­
 

Partagez | 
 

 Siril Lucian, La bête noire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faction ou Clan : Aucune alliance
MessageSujet: Siril Lucian, La bête noire.   Mar 7 Oct 2014 - 14:14

Siril Lucian

« Pour les plus humbles comme pour les plus grands il est une œuvre qu’il ne leur est donné d’accomplir qu’une fois, et dans cette œuvre leur cœur se met tout entier. »


   Genre: Masculin.
   Surnom: La Bête Noire.

   Âge: 203 ans.
   Race: Eladrin.

   Terre d'origine: Le Royaume d'Etragore.
   Philosophie: Altruisme. Je vénère les Dieux, Solarim (Protecteur de la Vie et de la Nature) et PHÉLÉMÉE (Protectrice de la Justice et du Soleil).

   Faction: Reirim
   Profession: Palandrin

   Magie  
Je suis un(e) -votre rang vous sera attribué par le Staff- et je pratique la magie spirituelle mais plus précisément, l'Exaltation (magie divine dite offensive), je suis un Dévot, pratiquant la magie de PHÉLÉMÉE et Solarim. Inscrire ici le nom des sorts. Vous devez d'abord recevoir votre rang.


   Aptitude(s) particulière(s):
1~Charisme~ Qualité importante pour un chef que de détenir une faculté lui permettant d'être écouté et respecté, que se soit dans les choix faciles comme compliqués, dans la joie ou dans le malheur, cette facette d'une personnalité propre est primordial à la gestion d'un clan, de façon civilisée et juste à contrario d'être tyrannique et froide.

2~Guérison~ Qualité commune et unique à sa race, Siril en possède les bienfaits, en revanche ce don clanique ne s'opère pas sur sa personne, mais exclusivement sur autrui.

3~Méditation Profonde~
Qualité permettant à Siril de se plonger dans une réflexion posée, d'évaluer ses choix, et de faire preuve d'une extrême concentration, lui permettant de s'ouvrir totalement au monde autour de lui.


   

Apparence


Siril est un «Eladrin» de taille moyenne ( approximativement 1 mètre 82 ), son élégance et sa finesse font de lui un protagoniste attirant, et sa présence parmi ses semblables ou des individus d'autres races lui confère un certain respect. Sa longue chevelure argentée se termine à la pointe de ses lombaires, tandis qu'une couronne orne le haut de son crâne, laissant s'échapper ses longues oreilles pointues et pendantes en arrière, où l'on peut remarquer que l'une d'entre elles dispose d'une paire de boucle d'oreille en métal dorée. Le regard de Siril est d'un bleu profond envoûtant, rappelant l'origine de sa création et de ses liens de sang au clan Reirim. Le visage du Palandrin peut paraître aux premiers abords, froid et sans expression, distant et détaché, habillé d'une peau de couleur pâle et sombre, ainsi que marquée de cicatrices acquises lors de batailles d'antan.

Le Palandrin est vêtu d'une armure faite d'une sorte de cuir tissé noir, s’agençant parfaitement aux courbures de son corps, laissant les striures de sa fine musculature dessinées en certains points. Par dessus cette cuirasse, Siril porte une toge d'un vert sombre, dont des motifs entremêlés et brodés dans différentes formes se tissent sur la majeur partie de celle-ci. Une longue cape obscure, couleur abyssale, se déroule dans son dos, effleurant en son bout le sol. L'on peut distinguer au niveau de sa ceinture, du côté gauche, deux fourreaux, où reposent ses deux lames de guerres, dont les histoires et les gloires ne sont plus à faire, elles portent les noms de Silath et Fëa. Lames fine et courbée rappelant la finesse, la délicatesse et la justesse des antiques forges elfiques, et d'un doigté effleurant la perfection dans l'art de créer et de dissimuler derrière d'habiles beautés artistiques, un tranchant à nul autre pareil.


   

Personnalité


  La personnalité de Siril Lucian est unique, comme un tout à chacun, mais le concernant, et étant donné le rôle qu'il joue dans son clan, ainsi que par la fonction qu'il détient, en tant que Palandrin et guide des Reirims, sa personnalité se doit d'être sans faille, sans doute aucun, sans fautes. Une telle charge et de telles responsabilités peuvent rendre une personne fermée au monde qui l'entoure.

Chose dont Siril s'évertue à ne pas faire, malgré ses charges prépondérante à sa fonction, il n'oublie en aucun cas son devoir, et sait rester de marbre quant aux situations qui se dressent devant lui, sa force de caractère réside en la grande confiance qu'il a en ses capacités. N'ayant pour but premier que la protection et la prospération de son clan, la sécurité de ses semblables est l'unique but à atteindre, qu'importe les sacrifices qu'il doit entreprendre, seul compte la survie du groupe.

Homme de front et de batailles, il a su se retrouver sur le devant de la scène lors de batailles sanglantes et dont l'issue victorieuse pouvait s'avérer compromise, usant de son talent dans l'art du maniement de ses lames meurtrières, et doté de son inéluctable sang froid dans le combat comme dans la vie, il fit tomber ses ennemis d'Outre-Monde, sans pitié aucune, ni compassion. Une force mentale à toute épreuve et un talent avéré dans les stratégies de combat, le tout rassemblé par sa fougue légendaire, lui ont permis d'atteindre les plus haute sphère de son clan.

Jeune combattant hors pair, il se fit remarquer en faisant preuve d'une grande sagesse, malgré son jeune âge, lors de choix, où de discussions décisives à la poursuite de son but. Adepte et spécialiste en méditation, Siril arrive à s'extirper de problème malins, en entrant dans une transe posée, calme et réfléchis, lui permettant d'évaluer en peu de temps un nombre incalculable de possibilités envisageables et de solutions.

Bien qu'étant au regard de son clan, un symbole des Reirims, Siril garde une certaine distance, de part sa façon froide et détaché, il entretient le mythe d'un chef à la fois solitaire et inaccessible, soutenant l'idée d'un emblème, flamme attisée par ses plus proches guerriers. Tous lui étant fidèle, et cela jusqu'au sacrifice ultime, tout comme à l'image de leur chef, faisant preuve d'altruisme et d'une abnégation la plus totale, au service de ses semblables.


   

Histoire


   – Once Upon a Time …-


Jadis, il y a de cela plus de 200 ans, au temps des grandes chevauchées aventurières, du temps des héros, des mythes et des légendes, dans les contrées éloignées du Grand Royaune D'Etragone, naquit un Eladrin, naît d'un père et d'une mère appartenant au clan des Reirims, il en prit l'héritage, et avec cela, ses droits et ses devoirs, en tant que membre de l'un des quatres clans, le clan du Sud, les Reirims. On l'appela Siril Lucian.

- Une Enfance Particulière -


Comme tout enfance, Siril semblait être un enfant comme tant d'autres, cependant quelques points le différencier des autres enfants de son âge. Siril était souvent seul, tandis que d'autres gamins jouaient ensemble, se chamailler ou se bagarrer. Il préférait et cela dès son plus jeune âge, apprendre les choses de la vie, des choses de tout les jours, apprendre les bienfaits que pouvait avoir la nature, il essayait de l'entendre, dans le vent ou dans des bruissements, de la comprendre en appréciant la faune libre de toute attache. A cette époque Siril lisait beaucoup, voir énormément, que se soit des bouquins relatant des faits historiques, des stratégies militaires, des romances, de la poésie ou même de magie, tout était bon à prendre pour lui. A côté de cela, Siril s'entraînait énormément au combat avec son père, qu'il soit de façon rapprocher ou à distance, il lui inculqua la notion de respect de la vie et d'honneur grâce à la discipline et la rigueur qu'impose un art martial. L'habilité qu'elle soit tant mental que physique devait être pour lui un atout, la finesse dans ses actes était contrôlée et jugé de façon a atteindre des perfections dans les divers activités qu'il pouvait entreprendre.  Tout cela dans le but d'appréhender l'une des parties les plus importante de sa vie, une fois qu'il l'aurait atteint ses vingt ans, l'âge du pèlerinage.

- L’Adolescence, L’Enfant qui Devient un Homme -


Au sein du Royaume d'Etragore, le jeune Eladrin ayant atteint l'âge de l'adolescence, doit faire face au premier grand cap à franchir dans sa longue vie. Lorsque pointe la fleur de ses vingt ans, il doit partir en pèlerinage, au sein des quatre clans Eladrin, afin d'y subir des formations et apprentissages, concernant le maniement de divers armes, comme les doubles lames, les épées, le tir à l'arc, la survie en territoire hostile, le combat à mains nues, l'astrologie, l'apprentissage de la méditation profonde, et d'autres rudiments à savoir concernant les notions de magies, comme la guérison, don spécifique aux Eladrins.

C'est alors que Siril partit vers sa destinée, entreprenant son voyage avec l'envie de découverte, sa soif d'apprentissage et son désir de savoir, il s'en alla vers l'horizon.

Partant du Sud il partit, pour sa première étape en direction du clan de l'Ouest, TOLVEK. Une fois arrivé en ces lieux, il découvrit un paysage totalement différents du Sud, la où lui connaissait les immenses étendues de forêt, il voyait ici de grandes plaines, des monticules de roches s'élevaient comme touchant le ciel, le climat était frais et les gens vivant ici étaient différents de ceux de son clans. C'est en ces lieux que Siril se révéla doué d'une qualité d'apprentissage beaucoup plus importante que la majeur partie de ses camarades, il découvrit les histoires et les coutumes locales, il apprit l'astrologie, le dessins des étoiles, des planètes le but d'un tout un chacun, on lui enseigna l'art de lire les étoiles, et de les comprendre. La méditation profonde vint à lui de façon anodine, pourtant étant une activité demandant énormément de calme et de dévotion, elle n'était pour lui qu'une façon d'entrevoir l'impensable, l'imaginaire étant une source infinie de millions de choses assemblées permettant d'entrevoir un résultat quasi parfait. Les sciences, semblèrent naître qu'une simple question de compréhension et de lecture pour Siril qui buvaient les enseignements de ses professeurs, qui le voyant si avide de savoir prenaient un plaisir à enseigner, et poussaient davantage les limites prévues et habituelles.  La botanique, l’étude des fleurs, permettant la guérison, les première apparitions de sa magie se firent très vite, et l'on remarqua chez ce jeune Eladrin une capacité impressionnante quant au contrôle et à la rapidité d'assimilation. La fin de sa formation au sein du clan des TOLVEK marqua pour Siril la fin d'une chose qui l'avait énormément appréciée mais aussi le début de quelque chose de beaucoup plus grand, il sentait en lui grandir la flamme du savoir et cette inéluctable envie de chercher encore plus loin et de pouvoir transmettre l'ensemble de son savoir à son clan.

Siril prit à nouveau la route, mais cette fois-ci en direction du Grand Nord, la où réside le clan des SOLGREM, contrées froides, et désertiques semblables à un désert blanc, les forêts étant recouvertes d'un givre éternel. C'est en ces lieux que Siril apprit toutes les notions de la survie en territoires hostiles, et comme pour le précédent clan, il fut de nouveau remarqué en ces lieux par ces professeurs qui notèrent chez lui une incommensurable envie de réussir, de trouver à chaque situation une solution, une réponse positive et qui lui permettait à chaque fois de réussir ses teste tous plus durs les uns que les autres. Il apprit beaucoup de choses sur les créatures d'Outre-Monde, la façon de les combattre et de les détruire. On remarqua très vite la préférence de Siril pour le combat au corps à corps, armé de deux lames finement aiguisées, il parvenait à chaque fois à mettre au sol ses ennemis, qu'importe leur taille ou leur force, Siril, jouant de ruse et d'intelligence parvenait toujours à renverser les situations même les plus critiques. Lors de cours pratiques sur les stratégies de combats, il se porter souvent volontaire pour être le leader, et s'il ne se présentait pas de lui même, les autres stagiaires le faisaient pour lui. Déjà le jeune Eladrin démontrait des marques d'un futurs chef en puissances, respecté de ses professeurs mais aussi de ses camarades, il apprit l'art de la guerre. Les aventures s'enchaînèrent, et son voyage au sein froides contrées du Nord prirent fins, avec un tout nouveau savoir, celui de pouvoir se défendre contre n'importe quel ennemis, et dans n'importe quel lieu que se soit.

Les vents divins le conduisirent dans les contrées de l'Est, là où vivent les Eladrins du clan des HILVANIANS. Terres sauvages écartées le plus à l'Est des autres clans, ces terres vertes et fertiles baignées d'un inlassable printemps, elles respirent la paix en ce monde où guerre et désespoirs auraient pu prendre place. En ces lieux, l’accoutumance de Siril se fit à la méditation profonde, à la recherche de son fort intérieur. Il continua ses entraînement, toujours hargneux et assoiffé de nouvelles techniques, de nouvelles choses à apprendre. On lui enseigna le tir à l'arc, mais aussi la fabrication de celui-ci et de ses flèches. L'Eladrin découvrit la véritable signification du terme « Patience » en compagnie des HILVANIANS . Ils prenaient de temps pour tout et pour toutes chosé, la patience était une vertu noble, et conduisant à la perfection de leur art. Entre la confection d'un arc et de ses rouages à la pose de la flèche sur le fil, à la respiration lente et régulière, le regard perçant et vif, le doigté sans faille et sans crainte, jusqu'au départ de la flèche, au cœur de la cible. Cela pouvait être aussi pour boire une sorte de thé à base de plantes sauvages vertes et parfumées, tout était précision et application.

Siril termina son voyage et rentra des terre de l'Est en direction de sa demeure, au Sud, là où le clan des REIRIMS prospère. Un savoir incommensurable, et remarqué, son nom faisant déjà l'écho au sein des quatre grands clans. Il se languissait son retour et de pouvoir partager tout son savoir avec ses semblables, frères et sœurs de Reirims.
   


   
Hors-jeu


    De quelle façon as-tu trouvé le forum ?

   → Grâce à un TOP SITE.

    As-tu des suggestions ou des commentaires ?

   → Pas spécialement, j'aime beaucoup l'histoire de votre forum et il me tarde d'y prendre part.

   Quel est le code de validation caché dans les règlements? En l'inscrivant vous acceptez de vous soumettre aux règles établies.  

   → ...


   
La vallée d'Ildir soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif et adaptée par Thaom Melcrudak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 216
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: Siril Lucian, La bête noire.   Dim 19 Oct 2014 - 12:00

Est-ce que cette fiche est terminée? Si oui il faut l'inscrire dans le titre afin que tu soyons au courant Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sporadique
La main de Litrish
La main de Litrish
avatar
Âge : 216
Philosophie : Diplomatie
Divinité(s) : L'ensemble du panthéon
Faction ou Clan : Aucune alliance

Attributs
Races:
Réputation:
5000/5000  (5000/5000)
Adage: « Que ceux qui boulversent l'Équilibre se méfient.»
MessageSujet: Re: Siril Lucian, La bête noire.   Jeu 30 Oct 2014 - 9:24

Je déplace cette fiche dans ''refusées'' jusqu'à ce que j'ai des nouvelles la concernant. Il manque aussi le code de validation.

Cordialement,

S.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Siril Lucian, La bête noire.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Siril Lucian, La bête noire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Siril Lucian, La bête noire.
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Les Annales de la compagnie noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée d'Ildir ::  :: La Goule souriante :: Écrits archivés-