre à l’épreuve son agilité. Il est particulièrement doué pour se mouvoir là où d’autres ne verraient qu’une série d’obstacles à contourner. Grimper, sauter, glisser… Il a certes ses limites, qui sont celles de la physique, mais on ne l’appelle pas le Voltigeur pour rien et, il faut l’admettre, cela peut être particulièrement utile lorsque l’on cherche à fausser compagnie à quelques personnes malintentionnées.

• Ayant découvert une passion pour cette discipline durant son adolescence, Flynn s’est entrainé durant de longues années – et il pratique encore tous les jours – au lancer de couteaux. Particulièrement redoutable à cet art, il est rare qu’il manque sa cible lorsque celle-ci n’est pas en mesure de se défendre. Il n’est pas infaillible, comme tout le monde, mais autant dire que, dans les jeux de lancer, vous aurez difficilement votre chance.

• Afin de parfaire son aptitude au lancer, et principalement augmenter sa cadence, Flynn a passé beaucoup de temps à s’entrainer pour devenir ambidextre et ainsi pouvoir se servir de ses deux mains sans que cela ne l’handicape outre mesure. Il aura toujours l’impression que sa main gauche est toujours plus précise que la droite, mais c’est surement son côté perfectionniste qui n’est jamais réellement satisfait. Allez savoir…

• Flynn possède quelques talents en crochetage. Sa vie de pirate et de hors-la-loi le pousse à apprendre à se débrouiller et pouvoir ouvrir quelques portes, ou d’autres serrures, peut permettre de se sauver la mise ou de récupérer de quoi vivre un autre jour. Ceci dit, des serrures trop complexes ne seront pas à sa portée, ou alors avec beaucoup de temps devant lui ou de l’entrainement.

Apparence


« Flynn ? » Le matelot regarde son capitaine, un peu étonné. « Bah, quelqu’part là haut, j’présume, Cap’tain. » Il avait dit cela en indiquant négligemment les deux mats du navire. Il faut dire que tout le monde connaissait le Voltigeur à bord et s’il y en avait un qui passait du temps de cordages en cordages, à risquer de se rompre le cou à chaque geste, c’était bien lui. Inutile de le chercher au ‘sol’, il avait peu de chance de s’y trouver. Le maître à bord observa les différents mats avant de trouver ce qu’il cherchait, ou plutôt celui qu’il cherchait entre les voiles gonflées par le vent. « Flynn ! Ramène tes fesses sur le pont ou j’te pends par les pieds à fond d’cale. » La menace n’en n’était pas vraiment une, mais le capitaine du navire savait ce que son matelot n’aimait pas et comptait bien en jouer pour se faire obéir, bien que, jusqu’à présent, il n’avait jamais eu à se plaindre de sa loyauté. En haut, la silhouette se laissa glisser de l’espar sur lequel il était accroupi avant de se rattraper avec ses mains, suspendu dans le vide. Il attrapa un cordage proche et l’empoigna avant de se laisser glisser un peu plus bas sur l’autre mat. Deux trois pas félins plus loin, il sauta en contrebas, se réceptionnant avant de se redresser face à son capitaine. Flynn, dit le Voltigeur, est un Eladrin, cela ne fait aucun doute, ne serait-ce que par la peau grisâtre que laissent entrevoir ses bras ou son torse nus. Il y a aussi ses cheveux mi longs d’une couleur oscillant entre le noir et le gris anthracite qui auraient pu témoigner d’un certain âge chez d’autres – et c’est au fond le cas quand même pour lui – mais qui, chez lui, semblent respirer la jeunesse. Rien de tout cela ne laisse réellement imaginer un instant que ce matelot d’un mètre quatre-vingt sept est autre chose qu’un des exilés de l’ile d’Etragore. « Vous devriez monter là-haut de temps en temps Capitaine, la vue est bien meilleure. » Une voix pleine d’entrain agrémenté d’un sourire légèrement mutin esquissé par des lèvres assez charnues et masculines qui ne tromperaient personne sous un masque, de toute façon le physique de cet homme n’a rien d’angrogyne. Et il y a ce regard, voilé par quelques mèches rebelles, dont les deux iris d’un gris clair semblent toujours briller d’un brin de malice, ou peut-être est-ce autre chose. Allez savoir. « C’est pour ça qu’t’es là, Flynn, pour monter là-haut à ma place. Mais tu vas m’faire l’plaisir d’aider Billy et les autres à astiquer l’pont puis tu ramèneras ta tronche dans ma cabine, faut qu’on parle. » La surprise se glisse sur le visage droit du concerné et se manifeste par le haussement léger d’un sourcil. Le second, qui accompagnait le capitaine, observait l’Eladrin du coin de l’œil. Il n’avait jamais aimé ce visage qu’il trouvait fier, aux traits trop droits et qui pourtant trouvait du succès auprès des femmes à chaque escale. C’était surement ce menton et ce nez, droit et arrondi… Ou bien alors ce sourire séducteur qu’il savait déployer à toute occasion… Le second était jaloux mais n’aurait plus à supporter ce visage de séducteur pour bien longtemps, aussi s’autorisa-t-il à ricaner pour lui-même. Il accompagna le capitaine qui s’éloignait tandis que Flynn se dirigeait vers Billy. Le Voltigeur, comme on l’appelait sur le navire, abandonna son veston de cuir sans manches, se retrouvant ainsi torse-nu, et attrapa la brique que lui tendait l’autre matelot avant de se mettre à genou, pour commencer l’ouvrage. Son voisin l’observait du coin de l’œil. Il avait toujours envié cette silhouette élancée, cette musculature marquée par les entrainements et l’exercice, mais qui transpirait plus l’agilité que la force brute. Peut-être devrait-il persévérer dans ses efforts pour y arriver lui aussi, enfin cela prendrait surement du temps. Après tout, l’Eladrin avait déjà eu beaucoup d’années pour le faire, lui. Après avoir fini de briquer le pont, comme demandé, Flynn attrapa un sceau d’eau et rinça rapidement la transpiration de son torse avant de remettre son veston et se diriger vers la cabine du capitaine d’un pas sûr et léger, comme toujours. Ses bottes de cuir, montant jusqu’à mi-jambe, claquaient doucement sur le bois du pont tandis que son pantalon d’un tissu assez épais, retenu par une ceinture de cuir brun à boucle large, ondulait légèrement sous l’effet du vent. Après deux coups à la porte, il pénétra dans l’antre du capitaine.


Personnalité


« Fini de briquer, moussaillon ? » La voix s’était élevée depuis le bureau, dans le fond de la cabine. L’Eladrin s’avança d’un pas. « Même les assiettes ne sont pas aussi propres. » Le capitaine releva la tête de ses cartes et scruta son matelot. « Fais attention, j’pourrais bien t’y faire manger. » Flynn haussa les épaules et allait faire une remarque quand son supérieur tendit le bras vers lui pour le faire taire. « Oui, je sais. Tu vas me dire que tu auras moins de chance d’attraper quelque chose en mangeant par terre que dans la vaisselle lavée par Bobby, ou un truc du genre. Mais je n’ai pas le temps pour ça. » Il connaissait ses hommes et le Voltigeur avait une répartie particulièrement vigoureuse et il restait rare qu’il n’ait pas un bon mot, souvent cynique, à rétorquer. Cela ne l’empêchait pas de savoir être sérieux et de savoir quand se taire. Un bon élément dont il n’avait pas vraiment à se plaindre, capable de tenir une arme, bien que plus habile avec des couteaux, obéissant aux ordres. Il n’avait jamais eu à douter de sa loyauté. Et il savait que ce soir, ce serait encore le cas. « Nous arriverons à Varak en début de soirée. » Les escales étaient généralement l’occasion de profiter d’un peu de bon temps tout en faisant profil bas pour ne pas être identifié en tant que pirate. Les navires étaient souvent connus que de noms et il était facile de maquiller un peu de bois pour passer un peu plus inaperçu. Les hommes avaient besoin de toucher terre, boissons et femmes pour ne pas désespérer. Flynn étaient de ceux-là, même s’il n’était pas celui qui faisait le plus de bringues, il aimait s’amuser, profiter d’un peu de bon temps autour d’une choppe ou d’un jeu – souvent d’adresse – histoire de gagner un peu d’argent de ceux qui n’étaient pas au courant de son habileté. Il lui arrivait même de feindre l’incompétence pour attirer plus d’imbéciles qui se faisaient plumer sur un « coup de chance ». On ne pouvait pas dire que son matelot faisait dans l’humanitaire, mais, après tout, c’était un pirate et, pour cela, il fallait de la débrouillardise, ce qu’il avait toujours semblé posséder. Un bon point pour lui. Le Capitaine jeta un œil à ses cartes avant de relever les yeux vers Flynn qui restait stoïque, attendant la suite. Il avait compris qu’il n’était pas là pour tailler bavette mais qu’on attendait quelque chose de lui et il restait stoïque le temps de savoir de quoi il en retournait. « Je vais avoir besoin de tes talents. Il y a quelque chose dont on a besoin dans une maison de Varak. Des plans. » Sans aucun doute, être privé de divertissement ne lui plaisait pas énormément, mais c’était le seul capable d’accomplir cette tâche, bien qu’il soit l’un des plus récents engagés sur le navire. « Il suffit de me dire où aller. » C’était bien Flynn ça. Aller à l’essentiel, du moins lorsqu’il n’était pas entrain de plaisanter. On pouvait compter sur lui pour que quelque chose soit fait et, surtout, bien fait. C’était aussi ce qui avait motivé son supérieur pour le choisir lui. Ce côté consciencieux que n’ont pas tous les pirates, mais peut-être était-ce simplement le fait qu’il n’en était un que depuis quelques mois. Allez savoir. De toute façon, le Capitaine l’avait toujours trouvé un peu trop « droit » pour faire un très bon pirate, même s’il avait l’égoïsme minimal requis. Il avait l’air de ne penser qu’à lui, mais quelque chose indiquait qu’il ne pourrait pas tourner le dos à toutes les situations sans intervenir. Ne serait-ce que lorsqu’on avait le malheur de chercher des noises à une dame… Enfin, peu importait dans le cas présent. « Approche. » Le Voltigeur s’exécuta en silence avant de poser le regard sur une carte de la ville de Varak. « Cette maison. Je sais de source sûre que son occupant sera ailleurs cette nuit. J’ai besoin que tu t’introduises chez lui. Il n’y aura normalement pas de gardes et tu devrais pouvoir entrer dans la maison en passant par les hauteurs. Il faudra que tu retrouves des cartes. » Flynn regarda son capitaine. « Comment savoir quelles cartes je devrais prendre ? » Le maître à bord répondit sans quitter des yeux le plan. « Elles sont dans son bureau, tout le temps. Un tiroir secret, mais rien qu’il n’est impossible de forcer. Leur sureté dépend principalement du secret qui les entoure. » Le matelot esquissa un sourire. « Un secret pas très bien gardé apparemment. » En effet, mais il n’y avait pas de langue que la boisson ne pouvait délier, enfin, sauf peut-être celle de Flynn. « C’est pour cela que l’on doit aigr ce soir. Tu partiras au milieu de la nuit et devra être revenu avant l’aube. Nous ne nous attarderons pas… Maintenant file te préparer, tu sais que je n’aime pas être déçu. » Cette menace-là, elle, était bien réelle, mais si le Capitaine était réputé pour exercer des châtiments proportionnels à la déception, Flynn n’était pas du genre à avoir peur de si peu. De toute façon, il était suffisamment confiant en ses propres capacités et ses limites pour savoir qu’il pourrait remplir sa mission. Gardes ou pas, peu songeaient à regarder vers les toits pour s’assurer que personne n’essayait de rentrer par effraction. Il aurait pu demander quel était l’intérêt de ces cartes mais ce n’était pas sa place et, au fond, il n’avait peut-être pas envie de le savoir. La vie de pirate lui convenait. Les secrets des autres n’étaient pas toujours bon à connaître. « Vous aurez vos cartes. » Dit-il avant de sortir de la cabine. La conversation était close. J’en suis convaincu, Flynn…


Histoire


« Attrapez-le ! » Flynn obliqua dans une ruelle, évitant deux gardes qui courraient vers lui, renforts probablement attirés par le remue-ménage qui le précédait. Il bondit en avant, posant ses mains sur une grosse caisse qui encombrait le passage et passa l’obstacle d’un bond sans ralentir, ce qui ne fut pas le cas de ses poursuivants, lui octroyant quelques mètres d’avance. Il tourna encore, s’échappant du champ de vision de ceux qui lui courraient après, et aperçut ce qui lui sauverait peut-être la mise. Sans ralentir, il bondit sur d’autres caisses avant d’agripper le rebord d’une fenêtre et de s’en servir comme appui pour agripper le rebord du toit sur lequel il se hissa rapidement avant de se laisser rouler sur le dos, invisible du bas de la ruelle, essouflé. « Bon sang ! Où est-il passé ?! Vous deux, par là ! Les autres, avec moi ! » Le bruit des bottes sur les pavés s’éloignèrent et l’Eladrin inspira profondément. Il était sorti d’affaire, pour le moment. Il ouvrit les yeux et contempla le ciel. Il faisait beau aujourd’hui et le soleil était presque aveuglant. Heureusement, il faisait relativement frais et il aurait presque été agréable de lézarder ainsi, s’il n’essayait pas de se faire la malle. Il soupira. Comment en était-il arrivé là déjà ? Ah oui… Cette charmante jeune femme. Enfin charmante… Oui bon, elle l’avait été jusqu’à ce qu’elle le reconnaisse et ne commence à hurler à tue-tête jusqu’à ce que des gardes finissent par passer. Cela lui apprendrait à être aimable, tiens. Vous sortez une demoiselle du pétrin d’un homme un peu trop envahissant et sous prétexte que vous ressemblez à une tête mal dessinée sur une affiche qui vous présente comme un meurtrier et un voleur, elle vous remercie en vous dénonçant. Pour la galanterie, on repassera. Enfin, elle était jolie, c’était au moins ça de pris, non ?

Avec précaution, le silence étant revenu dans la ruelle depuis plusieurs minutes, il jeta un œil en contrebas, rassuré de n’apercevoir ni garde, ni personne en réalité. Il décida cependant de laisser couler encore un peu de temps, cela ne pourrait pas faire de mal. Se remettant sur le dos, il repensa à cette nuit où tout avait basculé, cette nuit à l’origine de tous ces jours passés à fuir, comme aujourd’hui, lorsqu’il était reconnu. Ils étaient arrivés au port de Varak en début de soirée. Le navire avait acosté sans heurts et une partie de l’équipage avait prit ses quartiers dans une taverne portuaire. Flynn était resté à bord, perché sur l’un des mats, contemplant le soleil qui achevait sa course par dessus l’horizon. Il avait contemplé la nuit s’étendre dans le ciel et avait observé les étoiles qui ponctuaient la voûte céleste. Au milieu de la nuit, il était descendu de son perchoir, atteignant le sol avec souplesse avant de quitter le navire à son tour, mais pas pour rejoindre ses compagnons. Le plan de son Capitaine en tête, il avait arpenté les rues, ou plutôt les toits, de la ville pour atteindre l’endroit désigné. La maison ne payait pas de mine et n’était pas spécialement plus luxueuse que les autres du quartier mais on pouvait aisément se rendre compte que son (ou ses) habitant n’était pas pauvre. A l’abri des ombres, il avait fait son bout de chemin jusqu’au toit avant de se laisser tomber sur un balcon. Par chance, la porte de ce dernier n’était pas verrouillée – après tout, qui aurait pu grimper jusque là ? – et il avait pu pénétrer en silence dans la maison. Elle était supposée être vide et c’était le cas. Entièrement plongée dans l’obscurité, il avait, toujours en silence, exploré quelques partie de celle-ci sans trouver âme qui vive. Il avait donc cherché le bureau, comme on le lui avait conseillé et avait fini par le trouver, mais il n’était pas seul…

Le propriétaire était sensé être ailleurs et pourtant il était là. Affalé sur son bureau. Au premier coup d’œil, Flynn avait pensé qu’il dormait mais c’était sans compter la tâche sombre qui auréolait son corps sur le bureau. Il n’y avait rien d’autre que la lueur de la lune à travers la fenêtre pour éclairer la scène mais il n’avait pas été difficile pour l’Eladrin de se convaincre qu’il était mort et pas de la façon la plus naturelle qui soit. N’oubliant pas qu’il avait une mission à accomplir, il s’était approché encore du bureau, contournant le meuble et essayant de ne pas toucher au corps. C’est là qu’il s’était rendu compte que l’ensemble des tiroirs étaient déjà ouverts et que la plupart des choses qu’ils contenaient se retrouvaient éparpillées par terre. Quelqu’un était passé avant lui ! Parce qu’on ne pouvait être sûr de rien, il entreprit de fouiller quand même, pouvoir s’il ne trouvait pas un tiroir secret. C’était peut-être simplement de la malchance et un voleur serait passé par là, sans savoir. Mais il trouva rapidement ce qu’il cherchait et la cache avait été forcée et, bien entendu, vidée de son contenu. Puis tout s’était enchainé rapidement. Des lumières de torches dans le jardin et, par la fenêtre, il avait vu une douzaine de gardes et entendu la voix de l’un d’entre eux. « Sécurisez le périmètre, le témoin assure que le voleur n’est pas ressorti. » Témoin ? Voleur ? Flynn essaya de repérer une échappatoire possible mais du bruit provenait déjà de l’intérieur de la maison. Ils entraient ! L’Eladrin quitta le bureau en silence et se dirigea vers la pièce qui lui avait servi de porte d’entrée. Un coup d’œil depuis le balcon suffit pour le dissuader. Il se ferait repérer à coup sûr. Ceci dit il n’avait d’autres alternatives, d’autres gardes montaient les escaliers. Ils ne tarderaient pas à les trouver, le cadavre et lui. En silence, il avait gagné le balcon, espérant monter sur le toit sans être vu. Cela aurait pu marcher, mais au moment où il avait posé les mains sur le rebords du toit, deux mains fermes avaient saisi ses poignets et l’avait hissé d’une traite. « J’te tiens, p’tit malin. » Ca, ce n’était pas prévu…

Inutile d’essayer de lutter. Le garde faisait au moins deux fois son épaisseur et Flynn tenait à ses poignets. Il grimaça en sentant le baiser glacé des menottes que l’on passait à ces derniers et redescendit du toit en compagnie de plusieurs gardes qui l’escortèrent jusqu’à l’entrée. Une idée, il lui fallait une idée. Il était hors de question qu’il passe le reste de son existence dans un cachot, même si, au fond, il doutait qu’on lui accorde cette chance. En tout état de cause, il finirait pendu ou quelque chose d’approchant. Tandis qu’il réfléchissait, son regard en croisa un autre. Il écarquilla les yeux de surprise. Le chef des gardes discutait avec un homme, qui n’était autre que le Second ! Il resta interdit quelques instants, suffisamment pour que le garde derrière lui décide de le pousser en avant sans trop de ménagement. « Oui, bon, ça va. J’avance, j’avance. » Inutile de faire un scandale maintenant, de toute façon, il n’avait aucune preuve. Trahi. Il avait été trahi. Il s’était retrouvé là uniquement pour être accusé à la place d’un autre. C’était surement le Second qui était entré le premier et avait tué l’homme pour s’emparer des plans. Alors qu’il montait dans un chariot en galante compagnie, il jeta un dernier regard au traître. Flynn remarqua le sourire satisfait qui ornait ses lèvres. Il ne l’avait jamais vraiment apprécié. Peut-être le voyait-il comme une menace ? En tout cas, il avait réussi son coup. A moins que le Capitaine ne soit de mèche aussi… En guise d’ultime bravade, le pirate sortit quelque chose de son veston. Des bouts de papier que l’Eladrin identifia rapidement. Les plans. Le chariot s’ébranla et ils se mirent en route. S’il voulait prendre sa vengeance un jour, il devait mettre sa colère de côté et réfléchir. Réfléchir à ce qui pourrait le sortir de ce pétrin.

Du haut des toits, il était temps de se remettre en mouvement. Il n’y avait plus eu de bruits depuis plusieurs minutes. Les gardes avaient soit abandonné, soit étaient bien trop loin désormais et courraient après un courant d’air. Flynn s’accroupit sur le rebord du toi, jetant un ultime regard en contrebas. Il remarqua un balcon quelques mètres plus loin qui lui permettrait de descendre sans risques. Il se releva, rejoignit ce dernier de quelques pas, se laissa tomber sur le balcon et, dans la continuité, agrippa la rambarde avant de passer par-dessus et de retomber sur ses pieds, dans la ruelle. Il était l’heure de mettre les voiles. Si les villages étaient rarement au courant de ses prétendues exactions, les villes, elles, étaient plus problématiques, même si la présence de monde permettait de le dissimuler plus aisément. D’un pas tranquille, pour ne pas éveiller l’attention outre mesure, il emprunta les petites ruelles pour retourner vers l’extrémité de la cité. Il profita d’un étal sans surveillance pour chaparder deux trois fruits. Il devient difficile de se nourrir convenablement quand on est recherché. Avec un peu de chance, cela ne dépasserait pas les frontières du Royaume de Varakir, mais cela représentait quand même une bonne partie du monde et, avec les problèmes maritimes qui se faisaient ressentir récemment, difficile de décider de changer de continent pour se faire oublier. Profitant des allées-venues qui animaient la porte de la ville, il se glissa en dehors de celle-ci et reprit la route. Après plusieurs heures, le crépuscule colorait l’horizon de reflets rouge-orangé et, la nuit menaçant d’être fraiche, Flynn décida de s’arrêter dans un petit groupe de maisons isolé, probablement une plantation, en espérant que sa tête, ou du moins ce qui y ressemblait, n’était pas placardé un peu partout.

Personne ne sembla le reconnaître lorsqu’il se présenta. Assez gentiement, on lui offrit le gîte dans le fond d’une écurie, mais c’était mieux que rien, et un maigre couvert qui, même si ses hôtes ne le savaient pas, repréentait le repas le plus fastueux qu’il avait pu faire depuis quelques jours. Après ce diner dont il avait savouré chaque bouchées, il s’était fait une place dans la paille non loin des chevaux et, les bras derrière la tête, il repensait encore à toute cette histoire… S’il n’y avait pas eu cette querelle de marchands sur le trajet du chariot, il ne profiterait surement pas de cette nuit de la même façon. La chariot, qui le menait vers sa prochaine demeure des jours à venir, avait apparemment empruntés les allées commerçantes et une dispute dont l’Eladrin ne connaissait pas la teneur bloquait la rue dans les deux sens. Apparemment, c’était jour de marchés et les échoppes préparaients leurs étals dès l’aube, ce qui n’était visiblement pas sans échauffer les esprits. Les gardes avaient donc décidé d’intervenir, laissant leur criminel avec seulement deux d’entre eux. L’occasion avait été trop belle, sans compter que c’était probablement la seule qu’il aurait eu. « Waouh, joli brin d’fille. » La diversion valait ce qu’elle valait mais avec ces gaillards-là, autant parier sur quelque chose de sûr. Ses geôliers tournèrent la tête, un instant seulement, mais suffisamment pour coller un coup de boule au plus « léger » à côté de lui et, ensuite, un coup de pied à l’autre avant de bondir du chariot. Heureusement pour lui, ils l’avaient menotté les mains devant, un atout non négligeable pour la suite des évènements. « Sans racune, Messieurs. » Il n’avait cependant pas demandé son reste et avait filé au pas de course. Le plus dur restait à faire alors que les deux gardes rameutaient leurs collègues. Heureusement, les petites ruelles ne manquaient pas dans Varak et il faussa compagnie à ses poursuivants, s’aidant – non sans mal avec ses mains menottées – de ses talents de grimpeurs pour finalement se mettre à l’abri après plusieurs minutes de course.

Une fois certain qu’on ne lui tomberait pas dessus par surprise, il prit le temps de se débarasser des menottes. Attrapant, avec un peu d’acrobatie, de quoi crocheter ses attaches, il avait béni le jour où il avait commencé à apprendre cet art qui consistait à ouvrir les serrures sans les clefs conçues à cet effet. C’était assez récent et coincidait, plus ou moins, avec ses débuts en tant que pirate. Si les fins étaient souvent criminelles, il avait trouvé beaucoup d’intérêt à l’habileté nécessaire pour y parvenir et y avait trouvé un petit challenge intéressant, sans compter que, finalement, cela se révélait également utile. Après quelques minutes, il put enfin se débarasser de ses liens métalliques et il se massa les poignets en décidant de son prochain mouvement. Le soleil commençait déjà à éclairer la ville. Le navire était sans doute déjà parti avec ce qu’il était venu chercher et cette idée énerva l’Eladrin au plus au point. Pourquoi ? Il avait besoin d’une réponse à cette question et, malheureusement, ceux qui auraient pu le lui apporter, faisaient voile loin d’ici à ne pas en douter. Certains lui diraient que c’était le lot des pirates, mais quand bien même, il n’estimait pas avoir mérité d’être traité ainsi. Il y avait cependant des priorités plus importantes pour le moment, comme mettre, lui aussi, les voiles loin de Varak. Il ne risquait pas d’être le bienvenu dans les jours à venir. Et mieux valait profiter du début de journée et du fait que la ville commençait à se réveiller pour filer discrètement. Quelques jours plus tard. Il était tombé sur les premiers avis de recherche. Vol et meurtre. Rien que ça. La récompense était alléchante. Mais le « Mort ou Vif » l’était moins. Heureusement tout le monde ne prêtait pas attention à ces affichettes et elles n’étaient pas placardées n’importe où. Il restait désormais à faire avec. Se faire oublier ou prouver son innocence, ce qu’il comptait bien faire. Et il avait des pirates à retrouver.

Dans le foin de l’écurie, Flynn trouva finalement le sommeil. Etonnamment, il rêva de son passé, sur l’ile d’Etragore. Des flashbacks, parfois courts, parfois plus longs. Il se revoyait enfant, courant dans le village avec d’autres enfants, à s’inventer des jeux divers, des excuses pour s’amuser, rien de plus. Quelques bêtises, quelques remontrances. Cette époque là n’était pas désagréable, mais bien trop innocente. Ce temps était révolu depuis longtemps. Puis, il y avait eu le voyage iniatique. Le départ pour les autres villages. S’installer, nouer quelques liens, apprendre de nouvelles choses. Tir à l’arc, combat à l’épée, à mains nues… Mais rien ne l’avait autant attiré que le lancer de couteaux. Il se revoyait pratiquer, encore et encore. Caleb n’était pas une montagne de muscles mais il compensait cela avec une certaine agilité, qu’on l’avait poussé à développer, toujours davantage. C’était ainsi qu’il avait décidé de mettre en avant un certain don inné dans ce domaine mais il lui fallut de nombreuses années d’apprentissage et d’entrainement pour maîtriser le lancer comme il le faisait aujourd’hui, sans compter qu’il avait du entrainer sa main droite afin qu’elle aussi puisse lancer des couteaux et ainsi augmenter sa cadence de tir si nécessaire. Il s’en serait surement contenté si cela n’avait tenu qu’à lui car cela représentait déjà de nombreuses heures d’entrainement par jour – même si, désormais, il n’avait plus besoin de perfectionner ses gestes – mais on avait insisté pour qu’il connaissait les rudiments de la maitrise de l’épée afin de pouvoir se défendre au corps à corps. D’abord réticent, il avait fini par convenir que cela pouvait être utile et s’était laissé entrainer au maniement des dagues, même s’il était toujours tenté de les lancer. Toutefois, il n’avait jamais développé cet apprentissage au même niveau que le lancer. Au moins savait-il se défendre. C’était déjà suffisant, non ? Il y avait eu ensuite cette vie tranquille. Caleb avait apprit le métier de son père, ébéniste. Façonner le bois avait quelque chose de magique qui le passionnait autrement que l’idée de développer sa Flamme. Il n’avait jamais été assez « sérieux », trop dissipé pour cela. Il avait besoin d’être dehors, de courir, de s’épuiser, que ce soit au travail ou à l’entrainement, avec cette sensation d’accomplissement. Sa vie n’avait de sens qu’avec cela. La solitude ne le gênait pas et il ne cherchait pas spécialement de compagne, conscient qu’il avait parfaitement le temps pour cela. Il avait de toute façon toujours préféré les choses se faire et même s’il appréciait la compagnie féminine, l’engagement n’était pas spécialement dans ses attributions. Et puis il y a la Grande Maladie, il y a cinq ans. Inexplicable, impensable. Impossible à soigner, sans même savoir comment l’attraper ou s’en protéger. Il avait perdu ses parents, emportés par ce terrible fléau dont personne ne savait rien. Comptant parmi les épargnés, pour une raison qui lui échappait, il avait embarqué et pris la mer pour Bélin, abandonnant son foyer désormais marqué par la mort.

La mine sombre, il avait alors eu besoin de survivre dans un monde qui lui était inconnu. Il aurait pu mettre à profit ses talents d’ébéniste mais rares étaient ceux qui faisaient confiance, bien qu’il soit parfaitement capable de montrer et d’utiliser ses talents. Après quelques mois à vivoter en revendant quelques petites statuettes ou talismans à la « sauvette », il tomba un jour sur un groupe de pirates qui, étonnamment, lui tendirent la main. Un monde dur, où l’on doit mériter sa place, mais il trouva rapidement un terrain de jeu sur lequel il pouvait évoluer convenablement. Et puis, il y avait la camaraderie. Ce n’était pas rien lorsque vous aviez passé des mois presque seul. Et puis, il y avait cette liberté de parcourir les flots, ce sentiment grisant lorsque vous êtes au sommet du plus haut mât, fouetté par le vent, n’ayant pour limites que l’horizon lui-même. Il avait ensuite passé quelques temps à l’île de la jambe de bois, mais avait fini par reprendre la mer, dans un autre équipage. On ne pouvait pas dire que les abordages et les pillages lui manquaient mais depuis qu’il y avait goûté, la mer avait un effet étrange pour lui. Il rêva de son dernier voyage, de son capitaine et le visage de son ancien second le sortit de son sommeil. Jetant un œil à l’extérieur, il faisait jour depuis une bonne heure environ. Mieux valait ne pas s’attarder. Il remercia encore les propriétaires et reprit sa route. Il n’était qu’au début du voyage.


Hors-jeu

De quelle façon as-tu trouvé le forum ?
→ C’est un DC, du coup c’était facile pour trouver le forum ! =P

As-tu des suggestions ou des commentaires ?
→ Pas spécialement. La tâche d’administrateur/modérateur de forum n’est pas une mince affaire et vous vous en tirez plutôt bien, en apprenant de vos erreurs. Continuez comme ça !

→ L’avatar est en 200x320, faire du 400 avec l’image c’était juste pas possible.

→ Je pense que l'histoire du personnage raconte l'essentiel de ce qu'il est nécessaire de savoir au lancement de la fiche. On peut toujours apporter des précisions et des anecdotes, mais cela resterait, justement, anecdotique. J'estime que ce serait plus intéressant de laisser le reste ouvert, quitte à créer des anecdotes passées pour favoriser le RP futur. Mais, bien entendu, si vous voulez davantage, je peux écrire davantage. =)

Quel est le code de validation caché dans les règlements? En l'inscrivant vous acceptez de vous soumettre aux règles établies.  



La vallée d'Ildir soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif et adaptée par Thaom Melcrudak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evynne Pianec
Guérisseuse
Guérisseuse
avatar
Philosophie : Altruiste
Divinité(s) : Phélemée
Faction ou Clan : Les Redresseurs

Attributs
Races: Aasimar
Réputation:
1870/5000  (1870/5000)
Adage: Aider avec le Sourire
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 6:51

Bonjour !

J'aime beaucoup ton avatar, DC de je ne sais pas qui :p
J'espère que tu t'amuseras avec ce personnage <3


#9900ff (Evy) -#00ccff ( Pia ) - #0033ff (Elzi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 9:13

Bonjour !

Content que l'avatar te plaise ! Et je t'avoue que moi aussi je l'aime beaucoup. =)

F.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 13:31

Bienvenu à toi !!!

J'aime beaucoup ce personnage haut en couleur et qui a l'air prometteur ! Hâte de te croiser dans un RP un de ces quatre P

(bien que je n'aime pas la concurrence Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 17:00

Plutot "re"-bienvenu pour le coup =) Mais merci quand même !

En tout cas, pour la concurrence, pour le moment rien à craindre, j'ai d'autres chat à fouetter apparemment =P

F.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 17:35

Ahahah, j'ai vu qui tu étais mwahahahah (pour rester dans le thème de la fiche perso et que ce soit pas du flood, REBIENVENUE ! =) )
Revenir en haut Aller en bas
Zéphira Delsola
Dame de Bélin
Dame de Bélin
avatar
Philosophie : Compassion (Loyal, Bon)
Divinité(s) : Litrish, Phélemée et Revoran.
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2790/5000  (2790/5000)
Adage: « Mon peuple est à part, mais jamais séparé. Libre, mais jamais seul. »
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mar 21 Oct 2014 - 22:22

(re)Bienvenue donc ! cheers

J'ai lu quelques paragraphes et je suis franchement charmé pour le moment.
Je m'y attèle dès que j'ai un peu plus de temps, histoire de bien tout comprendre et surtout de ne rien manquer.

Sinon le code est bon tout ça, tout ça ♥️
Juste pour être sûr sûr sûr, ta fiche est bien terminée à 100% ? (dis-moi non comme ça je culpabiliserai pas de te faire patienter 8D)

A très vite ! Wink


The Kindness and Beauty

I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will always remember how you made them feel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Mer 22 Oct 2014 - 3:56

Merci, merci =P

La fiche est effectivement terminée de mon point de vue (mais peut-être pas du tien !). Donc, tu peux culpabiliser de ne pas t'en occuper et de me faire patienter =P (Ceci dit, j'ai le temps.)

F.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphira Delsola
Dame de Bélin
Dame de Bélin
avatar
Philosophie : Compassion (Loyal, Bon)
Divinité(s) : Litrish, Phélemée et Revoran.
Faction ou Clan : Au service de Bélin

Attributs
Races: Bélinois
Réputation:
2790/5000  (2790/5000)
Adage: « Mon peuple est à part, mais jamais séparé. Libre, mais jamais seul. »
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Jeu 23 Oct 2014 - 22:43

Un gaucher ambidextre ! ♥️

Que dire ? Honnêtement j'aime ce personnage que tu nous as fait. Il est plein de charme, plein de personnalité, son histoire est magnifiquement racontée (globalement tout l'est mais l'histoire m'a transportée)...

Je ne peux que Valider (avec un grand V) Caleb.

Officiellement rebienvenue sous les traits de ce "jeune" Pirate (113 ans et toutes ses de--- *BING*)

On passera te mettre ta couleur et tout ce qui faut ASAP Razz


The Kindness and Beauty

I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will always remember how you made them feel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Ven 24 Oct 2014 - 2:43

Les gauchers sont les meilleurs ! =)

Sinon, merci pour les compliments, c'est toujours agréable à lire lorsqu'on passe du temps sur sa fiche et sur son personnage en règle générale.

Et si ça intéresse certaines personnes qui ont lu cette fiche de faire un RP, ma boîte à MP est ouverte !

F.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Daenelynn
Flynn, le Voltigeur
Flynn, le Voltigeur
avatar
Âge : 116
Philosophie : Libertarisme
Divinité(s) : Solarim
Faction ou Clan : Les Pirates

Attributs
Races: Éladrin
Réputation:
740/5000  (740/5000)
Adage:
MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   Lun 27 Oct 2014 - 9:52

Je crois que le peintre n'est pas encore passé par là =P

F.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Caleb Daenelynn   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caleb Daenelynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au supermarché ils vendent des cerveaux ~ Caleb's Relation Ship ♥
» Caleb montre une vidéo plus que X à Cane (pv Cane)
» Caleb le sorcier au pouvoirs mysterieux [validée]
» (m) CALEB LANDRY JONES, Frère jumeau
» LoL c'est bien mais en rp, c'est mieux ! [Caleb, Juliet, Sammy, Alexandre, Sphinx, Andrew, Vara]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir :: ­­­­ :: Les fiches de présentation :: Validées-