­
 

Partagez | 
 

 Jaelle Vavrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 216
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Jaelle Vavrina   Lun 20 Oct 2014 - 20:48

Jaelle Vavrina



• Âge : 425 ans
• Race : Éladrine née de parents Hilvanians
• Rang social : Directrice de l'Académie d'Urion
• Philosophie : Idéalisme
• Localisation : Hydrasil


Mes caractéristiques physiques: Je mesure 1m80 car avec l’âge j’ai perdu quelques centimètres, ma peau plutôt pâle arbore un mélange de gris et de violet, un teint surprenant pour les Ildiriens. Je suis élancée et ma taille est fine, cela me permet d’user d’agilité et de souplesse même si rares sont les moments où je m’adonne à de telles prouesses.
Mes yeux sont gris clair et ont une jolie forme d’amande. Mes lèvres charnues me donnent une moue joueuse qui me plait bien, même si de nombreuses rides sont venues s’ajouter avec le temps. Je possède de très longs cheveux plats couleur de cendre qui atteignent le bas de mon dos.
Même si je n’ai plus autant d’énergie qu’avant et que mes articulations me font parfois souffrir, j’accueille la vieillesse avec toute la sérénité qu’elle mérite.

Mon histoire: Je suis née neuf années avant la bataille qui allait changer notre monde à jamais. Mes parents, originaires du clan Hilvanian, vivaient depuis une trentaine d’années déjà en Ildirith, plus précisément en Hydrasil. Il suivait de près les avancées magiques et aimaient particulièrement la vision d’un érudit atypique doué de magie : Leofegar Guilhem Urion. Mon père dut retourner en Etragore pour défendre nos terres du fléau nain de l’époque, seule ma mère, Hildanya, demeura aux côtés d’Urion. Elle devint sa plus proche alliée et sa garde du corps personnelle.

Puis le jour fatidique arriva et nous fuîmes dans les souterrains avec quelques centaines de survivants à la demande du Haut-Prêtre. Je me rappelle encore à quel point le sol tremblait, les hurlements des dragons, la désolation rampante du dessus. Nous restâmes cachés pendant cinq jours sans nourriture, nous avions bien trop peur de ce qui pouvait se trouver dans notre chère ville. L’eau elle ne manquait pas puisque notre cachette était parsemée de petites sources.

Par la suite, des courageux allaient trouver de quoi manger, ils se faisaient également un devoir de nous raconter ce qu’ils avaient vu lors de leur escapade. Après trois semaines d’errance dans les sous-sols humides de la cité, nous décidâmes de sortir et d’affronter ensemble cette nouvelle réalité.
La majeure partie de la ville avait été dévastée, mais ce qui subsistait était largement suffisant. Des tours de garde furent instaurés, un périmètre de sécurité créé, les mois allaient se succéder ainsi jusqu’au jour où mon père vint nous trouver accompagné d’une centaine des nôtres; jamais je n’allais oublier cet instant.

Ma mère tenta de restaurer un certain ordre, mais son affiliation avec Urion lui valut d’être rejetée par les Humains. Résignée à aider les Mages, elle entreprit de me léguer son savoir et ses ambitions afin que je guide à mon tour les détenteurs de la Flamme lorsqu’elle ne serait plus là. Elle se savait malade, mais ne l’avait confié qu’à mon père, à l’époque je n’aurais pu comprendre.
Lorsqu’elle mourut, une décennie avait passée et la cité était plus sure sans être imprenable, pourtant nous tenions bon. Mon père retourna auprès de son clan quelques temps après le décès de ma tendre maman, le chagrin était beaucoup trop lourd et sa contrée lui manquait. Quant à moi je poursuivais mes études avec l’aide d’un proche ami de ma défunte mère, cette compréhension de mon don allait me prendre encore de nombreuses années.

Finalement assez habile et déterminée, j’entrepris de réunir les Mages désireux d’apprendre et de faire changer la vision que le monde avait d’eux désormais. Alors âgée de soixante-trois ans je fondais l’ébauche de ce qui serait aujourd’hui l'Académie d’Urion. Elle ne ressemblait en rien au bâtiment actuel mais nous devions bien débuter quelque part.
Le monde a bien changé depuis mais la magie demeure incomprise, c’est pourquoi je poursuis mon travail, le projet d’une mère idéaliste et altruiste. Je donne parfois un cours ou deux, mais plus sur une base régulière. Je dois fréquenter la cour et les cercles d’érudits avides de connaissances magiques et curieux des progrès que nous faisons.


Éléments particuliers à incorporer aux RPs: Je maîtrise la magie élémentaire mais plus précisément l'école de l'eau et de la glace. Je possède la plus haute autorité de l'Académie. Je n'aime pas la politique et j'essaie de rester neutre le plus souvent possible. Je ne parle pas beaucoup, mais cela ne m'empêche pas d'aimer la compagnie d'autrui.
Je m'adonne à l'alchimie de temps à autre et je prend également soin de mon corps. Je remercie chaque jour les dieux pour cette existence merveilleusement longue qui m'a été offerte. Mon don de guérison est quant à lui relativement modéré mais il m'est bien utile.

Mon géniteur est lui aussi décédé et j'avais peu de contact avec ceux de ma race avant qu'ils ne rejoignent Ildirith lors de la Grande maladie. De nos jours je rencontre régulièrement les Palandrins qui ont une haute estime de moi et de ma profession. Je n'ai jamais vu Etragore et cela me peine énormément. Un jour peut-être...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jaelle Vavrina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: Nécessaire du joueur :: Histoire et Contexte :: Personnalités notoires-